Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Souvenirs de quarantaine : Fred Goguet

Par admin

Caché quelque part en Normandie avec Priscilla et Oscar, Fred Goguet Ingénieur du Son et Régisseur Son nous raconte ses doutes, ses espoirs et les quelques difficultés à donner cours à la place des profs. Vivement que la cloche sonne la fin de cette moche récré.

SLU : Quels sont vos secteurs et zone d’activité

Fred Goguet : Le Spectacle et l’évènementiel

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Nous allons bien, aucun problème de santé, c’est une chance en ce moment. Notre petite famille essaye de gérer au mieux cette période difficile.

Où êtes-vous ?

En Normandie.

Quelle a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Comme beaucoup d’entre nous, les prestations, évènements, concerts se sont annulés les uns après les autres… Et puis plus rien.

Et depuis le confinement ?

Ma dernière prestation fut une date avec Anggun à Moscou juste avant le confinement et depuis le néant, un désert

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Concert en Indonésie, événements

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

A cette heure, je n’ai aucune info concernant le report éventuel des différentes prestations, nous verrons en fonction de l’évolution de la pandémie et des directives gouvernementales. Dans l’événementiel difficile de savoir comment tout ce bazar va s’organiser. Il faut croiser les doigts pour que la saison des festivals ne soit pas impactée.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Perte de dates, donc perte financière of course. Maintenant cela sera t’il durable ou passager ? Là et la question à laquelle je n’ai pas de réponse, c’est l’inconnue totale. Je me garderai bien de faire des prévisions dans cette période d’incertitude, l’important c’est qu’on sorte de cette saloperie de Covid-19.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je m’occupe de ma famille, courses, cuisine, jeux, film. Je laisse à ma femme le soin de gérer la classe à la maison avec notre fils Oscar de 8 ans .

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

N’ayant plus d’activité, je n’ai plus de temps professionnel… Mdr

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Accompagner mon fils au cheval et faire une fête à la maison avec des potes.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Surprenante je sais pas, mais marrante :
Hier après midi, ma femme était en train de faire faire des math à notre fils. Des problèmes à résoudre, des petits papiers à découper, je sens que Priscilla a la tête qui chauffe…
Et là j’entends Oscar dire : « Je vais mourir ». Priscilla : « Ben pourquoi Oscar ? » Réponse de notre fils : Parce que Maman va m’égorger ».
Heureusement il a beaucoup d’humour et la séance de Math s’est terminée en un gros éclat de rire.


11 septembre 2008, un souvenir que SLU offre à Fred et au reste de l’équipe son sous la responsabilité de Marco. Le lendemain de cette image très pluvieuse, on a pu se dire : « abemus papam in Paris ».


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Fred Goguet est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Philippe Mathieu

Par admin

Philippe Mathieu, éclairagiste et scénographe, cuisine, bricole, jardine… Il a même appris à faire du pain depuis l’arrêt de la tournée « La Chica ».

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Philippe Mathieu : Je travaille exclusivement sur des tournées. Je conçois les plans de feux, la scénographie et j’accompagne les artistes sur la route en étant derrière la console.
J’ai, notamment travaillé avec AaRON, Christine and the Queens, AIR, Marina Kaye, LEJ, Juliette Armanet, Clara Luciani, Angèle et Catherine Ringer.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je vais bien, aucun symptôme pour moi, ni pour mon entourage proche et les gens confinés avec moi vont bien aussi. Je croise les doigts et je fais tout pour que cela reste ainsi.

Où êtes-vous ?

Je suis chez moi, avec mon épouse et mes deux enfants de 14 et 18 ans. J’habite une ancienne fermette dans un village de 500 habitants situé dans le Pas-de-Calais (non loin de Bethune). Nous l’avons acheté il y a 14 ans et je la rénove au fil des ans. Je ne suis pas sorti de chez moi depuis le 15 mars mais heureusement j’ai un jardin à disposition !

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’ai été très « chanceux » car avant le confinement cette pandémie n’a eu aucun impact sur mon activité grâce à un heureux concours de circonstances qui m’a permis de travailler jusqu’au 13 mars inclus, contrairement à bon nombre de mes collègues à l’arrêt dès la fin février. Je venais de finir la tournée d’Angèle par 4 AHA Bercy du 18 au 21 février, évitant de justesse l’interdiction des rassemblements de plus 5 000 personnes intervenue la semaine suivante.
J’enchaînais directement avec la Tournée de « La Chica », une artiste Franco-Venezuelienne en progression et donc dans un format de salle de moins de 1 000 personnes (club de 300/500 personnes). Cette tournée a pu se poursuivre normalement jusqu’à l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes qui a eu lieu le 13 mars et même ce jour-là, l’espace Vasarely, à Antony, qui organisait le concert, a décidé de le maintenir en limitant la jauge à 100 personnes. On a donc joué dans une ambiance un peu bizarre, il faut l’avouer. Le cœur n’y était pas. J’ai eu un sacré pincement au cœur quand j’ai éteint la console, en me disant que je n’étais pas près d’y toucher de sitôt.

Et depuis le confinement ?

Depuis le confinement je suis à l’arrêt total !

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Pour l’instant c’est donc la tournée de « La Chica » qui est impactée et, c’est vraiment dommage, car pour une artiste dont la carrière est en train de se développer, chaque concert compte. Un festival à Lisbonne devait se dérouler la semaine dernière et il a été annulé. Malheureusement ça aurait pu lui apporter de nouvelles perspectives à l’international… Le reste de la tournée française a lui aussi été annulé, sans trop de perspectives de report.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Je devais reprendre la tournée avec Catherine Ringer pour une résidence à partir de début avril mais cela n’aura évidemment pas lieu. Certaines dates seront reportées, mais rien n’a été officialisé donc je ne peux pas donner de détails. Pour Angèle la résidence pour les festivals est en juin et pour l’instant je n’ai eu vent d’aucun report.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

C’est difficile à dire. Comme je travaille sur de gros projets mais aussi pour des artistes en développement, les situations sont variées. D’une manière générale, ce qui est certain, c’est que pour l’instant le secteur de la tournée vit un séisme important, avec des productions de tournées qui vont être mises dans des situations financières très difficiles. Je pense notamment aux petites structures. Les reports de dates ne sont pas toujours possibles et même en cas de report, les pertes financières fragilisent tout le monde (producteurs, artistes, techniciens, salles de spectacles, etc.).

Dans mon cas personnel, pour l’instant les dégâts sont limités, mais la véritable inquiétude et la grosse incertitude est la tenue ou non des festivals en juin, juillet et août. Si on devait avoir des annulations en masse, le séisme se transformerait en Tsunami et il y aurait peu de survivants. Il y a beaucoup de tournées qui équilibrent leurs comptes avec ces festivals où les cachets sont plus importants que pour des dates de club ou SMAC.
En ce qui me concerne aussi, il sera difficile de tenir sans car j’ai 4 tournées sur la route : Angèle joue pour 14 dates en festivals, Catherine Ringer pas loin de 30 dates, La Chica et L.E.J. Si ça devait s’arrêter ça serait une réelle catastrophe. Sans compter que nombre de festivals ne survivraient pas non plus à une année blanche en termes de trésorerie. Ca pourrait donc avoir un retentissement aussi sur la saison 2021. Je pense ne pas être le seul à croiser les doigts pour que la situation s’arrange d’ici là.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

J’ai d’abord rattrapé le retard de sommeil que j’avais accumulé 🙂
Ensuite je cuisine pas mal pour toute ma famille, je bricole, je jardine et j’ai même appris à faire du pain. J’ai aussi passé quelques heures sur des jeux vidéo. Une activité que je n’avais pas eue depuis longtemps. Enfin, avec ma famille, un rituel de confinement s’est instauré et tous les jours, à 18 heures, on fait un jeu de société.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Etant à l’arrêt professionnellement, je n’ai le courage de rien.
J’ai vaguement tenté d’ouvrir Wysiwyg mais je me suis arrêté après avoir mis le dongle dans l’ordi. C’est difficile de se mettre à travailler sur des projets sans savoir s’ils vont voir le jour. Mais je vais quand même m’y remettre cette semaine, j’ai quelques fiches techniques à peaufiner pour certains festivals ainsi qu’un nouveau projet pour la rentrée à préparer.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Voir mes parents et mes frères, qui sont confinés chacun de leur côté en région Lilloise.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Philippe Mathieu est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Bruno P.Souchaud

Par admin

Bruno P. Souchaud, Directeur GLP France, Bruno Souchaud a perdu son père terrassé par le Covid-19. S’il le révèle dans ces lignes, c’est pour que chacun de nous prenne bien conscience du danger.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Bruno P.Souchaud : Toute France.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je confine en région parisienne avec ma conjointe, heureusement avec un petit jardin. Nous sommes pour l’instant en bonne forme, avec exercices quotidiens. Ma famille a cependant été gravement touchée, mon père est décédé brusquement en Ehpad des suites du virus.

Où êtes-vous ?

Aulnay Sous Bois, Seine Saint-Denis (département hélas très touché par ce fléau).

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Radical coup d’arrêt, tous les rendez-vous ont été annulés et démos matériel reportées à partir d’une bonne douzaine de jours avant le confinement officiel.

Et depuis le confinement ?

Tout est à l’arrêt.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Tous les salons cruciaux pour GLP annulés ou reportés, en particulier Prolight + Sound. Commandes de renforcement de parcs existants chez de gros prestataires reportées, sans doute en septembre (la remise en marche de notre secteur sera lente et hélas douloureuse). Impossibilité de lancer correctement les nouveaux produits, alors que certains teasers circulaient déjà.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Difficile à dire car il n’y a pas vraiment de date de sortie de crise fixée précisément. Il y a pour l’instant un flou total. Le salon PLASA de Londres devrait permettre de compenser (mais à plus petite taille) l’annulation du Prolight + Sound. En revanche, la R&D en Allemagne en profite pour avancer de son côté, même à distance (les dates de confinement ont été différentes là-bas).

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Pas à long terme pour GLP, mais le renforcement de l’équipe GLP France ne se fera sans doute pas avant fin 2020, voire début 2021, contrairement aux prévisions de début d’année.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Musique, musique, musique ! Deezer, guitare et home studio.
Rangement (j’ai retrouvé des pass visiteurs de salons SIEL, JTSE et Discom/Mixmove du siècle, pardon, millénaire dernier !).
Binge watching Netflix (pourquoi inflige-t-on des rediffs de La 7e Compagnie ou des Gendarmes contre les Extraterrestres l’après-midi durant le confinement ? C’est une double peine !).

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je termine l’adaptation totale en français du site glp.de
J’ai repris sérieusement les cours de perfectionnement en allemand sur Babbel.com (merci le e-learning).
J’essaie de comprendre les subtilités de la M.A. Wing que j’utilisais jusqu’alors de façon assez pataude pour mes démos.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Sortir manger une putain de côte de bœuf au restau avec famille et copains, en terrasse ! Et juste avant, passer chez le coiffeur, ça devient grave…

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Avec plaisir ! Voici avec les liens : Initiative culturelle (bon pour le moral !). Toutes les captations du Français de ces dernières années en accès libre durant le confinement !

Et initiative solidaire (bon pour les autres !) :

– Pour les soignants qui font un boulot incroyable

– Pour les plus démunis qui prennent la situation de plein fouet

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Etablir des programmes d’activités régulières, tant pour l’aspect professionnel que pour vos loisirs, çà permet de garder le rythme et de structurer les journées.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

La nature reprend ses droits dans mon jardin (chants d’oiseaux comme jamais avant), avec en prime un niveau de bruit très faible (je n’entends plus la A3, et l’aéroport de Roissy tout proche s’est fait oublier).

Bruno P. Souchaud, Directeur GLP France.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Bruno P.Souchaud est apparu en premier sur SoundLightUp..

Avec la version 1.1.3.1, MALighting booste la grandMA3

Par admin

Dévoilée à point nommé pour occuper les opérateurs durant le confinement, la version 1.1 du software grandMA3 prouve que les allemands, même reclus, n’ont pas chômé ces derniers temps. À peine 112 jours après la sortie officielle de la 1.0.0.3, cette nouvelle version s’enrichit de nombreuses fonctions annexes, corrige d’innombrables bugs et même si elle ne présente pas d’avancées spectaculaires, en profite pour retravailler de nombreuses parties de son code.

Un travail pas forcément visible, mais qui permet d’avoir une très grande stabilité, à la fois logicielle et graphique et donne de saines bases pour les prochaines évolutions. Au rang des nouveautés, certaines s’avèrent attendues depuis longtemps, tandis que d’autres particularités font leur apparition.

Network

Le menu Network s’agrémente des paramètres de Session et de Station, et d’un outil de mise à jour en réseau, le Network Update.

Les nouvelles versions pour les différents périphériques (consoles, GPU, Nodes et OnPC) sont inclus dans les fichiers ZIP MALighting, à insérer dans le dossier MA de mise à jour. Cela permet de mettre à jour tout type de produit MA, depuis n’importe quelle plateforme.
Une nouvelle fonction permet de passer du mode3 au mode2, avec la commande ‘’SwitchGma2Mode’’ L’inverse est impossible, le système de code de la grandMA2 ne permettant pas cette implémentation

Park/UnPark

Les fonctions Park et UnPark sont de retour, en appuyant deux fois sur les touches Go+ et Pause, un peu comme sur la grandMA2. Les possibilités de ces commandes sont multiples, en travaillant soit par projecteur, soit par sortie DMX, ou par catégorie d’attributs (FeatureGroup).

Layout

De nouveaux outils d’arrangements sont disponibles, identiques à ceux du menu 3D. Il est aussi possible de verrouiller la position d’un Layout, ou de ses éléments, pour ne pas les modifier accidentellement.


Cue-Only

La possibilité d’enregistrer en Cue-Only est à nouveau disponible, adaptée à l’arborescence en Part-Cue de la grandMA3.


Tracking Distance

Toute nouvelle fonction, le Tracking Distance permet de verrouiller une valeur sur plusieurs mémoires avant de repartir sur le tracking précédent.
Assez avancé, ce réglage est une sorte de pyramide de tracking, qui fonctionne avec un Delta de mémoire ou une mémoire d’arrêt, et peut même se multiplier.


