Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 8 avril 2020Vos flux RSS

The Rest of My Days : la performance capture au service d’un clip addictif

Par Shadows

Passion Paris nous présente un de ses derniers projets : le clip du titre The Rest of My Days de S+C+A+R+R, réalisé par Jack Antoine Charlot. Notez que l’artiste est produit par Dan Lévy, que vous connaissez déjà pour avoir créé la fulgurante BO du film d’animation J’ai perdu mon corps.

En s’appuyant sur le talent de spécialistes de la performance capture (Mocaplab et Dynamixyz sont cités dans les crédits), l’équipe d’artistes menée par le superviseur VFX Mehdi Alavi a réussi à créer un morceau de danse très réaliste et terriblement efficace : ce plan séquence avoisine déjà le million de vues.

Directed by JACK ANTOINE CHARLOT
Production executive : PASSION PARIS PRODUCTION
Music and Lyrics by S + C + A + R + R
Recorded Produced and Mixed by DAN LEVY at THE WATCHTOWER STUDIO – Madville

Choreographer NICOLAS HUCHARD
Assistant Choreographer YORINA BOSCO

DOP and VFX Supervisor MEHDI ALAVI
Cameraman and Stuntman PAUL LAVAU
Team Manager JULIE BELLEMARE
Fitness Trainer HADRIEN FARRE
Acting Coach AXEL DIGOIX
VFX Artist CLEMENTINE CHOPLAIN
Stylist MAXIME GRANGER
Osteopath PHILLIPE NGUYEN

Chief Carpenter ALAN GAC
Architect PAULINE DAGEVILLE
Light Shaft Engineer LUDIVINE ROME

Executive Producers MARC BODIN-JOYEUX & MARION VERMOGEN

Post Producers EMILE CHAILLOU & RITA OLIVEIRA

Special thanks to
REMI BRUN for his generosity
MATHIAS CHELEBOURG for technical support
CAMILLE BEAUPLAN for artistic advices

Mastered by
CHABMASTERING.
Sound Design by
REMI DUREL

CINQ 7
WAGRAM
PASSION PARIS
KOMBBO
MOCAPLAB
DYNAMIXYZ

L’article The Rest of My Days : la performance capture au service d’un clip addictif est apparu en premier sur 3DVF.

Olaf s’anime pour vous distraire durant le confinement

Par Shadows

Faute de pouvoir nous inviter à découvrir de nouveaux films au cinéma, les studios Disney présentent deux petites animations mettant en scène Olaf, le fameux bonhomme de neige de La Reine des Neiges 1 & 2.

Ces brèves séquences humoristiques ont été créées par Hyrum Osmond, avec Josh Gad au doublage. En pratique, l’absence de paroles fait qu’une VF est inutile.

L’article Olaf s’anime pour vous distraire durant le confinement est apparu en premier sur 3DVF.

Hier — 7 avril 2020Vos flux RSS

6 filières et 13 sites : Brassart, l’école des métiers de la création

Par Shadows

NDLR : cet article est sponsorisé par le groupe Brassart.

Dans la jungle des écoles, il peut être difficile pour les futurs élèves de s’y retrouver. Le fait que la rubrique Ecoles de 3DVF.com liste déjà une cinquantaine d’établissements en France, rien que dans les secteurs liés aux arts numériques, montre bien le problème : en tant qu’étudiantes et étudiants, vous êtes confrontés à une offre vaste et intimidante.
Afin de clarifier les choses, voici une présentation du groupe Brassart et de ses campus implantés dans 13 régions françaises, chacun ayant ses spécificités : de quoi mieux cerner le contenu des différentes filières et déterminer quels sites du groupe pourraient vous convenir.

Un aperçu des travaux des étudiantes et étudiants en animation 3D et jeux vidéo

Le groupe Brassart en quelques mots

L’école Brassart naît en 1949 avec la création du Cours Moderne de Décoration (qui prendra le nom de Brassart en 1969).
Si la formation est évidemment centrée sur les arts traditionnels à l’époque, avec par exemple une formation de dessinateur maquettiste dès 1956, Brassart saisira très rapidement le potentiel du numérique.
Ainsi, en 1985 sont lancés les premiers cours d’infographie, à l’époque sur des machines de type Amiga. Les formations sur la suite Adobe prennent place dès 1992 (deux ans après le lancement de Photoshop 1.0). Au début des années 2000, le groupe met le pied dans la 3D avec une formation dédiée. Enfin, en 2009, l’école Brassart lance sa première formation autour du jeu vidéo.

Cette croissance progressive des champs d’enseignement de l’école s’accompagne bien évidemment, au fil des ans, d’une augmentation du nombre de ses sites. A partir du site de Tours, Brassart s’étoffe au fil des ans : Nantes, Grenoble… Plus récemment, le groupe Brassart s’est rapproché de plusieurs écoles (ESMI, EPIIC, groupe Aries) pour aboutir à sa taille actuelle : un ensemble de 13 campus unis au sein d’une même école, mais chacun disposant évidemment de ses spécificités.

Notez également que depuis 2019, l’école Brassart a été intégrée au groupe EDH, spécialiste de la formation qui rassemble également des écoles de communication, journalisme et management culturel.

Au final, Brassart est donc constituée de 13 campus qui en 70 ans ont formé environ 10 000 élèves de 17 nationalités.

Six filières d’exception, quel que soit votre profil

Le groupe Brassart propose six filières artistiques, chacune ayant des débouchés propres. Les voici, précédées d’une description des classes préparatoires incluses dans la majorité de ces filières :

-Classes préparatoires

Socle indispensable pour de nombreuses formations, les classes préparatoires en Arts Appliqués ou en Cinéma / Audiovisuel sont destinées aux élèves Post-Bac. En 1 an, elles vous permettront d’acquérir les fondamentaux théoriques et pratiques utiles quelle que soit votre carrière artistique finale. Il s’agira aussi, en découvrant et en expérimentant avec les techniques, de vous permettre de préciser ou confirmer votre orientation : animation 3D, effets visuels, jeu vidéo, cinéma/audiovisuel, design graphique.
A noter : les classes préparatoires sont accessibles quel que soit le bac d’origine.

Animation et 3D VFX

En trois ou quatre ans de formation (et après une année préparatoire), vous vous préparerez aux métiers de l’animation 3D, des effets visuels et de la création 3D. La filière s’appuie sur plusieurs principes fondateurs : autonomie mais réflexion collective et partage, ouverture à l’international, esprit studio.
Cette filière est proposée sur les sites d’Aix-En-Provence, Annecy, Bordeaux, Caen, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Strasbourg, Toulouse et Tours.

En pratique et comme le montre le schéma de formation ci-dessous, votre formation comprendra une formation animation 3D de 3 ans, avec deux années de fondamentaux puis une année de pré-spécialisation (Animation 3D, Effets Spéciaux Numériques ou Character Designer & Environment Artist 3D).
Enfin, une année de cycle expert vous permettra de vous spécialiser davantage encore. De quoi finaliser votre bande démo mais aussi créer un projet de fin d’études (court-métrage).

– Jeux Vidéo

Sur un schéma de formation similaire à celui du cursus Animation et 3D VFX, ce cursus vous permettra d’obtenir un Bachelor en 3 ans, avec possibilité de suivre en 4e une année de spécialisation en « Character Designer & Environment Artist 3D », « Effets Spéciaux Numériques » ou « Animation 3D ».

-Audiovisuel

Après une classe préparatoire, cette formation proposée à Bordeaux vous permettra en deux ans d’obtenir un BTS Audiovisuel Option Montage/Postproduction. Ce cursus s’appuie évidemment sur la théorie mais également sur une solide dose de pratique : expérimentations, utilisation des techniques de montage, maîtrise des éléments techniques indispensables pour monter et post-produire des projets tels que film, clip, publicité.

-Arts Graphiques Illustration

Après une année de classe préparatoire, ce cursus vous amènera en trois ans vers les compétences nécessaires à l’une des trois spécialisations proposées : Concept Art, Storyboard, Illustration/BD.
Proposé à Bordeaux uniquement, ce Bachelor vous permettra par exemple de travailler en studio de production ou dans le secteur de l’illustration jeunesse.

-Bande Dessinée

Ce cursus est proposé au sein de l’Académie Brassart Delcour (Paris), créée en 2014 par l’Ecole Brassart et les éditions Delcourt-Soleil, ce cursus de 3 ans est résolument centré sur la bande dessinée. Avec l’aide de professionnels du secteur, vous vous initierez aux fondamentaux de ce domaine avant d’approfondir les techniques associées. Enfin, 5 options vous seront proposées pour vous professionnaliser : auteur, dessinateur, scénariste, coloriste et enfin story-boardeur.

-Design Graphique et Digital

Après une année de classe préparatoire en arts appliqués, vous vous orienterez vers un cursus de 2, 3 ou 4 ans.
Le Cycle Infographiste Multimédia, proposé à Bordeaux, Tours et Caen, vous permettra en 2 ans d’apprendre les fondamentaux des outils infographiques, de façon à intégrer une agence de communication ou un studio créatif.
Le Bachelor Design Graphique et Multimédia, de son côté, proposé dans de nombreuses écoles Brassart, vous permettra de maîtriser des projets de type design graphique, design de packaging, webdesign, publicité. En tant que designer graphique et grâce à votre vision d’ensemble d’un projet, vous pourrez à terme vous orienter vers un poste de type direction artistique.
Le cycle expert Directeur Artistique Digital, proposé à Nantes, vous proposera justement d’accélérer cette évolution en vous permettant d’acquérir les compétences spécifiques à la direction artistique, de l’expérience utilisateur au rebranding en passant par le numérique. Cette année de spécialisation se fera en alternance.

