Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 1 décembre 2020Vos flux RSS

Rockchip RK3588 : Le SoC pas disponible avant 2021

Le RockChip RK3588 est un SoC à destination des portables sous SoC ARM. Des engins comme les Chromebooks mais aussi des machines sous Linux. A moins que la marque ait continué à travailler sur son “Light Biz OS”, une solution dérivée d’Android.

Rockchip

Il s’agit de puces assez musclées, gravées en 8 nanomètres, construites dans une solution DynamIQ composée de 8 cœurs : 4 Cortex-A76 et 4 Cortex-A55. le Rockchip RK3588 avait été anticipé comme équipé d’un circuit graphique Arm Mali “Odin” MP4. Un nouveau circuit qui remplace la solution  Natt présentée en début d’année pour équiper cette puce. On ne sait pas exactement de quoi il en retourne mais cette nouvelle famille de processeurs sera probablement plus avancée que celles proposées actuellement.

On retrouve également un VPU pour prendre en charge la gestion vidéo avec une unité capable de décoder matériellement de la “8K” à 60 images par seconde et d’encoder le même format à 30 images par seconde. Le SoC accueillera également un circuit dédié à l’AI avec un NPU 3.0 développant 6 TOPS. La mémoire vive supportée par la puce pourra grimper à 32 Go de LPDDR4x ou de LPDDR5 et le stockage pris en charge sera en eMMC 5.1 ou en SATA 3.0 PCIe 2.0. 

La connectique supportée sera assez large avec deux HDMI 2.1 ou eDP, deux ports Displayport et deux MIPI DSI. Le RockChip RK3588 sera à même de piloter 4 écrans de manière indépendante. Il saura également prendre en charge deux capteurs photo de 24 MP avec gestion native du HDR. La gestion réseau, indépendamment du module Wifi choisi, prendra en charge deux Ethernet Gigabit. On retrouvera enfin la chaine habituelle de ports avec des USB 3.1 Type-C et de l’USB 2.0.

On a probablement encore quelques bons mois à attendre avant la sortie de la puce et encore plus avant la production de machines commerciales équipées de celle-ci. Le Rockchip RK3588 est désormais prévu pour le second ou troisième trimestre 2021… assez de temps pour faire le point sur les équipements finaux de cette solution. 

Rockchip RK3588 : Le SoC pas disponible avant 2021 © MiniMachines.net. 2020.

Un ventilateur officiel pour le Raspberry Pi 4

Le ventilateur officiel Raspberry Pi est proposé à 5.30€, ce qui apparait comme une solution abordable même si, en réalité, il y’en a pour 2$ grand maximum de materiel. 

ventilateur officiel

L’idée est simple, en collant le petit dissipateur en aluminium sur le SoC Broadcom du Pi 4 et en ajoutant le ventilateur sur les broches de la carte, on pourra baisser facilement et rapidement la température de celui-ci. Cela afin d’éviter tout “throttling” de la puce, cette baisse de cadence qui se déclenche lorsque la température est trop élevée. Une solution pensée pour éviter de voir la puce se mettre physiquement en danger à cause de la température.

La solution est bien pensée, le ventilateur est alimenté par la carte mais également déclenché par celle-ci. cela rendra service aux utilisateurs demandant beaucoup de ressources à leur Pi 4 pendant de longues périodes. Notamment lorsque l’on utilise la solution à des fréquences plus élevées.

Une fois mis en marche par la carte, le ventilateur aspire de l’air frais par les ouvertures autour des ports Ethernet et USB et repousse l’air chaud du côté du lecteur de cartes MicroSDXC… Il va sans dire que ce schéma de refroidissement n’est pas des plus optimal et j’ai bien peur que le pauvre petit ventilateur finisse par être sacrément audible à la longue. Ce qui enlève une bonne partie du charme de ces cartes. Le fait de pouvoir la fixer à un écran par exemple et de totalement l’oublier parce qu’elle ne fait aucun bruit est un vrai confort.

ventilateur officiel

La solution proposée ici par la fondation ressemble fort à un pansement sur une jambe de bois. La chaleur émise par la dernière puce Broadcom BCM2711 est critiquée depuis la sortie de la carte en Juin 2019. De nombreuses solutions fanless sont apparues et des montages de ventilateurs en tout genres ont été tentés. Cet ajout de la part de la fondation d’un ventilateur officiel n’est pas forcément une bonne nouvelle. Cela semble dire que le futur des cartes Raspberry Pi restera chaud… Trop chaud pour une utilisation sans ventilation.

Un ventilateur officiel pour le Raspberry Pi 4 © MiniMachines.net. 2020.

