Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 22 septembre 2020Vos flux RSS

AMD lance des processeurs Zen à destination des Chromebooks

Grosse nuance par rapport aux précédentes puces AMD employées dans les machines sous ChromeOS, ces nouveaux Ryzen 7 3700C et dérivés emploient une architecture Zen ou Zen+. On s’éloigne donc des solutions AMD A4 et AMD A6 Stoney Ridge qui, si elles existent toujours, font figure d’antiquité tant la marque a su évoluer ces dernières années. 

Pas moins de 7 puces seront ainsi proposées par AMD sur le marché des chromebooks désormais, même si certaines comme les Ryzen 7 3700C et Ryzen 5 3500C ont un air prononcé de déjà-vu. Voilà le détail.

ProcesseurCoeurs/ThreadsFreq/TurboCacheGPU / FreQgravureArchitectureTDP
Ryzen 7 3700C4/82.3/4 GHz6 MoRadeon10 / 1.4 GHz12 NmZen+
15W
Ryzen 5 3500C4/82.1/3.7 GHz6 MoRadeon 8 / 1.2 GHz12 NmZen+
15W
Ryzen 3 3250C2/42.6/3.5 GHz5 MoRadeon 3 / 1.2 GHz14 NmZen15W
Athlon Gold 3150C2/42.4/3.3 GHz5 MoRadeon 3 / 1.2 GHz14 NmZen15W
Athlon Silver 3050C2/22.3/3.2 GHz5 MoRadeon 2 / 1.2 GHz14 NmZen15W

Cela ne vous rappelle rien ? Ces cinq puces AMD Ryzen sont des versions de séries Ryzen Pro U déjà sorties par le passé et juste rebaptisées avec un C. Une manière de faire durer les puces et de les guider vers un nouveau marché.

2019-04-09 00_27_20-minimachines.net

AMD ne s’en cache pas, son objectif n’est pas de proposer de “vieilles” puces en les faisant passer pour des nouvelles mais plutôt de créer un marché plus lisible pour ses partenaires et ses clients. Pour un futur acheteur par exemple, il sera plus simple de trouver des ressources claires sur internet sur les Chromebooks  AMD en pianotant “Ryzen 7 3700C” plutôt que “Ryzen 7 PRO 3700U” qui ne lui retournerait que des éléments concernant des machines sous Windows. Je ne vais pas leur jeter la pierre, il est parfois littéralement impossible de trouver une information viable sur un vieux modèles d’ordinateur portable qui a, pour la sixième ou septième année consécutive, le même nom que le précédent.

AMD Ryzen 3000C

Ces nouvelles puces devraient apporter des performances supérieures aux Chromebooks AMD par rapport aux génération précédentes. On ne peut cependant pas dire que le marché a été envahi par les solutions AMD sous ChromeOS. On n’en a pas vraiment vu la couleur. Peut être que cette nouvelle gamme, performante et probablement assez abordable, devrait donner plus d’idées aux constructeurs. La marque indiquant lors de sa présentation de presse que les constructeurs s’intéressaient à ces solution pour toute leur gamme de machines. Les solutions les plus accessibles comme des 15.6″ mieux équipés.

AMD Ryzen 3000C  AMD Ryzen 3000C 

Les processeurs de type Ryzen 7 3700C permettront au passage aux constructeurs une intégration plus simples de fonctionnalités annexes : du Wifi6 et du Bluetooth 5 pour commencer mais aussi plus d’USB 3.x performants et des autonomies très correctes. Les 6 et 15 watts de TDP étant au niveau des solutions d’Intel d’un point de vue consommation. 

Les solutions les plus entrée de gamme, comme les A6-9220C et A4-9120C que l’on a déjà vu sur certains Chromebooks, existent toujours mais seront a réserver aux engins les plus entrée de gamme et devront probablement être évitées. Mais les Ryzen 5 et 7 en Zen+ ainsi que les puces sous architecture Zen pourront proposer un bon rapport performance prix sur ce type de machine.

AMD Annonce 14 machines ainsi équipées pour 2020, pas sur qu’elles parviennent jusqu’à nous cependant.