Malgré le contexte actuel, une équipe mobilisée

Cette année 2020 présente évidemment des défis pour les équipes pédagogiques. Grâce à la mobilisation de l’ensemble du personnel des écoles Brassart, les cours ont pu se poursuivre : les programmes et travaux de groupe se font en ligne depuis le lundi 16 mars. Les élèves restent donc bien évidemment suivis avec la même exigence. Quelle que soit la durée du confinement, l’ensemble des étudiantes et étudiants Brassart continuent donc à bénéficier de leur formation, avec les ajustements nécessaires.

Il en est de même pour les futurs élèves : si les journées portes ouvertes classiques prévues après le début du confinement ont évidemment été annulées pour raisons de sécurité, un dispositif spécifique a été mis en place.
Trois volets permettent de poursuivre l’information et le processus de candidature :

– Tout d’abord, des réunions d’information en ligne dont organisées régulièrement. Interactives, elles vous proposent présentation de l’école, des cursus et carrières, mais aussi des témoignages. Vous pouvez bien évidemment en profiter pour poser vos questions.
N’hésitez pas à garder un oeil sur l’agenda afin de connaître la date de la prochaine réunion. Un ordinateur, une tablette ou un smartphone suffisent pour vous connecter.

– Vous pouvez également demander un rendez-vous personnalisé d’information, que ce soit par téléphone ou en visio-conférence.

– Enfin, le système de candidatures s’est adapté à la situation actuelle. En particulier, les entretiens de candidature pour intégrer l’une des filières (hors filière Audiovisuel* hors filière Game Design) s’effectuent en visio-conférence (Skype, WhatsApp, FaceTime, etc.).
N’hésitez pas à consulter le site Brassart pour savoir quels éléments fournir en amont de l’entretien et ainsi vous préparer au mieux. L’entretien proprement dit durera 30 minutes.

Pour en savoir plus

Vous désirez obtenir plus d’informations sur les formations Brassart ? Plusieurs voies s’offrent à vous :
– vous pouvez télécharger la documentation de la formation initiale, afin de mieux cerner son contenu et ses débouchés ;
– le site Brassart est évidemment à votre disposition : que vous cherchiez des informations sur l’école, les filières proposées, les différents campus ou les métiers vers lesquels débouchent les formations, vous y trouverez de nombreux détails. A noter également, la rubrique international (perfectionnement en anglais mais aussi possibilités d’études à l’étranger). Enfin, et car les travaux des élèves parlent d’eux mêmes sur la qualité de l’enseignement, n’hésitez pas à faire un tour dans la galerie. Vous y trouverez de nombreux projets classés par cursus.
– La Chaîne Youtube de l’Ecole Brassart, pour finir, vous permettra de découvrir courts-métrages, aperçus de la vie au sein des campus, témoignages de professionnels.

L’article 6 filières et 13 sites : Brassart, l’école des métiers de la création est apparu en premier sur 3DVF.

How DJs can stay happy and productive during a pandemic: Lessons from China

Par Ian Louisell
Quarantined DJ sign

In Shanghai, clubs closed abruptly in late January. Some have just started to reopen, with temperature and ID checks, masks, and capacity limits. Here's how DJs in China have coped with an extended shutdown.

The post How DJs can stay happy and productive during a pandemic: Lessons from China appeared first on DJ TechTools.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Souvenirs de quarantaine : Marc Olivier Saby

Par admin

Marc-Olivier Saby couteau Suisse de la lumière, a décelé un étrange comportement de sa balance. « Elle me ment » dit-il.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Marc-Olivier Saby : Concert, tournée, événementiel, comédie musicale, Formation

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je suis pour l’instant en forme, ma famille aussi. Le grand air et le badminton, c’est la vie.
Nous avons des amis pris dans cette tourmente.

Où êtes-vous ?

A Blois, région centre fils !!!!!!!

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Un véritable coup de frein sur mon activité. Plus rien, le désert… L’implantation lumière d’un festival en Allemagne. Bref le néant…

Et depuis le confinement ?

Pas mieux…

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Printemps de Bourges, formation réseaux, tournée Niska, Tournée Alain Souchon, formation RoboSpot, Défilés de Mode Été, plus divers évènementiels

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Tournée Niska, tournée Alain Souchon.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

J’ai la chance d’avoir un peu de trésorerie d’avance, ce qui me permet de voir venir quelque temps. Mais il ne faut pas que la situation continue trop longtemps car mis à part mon exorbitant salaire de dirigeant de société, je suis bloqué sur mes investissements de matériel, mais le plus important étant l’inactivité et l’arrêt pur et simple de la diffusion d’une exception culturelle française au profit d’un miasme télévisuel.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je tape mes enfants et ma femme après avoir vidé des litres d’alcool que je gardais pour ma retraite. (« Arrête de blaguer Marco. C’est un questionnaire sérieux :-). » NDLR)

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Avec quelques collègues, via le site de LC Formation, nous diffusons quelques vidéos sur les différents matériels que nous maîtrisons. Il est évident pourtant que ces tutos ne sont pas une vraie formation mais aident les personnes intéressées, voir captivées, à s’initier à de nouveaux logiciels ou à acquérir des connaissances qui leur manquaient.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Voir mes amis, écouter des sweeps de son dans un Fenwick… Et surtout parler dans un talkie en poussant une caisse de projecteurs qui roule mal.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Un peu, je dis bien un peu, de formation ne nuit pas à l’activité canapé frigo. Je regarde les nouveautés des logiciels comme Vectorworks, Cinéma4D et son plug-in Stage de Hantmade, le visualiseur Dependence2 qui est très intéressant, la puissance de Packets Tracer de Cisco.
Regarder dehors et me demander si les gens vont bien.

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Peut-on espérer un changement radical de comportement de notre société ?
L’existentialisme ou la question du sens de notre présence au monde
L’arrivée du Co-19 est-il un accélérateur de mutation de notre société ?
Doit-on investir dans le papier toilette ?
Peut-on penser que le Co-19 est un anarchiste qui prend le pouvoir sur la société actuelle?

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

J’ai mangé des légumes. J’ai découvert les produits ménagers.
Mon chat est un animal extrêmement casanier.
Ma balance me ment, dois-je en changer ?
Mon opticien me manque…


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Marc Olivier Saby est apparu en premier sur SoundLightUp..

Les JDC1 radicalisent la lumière de Gesaffelstein

Par admin

Lorsque le producteur et DJ français Gesaffelstein a lancé sa scénographie à Coachella en avril dernier 2019, il a tracé la voie de la tournée américaine « Against the Night, Across the Time » en fin d’année éclairée par Pierre Claude et des Strobes JDC1.

La scénographie de Gesaffelstein à Coachella à tracé la route de la tournée américaine. @Pierre Claude

Derrière l’artiste se trouvait un monolithe de plus de 10 mètres de haut, recouvert de Vantablack, un matériau fragile censé fournir le noir le plus noir du monde, effaçant toutes les caractéristiques visibles sur une surface 3D et rendant les objets très désorientant pour le cerveau. Ce matériel conçu au Royaume-Uni était utilisé pour la première fois dans un spectacle live.
Matthias Leullier de Live Nation France, le producteur du spectacle, a accompagné le concepteur lumière Pierre Claude pour transformer le concept en réalité. Pierre Claude, dont la boîte à outils fourmille de projecteurs GLP, a réquisitionné 54 stroboscopes hybrides JDC1, utilisés en mode SPix Pro4 de 62 canaux DMX de contrôle.
Deux lignes de 12 JDC1 au sol entouraient l’artiste. Une tour de 24 JDC1 était placée derrière le Vantablack et 6 strobes accrochés sur un pont. Au sol se trouvaient également 12 barres GLP impression X4 Bar 20 pilotées en mode pixel par pixel.

« L’idée principale derrière le décor de Gesaffelstein, explique Matthias Leullier, était de créer une expérience mémorable avec un monolithe super-noir capable de remettre en question la profondeur et la perception spatiale du public. L’artiste semble « flotter » contre le monolithe de Vantablack, un vide noir bidimensionnel fascinant.

© Frazer Harrison

Pendant le spectacle, ce monolithe se sépare en deux moitiés verticales révélant un écran LED haute résolution combiné à un show lumière complexe comprenant des effets de strobe très marqués.
Le contraste de toutes les lumières vives et le matériau super-sombre créaient une expérience visuelle extrêmement intense pour les spectateurs. » Et c’est le JDC1 unique de GLP qui fournit ce stroboscope surpuissant à l’artiste Electro surnommé « le prince des ténèbres ».
Pierre Claude a commencé à travailler pour Gesaffelstein en 2013 lorsqu’il faisait partie de l’agence parisienne Franz & Fritz, qui tournait avec l’artiste depuis un certain temps.

