Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Maxtang VHFP30 : un MiniPC passif sous Ryzen 5 2500U

Par Pierre Lecourt

Le Maxtang VHFP30 est un engin au design très sobre, tout entier tourné vers la dissipation de son processeur intégré qui affiche un TDP de 15 watts. On retrouve donc un châssis en métal anodisé noir, parcouru d’ailettes de dissipation afin de maximiser l’échange thermique entre le métal et l’air ambiant.

2019-12-02 17_27_05-minimachines.net

L’engin est pour autant accessible puisqu’il peut s’acquérir aussi bien en barebone sans mémoire ni stockage à partir de 314.17€ ou en version pré-équipées de 8 Go de DDR4 et de 128 à 512 Go de SSD au format M.2 2250 PCIe NVMe. Un emplacement 2.5″ est également disponible pour ajouter au besoin un second SSD SATA 3.0 ou un disque mécanique. 

Le Ryzen 5 2500U offre évidemment des performances intéressantes avec ses 4 coeurs et ses 8 threads sur des fréquences de base de 2 GHz et 3.5 Ghz en Boost. Il embarque surtout un circuit graphique AMD Radeon Vega 8 avec 8 coeurs cadencés à 1.1 GHz.

2019-12-02 17_25_45-minimachines.net

La connectique du Maxtang VHFP30 est complète avec, sur la partie arrière, 4 ports USB 3.0, un DisplayPort et un port HDMI 2.0 pour des affichages UltraHD, deux ports Ethernet Gigabit, deux prises d’antennes amovibles pour piloter la solution Wifi5 intégrée ainsi qu’un module Bluetooth 4.0. On retrouve également un port Kensington lock pour assurer la sécurité du boitier.

2019-12-02 17_27_51-minimachines.net

Sur le côté droit, on retrouve deux ports USB 3.0, un lecteur de cartes MicroSDXC, deux jacks audio 3.5 mm pour casque et miro et un port USB Type-C. A gauche enfin, un port Série RS-232 est également présent. 

2019-12-02 17_14_03-minimachines.net

Difficile de cerner ce produit, la construction a l’air très propre, les photos sont soignées et les descriptions presque parfaites pour leurs produits. Pour autant, la page web de Maxtang VHFP30 sur AliExpress n’a que quelques semaines avec une création au 10 Septembre dernier. Avec aucun retour sur les précédentes commandes pour le moment, il est difficile d’avoir la certitude que ces engins aient un bon suivi ou de bonnes finitions. Je vais tenter de rentrer en contact avec le vendeur pour avoir plus d’informations.

A noter que ce Maxtang VHFP30 existe également sous le nom VHKL-30 avec un processeur Intel Core i5-7200U à partir de 478.05€ en version barebone dans un boitier absolument identique. 

A suivre.

Source : FanlessTech

Maxtang VHFP30 : un MiniPC passif sous Ryzen 5 2500U © MiniMachines.net. 2019

Intel toujours incapable de livrer correctement ses processeurs

Par Pierre Lecourt

Une demande toujours aussi forte, des soucis de production et un stock sur le fil pour répondre aux besoins de ses partenaires, la situation, ne s’arrange guère pour Intel qui reste toujours en retard malgré ses nombreux efforts en investissements et l’augmentation de sa production.

Intel continue de marteler son investissement, au propre comme au figuré, dans ses usines et lignes de productions pour augmenter la cadence de fabrication de ses puces en 14 nanomètres comme en 10 nanomètres. Un discours déjà entendu l’année dernière mais qui semble ne pas donner les fruits escomptés. Ce sont des investissements longs et les usines d’Intel demandent évidemment un temps et une attention particuliers. La marque espérait néanmoins résoudre le problème à la Mi 2019. Calendrier semble s’être décalé… d’une année.