AMD lance des processeurs Zen à destination des Chromebooks © MiniMachines.net. 2020.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

La Sainte Grenade d’Antioche (finalement) cachée dans Mac OS

Avec l’aide de Gilles, j’ai finalement trouvé la Sainte Grenade d’Antioche cachée dans Mac OS.

Petit résumé : dans certains endroits, normalement invisibles, on peut afficher une icône du célèbre lapin tueur des Monty Python. J’avais essayé aussi d’afficher la grenade d’Antioche, mais sans succès. Mais Gilles m’a donné la solution.

En fait, il faut installer AppleShare (version serveur) et ne pas uniquement se baser sur la version client installée avec Mac OS. Une fois que c’est fait, les fichiers présents /System Folder/Preferences/File Sharing (oui, je sais, le chemin sous Mac OS ne s’affiche pas comme ça) affichent une icône différente et le fichier AppleShare PDS (à la racine du disque) affiche l’icône de la Sainte Grenade d’Antioche.

Pour le partage


La Grenade


La version simple

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost...




⁣⁣
⁣#repost @the_phantom_method_studio⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣ #video #scenography #theater #installation @millumin #millumin #stagedesign #artist #show #theshowmustgoon #picoftheday #theaterlife #stage (at Espace Culturel Les Justes - Le Cendre)
https://www.instagram.com/p/CE9hfPQgNrP/?igshid=1sggbbwryjkku

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @stephanieledesma_⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣My...




⁣⁣
⁣#repost @stephanieledesma_⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣My projection design for Cabaret at LAMC. 📸 @curtisstage⁣
⁣⁣
⁣Tickets at www.lamcstage.com
⁣#projectionmapping #video #photoshop #aftereffects #cabaret #projection #millumin
https://www.instagram.com/p/CE9hcrDgOCe/?igshid=1c6g2np91fi7p

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @adlibcreations⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Mapping...




⁣⁣
⁣#repost @adlibcreations⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Mapping sur la cathédrale Santa Maria de Burgos ( Espagne ). Réalisé le 26 mai 2018 pour la Noche Blanca 2018. #adlibcreations #mapping #burgos #catedralSantaMaria #nocheblanca .#VIIIcentenariocatedralburgos2021 #barco #millumin #christiangimat (at Burgos,españa)
https://www.instagram.com/p/CE9hhHqnv9P/?igshid=1nbh0gr8qk95c

Meet the Creatives Behind the Campaign for NASA’s SpaceX #LaunchAmerica Mission

Powerhouse digital media agency utilized Frame.io video collaboration tools to reach across time and space and deliver stunning visuals while in quarantine   New York City, NY – September 17, 2020 Space exploration has always evoked a sense of wonder in us and will continue to do so, as NASA looks to the future, expanding ...

The post Meet the Creatives Behind the Campaign for NASA’s SpaceX #LaunchAmerica Mission appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Festival riverrun, #4. Partitions

Par : superadmin
Albi / Toulouse
27 Septembre 2020 to 04 Octobre 2020
Partition de Treatise, de Cornelius Cardew

Qu’elle soit solfégique, graphique ou verbale, sur papier, sur écran ou par coeur, la partition est comme un miroir. Pour la·le compositeur, elle reflète sa pensée qui se projette sur la page blanche. Pour l’interprète, elle révèle un de ses multiples devenirs. Pour l’auditeur enfin, elle ouvre un champ infini comme celui produit par deux miroirs se faisant face. L’oeuvre, matérialisée par le son, flotte quelque part autour de cette trinité de désirs.

Festival

La Station — Gare des Mines. Ouverture de la Station Nord

Par : superadmin
La Station — Gare des Mines - Paris
11 Septembre 2020 to 12 Septembre 2020

A partir du 11 septembre, La Station — Gare des Mines s'agrandit et s'étend sur un deuxième espace : Station Nord, entrepôt industriel voisin de la Station telle qu’elle existe depuis juin 2016.
Ce premier événement de deux jours célèbre l’ouverture des extérieurs de Station Nord avec une programmation tissant des liens entre créations plastiques et sonores, musique et performance.

Concert spectacle

TickWatch Tickasa : une montre connectée lowcost et efficace ?

