Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Test : MSI Bravo 15, un ultraportable Ryzen 4000 “gaming”

Le MSI Bravo 15 A4DDR est 15,6 pouces sous processeur Ryzen 4000 que la marque destine aux joueurs. Si ce type de diagonale n’a pas eu le droit de cité sur Minimachines pendant très longtemps, elles ont aujourd’hui suffisamment évolué pour y trouver leur place. Tout simplement parce qu’avec les changements techniques récents du marché, leur encombrement est désormais équivalent aux 14 pouces datant du lancement du Blog en 2012.

MSI Bravo 15

Pour créer ce portable, MSI a fait des choix techniques lui permettant de réunir de belles performances dans un budget assez serré. Avec un ticket d’entrée à 899€, le MSI Bravo 15 se présente comme un ordinateur orienté jeu. Une appellation difficile à comprendre si on compare directement cet engin aux autres machines de ce marché, en particulier les modèles les plus haut de gamme qui font très peu de concessions.

MSI Bravo 15

Le logo de la marque sous l’écran moulé dans l’ABS

Comment MSI peut t-il faire un PC orienté jeu à ce tarif quand ses concurrents, et le reste de ses propres machines sur ce segment, se positionnent à 500, 700 voir 1000 euros de plus ? La réponse est en réalité assez simple. Premier élément technique, le châssis n’est pas uniquement constitué de métal, une partie de l’engin est en ABS contrairement à beaucoup de portables de ce type.

MSI Bravo 15

Si le dos de l’écran et le repose poignet comme le pourtour du clavier sont bien en aluminium brossé et anodisé en noir, le dessous de l’engin comme les bordures de l’affichage sont en matière plastique. Un choix qui permet de faire des économies à la marque sans signaler forcément une baisse de qualité globale pour cette machine.

MSI Bravo 15

Le dos de l’appareil est également en aluminium brossé et on constate très rapidement le problème que pose ce revêtement noir. C’est un vrai aimant à empreintes de doigts et même avec le recours à des solutions de nettoyage régulièrement, la surface perd souvent de sa superbe. Un traitement oléophobique aurait été un plus.

L’autre point clé qui explique ce tarif, l’emploi d’une solution 100% AMD en interne. Avec un processeur AMD Renoir Ryzen 4000 gravé en 7 nanomètres d’un côté et un circuit graphique Radeon RX 5500M de l’autre, MSI profite à plein de la politique de prix assez généreuse de la marque pour baisser le tarif global de l’engin.

MSI Bravo 15

Plusieurs versions sont prévues : En France, on retrouvera principalement deux gammes de processeurs. La première avec un AMD Ryzen 5 4600H et un circuit RX 5500M équipé de 4 Go de GDDR6. A l’opposé, on pourra également trouver un modèle Ryzen 7 4800H, toujours avec la même Radeon RX 5500M mais cette fois-ci avec 16 Go de mémoire vive et une licence de Windows 10 installée sur son SSD de 512 Go. Ce modèle haut de gamme sera proposé à 1299€ prix public.

Le modèle que MSI m’a expédié est une version un peu à mi chemin entre ces deux engins. Il est livré avec un RYZEN 5 4600H, 16 Go de DDR4, 512 Go de SSD et une licence préinstallée de Windows 10 version Famille. Il est vendu à 1199€ prix public. Un tarif abordable et proche des solutions ultrabooks classiques malgré la présence d’un moteur interne capable de se comporter plus que décemment en jeu.

MSI Bravo 15

Toutes ces machines sont construites de la même façon et les choix opérés par MSI sont identiques. Malgré sa finesse relative, le Bravo 15 mesure 2,3 cm d’épaisseur, l’engin permet d’accéder facilement à ses entrailles pour opérer quelques changements.

MSI Bravo 15

Il faudra retirer 12 vis, identiques et cruciformes, pour décrocher le châssis bas de la machine. Une opération évidemment délicate mais sans réelle difficulté. En écartant doucement la coque en plastique du reste du châssis, le capot bas se retire très facilement. Le remettre ne sera pas plus compliqué.

MSI Bravo 15

Une fois ouvert, l’engin révèle des capacités évolutives intéressantes : la mémoire vive est montée sur deux slots SoDIMM DDR4 classiques en double canal. On pourra donc acheter n’importe quel modèle de Bravo 15 et le faire évoluer jusqu’à 64 Go de DDR4. Je ne sais pas si une telle évolution serait utile mais un passage à 32 Go au gré d’une promotion peut toujours être apprécié. Le Bravo 15 est ici monté en 2 x 8 Go de DDR4. De la mémoire signée Samsung pour un total de 16 Go. 

MSI Bravo 15

La partie stockage peut également évoluer. On retrouve pas moins de 2 slots M.2 2280 disponibles sous l’engin. Le premier est compatible NVMe et SATA 3,0 tandis que le second n’acceptera que les SSD NVMe. Il sera donc là encore assez facile de faire évoluer votre machine dés l’achat ou dans la durée. Le SSD embarqué est un KIOXIA PCIe NVMe aux performances très correctes. Le SSD atteint 3560 MB/s en lecture et 3000 MB/s en écriture sous CrystalDiskMark, des débits excellents pour un engin de cette gamme.

MSI Bravo 15
La carte Wifi6 et Bluetooth 5,1 sera interchangeable puisque montée là aussi sur un port M.2. Il s’agit ici d’une Intel AX200NGW en Wifi6 qui devrait convenir à la majorité des utilisateurs. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’Intel parvient à trouver sa place dans cet engin 100% AMD par l’entremise d’une solution Wifi 802.11ax. Cette carte fonctionne d’ailleurs très bien, connectée à un routeur Wifi6, le débit dépasse les 1300 MBits/s en reception d’un fichier de 100 Mo environ. En émission, on est plus proche des 1200 MBits/s soit des résultats très concluants pour ce type de solution.

MSI Bravo 15

La batterie est connectée via une nappe et pourra également être remplacée au besoin. Il s’agit d’un modèle MSI BTY-M6K en 3 cellules 11.4v et 52.4 Wh de 4500 mAh. Une solution assez classique chez le constructeur. 

Les résultats en autonomie sont assez… contrastés. Si en usage léger, c’est à dire en lecture de document, travail bureautique simple de saisie ou en consultation de documents PDF, la machine oscille entre 6H30 et 7H d’autonomie. Du moment où l’on lancera un jeu exigeant jusqu’au moment où la batterie rendra grâce, il ne s’écoulera pas plus de 50 minutes. Si on outrepasse tous les gardes fous logiciels que MSI a mis en place pour forcer l’engin à accepter de jouer en qualité de jeu élevée en mobilité, on tombe sous l’heure d’autonomie. Le MSI Bravo 15 est un ordinateur portable et performant mais cela ne signifie pas forcément qu’il pourra concilier la portabilité et la performance pendant la même période.

En usage plus classique, Wifi allumé, pour surfer, écouter de la musique, lancer des applications classiques, on tablera sur une autonomie située entre 5H et 5H20. Les exploitations plus lourdes ont une forte incidence sur la batterie. Ainsi, le logiciel de retouche d’images Affinity Photo utilisé hors secteur, fait tomber l’engin à des autonomies situées entre 3 et 3 heures 30. Ces solutions, exigeantes en performances, pâtissent de toutes façons assez fortement d’un usage mobile puisque les composants sont bridés par le système.

La batterie étant amovible, on pourra facilement la changer en cas de besoin dans le futur. Il suffira de la décoller du châssis et de la remplacer par un modèle neuf. Des batteries de ce type se trouvent assez facilement en ligne.

MSI Bravo 15

Vient la partie calcul de l’appareil et le détail des choix de MSI pour encaisser la chaleur émise par le duo processeur et circuit graphique. Un gros travail d’optimisation du refroidissement avec un système élaboré de caloducs prenant en charge les deux puces AMD. Le dispositif est classique dans son fonctionnement mais très largement optimisé pour une efficacité maximale. Les deux puces sont couvertes par trois circuits de refroidissement indépendants pour convoyer la chaleur qu’elles dégagent vers les ailettes de refroidissement. Ainsi le processeur Ryzen d’un côté et le circuit graphique Radeon de l’autre, bénéficient d’un système de prise en charge intensive.

MSI Bravo 15

Le ventilateur de gauche récupère la chaleur de trois caloducs qui transmettent leur watts à des ailettes placées de manière à évacuer la chaleur vers l’arrière de l’engin. Le ventilateur aspirant de l’air frais depuis le dessous du châssis pour qu’il soit repoussé au travers de ces ailettes.

MSI Bravo 15

De l’autre côté, le ventilateur droit distribue la chaleur à deux séries d’ailettes pour maximiser au mieux son efficacité. 

MSI Bravo 15

Ainsi le ventilateur repousse de l’air à gauche et derrière le Bravo 15, une disposition qui permet d’éviter que l’appareil chauffe trop et trop vite. 

MSI Bravo 15

Cette double aération et assez efficace même si elle ne parvient pas forcément toujours à conserver l’engin toute la fraîcheur à un confort parfait d’utilisation. Comme vous le lirez plus bas, la machine a tendance à chauffer de manière importante au niveau de son châssis. Néanmoins ces contre mesures de refroidissement et une bonne gestion logicielle font que le Bravo 15 n’entre jamais dans une phase nécessitant une baisse drastique de ses performances pour compenser le surchauffe des composants.

MSI Bravo 15

Il n’y a pas et il n’y aura jamais de miracles en matière d’émission de chaleur, le corollaire d’une machine plus fine est forcément un accroissement des difficultés en terme d’évacuation des watts qu’elle génère. La solution trouvée sur le Bravo 15 est efficace mais n’empêchera pas l’engin de chauffer et de faire du bruit.

MSI Bravo 15

A l’ouverture, on note immédiatement la qualité et la robustesse de la charnière du Bravo 15. La partie écran s’ouvre sans difficulté et ne bouge pas ensuite. la charnière est souple mais solide et permettra sans doute une utilisation confortable même en voyageant.

MSI Bravo 15

Une fois ouvert on découvre un écran FullHD de 15,6 pouces qui semble assez classique mais qui cache quelques petites surprises. D’abord l’implantation est bonne avec des bordures assez fines et une empreinte proche voir équivalente aux 14 pouces d’il y a quelques années. Le MSI Bravo 15 mesure 35,9 cm de large pour 25,4 cm de profondeur. Il fait 2,3 cm d’épaisseur pour un poids total de 1,8 Kg. Ce n’est donc pas l’engin le plus compact du marché mais il fait partie de cette nouvelle génération de portables qui proposent de très bonnes performances dans un encombrement acceptable.

L’écran est un FullHD de type IPS avec des angles très ouverts et un traitement anti reflets plutôt efficace, un ensemble de points positifs pour la machine mais c’est surtout la fréquence de rafraîchissement qui est à noter ici. La dalle est capable de monter à 120 Hz et profite d’une compatibilité complète avec la technologie AMD Radeon FreeSync Premium. Un ensemble qui permet donc d’afficher des jeux de manière très fluide et très agréable en 1920 x 1080 pixels.

C’est probablement cet écran qui a décidé la marque à classer le Bravo 15 comme un portable « Gaming ». Il faut dire que la justesse des couleurs de l’objet n’est pas formidable et qu’il serait difficile de le positionner comme un ultraportable créatif. Il est un peu trop rouge et cela donne un affichage typiquement orienté « multimédia ». Un écran qui pousse les contrastes pour flatter les jeux et la vidéo. Mais beaucoup moins efficace pour un travail graphique.