2019-11-25 14_27_38-minimachines.net

Intel annonce donc une évolution significative de sa capacité de production mais sans chiffres précis. La marque indique que celle-ci aurait évolué avec une croissance à deux chiffres depuis le début de l’année. Plusieurs milliers de nouveaux salariés ont été embauchés, des sommes considérables ont été injectées dans certaines unités de production. Cette lettre, signée par Michelle Johnston Holthaus qui gère à la fois le marketing et les ventes chez Intel, ne donne malheureusement pas beaucoup plus de détails sur l’ensemble des aménagements de production et les puces concernées.

L’offre grand public continue d’être très difficilement alimentée. Intel continue de privilégier ses puces les plus rentables, ce qui est somme toute logique, en mettant l’accent sur les circuits Xeon. La croissance sur ce secteur se porte bien, les puces sont vendues très cher et les marges confortables… Et surtout, les machines sont conçues pour durer longtemps. Rater l’équipement d’une salle serveur en processeurs est une mauvaise nouvelle, les opportunités sont plus rares que celles du grand public. L’impact est encore plus fort sur les processeurs les plus entrée de gamme  qui sont fort peu disponibles.

2019-11-25 14_29_36-minimachines.net

Le complexe Intel d’Hillsboro en Oregon a embauche plus de 1700 salariés en 2019

Cela explique sans doute en partie pourquoi la livraison de puces reste problématique sur le secteur grand public. Mais lorsqu’en 2018 Intel avait l’excuse de sa transition de finesse de gravure, cette évolution vers le 10 nanomètres est plus difficile à accepter aujourd’hui. D’abord parce que le terme transition évoque un début et une fin et qu’une année pour y parvenir semble suffisant. Ensuite parce que… on n’a pas vraiment vu beaucoup la couleur des puces 10 nanomètres non plus sur le marché. Les livraisons de puces 14 nanomètres posent toujours problème et si la marque a multiplié les évolutions de sa gamme 14 nm, elle n’a pas vraiment su effectuer une évolution très large vers le 10 nanomètres. Pire, la situation ne devrait pas vraiment évoluer avant la moitié de l’année prochaine.

Intel met en avant une demande de plus en plus forte qui contrecarrerait les efforts menés en production et qui met à mal ses anticipations pour cette fin d’année. Si tout ce qui est produit est immédiatement absorbé par le marché… autant produire les processeurs les plus rentables. 

Reste qu’il est plus que temps pour Intel de réagir plus fortement car son image s’érode de semaine en semaine, de nombreux acheteurs louchent sur les processeurs AMD. Mais, pire encore pour Intel, ce sont également les constructeurs qui se tournent vers le concurrent historique de la marque faute de n’avoir pas de réponses à leurs attentes chez Intel.

2019-11-25 14_31_49-minimachines.net

Les puces AMD Ryzen de seconde et troisième génération font mouche avec des performances convaincantes, des prix agressifs et un vrai sentiment d’évolution technique. La marque met sur le marché des solutions convenant à un très large public en terme de performances comme en prix. Reste pour Intel le marché mobile qui n’a pas vraiment de concurrence du côté d’AMD en très basse consommation ainsi que le marché serveur sur lequel il reste très présent. 

Cela n’empêche qu’Intel propose un boulevard à AMD pour l’offre grand public : Des stocks tendus, des produits qui semblent piétiner technologiquement et des prix qui n’arrêtent pas de rebooter à chaque évolution, aussi minimaliste soit-elle. 

Intel a beau être rassurant avec cette seconde lettre sur ce thème, la méthode Coué employée ne permet pas vraiment de rassurer les clients. Si la marque assure travailler à l’amélioration de ses livraisons et à la création de solutions toujours plus performantes, le public risque tout de même de basculer son budget ailleurs un jour ou l’autre.

Intel a dépensé des fortunes en marketing pendant des années pour associer son nom avec la conception même d’un ordinateur. Mais aujourd’hui sur le terrain l’automatisme du PC = Intel semble avoir fait la place à une position plus pragmatique et moins technique. Les utilisateurs veulent surtout une machine qui marche, performante et… tout de suite.