« J’étais très heureux qu’il me rappelle fin 2018 pour préparer son nouveau spectacle, commente-t-il. Sa musique et son univers sont très sombres et j’utilise principalement de la lumière blanche pour faire ressortir le noir ; les silences en font un spectacle très théâtral et cela repousse les limites de ma créativité pour travailler sans couleur et utiliser le Vantablack comme pièce maîtresse de cette tournée. » Peindre le Vantablack a représenté la période la plus longue et la plus compliquée du design.

Pierre Claude avoue avoir longuement réfléchi à la meilleure façon de traiter l’éclairage. « L’idée était de mettre en évidence des éléments qui absorbaient tout, et non d’être éclairés directement. Pour un artiste habillé et coiffé de noir, l’éclairage devait être théâtral et intense… un cauchemar car dans les productions normales, le décor est une valeur ajoutée, alors qu’ici, le défi était de le faire disparaître. »

Après le succès de Coachella, rendre le dispositif technique adapté à une tournée est devenu la partie la plus difficile du projet. Il a été conçu en quatre couches : deux sections Vantablack Monolith de 10 m de haut contrôlées en mouvement par Kinesys et deux sections d’écran led également par Kinesys ; les autres sections comprenaient un écran led blanc chaud de 10 m de haut, la tour de 24 JDC1, avec un ensemble de plancher impressionnant et une cabine DJ sur une colonne montante motorisée contenant aussi de l’éclairage.

Système Motion Control Kinesys du monolithe.

Pour la tournée, un pont lumière intermédiaire, à hauteur variable, a été ajouté devant le monolithe, en collaboration avec PRG Projects : « Je voulais aussi ajouter quelque chose d’extrême qui mette l’accent sur la largeur mais aussi l’immense hauteur de l’ensemble et qui servirait de rétro-éclairage. »
Pour le sol et la tour, le JDC1 était une sélection évidente, déclare-t-il. « J’avais besoin d’une machine qui pouvait bouger verticalement, mais en même temps former un énorme stroboscope linéaire en plaçant les unités individuelles les unes à côté des autres. »

« Le spectacle est très minimaliste, et je fais attention à ne pas utiliser de projecteurs différents en même temps. Le JDC1 double les capacités d’un stroboscope conventionnel, avec deux machines en une… soit 1 152 pixels en tout ! C’était définitivement le produit idéal à utiliser car la tour stroboscopique révélait l’immensité du monolithe et donnait l’impression d’un trou noir. »
« L’idée de déplacer le décor avec le système Motion Control Kinesys est inhabituelle pour les spectacles de musique Electro. Nous voulions proposer des tableaux différents mais 75 % des mouvements ne sont pas visibles lors des mémoires au noir. L’idée était de troubler l’esprit du public en révélant un look différent à chaque retour de la lumière. »

Les JDC1 au sol à contre forment une ligne de strobes puissante.

« Quant à la vidéo, nous avions des écrans LED mais pas de visuels en tant que tels, juste des dégradés ou des couleurs unies. Les barres X4 étaient les produits parfaits pour révéler les quelques mouvements visibles et je les ai utilisées en mode 88 canaux pour permettre une cartographie individuelle des pixels. »

En résumé, il conclut : « Évidemment, les modèles JDC1 et X4 sont maintenant devenus ma norme ; leur fiabilité est incroyable, et après avoir utilisé 66 machines sur plus de 20 spectacles, nous n’avons pas eu besoin une seule fois de faire appel à un appareil de rechange. »
Rendant hommage au manager de l’artiste, Manu Barron, au producteur Matthias Leullier, à la directrice de tournée Lara Scheidt, à l’assistant éclairagiste Vincent Leroy et à l’équipe, Stephen Rose et Conner Ostrowski, Pierre Claude confirme que la conclusion de la tournée n’a certainement pas marqué la fin de la route pour cette scénographie.
Plusieurs dates phares lors de festivals aux États-Unis l’été prochain ont déjà été annoncées, ainsi qu’une date en France en octobre 2020 à l’AccorHotels Arena.

L’article Les JDC1 radicalisent la lumière de Gesaffelstein est apparu en premier sur SoundLightUp..

Zixi releases poll on Media Industry readiness in the face of the current Coronavirus Pandemic

Par Denise Williams

Waltham, MA – April 5, 2020 – Zixi, the industry leader for enabling dependable, live broadcast-quality video over any IP, today announced the results of a poll of media company executives attending a Remote Monitoring and Management Webinar held March 31st, 2020. The Media Industry has been hard hit with the ongoing pandemic, especially with ...

The post Zixi releases poll on Media Industry readiness in the face of the current Coronavirus Pandemic appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Souvenirs de quarantaine : Jean-Marc Aringoli

Par admin

Jean-Marc Aringoli, Ingénieur du son, est l’une de nos plus fines oreilles à qui la télé doit beaucoup et pour garder la forme, il est capable de se taper le Ventoux à vélo.
Autant vous dire qu’il va ramer, non, pédaler pour retrouver le rythme, mais pour le moment il parle, et bien.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Jean-Marc Aringoli : Broadcast / Live

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Pas de problème familial mais quelques proches, voisins, collègues contaminés.

Où êtes-vous ?

Confiné en Ile de France, heureusement en pavillon avec jardin, une chance avec les enfants. Le soleil en ce moment dramatique fait du bien au moral.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Les prestataires et chaînes TV patientaient avant de faire des propositions pour finalement ne plus en faire.

Et depuis le confinement ?

Beaucoup de prestations annulées pour arriver à un planning vide et sans visibilité

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Finale de « The Voice » qui devait se tourner au Palais des Sports pour la première fois dans une grande salle. Tournages TV divers, Programmes de sport « Roland Garros » « JO Tokyo » « Wimbledon » « Retransmissions de foot » …

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

« The Voice » mais sans date confirmée.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

On espère tous une reprise rapide sinon cela va être très compliqué. Ça vole tellement à vue à tous les niveaux de la société que ça va être plus long qu’on ne le pense.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je suis sorti de mon bureau / studio sans lumière du jour pour m’installer dans le salon. Backup des ordis et HD. Je casse la monotonie en mixant sport, devoirs avec la plus jeune, remise à niveau de mes cours ULM, repliage des parachutes, travaux intérieurs extérieurs… pas de quoi à m’ennuyer.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

J’ai enchainé les trois niveaux de certification DANTE que je repoussais depuis un moment, pas mal de visio (Zoom, You Tube ou Facebook live) et d’échanges en ligne grâce à de belles initiatives privées, importateurs, fabricants, formations en ligne, tuto… Ecoute de création d’amis et échanges constructifs.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Sacrée envie d’aller voler en parapente avec les potes, grimper une montagne mais je crois qu’il va falloir bosser si on nous en laisse la possibilité. Cela devra-t-il passer par un test COVID de toute la population ? Quelles vont être les consignes des employeurs ? Pourront-ils se relever économiquement ?

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

J’admire les initiatives privées pour fabriquer des accessoires de protection pour nos soignants. Chapeau bas.

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Trop de conseilleurs peu de payeurs

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Il semble que l’exécutif, la haute fonction publique, les entreprises cotées découvrent qui sont les vrais travailleurs aux salaires souvent ridicules indispensables à notre société en ces moments dramatiques.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Jean-Marc Aringoli est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Jérôme Malen

Par admin

Jérôme Malen, assistant manager chez Lumières Utiles, fait la classe à ses trois filles et trouve enfin le temps de tenir les promesses de bricolage faites à sa femme.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Jérôme Malen : Gestion des éclairages architecturaux et fonctionnels.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Ma famille et moi nous portons bien. A ma connaissance aucune personne de mon entourage n’est affectée par le COVID-19.

Où êtes-vous ?

A Blain, Loire-Atlantique, Pays de la Loire

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Avant le confinement nous étions, depuis le début des restrictions, plus attentifs et suivions scrupuleusement la mise en place et l’exécution des gestes barrières. Ce qui n’a eu aucune incidence pour notre activité.

Et depuis le confinement ?

Depuis le confinement, tout déplacement est impossible pour les mises en services que nous devons effectuer. Nous nous sommes donc trouvés dans l’obligation de fermer la société et de mettre tous les employés, moi y compris, en chômage partiel.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

A notre connaissance il n’y a pas eu encore d’annulation.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Cependant, tous nous projets de mises en services sont reportés et à reprogrammer au plus vite après le rétablissement de notre libre circulation. Les autres projets en cours de validation ou d’exécution sont eux reportés sine die.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

L’impact est celui provoqué par plus un mois d’arrêt d’activité mais comme nous avons décidé de cesser l’activité dès le début du confinement, nous espérons que cela diminuera déjà l’impact au niveau de la masse salariale. Nous souhaitons et nous ne pensons pas que notre avenir sera impacté sur le long terme mais il y aura certainement des ajustements sur le court et moyen terme.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

J’assure les cours de mes trois filles, deux CM1 et une 5e. J’ai la chance d’avoir une maison à la campagne avec un assez grand jardin. J’en profite pour faire ce que je n’ai pas eu le temps de faire et que j’avais promis à ma femme.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je consulte mes e-mails quotidiennement et réponds aux rares appels téléphoniques.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Faire garder mes trois filles et sortir boire un verre avec ma femme et des amis sur la terrasse d’un café.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Il n’y a rien d’exceptionnel mais tout ce temps libre me permet d’appeler plus fréquemment les personnes qui comptent pour moi et prendre de vraies nouvelles d’elles.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Jérôme Malen est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Bobo Jacquier-Laforge

Par admin

Bobo Jacquier-Laforge, responsable Technique Son, première gâchette chez B Live, dégoupilleur de gros son avec les deux oreilles et le cerveau a pris un peu de son temps pour nous raconter ses journées de forçat du Covid en chômage partiel. L’éducation parentale a gagné un nouveau prof !