Gestion des écrans

Grâce à ce réglage, les configurations des vues peuvent être adaptées aux écrans externes ou aux moniteurs d’ordinateur pour la version OnPC, et ainsi retrouver sa configuration d’écran quel que soit son écran.


Shortcuts

Très attendus, les raccourcis clavier font enfin leur apparition en version 3, grâce à la petite touche ‘ShCuts’ dans la ligne de commande.
Bonus intéressant, l’édition de ces raccourcis est possible et se trouve dans le menu Preference & Timing.

3D

Petite option supplémentaire dans la 3D, avec la possibilité de masquer et de verrouiller certains éléments du patch grâce aux colonnes ‘’3D selectable’’ et ‘’3D Visible’’

Configuration des sorties

Pour simplifier la lecture des configurations DMX en sortie, le menu ‘’Output Configuration’’ possède maintenant trois modes de lecture, ‘’Condensed’’, ‘’XLR Only’’ et ‘’Full’’. Pour plus de clarté, les options sont représentées par des couleurs franches. Le mode DMX est celui utilisé par défaut, plutôt que le mode RDM.

Web remote

La configuration des ‘’’Web Remote’’ s’enrichit d’un menu dédié, ainsi que la possibilité de gérer la résolution de sortie pour limiter la bande passante.

Universal Preset

La création de Preset Universel est maintenant possible via l’option du Preset Pool Preset

grandMA3 Extension

Pour ceux qui possèdent des extensions de fadeur grandMA3, leur connexion se fait par le réseau MA-Net, et les réglages dans le menu ‘’Extension Configuration’’.
On peut noter qu’il est possible de rajouter une extension par console FullSize, deux pour les Light et trois pour les Replay-Unit.

Changement

Plusieurs changements ont lieu, dont la fameuse utilisation de l’appui long sur les cases de répertoire est limitée à l’enregistrement et ne permet plus de mettre à jour à la volée.
De plus, dans la liste des vues disponibles, un nouvel onglet est apparu avec un classement et un tri de toutes les vues disponibles.

Correction

Près d’une centaine de corrections ont été effectuées, dont la liste complète est disponible sur le site officiel de MALighting


D’autres spécificités attendues, comme le Move In Black ou le générateur de time code, ne sont pas encore de la partie mais rassurez-vous, ils sont prévus pour la prochaine version.
MALighting participe ainsi à l’entretien du moral des pupitreurs, qui trouvent ainsi de quoi travailler et se perfectionner, même pendant le confinement !

 

L’article Avec la version 1.1.3.1, MALighting booste la grandMA3 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Bruno Madec

Par admin

Bruno Madec, directeur Technique de la société Prodster, confiné avec sa femme et son fils, met à profit son temps personnel de confinement pour lire et organise des apéros virtuels avec ses amis.

SLU : Quels sont vos secteurs et zone d’activité ?

Bruno Madec : Événementiel, spectacle vivant. Gestion de lieux culturels/prestations techniques.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le Covid-19 ?

Pour l’instant, tout va bien, j’ai quelques amis qui sont touchés par le virus mais heureusement sans complication.

Où êtes-vous ?

Dans le Morbihan avec ma femme mon fils.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Nos différents lieux culturels ont fermé et nos prestations pour nos clients ont été annulées.

Et depuis le confinement ?

Notre chiffre d’affaires a chuté de façon vertigineuse.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Toutes nos manifestations ont été annulées.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Certains concerts seront reprogrammés en juin et juillet mais la plupart de nos manifestations vont être reprogrammées en septembre/octobre/décembre voire début 2021.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Nous avons été contraints de mettre une partie de nos régisseurs et techniciens au chômage technique. Nous gardons des astreintes techniques pour le Ministère de l’écologie et le Ministère de la cohésion sociale dont nous avons la gestion de l’exploitation audiovisuelle.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je profite de ce temps pour lire, trier les innombrables photos de familles, communiquer avec mes proches et garder les apéros (virtuels) avec les amis, c’est primordial !

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je continue d’être en relation avec les différents lieux que nous gérons pour préparer les projets à venir. J’entretiens le lien avec nos salariés et nos intermittents, c’est important qu’ils se sentent entourés, écoutés et soutenus dans cette période difficile. Et j’ai une veille continue sur les différents appels d’offres auxquels je réponds pour certaines.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Aller au bureau et profiter de la soirée dans un bar avec mes proches !

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Restons positifs, en espérant vivement que nos clients ne reportent pas tout en 2021 et continuent à créer du lien social et à dynamiser leurs collaborateurs.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Bruno Madec est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Christophe Genix

Par admin

Christophe Genix, ingé son retours et technicien RF se recycle en professeur bénévole pour sa fille Melody : 4 h 30 de cours par jour, puis ensemble, ils se livrent au dressage de chevaux Playmobil avant de regarder de vieux matchs de rugby.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités

Christophe Genix Je gère le mix les retours de scène des artistes en tournée, ainsi que l’accueil, l’assistance monitoring et le Wireless technology.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Nous allons bien, je suis avec ma fille Melody à la maison.

Où êtes-vous ?

Nous sommes à Lyon.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’étais sur la route avec ASA et toute l’équipe, normalement jusqu’au 29 mars. Nous avons échappé aux premières restrictions puisque nous passions dans des clubs.

Et depuis le confinement ?

La sentence est tombée qui a donné suite à l’annulation des dernières dates. Je suis soucieux de tout ce qui pourrait être annulé par la suite.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Donc les dernières dates d’ASA et j’avais une petite pause après Londres avant d’attaquer la préparation des régies pour la 2e partie de la tournée “Catherine Ringer chante les Rita Mitsouko”, ensuite une résidence de 4 jours avant le démarrage de la tournée qui prévoyait déjà au moins de 30 dates. Des ronces commencent à replacer les fleurs dans ma tête.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Catherine a un tourneur et un manager qui ont, comme d’autres bien sûr, beaucoup d’expérience mais qui surtout savent faire preuve de discernement. Très vite ils nous ont annoncé que les dates d’avril seraient reportées à septembre dans un premier temps.
Ce qui a bien entendu atténué un peu le mauvais coup. Nous attendrons la suite concernant notamment les festivals… S’ils sont annulés, ce sera quand même une belle catastrophe.
Il en va de même pour les festivals où je dois intervenir pour Audio-Rent Clair, cet été. Nous attentons les nouvelles.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

De façon permanente, je ne sais pas. Ca dépendra de l’activité cet été. Mais en tout cas, pour moi l’impact est fort, puisque je ne sors aucune facture pour le moment, et c’est terrible pour la trésorerie.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je suis avec ma fille Melody qui a 8 ans. Chaque jour je lui fais la classe : 2 h 30 le matin et 2 heures l’après-midi, ensuite des jeux, des films et des dressages de chevaux Playmobil. Je fais aussi de l’administratif pour trouver des solutions, un peu de batterie électronique. Je regarde des matchs de rugby rediffusés et je cuisine surtout, c’est très important.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Un peu de formations à distance, numérique avec le shop d’Audio-Rent Clair, je réponds aussi beaucoup par mails à des questions concernant les ears… Sinon c’est un peu le néant.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Ça n’a pas l’air comme ça mais cette période est épuisante psychologiquement. Quelques jours de repos à la maison ne me feront pas de mal… Ha ha bon je déconne !
Je ferai une énorme ballade avec les miens à l’océan. Et puis j’espère que les dates recommenceront très vite parce que mixer dans des ears ou des wedges, ça manque, y’a pas à dire.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

A part faire des conneries je ne vois pas.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

J’en aurai sûrement à la fin


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Christophe Genix est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le ciel illuminé en hommage aux héros du Covid-19

Par admin

©Phlippo RentAll

Dans la nuit du dimanche 22 mars, pendant une demi-heure, un certain nombre de sociétés de location de matériel d’éclairage et de particuliers du Benelux, en fait tous ceux qui ont accès à une source de lumière, ont été invités à la pointer en l’air pour illuminer le ciel et à utiliser le hashtag #LightTheSky en soutien à tous les travailleurs indispensables, héros et héroïnes en première ligne de la lutte contre la pandémie de coronavirus.


©Flashlight

#LightTheSky est l’initiative d’une société de location néerlandaise… qui est a été perçue comme une sonnerie de clairon et reprise par une multitude de sociétés de location, de lieux, de radiodiffuseurs et autres, et par des personnes travaillant dans tous les domaines dans tout le Benelux… avec des résultats extrêmement créatifs… comme le veut la nature même de notre activité.

©L&L

Beaucoup ont opté pour des formes de cœur. De nombreux systèmes d’éclairage utilisaient les produits Robe, avec une préférence pour les MegaPointe et les Pointe pour leur luminosité, mais d’autres produits et d’autres marques participaient également à cette démonstration de solidarité spontanée et imaginative.

Elle exprimait toute la gratitude envers les personnels essentiels des services de santé, des transports, des forces de l’ordre, des supermarchés, de l’éducation et de nombreux autres secteurs qui font avancer nos pays pendant la pandémie de Coronavirus.

Les photos sont une sélection rassemblée par différentes sociétés de location du Benelux… qui ont toutes également appliqué les règles strictes actuellement en vigueur dans toute l’Europe en matière de distanciation sociale et les pratiques de travail sécurisées pendant la crise.

@Ampco

« Il est réconfortant de voir la communauté des technologies du spectacle dynamisée et engagée dans des actions comme celle-ci pour montrer son soutien à tous. Nous sommes tous concernés et, en étant solidaires, nous pouvons nous aider mutuellement à survivre et à relever les énormes défis auxquels notre incroyable industrie va être confrontée dans un avenir immédiat et à plus long terme, » commente Josef Valchar, PDG de Robe.


@Purple Group

©SLV

Au cours du week-end, 183 stations de radio de toute l’Europe, Royaume-Uni inclus, de l’Espagne à la Slovaquie, du Luxembourg à la Lettonie, ont également organisé une diffusion simultanée du tube classique de 1963 « You’ll Never Walk Alone » de Gerry & The Pacemakers.

Des actions de galvanisation comme celles-là se déroulent partout dans le monde tandis que les gens s’emparent de la conscience collective et s’entraident pour surmonter la pandémie.

 

L’article Le ciel illuminé en hommage aux héros du Covid-19 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Les Bons Plans du Week-End : 04-05/04/2020

Par Pierre Lecourt

Jack Gaughan 1966

Une étrange illustration de Jack Gaughan en 1966

Les Bons Plans du Week-End : 04-05/04/2020 © MiniMachines.net. 2020.

Odyssey X86J4105, une petite carte à la fois x86 et Arduino

Par Pierre Lecourt

Proposée par SEED Studio pour 188$, la Odyssey X86J4105 embarque un Celeron J4105 de la gamme Gemini Lake d’Intel. Un quadruple coeur cadencé de 1.5 GHz à 2.5 GHz avec 4 Mo de mémoire cache et un TDP de 10 watts. Une carte suffisante pour faire tourner un système d’exploitation comme Windows 10 ou Linux avec un circuit graphique Intel UHD 600 embarqué.

Sur la Odyssey on retrouve également 8 Go de mémoire vive DDR4 soudée et une option pour ajouter jusqu’à 64 Go de stockage eMMC de base. Un module Wifi5, du Bluetooth 5.0, deux ports Ethernet Gigabit avec prise en charge du PXE et du Wake On Lan. Le reste de la connectique comprend un jack audio combo, deux ports USB 2.0 Type-A, un USB 3.1 Type-A et un USB 3.1 Type-C.

ODYSSEY X86J4105

Une sortie HDMI 2.0a et un DisplayPort 1.2a.  Un lecteur de cartes MicroSDXC est présent ainsi qu’un emplacement pour une carte SIM. A noter que le port USB Type-C gère l’ensemble des fonctions du format, il pourra donc transmettre des données et porter un signal vidéo. Le processeur étant capable de piloter 3 écrans, on peut imaginer une configuration triple affichage en UltraHD.

Odyssey X86J4105

La carte propose également des solutions d’extension avec un port M.2 2242/2280) en SATA 3.0 et un brochage USB 2.0, un emplacement PCIe 2.0 x4 2280 qui pourra servir a ajouter une carte modem 4G ou une extension SATA 3.0 par exemple. Un port SATA 3.0 classique est également présent.

ODYSSEY X86J4105

Enfin, le microcontrôleur est un Microchip ATSAMD21G18 32-Bit ARM Cortex M0+. Il pilotera 40 broches au format Raspberry Pi, 28 broches SAMD21G18, un classique système audio déporté, brochage UART, une alimentation pour ventilateur sur 4 fils, une alimentation SATA et des broches de démarrage et de reset pour piloter la carte dans un boitier classique.

ODYSSEY X86J4105

Le tout entre dans une carte de 11 cm de côté que l’on pourra alimenter soit avec un jack audio 12V dédié, soit avec une alimentation Power Delivery via la prise USB Type-C. Un ensemble très intéressant donc, notamment pour des montages industriels, robotiques ou domotiques mais aussi pour monter une solution réseau, un NAS maison.

ODYSSEY X86J4105La carte Odyssey X86J4105 pouvant fonctionner de manière totalement passive elle est parfaite pour de nombreux usages dans des projets de “salon”. Que ce soit pour piloter une VPN, une centrale domotique, des projets de stockage réseau ou autre. elle peut tout aussi bien s’interface avec u système d’exploitation performant d’un côté et piloter facilement des circuits électroniques ou récupérer des informations analogiques de l’autre.

Odyssey X86J4105, une petite carte à la fois x86 et Arduino © MiniMachines.net. 2020.

Nvidia veut frapper fort avec sa nouvelle offre GeForce mobile

Par Pierre Lecourt

C’est officiel, Nvidia lance une nouvelle génération de puces GeForce Mobile avec au passage un renouvellement de plusieurs de ses technologies. Un attirail de fonctionnalités pensées pour intéresser presque tous les profils.

La marque a tout d’abord travaillé ses tarifs puisqu’elle nous promet des machines GeForce Mobile à partir de 699$ d’un côté et des modèles équipés de solutions GeForce RTX 2060 à partir de 999$ de l’autre. Un prix public qui, adossé à des promotions et des baisses, pourrait largement populariser ce type de solution auprès d’un public plus large. Plusieurs machines sont déjà évoquées avec ce type d’équipement.