Intel toujours incapable de livrer correctement ses processeurs © MiniMachines.net. 2019

Sequoia, un MiniPC sous Ryzen par Simply NUC

Par Pierre Lecourt

Simply NUC est un revendeur de MiniPC qui distribue aux US et en Angleterre. Aucun rapport avec Intel même si la marque NUC en elle même, Next Unit of Computing, est une marque appartenant à Intel. Le fait que ce distributeur distribue avant tout des machines d’Intel ne semblait pas poser de problèmes au fondeur. Cela pourrait changer.

2019-11-19 11_14_33-minimachines.net

Le dernier né de la marque est un MiniPC baptisé Sequoia, une solution qui reprend l’univers graphique du site très inspiré de celui d’Intel mais qui propose un processeur AMD Ryzen V1605B ou Ryzen V1807B. 

Beaucoup de points communs sur ces solutions qui sont orientées vers un usage professionnel : Industrie, affichage, kiosque et autres distributeurs même si on peut imaginer une utilisation classique de ce PC chez un particulier. Le seul souci sera peut être son rapport tarif / performance qui ne sera pas forcément à leur avantage.

La version Sequoia V6 sous AMD Ryzen V1605B  avec chipset graphique Radeon Vega 8 accompagné de 4 Go de DDR4 et de 128 Go de stockage sans système d’exploitation débute à 689$. Le Sequoia V8 sous AMD Ryzen V1807B et Radeon Vega 11 et toujours avec 4 Go de DDR4 et 128 Go de SSD mSATA sans OS démarre à 849$.

Des tarifs qui s’expliquent par des choix externes selon Simply NUC. Le fait que les Sequoia soient intégrés dans des châssis résistants et performants, capable de supporter un large éventail de températures allant jusqu’à 60°C ou une humidité de 95%. Une alimentation de 8 à 32 volts ou le fait qu’ils soient assemblés en Allemagne… Des points clés pour une utilisation industrielle mais qui auront peu d’intérêt pour un particulier. La marque annonce également un long listing de certifications indispensables pour certains professionnels, certifications qui ont évidemment un coût. Enfin, le distributeur assurera la mise à disposition de pièces détachées et d’un suivi de sa machine pendant 7 ans après sa mise en circulation sur le marché.

On comprend mieux le pourquoi de cette appellation Sequoia, cet arbre majestueux immense qui vit très longtemps, profondément enraciné dans le paysage. Une jolie métaphore pour des minimachines qui se veulent durables.

2019-11-19 11_14_25-minimachines.net

On retrouve beaucoup de points communs sur les deux versions du Sequoia évidemment. Leur châssis mesurent 11.64 cm de large pour 11.92 cm de profondeur et 4.65 cm d’épaisseur et ils pèsent 700 grammes. La connectique est très complète avec en façade un port USB 3.1 Type-A, deux ports d’antenne Wifi et divers emplacements configurables pour des extensions. Un lecteur de cartes MicroSDXC est également présent.

2019-11-19 11_14_16-minimachines.net

Sur la face arrière, deux sorties USB 3.1 Type-A, deux ports Ethernet Gigabit, deux ports Série RS, le bouton de démarrage, les divers entrées d’alimentation et deux sorties vidéo au format Mini DisplayPort. On note beaucoup d’éléments inhabituels sur la connectique. Il s’agit de solutions industrielles avec des fonctions d’accrochage renforcées pour éviter que les câbles se défassent lors de maintenance par exemple. C’est le cas pour l’alimentation ou les sorties vidéos.

Les engins proposent également des solutions Wifi5 intégrées et peuvent accueillir jusqu’à 32 Go de DDR4 sur 2 slots ainsi que plusieurs équipements internes. Un emplacement M.2 2242 pour du PCIe NVMe ou du mSATA est disponible. Un second emplacement M.2 2242 pourra servir à un stockage secondaire ou à une carte modem 4G.

Pour plus d’informations, vous pouvez aller faire un tour sur la page de Simply NUC

 

 

Sequoia, un MiniPC sous Ryzen par Simply NUC © MiniMachines.net. 2019

Pourquoi Adidas et AMD rejoignent le Blender Development Fund

Par Shadows

Coup sur coup, deux grands groupes viennent d’annoncer leur participation au Blender Development Fund, le fonds de soutien qui permet de poursuivre et accélérer le développement de Blender.