Hier — 30 novembre 2020Vos flux RSS

Studios, écoles : SATIS TV fait le point sur l’animation en France

Par : Shadows

SATIS TV, qui proposait la semaine passée une série de conférences, fut l’occasion de revenir sur l’écosystème de l’animation française au travers de deux tables rondes :

  • Tout d’abord, un échange sur les studios d’animation en France avec Carole Toledo (directrice du studio TeamTO à Bourg-lès-Valence), Julien Bagnol-Roy (Supamonks), Moïra Marguin (Responsable du département Cinéma d’Animation – Gobelins) et Franck Petitta (Ecole Georges Méliès).
    La discussion porte notamment sur l’attractivité des studios français par rapport à l’étranger, et la façon dont l’industrie peut retenir les talents issus des écoles de l’hexagone.
  • Dans une seconde conférence, Camille Campion (Creative Seeds), Julien Deparis (École des Nouvelles Images), Joan Da Silva (ArtFX) et Renaud Jungmann (VFX Workshop) échangent sur la thématique des nouvelles écoles d’animation et effets visuels en France, ainsi que sur leurs choix pédagogiques.

L’article Studios, écoles : SATIS TV fait le point sur l’animation en France est apparu en premier sur 3DVF.

Goodbye Robin!, un touchant court sur la séparation

Par : Shadows

Sophie Barocas, Emilie Damiens, Dongsan Kim, Quỳnh-Phương Nguyễn, Michelle Ong, Olga Serdyukova, Jasmine Veljanovski nous dévoilent leur court de fin d’études aux Gobelins : Goodbye Robin!

Un film qui met en scène Mika, jeune homme dont les souvenirs mélancoliques vont éveiller deux mystérieuses créatures…
Entre souvenirs d’enfance, métaphores et approche très stylisée, Goodbye Robin! ne devrait pas vous laisser de marbre.

En regardant une fleur, Mika se souvient de son enfance et sent une créature se réveiller dans sa tête : un géant plongé dans l’apathie. Une autre créature, pleine d’émerveillement, se réveille également : Kai. Prise au piège à l’intérieur du géant, Kai découvre d’innombrables bulles de mémoire et commence à les rassembler. Avec leur aide, elle guide le géant jusqu’à ce qu’il libère ses émotions – et Mika jusqu’à ce qu’il accepte enfin la perte de son ami d’enfance.

Soundtrack / Musique : Antoine DUCHÊNE
Sound design / Montage sonore : Laurent JIMENEZ, Jean-Baptiste SAINT POL
Mix / Mixage : Cédric DENOOZ

L’article Goodbye Robin!, un touchant court sur la séparation est apparu en premier sur 3DVF.

Rencontre avec l’équipe de « Calamity, une enfance de Martha Jane »

Par : Shadows

Sorti en salles le 14 octobre, Calamity, une enfance de Martha Jane est le nouveau film de Rémi Chayé, à qui l’on doit déjà Tout en haut du monde.

SATIS TV, édition dématérialisée du SATIS, a été l’occasion d’en savoir plus sur ce long-métrage animé produit par Maybe Movies, 2 Minutes, Nørlum (Danemark) et France 3 Cinéma. Voici donc l’enregistrement de la table ronde consacrée au projet, avec le réalisateur Rémi Chayé, la productrice Claire Lacombe (Maybe Movies) et le fondateur et directeur du studio d’animation 2 Minutes, Jean-Michel Spiner.

Voici également, en complément, une interview de Rémi Chayé :

L’article Rencontre avec l’équipe de « Calamity, une enfance de Martha Jane » est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

1ère installation d’Arthur Robert Juliat en France

Par : admin

Le centre culturel Georges-Pompidou de la ville de Vincennes est le premier à recevoir Arthur, la nouvelle poursuite à leds de Robert Juliat. Lire la suite

L’article 1ère installation d’Arthur Robert Juliat en France est apparu en premier sur SoundLightUp..

Tom Kenny éclaire le festival iHeartCountry en Khamsin-S

Par : admin

Le concepteur lumière Tom Kenny a choisi les Spots/Profiles Ayrton Khamsin-S pour l’éclairage principal de la scène du festival iHeartCountry 2020. Lire la suite

L’article Tom Kenny éclaire le festival iHeartCountry en Khamsin-S est apparu en premier sur SoundLightUp..

1ère édition des Robe Awards, inscriptions

Par : admin

Robe Lighting France, MursDeLeds.Com et CQLP!, lancent la première édition mondiale des Robe Awards, un concours qui invite les pupitreurs/éclairagistes professionnels et amateurs de tous secteurs à programmer un show lumière sur une scène virtuelle en 3D. Lire la suite

L’article 1ère édition des Robe Awards, inscriptions est apparu en premier sur SoundLightUp..