Nvidia RTX

On retrouve l’ASUS ROG G512, le HP Omen 15, le Acer Nitro 5, le Lenovo Y540 et le MSI GF65 Thin. La marque indique que d’autres modèles pourraient glisser sous cette barre symbolique des 1000$ à court terme. On ne sait pas comment cela se traduira en euros chez tout le monde mais certains constructeurs vont suivre le mouvement pour glisser à leur tour sous la barre des 1000€ en Europe.

Predator Triton 500

C’est une excellentes nouvelle qui devrait donc toucher des engins déjà existants mais également ouvrir la porte à plus de nouvelles solutions dans le futur. Cela intéressera non seulement les joueurs qui devraient voir la note s’alléger sur certains modèles du marché, mais également d’autres types d’utilisateurs qui pourraient prendre appui sur les capacités de ce type de chipsets graphiques pour piloter des logiciels de création gourmands en calcul.

Nvidia Geforce RTX LT

Nvidia lance dans cette optique de nouveaux modèles de puces dans sa gamme “Super”, une gamme clairement à destination des créateurs de contenus. La marque surfe sur le  lancement conjoint des puces AMD Ryzen 9 4000 et des nouveaux Intel Comet Lake-H pour adosser sa solution graphique. 

Et c’est le jackpot pour la marque qui a été retenue par la totalité des constructeurs au sein de leurs futurs portables. Nvidia indique que plus de 100 nouvelles solutions vont sortir équipés de ses puces. Tous les constructeurs de la planète semblent être sur les rangs : HP, Lenovo, Acer, Asus, MSI, Gigabyte, Razer, Clevo et bien sur Dell pour ne citer que les plus connus. Un nombre impressionnant d’annonces de nouvelles solutions GeForce Mobile ont été dévoilées dans la foulée.

Un reboot de Turing boosté par le DLSS 2.0

D’un point de vue technique, on reste sur des machines exploitant l’architecture Nvidia Turing des RTX 20×0 déclinées dans différentes configurations avec l’emploi massif de la solution Max-Q qui ajuste fréquences et TDP pour intégrer des designs plus fins et compacts. Des modèles 14″ à bordures fines sont particulièrement prometteurs.

Nvidia

 

Nvidia abrite une ribambelle de fonctions en avant dans cette appellation globale Max-Q. Une solution permettant au consommateur d’identifier facilement une machine qui correspondra à ses besoins. On retrouve donc, pour commencer, l’emploi du “Dynamic Boost” qui n’est autre qu’un agent de circulation exploitant parallèlement les capacités du processeur embarqué et celles du circuit graphique. Fonctionnant de manière transparente, cette fonctionnalité établit pour chaque image à calculer un dosage entre les différentes capacités de calcul de l’engin afin d’adapter au mieux les performances disponibles. L’idée est de trouver un bon ratio entre la puissance à fournir et la consommation d’énergie. Les TDP des différents composants pouvant être dosés finement pour lisser la consommation globale vers une moyenne la plus basse possible.

Nvidia

La fonction “Advanced Optimus” vise également a améliorer l’endurance des machines en jonglant selon les besoins de l’utilisateur d’un système graphique à l’autre. Le portable équipé pourra basculer du circuit embarqué dans le processeur pour les tâches les plus légères et, dès que l’efficacité de la puce Nvidia sera plus optimale, basculera dessus. Cela peut être pour des raisons de performances mais également pour des besoins purement énergétiques. 

Nvidia présente également le DLSS 2.0 pour “Deep Learning Super Sampling 2.0” qui est piloté par des circuits d’intelligence artificielles dédiés et entraînes présents sur les cartes RTX. Ces Tensor Cores proposent système d’apprentissage permettant d’accélérer le nombre d’image par seconde calculées en temps réel par la machine. Nvidia assure que son DLSS 2.0 augmente la performance de calcul pur de ses circuits tout en proposant des images optimisées.

DLSS 2.0

Cela a également un impact sur l’autonomie de chaque engin puisque les Tensor Core permettent d’éviter de sur-exploiter les cœurs de calculs plus énergivores. La marque parle de 20% d’autonomie en plus pour ses machines ce qui est un gain énorme sur ce type d’engin. Cette technologie est sur le papier très impressionnante et je vais essayer de trouver le temps et les moyens de faire un dossier plus complet sur le sujet.

L’appellation Max-Q est également un engagement materiel pour Nvidia qui demande à ses partenaires d’opter pour de la mémoire GDDR6 Low Voltage. Cela permet non seulement d’améliorer l’efficacité globale de la solution mais également de consommer moins d’énergie. Les régulateurs de voltage sont également mis à jour pour améliorer les performances et l’efficacité des machines.

Nvidia

Cette sortie s’appuie également sur le travail mené par la marque à destination des graphistes entamé avec le lancement des cartes graphiques Super. Nvidia annonce le lancement de 10 portables RTX Studio pilotés par des puces RTX Super. Nvidia travaille avec de nombreux constructeurs pour concevoir ces ces engins sur les fondations de processeurs Intel Comet Lake-H. Acer, Gugabyte, MSI et Razer sont les premiers a avoir travaillé dans ce sens. Leurs portables seront capables d’offrir de très bonnes performances de calcul en mobilité à la fois en vidéo et en 3D. 

Legion Y540

Nvidia s’offre un pont d’or avec cette nouvelle gamme GeForce Mobile

Compatibles avec les solutions de nouvelle génération chez AMD comme chez Intel. Visant autant un public de joueurs pour un prix abordable que des machines d’exceptions pour du très haut de gamme. Lorgnant adroitement sur le marché des créateurs de contenu. Facilitant le travail pour les constructeurs avec des engins mobiles optimisés à la fois en terme de calcul et d’efficacité, cette nouvelle génération de GeForce Mobile frappe fort et large.

Nvidia

Si le calendrier global est quelque peu bousculé par la pandémie de Covid-19, si l’annonce de disponibilités pour le mois d’Avril chez les constructeurs peut être chamboulé, il semble pour le moment que de nombreux portables GeForce mobile concernés soient livrés aux dates anticipées.

De nombreuses excellentes machines sont en approche, pas forcément les moins chères mais des solutions vraiment très capables en terme de calcul. Des 13.3 et 14″ pour commencer mais également des 15.6″ compacts et assez légers. Cette génération d’engins est très prometteuse et, grâce aux sorties conjointes d’Intel et d’AMD, pourrait renouveler fortement un marché qui eu tendance a végéter sur le plan des performances.

Une bonne raison de faire évoluer son materiel dans les mois qui viennent ? Je ne sais pas encore mais ce nouveau catalogue me donne furieusement envie de tout tester !

Nvidia veut frapper fort avec sa nouvelle offre GeForce mobile © MiniMachines.net. 2020.

Un indicateur d’activité en télétravail en période de confinement

Par Pierre Lecourt

L’idée est simple et efficace, un petit tableau avec 2 LEDs témoins indiquent l’état de votre situation en télétravail. Placé à un endroit stratégique dans la maison, il permet de voir ce que vous faites. Ici il indique que papa est en pleine réunion et qu’il porte un casque. Inutile donc de hurler pour qu’il vienne voir le merveilleux coloriage que vous venez de réaliser. Il ne vous entendra pas. Mais peut être que ses collègues vous remarqueront si vous criez vraiment assez fort.

DAD
Ce petit tableau peut bien sûr être adapté à plusieurs personnes, comporter plus ou moins de LEDs d’état et être dérivé vers d’autres usages que le télétravail : Du type “Il faut mettre la table” avec une LED clignotante et un petit buzzer irritant ou un “Devoirs en cours” sur la porte d’un enfant.

Adafruit Feather HUZZAH ESP8266

Pour mener à bien ce projet, Steve Forde a utilisé un circuit Adafruit HUZZAH ESP8266 mais on peut imaginer le montage avec beaucoup d’autres solutions Arduino ou ESP32. Le pilotage des LEDs se fait par l’envoi de messages Telegram via ce script. Ce n’est pas parfait pour le moment, notamment parce que c’est la carte qui alimente la LED et elle reste donc inutilement en activité tout le temps. L’autre soucis vient du fait qu’il est obligatoire d’envoyer un message Telegram spécifique pour activer ou désactiver les LEDs.

Il serait plus simple d’avoir une interface physique a manipuler pour allumer les LEDs a distance. Si jamais quelqu’un1 veut se pencher sur un tel code et le partager, je pense qu’un développement pas à pas aurait beaucoup de succès. Si votre propre télétravail vous laisse du temps, n’hésitez pas a me contacter.

Un indicateur d’activité en télétravail en période de confinement © MiniMachines.net. 2020.

Intel lance ses nouveaux processeur Comet Lake-H

Par Pierre Lecourt

C’est le troisième ricochet de cette dixième génération chez Intel. Les Comet Lake-H s’adressent aux machines plus puissantes, plus lourdes et plus épaisses. Les version U et Y sorties en Septembre dernier tournaient entre 4.5 et 25 watts de TDP. Les nouvelles puces affichent 45 watts de TDP.

Intel Comet Lake-H

Cela permet a Intel de proposer des processeurs plus performants et proposant plus de cœurs à des fréquences plus élevées. La marque se positionne face à un AMD plus mordant que jamais avec ses puces Ryzen 4000 sur les starting blocks. Une gamme très prometteuse si l’on en croit les premiers tests et qui pourrait venir grappiller des parts de marché à Intel sur ce segment du portable. Les nouveaux Ryzen pour machines mobiles semblent avoir résolu pas mal des points faibles des générations précédentes avec une consommation mieux maîtrisée et des arguments de poids : une finesse de gravure de 7 nanomètres face aux 14 nano d’Intel et des puces pouvant héberger jusqu’à 16 cœurs et le double de threads.

Intel Comet Lake-H

La fréquence, le nouveau cheval de bataille d’Intel

Il est donc nécessaire pour Intel de proposer un catalogue à la hauteur. Si les processeurs restent sur une gravure de 14 nanomètres, l’optimisation semble être très poussée par le fondeur. Sur le modèle le plus haut de gamme, le Core i9-10980HK, on retrouve 8 cœurs et 16 threads. Sa vitesse d’horloge maximale pouvant aller jusqu’à 5.3 GHz.

Intel Comet Lake-H

Intel en profite pour lancer son nouveau mode Turbo Boost Max 3.0, une solution qui permet à la machine de sélectionner automatiquement les deux meilleurs coeurs et d’en augmenter les performances pour des résultats optimaux. Même un “simple” Core i5 pourra atteindre une fréquence de 4.5 GHz ponctuellement. Un argument qui touche surtout les joueurs puisqu’une majorité de titres ne prend en compte que un ou deux coeurs seulement. augmenter leur fréquence à donc du  sens… Les usages plus professionnels se déportant désormais pour beaucoup sur les capacités des circuits graphiques annexes, embarqués en plus du processeur.

D’autres fonctionnalités font également leur apparition avec un mode facilitant l’overclocking. Les puces concernées, celles-qui accepteront cette cadence plus élevée, pourront donc être pilotée via un programme spécifique. Le but du jeu derrière étant de proposer pendant un temps donné un gain sensible de performances… Une fonction intéressante même si elle restera a privilégier sur des machines branchées sur secteur puisque cela impactera d’autant l’autonomie de la batterie. 

Comet Lake-H proposera également du Wifi6 par défaut, prendra en charge le ThunderBolt 3 via un contrôleur externe, gérera le cache Optane et acceptera désormais jusqu’à… 128 Go de mémoire vive DDR4-2933. De quoi proposer des machines mobiles très performantes aussi bien pour les joueurs que pour les créatifs. Ce qui ne change pas vraiment ? Le circuit graphique intégré qui reste un Intel UHD aux performances suffisantes pour un usage classique mais probablement insuffisant pour des joueurs… Ce qui est totalement logique puisque les constructeurs vont ajouter à cela un circuit graphique supplémentaire.

Intel Comet Lake-H

D’un point de vue performance brute, on reste comme d’habitude sur notre faim avec des comparaisons issues des laboratoires du fondeur. Les nouvelles puces sont ainsi mise en perspectives par rapport à des solutions Kaby Lake-H sorties en 2017. Cela peut avoir du sens puisqu’un acheteur classique ne va pas se ré-équiper chaque année, mais il est difficile de voir de cette manière le gain en performances réel entre Comet Lake-H et son prédécesseur.

L’impact de cette nouvelle génération sur la consommation des machines ne sera pas spécialement visible. Intel étant resté sur le même scénario de 45 watts de TDP de l’une à l’autre. Le fondeur précise tout de même que les nouveaux portables équipés de cette dixième génération seront probablement plus autonomes grâce aux progrès liés à l’utilisation des puces, l’optimisation des batteries et les efforts menés sur les designs de régulation thermiques. Les machines de 2020 devraient donc continuer a s’affiner tout en proposant de meilleures autonomies. 

2020-04-02 13_25_07-Window

Un Asus Zephyrus sous Core I7-9750H au TDP identique de 45 watts lancée l’année dernière

Dans cette nouvelle offre plusieurs solution se démarquent. Les Core i9 devraient avoir droit aux tests les plus élogieux mais les puces les plus pertinentes d’un point de vue investissement classique seront sans doutes les Core i7 et i5. Le Core  i7-10750H devrait se répandre largement dans l’offre moyenne gamme chez les constructeurs. Les Core Core i5-10400H et Core i5-10300H seront également sûrement de bons choix pour des usages familiaux. Seuls les joueurs les plus exigeants et les pros devraient se frotter aux puce core i9… A moins qu’Intel ne crée la surprise question prix ce qui ne semble pas spécialement prévu au programme du fondeur.

Intel Comet Lake-H

Intel Comet Lake-H

Un test de rendu vidéo UltraHD montre que le nouveau Core i9-10980HK est deux fois plus rapide qu’un Core i7-7820HK. Il offre également le double de performances en terme de jeux que ce modèle de processeur haut de gamme de 2017. On aimerait pour autant savoir ce que donne le nouveau venu face au Core i9-9980HK. Pas de doute qu’il soit plus rapide mais de combien et à quel prix ?

On va sans doute avoir droit à de multiples tests dans les semaines qui viennent qui mettront en perspective l’ensemble de l’offre d’Intel mais également celle d’AMD. Un état des lieux qui permettra sans doute de doser plus finement l’avancée proposée par la marque et son impact sur le marché. 