Adidas : 12 000€ par an

Du côté d’Adidas, l’équipe Blender explique que son logiciel a déjà été utilisé par la marque sportive en tant qu’outil de visualisation. Adidas devient ici un sponsor « corporate silver », ce qui correspond à 12 000€ versés chaque année.

AMD : au moins 120 000€ par an

L’éternel rival de NVIDIA, lui, a choisi de soutenir Blender à la même hauteur que son concurrent. En tant que soutien « corporate patron », AMD versera au minimum 120 000€ par an.

La stratégie d’AMD n’est évidemment pas celle d’un simple utilisateur, contrairement à Adidas. L’équipe Blender précise explicitement que les fonds serviront au « développement général, à la migration Vulkan et à faire en sorte que les technologies AMD restent bien supportées pour [les utilisateurs Blender] ».

On le sait, AMD avait déjà apporté son soutien à Blender par le passé. Le groupe a tout intérêt à soutenir le logiciel : les personnes utilisant Blender, qu’elles soient professionnelles ou non, vont fatalement acheter des cartes graphiques et processeurs dans les années à venir. On peut aussi voir ce soutien comme une campagne de communication plus large, qui touchera aussi les personnes n’utilisant pas Blender (par exemple au sein du lectorat 3DVF) mais liées au secteur 3D ou à l’open source.

Quel montant total pour Blender ?

Avec les annonces de ces dernières semaines, le Blender Development Fund s’élève désormais à 94 432€ par mois. Un montant qui s’analyse de deux manières.

D’une part, l’écrasante majorité de cette somme provient d’entreprises : on pourra y voir le signe de la réussite opérée par Blender ces dernières années, avec une pénétration grandissante du marché des studios et entreprises. Il ne faut cependant pas survendre cette victoire : les entreprises soutenant le fonds ne sont que 34, ce qui est finalement assez peu.
A titre de comparaison, environ 3300 personnes participent au fond.

D’autre part, le montant dégagé correspond presque au « but final » annoncé par l’équipe Blender : pouvoir disposer d’une équipe de 20 développeurs à plein temps. Une force de frappe impressionnante quand on se souvient que la « Code Quest », phase de développement visant à faire aboutir la version 2.8, s’appuyait sur 10 personnes seulement.

Avec la réussite de ce fonds de développement, Blender dispose donc des moyens de ses ambitions. La concurrence va donc devoir réagir en conséquence.

L’article Pourquoi Adidas et AMD rejoignent le Blender Development Fund est apparu en premier sur 3DVF.

Pourquoi Adidas et AMD rejoignent le Blender Development Fund

Par Shadows

Coup sur coup, deux grands groupes viennent d’annoncer leur participation au Blender Development Fund, le fonds de soutien qui permet de poursuivre et accélérer le développement de Blender.

Adidas : 12 000€ par an

Du côté d’Adidas, l’équipe Blender explique que son logiciel a déjà été utilisé par la marque sportive en tant qu’outil de visualisation. Adidas devient ici un sponsor « corporate silver », ce qui correspond à 12 000€ versés chaque année.

AMD : au moins 120 000€ par an

L’éternel rival de NVIDIA, lui, a choisi de soutenir Blender à la même hauteur que son concurrent. En tant que soutien « corporate patron », AMD versera au minimum 120 000€ par an.

La stratégie d’AMD n’est évidemment pas celle d’un simple utilisateur, contrairement à Adidas. L’équipe Blender précise explicitement que les fonds serviront au « développement général, à la migration Vulkan et à faire en sorte que les technologies AMD restent bien supportées pour [les utilisateurs Blender] ».