Savoie Expo à Chambéry choisit le Geo M de Nexo

Par : admin

Signe positif pour l'industrie française de l'événementiel, Savoie Expo a réalisé un investissement conséquent dans les systèmes de sonorisation NEXO pour son nouvel auditorium, anticipant le retour des événements live à grande échelle en 2021. Lire la suite

L’article Savoie Expo à Chambéry choisit le Geo M de Nexo est apparu en premier sur SoundLightUp..

DJM-S11 Review – is this the most advanced scratch mixer ever?

Par : DJ Soo

In this review, DJ Soo takes on the long-awaited update in Pioneer DJ’s battle mixer arsenal. The DJM-S11 was released in the last month, five years after the DJM-29. How does it hold up? Keep reading for the very in-depth review. TL;DR: wow. First, a quick history of how we got to the S11 In […]

The post DJM-S11 Review – is this the most advanced scratch mixer ever? appeared first on DJ TechTools.

Streacom DB1 : un nouveau châssis Mini-ITX fanless

Le format retenu est le SFF Mini tour, avec un boitier de 22.2 cm de haut comme de profondeur pour une épaisseur de 10.1 cm, le Streacom DB1 propose pourtant d’embarquer une configuration Mini-ITX complète et absolument fanless.

Streacom DB1

Le Streacom DB1 est entièrement réalisé en aluminium. Les parois font 4 mm d’épaisseur sauf du côté où les ailettes rajoutent 2.1 cm d’épaisseur supplémentaires. En tout on retrouve 1.8 Kg de métal dans la machine en comptant le système de caloducs en cuivre pour venir coiffer votre processeur Intel ou AMD de 45 watts de TDP au maximum.

Streacom DB1

La solution embarquera également une alimentation Nano PSU en interne et pourra accepter les stockages M.2 de la carte mère choisie en plus d’un emplacement 2.5″ classique.

Streacom DB1

La voie choisie par Streacom pour ajuster le dissipateur à un maximum de solution est assez intéressante. Le dissipateur est construit en deux étage. Un bloc muni d’une base en cuivre, et pouvant être décliné en 2 tailles, vient se poser directement sur le processeur via de la pâte thermique. Il conduit la chaleur vers le boitier au moyen de caloducs de 6 mm. L’étage supérieur reçoit la chaleur et la disperse en maintenant un contact avec le châssis du côté où se trouvent les ailettes. Si l’accroche de la première partie est standard, en se fixant directement à la carte mère, la seconde peut être déplacée en largeur et en hauteur grâce à un système de tige métallique qui assurera son placement contre la paroi du boitier. De telle sorte que le dispositif puisse s’associer à de nombreuses cartes mères en suivant le placement du socket employé.

Streacom DB1

Cette solution est plus souple mais aussi plus simple à mettre en place que de nombreuses autres sur le marché du boitier fanless. Ce qui, combiné à un prix relativement abordable, devrait décider certains à passer le cap d’un PC MiniITX de ce gabarit. D’autant que le dispositif assure de pouvoir réemployer le boitier dans le futur.

Streacom DB1

Disponible en noir ou en aluminium au premier trimestre 2021, le Streacom DB1 devrait couter 109€ environ.

Sources : Streacom et FanlessTech

Streacom DB1 : un nouveau châssis Mini-ITX fanless © MiniMachines.net. 2020.

ASRock Mars 4000U : un MiniPC sous Ryzen 4000U

Le ASRock Mars 4000U est un vrai MiniPC, avec 2.6 mm d’épaisseur pour 15 cm de profondeur et 19.4 cm de hauteur, cet engin peut  se positionner à plat sur un bureau mais également debout grâce à un pied dédié. Un châssis de moins de 1 litre qui n’empêchera pas la machine d’afficher de belles performances.

La machine embarque en effet toute la gamme Ryzen 4000U d’AMD. Les Ryzen 3 4300U, Ryzen 5 4500U et Ryzen 7 4800U. Cette dernière puce développe dans 15 watts de TDP des performances remarquables. Il s’agit tout de même d’un 8 coeurs proposant 16 threads cadencés de 1.8 à 4.2 GHz et associés à un chipset Radeon Vega 8. De quoi venir à bout de bien plus que de  simples usages bureautiques pour un MiniPC qui reste très compact. 

ASRock Mars 4000U

Le ASRock Mars 4000U promet un fonctionnement optimum avec un système de dissipation maison ne produisant que 24 dB en usage modéré et adapté aux besoins de refroidissement des nouvelles puces d’AMD. A l’intérieur, on découvre deux slots SoDimm pour un maximum de 64 Go de mémoire vive DDR4 3200 en double canal.

ASRock Mars 4000U

Le stockage sera double avec un port M.2 2280 proposant à la fois un PCIe NVMe Gen3 x4 et une compatibilité SATA ainsi qu’un emplacement 2.5″ SATA 3 pouvant accueillir des solutions de 9 mm d’épaisseur. Un autre port M.2 2230 sera également intégré pour prendre en charge une optionelle carte Wifi6 et Bluetooth 5.1 Intel AX200.