Certains n’ont cependant pas attendu pour investir dans Comet Lake-H. Intel annonce pas moins de 100 nouvelles machines équipées de ces puces sur le marché : HP, Lenovo, Dell, Acer, Asus, Gigabyte, MSI et Razer sont sur les rangs.

Intel lance ses nouveaux processeur Comet Lake-H © MiniMachines.net. 2020.

Souvenirs de quarantaine : Alain Français

Par admin

Alain Français, Directeur de De Préférence, a répondu en peu de mots avec beaucoup de franchise et des touches d’humour. En attendant il range sa chambre, ses disques durs…

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Alain Français : Sonorisation, prise de son

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Tout va bien.

Où êtes-vous ?

Ivry-sur-Seine.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

On se croyait à l’abri car on rentrait dans une période creuse mais…

Et depuis le confinement ?

Tout le travail s’annule.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Musique, expo, fashion week…

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

On ne sait pas.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Ma société a recours au chômage partiel.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

RANGE MA CHAMBRE……

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Rangement de disques durs et mix de beaucoup de choses en souffrance.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Une bonne bouffe.

Merci pour vos réponses, pouvez-vous nous faire parvenir un selfie ou une photo vous représentant durant ce confinement ?


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Alain Français est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Arnaud Leschemelle

Par admin

Arnaud Leschemelle, Président de Creative Show Industry (Audiopole, Arbiter, Freevox, Leblanc illuminations & Tekliss) reçoit des masques de ses fournisseurs chinois et les distribue aux personnes en première ligne : infirmières, hôpitaux…

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités

Arnaud Leschemelle : La fabrication et la distribution de matériel d’illuminations et audiovisuel.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Merci nous allons bien et aucun de nos 300 collaborateurs n’est touché par le COVID-19 à ce jour.

Où êtes-vous ?

A la maison à Châlons en Champagne.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Une baisse d’activité immédiate de nos clients prestataires et loueurs.

Et depuis le confinement ?

Les sociétés d’intégration ont arrêté leurs chantiers, les revendeurs ont fermé boutique et les acteurs du web continuent leur activité avec des baisses du chiffre d’affaires spectaculaires : -50 %, -60 %…

Quels ont été les principaux projets annulés ?

2 Commandes : des ServoBlade 15K et d’un écran vidéo StarPanel Starway.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Report de commande GL Events, report de l’installation du siège de VINCI, dossiers Disney gelés, report de livraison de consoles Calrec pour AMP Audiovisuel entre autres… Après le confinement, j’espère…

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

L’impact immédiat est pour nos salariés au chômage technique. Une baisse de 90 % de notre CA dès le lendemain du confinement pour les sociétés de l’audiovisuel.
Leblanc illuminations, grâce à sa saisonnalité, sera bien moins impactée, mais tout cela aura des conséquences sur les performances du groupe à court, moyen et long terme. Cette crise sanitaire, puis économique ne nous laissera pas indemne de réflexions sur l’avenir et nos manières d’être, j’imagine…

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Beaucoup de travail, un peu de sport, vélo, tapis de course, rameur, etc.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

VISIO, téléphone, VISIO, VISIO, téléphone et VISIO… Beaucoup d’échanges avec mes directeurs et collaborateurs, nos filiales à l’étranger et nos banques. Période d’arrêtés des comptes oblige, je crois pouvoir dire que je suis un peu chargé…

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Rouler cheveux au vent en direction de mes différentes entreprises afin de rassurer et de donner l’envie à nos salariés de relever les manches, car l’après sera un challenge pour tous.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Nos fournisseurs chinois nous envoient gracieusement des masques que nous distribuons par connaissance aux personnes en première ligne, infirmières libérales, hôpitaux, etc.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Le week-end dernier, j’ai installé 3 cadres que j’avais depuis plus d’un an…


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Arnaud Leschemelle est apparu en premier sur SoundLightUp..

Les Prestataires Solidaires s’engagent, un communiqué du Synpase

Par admin

Le COVID-19 bouleverse l’activité de nos entreprises et de nos collaborateurs. Le Synpase, syndicat national des prestataires techniques pour le spectacle et l’évènement se mobilise avec ses adhérents face à la crise.

Fidèle à ses valeurs de solidarité et de responsabilité, notre profession souhaite proposer ses services et son savoir-faire pour accompagner les services d’urgences, bien que le fonctionnement de nos entreprises soit lourdement impacté par la crise actuelle.

Nos savoir faire en électricité, en structure, en éclairage, en sonorisation, en vidéo sont à votre disposition, en fonction de nos possibilités. Vous pouvez compter sur notre engagement. Vous avez des besoins, nous avons du matériel disponible, sollicitez-nous!
Pour cela, cliquez ici et remplissez le formulaire.

Vous êtes prestataire et souhaitez rejoindre le mouvement, contactez le Synpase par e-mail à cette adresse : contact@synpase.fr

 

L’article Les Prestataires Solidaires s’engagent, un communiqué du Synpase est apparu en premier sur SoundLightUp..

Pas de INFOCOMM, ni de AES en 2020

Par admin

Face à la pandémie de Covid-19, les équipes organisatrices d’InfoComm et de l’AES ont décidé d’annuler les deux événements pour préserver la santé des visiteurs, exposants et staff sur place.

InfoComm

« C’est une décision que nous n’avons pas pris à la légère mais après avoir étudié toutes les options avec les autorités, » précise le DG de Avixa Dave Labuskes. « InfoComm est le plus grand salon audiovisuel en Amérique du Nord. Nous étions conscients que la situation actuelle ne nous aurait pas permis d’offrir un service et une qualité d’accueil suffisante mais avant tout nous avons mis la sécurité et la santé dans la balance face aux challenges imposés par la pandémie de Covid-19. »

« Le management d’InfoComm est en pleine réflexion et discussion sur les moyens alternatifs possibles pour offrir la qualité de contenu auquel sont habitués nos visiteurs et nos exposants. » « Nous remercions enfin l’ensemble de la communauté de l’audiovisuel, fabricants comme visiteurs qui ont fait d’InfoComm un succès mondial. Cette passion et cette attente nous guideront afin de vous proposer une nouvelle édition en 2021. »

InfoComm 2021 se tiendra du 12 au 18 juin 2021 à l’Orange County Convention Center d’Orlando en Floride.

Plus d’information sur le site Infocomm

AES

La santé et la sécurité de nos visiteurs, membres, exposants et staff est notre principale mission. Suite à des semaines de discussions avec le Austria Center Vienna qui aurait dû nous héberger, la Audio Engineering Society a décidé d’annuler la Convention initialement prévue au mois de mai.

Les équipes de l’AES sont en train de travailler d’arrache-pied afin de dématérialiser le programme technique de la Convention et le reproposer en ligne sous une forme pratique et educative. Nous vous communiquerons prochainement des détails quant à cette Convention Virtuelle qui comportera des présentations vidéo des Papiers, Workshops, Tutoriels Tech Tours ainsi que des forums en live. Nous vous remercions pour votre patience et compréhension, le travail est immense !

D’autres informations sur le site AES

L’article Pas de INFOCOMM, ni de AES en 2020 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Pierre Denjean

Par admin

Pierre Denjean, Président de Hit Music met à profit son temps libre personnel de confinement pour enrichir les programmes de sa web radio LeBonMix Radio de rythmes électro, soft house, groove, funk, hip-hop, trip hop, acid jazz, des sons old school.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités

Pierre Denjean : Fabrication de matériel son et lumière, marques Audiophony, Contest et distributeur des marques de notre filiale belge Beglec avec Briteq, Synq, JV Case et JB Systems.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le Covid-19 ?

Pour le moment, tout va bien. Je suis actuellement confiné à mon domicile avec mon épouse. Ma famille va bien aussi.

Où êtes-vous ?

A mon domicile, au centre-ville de Toulouse.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Nous avons 32 salariés sur le site de Cahors (46). J’avais déjà préparé les équipes aux répercussions de la crise en Asie car depuis le 15 janvier, rien ne partait de nos usines de Chine suite au confinement des chinois… Je préparais donc un budget prévisionnel tenant compte de retards de l’ordre de 2 mois dans la chaîne d’approvisionnement. J’annonçais un second trimestre morose avec une baisse de l’ordre de 20 % due aux retards sur des produits cruciaux et avais envoyé juste avant le confinement ce budget 2020 à nos partenaires financiers.

Et depuis le confinement ?

Je n’avais pas prévu le confinement en France, en Europe et dans le monde !!! Après avoir essayé de rester ouverts les 10 premiers jours du confinement avec une équipe réduite sur place (8 personnes sur place et 5 en télétravail), j’ai décidé de fermer vendredi dernier (le 28 mars) jusqu’à nouvel ordre. J’ai conservé 8 personnes en télétravail et 24 sont en chômage technique. En effet, c’était important d’avoir pu rester ouverts quelques jours pour gérer les retours de marchandises qui n’ont pu être livrées chez les clients, répondre à nos clients par téléphone, gérer quelques expéditions de petits colis.
Mais il fallait se rendre à l’évidence que cela ne pouvait durer, j’ai préféré fermer pour garantir une sécurité maximale et en tenant compte aussi du calme plat sur l’activité. Nous sommes donc 8 personnes en télétravail pour assurer la veille de l’entreprise afin qu’elle puisse faire face à ses obligations fiscales et sociales, mais aussi pouvoir via e-mail apporter des réponses aux clients ou partenaires qui peuvent nous solliciter.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Pour nous, c’est 50 000 euros de chiffre par jour de perdu. 30 jours de confinement c’est un million d’euros de chiffre de perdu. Étant donné que je prévois 2 mois de confinement, je table sur une perte de chiffre de l’ordre de 2 millions d’euros.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Étant fabricants et distributeurs de matériel, je ne sais pas si on peut parler de report. Il faudra que nos clients magasins, prestataires et installateurs retrouvent le chemin des achats, de la mise en stock, des investissements, des installations… J’ai refait un plan d’achat tenant compte de 2 mois de fermeture afin d’éviter un surstock à venir sur le 3e trimestre, pour aussi préserver notre trésorerie.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Personnellement, je table sur 2 mois de confinement avec une reprise vers le 15 mai. Je table sur un manque à gagner de 2 millions d’euros de chiffre minimum cette année. Pour la première fois en 20 ans, nous ne pourrons que sortir un exercice déficitaire cette année, avec un tel manque à gagner. Heureusement nous ne serons pas les seuls. Ce sera un exercice à oublier et 2021 ne sera que meilleure (tout cela dans une optique de pouvoir redémarrer le 15 mai).

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Les outils modernes nous permettent de télé travailler. Je suis donc l’entreprise à distance avec mes 7 autres collaborateurs qui sont eux aussi en télétravail. Nous faisons des réunions en visioconférence. Nous faisons avancer le marketing en mettant à jour nos sites, catalogues et en préparant la sortie des nouvelles gammes mais j’avoue, ce n’est pas la même énergie que lorsque l’entreprise tourne à bloc…

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je gère à titre personnel une webradio sur mon temps libre. Le confinement est pour moi plus de temps à consacrer à ce projet sur lequel je travaille depuis un an. Cette semaine je vais pouvoir déployer le site Internet. J’en profite pour enrichir les programmes et lancer de nouveaux jingles. Je vais pouvoir lancer de manière officielle la radio dans quelques semaines (même si je dispose déjà d’auditeurs aujourd’hui, ce qui me permet d’avoir quelques retours).
La webradio s’appelle LEBONMIX RADIO. Elle propose une base musicale avec des rythmes électros, soft house, groove, funk, hip-hop, trip hop, acid jazz, des sons old school mais pas trop, toujours mélodiques et jamais trop club ou dance… LEBONMIX, la radio qui s’écoute ! Qualité audio Haute Définition !
Vous pouvez écouter LEBONMIX soit avec ce lien ou avec ce lien et/ou encore ici

Vous pouvez aussi écouter avec l’application lebonmix (tout attaché) sur PlayStore et AppStore. L’application vous donne accès en cliquant sur la note de musique en haut à droite à 3 autres façons d’écouter LEBONMIX. Plus d’informations sur le site Lebonmix radio.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Retrouver ma famille, mes amis et mes salariés à l’entreprise. Aller me prendre un bon café en terrasse ! Retourner à la salle de sport et faire un jogging le long du canal à Toulouse !

Avez-vous une anecdote à nous détailler ?

Lors de ma réunion de début janvier, j’annonçais à mes salariés que 2019 était une année de transition et que 2020 serait la belle année que l’on attendait, que tous les voyants étaient au vert pour concrétiser de belles choses. Nouveaux produits, nouveaux projets… A peine 3 mois après, je peux annoncer que 2020 sera la pire année de tous les temps ! Gérer, c’est prévoir… Oui mais des fois, ça ne marche pas à tous les coups !


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Pierre Denjean est apparu en premier sur SoundLightUp..

Notre sélection spéciale confinement 2020 !

Par Thomas

Sélection studioSPORT confinement

Des solutions pour vous occuper et vous divertir En cette période de confinement qui peut parfois être longue et ennuyante au sein de votre foyer, nous avons décidé de vous proposer de quoi vous divertir. Nous avons sélectionné des produits qui s’adaptent à votre chez-vous. Que ce soit pour amuser vos enfants ou tout simplement […]

Souvenirs de quarantaine : Tristan Szylobryt

Par admin

C’est Tristan Szylobryt, éclairagiste pour Light&Day, formateur et journaliste de SoundLightUp qui a eu l’idée de ce questionnaire pour prendre des nouvelles de ceux qui croisent notre route. Excellente idée que toute la rédaction a validée.

Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici et nous envoyer avec un selfie au format paysage à redaction@soundlightup.com


SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Tristan Szylobryt : Je travaille dans l’éclairage live, enregistré ou pérenne, ainsi que dans le secteur de la formation et du reportage, en région parisienne et partout en France.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Etes-vous touchés par le Covid-19 ?

Heureusement, ni moi, ni ma famille ne sommes touchés par ce virus.

Tristan Szylobryt : Où êtes-vous ?

Chez moi, dans mon appartement en banlieue parisienne. J’ai de la chance, il fait beau et j’ai un peu de place.

Quel a été, pour votre activité, l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’ai peu souffert avant le confinement, hormis un festival reporté et une semaine de cours annulée.

Et depuis le confinement ?