On le sait, AMD avait déjà apporté son soutien à Blender par le passé. Le groupe a tout intérêt à soutenir le logiciel : les personnes utilisant Blender, qu’elles soient professionnelles ou non, vont fatalement acheter des cartes graphiques et processeurs dans les années à venir. On peut aussi voir ce soutien comme une campagne de communication plus large, qui touchera aussi les personnes n’utilisant pas Blender (par exemple au sein du lectorat 3DVF) mais liées au secteur 3D ou à l’open source.

Quel montant total pour Blender ?

Avec les annonces de ces dernières semaines, le Blender Development Fund s’élève désormais à 94 32€ par mois. Un montant qui s’analyse de deux manières.

D’une part, l’écrasante majorité de cette somme provient d’entreprises : on pourra y voir le signe de la réussite opérée par Blender ces dernières années, avec une pénétration grandissante du marché des studios et entreprises. Il ne faut cependant pas survendre cette victoire : les entreprises soutenant le fonds ne sont que 34, ce qui est finalement assez peu.
A titre de comparaison, environ 3300 personnes participent au fond.

D’autre part, le montant dégagé correspond presque au « but final » annoncé par l’équipe Blender : pouvoir disposer d’une équipe de 20 développeurs à plein temps. Une force de frappe impressionnante quand on se souvient que la « Code Quest », phase de développement visant à faire aboutir la version 2.8, s’appuyait sur 10 personnes seulement.

Avec la réussite de ce fonds de développement, Blender dispose donc des moyens de ses ambitions. La concurrence va donc devoir réagir en conséquence.

L’article Pourquoi Adidas et AMD rejoignent le Blender Development Fund est apparu en premier sur 3DVF.

Kaby c’est fini : Intel arrête les Kaby Lake-G

Par Pierre Lecourt

La raison officielle de cet abandon est assez originale. Intel déclare que ses Kaby Lake-G ne seront plus fabriqués parce que la demande du marché s’est tournée vers d’autres produits Intel. Difficile de voir lesquels tant les spécifications de cette solution est sans aucune réelle concurrence chez le fondeur.

Kaby Lake-G 2018

La gamme Kaby Lake-G mélangeait au sein d’un même processeur deux éléments qui paraissent aujourd’hui fort étrange vu la nouvelle concurrence du marché. Avec un coeur Kaby Lake classique et un circuit graphique Radeon Vega. Le tout sur un même package et associé à de la mémoire HBM2. L’ensemble fonctionnait bien, très bien même avec des performances suffisante pour créer des machines franchement bluffantes comme les MiniPC NUC Hades Canyon par exemple.

Malheureusement, a part Intel et ses propres machines, peu de constructeurs se sont intéressés à cette puce. Des fabricants noname ont sorti des MiniPC (Chez Beelink et Chuwi notamment). Quelques grands constructeurs s’y sont intéressés pour des portables mais la majorité a préféré se tourner vers une solution plus souple. Une construction sur une base de processeur classique associés à des solutions externes Nvidia ou AMD. Des solutions pas forcément toujours plus musclées mais qui bénéficiaient d’autres avantages et en particulier d’un atout marketing.

Intel NUC Hades Canyon

Le NUC HAdes Canyon, un MiniPC de jeu convainquant sous Kaby Lake-G

Expliquer le Kaby Lake-G est compliqué, et même parmi des acteurs de la distribution PC, lorsque j’expliquais le fonctionnement de cette puce et cette étrange alliance Intel / AMD on me regardait de manière dubitative. La solution mixte Intel / Nvidia est par contre bien plus connue et reconnue du grand public. Mieux, elle bénéficie du double marketing des deux entreprises. Des détails qui paraissent anodins mais qui font souvent pencher la balance chez les distributeurs.