Cela n’affectera bien sûr que les utilisateurs ayant une réelle volonté de faire de la création vidéo et photo. Ceux ayant une vocation professionnelle, qui ne sont donc pas vraiment la cible de cette machine, pourront au pire avoir recours à un écran externe de plus grande diagonale. Un écran de toutes façons quasi indispensable pour une utilisation pro et qui corrigera évidemment le problème. La luminosité est moyenne, autour des 300 nits. On sent parfois la dalle un peu à la peine face à un environnement très lumineux. L’engin sera sans doute plus à l’aise en intérieur qu’en extérieur.

MSI Bravo 15

Le clavier est très correct mais malgré la dalle de 15,6 pouces de diagonale, MSI n’a pas réussi à glisser de pavé numérique dans son engin. C’est un choix qui peut se comprendre et qui arrange bien les lecteurs de Minimachines. Soit la marque intègre un écran 16″ dans un châssis d’ancien 15.6″ avec un pavé numérique. Soit elle réduit la voilure et propose une dalle 15.6″ dans un châssis d’ancien 14″ mais n’a plus la place pour ce pavé numérique… Le choix se porte donc vers la seconde solution pour plus  de compacité.

Ce clavier chiclet est rétroéclairé uniquement en rouge et reste tout le temps très lisible. A vrai dire, ce clavier est une bonne surprise puisqu’il propose une frappe immédiatement agréable. On retrouve vite ses marques avec un pianotement doux et une course de touches qui se déclenche de manière efficace.

MSI Bravo 15

Chaque lettre s’attrape sans problème et malgré une espacement assez faible de l’ensemble, on ne commet rapidement plus aucune faute de frappe. Certains regretteront le positionnement en « profondeur » du clavier qui se positionne sous la surface du repose poignet dans un léger renfoncement. Au final, les appréhensions vis à vis de ce choix sont surtout théoriques. En pratique, cela ne change pas grand-chose lors de la prise en mains.

MSI Bravo 15
Le Bravo 15 pourra servir à jouer donc mais proposera également un clavier suffisamment efficace pour tous les travaux d’écriture classiques. Un plus pas désagréable au quotidien qui continue à construire un positionnement finalement plus large que la simple machine Gaming présentée par la marque. L’ensemble est efficace, propose une course de touche sensible.  Petite interrogation cependant, les touches de F1 à F12 sont bien présentes mais MSI a choisi de ne pas en tirer totalement parti. Certaines ont des doubles fonctions pour piloter l’affichage ou désactiver le pavé tactile mais beaucoup ne proposent aucun raccourci. Dommage.

MSI Bravo 15

Le pavé tactile pose plus de soucis pour être apprivoisé, entièrement en plastique lui aussi, il fonctionne de manière très confortable mais demande un temps d’adaptation. Quand vous pressez le pavé tactile, au-delà d’un certain poids, celui-ci va s’enfoncer légèrement dans une course d’un demi millimètre. Mais ce mouvement ne déclenchera pas de clic. Il faudra d’abord ressentir une résistance puis appuyer encore un peu plus fort pour entendre le bouton du clic résonner. Là, une action se produira à l’écran. Cela n’a rien de grave mais demande une certaine gymnastique d’apprentissage.

MSI Bravo 15

La partie son est correcte même si, là encore, on sent quelques concessions techniques pour éviter de faire gonfler la note. MSI a beau ajouter des fonctions aux noms ronflants comme le Nahimic 3 Audio Enhancer, le son n’est pas exceptionnel.

MSI Bravo 15

Ça reste très correct mais le volume sonore est moyen, probablement parce que les enceintes sont dirigées vers le dessous de la machine. Une certaine spatialisation se fait entendre et dans l’absolu le traitement est suffisant pour tout type d’usages. Evidemment la qualité audio du Bravo 15 change du tout au tout en ayant recours au casque ou à un système audio extérieur.

MSI Bravo 15

On note cependant un bel effort d’intégration avec des enceintes montées sur une structure spécifique ayant pour rôle de rendre les enceintes indépendantes du reste du châssis grâce à des petits supports rouges qui absorbent les vibrations.

MSI Bravo 15

Le résultat ne se fait pas entendre spécifiquement mais évitera que toute la carcasse résonne quand un bruit sourd se fait entendre. On peut monter le son très fort et ne pas ressentir le moindre tremblement dans le châssis.

MSI Bravo 15

La webcam est tout ce qu’il y a de plus classique avec un enregistrement en 720P un poil sur-compressé et une nette tendance à cramer les parties claires. Par contre, le double micro fait un très bon travail de capture sonore. Pour avoir essayé la machine en conférence sur Zoom, l’ensemble des participants a constaté la même chose : une image juste correcte mais un très bon signal audio, net et détaillé.

MSI Bravo 15

La connectique est assez bonne avec sur la partie de droite un port jack audio stéréo combiné casque et micro, un ensemble de quatre ports USB 3.2 Gen1 constitué de deux paires en USB Type-A et deux autres paires en USB Type-C. Suit un port Ethernet Gigabit et pour finir un antivol Kensington Lock. Les prises sont intelligemment espacées pour être exploitées en parallèle.  A noter que les prises USB Type-C ne sont pas compatibles avec les fonctions annexes du format : Pas de sortie vidéo ou de charge au travers d’elles. Le positionnement est par contre assez bas sur le clavier ce qui pourra gêner des mouvements de souris autour de la machine.

MSI Bravo 15

Sur la partie gauche, on retrouve un port HDMI 2.0 plein format et la prise d’alimentation de la machine. Prise qui vient se placer sous l’ouïe de ventilation latérale, ce qui ne sera pas forcément toujours pratique puisque la machine va souffler en permanence de l’air sur le câble d’alimentation.

MSI Bravo 15

En parlant d’alimentation, celle-ci est assez imposante comme souvent avec ce type de machine. C’est une 19.5 volts pour 9.23 Ampères et 180 watts signée Chicony. Un modèle sobre et qui ne chauffe pas outre mesure.

MSI FULL LOAD

Branché au secteur, après une heure d’usage maximal avec les deux puces AMD exploitées au maximum, l’appareil chauffe sensiblement. Le processeur AMD Ryzen n’est pas le plus facile à dissiper puisqu’il atteint les 90°C en jeu. Le circuit graphique Radeon est, quant à lui, situé entre 79 et 80°C. Ce scénario est hypothétique, hormis en test, aucun programme ne demande autant à l’engin.

MSI Bravo 15

 

Le bruit généré est en rapport avec ces performances. Les ventilateurs tournent à plein et le bruit dépasse les 57 dB. Ce n’est pas insurmontable mais cela peut être usant à force. En mode jeu ou en usage lourd, il faudra recourir à un casque pour ne pas entendre cette ventilation permanente.

bravo15light

En usage léger, le portable propose des températures classiques pour un engin de ce type. Cela est parfaitement utilisable et agréable pour pianoter des textes ou surfer. L’engin est alors tout à fait agréable avec des températures qui n’excèdent pas les 30°C. Parfait pour le traitement de texte, le surf ou la vidéo conférence par exemple.

MSI Bravo 15

Le bruit généré est alors bien plus faible avec 30 à 31 dB, il faut coller son oreille au MSI Bravo 15 pour l’entendre à peine ronronner. Quand le chipset Radeon n’est d’ailleurs pas sollicité, il arrive que la ventilation s’arrête totalement ou qu’un seul ventilateur ne fonctionne.

BRAVO 15 LEGER

En usage de jeu, sous Tomb Raider en FullHD par exemple, le portable se comporte finalement assez bien. les températures relevées sont situées entre 29 et 47°C. On note un déplacement de la chaleur par rapport à un usage au maximum des possibilités de tous les composants. Cela est dû à une plus grosse exploitation du circuit graphique et non plus à un usage à 100% du processeur et du circuit Radeon en parallèle. Le clavier est tout de même assez chaud avec 38 et 39°C relevés sur sa surface. Le repose poignets reste plus sage.

MSI Bravo 15

La machine ventile sensiblement également avec un relevé pouvant atteindre presque les 50 dB mesurés. L’engin encaisse donc assez bien la température de ses composants même si les conséquences directes de cette exploitation grèvent un peu le confort proposé par la machine.

Au niveau du clavier, les touches H et J au centre, la température atteint les 38°C. Les touches de fonction en haut à gauche atteignent les 47 °C. Le repose poignet est bien plus sage mais encore assez chaud puisqu’il dépasse les 29°C. Les trois sorties d’air peuvent également rejeter un flux constant et assez désagréable de chaleur. C’est typique d’un engin dédié au jeu dans ce genre de situation, on perd en confort d’usage évidemment mais cela va de pair avec les performances délivrées. Puisque cet usage est lié à une utilisation sédentaire, le recours à un clavier USB et une souris compensera cette problématique.

Le contrepoint de cette montée en chaleur sera ressenti d’un point de vue performances, le MSI Bravo 15 propose un moteur robuste pour tous les usages classiques avec, en plus, de belles possibilités de jeu. 

Je ne suis pas un grand fan des benchmarks mais pour cette machine 100% AMD il me semblait justifier d’en proposer. On a du mal à voir ce que peut donner ce couple Ryzen 4600H et RX5500M ensemble aujourd’hui. 

MSI Bravo 15 R15

CineBench R15 donne 1810 points, là encore un score très correct par rapport au marché. Le duo de puces AMD propose un score largement comparable à une solution Core i7 et GeForce concurrente.

MSI Bravo 15 HANDBRAKE

Sous Handbrake, il ne faut que 5 minutes pour passer une séquence UltraHD de 10 minutes en FullHD. C’est encore une fois très performant. 

MSI Bravo 15 AFFINITY PHOTO

Une macro sous Affinity photo sur un fichier de test issu d’un Reflex Canon en JPG se fait relativement efficacement. Le processeur AMD est bien sollicité, la partie graphique beaucoup moins. D’un point de vue création en général, le MSI Bravo 15 est un engin spectaculaire pour son prix. Il parvient sans problèmes à piloter un logiciel de retouches comme Affinity Photo avec une très belle réactivité. Même lorsque l’on ouvre des fichiers très lourds issus d’appareils photos Reflex haut de gamme et sans compression. L’engin réagit vite, reste efficace et ne fait pas monter dans les tours sa ventilation dès qu’on le sollicite un peu.

En montage vidéo, la machine sait également parfaitement piloter un logiciel comme DaVinci Resolve. Venir à bout d’un montage FullHD ne pose aucun souci au Bravo 15. Ni en manipulation des fichiers, ni en gestion des effets en temps réel ni en rendu global de son montage. Taquiner de l’UltraHD est possible mais on sent rapidement les limites de l’équipement embarqué par MSI.

En terme de création 3D, que ce soit sous Fusion360 pour concevoir un objet ou sous un logiciel de gestion d’impression 3D comme Cura, le processeur comme le chipset graphique suivent la cadence. Toute la machine permet de travailler la 3D sans soucis avec une réactivité très satisfaisante.

MSI Bravo 15 3D MARK

Sous 3D Mark en FullHD, les résultats sont également très corrects. Les scores sont dans la moyenne haute pour ce niveau de tarif.

MSI Bravo 15 GTA VMSI Bravo 15 WITCHER 3

En mode sédentaire, les performances relevées sont bonnes pour ce niveau d’affichage FullHD en jeu 3D. Sur des jeux “anciens” comme GTA V et The Witcher III sortis en 2015, les scores sont excellents en medium et parfaitement jouables avec les détails élevés. 

MSI Bravo 15 FortniteMSI Bravo 15 TR

 

Sous Fortnite ou Rise of the Tomb Raider, on dépasse en moyenne les 100 images par seconde en 1080P avec les réglages moyens, le passage à des détails hauts ou très hauts sont excellents. Meilleurs que sur des jeux plus anciens probablement grâce à des optimisations de moteurs techniques. 

