Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Le viseur et le câble du QuickTake 200

Par Pierre Dandumont

Récemment, j’ai récupéré un QuickTake 200 presque complet et même si j’en avais déjà un, il a de l’intérêt. En effet j’ai enfin deux accessoires qui me manquaient : le câble et le viseur.

Pour le câble, ce n’est pas très important, pour une bonne raison : la liaison série est lente et sortir la carte pour la mettre dans un lecteur USB est tout de même plus rapide. Mais je voulais tester avec mon programme qui permet de récupérer les images via le bus série. En effet, j’avais juste testé avec un câble maison acheté sur eBay. Le câble d’origine propose d’un côté une prise mini jack 2,5 mm, de l’autre une mini DIN 8. Assez logiquement, mon programme en Python fonctionne.

Le câble


Mon programme

Le second accessoire, plus rare, est le viseur optique. Il se clipse sur le haut de l’appareil, en se fixant d’un côté sur le bord de l’écran et de l’autre sur le logo Apple. C’est un accessoire amusant, parce qu’il fait le lien entre le vieux monde (les appareils argentiques) et le nouveau monde, le numérique. Mais c’est vraiment juste un gimmick : il ne coupe pas l’écran une foix mis en place (donc on ne gagne pas en autonomie), la partie optique est franchement mauvaise, avec des déformations, et la parallaxe de visée est assez importante. Sur des sujets un peu éloignés, impossible de cadrer correctement, comme l’objectif est à gauche du viseur (et un peu plus bas). Sur l’image plus bas, l’écran était plus ou moins centré dans le viseur, et on voit bien que l’image contient une large portion à droite du moniteur.

Le viseur


Sur l’appareil


Un décalage bien visible (le moniteur était centré dans le viseur)

Bon, en bonus, il y a de jolies étiquettes Apple pour mettre sur les cartes mémoire.

RecordTV selects MediaKind IRD to enable extensive coverage of 2019 Pan American Games

Par platformcomms

Deployment of MediaKind’s RX8200 Advanced Modular Receiver enables RecordTV to upgrade its infrastructure to receive HEVC 4:2:2 encoded satellite signals RX8200 enables broadcasters to achieve optimal bandwidth efficiency gains, as well as feature-set of MPEG-4 HD, 4:2:2, 10-bit 1080p50/60 for highest possible video quality Avicom Engenharia, MediaKind’s channel partner in Brazil, acted as the project’s ...

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @rvnsabharwal⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Work zone...




⁣⁣
⁣#repost @rvnsabharwal⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Work zone for today at @ramojifilmcity ⁣
⁣Saaho Pre Release Show starring @actorprabhas ⁣
⁣Event by Shreyas Media⁣
⁣⁣
⁣#led #stagedesign #12000sft #ledmapping #millumin #server #vjlife #resolume #workmode #ultramusic
https://www.instagram.com/p/B1l0kL6p3sI/?igshid=743cot1w58st

Relier un QuickTake 200 en série sur un Mac récent

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé le QuickTake 200, j’avais eu un problème : ce vieil appareil photo se connecte via un port série et enregistre ses photos sur des cartes SmartMedia 5V. Les cartes posent des soucis car les lecteurs compatibles SmartMedia sont rares, et les modèles compatibles 5V encore plus. Et sur le port série, les programmes que j’avais testé sous macOS ne fonctionnent pas, donc j’ai décidé de faire mon propre programme.

Le QuickTake 200 fonctionne sur une base Fujifilm, avec un protocole série identique. Premièrement, il faut un câble série compatible. L’appareil utilise une prise jack 2,5 mm (j’ai trouvé un adaptateur sur eBay) et le brochage est simple. Ensuite, il faut évidemment un adaptateur série compatible avec macOS. Assez bizarrement, mon programme n’a pas fonctionné avec un modèle à base de Prolific et il n’est pas très stable (et plus lent) avec un modèle à base de FTDI. J’ai utilisé essentiellement un adaptateur Keyspan (USA-28XG) en Mini DIN 8.

J’ai choisi le Python comme langage parce que c’est assez simple à appréhender pour un débutant (je n’ai plus programmé depuis de longues années) et qu’il est possible de se connecter facilement sur un port série. J’ai fait un programme assez simple, avec quelques fonctions. Il se connecte à l’appareil, passe la liaison à 57600 bauds (a priori le maximum), récupère le nombre de photos, récupère les miniatures (en TIFF) et demande s’il faut récupérer les fichiers JPEG, étant donné que c’est un peu lent. Ensuite, il propose d’effacer toutes les photos. En gros, le service minimum.