Dans ce billet de Mai 2015, je revenais sur les quatre plus gros défauts de ces montres noname Chinoises et décrivait pourquoi il était urgent de ne pas investir dedans. L’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché a sensiblement modifié mon avis sur ces produits, parce que leur qualités ont évolué et surtout parce que ce marché particulier s’est émancipé de ses plus gros défauts. Cette annonce d’une montre Tickasa m’a fait prendre conscience qu’il était peut être temps de s’y intéresser de nouveau.

Amazfit GTS

A vrai dire je m’y intéresse depuis un moment avec notamment les progrès de Huami, la filiale “montres” signées Amazfit de Xiaomi, qui propose des solutions de plus en plus qualitatives depuis des années. Dans tous les domaines les solutions Amazfit ont fait des progrès énormes tout en visant des prix assez bas face à la concurrence. Le trait de génie de la marque est sans doute d’avoir accepté de se séparer d’Android Wear et de son magasin d’application. Non pas que celui-ci soit mauvais, mais parce qu’il imposait un materiel spécifique, assez cher, ainsi qu’une autonomie insuffisante pour un bénéfice d’applications finalement trop faible.

Huami a montré qu’il était possible de répondre à l’essentiel des besoins de l’utilisateur avec des applications indépendantes et une bonne communication avec un smartphone. Du moment qu’une interface existe pour faire réagir sa montre en cas de notification sur son téléphone, la montre peut rester indépendante du système. Cela permet de créer des modèles de montres beaucoup moins gourmand.

Ma Amazfit GTR 47 me suit depuis longtemps maintenant et n’a pas subit les outrages du temps, pas de ralentissements lié à une mise à jour du système comme sous Android Wear. Pas de batterie qui peine a tenir plus d’une journée. Pas de soucis spécifique apparus entre le moment de sa sortie et son usage actuel. Cette indépendance a libéré le potentiel de ces montres. Et d’autres, comme la Tickasa, ont depuis emboîté le pas et proposent des alternatives intéressantes.

Minimachines.net 2015-05-20 11_06_45

Une montre noname de 2015

Si je reprend mon billet de 2015, mes principaux griefs étaient simples. Les montres lowcost Chinoises étaient désagréables a porter, peu fiables et peu autonomes. Un cocktail qui, après avoir reçu un paquet de montres au comportement identique, m’avait fait jeter l’éponge sur ce monde. Aujourd’hui, en 2020, je reçois à nouveau des propositions de tests pour des modèles de montre “noname” de ce type. Mais ces nouveautés sont bien plus alléchantes et me donnent envie de leur laisser une chance. C’est le cas de la montre Tickasa.

Edit : Obarthelemy indique en commentaire que Mobvoi, le créateur de cette Tickasa, n’est pas a proprement parler un acteur inconnu de ce milieu. La marque propose de nombreux produits depuis plusieurs années et a rencontré du succès avec plusieurs d’entre eux dont certaines montre comme la Ticwatch. 

TicKasa

Il s’agit d’une montre au design inspiré d’Apple. On retrouve le cadran carré et le bouton “couronne” de l’Apple Watch. La ressemblance s’arrête pourtant ici et hormis ces rappels, rien ne cherche vraiment a jouer d’une quelconque confusion. Le boitier est très différent, le placement du bouton est centré, le bracelet comme l’attache de la montre sont sans rapport. Si il y a clairement une inspiration née d’Apple il n’y a pas de volonté de contrefaçon. A vrai dire on est plus proche d’un design de Amazfit GTS que d’une Apple Watch même si on retrouve forcément de l’ADN de pomme dedans.

TicKasa

L’écran est un 1.3″ tactile ce qui est une bonne chose d’un point de vue format. On est loin des écrans monstrueux des premiers modèles Low-Cost d’il y a quelques années. Ecrans qui étaient en plus entourés d’une coque épaisse qui rendaient les montres énormes et désagréables à l’usage. L’affichage se fait en 240 x 240 pixels avec un verre “2.5D”, un terme marketing désignant le fait que le verre est légèrement arrondit sur les bords… mai en aucun cas la dalle TFT qui est derrière. Cela donne l’impression d’avoir un écran plus grand, plus doux et c’est pratique pour concevoir des montres qui n’accrocheront pas vos habits mais ce n’est en aucun cas un affichage incurvé.  Le bracelet est en silicone mais il est surtout amovible avec un pas standard et un système d’accroche pratique. Vous pourrez donc en changer suivant vos envies.