ASRock Mars 4000U

La partie connectique est très complète pour un engin de ce gabarit : en façade, on retrouve un port USB 3.2 Gen1 type-C, deux autres en USB 3.2 Gen1 Type-A et deux USB 2.0 plus classiques. Un lecteur de cartes SDXC est également présent ainsi que le bouton pour allumer la machine. 

ASRock Mars 4000U

Sur la face arrière, on découvre deux autres ports USB 3.1 Gen1 Type-A, un VGA et une sortie vidéo HDMI, un port Ethernet Gigabit et deux ports jack audio 32.5 mm séparés pour casque et micro qui seront pilotés par un chipset – Realtek ALC233-VB2. Un antivol Kensington lock et un jack d’alimentation classiques ferment la marche. Le port USB Type-C ne semble pas pouvoir gérer de DisplayPort, ce qui limitera l’engin en un double affichage avec un HDMI en UltraHD et un VGA en FullHD.

ASRock Mars 4000U

Les ASRock Mars 4000U seront vendues en kit barebone avec leur pied pourront également profiter d’un support VESA classique livré d’office dans le kit.

Pour le moment, aucun prix ni aucune date de disponibilité a été annoncée par la marque.

Source : ASRock

ASRock Mars 4000U : un MiniPC sous Ryzen 4000U © MiniMachines.net. 2020.

PiFinger : un HAT biométrique pour Raspberry Pi

Le PiFinger est un HAT, une de ces extensions qui se branchent directement aux broches de votre carte Raspberry Pi. Il offrira la possibilité de reconnaitre des empreintes digitales au travers d’un capteur capacitif.

PiFinger

Je parle au futur parce que le PiFinger est un projet en cours de développement qui cherche du soutien sur Kickstarter au travers d’une campagne de financement participatif. Le développement est encore en cours puisque le projet semble assez complexe à mettre en place. L’équipe derrière PiFinger compte en effet proposer une certaine sécurité à l’engin avec l’emploi d’une solution ARM Cortex-M23 TrustZone et une solution de chiffrement ultra rapide.

Le HAT est proposé à 50€ environ en financement participatif, il devrait être vendu un peu plus cher dans le commerce une fois le projet abouti. La livraison des cartes est prévue pour le mois de Février de l’année prochaine et le travail encore à mener semble sur de bons rails.

PiFinger

Parmi les points forts du projet, il y a une très faible consommation d’énergie, une grande capacité d’analyse pour donner des résultats rapides et une robustesse d’emploi qui autorisera le montage à fonctionner dans de grandes plages de températures. Le capteur offrira un capteur de 176 x 176 pixels pour 508 DPI sur une surface active de 8.8 x 8.8 mm.

PiFinger

L’extension permettra aussi bien de connecter un écran externe pour un affichage précis de vos droits d’accès et d’éventuelles étapes à suivre mais pourra également se contenter de son petit écran OLED pour fonctionner. La partie logicielle sera fournie de manière Open-Source pour piloter le projet.

PiFinger

Le PiFinger peut avoir de multiples usages, de l’accès simple à la carte elle même pour pouvoir modifier des scénarios domotiques en passant à l’identification d’utilisateurs jusqu’à une solution de sécurisation de serveur embarqué. La solution permettra dans tous les cas de s’assurer que des utilisateurs disposent bien des droits nécessaires pour utiliser la carte. Ce qui peut être une solution intéressante pour sécuriser des outils comme une graveuse laser ou une imprimante 3D en accès libre en couplant le Raspberry Pi à un système de relais électriques, par exemple.

PiFinger : un HAT biométrique pour Raspberry Pi © MiniMachines.net. 2020.

Redmi annonce une première montre connectée

Redmi passe donc de gamme “accessible” chez Xiaomi à marque à part entière, a fait savoir la maison mère, un moyen d’augmenter sa visibilité pour le futur avec des offres aux tarifs parfois très agressifs et un souvent très bon rapport qualité / prix. 

Redmi

Il est désormais temps pour Redmi d’agir en conséquence et donc d’augmenter son catalogue. Une annonce concernant une première montre connectée directement sous la marque est donc apparue. Ce premier modèle est proposé à 299 Yuans localement, soit quelque chose comme 38€.

Il s’agit d’un modèle “classique” très proche esthétiquement d’une Apple Watch avec un écran de 1.4 pouce en 323 DPI recouvert d’un verre recourbé qui sera proposé en noir, en blanc ou en bleu. Son bracelet, en silicone, sera quant à lui disponible en noir, blanc, vert ou rose.