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Bobo Jacquier-Laforge : Les métiers des spectacles vivants et de l’évènementiel

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Jusque-là tout va très bien, personne de ma petite famille n’a déclaré de symptômes bien que nous ayons été en contact avec des gens infectés

Où êtes-vous ?

Dans notre appartement à Colombes

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

L’arrêt progressif mais extrêmement rapide des opérations en extérieur. Nous nous sommes donc concentrés sur l’organisationnel.

Et depuis le confinement ?

La majorité des salariés étant en chômage partiel, l’ensemble des activités ont été suspendues.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Les tournées en cours, Le Printemps de Bourges, Le Chorus des Hautes de Seine

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Difficile d’avoir une véritable vision, les plannings vont encore pas mal bouger en fonction des directives. Et puis, pour des projets internationaux, je pense à Rock en Seine notamment, quid des directives dans les autres pays, même si l’activité reprend en France, est-ce que les artistes étrangers pourront se déplacer ?

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Je ne suis pas assez dans les chiffres pour avoir une vision renseignée et précise, j’imagine qu’il y aura malheureusement des conséquences, mais dans beaucoup de domaines, je sais aussi que nos patrons, Eric et Yannick, font le nécessaire pour assurer la continuité du groupe et protéger les employés, depuis le début des annonces (fermeture des écoles) ils travaillent d’arrache–pied pour trouver les meilleures solutions à cette situation inédite.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Le matin, je mets ma tenue d’instituteur pour mes enfants ;-).
Je suis un très gros lecteur et un très gros féru de littérature, autant dire que je ne m’ennuie pas, j’ai pas mal de bouquins en retard et de classiques à relire ! (Non, je ne céderai pas aux tentations des tyrans de la distribution de masse…)
Je suis en train de lire Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra, c’est passionnant ! Et j’en profite aussi pas mal pour prendre des nouvelles de copains, au final les journées passent très vite !

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Etant en chômage partiel à 100 %, je ne travaille pas. Je profite plutôt de la période pour échanger avec les collègues, pour me former ou former.
Je fais aussi du tri dans mes archives, dans mes venues (plans de salle ArrayCalc). Et j’essaye tant bien que mal de prendre du recul sur la situation, sur le sens des choses…

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Boire une bonne bière avec les copains ! Et puis on m’a promis un tiramisù à la Fraise !

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Nous sommes contraints et forcés de vivre au « ralenti », finalement chose assez rare dans nos rythmes endiablés où l’urgence régit chaque journée ; ça doit nous permettre de porter un autre regard sur nos vies « d’avant » le confinement et de prendre du recul de façon globale sur la société dans laquelle nous évoluons. Si on prend un peu le temps de s’informer, de façon construite et critique, il y a des aberrations qui doivent nous sauter aux yeux.
Il nous faut, pour l’heure, gérer l’urgence du virus, de notre santé, de celle de nos proches, mais il serait important que chacun s’interroge sur la suite… Devons-nous sauver l’Avant, recoller les morceaux, reconstruire l’empire des grands écarts, ou devons-nous imaginer l’Après ?

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Est-ce que tout le monde va bien ?

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Pas liée à la situation, mais une histoire qui me fait sourire à chaque fois que j’y repense, et en ce moment ça fait du bien.
Un soir, en rentrant de l’école, ma fille Lilou, en dernière année de maternelle à ce moment-là, me raconte sa journée.
« Et bah la maîtresse aujourd’hui elle nous a demandé ce qu’on voudrait faire comme métier quand on sera grand. »
« Ah, très bien, et alors, tu lui as dit quoi ? »
« Et bah je lui ai dit que quand je serai grande, je ferai monteuse de bois comme papa !!! »
« Ah bon ? »
« Mais la maîtresse, elle sait même pas ce que c’est, alors elle m’a dit : ah, tu veux dire que tu vas bricoler avec ton papa ? Alors j’ai dû lui expliquer : mais non, Maîtresse, je vais faire des concerts ! »


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Bobo Jacquier-Laforge est apparu en premier sur SoundLightUp..

Pixel Shapes

Par Marco Savo

Their very diverse backgrounds (video editing, web design, vjing, 2D-3D graphics, video post-production, sound design) and a powerful synergy among themselves, lead to the development of Pixel Shapes collective that aims to produce impressive video mapping, visuals and installations.

VIDEO MAPPING

From traditional video projection techniques to the most complex forms of architectural video mapping.

INSTALLATIONS

Looking for new forms of communication through the use of multimedia technologies and nonconventional supports.

STAGE DESIGN

Design of multimedia scenography.

SOUND DESIGN

Sound department is handled by Giovanni Raniolo, established sound designer and music producer.

Infopixelshapes@gmail.com

LINK BOX

Facebook / YouTube / Instagram

The post Pixel Shapes appeared first on Audiovisualcity.

Normand Chassé choisit les Dalis 864 pour Mix Sonore

Par admin

Le concepteur lumière Normand Chassé, de la société montréalaise Wysart, a choisi les rampes bain de pieds à LED Robert Juliat Dalis 864 pour enregistrer la nouvelle émission de variétés musicales, Mix Sonore, réunissant des artistes francophones et anglophones. Elle sera diffusée sur la chaîne canadienne TV5Unis à partir du mois de mai.

©Michael Tomkins

Martha Wainwright anime ce rendez-vous musical en direct. Une pléiade d’artistes se partage la scène du mythique bar le Marquee à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Parmi ceux qui participent aux treize émissions programmées produites par Connections Productions Inc., on retrouve Rose Cousins, Classified, Matt Andersen, Basia Bulat, Jason Collett, Marie-Pierre Arthur, Sam Roberts, Etienne Fletcher et Yann Perreau.

Normand Chassé se rappelle avoir découvert les Dalis 864 lors de la dernière édition du salon LDI, et avoir été « séduit » par cette rampe LED asymétrique, présentée par Alex Monat de ACT Canada. Le Dalis 864 est la déclinaison couleurs 150 W du modèle d’origine, Dalis 862 disponible lui en blanc variable.
Tous deux sont conçus pour obtenir un éclairage à la face et au lointain de grande qualité. Pour Mix Sonore, les Dalis 864 ont été fournis par Jonathan Pichette de SoftBox Integration, Montréal. « Je suis un grand fan des produits Robert Juliat, déclare Normand Chassé, et j’aime particulièrement leurs nouveaux projecteurs Fresnel à leds ».


©Michael Tomkins

Normand Chassé est impressionné par le Dalis 864. « La gradation est très fine pour un projecteur à leds, avec de belles couleurs et d’excellents résultats pour éclairer les visages. Je peux contrôler indépendamment quatre sections de leds, et utiliser deux couleurs différentes pour éclairer le corps entier d’un chanteur ou d’un musicien. Ce projecteur est un bon substitut aux sources halogènes ».
Il apprécie également les quatre repères lumineux rouges et bleus intégrés à la rampe, utilisés pour aider les artistes à se placer sur scène dans le noir. « Ils émettent très peu de lumière, ce qui permet de les placer devant les moniteurs. Ces rampes sont également silencieuses et n’affectent pas le son », ajoute-t-il.

Pour Mix Sonore, Normand Chassé a également orchestré la scénographie. Il a placé les Dalis 864 à la face des artistes. « Les projecteurs peuvent être placés à environ 30 cm de l’artiste et les éclairer parfaitement des pieds à la tête avec une lumière uniforme », souligne-t-il.
Parfaitement satisfait, le concepteur lumière canadien a déjà inscrit ces rampes bain de pieds sur la liste de matériel de ses projets à venir. « Je suis maintenant un grand fan ! Je les ai mis sur ma liste pour les trois ou quatre prochains shows que je vais réaliser pour la télévision. »

On aperçoit une des rampes Dalis 864 à gauche de l’image derrière le wedge. ©Michael Tomkins

Il est particulièrement enthousiaste sur les autres applications possibles pour les Dalis, notamment pour l’éclairage des artistes de musique country. « Mettre en lumière des artistes portant de grands chapeaux de cow-boy est toujours un vrai cauchemar », dit-il.
« Les chapeaux créent des ombres sur les visages et on ne peut pas voir les yeux des musiciens en gros plan. Ce projecteur sera désormais mon meilleur allié pour la musique country ! »

Plus d’informations sur le site Robert Juliat

L’article Normand Chassé choisit les Dalis 864 pour Mix Sonore est apparu en premier sur SoundLightUp..

Supa Nurse : la dure reconversion d’un robot

Par Shadows

Célesine Giraud, Tristan Bouillon-Perron, Charly Nelly, Emilie Vignon, Laura Morin et Jeanne Verrier dévoilent Supa Nurse, court-métrage réalisé à Bellecour Ecole.