MSI Bravo 15 Dirt Rally 2MSI Bravo 15 ANNO 1800

Dirt Rally 2 et Anno 1800, tous deux sortis en 2019, donnent des résultats plus contrastés. Le premier est très bien pris en charge avec une fluidité très appréciée dans un jeu où les réflexes sont de mise. Dans le second, qui emploie beaucoup d’éléments graphiques mais également pas mal de calcul d’affichages d’éléments disparates et autonomes à l’écran, le passage à un niveau de détails élevé le fait tomber sous les 40 images par seconde.

MSI Bravo 15 Farcry 5MSI Bravo 15 JEDI

Far Cry 5 comme Jedi Fallen Order donnent des résultats très corrects et une jouabilité toujours sans faille. le titre Star Wars est très agréable en Medium comme en détails élevés avec une fluidité qui dure tout au long de la partie. Les rares baisses à 60 images par seconde se font au cours de scènes épiques de bataille mais ne gênent en rien la jouabilité du titre.

Cela fait bien de cet engin une solution de jeu satisfaisante même si, évidemment, elle ne sera pas au niveau d’un portable ultra haut de gamme. On sent l’engin très à l’aise en réglages de détails moyens, moins lorsque l’on va chercher des fonctions très avancées. Certaines, propres à Nvidia, ne sont d’ailleurs pas toujours accessibles. Sur les derniers titres testés, plus récents, le nombre d’images par seconde a tendance à baisser de manière plus importante, mais même pour ces ces jeux, si l’on sait se contenter d’un affichage FullHD en détails moyen, on retrouve une très bonne expérience.

Les versions Ryzen 4800H du Bravo 15, vendues quelques centaines d’euros plus chères, peuvent être une alternative  intéressante à pendre en compte pour manœuvrer plus de titres dans un futur plus lointain sans subir de baisse de fréquence d’images.

On sent dans tous les cas que le fait de proposer 16 Go de DDR4 donne également du souffle à cette machine qui est très à l’aise en multitâche. C’est très agréable en solution double écran HDMI où l’on peut jongler avec de nombreux programmes sans que les performances n’en pâtissent. Les performances sont homogènes et agréables au quotidien tout au long des journées d’utilisation. Je vous déconseille donc de choisir une version 8 Go si vous n’avez pas l’intention de la faire évoluer vers 16 Go ou plus à terme.

MSI Bravo 15

En multimédia enfin, je vous passe la partie bureautique qui est évidemment survolée par cet équipement, le MSI Bravo 15 se comporte admirablement avec une belle réactivité à l’usage. On peut naviguer dans des films UltraHD et en profiter pleinement sur un écran externe avec la sortie HDMI.

Ces très bons résultats se conjuguent avec un comportement à l’usage très agréable pour l’utilisateur. Le processeur parvient à proposer un bon niveau de performances en continu. MSI a semble t-il choisi de limiter d’emblée une partie des capacités de calcul de son moteur pour proposer une expérience de jeu stable. Au lieu de tirer le maximum de ses puces dans une course au nombre d’images par seconde inutile, la marque a préféré créer des profils d’utilisation. Ce qui permet au Bravo 15 de tenir une cadence moyenne dans la durée, sans surchauffe des composants ni Throttling. L’idée étant qu’en proposant un nombre d’images par seconde suffisant dès le début d’un jeu mais sans aller plus loin que nécessaire, le portable peut proposer une excellente tenue de ses performances sans entrer en surchauffe et sans baisser d’un coup ses performances pour se mettre en sauvegarde. Cela a également un impact positif sur les nuisances de la machine. La chaleur est contenue et après une grosse heure de jeu la partie la plus chaude de l’engin, sous le châssis, reste sous les 50 °C. 

MSI Bravo 15

Reste que l’on a parfois l’impression que l’expérience est… mitigée. D’un côté, la machine se comporte bien dans un usage FullHD avec des performances très correctes qui remplissent le cahier des charges d’un PC de ce type. De l’autre, on a l’impression très forte que le processeur est sous exploité dans le Bravo 15. Le choix d’une Radeon RX5500M ne lui permet pas de libérer tout son potentiel en tant que solution gaming. Mais était-ce vraiment là le but recherché par les ingénieurs de MSI ? Je n’en suis pas si sûr.

Le Bravo 15 est peut être effectivement un PC pour joueurs. Mais peut être pas dans la même vision que l’on en a d’habitude. Le budget annuel consacré au jeu PC n’est pas si élevé chez tout le monde. Les profils sont très différents et l’image que l’on se fait d’un “gamer” en examinant des PC portables très haut de gamme ne correspond que très mal à la réalité.

MSI Bravo 15

Cet ultraportable se positionne comme un engin jeu de 15,6 pouces compact et performant pour le « grand public ». MSI a compris que le marché du jeu PC était celui d’une génération entière et que les gens qui s’équipent aujourd’hui ont souvent un passé de joueur. Pas forcément des « Hardcore Gamer »… mais des joueurs qui aiment bien lancer une petite partie d’un titre récent dans de bonnes conditions. Autour de moi beaucoup de joueurs ne jouent en réalité qu’à 2 ou 3 titres par an : Un jeu de sport collectif type FIFA où ils retrouvent des amis, un jeu d’aventure comme Tomb Raider ou Assassin’s Creed dont ils achètent toutes les versions et un titre plus intemporel. Ils jouent mais ce n’est pas leur seul loisir.

MSI Bravo 15

Est-ce que tout le public de joueurs PC va forcément investir dans un portable à 1500, 2000 ou 2500€ ? Evidemment, non. Le schéma du PC portable gaming sans concessions colle finalement assez mal avec la réalité du marché. La majorité des joueurs va plutôt choisir de réduire la voilure. Abandonner les rêves de titres 3D récents en UltraHD tous détails à fond et se contenter d’une solution plus abordable mais qui saura afficher très correctement les derniers jeux du moment en FullHD.

Et c’est là que le MSI Bravo 15 entre en scène. L’engin est proposé de 899 à 1199€ et permet de travailler comme de faire tourner des jeux 3D en 1920 x 1080 de manière très satisfaisante. Il aurait pu être plus efficace, offrir de meilleures prestations en échange de quelques centaines d’euros de plus. Mais MSI vise cette expérience avec d’autres engins de sa gamme.

Pour toucher un vaste public, ce positionnement tarifaire est finalement une alternative intéressante. Parce que le Bravo 15 peut venir à bout de toutes les tâches du quotidien, parce qu’il est capable aussi bien de faire de la 3D que de la 2D ou de la vidéo, il se pose finalement comme un bon PC familial. Pas forcément la machine « Gaming » la plus intéressante du marché mais un choix raisonnable pour un public touche à tout.

Le modèle testé SANS OS – MSI Bravo 15 (A4DDR-049XFR)
AMD Ryzen 5 4600H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M – sans OS
Disponible à 1049.99€ chez TopAchat

 

Le modèle testé  MSI Bravo 15 (A4DDR-047FR)
AMD Ryzen 5 4600H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M + Windows 10
Disponible à 1199.99€ chez TopAchat

 

Le modèle haut de gamme MSI Bravo 15 (A4DDR-046FR)
AMD Ryzen 7 4800H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M + Windows 10
Disponible à 1299.99€ chez TopAchat

Test : MSI Bravo 15, un ultraportable Ryzen 4000 “gaming” © MiniMachines.net. 2020.

Les AMD Ryzen Renoir dynamisent le marché portable “noname”

Tuxedo Computers ? KDE Slimbook ? Des marques que vous ne connaissez pas forcément mais qui lancent toutes deux des portables qui font un peu de bruit sur la toile. Pas grâce à une grosse campagne de pub matraquée mais en bonne partie parce que ces machines sont équipées de processeurs AMD Ryzen 4000.

Ces derniers mois, beaucoup de machines sous processeurs AMD Renoir sont apparues sur le marché… mais souvent avec quelques bémols. Certains constructeurs, par exemple, proposent des machines sous AMD 4000 en parallèle de solutions Intel Core. Mais les version AMD n’ont pas le droit aux mêmes options d’évolution en mémoire vive ou en stockage. Et cela sans réelles raisons techniques. Seuls les modèles Intel pouvant s’offrir les composants accessoires les plus haut de gamme. 

Cette situation est en train de basculer au fur et a mesure que le temps passe et que les marques se rendent compte de l’appétit du marché pour des solutions Ryzen 4000. C’est lent mais cela progresse de mois en mois et d’annonces en annonces. Un exemple comme le MSI Bravo 15 est assez clair sur cette approche des puces d’AMD. Mais les constructeurs qui ont le plus pris la température de ce qui est en train d’arriver, ce sont les petites marques qui travaillent à assembler les PC de fabricants ODM. Cela se ressent énormément dans leurs productions les plus récentes. Vous  êtes assez nombreux à m’avoir remonté ces nouvelles machines. Preuve que le marché est vraiment dans l’attente de nouvelles solutions.

 Tuxedo Pulse 15

Le Tuxedo Pulse 15 est un bon exemple de ce que les AMD Renoir sont en train de proposer sur le marché. Ils n’ont rien d’extravagant par rapport au reste de la concurrence mais ce portable 15.6″ moderne et bien construit offre une belle enveloppe de performances dans une enveloppe de prix contenue.

Tuxedo Pulse 15
Il s’agit d’un engin sous Linux équipé d’un processeur AMD Ryzen 5 4600H ou d’un Ryzen 7 4800H pour un prix de base sous les 900€. Son écran 15.6″ est un FullHD classique en IPS qui proposera une colorimétrie 100% sRGB. Il est entouré de bordures fines, ce qui lui permet de proposer un châssis assez compact. Avec 35.6 cm de large pour 23.4 cm de profondeur et 1.7 cm d’épaisseur, il se place au niveau des 15.6″ modernes des grandes marques. 

Tuxedo Pulse 15Tuxedo Pulse 15

Le Tuxedo Pulse 15 est configurable en mémoire comme en stockage. Il est possible de choisir plusieurs gammes de mémoire vive dans des capacités de 8 à 64 Go de DDR4. Le port M.2 interne pouvant accepter des SSD SATA 3.0 ou NVMe, il est possible de choisir de 250 Go à 2 To de stockage pou même de se faire livrer un engin sans SSD pour intégrer le sien. Le Wifi est par défaut un modèle 802.11ax associé à un Bluetooth 5.1 mais là encore le client final pourra choisir de ne pas se faire livrer ce type de carte si il veut choisir la sienne. 

Tuxedo Pulse 15

On retrouve une connectique très complète avec un port HDMI 2.0, un Ethernet Gigabit, un port USB 3.1 Gen1 Type-C avec Power Delivery, deux USB 3.1 Gen1 Type-A, un jack audio combo et un lecteur MicroSDXC. Le clavier peut être commandé en plusieurs langues dont un AZERTY Français. Le Tuxedo Pulse 15 est vendu sous Linux et une assez large selection de versions sont proposées pour accompagner la machine. 

KDE Slimbook

Le dernier KDE Slimbook reprend la même recette. Il s’agit d’un portable décliné en 14″ et 15.6″, piloté par une solution AMD Ryzen 7 4800H et proposé à partir de 899€ ou 929€ suivant les diagonales. Cette machine fait suite, sous la même appellation, à une série de solutions précédentes sous processeurs Intel Core sorties depuis 2017. L’appellation KDE vient du fait que cette société espagnole travaille en partenariat avec les développeurs de l’environnement de bureau KDE pour Linux.

KDE Slimbook

Cette année donc la donne a changé et la société a décidé de proposer un engin plus musclé que d’habitude. Passant de solutions tournant sur des TPD de 15 watts à un Ryzen 4000 en 45 watts. Les composants autour de cette puce sont les mêmes pour les deux diagonales avec une mémoire vive qui peut grimper jusqu’à 64 Go de DDR4 3200 et 2 To de stockage en SSD. Le tout est intégré dans un châssis en aluminium très classique. Ce dernier a été employé par plusieurs marques et signe clairement le recours à un fabricant tiers pour concevoir la machine.