Le programme, simple, basique

Le protocole

Je ne vais pas détailler le tout ici (le programme commenté est sur Github), mais voici quand même quelques informations. L’appareil se connecte par défaut à 9600 bauds (8 bits, parity even, 1 stop bit) et une commande permet de passer sur un débit plus rapide (19200, 38400 ou 57600). Mon programme force le 57600, qui semble fonctionner dans tous les cas. Les logiciels Mac OS 9 indiquent un support du 115 et du 230 kb/s, mais ça ne semble pas fonctionner. Chaque commande commence par un 10 en hexadécimal, suivi d’une commande. Petit truc qui m’a un peu bloqué, pour éviter que l’appareil ne détecte une commande quand elle n’existe pas, les valeurs 10 sont doublées quand elles ne servent pas à la signalisation. Chaque série de commandes se termine par un bloc précis (1003) suivi d’une confirmation, calculé en faisant un XOR sur une partie de la commande. Mon code ne vérifie pas ce point, je zappe la vérification pour simplifier le code, en sachant que je n’ai pas eu d’erreurs visibles dans mes tests. On trouve une partie des commandes et des explications sur la façon de calculer le checksum sur cette page, et quelques infos parcellaires , et . On trouve une liste de commandes pour le Fujitsu MX-700 sur cette page, mais le QuickTake 200 est basée sur une version précédente du protocole et il ne supporte pas toutes les commandes. J’ai réussi à récupérer les miniatures (00), récupérer une image (02), changer la vitesse (07), obtenir le modèle (09), le nom d’une image (0A), le nombre d’images (0B) et l’effacement (19). Les autres ne semblent pas fonctionner. Le programme d’Apple pour Mac OS supporte visiblement l’upload de photos vers l’appareil et le changement de date, mais ça ne semble pas fonctionner avec les commandes standards. Je suppose que la solution passera par l’analyse de la liaison avec mon Mac entre les deux.

Le programme est assez rudimentaire, et il récupère d’abord les miniatures (plus exactement les EXIF des fichiers, en réalité), avec une image en TIFF en 80 x 60. ca permet d’avoir une vague idée de l’image et les miniatures se chargent rapidement en série (1 à 2 secondes). Ensuite, le programme récupère séquentiellement les images JPEG. ca prend environ 20 secondes par image – nettement plus rapidement qu’avec un vieux Mac d’ailleurs -, en fonction de la qualité choisie. L’appareil enregistre des JPEG en 640 x 480, lisibles directement sur un Mac moderne. Ensuite, le programme propose de tout effacer, même s’il est assez simple de le modifier pour effacer une photo en particulier.

Une miniature


La version complète

Dans l’ensemble, mon petit programme peut suffire pour récupérer des photos si vous n’avez pas de lecteur de cartes SmartMedia, et c’était le but. Je suis content du résultat, même si mon code est largement perfectible. Je m’y attaquerais peut-être un jour, mais pour le moment, je vais m’occuper d’autres choses. Au passage, il fonctionne avec un FujiFilm DX-7 et sûrement avec d’autres modèles de la marque.

le cas des QuickTake 1×0

Le programme pour le QuickTake 200 est une première étape de mon côté, au moins en théorie. A l’origine je voulais faire la même chose pour les QuickTake de la série 100, mais c’est plus compliqué. Premièrement, ils ne communiquent qu’avec le bus série, sans possibilité de récupérer les images d’une autre manière. Ici, lors de mes tests, j’ai pu utiliser les images lues depuis la carte mémoire pour vérifier et trouver ce que je faisais mal. Ensuite, le protocole ne semble pas documenté, je n’ai pas trouvé d’informations sérieuses sur le protocole en cherchant. Même avec le SDK d’Apple, c’est largement obscure. Enfin, les QuickTake 100, 100 Plus et 150 ont un défaut : ils enregistrent les photos dans un format propriétaire. Il est basé sur le PICT, mais avec une compression qui diffère selon l’appareil (QuickTake 100 ou 150). Donc en plus de devoir tatonner pour le protocole série, je risque de bloquer sur la conversion des images. Quelques programmes peuvent lire le format (comme GraphicConverter) mais le résultat n’est pas identique visuellement à ce que les programmes Apple génèrent par exemple. Bien évidemment, la compression ne semble pas réellement documentée, en tout cas pas en détail.

Safari et le JPEG2000

Par Pierre Dandumont

Le saviez-vous ? Le JPEG2000 est pas mal utilisé sur Internet… avec Safari. Je suis tombé sur une page qui explique bien pourquoi : Akamai Image Manager envoie du JPEG2000 à Safari.

Le JPEG2000 est un codec qui permet de compresser les images plus efficacement que le JPEG classique, et sans une partie des artefacts de ce dernier. Il est rarement utilisé (enfin, je le pensais) mais se retrouve notamment dans le monde du cinéma : les DCP contiennent du JPEG2000. Et le service d’optimisation d’images d’Akamai utilise le JPEG2000… avec Safari. j’avais déjà remarqué que de temps en temps je récupérais des images en JPEG2000 (.jp2) sur certains sites, mais sans comprendre la raison. Mais c’est cet article sur Epiphany (un navigateur open source basé sur Webkit) qui m’a donné la solution. Par défaut, le service d’Akamai recompresse les images avant de servir les navigateurs, pour améliorer les temps de chargement. Safari reçoit du JPEG2000, Firefox du JPEG classique et Chrome du WebP (un format maison basé sur le codec vidéo VP8). La détection se fait sur l’User Agent (en gros, l’identifiant du navigateur) et donc le changer modifie le type d’image.