On y suit un ancien robot de combat reconverti en garde d’enfant ; mais les traumatismes du passé pourraient bien entraver cette nouvelle mission…

Concept Art : Camille PROUST – Romain DEFELIX – Lucas TAILLEFESSE – Irina KOMISARCHUK – Lison DESFEUX – Arthur MOUGNE – Tristan REYNE – Loline BONGIRAUD Rigs : Malko BONNET-EYMARD | Support : Tiffanie QUEQUET – Emy CONTASSOT – Antoine GREGOIRE – Redwan KETTANI – Lucie MERCIER Musique – Son : Cyril BROQUE – Ugo ARIELLI

L’article Supa Nurse : la dure reconversion d’un robot est apparu en premier sur 3DVF.

Souvenirs de quarantaine : Fred Goguet

Par admin

Caché quelque part en Normandie avec Priscilla et Oscar, Fred Goguet Ingénieur du Son et Régisseur Son nous raconte ses doutes, ses espoirs et les quelques difficultés à donner cours à la place des profs. Vivement que la cloche sonne la fin de cette moche récré.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Fred Goguet : Le Spectacle et l’évènementiel

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Nous allons bien, aucun problème de santé, c’est une chance en ce moment. Notre petite famille essaye de gérer au mieux cette période difficile.

Où êtes-vous ?

En Normandie.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Comme beaucoup d’entre nous, les prestations, évènements, concerts se sont annulés les uns après les autres… Et puis plus rien.

Et depuis le confinement ?

Ma dernière prestation fut une date avec Anggun à Moscou juste avant le confinement et depuis le néant, un désert

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Concert en Indonésie, événements

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

A cette heure, je n’ai aucune info concernant le report éventuel des différentes prestations, nous verrons en fonction de l’évolution de la pandémie et des directives gouvernementales. Dans l’événementiel difficile de savoir comment tout ce bazar va s’organiser. Il faut croiser les doigts pour que la saison des festivals ne soit pas impactée.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Perte de dates, donc perte financière of course. Maintenant cela sera t’il durable ou passager ? Là et la question à laquelle je n’ai pas de réponse, c’est l’inconnue totale. Je me garderai bien de faire des prévisions dans cette période d’incertitude, l’important c’est qu’on sorte de cette saloperie de Covid-19.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je m’occupe de ma famille, courses, cuisine, jeux, film. Je laisse à ma femme le soin de gérer la classe à la maison avec notre fils Oscar de 8 ans .

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

N’ayant plus d’activité, je n’ai plus de temps professionnel… Mdr

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Accompagner mon fils au cheval et faire une fête à la maison avec des potes.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

Surprenante je sais pas, mais marrante :
Hier après midi, ma femme était en train de faire faire des math à notre fils. Des problèmes à résoudre, des petits papiers à découper, je sens que Priscilla a la tête qui chauffe…
Et là j’entends Oscar dire : « Je vais mourir ». Priscilla : « Ben pourquoi Oscar ? » Réponse de notre fils : Parce que Maman va m’égorger ».
Heureusement il a beaucoup d’humour et la séance de Math s’est terminée en un gros éclat de rire.


11 septembre 2008, un souvenir que SLU offre à Fred et au reste de l’équipe son sous la responsabilité de Marco. Le lendemain de cette image très pluvieuse, on a pu se dire : « abemus papam in Paris ».


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Fred Goguet est apparu en premier sur SoundLightUp..

Blackmagic Design Announces HyperDeck Studio Mini v7.1

Par Zazil Media

New and free software update adds new H.264 codec, new AAC audio codec, longer single file record durations and faster file transfers using Ethernet. Fremont, CA, USA – Friday, April 3, 2020 – Blackmagic Design today announced HyperDeck v7.1 a major new software update that adds multiple new features to HyperDeck Studio Mini broadcast recorders. The ...

The post Blackmagic Design Announces HyperDeck Studio Mini v7.1 appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Blackmagic Design Announces New ATEM Mini Pro

Par Zazil Media

Powerful new model adds a new hardware streaming engine via Ethernet, recording to USB flash disks and new multiview for monitoring all cameras! Fremont, CA, USA – Friday, April 3, 2020 – Blackmagic Design today announced ATEM Mini Pro, a new low cost live production switcher with all the features of ATEM Mini but now with ...

The post Blackmagic Design Announces New ATEM Mini Pro appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Red Giant Debuts Tutorial on How to Create a Forcefield

Par Zazil Media

Aharon Rabinowitz utilizes Red Giant tools to demonstrate how easy it is to create a forcefield during this time of social distancing Portland, OR – April 2, 2020 – Red Giant has just released a quick and easy tutorial on creating a forcefield/watery surface effect. Now out on YouTube, Aharon Rabinowitz showcases his process of ...

The post Red Giant Debuts Tutorial on How to Create a Forcefield appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

We pick the brains of Cinema.AV on his beautiful video synth work

Par Hayley Cantor




These days AV artists are hiding out all over the place, this time curiosity didn’t kill the cat, as I stumbled upon the work of Cinema.AV on Instagram. it’s amazing where a hashtag can take you… #videosynth. I was keen to find out how someone so visually analog ends up that way, and how they manage in an ever expanding digital world (at the time of writing more so than ever).

1.Tell us about your first ever live gig? When was it and how did it go?

For years, I used to play a kind of ambient, soundscape style of music, and for live performance, I would put whatever found vhs tape behind me for visuals. Often without a screen. It often just turned into lighting for my performance, instead of clearcut visuals. 

Fast-forward to a couple years later, in summer 2015, where I started buying jvc video mixers, archer and vidicraft boxes. It was here where I took it upon myself to do visuals for a show I had booked. Sadly, I didn’t realize, the projector couldn’t handle the distorted signals I was throwing at it. Luckily though, someone at the last moment, let me borrow theirs. It was total godsend. The result was this hyper-distorted cross between national geographic videotapes. It worked for the more abstract, psychedelia I had booked for the evening,

Later down the line, I found the need for time base correctors in live performance, and mixers equipped with such. To evenly blend, rather an abruptly with one of those RCA Y splitter cables turned on end. Which is actually the same as the classic Klomp dirty mixer. It was all stuff I got for free, or nearly no money. Never top of the line. Always the most difficult, least practical solutions. But the result was always unique to the moment, to the performance; endlessly fleeting. 

2.We discovered your work on Instagram. How do you usually connect with the AV community online? Does social media play a big role for you?

Strangely, yeah. I hardly ever go out locally, unless of course I’m playing a show. So beyond that setting, you’ll never find me in the wild. Even before this quarantine action, I was a total homebody. Staying in whenever possible to work on art and infinitely explore the machines. So having access to social media platforms is actually key to the whole system. I can actively gauge what pieces people actually like, what ideas stick and in turn, get shared with a larger audience. 

Its those posts that snowball into bigger and better gigs. As the recognition on a global scale is significantly more gratifying than just the local efforts I receive so often. In fact, for the better part of 2019, I was very busy with live video work. Having nearly no time off, I accepted this as a lifestyle, rather than just hobby. And in the social media zone, I’ve been able to publicly beta-test things like the Erogenous Tones Structure module, Phil Baljeu’s custom vector graphics system and as of late Andrei Jay’s latest raspberry pi video synth and feedback algorithms as hardware devices. The curiosity the results generated have in turn, sold modules and made the manufactures money to sustain their efforts.   

…having access to social media platforms is actually key to the whole system. I can actively gauge what pieces people actually like, what ideas stick and in turn, get shared with a larger audience. 

To be fair though, I’m not sure how much of this actually real. If it’s all made up, or the reactions are fabricated. It’s a fine silver-lining we’re all walking along. One day, a post could generate hundreds of interactions, while the next day, nothing. I think alot of that could actually be the option for folks to drift between realities, between the physical and the cyberspace. It’s in this cyberspace, that I do often connect with other artists, say for example my bud Konopka and has online video painting series. To watch him create something entirely from scratch, in real time, thousands of miles away is a true head-spin if you think about it. But not even 5 years ago would have been possible. 

All photos courtesy of Evan Henry.

3. It’s fascinating to how analog and digital worlds inspire AV artists. What’s your take on the two and how do you find working with analog systems for live visuals?

Truly. When I first got started, it was all analog, all found devices. Though in time, I’ve found the whole LZX modular zone, which started analog and now has drifted into this wild digital hardware dimension that has opened up all kinds doors. The obvious attraction to the large analog modular is the physicality and pure intuitive nature of the whole thing. As in a live setting, there is nothing more fun and unpredictable than a hand-wired mess of cables and devices to create this ever-fleeting dialogue, never again to be replicated. For ambient, for house, for techno and literally everything in between, there’s this infinite body that just works, and often never crashes or fails. 

If anything, it’s always the digital component that freezes or fails first. I’ve done shows with computer artists that for some reason or another, who just can’t make it work that particular night.

If anything, it’s always the digital component that freezes or fails first. I’ve done shows with computer artists that for some reason or another, who just can’t make it work that particular night. So just step in and end up taking over the evening with my system. However, I’ve had my fair share of venues tell me their systems are HDMI only. So learned to convert the analog composite outputs of the modular to the HDMI with aid of things like Ambery converters and scalers, Extron scalers, and even the silly Blackmagic shuttle, that has it’s own share of issues. It wasn’t until last summer that I realized the Roland V4-EX had a very effective means of conversion and scaling to HDMI, VGA, and back down again. The result was a total game-changer. So I sold my other mixers, and devices to scale up to HDMI and hadn’t looked back. This meant I could seamlessly work with digital projection systems and streaming processes. And from the get-go, it’s been used in every performance effort since. It’s even let me collaborate with both digital and analog artists alike. To fade and key between all manner of artists and ideas. 