Comme beaucoup, plus aucune activité, même si j’essaie d’assurer le suivi des prochains dossiers pour l’été et une petite continuité de mes cours.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Le salon Prolight+Sound à Francfort, début avril, je n’ai pas de nouvelles des festivals qui m’attendent en juin, comme WeLoveGreen, Hellfest ou FNAC Live.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Pour l’instant toutes mes formations jusqu’au 15 avril sont reportées, mais l’AFDAS n’a rien communiqué sur les modalités. Le Mondial du Tatouage lui se tiendra du 16 au 18 octobre.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Ma société est encore jeune, je ne sais pas si je pourrai bénéficier du fonds d’aide gouvernemental. Pour l’instant j’ai gelé ma trésorerie jusqu’en juin, mais je ne sais pas comment la situation va évoluer. Je n’ai pas de salariés, je vis sur mes réserves.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je ne m’ennuie pas ! Sport, bricolage, rangement, paperasse, cuisine et converser avec les amis… Bref tout ce que j’ai repoussé jusqu’à présent par manque de temps !

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je finis mes cours sur la GrandMA3, et continue à travailler dessus ainsi que sur les méthodologies d’enseignement à distance. J’en profite aussi pour me perfectionner sur d’autres logiciels, de la vidéo et Sketchup.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Organiser une grande bouffe avec les amis et retrouver ma famille dans les Pyrénées.

Quels sont les projets qui vous attendent à la sortie de cette crise ?

Normalement je vais assurer les formations GrandMA3 prévues et celles repoussées si les circonstances le permettent, et enchaîner avec le Hellfest début juin.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Beaucoup de fabricants, de centres de formation comme LC ou de simples particuliers proposent des tutos ou des cours en ligne pour se perfectionner dans plein de domaines. Cela ne remplace pas une formation, mais permet à chacun de se mettre à niveau suivant son investissement.
Pour notre métier, Audiens commence à mettre en place un fonds de soutien. Les nouvelles de Pôle Emploi sont encore floues, tout comme les dispositifs d’aide aux entreprises.

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Beaucoup de questions se posent sur les prochains mois, où même sortis du confinement, les mois d’été risquent d’être très pauvres en événements… avant une reprise énorme à la rentrée, avec tous les reports. Cela risque d’être compliqué pour les intermittents et les sociétés du spectacle.
Si j’ai un conseil à donner, c’est de prendre soin de sa famille et de profiter de ce temps pour redonner un coup de neuf à sa maison et à ses envies.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Je n’ai jamais autant bricolé et nettoyé mon appartement que ces derniers jours. J’ai les mains plus usées qu’après une presta !

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Tristan Szylobryt est apparu en premier sur SoundLightUp..

Formations et table ronde en ligne chez Sennheiser

Par admin

La Sennheiser SoundAcademy propose des formations audio professionnelles gratuites en ligne, des démonstrations de solutions pour le monde entier et le 31 mars, une table ronde spéciale pour les ingénieurs du son . Ces formations couvriront un large éventail de sujets allant des micros sans fil aux micros de conférence avec technologie de beamforming, en passant par l’audio pour la vidéo.

Ces sessions gratuites seront proposées à 8h30, 13h30 et 18h00, afin de permettre à des personnes du monde entier de les suivre.

« Ces séminaires font partie de notre stratégie à trois volets visant à soutenir nos clients en cette période unique et difficile », explique Volker Schmitt, Director Customer Development and Application Engineering, qui dirige la Sennheiser SoundAcademy.

« En plus de ces formations en ligne, qui sont ouvertes à tous, nous avons également fait basculer la formation individuelle des clients vers le monde numérique. Enfin, nous prévoyons de faire partager leur savoir-faire par des experts du secteur en matière de webcasts. Grâce à ces séminaires en ligne, nous sommes impatients de partager notre expérience avec vous tous. »

Le 31 mars, à 17 heures, table ronde unique sur « Le mixage pour le son en direct – le mixage des IEM et des moniteurs »
L’équipe de Sennheiser Relationship Management sera rejointe par cinq ingénieurs du son professionnels de premier plan pour discuter des stratégies de mixage de son en direct.

Brad Baisley (Blake Shelton), Landon Storey (Khalid), Charles « Chopper » Bradley (Harry Styles), Alex Cerutti (Dua Lipa), et Andre Williams (A$AP Rocky / Summer Walker) seront disponibles pour répondre au plus grand nombre de vos questions.
Durée : 90 min. S’enregistrer ici

De gauche à droite : Brad Baisley, Landon Storey, Charles « Chopper » Bradley, Alex Cerutti et Andre Williams.

Prochains séminaires en ligne

Rendez-vous sur le site Sennheiser pour obtenir une liste complète et actualisée des séminaires web gratuits de la SoundAcademy, y compris les liens d’inscription. Ils sont généralement proposés en anglais, mais il existe également des sessions en allemand et en français.

Les sujets suivants ont été programmés pour les deux prochaines semaines (jusqu’au 9 avril) :

  • Installation fixe et solutions pour les entreprises :
  • Les meilleures pratiques du G4 pour les installateurs et les intégrateurs
  • Les microphones de conférence avec technologie de beamforming pour les salles de réunion
  • L’audio à destination des universités
  • SpeechLine Digital Wireless – l’approche DECT

Live audio :

  • Les bases sur les microphones
  • Les microphones sans fil : Bases niveau I
  • Les microphones sans fil : Bases niveau II
  • La transmission numérique pour les microphones sans fil
  • Une introduction au logiciel Wireless Systems Manager
  • Comment utiliser les antennes HF
  • Démonstration en direct du système Digital 6000

La Sennheiser SoundAcademy se réjouit de vous accueillir aux séminaires en ligne et aux tables rondes.


D’autres informations avec le lien ici

L’article Formations et table ronde en ligne chez Sennheiser est apparu en premier sur SoundLightUp..

Raspidometer : un compteur de vitesse sous Raspberry Pi simple et accessible

Par Pierre Lecourt

Le problème rencontré est simple, sur une vieille voiture de 1994 encore en état de marche, le compteur de vitesse est tombé en panne. Après une première expérience à partir d’un compteur externe autonome basé sur un GPS mais très lent au démarrage, l’idée a été de concevoir un nouveau compteur avec un Raspberry Pi. Compliqué ? Difficile ? Demandant beaucoup de matériel ? Cher ? Rien de tout cela. Ce projet a coûté moins de 100$ à Graham Leslie et n’a nécessité qu’une après midi pour être mis en place.

Le véhicule coupable

Les pièces nécessaires sont peu nombreuses pour créer ce Raspidometer : Une carte Raspberry Pi 4, une carte MicroSD, un boitier, un écran LCD 3.5″ compatible, un GPS USB compatible et un éventuel adaptateur allume cigare vers USB pour charger le tout. L’assemblage est assez facile, le haut du boitier n’étant pas nécessaire, il suffit de ne pas le fixer et de coiffer la carte avec l’écran LCD. Un pont HDMI est fait entre le Pi et l’affichage. C’est tout, il n’y a rien d’autre à bricoler mis à part la fixation de l’ensemble sur le tableau de bord. Un système de scratch autocollant sur la voiture et sur le dos du boitier étant suffisant pour accrocher l’ensemble tout en permettant de retirer le GPS si nécessaire, ce n’est pas la partie la plus délicate de l’opération.

VK-162Le GPS VK-162 compatible

D’un point de vue logiciel, rien de complexe non plus pour ce Raspidometer. Raspbian a été installé grâce à Noobs sur une carte MicroSD. Une fois la carte Pi démarrée et configurée de manière on ne peut plus classique, le système de guidage Navit basé sur Open Street Maps a été ajouté. Un système ouvert et que l’on peut modifier facilement en suivant les éléments de configuration documentés. La cartographie ne sera pas forcément parfaite mais la gestion de la vitesse restera toujours active. En branchant le GPS USB recommandé… le compteur était prêt.

Navit
Pour parfaire l’utilisation de l’ensemble, la session de Raspbian a été configurée pour démarrer automatiquement à l’allumage, sans demande d’authentification. Le système Navit se lance également automatiquement au démarrage pour ne pas avoir à sortir une souris dans sa voiture. Là encore, ces opérations sont très simples et le web fourmille de guides pour les réaliser en quelques minutes.

Raspidometer

L’alimentation est assurée par un adaptateur USB sur allume-cigares. Il sera peut être utile d’ajouter un câble USB avec un interrupteur pour éteindre votre Raspidometer si votre prise allume-cigares est alimentée en permanence. Vous pourrez également tout simplement débrancher votre câble USB… Il va de soit que ce système est perfectible. Avec une imprimante 3D, on pourra lui concevoir un châssis plus adapté, un système d’accroche et ajouter un interrupteur directement sur le boitier. Mais dans l’absolu, le montage de base est suffisant. La fixation de l’antenne GPS restera à votre discrétion, elle peut être placée idéalement sur le pare brise derrière votre rétroviseur, par exemple ou sur l’avant de l’engin. L’acquisition d’un signal mets 15 à 30 secondes à se faire pour commencer à indiquer correctement la vitesse du véhicule.

Petit point technique : Les compteurs de vitesse GPS sont nettement moins fiables en agglomération et, évidemment, indisponibles dans les tunnels ou autres parkings. La présence d’un odomètre qui va calculer le nombre de tours de roues est donc indispensable sur un véhicule en France. Je ne sais pas si c’est le cas aux US mais ce Raspidometer ne peut pas être votre seule source de mesure de vitesse à bord d’un véhicule.

Cela dit il  pourrait être intéressant de porter ce concept à d’autres usages : à de la plaisance par exemple, en construisant un Raspidometer étanche pour un petit voilier. En adaptant le concept à un Raspberry Pi Zero W pour intégrer ce système sur des véhicules légers comme des trottinettes ou des vélos… bien que les smartphones fassent très bien office de GPS sur ces véhicules avec leur GPS et leur batterie intégrée. C’est en tout cas un projet simple, peu coûteux et intéressant à développer.

Source : Gleslie

Raspidometer : un compteur de vitesse sous Raspberry Pi simple et accessible © MiniMachines.net. 2020.

KDE Plasma Bigscreen, du Linux pour vos télés

Par Pierre Lecourt

KDE Plasma est un environnement de bureau développé pour les PC sous Linux, il convient parfaitement à un usage classique où on manipule des programmes et fichiers sur un bureau avec une souris. Il est utilisé sur des cartes de développement comme les Raspberry Pi. Il a été également utilisé sur des smartphones voulant s’éloigner d’Android et de Google.

KDE Plasma Bigscreen propose la même approche pour les grands écrans, une alternative à Android TV pour lancer vos films et autres contenus multimédias du fond de votre canapé. Cette solution sera donc Open Source et tout le monde pourra en profiter sur grand écran. La communauté autour du projet est en train de se constituer et devrait apporter rapidement des outils de plus en plus pointus au système.

Pour le moment, les avancées sont intéressantes avec une approche très semblable à Android TV. On retrouve, par exemple, la prise en charge des normes infrarouge pour piloter les machines à distance avec des télécommandes classiques. Une prise en charge expérimentale de la norme CEC pour piloter les divers appareils interconnectés est en cours de développement. Mais KDE Plasma Bigscreen promet également une prise en charge des ordres à la voix avec MyCroft. Un assistant virtuel Open Source qui pourra reconnaître vos ordre vocaux pour lancer à distance des applications ou des médias.

Les machines proposant un micro via une télécommande Bluetooth pourront donc utiliser ce système pour lancer une vidéo sur Youtube via la parole. Pour se faire, il faudra laisser le système se connecter au serveur Mycroft. Une solution qui utilise la fonction de Speech to Text de Google pour envoyer des demandes anonymisées à Google. Les équipes annoncent qu’il sera possible de passer à une version alternative avec Mozilla DeepSpeech. Il sera également possible de se passer de ce type de service en cas d’inquiétudes par rapport à ce type de technologie de reconnaissance vocale. 

KDE Plasma Bigscreen

Très peu d’applications sont pour le moment disponibles. KDE Plasma Bigscreen n’en est qu’à ses débuts. Vous pourrez donc retrouver SoundCloud, Wikidata, Youtube et Bitchute. Mais le développement est à surveiller, si pour le moment je ne suis pas prêt à lâcher Android sur Shield TV ou OpenElec sur Raspberry Pi, cette annonce est tout de même à surveiller.

Source : Plasma-Bigscreen

KDE Plasma Bigscreen, du Linux pour vos télés © MiniMachines.net. 2020.

Acer retarde le lancement de ses portables AMD Ryzen 4000U

Par Pierre Lecourt

Le calendrier n’est pas certain, la situation est compliquée et les dates avancées pour le moment pourront avoir un certain retard à l’allumage du fait de la pandémie de Covid-19 que nous subissons actuellement. Les engins étaient d’abord prévus pour ce mois de Mars mais la production a été largement retardée. D’habitude, Acer est très ponctuel sur ses sorties et souvent les machines sont déjà en magasin à leur date d’annonce. Ces portables devraient être proposés à partir de 520$ pour le Acer ASpire 5 A515-44 en Juin et 630$ en Avril pour le Acer Swift 3 SF314-42.

Acer Swift 3 SF314-42

L’Acer Swift 3 SF314-42 est un engin de 14″ IPS FullHD de diagonale enchâssé dans une coque en alliage d’aluminium et de magnésium pour assurer sa rigidité et sa finesse en conservant un poids léger. L’engin pèse 1.2 Kg et mesure 32.25 cm de large pour 21.8 cm de profondeur sur 15.95 d’épaisseur. Les bordures d’écrans sont fines et l’empreinte globale de ce 14″ se retrouvera au niveau d’un 13.3″ à larges bordures.

Acer Swift 3 SF314-42

A l’intérieur, on retrouvera des processeurs AMD Ryzen 4700U, une solution en 15 watts de TDP déployant 8 coeurs et autant de threads sur une fréquence de base de 2 GHz avec un Boost à 4.1 GHz et une solution graphique interne Radeon Vega sur 7 coeurs. La mémoire vive pourra grimper jusqu’à 16 Go de DDR4 et le stockage sera confié à une solution M.2 PCIe NVMe pouvant atteindre 512 Go.