KDE Slimbook

Là encore la KDE Slimbook joue sur la modularité avec différentes options de clavier dont un AZERTY Français et, évidemment, toute une liste de systèmes Linux : Ubuntu, Kubuntu, Ubuntu MATE, Linux Mint, KDE Neon et d’autres. Il est même possible de choisir une solution Windows 10 en double système. Les écrans affichent tous deux en Full HD avec, là encore, une dalle IPS garantissant une colorimétrie 100% sRGB. Le clavier est rétro-éclairé et la connectique encore une fois assez complète avec deux ports USB 3.0, un USB-C et un USB 2.0. On retrouve en outre une sortie HDMI et un port Gigabit Ethernet.

KDE Slimbook

Rien d’extravagant encore une fois, ce KDE Slimbook comme le Tuxedo Pulse 15 n’apparaissent pas comme des solutions miraculeuses mais au vu des prix demandés, du relief des marques et du niveau de services proposés, ils semblent parfaitement calibrés pour correspondre aux appétits actuels du public. Ce modèle de distribution plus local, assemblé sur mesures, semble également répondre à une demande de plus en plus précise de nombreux clients aujourd’hui. Ces engins ne répondront pas aux besoins de tous les utilisateurs mais la présence d’une solution AMD Ryzen Renoir assure un ensemble de performances suffisant pour un ensemble assez large d’usages.

Les AMD Ryzen Renoir dynamisent le marché portable “noname” © MiniMachines.net. 2020.

AMD Ryzen 4000 G-Series, les APU Zen 2 pour MiniPC en approche

J’ai tendance a regarder AMD comme un sapeur face à Intel. Vous savez ces militaires qui creusaient des galeries sous les défenses ennemies en pleine bataille ou en plein siège pour pouvoir effondrer un bout de muraille et s’engouffrer dans la brèche. Avec quelques unités d’élite et bien placées, Zen et Zen 2, la marque a déjà creusé quelques brèches dans l’immense Citadelle.

494918_RenoirAM4_4000series_01_0002_alpha

Zen 2, la gamme de Ryzen 4xxx,  a déjà été déclinée tout au long de 2019 dans une gamme de bureau très complète. AMD la déploie sur 360° avec des Athlons en entrée de gamme, des Ryzen pour une large partie de machines de bureaux et des Threadripper sur le très haut de gamme et les serveurs. Mais cette équipe de processeurs, toute large qu’elle soit, ne correspond pas vraiment à tous les usages. A la différence des Zen 2 de portables ou des propositions d’Intel, il ne s’agit que de processeurs classiques, dénués de circuits graphiques intégrés. Ils nécessitaient donc forcément le recours à des circuits graphiques externes pour intégrer un PC.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Cette nouvelle annonce de puces AMD Ryzen 4000 G-Series corrige le tir. Après avoir fourni des processeurs Ryzen 4000 à des constructeurs de portables pour avoir enfin un peu de visibilité sur le secteur, la marque envoie une autre équipe en direction des murs de son concurrent. Des puces AMD Renoir Zen 2 avec circuit graphique a destination des PC sédentaires. La mauvaise nouvelle étant que la marque ne vendra pas pour le moment ces APU aux simples particuliers.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Inutile de vous précipiter chez votre vendeur préféré, ces nouveaux Ryzen 4000 G-Series sont pour le moment réservés aux fabricants qui les intégreront dans des PC de bureaux classiques ou des MiniPC. La totalité de sa production ira donc vers les OEM pour un début de vie commerciale probablement situé vers la rentrée scolaire. Point clé de cette décision, elle permet à AMD de rester discret sur les prix. Sans commercialisation grand public, ces AMD Renoir n’ont pas de tarif officiel communiqué par la marque. Les prix dépendront beaucoup des quantités achetées par les différents constructeurs.  Autre point important à comprendre, si AMD officialise les nouveaux processeurs, elle n’a rien à nous mettre sous la dent. Il faudra attendre les premières machines pour avoir un comparatif de performances des différentes puces annoncées. Probablement d’ici la fin du mois d’Août.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Dans cette liste de “nouveaux” processeurs APU, on retrouve l’essentiel des capacités des solutions Renoir Zen 2 employées dans les portables sous AMD Ryzen 4000. Les puces G-Series mesurent toujours 156 mm² et sont montées sur un Socket AM4. Elles sont protégées par une plaque thermique adaptée à l’utilisation de solutions de dissipation de chaleur externes. Puisque les processeurs ne subissent ni la contrainte d’une épaisseur limitée, ni celle d’un travail sur batterie, leur consommation change également. AMD a augmenté leurs fréquences et leur TDP.

 COEURS/THREADSFREQ BASE/BOOSTCACHECOEURS RADEONTDP
AMD Ryzen 7 4700G8/163.6/4.4 GHz12 Mo865 W
AMD Ryzen 7 4700GE8/163.1/4.3 GHz12 Mo835 W
AMD Ryzen 5 4600G6/123.7/4.2 GHz11 Mo765 W
AMD Ryzen 5 4600GE6/123.3/4.2 GHz11 Mo735 W
AMD Ryzen 3 4300G4/83.8/4.0 GHz6 Mo665 W
AMD Ryzen 3 4300GE4/83.5/4.0 GHz6 Mo635 W

AMD Annonce une augmentation assez importante des performances par rapport à la génération précédente des mêmes puces pour un TDP équivalent. Tous les secteurs sont concernés, du programme créatif au jeu en passant par les usages classiques et les calculs lourds. Epaulées par un circuit Radeon, ces Ryzen 4000 G-Series se posent comme des outils capables de venir à bout de toutes les tâches.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Autre élément clé à noter, les TDP sont MiniPC-compatibles. Et quand je dis Mini, je ne parle pas de solutions plus ou moins biscornues ou épaisses que certains revendeurs vont sans doute nous proposer. Ces processeurs sont parfaitement exploitables dans des formats très compacts, même en versions 65 watts. Si on en juge par le travail mené par Intel sur des solutions comme le NUC Hades Canyon par exemple, ces puces AMD Ryzen 4000 G-Series sont tout à fait capables de venir se loger dans des châssis très compacts.

Intel NUC Hades Canyon

Le Nuc Hades Canyon embarque un processeur pouvant aller jusqu’à 100 watts de TDP, en silence

L’exemple du NUC Hades Canyon est celui d’un excellent – et probablement coûteux – travail de développement. Mais c’est un travail qui pourrait payer à moyen et long terme pour une société voulant s’impliquer vers ce type de produit. Avec un Ryzen 4000 GE en 35 Wats de TDP, ce type de solution pourrait offrir des performances très correctes en 2D, vidéo et 3D dans un encombrement minimal. Des versions 65 watts comme les AMD Ryzen 7 4700G répondront probablement à toutes les attentes d’un PC familial moderne, la compacité en plus.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Si un constructeur se plonge vraiment sur ce secteur, de Zotac à Acer en passant par Lenovo, Asus ou HP, il y a de quoi monter une gamme très intéressante de MiniPC performants, compacts et discrets en ventilation. Des engins de salon, des engins placés sous un téléviseur ou à intégrer dans un pièce à vivre du foyer sans la défigurer avec une grosse tour encombrante et bruyante.

AMD Ryzen 4000 G-Series

Avec ces nouveaux APU Ryzen en Zen 2, AMD propose des solutions convaincantes. Les versions 6 coeurs comme le Ryzen 5 4600G tient la comparaison avec les puces AMD précédentes en Zen+ en 8 coeurs. Les performances graphiques des circuits Radeon Vega devraient également proposer plus de puissance de calcul en 3D. L’idée étant de viser un marché classique où les utilisateurs visent une jouabilité fluide en 1080P sans rien d’extravagant ni en détails ni en fréquences.

AMD

AMD annonce également des Athlon qui reprennent les appellations d’Intel.

Une autre technique d’infiltration des cités assiégées a toujours été l’envoi d’espions déguisés en ennemis. On prend les plus braves et les plus agiles de ses soldats et on leur fait escalader les remparts en douce. De nuit et en toute discrétion, affublés des uniformes des assiégés, ils ont pour but d’ouvrir les portes ou de détruire des défenses imprenables. 

494935_Athlon3000 series_01_0005_alpha
AMD joue également à ce jeu avec ses nouveaux Athlons en reprenant les codes d’Intel : les modèles sont déclinés en Silver et en Gold au même titre que les Celeron de son concurrent. Pas moins de six nouveaux Athlon sont donc déclinés de la sorte. Ils devraient représenter l’entrée de gamme en APU de bureau sur cette génération de puces AMD Renoir.

 COEURS/THREADSFREQ BASE/BOOSTCACHECOEURS RADEONTDP
Athlon Gold 3150G4/43.5/3.9 GHz11 Mo365 W
Athlon Gold 3150GE4/43.3/3.8 GHz6 Mo335 W
Athlon Silver 3050G4/83.4 GHz6 Mo335 W
Athlon Gold PRO 3150G2/43.5/3.9 GHz6 Mo365 W
Athlon Gold PRO 3150GE4/43.3/3.8 GHz6 Mo335 W
Athlon Silver PRO 3125GE2/43.4 GHz5 Mo335 W

Des puces aux mêmes niveaux de TDP mais moins performantes sur de nombreux points, notamment parce que leurs circuits graphiques sont moins travaillés par AMD. Ils constitueront l’entrée de gamme de l’offre mais aussi à une vision plus industrielle. Les séries “Pro” engageant des fonctions de chiffrement et de gestion réseau plus complètes. Elles ne devraient pas apparaître dans les solutions grand public.

 

AMD Ryzen 4000 G-Series, les APU Zen 2 pour MiniPC en approche © MiniMachines.net. 2020.

Beelink GT-R : un autre MiniPC sous AMD Ryzen 5 R3550H

MAJ : Le Beelink GT-R est désormais annoncé en précommande pour une livraison a partir du 19 Août pour moins de 493€ en version 8 Go DDR4 + 256 Go SSD + 1 To HDD sur Gearbest.

La version Barebone est toujours annoncée à moins de 387€ chez GeekBuying avec une expédition à la même période.

Billet original : A la mi Juin, je vous expliquais qu’une nouvelle génération de MiniPC abordables et capables de remplacer une tour classique, allait débarquer. Qu’une révolution était en train de débuter. L’annonce du Minisforum Deskmini DMAF5 était un signe annonciateur de cette nouvelle génération de machines. Aujourd’hui, cette nouvelle gamme de solutions se confirme avec l’annonce du Beelink GT-R. 

On retrouve sur le Beelink GT-R un élément commun avec la machine de Minisforum, le Ryzen 5 R3550H. Un processeur signé AMD qui déploie quatre coeurs et huit threads. Le tout cadencé de 2.1 à 3.7 GHz et associé à un chipset Radeon Vega 8 à 1.2 GHz. Une solution robuste qui permet d’exécuter tous les programmes classiques d’un PC familial : bureautique, multimédia, retouche d’image, montage léger, conception et impression 3D et même jeu 2D et 3D. Ce Ryzen 5 n’est pas un monstre de performances mais il est largement suffisant pour de nombreux usages et pourra, par exemple, réaliser des montages vidéos FullHD et lancer des jeux 3D récents peu détaillés.

Beelink GT-R

Dans le Beelink GT-R, cette puce sera bien entourée. La marque va vendre son MiniPC sous plusieurs formats allant du barebone nu, sans mémoire ni stockage, jusqu’à des versions pré-équipées. L’engin proposera deux slots de mémoire vive DDR4, ce qui devrait lui permettre de piloter au moins 32 Go de mémoire vive. On pourra également profiter de deux slots au format M.2 2280. Le premier sera compatible PCIe NVMe et le second limité au SATA 3.0. Enfin, un emplacement 2.5 pouces pour un stockage SATA 3.0 supplémentaire sera également disponible. On pourra donc piloter 3 solutions de stockage différentes avec cet engin. 