La fin du Kaby Lake-G n’est cependant pas prévue pour tout de suite, il sera impossible d’obtenir de nouveaux processeurs après la fin du mois de Juillet 2020 et impossible d’en commander après Janvier prochain. Ce qui laisse un peu de temps aux constructeurs pour organiser un nouveau scénario pour leurs productions. Il n’est pas impossible que d’ici cette date Intel ait autre chose a proposer dans la même veine que ce mélange de deux éléments au sein d’une même puce. Des circuits graphiques Intel plus aboutis encore par exemple. Une offre qui rendrait caduque le mélange d’un Core avec un circuit Vega…

2019-10-09 10_27_08-minimachines.net

Extrait du PCN d’Intel pour la gamme

La Gen12 d’Intel devrait booster encore les performances globales des puces Intel. La marque prévoit également de lancer un circuit graphique propre l’année prochaine. Le premier réflexe logique est donc de pousser son concurrent AMD hors de ses offres pour se recentrer sur sa propre gamme de produits. Kaby Lake-G aura tout de même permis à Intel d’inaugurer sa technologie EMIB à large échelle. Une technologie qui pourrait lui permettre d’intégrer des solutions très variées au coeur de ses puces.

Va t-il y avoir une baisse des tarifs des engins sous Kaby Lake-G ? J’en doute fortement. Leur positionnement tarifaire restera assez élevé et les délais annoncés par Intel pour la fin de leur production et distribution laisse largement le temps aux industriels de se retourner. Peu d’espoir de trouver un NUC Hades Canyon à petit prix à cause de cela donc. Mais je reste sur le pont a veiller au cas où une bonne surprise apparaisse.

Source : Tom’s Hardware

Kaby c’est fini : Intel arrête les Kaby Lake-G © MiniMachines.net. 2019

Cirrus7 présente l’Incus A300 : un boitier Mini-STX fanless pour AMD

Par Pierre Lecourt

Cirrus7 est un fabriquant allemand de boîtiers qui développe des solutions optimisées pour un refroidissement passif. Le fonctionnement est toujours basé sur le même principe, une partie du châssis accueille les composants de l’engin tandis qu’une autre ne sert qu’a dissiper la chaleur dégagée par le processeur. Une solution compatible avec de nombreuses formes de machines, du NUC d’Intel au Nvidia Jetson TX2.

2019-10-08 13_17_19-minimachines.net

Ce principe se voit très bien sur le Cirrus7 Incus A300. A gauche de l’image ci dessus, on devine la partie carte mère avec la connectique frontale et le bouton de démarrage. A droite, on voit un bloc qui sort du châssis et qui se déporte sur le côté en contact avec des grandes lames de métal. Le but du jeu est de venir coiffer le processeur de la machine avec ce bloc qui va conduire, je suppose grâce à des caloducs en cuivre, la chaleur vers les ailettes. La convection naturelle faisant monter l’air chaud entre les ailettes, le système évacue tout seul la chaleur sans avoir recours à un ventilateur.

2019-10-08 13_17_37-minimachines.net

Le résultat permet au Cirrus7 Incus A300 de dissiper jusqu’à 65 watts de TDP et donc de prendre en charge des processeurs allant des AMD Athlon 200GE, Athlon 240GE, Ryzen 3 2200GE et AMD Ryzen 5 2400GE qui affichent tous des TDP de 35 watts. Mais également des puces AMD Ryzen 3 3200G et Ryzen 5 3400G en 65 watts. Cirrus7 annonce la disponibilité prochaine de modèles Athlon 200GE associés à 4Go de DDR4 pour 440€. La distribution des machines aura lieu dès le premier Novembre 2019.

La partie stockage sera confiée à des SSD NVMe et deux emplacement  2.5″ SATA 3. Le NVMe au format M.2 sera également dissipé passivement grâce au boitier. enfin, des antennes Wifi seront livrées avec la machine, le boitier en aluminium étant un vrai rempart pour les réseaux Wifi et Bluetooth, l’usage d’antennes externes est indispensable pour se connecter sans fil. Un support VESA est également disponible en option.

2019-10-08 13_33_44-minimachines.net

On ne sait pas quelles cartes mères seront employées par Cirrus7 pour ces engins, ni si des versions barebones de ce boitier Mini-STX seront disponibles. Il faut évidemment que le positionnement du processeur sur la carte mère soit compatible avec le système de dissipation. Plus d’informations et des réductions en précommande seront disponibles sur leur site à partir du 27 Octobre prochain. Comptez environ 440€ pour le modèle de base, processeur, carte mère et mémoire vive compris.