So little things like that make the whole system go, which leads me into the question…

4.What’s your basic setup when do performance live AV shows? (If you have one)

I am constantly pushing myself as an artist. So every year or so, I’ll experience this major creative shift around winter time, when my job at the photo lab temporarily shutters for winter break on campus. It is is then where I have about a month to chill and regroup my mind. This generally means some new gear enters the studio, and in turn the dirty warehouses they get thrown into for live work. 

All photos courtesy of Evan Henry.

In 2019, I saw my modular system grow from a single 6U, two row case that could fly on any airline, to a larger 12U, four row system, that for the majority, made it’s way into every gig. In tandem with the V4-EX, the two were all I needed to do 8-10 hours of a rave whatever else I was getting booked for. However, the few time I flew out for one-offs, I brought it back down to 6U. Which was a lot of fun and lent itself to collaboration with other artists. It was in this time though, away from gigs and rather chill moments at the lab, where I began to experiment with the virtual dimension of VSynth, the Max/Msp visual extension. The result was very reminiscent of my larger modular system. Though at the time, my computer could only handle small patches. Anything big would see my computer begin to overheat and grind to a halt. 

This got me looking at computers, seriously.  As a video generation and manipulation tool, much in the same way the dedicated hardware was, but a larger, more sophisticated, and recallable level. It was months of research and a very generous donation within the family that lead me onto a gaming-oriented laptop, complete with a dedicated graphics card, that in it’s day was considered high-spec, and miles beyond my aging macbook. From the moment I lifted open the box and got it booted, I went straight into complex Max patches and dense 3D structures with the aid of Resolume Arena. When I realized I could save, and recall every motion, I started plotting how to gig with it. To layer to pieces together and to treat Resolume as a video sampler of my analog devices. What began to happen was a meshing of dimensions. No longer was one any better than the other. They were one of the same. It was with this entry that live performance physically became less stressful and far more manageable. No longer did have to carry this unwieldy modular system on a train or a bus. I could now discreetly carry the common laptop computer, just as everyone else. 

All photos courtesy of Evan Henry

Setting up and breaking down, with the projector, is a two cable, two power supply motion. So quick and so light. With the aid of a midi controller, all the tactility remains, and nothing changes. The digital results do look incredible though. I cannot deny that. No matter what I have though, I make the best of all of it. For touring, in 2020, my setup is just that. I did some dates with Steve Hauschildt and Telefon Tel Aviv across Texas and the process was so smooth. Same for the brief efforts with LLORA and BATHHOUSE, just weeks ago. So much less to think about, all with the same manipulations and motions.  

5. What would be your dream AV gig?

Currently speaking, the dream is still to tour, to travel and do large scale art installations with my video work. I had things lined up, but those have all fallen in favor of the current pandemic. But that’s honestly not going to hold anyone for long. These things will all still happen, just not soon as I had anticipated. I was truthfully hoping to break into the festival dimension; Mutek, Movement, Sonar, Aurora, as from a live scale, that feels like the next big move, amidst touring through the theaters and dedicated art spaces. I’ve had tastes of all those, but like anyone serious about their craft, I want to further and really make a name for myself, as truly, I don’t know what else to do. 

Find out more about Cinema.AV on his artist page

The post We pick the brains of Cinema.AV on his beautiful video synth work appeared first on Audiovisualcity.

Souvenirs de quarantaine : Philippe Mathieu

Par admin

Philippe Mathieu, éclairagiste et scénographe, cuisine, bricole, jardine… Il a même appris à faire du pain depuis l’arrêt de la tournée « La Chica ».

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Philippe Mathieu : Je travaille exclusivement sur des tournées. Je conçois les plans de feux, la scénographie et j’accompagne les artistes sur la route en étant derrière la console.
J’ai, notamment travaillé avec AaRON, Christine and the Queens, AIR, Marina Kaye, LEJ, Juliette Armanet, Clara Luciani, Angèle et Catherine Ringer.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je vais bien, aucun symptôme pour moi, ni pour mon entourage proche et les gens confinés avec moi vont bien aussi. Je croise les doigts et je fais tout pour que cela reste ainsi.

Où êtes-vous ?

Je suis chez moi, avec mon épouse et mes deux enfants de 14 et 18 ans. J’habite une ancienne fermette dans un village de 500 habitants situé dans le Pas-de-Calais (non loin de Bethune). Nous l’avons acheté il y a 14 ans et je la rénove au fil des ans. Je ne suis pas sorti de chez moi depuis le 15 mars mais heureusement j’ai un jardin à disposition !

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’ai été très « chanceux » car avant le confinement cette pandémie n’a eu aucun impact sur mon activité grâce à un heureux concours de circonstances qui m’a permis de travailler jusqu’au 13 mars inclus, contrairement à bon nombre de mes collègues à l’arrêt dès la fin février. Je venais de finir la tournée d’Angèle par 4 AHA Bercy du 18 au 21 février, évitant de justesse l’interdiction des rassemblements de plus 5 000 personnes intervenue la semaine suivante.
J’enchaînais directement avec la Tournée de « La Chica », une artiste Franco-Venezuelienne en progression et donc dans un format de salle de moins de 1 000 personnes (club de 300/500 personnes). Cette tournée a pu se poursuivre normalement jusqu’à l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes qui a eu lieu le 13 mars et même ce jour-là, l’espace Vasarely, à Antony, qui organisait le concert, a décidé de le maintenir en limitant la jauge à 100 personnes. On a donc joué dans une ambiance un peu bizarre, il faut l’avouer. Le cœur n’y était pas. J’ai eu un sacré pincement au cœur quand j’ai éteint la console, en me disant que je n’étais pas près d’y toucher de sitôt.

Et depuis le confinement ?

Depuis le confinement je suis à l’arrêt total !

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Pour l’instant c’est donc la tournée de « La Chica » qui est impactée et, c’est vraiment dommage, car pour une artiste dont la carrière est en train de se développer, chaque concert compte. Un festival à Lisbonne devait se dérouler la semaine dernière et il a été annulé. Malheureusement ça aurait pu lui apporter de nouvelles perspectives à l’international… Le reste de la tournée française a lui aussi été annulé, sans trop de perspectives de report.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Je devais reprendre la tournée avec Catherine Ringer pour une résidence à partir de début avril mais cela n’aura évidemment pas lieu. Certaines dates seront reportées, mais rien n’a été officialisé donc je ne peux pas donner de détails. Pour Angèle la résidence pour les festivals est en juin et pour l’instant je n’ai eu vent d’aucun report.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

C’est difficile à dire. Comme je travaille sur de gros projets mais aussi pour des artistes en développement, les situations sont variées. D’une manière générale, ce qui est certain, c’est que pour l’instant le secteur de la tournée vit un séisme important, avec des productions de tournées qui vont être mises dans des situations financières très difficiles. Je pense notamment aux petites structures. Les reports de dates ne sont pas toujours possibles et même en cas de report, les pertes financières fragilisent tout le monde (producteurs, artistes, techniciens, salles de spectacles, etc.).

Dans mon cas personnel, pour l’instant les dégâts sont limités, mais la véritable inquiétude et la grosse incertitude est la tenue ou non des festivals en juin, juillet et août. Si on devait avoir des annulations en masse, le séisme se transformerait en Tsunami et il y aurait peu de survivants. Il y a beaucoup de tournées qui équilibrent leurs comptes avec ces festivals où les cachets sont plus importants que pour des dates de club ou SMAC.
En ce qui me concerne aussi, il sera difficile de tenir sans car j’ai 4 tournées sur la route : Angèle joue pour 14 dates en festivals, Catherine Ringer pas loin de 30 dates, La Chica et L.E.J. Si ça devait s’arrêter ça serait une réelle catastrophe. Sans compter que nombre de festivals ne survivraient pas non plus à une année blanche en termes de trésorerie. Ca pourrait donc avoir un retentissement aussi sur la saison 2021. Je pense ne pas être le seul à croiser les doigts pour que la situation s’arrange d’ici là.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

J’ai d’abord rattrapé le retard de sommeil que j’avais accumulé 🙂
Ensuite je cuisine pas mal pour toute ma famille, je bricole, je jardine et j’ai même appris à faire du pain. J’ai aussi passé quelques heures sur des jeux vidéo. Une activité que je n’avais pas eue depuis longtemps. Enfin, avec ma famille, un rituel de confinement s’est instauré et tous les jours, à 18 heures, on fait un jeu de société.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Etant à l’arrêt professionnellement, je n’ai le courage de rien.
J’ai vaguement tenté d’ouvrir Wysiwyg mais je me suis arrêté après avoir mis le dongle dans l’ordi. C’est difficile de se mettre à travailler sur des projets sans savoir s’ils vont voir le jour. Mais je vais quand même m’y remettre cette semaine, j’ai quelques fiches techniques à peaufiner pour certains festivals ainsi qu’un nouveau projet pour la rentrée à préparer.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Voir mes parents et mes frères, qui sont confinés chacun de leur côté en région Lilloise.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Philippe Mathieu est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Bruno P.Souchaud

Par admin

Bruno P. Souchaud, Directeur GLP France, Bruno Souchaud a perdu son père terrassé par le Covid-19. S’il le révèle dans ces lignes, c’est pour que chacun de nous prenne bien conscience du danger.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Bruno P.Souchaud : Toute France.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je confine en région parisienne avec ma conjointe, heureusement avec un petit jardin. Nous sommes pour l’instant en bonne forme, avec exercices quotidiens. Ma famille a cependant été gravement touchée, mon père est décédé brusquement en Ehpad des suites du virus.