La montre Redmi ne propose qu’un unique bouton à droite de son écran, toutes les fonctionnalités seront pilotées via son écran tactile capacitif. On retrouve des fonctions très habituelles du genre avec du Bluetooth 5.0, un capteur cardiaque, un podomètre et une résistance à l’eau 5ATM. On note cependant la présence d’un module NFC très utilisé en Chine pour les micro paiements, sans savoir si la montre serait éventuellement compatible avec des services de ce type en Europe.

La montre Redmi offrirait une semaine d’autonomie en usage standard et jusqu’à 12 jours en usage “éco”. Disponible au premier Décembre en Chine, elle devrait être déployée à l’international également… Mais peut être pas sous le nom Redmi ! Il semblerait que son clone soit toujours sous la marque Xiaomi sous le nom de Mi Watch Lite et s’apprêterait à envahir l’Europe et les US

Redmi annonce une première montre connectée © MiniMachines.net. 2020.

Les VFX face au confinement : « Comment je suis devenu super-héros »

Par : Shadows

Dans le cadre de la SATIS TV, qui se tient cette semaine en ligne, une table ronde a réuni une partie de l’équipe du film Comment je suis devenu super-héros.

Autour de Stephan Faudeux de Génération Numérique, le réalisateur Douglas Attal, le superviseur VFX Cédric Fayolle de Mikros Image, Séverine Cava de Trésor Films qui a dirigé la postproduction VFX, le directeur photo Nicolas Loir.

Mais avant tout, voici le teaser du film :

Paris 2020. Dans une société où les surhommes sont banalisés et parfaitement intégrés, une mystérieuse substance procurant des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas se répand. Face aux incidents qui se multiplient, les lieutenants Moreau et Schaltzmann sont chargés de l’enquête. Avec l’aide de Monté Carlo et Callista, deux anciens justiciers, ils feront tout pour démanteler le trafic. Mais le passé de Moreau ressurgit, et l’enquête se complique…

Si la table ronde visible ci-dessous n’a malheureusement pas été l’occasion de diffuser un making-of, cette limitation se comprend : en raison du contexte actuel, le film n’est pas encore sorti, et ne devrait être visible qu’en avril 2021.
En revanche, nous avons pu avoir des détails sur les coulisses du film et ses effets visuels. Les plans ont été répartis entre la CGEV (Compagnie Générale des Effets Visuels) et Mikros en fonction des pouvoirs : la CGEV ayant par exemple pris en charge feu, téléportation, vision spéciale. Un choix logique, même s’il a du coup nécessité un travail en duo lorsque des effets gérés par chaque entité étaient visibles dans un même plan.

La postproduction a fait face au confinement du printemps 2020, avec des conséquences diverses. Pour Douglas Attal, le réalisateur, elle a eu l’avantage de permettre de se poser, de prendre le temps de la réflexion. Il disposait de trois intervenants principaux pour les effets visuels : Aurélie Lajoux (superviseuse VFX chez CGEV), Cédric Fayolle pour Mikros, et enfin Alexis Wajsbrot, qui a chapeauté la direction artistique, géré des retours, et plus globalement permis d’unifier le travail.

Du côté de Mikros, une vingtaine de graphistes ont travaillé en télétravail, avec des rendez-vous quotidiens pour gérer l’avancée : sans surprise, Cédric Fayolle souligne que la visio a été un outil majeur. Il nous précise aussi que le projet a créé un enthousiasme notable chez les artistes, d’autant plus qu’il s’agissait d’effets vraiment « visibles », ce qui n’était pas forcément dans leurs habitudes.

En fin de conférence, une digression intéressante a eu lieu sur les écrans LEDs, qui ont des avantages mais bouleversent totalement les plannings habituels. Cédric Fayolle estime que la technique reste coûteuse pour des grands plateaux, mais qu’elle est intéressante, surtout combinée à Unreal. Le moteur est d’ailleurs déjà en usage chez Mikros pour poser les premiers décors et faire quelques essais de caméra ; Cédric Fayolle indique que le machine learning est un autre axe de développement, déjà utilisé sur des foules. Mikros fait par ailleurs de la R&D sur les deep fakes.

Voici enfin, en complément, une interview du réalisateur Douglas Attal.

L’article Les VFX face au confinement : « Comment je suis devenu super-héros » est apparu en premier sur 3DVF.

Unigine 2.13 : des nouveautés qui méritent le détour

Par : Shadows

Le moteur 3D temps réel Unigine se met à jour, avec une version 2.13 riche en nouveautés :

  • un outil de lightmapping GPU ;
  • le SRAA (Subpixel Reconstruction Anti-Aliasing) fait son apparition en tant que nouvelle technique d’anti-aliasing ;
  • amélioration du système de nuages 3D ;
  • optimisation des performances pour les grandes forêts ;
  • amélioration des outils de génération de terrain avec support de sources SIG en ligne ;
  • tessellation hardware adaptative ;
  • amélioration de l’outil Project Build ;
  • nouveaux exemples ;
  • librairie de scans 3D gratuits.