TicKasa

D’un point de vue services, la montre promet beaucoup et je reste circonspect sur ces annonces. Avec un GPS intégré, un mode sport prenant en charge 14 activités différentes… Quelques unes sont d’ailleurs secondées par le GPS. En pratique il faudra voir ce que cela donne, suivant la qualité du GPS intégré1, ces fonctions auront plus ou moins d’impact. Pour avoir une GTR 47 au GPS parfois capricieux, je sais que l’usage de ce dernier n’est pas forcément indispensable. Une montre comme la Tickasa ne vise pas vraiment les grands sportifs qui vont préférer des modèles plus haut de gamme. Mais si le GPS est actif et suffisamment performant, surtout en dehors des zones urbaines très denses2 cela pourra être un atout utile.

Tickwatch Tickasa

On retrouve donc 4 modes sportifs secondés par le GPS : Course et marche extérieure, vélo et randonnée. Les activités en salle ne sont évidemment pas prise en compte. D’autres modes sont également mis en avant et me laissent dubitatif. Je ne sais pas dans l’image ci dessus si il faut prendre en compte l’image ou le texte.. Le Cricket est présenté par une icone soulignant la pratique du Tennis, l’aviron par un skieur… Pas encore parfait d’un point de vue marketing donc.

Tickwatch Tickasa

Autre détail souvent mal interprété, les usages permis par la montre en matière d’immersion sous l’eau. La montre est validée comme 5ATM ce qui est pris souvent comme un passeport pour aller visiter les fonds marins avec 50 mètres de profondeur… Ce n’est pas le cas. Une montre 5ATM / 50 mètres n’est pas parfaitement submersible pour jouer au grand bleu. C’est une montre qui peut supporter la nage, qui permettra de prendre une douche ou de faire votre vaisselle. Mais attention, la pression de votre pommeau de douche, un plongeon brutal ou un robinet qui coule à grandes eaux peut provoquer une pression supérieure à ces 5ATM. Je vous déconseille fortement d’aller nager en mer avec une monter de ce type, de remonter le courant ou de vous poser sous une cascade. Le risque est trop grand. On peu donc plonger la montre sous l’eau sans soucis, de là à l’oublier totalement,  il n’y a qu’un modèle 10ATM ou plus qui vous permet cela.

TicKasa

La montre propose également un capteur cardiaque et toutes les fonctions habituelles d’un suivi sportif : Podomètre, compteur de calorie brûlées, mouvements, etc. Des fonctions de suivi du sommeil sont également présentes même si je reste toujours un peu distant vis à vis de ces dernières. Leurs conclusions approximatives sur  la qualité de vos dodos doivent être prises avec des pincettes. Comme une information supplémentaire mais en aucun cas comme un avis médical.

TicKasa

Evidemment la TicKasa propose les usages classiques avec l’heure, un chronomètre, une alarme, une minuterie mais également des éléments dialoguant avec votre smartphone : Notification de messageries ou de SMS ainsi que des rappels de  Météo. La marque a arrêté les fonctions inutiles et mal gérées comme l’intégration d’un modem 3G pour passer des appels. L’intégration d’un appareil photo a également été passée à la trappe. Tous ces éléments lourds, inutiles et mal gérés de toutes façons qui gonflaient les prix et rendaient les montres impraticables faute d’une autonomie suffisante. Sur ce poste, la montre reprend fortement le chemin de la GTS encore une fois. De tout cela, la montre a gardé un module Bluetooth 4.2 qui permet de piloter la musique à distance sur son smartphone. Un choix qui lui permet d’annoncer une autonomie de 7 jours entre deux recharges de 3 heures chacune. La batterie 210 mAh embarqué ne paye pas de mine mais suffit pour tenir 10 heures d’activité avec le mode GPS activé. Des chiffres qui semblent correspondre aux capacités du marché actuel.