Beelink GT-R

Le tout sera ventilé activement par une solution assez complète comprenant un système de caloduc en cuivre et un double ventilateur en extraction. Un système complet et assez classique qui pousse de l’air frais sur des ailettes vers lesquelles la chaleur a été transportée. On n’aura donc pas un engin fanless mais il est possible que les moyens employés par la marque permettent de profiter d’un engin relativement discret en terme de nuisances sonores. On note au passage que le système de refroidissement est placé au dessus du châssis et non pas en dessous de la carte mère, un point positif pour l’ensemble de la ventilation globale qui permettra de garder un processeur plus facilement au frais malgré ses 35 watts de TDP. 

Beelink GT-R

Le boitier du Beelink GT-R lui même participera à la dissipation de la  chaleur. Avec une coque en aluminium, il protégera bien l’ensemble de la machine tout en proposant une option originale pour un MiniPC de ce type. Au dessus du châssis, on retrouve un lecteur d’empreintes digitales qui pourra piloter un système d’authentification et de chiffrement. 

Beelink GT-R

La connectique est bonne avec en façade deux ports USB 3.0 type-A, un USB Type-C, un port jack audio combinant casque et micro, un double micro pour piloter une solution d’assistant personnel. Et, en plus du bouton de démarrage, un bouton reset. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une bonne solution de placer ce bouton qui ré-démarrera la machine à cet endroit. J’imagine que des erreurs de manipulation pourraient être faites et un placement à l’arrière pourrait être plus sécurisant que de placer ce type de bouton entre les ports USB et le bouton de démarrage. On pourra sans doute débrancher le connecteur de ce bouton assez facilement pour éviter tout ça.

Beelink GT-R
Sur la partie arrière du Beelink GT-R, on découvre de très belles choses avec une alimentation jack classique, deux ports réseau Ethernet Gigabit ce qui est une excellente nouvelle pour piloter deux réseaux distincts avec ce type d’engin, une double sortie vidéo HDMI2.0 et un Displayport 1.4. Les trois ports permettront d’afficher des contenus en UltraHD à 60 images par seconde et en HDR.

Beelink GT-R

Le port USB Type-C de façade étant également compatible DisplayPort, il sera possible de piloter quatre écrans en simultané avec l’engin. Un point qui pourrait intéresser certains métiers.

Enfin, quatre autres ports USB 3.0 sont présents pour un total de 6 au global. Parfait encore une fois pour remplacer une tour classique avec l’ensemble des accessoires traditionnels : De la webcam au clavier en passant par une imprimante et des manettes. Il manque peut être pour pinailler un lecteur de cartes mémoire SDXC qui n’aurait pas été désagréable mais on pourra en connecter un en USB 3.0 facilement. Le MiniPC propose évidemment un Wifi5 ainsi qu’un module Bluetooth 4.1 pour piloter des systèmes sans fil.

Beelink GT-R

Le Beelink GT-R fait tenir tout cela dans un châssis un peu plus grand que d’habitude avec 16.8 cm de large pour 12 cm de profondeur et 3.9 cm d’épaisseur. Cela reste très très compact et comme l’engin propose une fixation de type VESA, il sera possible de le fixer sur un meuble ou derrière un écran facilement. 

Le Beelink GT-R est annoncé comme 100% compatible Linux et Windows et si on ne connait pas encore sa date de commercialisation ni les prix demandés par la marque, je suis persuadé que ce type de machine va bouleverser le marché. Plus complète et plus efficace, elle ne remplacera pas un PC Expert spécialisé dans un usage mais sera parfaite pour un usage familial avec très peu de choses inaccessibles dans cette optique.

Voilà également pourquoi il ne faut pas se précipiter sur des offres comme celle du Minisforum Deskmini DMAF5 en financement participatif. Il est possible que cet engin soit une meilleure affaire au final et profite d’une commercialisation traditionnelle. Comme il est possible que d’autres constructeurs de ce type lancent leur propre version d’un MiniPC sous Ryzen 5 et fassent jouer la concurrence et les prix.

Source : Beelink

Beelink GT-R : un autre MiniPC sous AMD Ryzen 5 R3550H © MiniMachines.net. 2020.

Minisforum Deskmini DMAF5 : la révolution MiniPC va commencer

Le Deskmini DMAF5 est un MiniPC qui ressemble à beaucoup d’autres. Un boitier compact de 12 cm de large comme de profondeur pour 5.1 cm d’épaisseur. Une machine d’apparence très classique avec une intégration habituelle. Un peu trop habituelle même comme on le verra plus tard.

Ryzen 5 3550H

Ce qui change la donne ici, c’est l’équipement interne de la machine. L’emploi d’un processeur AMD Ryzen 5 3550H. Une puce quadruple coeurs et octuple threads cadencée de 2.1 à 3.7 GHz. Un circuit qui embarque également un chipset Radeon Vega 8 lui même cadencé à 1.2 GHz. Ce processeur offre des performances plus que convaincante. Il permet de piloter tous les usages d’un PC familial classique. Bureautique et surf bien sûr mais également jeu 3D, création 2D, montage vidéo et conception comme impression 3D. Mieux, ce type de processeur s’avère très confortable dans ces usages ce qui lui permettra de remplacer totalement un PC moyen tour classique. Non pas un PC de joueur ou une station sur mesure évoluée mais plutôt le PC de supermarché ou la machine qui reste en place chez vous pour les usages du quotidien.

Ryzen 5 3550H
Avec cette base de compétence, le Deskmini DMAF5 propose deux formules de mémoire et de stockage : 8 Go de DDR4-2400 sur  un slot de mémoire vive (sans gestion double canal donc) ou 16 Go de même type sur les deux slots. Accompagnant cette mémoire vive on retrouvera un stockage SSD SATA 3.0 en format M.2 2280. Une déception pour cet engin qui aurait gagné a choisir une version PCIe NVMe plus rapide. Un second emplacement 2.5″ SATA 3.0 est également accessible pour faire évoluer la machine.

Mais ce n’est pas tout, l’engin propose un module Wifi M.2 2230 au format 802.11AX ou Wifi6 pour des débits ultra rapides. Associé à un module Bluetooth 5.0 cette carte Wifi est également complétée par non pas un mais deux ports Ethernet Gigabit. La machine pourra donc piloter deux réseaux filaires indépendants.

Deskmini DMAF5

Le reste de la connectique comporte une sortie HDMI 2.0 et un DisplayPort, les deux étant capables d’afficher un signal UltraHD à 60 Hz sans problème. Le Deskmini DMAF5 propose également une sortie USB Type-C avec prise en charge d’une sortie vidéo DisplayPort pouvant sortir le même type de signal. Le MiniPC pourra donc facilement piloter trois écrans 4K. Quatre ports USB 3.1 Type-A sont également présents ainsi qu’un port jack combinant casque et micro. Un petit microphone est également présent à l’avant ainsi qu’un capteur infrarouge, le bouton de démarrage et une petite LED témoin d’activité. L’engin fonctionne sous Windows 10 Pro.

Deskmini DMAF5

Cette machine est importante car elle marque un changement, une bascule en terme de performances sur un MiniPC “noname”. Cela fait longtemps qu’Intel propose des NUC avec ce niveau de performances ou des solutions encore supérieures avec ses Skull Canyon ou ses Hades Canyon. Malheureusement les tarifs de ces engins les rendent difficilement accessibles. L’arrivée de ce type de processeur Ryzen devrait donc changer la donne.

Le modèle 8/256 Go du Deskmini DMAF5 sera mis en vente en financement participatif sur Indiegogo à partir de 399$ pour les premiers modèles, probablement assez peu de pièces pour les “early bakers” avant d’augmenter de tarif. La version 16/512 Go sera proposée à 529$ dans les mêmes conditions. Cela n’est pas spécialement donné mais avec la performance annoncée, cela serait un investissement ayant beaucoup de sens.

Pardon pour la bande son

Pourtant, il ne faut pas acheter ce Deskmini DMAF5, du moins pas dans ces conditions.

Je m’en vais maintenant tempérer nos ardeurs. Si sur le papier le Deskmini DMAF5 est une super machine, le mode de financement et les tarifs demandés, en plus de sa réalisation techniques, ne me satisfont pas.

Commençons par le fait que l’engin soit distribué sur Indiegogo. Pour bien comprendre mon propos, outre le fait que Indiegogo est une plateforme problématique, il faut bien comprendre qui est Minisforum. Il s’agit, comme beaucoup d’autres marques de ce type, d’une sous marque revendeur “fabless”. Cela veut dire qu’ils ne fabriquent rien, ils se contentent de piocher dans le catalogue mis à disposition par des fabricants OEM et de choisir les composants a intégrer. En clair ils partent sur une solution prémâchée par un tiers qui va fabriquer le produit, choisissent le montant de mémoire vive, de stockage, la carte wifi a embarquer et, parfois, la forme de la coque. Le fabricant leur donne alors un prix qu’ils vont prendre en compte avant de proposer leur machine à la vente. Minisforum appartient à BESTSTAR TECH, une société de Hong Kong qui détient également une autre marque que l’on connait bien : Kodlix.

Ce type de fonctionnement n’a rien d’anormal ou de particulier, c’est même la règle pour nombre de marques de MiniPC : Vorke, Beelink, Chuwi, Kodlix, T-Bao, Hystou, Partaker, Nvisen et bien d’autres. La grande question est donc liée non pas à leur mode de fonctionnement mais au pourquoi un recours au financement participatif ? La réponse est simple, trouver de l’argent auprès des internautes plutôt que de devoir contracter un emprunt auprès d’une banque pour financer le lancement de la production chez le  vrai fabriquant. Est-ce là l’innovation promise par le système de financement participatif ? Non, loin de là, cela se rapproche au mieux à un achat groupé. En faisant ce choix d’Indiegogo la marque Minisforum fait disparaitre tout risque financier. Est-ce qu’en échange la marque fait un vrai cadeau aux participants ? Pas vraiment. La baisse de prix à 399/529$ pour les premiers acheteurs n’est pas énorme1.

Qu’est ce que gagne l’internaute en échange ? Outre le risque de commande sur Indiegogo et de ne jamais être livré ? Zéro SAV, les acheteurs en financement participatif sont des investisseurs et non pas des clients, la marque n’a pas a leur fournir le moindre suivi logiciel ou materiel. Dès réception de leur machine le contrat est rempli. Même si l’engin ne fonctionne pas ou pose de gros soucis techniques dans le futur.

Deuxième raison pour laquelle il ne faut pas acheter ce Deskmini DMAF5 en financement participatif ? Son prix en magasin sera probablement identique et disponible au même moment que la livraison des premiers PC réservés via Indiegogo. Cette règle se retrouve à chaque fois confirmée sur ce marché particulier. Quand le MiniPC est enfin disponible pour ceux qui le réservent avec un financement de ce type, il est également en stock en magasin… Au même prix voir très souvent moins cher à l’achat direct pour son lancement grâce à des codes promos. Les “investisseurs” n’ont donc aucun avantage a avancer leur argent. Il arrive même que des clients lambdas soient finalement livrés en même temps ou avant les “bakers”.

Ceci pour une bonne raison, le but de ce type de campagne de financement est plus marketing et financier qu’autre chose. La marque veut promouvoir son MiniPC et elle sait très bien l’effet viral que peut avoir ce type de système sur le marché. Dans le même temps elle récupère des informations pertinentes sur l’attrait de l’engin pour le public. Si le financement participatif marche fort, ils auront un argument de poids a faire valoir aux revendeurs pour qu’ils pré-commandent également de plus grosses quantités de machines. Ces grosses quantités sont plus faciles a livrer que d’assurer la livraison de centaines de colis à des adresses différentes à travers le monde. L’usine livre donc en premier les revendeurs…

Enfin, je ne suis pas sûr de la pertinence du produit ni de sa rareté à moyen terme. Pas sûr non plus que Minisforum ait fait les meilleurs choix ni qu’il ait le meilleur tarif pour cet engin.