Unigine est disponible en trois éditions (Community, Engineering, Sim), ces dernières étant développées en parallèle avec des mises à jour tous les 3 à 4 mois.
Rappelons que la version Community est gratuite pour les petites équipes indépendantes.

L’article Unigine 2.13 : des nouveautés qui méritent le détour est apparu en premier sur 3DVF.

12 FPS : l’animation s’écoute aussi !

Par : Shadows

Découvrez 12 FPS, un podcast centré sur l’animation et lancé par deux animateurs (Jean et Robin), parfois rejoints par d’autres personnes selon les épisodes.

Disponible sur de nombreuses plateformes (Youtube, Spotify, iTunes, Facebook…), le podcast est l’occasion de revenir sur des films d’animation variés, y compris des films peu célèbres, ou qui n’ont pas forcément eu l’écho qu’ils méritaient. On pourra par exemple citer le film Another Day of Life, évoqué dans l’épisode 7 en compagnie de trois animateurs ayant participé à sa création.
On trouvera aussi dans ce podcast des épisodes hors-série sur les principes de l’animation.

Pour vous donner un bon aperçu du contenu, voici le tout dernier épisode, consacré à Anastasia, suivi des playlists des épisodes classiques et hors-série.

L’article 12 FPS : l’animation s’écoute aussi ! est apparu en premier sur 3DVF.

MeLE PCGO2 GLE : un MiniPC stick sous Celeron J4125 fanless

Le MeLE PCGO2 GLE est un CléPC, un format qui a un peu disparu ces derniers temps mais qui ne manque pas d’intérêt pour toute personne à la recherche d’une solution extrêmement compacte. 

MeLE PCGO2 GLE

La marque a d’abord sorti une version sous Celeron J4105 en Août de cette année avant de le basculer vers un Celeron J4125 un poil plus performant et surtout mieux équipé. Si le modèle de cet été embarquait 4 Go de mémoire vive DDR4 de base et 8 Go en option, le MeLE PCGO2 GLE est uniquement livré en 8 Go de DDR4. Son stockage est également uniquement disponible en 128 Go de eMMC contre un modèle en 64 Go auparavant.

MeLE PCGO2 GLE

Dernier détail, le lecteur de cartes MicroSDXC n’est plus limité à 256 Go mais peut désormais lire des formats de 1 To ce qui ouvre la voie à de plus grandes options de stockage. Pour le reste c’est identique d’un point de vue technique avec un passage au Celeron J4125 apportera un petit peu plus de peps à la machine.

Je soupçonne fortement Intel de distribuer les deux processeurs Celeron exactement au même tarif avec une meilleure disponibilité pour le nouveau modèle ce qui a permis à de nombreux constructeurs de faire évoluer leurs machines à peu de frais. Pour rappel il s’agit d’une solution Gemini Lake Refresh quadruple coeur cadencée dde 2 à 2.7 GHz avec 4 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel HD 600.

Mele PCG02 GLK

Une puce qui dégage 10 watts de TDP et que MeLE semble dissiper totalement passivement grâce à un design particulier. Tout le corps de l’engin est un dissipateur qui permet de se débarrasser de la chaleur émise par la puce. Si j’étais un peu inquiet sur ces possibilités, un lecteur m’a rassuré en m’indiquant que le modèle sous Celeron J4105 avec le même TDP qu’il utilisait en tant que lecteur vidéo fonctionnait parfaitement bien.

Le reste de la configuration est classique avec un module Wifi5, du Bluetooth 4.2 avec une antenne mobile et même un port Ethernet Gigabit. On retrouve également deux ports USB 3.0 et un MicroUSB pour alimenter l’ensemble en 5V et 3A. La prise HDMI est au format 2.0 et un port jack audio 3.5 mm est présent également pour brancher un casque et un micro. La MeLE PCGO2 GLE est livrée sous Windows 10 Pro.

Mele PCG02 GLK

Le châssis a semble t’il un peu évolué toutefois, là où le modèle précédent proposait un design légèrement plus épais au niveau du port Ethernet, on constate que sur le nouveau modèle la clé garde la même épaisseur sur l’arrière du modèle.

Mele PCG02

Il retrouve ainsi le design de la première version MeLE PCGO2 classique qui fonctionnait alors sous processeur Intel Atom Bay Trail Z3537F. Un format simplement ajusté pour correspondre à sa nouvelle connectique.

La CléPC a été testée par ETA Prime qui nous montre ses capacités en vidéo.

L’objet n’est pas encore en vente sur la boutique AliExpress de MeLE qui préfère pour le moment proposer ses stocks de CléPC moins performantes à l’occasion du Black Friday. On retrouve ainsi les modèles sous Celeron J3455 et Celeron J4105 mais pas encore ce MeLE PCGO2 GLE.