Bref, vous l’aurez compris, la TicKasa, comme d’autres avant, me donne envie de réviser mon jugement sur ces solutions Chinoises accessibles. Vendue à 43€ en importation depusi un stock Européen, elle pique ma curiosité. J’en ai donc commandé une ainsi que quelques autres références. Je verrais bien ce que cela donne a l’arrivée. Si le produit est conforme à ses promesses, cela peut être une vraie bonne affaire pour ceux qui recherchent une montre connectée complète accessible. Si la qualité n’est pas au rendez-vous, on attendra encore 5 ans…

TickWatch Tickasa : une montre connectée lowcost et efficace ? © MiniMachines.net. 2020.

iPad Air 2020 et Apple One, l’accord parfait ?

Cette nouvelle version 2020 de l’iPad Air dévoilée hier par Apple confirme avant tout une chose, il n’y a guère plus de concurrence face à Apple sur le segment des tablettes. Les solutions sous Android font peine a voir face au camp d’en face et les dernières nées des plus grandes marques ont tout a envier à ce que produit la pomme en 2020.

iPad Air 2020

Cette nouvelle tablette continue de piocher dans le design des iPad Pro avec un écran de 10.9 pouces, soit un pouce de moins que le modèle au dessus, mais la même philosophie d’affichage. L’écran est un “Liquid Retina” en 2360 x 1640 pixels pour une densité d’affichage confortable de 264 pixels par pouce.

iPad Air 2020

La bordure de saisie est assez fine sur trois côté mais reste un poil plus épaisse pour enfermer la webcam frontale de l’appareil. Une camera qui grimpe à 7 mégapixels f/2.2 HDR pour de la vidéo conférence confortable même en faible luminosité. La partie arrière embarque également sa camera dans une version 12 mégapixels f/1.8 capable de filmer en UltraHD en 60 images par seconde et avec des fonctions de ralentis et de stabilisation.

Gros changement qui rapproche encore la nouvelle tablette iPad Air 2020 de l’iPad Pro, la prise en charge de l’Apple Pencil de seconde génération et du dernier clavier Magic Keyboard de la marque. Les accessoires étant les mêmes, les logiciels pourront être pilotés de la même manière également. Enfin, et c’est un changement des plus logique, le nouveau form factor abandonne totalement le port Lightning propriétaire pour un port USB Type-C désormais franchement plus répandu.

iPad Air 2020

Un changement issu de l’iPad Pro n’a pas été retenu, celui d’une implantation de Face ID pour détecter l’utilisateur sans contact. C’est donc un capteur d’empreintes Touch ID qui sert a s’authentifier sur la tablette, il est intégré dans le bouton de démarrage. On pourrait se dire que le recours au capteur photo serait une bonne idée en pleine pandémie de Covid-19 mais éviter le contact pour démarrer une tablette avec laquelle on interagira avec les doigts me parait être un bénéfice très minime.

iPad Air 2020

L’élément le plus marquant dans cette nouvelle génération d’iPad Air 2020 n’est pas lié aux éléments visibles de la machine, on retrouve de nouveaux coloris, on découvre un nouvel affichage… Mais c’est bien à l’intérieur de l’engin que la gosse nouveauté de ce modèle est cachée. Apple a intégré son nouveau SoC A14 Bionic gravé en 5 nanomètres dans la tablette. Beaucoup de monde tablait sur une présentation réservée à la sortie d’un nouvel iPhone mais la marque a déjoué tous les pronostics en intégrant sa puce dans sa dernière tablette Air. Plus rapide, on parle d’un bond de 40% de performances par rapport au SoC A12 de l’iPad Air  de 2019, et moins énergivore, cette dernière est sans doute la clé de voûte d’une nouvelle génération d’applications grand public pour la marque.

iPad Air 2020

Le prix enfin, la version de base coûtera 669€ dès le mois prochain. La version 4G est annoncée à 809€. Des tarifs élevés qui ne comprennent ni stylet ni clavier… Mais des tarifs semblables aux derniers concurrents de qualités toujours visible sous Android. La concurrence est morose, Apple en profite et assoit sa position de tablette a tout faire. Avec son nouveau format proche du modèle Pro, sa puce haut de gamme et le rapprochement des accessoires, la marque a la pomme a tout ce qu’il faut pour stabiliser son système de tablette créative.