Le problème avec Epiphany sous Ubuntu vient du fait qu’il est détecté comme un Safari (logique) mais qu’il ne décode pas le JPEG2000 pour diverses raisons. Donc les images ne s’affichent pas. Pas mal de sites utilisent Akamai, vous pouverez tester avec Ikea ou Dell. Le simple fait de changer d’User Agent (menu Développement dans Safari) modifie l’image reçue.

Cette image (enfin, celle dans l’image) est en JPEG2000

Chez Ikea, une image en JPEG qui fait 162 ko passe à 123 ko en JPEG2000 ou en WebP. Chez Dell, le JPEG d’une image d’ouverture fait 244 ko, la même en JPEG2000 descend à 185 ko et 225 ko en WebP. Attention, le fonctionnement est un peu compliqué : dans tous les cas, l’image porte l’extension .jpg, même si macOS ajoute normalement l’extension .jp2 à l’enregistrement. Et macOS, par défaut, ne lit pas le WebP, il faut donc changer l’extension pour .webp et l’ouvrir avec un programme compatible (par exemple Pixelmator).

Une différence de taille intéressante

Si cette façon de faire permet de réduire la taille des pages avec un impact assez faible sur la qualité (même s’il existe), elle empêche par contre de jouer avec l’User Agent. Si vous forcez celui de Chrome, vous allez surtout recevoir des tas d’images que Safari ne peut pas afficher.

Kubrick’s Odyssey 2019, el primer mapping audiovisual dentro de un cine

Par volatil

El pasado viernes 10 de mayo en el cine Kubrick de Vilafranca del Penedès, el compositor musical Roger Subirana y la artista visual Silvia Isach, aka Sínoca, llevaron a cabo una experiencia pionera de mapping audiovisual nunca antes realizada en la sala de un cine.

Una obra inédita de video mapping inmersivo, emotiva, experimental, transgresora y de carácter futurista, inspirada en la película ‘2001: Una Odisea del espacio’ de Stanley Kubrick. Un espectáculo novedoso que activa los estímulos sensoriales gracias a la fusión de los efectos sonoros y la música con las imágenes sobre dos superficies: la pantalla del cine y la instalación de un monolito situado delante, creando de esta manera un  espacio 3D.

La entrada Kubrick’s Odyssey 2019, el primer mapping audiovisual dentro de un cine aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

[PROMO CANON] EOS C300 MII & EOS C200

Par TRM Antoine

C’est le moment de renouveler votre équipement !

Du 1er février au 28 février 2019, c’est le mois du cinéma chez Canon. Profitez d’une remise exceptionnelle pour l’achat simultané d’une caméra Canon EOS C300 Mark II ou d’une Canon EOS C200 et d’un ou plusieurs accessoire(s).

promo canon fevrier 2019

 

Pour profiter de l’offre, contactez-nous ou rendez-vous directement en magasin

Offre limitée à 3 produits par client. Cumulable avec l’offre “Créez votre kit”.

L’article [PROMO CANON] EOS C300 MII & EOS C200 est apparu en premier sur TRM.

4 OFFRES SPECIALES CANON

Par Paola PUGLISI

Profitez de 4 offres spéciales Canon valables jusqu’au 11 novembre 2018 !

 

Offre N°1 : POUR L’EXPRESSION CREATIVE

offre canon c300 mark II

Modalités Offre Canon C300

Offre N°2 : OFFRE IBC

Offre canon c200

comment participer à l'offre canon c200

Produits éligibles : EOS C200 ; CN-E18-80mm T4.4 L IS KAS S ; CN-E70-200mm T4.4 L IS KAS S

Du 1er septembre au 11 novembre 2018, bénéficiez d’une remise immédiate de 450€ HT sur l’achat simultané d’une caméra EOS C200 et d’un ou plusieurs accessoire(s). Et bénéficiez d’une poignée ZSG-C10 offerte sur l’achat d’un objectif de la sélection.

NOTA : Cette offre est cumulable avec les kits du tarif dont la nouveauté avec la carte CFAST 128 Gb et le kit C200 18-80 mm. Ainsi, l’achat du kit C200/CN-E18-80 donne le droit à un grip ZSG-C10 Offert + 450€ de remise.

Offre N°3 : DEVELOPPEZ VOTRE TALENT

promo canon c100 mark II

Modalites Offre Canon C100

Produit éligible : EOS C100 MK II

Période : 01/09/2018 au 11/11/2018
Modalités :
Quantité limitée par client : 3
La remise est fixe dès l’achat d’un accessoire au minimum

Offre cumulable avec l’offre « Créez votre kit »

Offre N°4 : L’INDISPENSABLE DE VOS REPORTAGES

offre canon xf400 et xf405

 

comment beneficier de l'offre canon xf400

L’article 4 OFFRES SPECIALES CANON est apparu en premier sur TRM.

❌