Où êtes-vous ?

Aulnay Sous Bois, Seine Saint-Denis (département hélas très touché par ce fléau).

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Radical coup d’arrêt, tous les rendez-vous ont été annulés et démos matériel reportées à partir d’une bonne douzaine de jours avant le confinement officiel.

Et depuis le confinement ?

Tout est à l’arrêt.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Tous les salons cruciaux pour GLP annulés ou reportés, en particulier Prolight + Sound. Commandes de renforcement de parcs existants chez de gros prestataires reportées, sans doute en septembre (la remise en marche de notre secteur sera lente et hélas douloureuse). Impossibilité de lancer correctement les nouveaux produits, alors que certains teasers circulaient déjà.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Difficile à dire car il n’y a pas vraiment de date de sortie de crise fixée précisément. Il y a pour l’instant un flou total. Le salon PLASA de Londres devrait permettre de compenser (mais à plus petite taille) l’annulation du Prolight + Sound. En revanche, la R&D en Allemagne en profite pour avancer de son côté, même à distance (les dates de confinement ont été différentes là-bas).

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Pas à long terme pour GLP, mais le renforcement de l’équipe GLP France ne se fera sans doute pas avant fin 2020, voire début 2021, contrairement aux prévisions de début d’année.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Musique, musique, musique ! Deezer, guitare et home studio.
Rangement (j’ai retrouvé des pass visiteurs de salons SIEL, JTSE et Discom/Mixmove du siècle, pardon, millénaire dernier !).
Binge watching Netflix (pourquoi inflige-t-on des rediffs de La 7e Compagnie ou des Gendarmes contre les Extraterrestres l’après-midi durant le confinement ? C’est une double peine !).

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je termine l’adaptation totale en français du site glp.de
J’ai repris sérieusement les cours de perfectionnement en allemand sur Babbel.com (merci le e-learning).
J’essaie de comprendre les subtilités de la M.A. Wing que j’utilisais jusqu’alors de façon assez pataude pour mes démos.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Sortir manger une putain de côte de bœuf au restau avec famille et copains, en terrasse ! Et juste avant, passer chez le coiffeur, ça devient grave…

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

Avec plaisir ! Voici avec les liens : Initiative culturelle (bon pour le moral !). Toutes les captations du Français de ces dernières années en accès libre durant le confinement !

Et initiative solidaire (bon pour les autres !) :

– Pour les soignants qui font un boulot incroyable

– Pour les plus démunis qui prennent la situation de plein fouet

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Etablir des programmes d’activités régulières, tant pour l’aspect professionnel que pour vos loisirs, çà permet de garder le rythme et de structurer les journées.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

La nature reprend ses droits dans mon jardin (chants d’oiseaux comme jamais avant), avec en prime un niveau de bruit très faible (je n’entends plus la A3, et l’aéroport de Roissy tout proche s’est fait oublier).

Bruno P. Souchaud, Directeur GLP France.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Bruno P.Souchaud est apparu en premier sur SoundLightUp..

Avec la version 1.1.3.1, MALighting booste la grandMA3

Par admin

Dévoilée à point nommé pour occuper les opérateurs durant le confinement, la version 1.1 du software grandMA3 prouve que les allemands, même reclus, n’ont pas chômé ces derniers temps. À peine 112 jours après la sortie officielle de la 1.0.0.3, cette nouvelle version s’enrichit de nombreuses fonctions annexes, corrige d’innombrables bugs et même si elle ne présente pas d’avancées spectaculaires, en profite pour retravailler de nombreuses parties de son code.

Un travail pas forcément visible, mais qui permet d’avoir une très grande stabilité, à la fois logicielle et graphique et donne de saines bases pour les prochaines évolutions. Au rang des nouveautés, certaines s’avèrent attendues depuis longtemps, tandis que d’autres particularités font leur apparition.

Network

Le menu Network s’agrémente des paramètres de Session et de Station, et d’un outil de mise à jour en réseau, le Network Update.

Les nouvelles versions pour les différents périphériques (consoles, GPU, Nodes et OnPC) sont inclus dans les fichiers ZIP MALighting, à insérer dans le dossier MA de mise à jour. Cela permet de mettre à jour tout type de produit MA, depuis n’importe quelle plateforme.
Une nouvelle fonction permet de passer du mode3 au mode2, avec la commande ‘’SwitchGma2Mode’’ L’inverse est impossible, le système de code de la grandMA2 ne permettant pas cette implémentation

Park/UnPark

Les fonctions Park et UnPark sont de retour, en appuyant deux fois sur les touches Go+ et Pause, un peu comme sur la grandMA2. Les possibilités de ces commandes sont multiples, en travaillant soit par projecteur, soit par sortie DMX, ou par catégorie d’attributs (FeatureGroup).

Layout

De nouveaux outils d’arrangements sont disponibles, identiques à ceux du menu 3D. Il est aussi possible de verrouiller la position d’un Layout, ou de ses éléments, pour ne pas les modifier accidentellement.


Cue-Only

La possibilité d’enregistrer en Cue-Only est à nouveau disponible, adaptée à l’arborescence en Part-Cue de la grandMA3.


Tracking Distance

Toute nouvelle fonction, le Tracking Distance permet de verrouiller une valeur sur plusieurs mémoires avant de repartir sur le tracking précédent.
Assez avancé, ce réglage est une sorte de pyramide de tracking, qui fonctionne avec un Delta de mémoire ou une mémoire d’arrêt, et peut même se multiplier.


Gestion des écrans

Grâce à ce réglage, les configurations des vues peuvent être adaptées aux écrans externes ou aux moniteurs d’ordinateur pour la version OnPC, et ainsi retrouver sa configuration d’écran quel que soit son écran.


Shortcuts

Très attendus, les raccourcis clavier font enfin leur apparition en version 3, grâce à la petite touche ‘ShCuts’ dans la ligne de commande.
Bonus intéressant, l’édition de ces raccourcis est possible et se trouve dans le menu Preference & Timing.

3D

Petite option supplémentaire dans la 3D, avec la possibilité de masquer et de verrouiller certains éléments du patch grâce aux colonnes ‘’3D selectable’’ et ‘’3D Visible’’

Configuration des sorties

Pour simplifier la lecture des configurations DMX en sortie, le menu ‘’Output Configuration’’ possède maintenant trois modes de lecture, ‘’Condensed’’, ‘’XLR Only’’ et ‘’Full’’. Pour plus de clarté, les options sont représentées par des couleurs franches. Le mode DMX est celui utilisé par défaut, plutôt que le mode RDM.

Web remote

La configuration des ‘’’Web Remote’’ s’enrichit d’un menu dédié, ainsi que la possibilité de gérer la résolution de sortie pour limiter la bande passante.

Universal Preset

La création de Preset Universel est maintenant possible via l’option du Preset Pool Preset

grandMA3 Extension

Pour ceux qui possèdent des extensions de fadeur grandMA3, leur connexion se fait par le réseau MA-Net, et les réglages dans le menu ‘’Extension Configuration’’.
On peut noter qu’il est possible de rajouter une extension par console FullSize, deux pour les Light et trois pour les Replay-Unit.

Changement

Plusieurs changements ont lieu, dont la fameuse utilisation de l’appui long sur les cases de répertoire est limitée à l’enregistrement et ne permet plus de mettre à jour à la volée.
De plus, dans la liste des vues disponibles, un nouvel onglet est apparu avec un classement et un tri de toutes les vues disponibles.

Correction

Près d’une centaine de corrections ont été effectuées, dont la liste complète est disponible sur le site officiel de MALighting


D’autres spécificités attendues, comme le Move In Black ou le générateur de time code, ne sont pas encore de la partie mais rassurez-vous, ils sont prévus pour la prochaine version.
MALighting participe ainsi à l’entretien du moral des pupitreurs, qui trouvent ainsi de quoi travailler et se perfectionner, même pendant le confinement !

 

L’article Avec la version 1.1.3.1, MALighting booste la grandMA3 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Elektra Festival: Open Call

Par Marco Savo

Deadline: 1st June 2020

Since it first opened in 2019, the ELEKTRA Gallery regularly hosts exhibitions. Located in the heart of the Mile-End, this new venue supports the artistic community, focusing on originality and embracing contemporary aesthetics in research and experimentation.

www.audiovisalcity.org/elektra

This is a call for projects for digital contemporary artists who wish to exhibit works between September 2020 and June 2021. The selected projects will be part of the gallery’s official program.

To submit an exhibition proposal, please send the following elements to zhamila@elektramontreal.ca:

  • Artists’ curriculum vitae
  • Description of the project and the artistic approach (maximum 2000 words)
  • Technical rider of the artwork
  • Up to 10 images and/or videos of your art project or closely related projects

The gallery offers professional technical assistance to set-up and has limited but high-quality equipment. Works with audio content can only be presented with headphones.

ELEKTRA pays artist fees for each selected exhibit.