Comme je vous le disais Minisforum ne fabrique pas ces PC, si ils apparaissent aujourd’hui sur le marché, c’est parce que la solution est apparue chez un fabriquant. En d’autres termes TOUTES les marques de MiniPC ont dans les mains un catalogue présentant des cartes mères avec un AMD Ryzen 5 3550H embarqué. Ils pourront choisir des solutions en 8 ou 16 Go de DDR, opter pour un stockage NVMe ou faire les mêmes choix que le Deskmini DMAF5. Voire, peut être, proposer le même boitier. Seulement au moment ou les engins seront tous disponibles en magasin, la concurrence fera son travail et les marques proposeront alors soit plus de compétences, soit plus de stockage soit… un meilleur tarif. Il est donc possible que ce Deskmini DMAF5 se retrouve à la traîne au moment de sa réelle disponibilité.

Minisforum

Enfin, et c’est peut être ce qui me chagrine le plus, le choix d’implantation de ce Deskmini DMAF5 me fait avancer a reculons. Le constructeur propose des fonctions très intéressantes comme un accès facilité aux composants en faisant simplement sauter le couvercle de l’engin. On pourra donc aller trifouiller mémoire et stockage sans jouer du tournevis. C’est une très bonne idée pour les particuliers, moins pour les pros qui préfèrent en général des machines aux composants mieux protégés. Mais cela pose quelques questions.

DeskMini DMAF5
La première est : “Pourquoi personne n’y a pensé plus tôt ?”. La réponse est simple. La puce Ryzen 5 dégage 35 watts de TDP et ce mode de mise à jour oblige a placer le processeur sous la carte mère, totalement à l’envers. Ce qui va augmenter considérablement l’effort nécessaire au ventilateur pour refroidir l’ensemble. Vu qu’on n’ouvre pas tous les jours son MiniPC il aurait été préférable de placer la trappe sous la machine et de basculer le processeur au dessus. Pour parfaire ce choix, le recours à un capot supérieur en métal ajouré avec un système d’antennes externes aurait été parfait.

Deskmini DMAF5

Pour compenser ce choix, la marque a donc employé un système de dissipation de portable assez élaboré avec un dissipateur en aluminium, un heatpipe et une distribution de chaleur du processeur Ryzen vers les ailettes. Le tout ventilé par une solution typique des portables orientés jeu. Très bien sauf que ces solutions ont toujours été pensées pour fonctionner dans l’autre sens, le ventilateur vers le haut et le processeur en dessous. 

ventilation de portable

Autre question ? Pourquoi livrer un engin pareil tout en castrant sa bande passante avec une seule barrette de mémoire vive quand un des gros avantage de cette puce est sa gestion du double canal ?

Sur le papier cet engin est vraiment intéressant et il augure un avenir radieux pour le format. Avec ce Ryzen 5 3350H et un système double canal, ce type de MiniPC sera une vraie aubaine pour beaucoup. Pour autant je vous encourage vraiment a laisser le temps faire son travail. Après les vacances au mieux ou en fin d’année au pire, on devrait voir une vraie concurrence sur ce type d’engin. Il sera alors temps de faire des choix et de trouver la perle rare… Mais je doute que ce premier jet soit le meilleur. C’est juste une excellente nouvelle théorique.

Beaucoup des captures d’écran de ce billet sont issues de la vidéo que TechTablets vient de publier. Je vous encourage a la regarder en détail pour avoir un avis technique complet sur l’engin.

Minisforum Deskmini DMAF5 : la révolution MiniPC va commencer © MiniMachines.net. 2020.

Asus PN50 : un MiniPC sous AMD Ryzen 7 4800U

Les Ryzen 7 4000U sont la nouvelle famille de processeurs d’AMD pour le monde du portable. Comprenez des puces qui ne consomment que peu et qui ne dégagent donc qu’une faible de chaleur. Tout ce qu’il faut pour être facilement intégrable dans un boitier de taille compacte.

Asus PN50L’Asus PN50

Avec 15 watts de TDP, ces puces Ryzen ne sont pas plus compliquées à mettre en ouvre dans un châssis classique de MiniPC qu’une solution Intel. L’Asus PN50 en a bien pris note et accueille donc à bras ouverts les nouveaux Ryzen 7 4800U sous architecture Zen 2 et toutes les déclinaisons familiales.

La marque Taiwanaise a lancé en Corée  du Sud le nouveau Asus PN50 sous processeur AMD. Il s’agit d’un clone pur et simple de l’ASUS PN60 qui embarque un processeur Intel Core de huitième génération. La machine embarquera toute la gamme Ryzen 4000U

Asus PN50

Asus PN50

Et c’est assez amusant car en 2019, lors de l’IT Partners, j’avais rencontré les gens d’Asus sur leur stand pour discuter. Et à l’époque, j’avais longuement argumenté avec certains autour des MiniPC sous Ryzen. On était sur la génération d’avant alors mais je poussais fortement la marque à se pencher sur le berceau des Zen pour leurs évolutions futures. Bien sûr, je ne suis en rien responsable de l’apparition des ASUS PN50 sous Ryzen 4000U. Je comprends juste qu’à l’époque les ingénieurs de la marque avaient, semble t-il, eu la même idée que moi. Pourquoi ne pas intégrer une puce AMD Zen2 dans ce châssis de PN60 en lieu et place des Kaby Lake Refresh qui les occupaient ? Après tout, ils avaient un TDP de 15 watts également ?

Un an plus tard, Asus débarque avec les PN50 et vont probablement mettre tout le marché du MiniPC à l’amende si ils se dépêchent de commercialiser leur produits en Europe.

On retrouve donc un châssis de 11.5 cm de côté et 4.9 cm d’épaisseur. Bien construits et sobres avec une finition matte en aluminium brossé. Ils proposeront une connectique complète avec un DisplayPort, un HDMI, un port Ethernet, un port casque combo, un lecteur de MicroSDXC, deux ports USB 3.1 Type-C et trois ports USB 3.1 Type-A. 

Asus PN60

Sur le PN40 un système de glissière permet d’accéder facilement aux composants

Les puces embarquées seront nombreuses, la marque raffole de ces options pour toucher tous les marchés possibles. Deux slots de mémoire vive seront donc présents, en DDR4, pour toucher jusqu’à 64 Go de mémoire de base en double canal. Le stockage sera confié à une solution double. Un slot M.2 PCIe NVMe, probablement en 2280, pour un stockage ultra rapide du système, et un emplacement 2.5″pour un stockage SATA 3.0 mécanique ou SSD supplémentaire. 

2019-03-15 13_35_21-minimachines.net

Asus PN60

Et, donc, l’ASUS PN50 sera vendu dans toute la gamme de puces AMD Ryzen 4000U. Du Ryzen 3 4300U au Ryzen 7 4800U

AMD Ryzen 4000U

Le  gros avantage de ces puces étant leur gravure 7 nanomètres qui permet de dégager plus d’efficience dans leur taille compacte et d’embarquer un circuit graphique plus performant que leurs homologues Intel.

Pour avoir sous la main mon premier ordinateur portable sous processeur AMD Ryzen de cette génération, je suis clairement impressionné par les résultats obtenus. Aussi bien pour des usages classiques que pour le jeu ou des travaux plus lourds. La réactivité, la souplesse et les possibilités de cette machine sont juste extraordinaires.

Asus PN60

Asus PN60

On n’a pas de date d’une commercialisation de l’ASUS PN50 en Europe ni en France, je m’en vais poser la question à la marque dès que possible mais je ne doute pas de son arrivée en magasin. Les PN40 (sous Celeron et Pentium) et PN60 (sous Core) ont fait le voyage, il n’y a pas de raisons que le PN50 ne le fasse pas à son tour.

Je prévois un développement en deux étapes pour ces engins. D’abord un écho assez large chez les “experts”, les utilisateurs avisés qui n’auront aucune appréhension à tester ce genre d’appareil. Pour eux, AMD ou Intel, peu importe, seule la performances compte. Ces premiers défricheurs auront tôt fait de rendre compte des capacités de ces nouveaux joujoux et créeront un appel d’air important pour l’autre étape de la conquête des Ryzen 4000U sur ce marché. Le grand public, sur les conseils des premiers explorateurs, ira à son tour à la ruée vers l’or d’AMD. 

Le marché est en train de basculer et avec les performances des MiniPC actuels, il n’y a pas grand chose que le grand public ne peut pas envisager.

2020-01-07 12_46_37-minimachines.net

Le dernier rempart qui empêche monsieur et madame tout le monde de passer de la grande tour moche, bruyante et encombrante à une Minimachine… c’est le jeu et le montage vidéo. Si j’en juge par mes expérimentations actuelles sur le Ryzen 4000U, ce défi est désormais relevé pour les titres grand public. Et cela dans une qualité de jeu tout à fait décente. Et jusqu’en UltraHD pour le montage vidéo.

Le premier constructeur qui dégainera un MiniPC efficace sous AMD Ryzen 4000U, plutôt facile à mettre à jour en mémoire vive et en stockage, celui-là gagnera probablement le gros lot. A condition bien sûr de ne pas être trop gourmand. A condition également de prendre ce tournant et de parier sur ce type de machine car la demande est déjà forte et va aller en s’accélérant. Le marché PC va basculer et ceux qui n’auront pas réussi à sécuriser un stock suffisant en seront pour leurs frais.

Sources : Tom’s HardwareSmartPCiT dongA, Dustin Home et Liliputing.

Asus PN50 : un MiniPC sous AMD Ryzen 7 4800U © MiniMachines.net. 2020.

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création

Le MSI Modern 14 B4MW est une version sous Ryzen 4000 de la même machine lancée en Septembre dernier sous processeur Intel Comet Lake. On retrouve le même design global et une cible identique mais un changement de gamme de puces ainsi des capacités techniques différentes.

MSI

Depuis Septembre, cette gamme de machine est livrée sous processeurs Intel Comet Lake associés à des circuits graphiques Nvidia. La marque annonce désormais l’arrivée des MSI Modern 14 AMD équipés de puces Ryzen 4000U. 

L’architecture globale est identique avec un écran de 14″ en FullHD de type IPS 100% Adobe sRGB et un châssis présentant des fonctions identiques. On retrouve le même clavier rétro éclairé, une batterie de même gabarit en 52 Wh et des dimensions équivalentes avec 31.9 cm de largeur et 22 cm de profondeur pour 1.69 cm d’épaisseur.

MSI Modern 14 B4MW

Ce qui change entre les versions se situe sous le capot de la machine. Le MSI Modern 14 B4MW embarquera des puces Ryzen pouvant aller jusqu’au 4700U. Les circuits graphiques embarqués seront des Radeon RX Vega liés aux processeurs. La mémoire vive embarquée sera montée sur deux slots SoDIMM qui pourra accepter jusqu’à 64 Go de DDR4-3200. Le modèle Intel était, quant à lui, limité à un maximum de 32 Go de DDR4.

MSI Modern 14

Le stockage est unique, cette partie là est confiée à un slot M.2 PCIe NVMe 2280 également compatible SATA 3.0. L’ensemble pourra donc assez bien évoluer dans le temps. Les modèles en 8 Go de mémoire vive de base pourront facilement grimper à 16 ou 32 Go de mémoire vive. Les versions les plus légères en stockage pourront accueillir des SSD de plus grande capacité. Seule le processeur Ryzen 4000U ne pourra pas évoluer.