Acer Swift 3 SF314-42

La connectique devrait être classique avec deux ports USB 3.0 Type-A, un USB Type-C, une sortie HDMI plein format, un port jack audio 3.5 mm stéréo et un antivol Kensington lock. Pas de Thunderbolt 3.0 pour cet engin AMD… Un lecteur d’empreintes est visible sur le repose poignets et le clavier, comme le pavé tactile, semblent confortables et spacieux. On regrettera comme d’habitude le gros sacrifice des touches fléchées en demi hauteur.

L’autonomie du Acer Swift 3 SF314-4 devrait grimper à 11.5 heures d’usage avec une seule charge, une mesure qui correspond probablement à un scénario précis qui sera probablement difficile à répéter dans la vraie vie avec un usage normal. La charge rapide sera intéressante à exploiter avec 4 heures d’autonomie gagnées par une simple charge de 30 minutes.

Acer Aspire 5

Le Acer Swift 5 A515-44 sera un 15.6″ plus entrée de gamme avec un processeur AMD Ryzen 4500U sur 6 coeurs et 6 threads. Son chipset graphique Radeon Vega disposera également de 6 coeurs. Une partie du châssis sera en aluminium mais la majorité sera composée d’ABS.  L’écran 15.6″ proposera un FullHD IPS classique entouré de bordures fines.

Acer Aspire 5
Il pourra grimper à 24 Go de mémoire vive au maximum, ce qui semble laisser croire qu’une partie de la mémoire vive sera soudée, contrairement au Swift 3 qui devrait proposer deux slots de DDR4. Avec un slot libre et 8 Go de base on pourra, soit le laisser en 8 Go, soit le faire évoluer à 16 Go ou, en ajoutant une barrette de 16 Go, passer à 24 Go au maximum. Le stockage sera, quant à lui, plus large avec une première unité en M.2 PCIe NVMe qui pourra grimper à 1 To et un emplacement 2.5″ SATA 3.0 qui pourra accueillir un disque mécanique pouvant atteindre 2 To.

Acer Aspire 5

L’engin proposera un pavé numérique et un clavier plus confortable avec un lecteur d’empreintes digitales intégré dans le pavé tactile. Sa connectique sera également plus complète avec deux ports USB 3.0 Type-A, un USB 2.0, un jack audio combo, un antivol, une sortie HDMI plein format, un USB Type-C et un port Ethernet Gigabit. Les deux engins seront évidemment, livré avec un Wifi5 et du Bluetooth 5.0.

Acer retarde le lancement de ses portables AMD Ryzen 4000U © MiniMachines.net. 2020.

Souvenirs de quarantaine : Eric Alvergnat

Par admin

Le confinement nous a tous mis dans le même bateau, ou plutôt la même galère. Chacun sur son propre radeau, déjà fragilisé par la précarité de nos métiers, à devoir naviguer vers un inconnu de plus en plus lointain. Pourtant, si nous devons nous écarter les uns des autres, physiquement pour répondre au bon sens et aux précautions sanitaires indispensables, nous n’avons jamais autant communiqué.

La science numérique est une alliée précieuse, grâce à laquelle nous inondons les réseaux sociaux, Internet et les ondes de notre humanité. Les liens se renforcent malgré la distance. Se propagent conseils, espoirs, élans de solidarité ou inquiétudes, tout ce qui construit notre civilisation, bien avant les quêtes effrénées de gloire ou de pouvoir qui furent trop souvent de mises dans les derniers modèles de sociétés.

Aujourd’hui, en ces moments propices à la réflexion individuelle, nous avons décidé de partager le quotidien de notre monde du spectacle au milieu de cette quarantaine.

Une collection de cartes et de souvenirs pour prendre des nouvelles, et auto-dresser les portraits de ceux que nous avons croisés sur la route, techniciens, designers, gérants, distributeurs, formateurs, régisseurs ou gestionnaires. Un espace que chacun pourra consulter pour se rassurer et resserrer ses liens, partager ses expériences, montrer ses sentiments ou dévoiler ses projets nouveaux face à cette crise majeure.

Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici et à retourner sur redaction@soundlightup.com

La rédaction de SoundLightUp vous apporte tout son soutien et vous ouvre ses pages, prenez soin de vous et des autres.


Eric Alvergnat – Senior advisor pour Groupe Dushow

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Eric Alvergnat : Prestataire technique.

SLU : Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le Covid-19 ?

Eric Alvergnat : Nous allons bien, pas de porteurs connus ou de proches touchés, pour le moment.

SLU : Où êtes-vous ?

Eric Alvergnat : J’étais dans le Marais Poitevin les jours qui ont précédé le confinement, j’y suis resté.

SLU : Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Eric Alvergnat : Désagrégation du carnet de commandes pour les semaines à suivre.

SLU : Et depuis le confinement ?

Eric Alvergnat : Arrêt total et fermeture des unités de production

SLU : Quels ont été les principaux projets annulés ?

Eric Alvergnat : Liste fastidieuse mais quasiment tous.

SLU : Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Eric Alvergnat : Des reports sur juin puis septembre, voire l’année prochaine à ma connaissance.

SLU : Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Eric Alvergnat : Le gel des recettes n’est pas synonyme de gel des dépenses mais le delta devrait se résorber dans les mois voire année qui suivront la reprise. Non, pas d’impact à long terme.

SLU : Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Eric Alvergnat : Télétravail, télé glandouille, jardinage (c’est notre chance) et rangement des placards !

SLU : Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Eric Alvergnat : Se mettre à jour, rattraper le retard, contribuer aux projets solidaires, préparer la suite, être en veille sur les aménagements et aides potentielles, partager avec les équipes et soutenir les cas les plus critiques.

SLU : Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Eric Alvergnat : Essayer de voir nos enfants, à Paris, Montreuil (easy), en Inde (moins facile) puis aller au bureau.

SLU : Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Eric Alvergnat : Oui et notamment l’initiative du Synpase « Prestataires Solidaires » dont je recommande vivement la diffusion : https://www.covid-prestataires-solidaires.fr/

L’article Souvenirs de quarantaine : Eric Alvergnat est apparu en premier sur SoundLightUp..

Ubitech, des formations à la carte

Par admin

Fondé en 2014, Ubitech est un organisme de formation dont la spécificité est de proposer, pour certains domaines, du sur-mesure à ses stagiaires. Nous avons découvert l’équipe de cet organisme chez Dushow Paris lors d’une formation réseau son et lumière des permanents du prestataire. Nicolas Varlet, fondateur et dirigeant d’Ubitech, m’accueille avec deux de ses formateurs : Ludovic Maurin et Florent Maurin.
Le temps de faire les présentations avec Marion Bard, Gestionnaire RH de Dushow Paris et Cassandra Benabdallah, récemment recrutée au poste de Chargée de Communication, je fais une photo de groupe et on commence l’interview.


Nicolas Varlet, directeur d’Ubitech Formation, entouré des formateurs réseau Florent Maurin à gauche et Ludovic Maurin à droite.

Au centre Nicolas Varlet, directeur d’Ubitech Formation, entouré des formateurs réseau Florent Maurin à gauche et Ludovic Maurin à droite.

Nées de l’évolution rapide des outils de travail des prestataires techniques, les formations réseau sont depuis quelques années très demandées, les participants souhaitant configurer et surtout réparer une configuration défaillante et ainsi dissiper toute incertitude de fonctionnement. L’expérience prouve que même les techniciens les plus aguerris bénéficient à plein d’une mise à jour de leurs connaissances.

Le centre de formation Ubitech a bien compris ces enjeux et a aussi perçu l’importance de ne pas se montrer scolaire ou trop standardisé. L’idée est de proposer des formations qui collent à une réalité de terrain pour valider la zone de confort des stagiaires et l’étendre dans la mesure du possible. Le maître mot est donc “à la carte”, leur grande force mais aussi une démonstration de souplesse.

Découvrons en vidéo cette formule décrite par Nicolas Varlet le fondateur et directeur du centre.


Dushow, client assidu d’Ubitech

Ubitech effectue régulièrement des formations pour les salariés de Dushow et ce dans les agences de Paris, Nice et Marseille. Cette collaboration a débuté depuis bientôt 5 ans et les sessions concernent notamment le réseau en son et en lumière comme aujourd’hui, mais aussi la grandMA, l’intercom ou le travail en hauteur. Marion Bard, Gestionnaire RH pour Dushow Paris explique que cet effort constant en formation est nécessaire pour assurer les compétences des nouveaux salariés.

Le groupe de permanents de Dushow Paris prêt à en découdre avec les nouveautés réseau.

SLU : Nicolas, pourrais-tu me décrire la formation réseau que vous avez dispensée ici cette semaine ?

Nicolas Varlet : Notre formation de base en réseaux dure 5 jours soit au bas mot 40 heures auxquelles nous devons répondre auprès de l’AFDAS. Mais cela dépasse régulièrement selon la disponibilité des salles et la motivation des stagiaires. En pratique, ils font donc souvent des nocturnes.
Une session comprend 8 stagiaires maximum pour un formateur et s’il nous est exceptionnellement arrivé d’en avoir 9, ce n’était possible que grâce au niveau des participants. De manière générale, on s’est rendu compte que pour assurer un niveau de qualité, il ne faut pas dépasser ce chiffre afin que lors des mises en pratique (TP) le formateur puissent accompagner chaque stagiaire. Ce nombre s’abaisse à 6 personnes pour les formations logicielles. Un clic est vite oublié lors d’une démo et il faut veiller à ne perdre personne.

Ludovic Maurin : Notre formation est organisée ainsi : le lundi on ne fait que de la théorie sur les réseaux Ethernet et elle est commune aux techniciens son et lumière. C’est en effet un protocole commun à tous les corps de métier, que ce soit dans le spectacle ou l’informatique de bâtiment.
Le mardi matin les travaux pratiques démarrent et les stagiaires doivent prendre le contrôle de machines destinées au spectacle. L’après-midi, il y a une séparation entre les lighteux qui reviennent à la théorie pour apprendre comment transporter des informations spécifiques à la lumière alors que les sondiers continuent leurs TP.

Le mercredi, on inverse. Les éclairagistes reprennent donc les TP en ajoutant les notions apprises la veille en matière de transport des messages en DMX dans des réseaux Ethernet. Tandis que les sondiers apprennent à transporter de l’audio de façon numérique.
Et à partir du mercredi après-midi on ne fait plus que des TP en binômes jusqu’au vendredi soir.

SLU : Pour cette session chez Dushow, vous mettez donc ensemble des professionnels son et lumière ?

Ludovic Maurin : C’est aussi un des avantages d’Ethernet que de pouvoir faire passer tous les signaux dans le même tuyau et donc via les mêmes câbles. On se met d’accord sur quelques principes de base puis le TP d’un binôme d’éclairagistes se connecte à celui d’un binôme de sondiers.

SLU : Quelles sont les connaissances minimales nécessaires pour accéder à cette formation ?

Nicolas Varlet : On demande de savoir utiliser un ordinateur en plus de connaissances de base en son ou en lumière. C’est bien qu’ils sachent se servir d’au moins une console mais on les accompagne si le matériel utilisé pour le cours n’est pas exactement celui qu’ils connaissent. Il faut aussi qu’ils aient une idée de ce qu’est un synoptique, du fonctionnement d’une scène en son ou en lumière et idem pour la vidéo. L’idée étant d’aller dans le vif du sujet sans perdre de temps. Par contre aucune connaissance préalable du wifi et du réseau ne sont nécessaires.
Ils sont là pour apprendre et les formateurs vont chercher à conforter leurs connaissances et leur montrer qu’il est possible d’aller très loin dans ce domaine. En début de semaine, Ludo a ressorti les schémas des derniers TP de novembre. L’exercice consistait à incorporer une petite fonctionnalité au sein d’un gros réseau. En pratique, ça peut aller de contrôler la lumière ou le son depuis sa tablette, jusqu’à tout contrôler en envoi et réception d’informations. Ça permet de mettre en commun des projets réalisés selon le niveau et les besoins de chacun.

SLU : À l’issue du stage, s’il y a un problème réseau est-ce que vos stagiaires sont capables de le régler ?

Nicolas Varlet : Notre optique est surtout de chercher à répondre aux besoins de chacun et ils sont tous différents. Cela peut s’expliquer par l’habitude de travailler dans telle salle ou avec tel prestataire et donc pas besoin pour eux d’aller plus loin, ce que l’on respecte. Il y a aussi ceux qui, au contraire, veulent bûcher pour atteindre un niveau polyvalent. Pour notre part, nous validons la présence des stagiaires mais nous ne délivrons pas de certification répondant d’un niveau de connaissances.

Selon moi, un QCM, ne valide pas des capacités sur le terrain parce qu’il va falloir gérer d’autres facteurs comme le stress, ce qui, dans ce secteur, comme dans d’autre, est un passage obligé pour savoir si on est capable ou non. Ensuite, si le technicien est compétent et a acquis les connaissances dont il avait besoin auprès de nous, il arrivera à se vendre dans un milieu qui est assez petit finalement. Les formateurs et moi-même pensons aussi que des tests pourraient en freiner certains.

Ludovic Maurin : On a des profils avec différents niveaux et qui savent faire du son ou de la lumière. Certains savent allumer l’ordinateur et ça s’arrête là. Ce sont d’ailleurs des profils qui me plaisent beaucoup parce que la marge de progression est énorme donc à la fin on les aura débloqués sur beaucoup de sujets. Par contre, ceux qui arrivent avec une large zone de confort pourront aller plus loin.

SLU : Vous avez donc une sorte de base de formation que vous adaptez ensuite en fonction des besoins. Avec 8 stagiaires par groupe, les demandes ne sont-elles pas trop hétérogènes ?

Ludovic Maurin : Non, que ce soit en son ou en lumière, le matériel est composé de marques leaders et à de rares exceptions les produits vont être assez similaires. Le plus difficile pour nous va être parfois de nous familiariser avec le matériel propriétaire de certaines entreprises et proposer des formations hyper spécifiques.
Nous avons eu le cas avec groupe F, un des leaders mondiaux en matière d’artifices. Ils utilisent le réseau Ethernet pour tout contrôler mais avaient besoin de mieux maîtriser le réseau. Ça fait aussi partie des choses intéressantes à gérer pour nous en tant que formateurs.

Effectivement ça serait dommage de se priver…

SLU : Sur quel matériel, les stagiaires font-ils leurs TP ?