The ELEKTRA Gallery is located at the Pôle de Gaspé at 5445 avenue de Gaspé #104, Montréal, QC, H2T 3B2.

READ MORE

The post Elektra Festival: Open Call appeared first on Audiovisualcity.

NativeWaves Appoints Eva Wimmers As Its New CEO

Par whitenoise

Broadcast technology solutions provider NativeWaves GmBH is pleased to announce that telecommunications executive Eva Wimmers has joined the company as CEO. Ms. Wimmers has over 24 years of experience as an executive in the technology and telecommunications industries, most recently as President of Huawei/HONOR Europe and Vice President of HONOR Global. Prior to joining Huawei ...

The post NativeWaves Appoints Eva Wimmers As Its New CEO appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Souvenirs de quarantaine : Bruno Madec

Par admin

Bruno Madec, directeur Technique de la société Prodster, confiné avec sa femme et son fils, met à profit son temps personnel de confinement pour lire et organise des apéros virtuels avec ses amis.

SLU : Quels sont vos secteurs et zone d’activité ?

Bruno Madec : Événementiel, spectacle vivant. Gestion de lieux culturels/prestations techniques.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le Covid-19 ?

Pour l’instant, tout va bien, j’ai quelques amis qui sont touchés par le virus mais heureusement sans complication.

Où êtes-vous ?

Dans le Morbihan avec ma femme mon fils.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

Nos différents lieux culturels ont fermé et nos prestations pour nos clients ont été annulées.

Et depuis le confinement ?

Notre chiffre d’affaires a chuté de façon vertigineuse.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Toutes nos manifestations ont été annulées.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Certains concerts seront reprogrammés en juin et juillet mais la plupart de nos manifestations vont être reprogrammées en septembre/octobre/décembre voire début 2021.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

Nous avons été contraints de mettre une partie de nos régisseurs et techniciens au chômage technique. Nous gardons des astreintes techniques pour le Ministère de l’écologie et le Ministère de la cohésion sociale dont nous avons la gestion de l’exploitation audiovisuelle.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je profite de ce temps pour lire, trier les innombrables photos de familles, communiquer avec mes proches et garder les apéros (virtuels) avec les amis, c’est primordial !

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Je continue d’être en relation avec les différents lieux que nous gérons pour préparer les projets à venir. J’entretiens le lien avec nos salariés et nos intermittents, c’est important qu’ils se sentent entourés, écoutés et soutenus dans cette période difficile. Et j’ai une veille continue sur les différents appels d’offres auxquels je réponds pour certaines.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Aller au bureau et profiter de la soirée dans un bar avec mes proches !

Avez-vous des questions ou des conseils à formuler ?

Restons positifs, en espérant vivement que nos clients ne reportent pas tout en 2021 et continuent à créer du lien social et à dynamiser leurs collaborateurs.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

L’article Souvenirs de quarantaine : Bruno Madec est apparu en premier sur SoundLightUp..

Souvenirs de quarantaine : Christophe Genix

Par admin

Christophe Genix, ingé son retours et technicien RF se recycle en professeur bénévole pour sa fille Melody : 4 h 30 de cours par jour, puis ensemble, ils se livrent au dressage de chevaux Playmobil avant de regarder de vieux matchs de rugby.

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités

Christophe Genix Je gère le mix les retours de scène des artistes en tournée, ainsi que l’accueil, l’assistance monitoring et le Wireless technology.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Nous allons bien, je suis avec ma fille Melody à la maison.

Où êtes-vous ?

Nous sommes à Lyon.

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’étais sur la route avec ASA et toute l’équipe, normalement jusqu’au 29 mars. Nous avons échappé aux premières restrictions puisque nous passions dans des clubs.

Et depuis le confinement ?

La sentence est tombée qui a donné suite à l’annulation des dernières dates. Je suis soucieux de tout ce qui pourrait être annulé par la suite.

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Donc les dernières dates d’ASA et j’avais une petite pause après Londres avant d’attaquer la préparation des régies pour la 2e partie de la tournée “Catherine Ringer chante les Rita Mitsouko”, ensuite une résidence de 4 jours avant le démarrage de la tournée qui prévoyait déjà au moins de 30 dates. Des ronces commencent à replacer les fleurs dans ma tête.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Catherine a un tourneur et un manager qui ont, comme d’autres bien sûr, beaucoup d’expérience mais qui surtout savent faire preuve de discernement. Très vite ils nous ont annoncé que les dates d’avril seraient reportées à septembre dans un premier temps.
Ce qui a bien entendu atténué un peu le mauvais coup. Nous attendrons la suite concernant notamment les festivals… S’ils sont annulés, ce sera quand même une belle catastrophe.
Il en va de même pour les festivals où je dois intervenir pour Audio-Rent Clair, cet été. Nous attentons les nouvelles.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

De façon permanente, je ne sais pas. Ca dépendra de l’activité cet été. Mais en tout cas, pour moi l’impact est fort, puisque je ne sors aucune facture pour le moment, et c’est terrible pour la trésorerie.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

Je suis avec ma fille Melody qui a 8 ans. Chaque jour je lui fais la classe : 2 h 30 le matin et 2 heures l’après-midi, ensuite des jeux, des films et des dressages de chevaux Playmobil. Je fais aussi de l’administratif pour trouver des solutions, un peu de batterie électronique. Je regarde des matchs de rugby rediffusés et je cuisine surtout, c’est très important.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Un peu de formations à distance, numérique avec le shop d’Audio-Rent Clair, je réponds aussi beaucoup par mails à des questions concernant les ears… Sinon c’est un peu le néant.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Ça n’a pas l’air comme ça mais cette période est épuisante psychologiquement. Quelques jours de repos à la maison ne me feront pas de mal… Ha ha bon je déconne !
Je ferai une énorme ballade avec les miens à l’océan. Et puis j’espère que les dates recommenceront très vite parce que mixer dans des ears ou des wedges, ça manque, y’a pas à dire.

Voulez-vous partager des initiatives ou soutiens créés durant le confinement ?

A part faire des conneries je ne vois pas.

Avez-vous une anecdote surprenante à nous détailler ?

J’en aurai sûrement à la fin


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

L’article Souvenirs de quarantaine : Christophe Genix est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le ciel illuminé en hommage aux héros du Covid-19

Par admin

©Phlippo RentAll

Dans la nuit du dimanche 22 mars, pendant une demi-heure, un certain nombre de sociétés de location de matériel d’éclairage et de particuliers du Benelux, en fait tous ceux qui ont accès à une source de lumière, ont été invités à la pointer en l’air pour illuminer le ciel et à utiliser le hashtag #LightTheSky en soutien à tous les travailleurs indispensables, héros et héroïnes en première ligne de la lutte contre la pandémie de coronavirus.


©Flashlight

#LightTheSky est l’initiative d’une société de location néerlandaise… qui est a été perçue comme une sonnerie de clairon et reprise par une multitude de sociétés de location, de lieux, de radiodiffuseurs et autres, et par des personnes travaillant dans tous les domaines dans tout le Benelux… avec des résultats extrêmement créatifs… comme le veut la nature même de notre activité.

©L&L

Beaucoup ont opté pour des formes de cœur. De nombreux systèmes d’éclairage utilisaient les produits Robe, avec une préférence pour les MegaPointe et les Pointe pour leur luminosité, mais d’autres produits et d’autres marques participaient également à cette démonstration de solidarité spontanée et imaginative.

Elle exprimait toute la gratitude envers les personnels essentiels des services de santé, des transports, des forces de l’ordre, des supermarchés, de l’éducation et de nombreux autres secteurs qui font avancer nos pays pendant la pandémie de Coronavirus.

Les photos sont une sélection rassemblée par différentes sociétés de location du Benelux… qui ont toutes également appliqué les règles strictes actuellement en vigueur dans toute l’Europe en matière de distanciation sociale et les pratiques de travail sécurisées pendant la crise.

@Ampco

« Il est réconfortant de voir la communauté des technologies du spectacle dynamisée et engagée dans des actions comme celle-ci pour montrer son soutien à tous. Nous sommes tous concernés et, en étant solidaires, nous pouvons nous aider mutuellement à survivre et à relever les énormes défis auxquels notre incroyable industrie va être confrontée dans un avenir immédiat et à plus long terme, » commente Josef Valchar, PDG de Robe.


@Purple Group

©SLV

Au cours du week-end, 183 stations de radio de toute l’Europe, Royaume-Uni inclus, de l’Espagne à la Slovaquie, du Luxembourg à la Lettonie, ont également organisé une diffusion simultanée du tube classique de 1963 « You’ll Never Walk Alone » de Gerry & The Pacemakers.

Des actions de galvanisation comme celles-là se déroulent partout dans le monde tandis que les gens s’emparent de la conscience collective et s’entraident pour surmonter la pandémie.

 

L’article Le ciel illuminé en hommage aux héros du Covid-19 est apparu en premier sur SoundLightUp..

MEDIA ALERT: Introducing Red Giant Complete Monthly

Par Zazil Media

Last week, Red Giant announced it is now making it possible to get a monthly subscription to Red Giant Complete, a subscription service that gives editors, motion designers and VFX artists all Red Giant tools at one low price. Now for just $79/ month, subscribers will have access to Trapcode Suite, Magic Bullet Suite, Universe, ...

The post MEDIA ALERT: Introducing Red Giant Complete Monthly appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

❌