Sources : Fanlesstech et Cirrus7

 

Cirrus7 présente l’Incus A300 : un boitier Mini-STX fanless pour AMD © MiniMachines.net. 2019

Vers une solution type NUC chez AMD ?

Par Pierre Lecourt

Le NUC, pour Next Unit of Computing est une marque déposée par Intel. De ce fait, cette idée d’un NUC AMD n’est évidemment pas possible. Mais il serait tout à fait envisageable qu’AMD propose, soit de lui même soit au travers d’une proposition technique, un produit identique en format équipé d’une de ces puces.

4X4-R1000V ASRock 4X4-R1000M

C’est cette information que nous partage Fanlesstech, avec un élément important précisé en annexe, celui de l’emploi d’une puce qui ne serait pas un Ryzen Embedded. C’est à dire un des Ryzen V1xxx qui sont déjà embarqués dans diverses solutions petit format comme les cartes ASRock 4×4-R1000V, 4X4-R1000M
et 4X4-V1000M par exemple, destinées avant tout au marché professionnel. Ainsi que beaucoup d’autres présentées dès la sortie de ces puces ou sorties après comme la Sapphire FS-FP5V en 5×5.

4X4-R1000V

ASRock 4X4-R1000M

Ces cartes 4×4 tirent leur nom de leur format de 4.09 pouces sur 4.02 pouces et embarquent des puces Ryzen destinées à des usages industriels. En général, elles sont employées pour créer des solutions très spécifiques comme des machines robotisées, des distributeurs automatiques, des solutions de surveillance, des machines de jeu ou des affichages numériques. C’est aussi une de ces puces qui sera intégrée dans l’Atari VCS.

La nuance de taille est que cette solution NUC AMD évoquée ne serait pas livrée avec une puce de ce type mais avec une autre solution Ryzen. Un processeur qui pourrait être plus performant mais qui aurait probablement également un TDP plus élevé également. AMD devra faire des choix pour proposer un circuit à la fois performant, notamment sur sa parte graphique Vega, mais également compatible avec l’espace disponible dans un MiniPC.

On a vu que la marque commençait à être intégrée dans de plus en plus de solutions portables et développait même des processeurs sur mesures pour des machines comme le Surface Laptop 3 15″ de Microsoft. Est-ce que le temps est venu pour AMD de proposer des solutions parfaitement adaptées, sur-mesures, pour ce type de minimachines ? Une concurrence sur ce marché serait bienvenue et la marque a bien une épingle à tirer en proposant des PC de petit format avec de bonnes compétences en 3D. De quoi réaliser des mini consoles de salon multimédia intéressantes mais aussi des machines assez complètes et performantes.

Une affaire à suivre donc, la demande est là et le public serait à mon sens curieux de voir ce type d’évolution arriver sur le marché. Reste qu’il faut qu’AMD trouve des partenaires prêts à le suivre dans cette nouvelle voie. Au contraire d’Intel qui a pu proposer ses propres machines avant de se faire rattraper par une myriade de constructeurs suivant sa voie et utilisant ses propres processeurs, AMD ne propose pas ses propres solutions maison.

Vers une solution type NUC chez AMD ? © MiniMachines.net. 2019

⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che...



⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che nemmeno la stessa AMD dichiarava fosse possibile!

1 Scheda AMD Radeon WX 9100: 4 monitor 4k @ 60Hz + 1 full HD @ 60Hz

Per un totale di 16 out 1080p @ 60Hz

Da DUBAI è tutto, a voi la linea!

Info: http://www.emanuelefoti.com/

La Workstation utilizzata (1 sola GPU) è la seguente: https://www.facebook.com/177356295645233/posts/1967208989993279/

#extreme #videomapping #DUBAI #AMD #RadeonPro #Intel #i9 #millumin #hackintosh
https://www.instagram.com/p/BtRC_Oxnj4c/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=jjq3da9t5q0

❌