MSI Modern 14 B4MW

La connectique est, quant à elle, identique avec un port USB 3.1 Gen1 Type-C, deux ports USB 2.0 Type-A1, une sortie HDMI non détaillée, un port jack audio 3.5 mm stéréo et un lecteur de cartes MicroSDXC.

MSI Modern 14 B4MW

Le MSI Modern 14 B4MW proposera des fonctions classiques avec des enceintes 2 x 2 Watts, une webcam 720P et un rétroéclairage complet du clavier. Deux options de connexion seront disponibles avec un modèle de base en Wifi5 associé à un Bluetooth 5.0 et une option pour du Wifi6 et du Bluetooth 5.1.

Le MSI Modern 14 B4MW n’a pas encore eu droit à un communiqué de presse et aucune date de sortie ni aucun prix n’ont été proposés. Certains revendeurs commencent cependant à communiquer autour de ces machines. Une version Ryzen 7 4700U avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage est annoncé à 783.63$ aux US. Un prix à considérer Hors taxes qui pourrait donc situer l’engin autour des 820€ chez nous.

Source : NotebookCheck

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création © MiniMachines.net. 2020.

Udoo Bolt Gear : Un MiniPC Ryzen V1000 compatible Arduino

Le Udoo Bolt Gear reprend donc la carte du même nom et propose un processeur AMD Ryzen V1605B et son chipset vidéo Radeon Vega 8. Mais au lieu de se présenter comme une carte de développement classique, il s’agit ici d’un PC en format barebone. Il n’est pas complet et pour fonctionner, il devra recevoir mémoire vive, stockage et système d’exploitation. 

2018-06-01 11_05_38-minimachines.net

La carte peut accueillir deux barrettes de mémoire vive SoDIMM en DDR4-2400 pour un maximum de 32 Go de ram sur deux canaux. Le stockage sera, quant à lui, assuré par une solution combinant un slot M.2 2280 compatible PCIe NVMe et SATA 3.0 ainsi qu’un second slot M.2 2260 uniquement SATA 3.0. Un troisième slot M.2 2230 permettra d’ajouter une éventuelle carte Wifi et Bluetooth de votre choix.

UDOO BOLT GEAR

La connectique est assez large avec un port Ethernet Gigabit, deux ports USB 3.0 Type-A et deux ports USB 3.1 Type-C. Deux sorties HDMI 2.0 sont également présentes ainsi qu’un port jack 3.5 mm combinant sortie casque et entrée micro et un second port jack 3.5 mm en sortie stéréo classique en plus de proposer une sortie optique S/PDIF. La partie Arduino est gérée par un Microcontrôleur ATmega32U4 assez classique assurant une compatibilité avec les solutions Leonardo. On retrouvera évidemment l’ensemble du brochage classique de ce type de solution. 

UDOO BOLT GEAR

Le tout est monté dans un boitier assez original de 12 cm de côté… posé dans le vide sur des pieds lui permettant également un système d’accroche VESA. Le tout peut avoir des milliers d’usages différents. La marque a choisi de mettre en avant la réalisation d’une borne d’arcade mais plein d’autres idées peuvent venir de cette solution particulière.

2018-06-01 11_03_02-minimachines.net

Si vous vous souvenez de la carte UDOO BOLT, vous devez vous demander à ce stade quelle est la différence avec le Udoo Bolt Gear ? C’est une très bonne question puisqu’en réalité la marque a juste enrobé sa carte dans un châssis développé sur-mesures. Ce qu’elle appelle MiniPC est en réalité un accessoire supplémentaire pour sa précédente création. L’idée est, au demeurant, excellente car si il y a quelque chose qui peut faire peur avec ce type de solution de développement, c’est l’exotisme du format de la carte et la difficulté à l’intégrer. En proposant un boitier, accessoirement assez réussi esthétiquement, la marque attirera peut être de nouveaux clients.
Reste à voir la question du prix.

Udoo Bolt Gear

La carte nue était lancée à 309$ en financement participatif… et à 482$ avec 8 Go de mémoire vive en 2 x 4 Go et… le même boitier en métal. Impossible d’obtenir alors le boitier nu ou juste avec la carte. Il fallait obligatoirement acheter le kit de mémoire vive – assez cher – pour l’obtenir.

Udoo Bolt Gear

Le boitier de la Udoo Bolt présenté lors du financement participatif

Cette annonce de la marque est donc une nouvelle façon d’enrober les choses en proposant la carte avec le boitier au lieu de forcer la main à l’acheteur en choisissant un kit avec de la mémoire vive. Un an et demi après sa sortie, le kit a le mérite de faire à nouveau parler de cette excellente solution mais n’a pas vraiment grand chose de nouveau. A 399$, ce petit boitier très réussi et sa carte mère restent tout de même assez exceptionnels en terme d’usages et n’ont pas grande concurrence sur le marché.

Udoo Bolt Gear : Un MiniPC Ryzen V1000 compatible Arduino © MiniMachines.net. 2020.

Un SoC AMD Ryzen C7 sous architecture ARM Cortex X1 ?

Juste après la présentation de la nouvelle génération de SoC Cortex-A78 et de la solution Cortex-X1, un document annonce l’intention d’AMD de venir jouer sur le terrain des puces mobiles avec un AMD Ryzen C7 exploitant ces technologies. L’approche d’AMD serait très pragmatique avec l’emploi d’une solution entièrement basée sur les puces ARM pour la partie calcul mais s’appuyant également sur la technologie Radeon maison pour la partie graphique. Un chipset Mediatek serait également à l’oeuvre pour permettre à ces solutions de se déployer en versions 5G.

Ryzen C7

Cette fuite d’un AMD Ryzen C7 est évidemment à prendre avec de grosses pincettes. Elle nous vient de Slashleaks qui a, depuis, effacé toutes les traces de son annonce. Est-ce une vraie info qu’AMD a demandé de modérer ou un canular dans lequel ils sont eux même tombés ? Difficile de le savoir pour le moment.

Les spécifications complètes nous donnent donc 2 Cortex-X1 cadencés à 3 GHz “Gaugin Pro” associés à deux Core Cortex-A78 à 2.6 GHz “Gauguin Mobile” associés à 4 Cortex-A55 à 2 GHz. La partie graphique serait confiée à un AMD Radeon RDNA 2 Mobile avec 4 unités de calcul à 700 Mhz. Cette partie graphique serait 45% plus rapide qu’un Adreno 650 tel que ceux implantés dans les Snapdragon 865. La puce proposerait une prise en charge de fonctions 3D avancées en temps réel comme le ray-tracing ou des gestions d’ombres avancées. Le circuit permettrait ma prise en charge de signaux vidéo “2K” à 144 Hz avec gestion du HDR10+. 

La prise en charge de mémoire LPDDR5 à 2750 MHz et la gestion d’un stockage UFS 3.1 seraient proposées. La connexion aux réseaux serait assurée par un circuit MediaTek 5G UltraSave avec prise en charge de 2 SIM. Il assurerait à la fois une gestion 5G du signal mais également un Wifi AX et du Bluetooth 5.1 en proposant en plus des fonctions de détection satellite complètes (GPS, Beidou, Galileo et GLONASS) en plus d’un NFC. Le SoC AMD Ryzen C7 assurerait une communication en USB 3.1. 

La puce serait gravée en 5 nanomètres par TSMC… Ce dernier détail rajoute du crédit au scénario mais comme le questionne CNX Software, cette annonce semble pourtant quelque peu étrange. Non pas parce que, comme il le souligne, AMD a attaqué en justice Mediatek par le passé. Les sociétés de ce type ne s’encombrent pas vraiment de pudeur dès qu’il s’agit de business. Certaines guerres commerciales ont été l’occasion pour des sociétés de se rencontrer avant de travailler ensemble. Mais parce que cela semble une fuite très opportune pour une solution pourtant pas prévue avant quelques temps.

Est-ce qu’à l’annonce des nouveaux SoC Cortex-X1 quelqu’un a eu l’idée de proposer un canular de ce type ? C’est possible. Tout comme il est possible que quelqu’un ait fait un rapprochement suite à la publication des informations par ARM.  Est-ce que le meilleur scénario d’entrée d’AMD serait celui d’un haut de gamme en compétition avec Qualcomm ? Peut être si la marque propose, comme sur le terrain du x86, un concurrent efficace positionné bien moins cher. Cela permettrait à la marque de venir s’installer sur le marché du PC ultra mobile et connecté.

Un SoC AMD Ryzen C7 sous architecture ARM Cortex X1 ? © MiniMachines.net. 2020.

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces

C’est amusant, personne n’a été prêt. Lorsqu’en Mars, AMD a lancé ses puces Renoir sur le marché, on pouvait penser que les constructeurs avaient déjà les pieds sur les Starting Blocks. Qu’ils étaient fin prêts à débouler avec des machines… Au moins aussi prêts qu’attendus. Car le nombre de clients potentiels est énorme et certains n’en finissent plus de ronger leur frein.

Mais non, entre le Covid qui est venu jouer les trouble-fêtes et des grandes marques pas spécialement au taquet sur le sujet, je suis très surpris de voir que sur le marché actuel, l’offre AMD Ryzen 4000 est quasiment invisible. D’autant plus que je croise à longueur de commentaires et de parcours sur les forums des gens qui attendent la disponibilité de ces machines pour investir. Plusieurs solutions se dessinent et on va avoir des engins chez Dell, Acer, HP et Lenovo pour ne citer qu’eux. Mais il serait temps que les équipes s’investissent plus largement autour de ces puces et de leurs gammes.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Xiaomi, en tout cas, n’est pas en reste et la marque fourbit ses armes avec des versions AMD “Renoir” de son RedmiBook lancé en Décembre sous processeurs Intel Comet Lake-U. Trois engins sont prévus pour le marché local sous l’architecture Zen 2  d’AMD. Les RedmiBook Ryzen Edition en 13, 14 et 16 risquent de faire très vite parler d’eux.

Débutant à 3799 Yuans – soit 485€ environ – pour terminer à 4449 Yuans – 579€ – ces modèles se distinguent par leur diagonale et leur équipement. Chaque modèle, du 13 au 16″ proposera un entrée de gamme avec 8 Go de mémoire vive, un Ryzen 5 4500U (6 coeurs et 6 threads de 2.3 à 4 GHz associés à un Radeon Vega 6) avec un SSD de 512 Go. Le haut de gamme embarquera 16 Go de mémoire vive et 1 To de stockage SSD associés à un Ryzen 7 4700U (8 coeurs et 8 threads de 2 à 4.1 GHz associés à un Radeon Vega 7). L’ensemble de ces processeurs fonctionne sur un TDP de 15 watts comparable aux solutions concurrentes chez Intel.

RedmiBook Ryzen 13 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 1 To SSD : 4.999 yuans : 640 euros.

RedmiBook Ryzen 14 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

RedmiBook Ryzen 16 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

Ces tarifs concernent la Chine continentale, sont réservés aux particuliers et… sont indiqués hors taxes. Cela veut dire que les prix stipulés ne risquent pas d’être les mêmes en importation. Comptez sur la marge des revendeurs et l’ajout – plus ou moins visible –  des frais de port. Il n’est pas dit que ces RedmiBook sortent un jour en France, pour le moment Xiaomi a fait l’impasse sur le pays pour ses machines. L’intégration d’un clavier AZERTY étant une affaire assez complexe à gérer si on veut  faire les choses bien… Face à un marché saturé et compliqué comme le marché Français, la marque n’a pas encore pris ce risque.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Les 3 diagonales proposeront la même définition, un FullHD IPS  classique avec une dalle 16:10 affichant une colorimétrie 100% sRGB. L’intégration de l’écran répondra aux demandes actuelles du public : à savoir une intégration au plus juste dans l’espace disponible. Xiaomi ne veut pas faire de ses RedmiBook Ryzen des engins “low cost” aux finitions entrée de gamme mais vise plutôt un plateau supérieur avec des machines efficaces et sans fioritures. Les dalles occuperont donc 90% de l’espace disponible avec des bordures de 3,26 mm. C’est moins qu’un ultraportable haut de gamme de grande marque mais cela reste un compromis suffisant vis à vis d’un public qui ne veut pas payer la note d’un caprice esthétique parfois jugé inutile. A noter également le choix de Xiaomi de passer son 15.6″ en 16″ pour un encombrement probablement identique à celui des 15.6″ classiques.