MeLE PCGO2 GLE : un MiniPC stick sous Celeron J4125 fanless © MiniMachines.net. 2020.

Pour une poignée de Caramels : le casse du siècle à l’ESMA

Par : Shadows

Nghia Bui Trung, Clara Dulaut, Martin Fettuciari, Nikita Gavard Noyer, Bérenger Guilbault, Timothée Maron, Ugo Masutti dévoilent Pour une poignée de Caramels, leur court de fin d’études à l’ESMA (promotion 2019).

Un court qui met en scène le casse du siècle, ou peut-être plutôt un casse de centenaires…

Pépé et Mémé, un couple de petits vieux se prenant pour Bonnie et Clyde, tentent de braquer la cafétéria de leur maison de retraite pour une poignée de caramels. Mais pour récupérer le précieux butin ils devront affronter l’infirmière en chef, la terrible Chantal…

Réalisateurs / Directors : Nghia BUI TRUNG, Clara DULAUT, Martin FETTUCIARI, Nikita GAVARD NOYER, Bérenger GUILBAULT, Timothée MARON, Ugo MASUTTI.
Musique / Music : Jacob Thomas CZECH, Arthur MARECHAL
Voix / Voices : José VICENTE- Stéphanie LEGROU – Thibaud LAFOND-FENONJOIE – Anouk NEDELLEC – Laurent WASSOUF.
Son / Sound : José Vicente, Yoann Poncet, Alexis LAUGIER – Studio des Aviateurs

L’article Pour une poignée de Caramels : le casse du siècle à l’ESMA est apparu en premier sur 3DVF.

Virtuality en approche : un salon à découvrir en 3D temps réel et en VR !

Par : Shadows

Le salon Virtuality se tiendra la semaine prochaine, du 2 au 4 décembre. Pandémie oblige, l’édition 2020 de cet évènement consacré à la réalité virtuelle et augmentée sera dématérialisée.

L’équipe organisatrice a choisi de proposer un système de monde virtuel, un peu à la manière de ce qu’avait retenu Laval Virtual en début d’année. Concrètement, vous pourrez choisir un avatar (avec votre visage si vous le souhaitez), puis vous lancer sur PC, Mac ou encore Oculus Quest.

En ce qui concerne le contenu, le salon proposera :

  • des conférences sur des thèmes variés et d’actualité : essor des conférences virtuelles, pitch de projets, 5G et XR, XR et règles sanitaires, télétravail, art, culture, éducation, focus sur l’Amérique Latine…
  • un espace exposants avec Microsoft, Orange, Manzalab, Minsar, HoloForge, Light & Shadows, Immersion, Teemew…

Virtuality 2020 est en accès gratuit, mais sur inscription uniquement. Le site officiel vous donnera tous les détails ainsi que l’agenda complet.

L’article Virtuality en approche : un salon à découvrir en 3D temps réel et en VR ! est apparu en premier sur 3DVF.

Isotropix dévoile un ambitieux projet : Angie

Par : Shadows

Bien connu pour sa solution Clarisse pensée pour la création et l’assemblage d’environnements massifs, mais aussi le look dev, lighting et rendu, Isotropix dévoile le résultat de longs travaux de R&D.

Angie, c’est son nom, est un nouveau moteur de rendu hybride, capable de s’appuyer sur le CPU comme sur le GPU.

Si la vidéo de présentation reste assez courte, elle donne tout de même quelques détails techniques, comme le fait qu’Angie repose sur OSL, ou que l’échantillonnage est pensé pour fonctionner en tandem avec du denoising.
C’est surtout sur la vitesse qu’Isotropix insiste : le rendu CPU serait jusqu’à 10 fois plus rapide que celui disponible dans la dernière version de Clarisse. La combinaison CPU+GPU permettant évidemment d’aller encore plus loin.

Le moteur de rendu sera gratuit pour les clients de Clarisse et sa version en ligne de commande, CNode. Le lancement devrait avoir lieu courant 2021.

L’article Isotropix dévoile un ambitieux projet : Angie est apparu en premier sur 3DVF.

NVIDIA met à jour ses Studio Drivers

Par : Shadows

NVIDIA annonce la mise à jour de ses Studio Drivers, pensés pour les artistes utilisant sa gamme GeForce.

La nouvelle version comporte des améliorations pour DaVinci Resolve 17 Beta, Keyshot 10, Notch, Topaz Video Enhance AI, BorisFX Continuum 2021, Red Giant Trapcode Suite 16, Magic Bullet Suite 14.

Rappelons que les drivers Studio ne prétendent pas apporter un gain de performances notable par rapport aux drivers Game Ready. En revanche, ils sont davantage pensés pour un usage multitâches, avec une gestion des ressources en conséquence, et sont censés apporter une meilleure stabilité grâce à des tests plus poussés.