Nicolas Varlet : Pour le réseau, nous avons une large gamme de switchs qui couvrira bientôt tous les fabricants et dans ce domaine comme pour le reste, on la complète par de la location.
Aujourd’hui, en plus de mon matériel qui couvre largement ce qui est nécessaire, les permanents sont allés faire leur marché dans le parc de Dushow Paris pour en rajouter. Ce n’était pas spécifiquement prévu mais pour tester certaines configurations, c’était nécessaire.

Pour les pupitres lumière, j’ai une GrandMA ON PC 2 et une Chamsys mais il peut y avoir des Hog, des GrandMA 3,des EOS etc. En son, nous utilisons souvent des consoles Yamaha, Digico ou Soundcraft. On s’adapte en fonction des besoins. À Bordeaux par exemple, une de nos formations au Carré-Colonnes nécessitait des Congo pour les TP.

… d’un stock pareil.

Un questionnaire en amont, nous permet d’adapter le matériel aux besoins des futurs stagiaires en les interrogeant sur leur environnement de travail, leurs outils, leurs envies, leurs besoins et ça nous permet de définir quelle console, quelles enceintes ou quelles machines leur proposer pour les TP.
En formation réseau, on a souvent de la Grand MA, de la Chamsys ou de la Hog. De la même manière sur les formations dites Calage de sonorisation il y a, en fonction des prestataires locaux, différents systèmes qui vont être utilisés.

SLU : Y a-t-il un suivi après la formation ?

Ludovic Maurin : Oui, et c’est un des points forts d’Ubitech. À la fin de chaque formation on propose de remplir un questionnaire à chaud pour savoir ce que les stagiaires en ont pensé. Ça va concerner le lieu, les outils pédagogiques, les formateurs, le contenu. Et c’est une bonne base pour nous améliorer, ce qui est très important. Ensuite, dès le lundi, une invitation Dropbox leur est envoyée.
Dans ce dossier, accessible à tous les anciens stagiaires, formateurs et stagiaires peuvent déposer des documents relatifs à une astuce ou une particularité selon un principe de fiche par thème : son, lumière, vidéo et matériel informatique (switch, configuration machine, etc). On y trouve aussi les livrets de cours mis à jour.
Enfin, en cas de besoin, ils ont nos mails mais en définitive, et heureusement, c’est assez rare que l’on ait des contacts en direct en cas de problème. Enfin nous leur envoyons un dernier questionnaire à froid, c’est-à-dire 6 mois plus tard, pour savoir si les connaissances nouvellement apprises leur ont servi sur le terrain.

SLU : Est-ce que vous proposez d’autres formations en réseau après ce niveau 1 ?

Ludovic Maurin : On a mis en place un niveau intermédiaire entre le niveau 1 et le niveau 2, c’est la session MAC (Maintien des Acquis et des Connaissances) car les retours de questionnaires à froid expriment une volonté pour certains de parfaire ce qu’ils ont appris sur ce premier niveau mais sans forcément aller beaucoup plus loin comme pourrait le proposer le niveau 2.
Pour l’instant il n’existe qu’une session MAC son et au lieu de commencer par la théorie, elle commence par des TP. Ensuite, le mardi matin on fait un point sur ce qui s’est passé la veille et sur leur expérience depuis la première formation pour reprendre les points théoriques qui les intéressent.

L’histoire du centre

Nicolas Varlet, ancien régisseur son de Dushow, fait maintenant de la régie générale, même si avec les formations, il n’a plus beaucoup de temps et donc réserve cette activité à la saison estivale. Il a pu développer son réseau en travaillant sur Nice et Marseille pour Projectis et Arpège. Il a ensuite mis à profit ses contacts pour lancer l’activité de centre de formation.

Nicolas Varlet, Directeur d'Ubitech

Nicolas Varlet, Directeur d’Ubitech

SLU : Comment es-tu devenu directeur d’un centre de formations ?

Nicolas Varlet : Suite à un besoin de formation en 2008-2009, j’ai constaté qu’il était difficile de trouver une offre sérieuse dans le sud. On était obligé de se déplacer à l’ISTS d’Avignon ou de monter à Paris. J’étais très content de me balader mais je trouvais ça compliqué.
En 2014, l’idée nous est venue avec un ami d’essayer de proposer une offre de formation dans le sud qui soit facile d’accès et qui aille vers ses stagiaires. Nous n’avons pas réussi à poursuivre cette collaboration mais je me suis lancé dans l’aventure.
Le temps de structurer la société et d’obtenir mon agrément auprès de l’AFDAS, Ubitech était lancé. Les premières formations concernaient la sécurité et les techniques propres au spectacle via l’habilitation électrique, la SST et le travail en hauteur puis l’accroche levage. Ensuite est venu le réseau son et le calage système. On a aussi progressivement intégré des formations relatives à la lumière et notre offre s’étoffe régulièrement.

Depuis le début il y a vraiment une volonté d’aller vers le son, la lumière, la vidéo, les logiciels et la structure pour le spectacle et l’événementiel. Même si la dénomination de certaines de nos formations est générique, on ne va pas s’adresser à l’industrie du bâtiment par exemple. Ce sont d’autres stagiaires, d’autres besoins, d’autres clients, bref, un autre milieu.
Notre particularité sur des formations de type habilitation électrique, c’est d’avoir une approche spectacle et non pas industrie-BTP. Aujourd’hui je n’interviens pas encore comme formateur car je préfère que ce soit des professionnels en activités. Mais j’ai toujours aimé transmettre aux stagiaires ou apprentis qui travaillaient au stock à Projectis ou sur le terrain.

Ludovic Maurin (au centre) en TP avec un des permanents de Dushow.

SLU : Ludo, tu es formateur spécialisé en réseau son, quel est ton parcours et comment as-tu commencé à travailler chez Ubitech ?

Ludovic Maurin : J’ai commencé très tôt dans le spectacle, quand j’avais une dizaine d’années grâce à mon frère et de fil en aiguille j’ai commencé à donner des coups de main.
J’ai assez vite su que c’était un métier un peu particulier et qu’il n’était pas évident que je puisse en vivre. Je me suis donc dirigé vers des études en informatique et réseau. Puis j’ai convergé à nouveau vers le spectacle où les technologies réseau sont désormais omniprésentes.
J’ai eu l’intuition que ce domaine prendrait de l’importance et ça s’est confirmé. Aujourd’hui, l’évolution est permanente, que ce soit du côté des constructeurs, des protocoles ou dans la façon dont les machines travaillent. Dès qu’il y a une nouvelle possibilité, ça peut influer sur le budget d’un spectacle.

SLU : Qui sont les professionnels qui viennent se former chez vous ?

Nicolas Varlet : Il y a ceux qui cherchent à évoluer professionnellement dans leurs activités. D’autres qui viennent se former poussés par l’employeur ou leur prod sur les thèmes de la sécurité car ces derniers se rendent compte de leur responsabilité directe en cas d’accident. Les prises de conscience se font progressivement et parfois suite à des accidents tragiques comme à Marseille lors du concert de Madonna en 2009. L’installation s’était effondrée et avait fait deux morts et huit blessés.

Les formations

On compte 34 formations au catalogue d’Ubitech réparties en 6 grands thèmes : Son, Lumière, Structure, Logiciel, Vidéo et Sécurité. Ce dernier comporte d’ailleurs les premières formations dispensées dans le centre comme le travail en hauteur et l’habilitation électrique. Dans la lignée on trouvera le CACES, et enfin les formations stars : réseau Ethernet son et réseau Ethernet lumière.
D’autres formations proposent de revoir ses acquis en son et en lumière en étudiant les bases ou d’accéder à la très demandée formation pupitrage sur Grand MA ou bien sur Chamsys. Enfin, compléteront vos connaissances ou votre appétit pour le domaine des médias, les bases de la vidéo, les formations Vjying ou encore Modulo Pi.

SLU : Pourrais-tu détailler les autres formations que l’on peut trouver dans le catalogue d’Ubitech ?

A l’automne 2020, nous proposerons une formation dédiée à la GrandMA 3. Nous faisons le choix assumé d’attendre que le système soit optimisé et préférons laisser passer la période estivale pour que le soft bénéficie des mises à jour suite aux retours des festivals.
Nous proposons également de maîtriser les bases de la lumière et une autre en son qui dure 4 semaines et s’adresse par exemple à des roads qui connaissent le métier à force de câbler mais veulent aller plus loin. D’autres encore sont en préparation et viendront compléter le catalogue très bientôt.

SLU : Vous êtes en contact avec MA Lighting?

Nicolas Varlet : De façon générale on cherche à travailler en direct avec les fabricants ou les distributeurs. MA Lighting nous a d’ailleurs officiellement integré à son réseau MA University. Sur les formations GrandMA, nous sommes presque à un pupitre par tête alors que selon les normes de MA Lighting, il en faut un pour deux. Je tiens à avoir des outils de qualité et j’essaie de bien faire les choses car je pense que c’est ce qui nous permet de continuer à avancer et à avoir de bons retours.

La formation prévoit même l’utilisation d’un Robospot en TP. Les stagiaires qui en ont besoin seront à jour sur les appareils les plus récents.

SLU : Qu’est-ce que vous avez dans votre kit de projecteurs ?

Nicolas Varlet : En général c’est du prêt si c’est un prestataire qui nous accueille et sinon de la location. En revanche si nous nous déplaçons dans les salles, on utilisera leur kit de base en plus d’un renfort. Pour la formation réseau, il y a quelques automatiques compatibles RDM et du RoboSpot .

C’est le formateur qui va établir sa liste du matériel selon les demandes des stagiaires, du prestataire ou du partenaire chez qui l’on effectue la formation. Chez Dushow, je suis venu avec du matériel mais on cherche à mettre en place un partenariat et donc un échange de bons procédés avec les prestataires : vous nous accueillez avec votre matériel et en échange nous avons un savoir à transmettre.

SLU : Êtes-vous en contact avec les fabricants et travaillez donc sur des versions beta ?

Ludovic Maurin : Oui, dès qu’on le peut. C’est très intéressant pour les fabricants de faire essayer leurs nouveaux produits à nos stagiaires. Je suis donc en contact permanent avec eux pour les prévenir de nos prochaines formations afin qu’ils nous envoient les versions Beta à tester. Ça fait aussi partie de la veille technologique qu’il faut faire pour suivre les dernières évolutions.

Nicolas Varlet : D’autre part, on invite les stagiaires à venir avec leur ordinateur et leur borne wifi. Le formateur va les aider à tout configurer pour que leur environnement de travail soit fonctionnel. Ça leur permet de repartir avec des outils configurés pour travailler ensuite proprement.

Ludovic Maurin : En effet, les formateurs préparent la liste de matériel qui a été loué en fonction des retours de questionnaire en amont et nous leur envoyons cette liste où ils pourront trouver les liens vers tous les logiciels qui doivent être téléchargés ainsi que les docs des équipements. Ils peuvent préparer au mieux leur arrivée pour la formation. Que les stagiaires viennent avec leur propre équipement permet de s’entraîner en conditions réelles et ensuite être à l’aise sur le terrain.

SLU : Quelles sont les possibilités de financement d’une formation Ubitech ?

Nicolas Varlet : Nous travaillons essentiellement avec l’AFDAS, prestataires comme intermittents cotisent tous à cet OPCO (Opérateur de Compétences). Ils peuvent, par cet organisme bénéficier d’une prise en charge totale de nos formations.

Il arrive également que sous certaines conditions, Pôle Emploi finance nos formations professionnelles ou nos formations « sécurité » telle que celle sur le travail en hauteur.
Cela concerne des gens qui n’ont pas encore deux années d’intermittence et donc ne sont pas encore détenteurs de droits auprès de l’AFDAS ou encore des personnes ayant perdu leurs droits.

SLU : Quelles sont les démarches à effectuer pour cela ? Apportez-vous une aide administrative ?

Nicolas Varlet : Nous apportons à chaque personne une aide personnalisée suivant son statut. Les démarches administratives pour les intermittents ou les entreprises cotisant à l’AFDAS ne sont pas très compliquées. Suite à un premier contact avec moi ou Lise Varlet, ma femme, qui travaille également chez Ubitech, on élabore ensemble le projet du futur stagiaire.
Il se peut que le demandeur soit mis en contact avec le formateur afin de valider le projet ou le niveau d’attente du stagiaire. Des documents très simples, que l’on pré remplit, leur sont ensuite envoyés. Une fois signés et renvoyé chez nous, nous allons souvent apporter les dossiers nous-mêmes auprès de l’AFDAS. On s’assure ainsi que le document a bien été transmis dans le délai minimum des 4 semaines imposées par l’AFDAS pour déposer le dossier de prise en charge et réserver une place au futur stagiaire.

Conclusion

Une formule très intéressante pour des lieux ou des prestataires qui ont leurs habitudes de travail. Revoir le fonctionnement d’un réseau, bien en comprendre toutes les subtilités et pouvoir poser des questions pour ne pas se retrouver démuni en cas de problème, c’est ce que propose Ubitech. Cette formule “à la carte” et “à domicile” répond à des besoins précis et en profondeur, dans différents domaines.

C’est la fin de la journée, la nocturne commence pour les plus gourmands de connaissances.

Au vu des références – Dushow Paris, Nice et Marseille, Magnum, Groupe F, Novelty, le Mucem, le Festival d’Aix-en-Provence, Fa musique, Audio Technique, S groupe, Absolute Live ainsi que de nombreuses salles, on comprend que la formule d’Ubitech a déjà fait ses preuves et su séduire.
Une super bonne humeur et un appétit dévorant pour les nouveautés matérielles et logicielles, font partie du programme proposé par Nicolas, Lise et l’équipe des formateurs qui vous permettra de progresser dans votre projet professionnel. Du sur-mesure !

Plus d’information sur le site Ubitech

 

L’article Ubitech, des formations à la carte est apparu en premier sur SoundLightUp..

Solotech agrandit son parc Ayrton en Khamsin et MagicBlade-FX

Par admin

L’été dernier, Solotech, l’un des grands acteurs mondiaux de l’audiovisuel et du spectacle avec 13 sites au Canada, aux États-Unis et en Europe, a étendu son parc de matériel d’éclairage en achetant 150 Spots/Profile à leds Ayrton Khamsin-S et 108 MagicBlade-FX à ACT Lighting, Inc., le distributeur exclusif d’Ayrton en Amérique du Nord.