Ces écrans proposeront une luminosité conséquente pouvant varier de 50 à 300 nits et pourront également faire varier leur vitesse de traitement suivant plusieurs modes. Une combinaison de touches permettant de faire grimper les Ryzen 4000 dans les tours en mode sédentaire pour augmenter leurs performances de jeu. Un autre tirera moins sur la batterie en mode nomade pour travailler ou pour un usage multimédia. C’est pour le moment une des grandes inconnues de cette offre. Est-ce que les RedmiBook Ryzen vont offrir une autonomie correcte ? Les batteries embarquées iront de 40 à 46 Wh sans que l’on sache exactement comment elles fonctionneront. Xiaomi parle de 12 heures dans le meilleur des cas avec une charge rapide permettant de regonfler l’autonomie de moitié en moins de 40 minutes. La montée en puissance des batteries de 40 à 46 Wh servant surtout à compenser l’impact des dalles sur la consommation. Le RedmiBook Ryzen 13″ affichera 1.23 Kg, le RedmiBook Ryzen 14″ 1.28 Kg quand au RedmiBook Ryzen 16″ il grimpera à 1.8 Kg.

RedmiBook Ryzen

Le reste de l’équipement est on ne peut plus classique avec une connectique qui varie un peu part rapport au modèle Intel : un port USB 3.0 est présent de chaque côté de l’appareil avec en plus, sur la droite, un port jack 3.5 mm stéréo combo. Sur la gauche, un port USB 3.1 Type-C, un port HDMI et un second port USB type-C avec power Delivery pour charger l’appareil.

Prévus pour le mois de Juin en Chine, il n’est donc pas gagné de voir ces RedmiBook Ryzen débarquer en Europe. Si ce n’est pas exclu, ce serait une vraie nouveauté pour le marché Français avec probablement un bel effort de la part de la marque Xiaomi qui aurait tout à prouver au grand public sur ce segment et des concurrents de renom qui vont bien finir par proposer des engins sous AMD Ryzen 4000 un jour… Reste que la marque commence à établir un écosystème de grande taille et ne manque pas de le rappeler encore ici : Les RedmiBook Ryzen ne proposeront pas de lecteur d’empreintes ni de fonctions de reconnaissance faciale via leur webcam. Non. Par contre, si vous possédez un bracelet Xiaomi Mi Band, ce dernier permettra de vous authentifier immédiatement à l’ouverture de votre machine.

Les machines sont apparues en ligne en précommande en version 16″ 4500U et 4700U

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche

Aux US, il s’appelle Ideapad Slim 7, en France ce sera le Yoga Slim 7. Le portable reste le même avec une architecture AMD Ryzen pouvant aller jusqu’au Ryzen 7 4700U. Une solution huit coeurs et huit threads accompagnée chez nous d’un maximum de 16 Go de mémoire vive DDR4 et 512 Go de stockage PCIe NVMe ultra rapide.

Yoga Slim 7

Le choix de ce processeur est compréhensible dans l’offre d’AMD, le 4800U en 16 threads aurait apporté d’autres avantages mais avec probablement également un tarif plus délicat à négocier. Le Yoga Slim 7 se contentera donc du 4700U qui propose dans ses 15 watts de TSP 8 coeurs et 8 threads cadencés de 2 Ghz à 4.1 GHz et un circuit graphique Radeon Vega 7. Une solution qui devrait offrir d’excellentes performances avec 16 Go de mémoire vive et un stockage très rapide.

Yoga Slim 7
L’écran 14 pouces du Yoga Slim 7 affichera en FullHD grâce à une dalle de type IPS mate de 300 nits. Lenovo proposera une finition brillante au travers d’une dalle de verre en option. Au dessus de l’écran à bordures fines, on retrouvera une double webcam avec un module classique pour la vidéo conférence et un module infrarouge pour de la reconnaissance faciale. 

L’engin promet jusqu’à 14 heures d’usage – probablement très léger – et un mode RapidCharge Pro permettant de remettre la batterie d’aplomb de 50% lorsque l’engin est éteint ou en veille. En pratique, la machine devrait proposer une dizaine d’heures d’usage classique et encore moins en usage lourd. Pas mal pour une solution de cette diagonale et un poids de 1.4 Kilo de base. Le Yoga Slim 7 mesurera 32.06 cm de large pour 20.8 cm de profondeur et 1.49 cm d’épaisseur.

Yoga Slim 7

La connectique est bonne avec deux ports USB 3.1 Type-A Gen2, un USB type-C 3.1 Gen2 avec fonction DisplayPort, réseau et alimentation PowerDelivery, un lecteur de cartes MicroSDXC, une sortie HDMI pleine taille et un port jack audio 3.5 mm stéréo combinant sortie casque et entrée micro. Le bouton de démarrage pourra éventuellement accueillir un lecteur d’empreintes sur la tranche de la coque.

Yoga Slim 7

Le clavier est assez classique d’un 14″. Il n’occupera pas la totalité de l’espace disponible, laissant la place nécessaire aux enceintes sur les côtés de l’engin. Le Yoga Slim 7 proposera enfin une paire d’enceintes stéréo Dolby Atmos Harman Kardon et un système de micro pour piloter un éventuel système Cortana ou Alexa optionnel. Lenovo utilise un clavier chiclet Accufeel avec des touches légèrement arrondies sur le bas pour proposer une frappe plus agréable. Le pavé tactile semble bien dimensionné et placé naturellement sous la barre espace. 

Le Wifi embarqué pourra être – et c’est important de le noter – un module 802.11ax. Un Wifi6 qui a du demander des efforts à Lenovo puisque au contraire des solutions Intel de dixième génération, l’ajout d’une solution de cette génération n’est pas simplifiée par la solution AMD. Par défaut, l’engin devrait néanmoins êtes une solution Wifi5 plus classique. Le module bluetooth est un 5.0 habituel.

On ne connait pas encore la date de disponibilité de cette machine ni son prix en France mais sa page web est désormais visible sur le site de la marque.

HP ENVY x360 13 2020Le Envy x360 AMD 2020

Ce Yoga Slim 7 semble être une bonne solution sur le marché actuel. Ce n’est pas une machine qui fera vraiment rêver en terme de design mais elle devrait proposer des performances solides et une ergonomie plus que décente à l’usage. Il semble que ce type de machine soit l’approche choisie par de nombreux constructeurs de PC et notamment les numéros un et deux mondiaux puisque HP a également choisi cette puce dans son Envy x360 AMD 2020. Des machines qui devraient commencer à bâtir la réputation de cette gamme Ryzen, en espérant que cela fasse tâche d’huile sur le reste du marché.

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche © MiniMachines.net. 2020.

TBook MN25 : Un MiniPC Ryzen 5 2500U évolutif (MAJ)

Mise à jour : Ajout de codes promos baissant considérablement les tarifs de ces 3 machines. La version 8 / 256 Go du TBook MN25 à moins de 300€ devient très intéressante. Voir en fin de billet.

T-Bao est une marque portefeuille. Il ne s’agit pas d’un assembleur et elle ne possède pas d’usine. Il s’agit d’une étiquette posée sur des PC construits selon ses directives par un autre professionnel. On a déjà croisé son nom sur divers produits comme des écrans ou des ordinateurs portables  par exemple. Son TBook MN25 est intéressant car il emploie une autre plateforme que celles choisies habituellement.


T-Bao TBOOK MN25
Le T-Bao TBook MN25 embarque une puce AMD Ryzen 5 2500U, un processeur intéressant à plus d’un titre et qui change des habitudes actuelles de ce genre de machines. On est loin en effet du “choix” des puces Intel Core de 5e génération ou des Celeron et Pentium Apollo Lake. Difficile de savoir si les constructeurs embarquent ces puces Intel par dépit ou par véritable choix. L’arrivée sur le marché de nouvelles solutions sous Comet Lake laisse penser qu’il s’agit d’une raison économique mais il est possible que les volumes ne soient pas suffisants pour alimenter un marché plus important que quelques centaines de pièces. 

 

Ce TBook MN25 change donc un peu la donne en proposant un processeur différent avec le Ryzen 5 2500U. Pas la puce la plus rapide de la gamme chez AMD mais une solution qui se place très bien en terme de services et de performances sur une minimachine de ce type. Il s’agit d’un quadruple coeurs et octuple threads basse consommation pour machines mobiles lancé au début 2018. Il est gravé en 14 nanomètres et fonctionne dans une enveloppe thermique de 15 Watts (de 11 à 25 watts). Sa fréquence oscille de 2 à 3.6 GHz  et il embarque 4 Mo de cache L3. 

T-Bao TBOOK MN25

Il va surtout proposer au TBook MN25 un circuit graphique intégré Radeon Vega 8 qui, sans être un monstre de performances 3D, offrira de meilleurs résultats que les circuits Intel des puces généralement employées dans les MiniPC. Ici, il est intégré sur une carte mère qui proposera deux emplacements  de mémoire vive SoDIMM en double canal DDR4. Il sera donc possible de faire largement évoluer l’engin qui est présenté à la vente en 4, 8 ou 16 Go de mémoire par défaut. Le stockage est, quant à lui, confié à une solution PCIe NVMe M.2 2280 qui va de 128 à 512 Go par défaut.

T-Bao TBOOK MN25T-Bao TBOOK MN25
Le reste de la machine est très correct avec une connectique assez complète puisque l’on retrouve en façade deux jacks 3.5 mm séparés pour prise casque et entrée micro ainsi que deux ports USB 3.0. A l’arrière deux autres port USB 3.0 et deux ports USB 2.0 supplémentaires. Un port Ethernet Gigabit, une sortie HDMI 2.0 et un DisplayPort. Le tout est complété par un module Wifi5 qui proposera également du Bluetooth 4.1.

2020-04-29 13_11_05-WinT-Bao TBOOK MN25 dow

Le tout est enfermé dans un châssis de 12.8 cm de large et autant de profondeur sur 5 cm d’épaisseur. Un gabarit qui laisse croire qu’il devrait être possible de glisser un second stockage en 2.5″ SATA mais il semble que cela ne soit pas le cas. J’ai contacté Banggood qui a contacté T-Bao et finalement l’engin a bien un espace SATA 2.5″ en interne pour ajouter un second stockage.

L’espace est assez grand pour monter un ventilateur et un dissipateur assez massifs, ce qui laisse entendre que la puce pourrait fonctionner en silence dans des usages légers mais également accepter un usage intense à 25 watts de TDP.

Le Ryzen 5 2500U dans 20 jeux différents

Ce TBook MN25 pourra donc convenir à de multiples utilisateurs. Pour travailler, comme station de surf ou solution multimédia mais également comme petite solution orientée jeu si l’on est pas trop gourmand. La présence du Vega 8 comme circuit graphique étendant plus confortablement ses compétences en jeu que beaucoup de solutions Intel de même calibre. 


MiniPC TBook MN25 Ryzen 5 2500U 4/128 Go + 2.5″ à 278.46€

MiniPC T-Bao TBook MN25 Ryzen 5 2500U 8/256 Go à 296.91€

MiniPC T-Bao TBook MN25 Ryzen 5 2500U 16/512 Go à 361.50€

TBook MN25 : Un MiniPC Ryzen 5 2500U évolutif (MAJ) © MiniMachines.net. 2020.

❌