Ces nouveaux drivers sont disponibles via l’application GeForce Experience ou directement chez NVIDIA.

L’article NVIDIA met à jour ses Studio Drivers est apparu en premier sur 3DVF.

Restaurer un Mac mini M1

Si vous m’avez suivi sur Twitter, vous l’avez peut-être vu : j’ai un Mac mini M1 à la maison. Et j’ai réussi à le planter.

Je l’ai allumé, j’ai tenté une importation depuis un autre Mac (qui était sous Big Sur) et… ça a planté. J’ai eu un message d’erreur, suivi d’un redémarrage sur le message de la photo (je n’ai pas eu la présence d’esprit de sortir la carte d’acquisition ni de faire des captures).

Oups

Le truc, c’est que la page d’Apple me renvoyait automatiquement sur les Mac Intel quand j’ai eu le souci (ça semble réglé). Mais en pratique, les Mac modernes (en puce T2) et ceux dotés d’un CPU ARM (en M1) fonctionnent comme des appareils iOS : il faut restaurer le firmware. La solution passe par Apple Configurator 2 et un câble USB-C. Vous pouvez utiliser un câble de charge, ou un (bon) câble USB-C, mais pas un câble Thunderbolt 3 (en tout cas, pas un actif). Si vous n’avez qu’un seul Mac… tant pis.

Sur le Mac mini M1, il faut brancher le câble USB-C sur le port USB-C le plus éloigné du port HDMI. Je le précise, parce que sur le Mac mini 2018 (Intel), c’est le contraire. Il faut ensuite démarrer en mode DFU. Il faut donc éteindre le Mac, le débrancher, attendre quelques secondes pour être certain qu’il est bien éteint, presser le bouton d’allumage et – en gardant le bouton enfoncé – brancher la prise. La LED devrait être de couleur ambre et fixe.

Sur le second Mac, il faut lancer Apple Configurator 2, brancher le câble et vérifier que le Mac apparaît. Si vous avez l’icône qui représente le Mac, vous avez fait une erreur : vous devriez voir un logo DFU, comme sur la capture d’Apple. Si c’est bon, il existe deux choix : Relancer l’appareil, qui va essayer de réparer la machine sans effacer le SSD, et Restaurer, qui va remettre à zéro. Dans les deux cas, le programme va aller télécharger un .ipsw (comme un appareil iOS) pour restaurer le Mac. Le fichier fait pas loin de 13 Go, donc si vous avez une ligne ADLS lente… tant pis (ou bonne chance).

Il faut l’icône DFU

Jusque là, c’est relativement simple. Mais j’ai eu un problème en le faisant, une erreur : AMRestoreErrorDomain (10). Après quelques recherches, je suis tombé sur une solution : il vaut mieux que le Mac qui sert à la restauration fonctionne avec le même OS que le Mac à réparer. J’avais testé avec un Mac sous Big Sur à jour (10.0.1) et un MacBook Pro sous Catalina. Le problème ? Le Mac mini M1 arrive sous Big Sur 11.0. Heureusement, j’avais un second Mac mini M1 (pour des raisons professionnelles), lui aussi en Big Sur 11.0. En utilisant la même méthode, ça a fonctionné. Ça prend un peu de temps, il faut tout transférer (j’ai utilisé un câble de charge Apple, limité à l’USB 2.0) mais le Mac était sauvé.

Une drôle d’erreur

Si vous avez le souci avec un MacBook Air ou Pro, je vous conseille évidemment la page de support d’Apple et surtout celle de Mr Macintosh, qui présente pas mal de cas avec des erreurs, ce qui m’a sauvé. Au passage, il est possible de télécharger les .ipsw de l’OS, ce qui peut servir.

Dans tous les cas, mon Mac mini M1 est sauvé, et on en reparlera bientôt.

Scratch Home Pilot Lessons Hail New Era in Programming Education

Osaka, Japan - Panasonic has been developing new methods in teaching programming to transform the home into a creative playground, Panasonic started this project at the Massachusetts Institute of Technology (MIT) in 2018 and has adopted "Scratch," a programming software developed by MIT M...

NDI Screen Capture on Hyper-V system

Par : ChrisO
Hi,
I have a Hyper-V system running windows 10. The purpose is to screen capture the desktop where we have powerpoint running to bring our deck into the tricaster. It works fine when you first log in, but when you exit the remote desktop app then bring it back up the video stop rendering (its using the microsoft basic render driver). The audio still works but you only get a black image.

As soon as you restart the VM it works again.

Any ideas would be greatly appreciated, thank you

Apple M1 Chip Compatability

Par : Sliver46
Does anyone know if the new Macs are compatible with NDI? Just wondering before I decide to make an upgrade.
❌