Tournée mondiale Hapiness Begins des Jonas Brothers. © 2019 Todd Kaplan. Avec l’aimable autorisation de Lighting and Sound America.

Les Khamsin-S choisis par Solotech sont conçus pour les applications scéniques. Ce projecteur est équipé d’un nouveau module de leds qui produit une puissante lumière blanche métallique avec un flux de 36 000 lumens et une température de couleur de 6 500 K.
Le MagicBlade-FX est la dernière version du fameux MagicBlade-R. Il dispose de sept sources à leds RGBW de nouvelle génération qui peuvent être contrôlées individuellement pour créer des spectacles aériens virtuels ou pour éclairer des décors et des artistes.

« Ayrton est une marque de qualité bien connue, dont les appareils impressionnants sont accueillis et appréciés par l’industrie », explique Lee Moro, vice-président des Productions Live chez Solotech. « Les concepteurs lumière demandent de plus en plus ces projecteurs. »
Solotech les a déjà mis en œuvre sur la tournée mondiale Happiness Begins des Jonas Brothers, qui a débuté l’été dernier à Miami. Ils ont également utilisé les Khamsin sur le projet PY1 Pyramid de Guy Laliberté via sa nouvelle maison de production Lune Rouge. « Leur équipe de conception est très satisfaite de ces projecteurs », rapporte Moro.

Plus d’infos sur le site Axente et sur le site Ayrton

L’article Solotech agrandit son parc Ayrton en Khamsin et MagicBlade-FX est apparu en premier sur SoundLightUp..

Peter Pan s’envole avec Robe au Grand Théâtre de Blackpool

Par admin

Au Royaume-Uni et en Irlande, la saison des pantomimes (panto) reprenant la trame des contes populaires traditionnels, a apporté son lot d’hilarité et de bouffonnerie sur les scènes de tout le pays, avec des gags, des quiproquos et toute une palette de personnages baroques, excentriques et indéfinissables.
Dans ce genre, l’une des présentations les plus émoustillantes et les plus en vue de cette saison a été le Peter Pan de UK Productions, mis en scène par Anthony Williams et éclairé par Andy Webb au Grand Théâtre de Blackpool.

Cette année, Andy Webb a prescrit des projecteurs à leds tout Robe avec le T1 Profile au cœur de son système d’éclairage. Sa conception utilisait aussi des Wash-beam Spiider, ParFect 100 et 150, DL4S Profile, LEDWash 300 et CycFX 8.

Photo ©Louise Stickland

Andy a beaucoup d’expérience dans l’éclairage de l’univers délirant et fantasmatique des pantomimes, qui nécessite d’être traité comme du théâtre conventionnel, tout en laissant une place à l’expérimentation et à la plaisanterie. Il a aussi travaillé au Grand Théâtre, dont l’espace est exceptionnellement réduit, lors de la mise en scène de productions contemporaines complexes.

Andy voulait éclairer Peter Pan d’une manière différente d’une panto standard : « Le scénario nous donnait la latitude pour avoir une approche beaucoup plus musicale ». Son idée était de mettre l’accent et de capitaliser sur les personnages et les positionnements d’ensemble plutôt que de se reposer uniquement sur la dérision, qui était présente, mais plus discrète et raisonnée que ce qu’on pourrait attendre.
Par conséquent, l’éclairage allait de pair et offrait beaucoup de séquences à plusieurs niveaux de profondeur et de textures. De plus, s’agissant de Peter Pan, il avait l’envol comme grand véhicule dramatique pour ajouter de l’action à la représentation.
Les trois rails de vol Foy, deux au-dessus de la scène et un dans la salle, au-dessus du public ont influencé aussi les possibilités d’éclairages d’Andy. Sa priorité était de faire disparaître les câbles pour que les personnages semblent vraiment voler.

Les T1 ont été utilisés dans une multitude de tâches de texturation avec des gobos théâtraux, comme la création de cadres de fenêtres et des effets magiques étincelants grâce à leur roue d’animation. « Presque toutes les scènes avaient une sorte d’effet de mouvement, subtil ou flagrant, réalisé avec les T1, et c’était génial de pouvoir utiliser leurs fonctionnalités pour participer à ce processus », a-t-il déclaré.

Photo ©Louise Stickland

Le cœur du système était construit autour de 12 T1 Profile pour les éclairages à bords nets, dix au-dessus de la scène sur les perches 1, 2 et 3, et deux de chaque côté de l’arche du proscenium, croisés pour éclairer le tablier de scène.
C’était la première fois qu’Andy utilisait ce projecteur. « La souplesse des T1 m’a définitivement permis de repousser les limites », s’est-il enthousiasmé. Andy et tous les autres membres de l’équipe de production ainsi que l’équipe du théâtre ont été impressionnés par le fonctionnement très silencieux du T1.

A part cela, il « adore » le mélange de couleurs progressif et délicat qui lui a donné la possibilité de combiner beaucoup de couleurs pastel qui sont souvent absentes de la panto. Il y avait aussi douze Spiider, répartis à égalité sur les perches LX1, 2 et 3 pour illuminer la scène de manière uniforme. « Ils fonctionnent parfaitement en tandem avec les T1 », a commenté Andy.

– 6 ParFect 150 étaient accrochés sur la perche LX3 de part et d’autre du centre, particulièrement efficaces dans les scènes comportant une pièce centrale de décor comme une cabane dans les arbres dans la scène du camp des Enfants Perdus et pour certains effets plus minimalistes comme la lumière du soleil au travers des branches des arbres.
– 20 ParFect 100 étaient dispersés tout autour de la plate-forme, principalement sur les piliers et les échelles latérales, dont une paire à l’extrémité de chaque perche pour éclairer les bordures et les pieds du décor, et six sur les perches de façade pour éclairer les pseudo-prosceniums de la production.
– Deux DL4S Profile, accrochés dans des emplacements du balcon supérieur, étaient utilisés pour texturer les toiles et pour projeter des effets animés comme les nuages sur l’horizon dans les scènes de ville.
– Une paire de LEDWash 300 positionnés sur la perche à l’avant du proscenium offrait un éclairage croisé de face.
– Deux rampes motorisées CycFX 8 étaient utilisées pour éclairer la voûte du proscenium de la salle, et elles étaient également basculées vers le public pour servir de blinders et une paire de ParFect S1 2.7K (blanc chaud) et 6.0K (blanc froid), dont la lumière jaillissait à partir des piliers en coulisses, remplaçait ce qui aurait été traditionnellement une position de Fresnel.

Photo ©Louise Stickland

Plus de 300 cues ont été programmées sur la console Avolites Tiger Touch II, exploitée par l’équipe du Théâtre pour la série de spectacles qui s’est terminée le 5 janvier 2020. Cette année, pour Andy, Le plus gros problème a été de ne disposer que de 17 heures de programmation et d’aller directement à la première sans prévisualisation. La connaissance du kit et du lieu, avec les positions optimales, l’a énormément aidé à offrir un spectacle du niveau demandé.
« Quand on est concepteur d’éclairage de panto, on doit être capable de réagir rapidement et à brûle-pourpoint, et souvent totalement en dehors des sentiers battus et au-delà de la zone de confort habituelle. Avoir un système d’éclairage adaptable comme celui-là sous la main est essentiel pour offrir un spectacle conforme aux meilleurs standards », a-t-il commenté.
L’élément le plus difficile à éclairer était le vol dans la salle… alors que 90 % du système était orienté vers la scène. Les deux T1 de façade et les DL4S Profile ensemble ont fonctionné à fond pendant ces scènes. On a consacré pas mal de temps à programmer plusieurs signaux pour suivre Peter Pan, et en ouvrant complètement le zoom du T1, Andy a également pu utiliser certains des projecteurs de la perche 1 sans aveugler le public !

Andy se souvient de sa joie lors de la soirée d’ouverture, lorsqu’il a entendu un jeune spectateur s’écrier « Mon Dieu, il vole ! », totalement convaincu par la magie optique alors que Peter Pan faisait sa première entrée sur scène !

Plus d’infos sur le site Robe Lighting France

L’article Peter Pan s’envole avec Robe au Grand Théâtre de Blackpool est apparu en premier sur SoundLightUp..

Nucintosh : un NUC fanless imprimé en 3D

Par Pierre Lecourt

Ne cherchez pas le boitier de ce Nucintosh dans les pages d’une boutique en ligne, il a été imprimé en 3D à partir de fichiers disponibles au téléchargement. Très joliment réalisé avec une aération supérieure largement inspirée des nouveaux MacPro. 

Nucintosh Rendu 3D

Le Nucintosh se base donc sur une carte mère de NUC8i3BEK de 2018, une solution qui embarque un Core i3-8109U au TDP de 28 watts tout de même qui propose 2 cœurs et 4 threads dans des fréquences allant de 3 à 3.6 GHz avec 4 Mo de mémoire cache. Le circuit graphique est un Intel Iris Plus 655. La carte accepte deux barrettes de mémoire vive DDR4 pour un maximum de 32 Go de RAM. Le stockage de base est confié à un port M.2 2280 PCIe NVMe mais la carte propose également deux ports SATA 3.0. 

Nucintosh

La connectique est classique avec de nombreux ports USB, un USB Type-C proposant du DisplayPort, du HDMI 2.0a, du Thunderbolt, un lecteur de cartes MicroSDXC UHS-I, un Ethernet Gigabit, du Wifi5 et un Bluetooth 5.0.

Nucintosh

Pour dissiper les 28 watts du Core i3, un dissipateur 100% passif Arctic AM4 Passive a été modifié afin de coiffer le processeur sans gêner le reste des composants de la carte mère. Il s’accroche directement à la carte mère via 4 entretoises classiques qui ont été percées directement dans l’aluminium du dissipateur pour correspondre aux emplacements disponibles sur la carte mère. 

Nucintosh

Le résultat est un système qui fonctionne sans un bruit, en évacuant par convection la chaleur qu’il dégage vers le haut du boitier. Les larges et hautes ailettes du dissipateur permettant de faire circuler de l’air frais aspiré par l’arrière et le dessous du boitier. La circulation est faite naturellement, l’air chaud montant naturellement vers le haut du châssis.

Nucintosh

Les températures de fonctionnement sont bonnes avec 45°C en usage de navigateur classique, de 60 à 65°C lors de codage et de compilation web (NodeJS) et 85 à 90°C lors d’une utilisation particulièrement intensive. Un test Geekbench sur un seul coeur donne un maximum de  62°C, en multi coeur la température monte à 75°C. Sous Prime95, pour pousser la machine dans ses retranchements avec une pointe à 95-99°C et… le début d’un Throttling pour éviter d’abîmer le matériel.

Nucintosh

Le tout ne fonctionne correctement que dans un châssis adapté. Le recours à l’impression 3D semblait donc être la meilleure solution. Ici, le boitier a été réalisé en plastique traditionnel mais je suppose qu’il pourrait être imprimé en métal via un professionnel pour améliorer encore la dissipation.

Vous pourrez télécharger les fichiers du boîtier en suivant ce lien vers le site GrabCAD. Il a été réalisé par la société Aspekt.

Je sais pas vous, mais moi cette super réalisation me démange ! Surtout avec un Alpine AM4 Passive à 14.06€ et une carte mère de Core i5 28 Watts qui tourne déjà sous Hackintosh à la maison.

Source : Fanlesstech et Reddit

Nucintosh : un NUC fanless imprimé en 3D © MiniMachines.net. 2020.

Nvisen Y-MU-01 : un MiniPC évolutif sous Core i7-8565U (Maj 269.06€)

Par Pierre Lecourt

Mise à jour : Le Barebone est disponible à moins de 270€ avec un code promo en suivant ce lien.

Billet original du 10 Juillet 2019 : Ce n’est pas le MiniPC le plus économique que l’on ait croisé. A 382.30€, il se pose plutôt dans la fourchette haute du genre. Mais ce tarif peut s’expliquer facilement puisque le Nvisen Y-MU-01 est plutôt très correctement équipé. 

2019-07-10 14_31_35-minimachines.net

Il propose pour commencer un Core i7-8565U, une puce quatre coeurs et huit threads fonctionnant de 1.8 à 4.6 GHz avec 8 Mo de cache. Lancée au troisième trimestre 2018, elle fait partie de la galaxie des processeurs Whiskey Lake et embarque donc un circuit graphique Intel UHD 620. Cette puce performante affiche un TDP de 15 watts qu’il faudra donc dissiper activement. Le boitier est percé de part en part pour laisser circuler l’air au coeur de l’engin

2019-09-23 13_30_51-minimachines.net

La puce du Nvisen Y-MU-01 peut gérer jusqu’à 64 Go de DDR4 et cela tombe plutôt bien car l’engin propose, et c’est assez rare, deux slots SoDIMM de mémoire à ce format. Il est livré par défaut avec 8 Go de mémoire vive mais pourra monter facilement à 16 ou 32 Go.

2019-07-10 14_31_42-minimachines.net

Le stockage est composé par défaut de 128 ou 256 Go au format M.2. il sera secondé par un emplacement 2.5″ SATA standard pour ajouter un disque mécanique ou un second SSD. Aucune image de la connectique arrière n’est proposée, la fiche technique indique cependant que l’engin dispose d’une sortie HDMI 2.0 et d’une sortie DisplayPort pour gérer deux affichages en UltraHD.

2019-09-23 13_31_30-minimachines.net2019-09-23 13_31_20-minimachines.net

L’ensemble propose en tout quatre ports USB 3.0, deux ports USB 2.0, un port Ethernet Gigabit, un module Wifi4 et du Bluetooth 4.0 et des prises casque et micro. Le Nvisen Y-MU-01 mesure 13.6 cm de large pour 12.5 cm de profondeur et 4.3 cm d’épaisseur. 

2019-07-10 14_31_46-minimachines.net

En l’état et malgré une promo avec le code BGqui font baisser le tarif de l’engin à 363€ dans le panier, cela reste une solution au tarif un peu trop élevé. Aussi je ne vous la recommande pas spécialement pour le moment. Mais l’engin est intéressant à surveiller. Parce qu’il est évolutif et qu’il embarque un processeur performant, cela pourrait être une belle surprise.

Découvrez le meilleur tarif du Nvisen Y-MU-01

Nvisen Y-MU-01 : un MiniPC évolutif sous Core i7-8565U (Maj 269.06€) © MiniMachines.net. 2020.

❌