Qui va encore acheter une tablette Android ? Ceux qui ont investit dans une logithèque Android parce qu’ils ont un smartphone avec le même système et leurs habitudes. Les autres vont, petit a petit, se tourner vers Apple. La marque en est visiblement bien consciente et propose une solution.

Apple ONE

Apple One, un abonnement pour les lier tous

Apple One est une solution d’abonnement qui regroupe l’ensemble des briques qui valident l’achat d’un appareil comme l’iPad Air (et, par extension, les autres appareils d’Apple.). Une tablette, plus qu’un smartphone, est un réceptacle à contenu. Son existence est liée non pas à des activités de service comme la téléphonie ou la photo mais avant tout à la création et au loisir. Accéder à des applications et des jeux, de la musique et des films via un abonnement mensuel est quelque chose de très positif pour ce type d’outil. Ce type d’abonnement valide par défaut l’achat du produit et, paradoxalement, le produit valide l’abonnement. 

Ce genre de montage est particulièrement efficace en numérique puis qu’il crée un besoin avant de le solutionner. Avec Apple One, la marque offre un contenu complet à l’utilisateur qui va justifier son achat d’une tablette ou d’un smartphone pour en profiter. 

Apple One propose dans un même forfait un accès à tous les services de la marque : iCloud, Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade, Apple News+ et Apple Fitness+1… Il résout également la problématique des multiples débits de ces différents services. Au lieu de multiplier les prélèvements de quelques euros, il offrira une meilleure visibilité et.. une vraie fausse ristourne. A partir de 14.95€ par mois en France pour 4 applications : Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade et iCloud pour 50Go d’espace disponible, l’offre est rapidement moins chère que les services séparément. Pour autant, rares sont les personnes a dépenser autant dans ce type d’abonnements. Peu de personnes payent l’ensemble des services proposés par Apple. La plupart piochent dans deux ou trois seulement. Diversifient les sources, vont choisir un abonnement Spotify, un stockage DropBox et peut être un Apple TV… Ici la tentation de tout regrouper pour plus de simplicité va être grande.

Apple ONE

Et quoi de mieux pour enfermer l’utilisateur que de lui offrir du contenu sur un plateau d’argent ? Si son abonnement court encore et que son materiel tombe en panne ou doit être remplacé, le changement passera par la case Apple. Si on vous pose la question du choix d’Apple par rapport à la concurrence, la encore l’offre Apple One sera parfaite pour justifier votre choix.

L’offre famille d’Apple est également pensée dans une version “famille” avec un abonnement un poil plus cher : 19.95€ mensuel pour 200 Go par mois et six périphériques accessibles au lieu d’un. Un chausse pied parfait pour faire entrer toute la famille sous la houlette de la pomme. 

iPad Air 2020 et Apple One, l’accord parfait ? © MiniMachines.net. 2020.

Animez gratuitement sur tablette E Ink

Par : Shadows

Nous avions déjà présenté sur 3DVF le projet atypique de Jérémie Rousseau : un logiciel d’animation 2D pensé pour les tablettes à encre électronique (comme le PaperLike Pro de Dasung). Si les dispositifs de ce type ne sont évidemment pas aussi répandus que les tablettes et écrans classiques, ils ont leurs avantages, à commencer par une fatigue oculaire bien moindre : l’encre électronique agit comme une feuille de papier classique, et n’a pas de rétro-éclairage.

Etant donné que ces dispositifs sont en noir et blanc, l’outil développé ne gère pas l’animation en couleurs et n’a d’ailleurs pas pour ambition de générer des animations finalisées. L’idée est plutôt de travailler sur les premières étapes de l’animation, puis d’exporter le résultat pour le finaliser (remplissage couleur) avec un matériel et des outils classiques.

Si nous évoquons à nouveau le projet, c’est que son développement a avancé durant le confinement. La dernière beta est disponible gratuitement en ligne, et fonctionne directement dans un navigateur.

L’outil propose un mode PC et un mode tablette, vous pouvez donc le tester même sans disposer de tablette E Ink.

De nombreuses améliorations ont été implémentées, telles que :

  • documentation sous le logiciel (il suffit de faire défiler la page pour disposer d’une aide),
  • interface améliorée,
  • meilleure gestion de l’export de gifs,
  • nouveaux modes d’export (jpeg, png avec transparence, export texte/json),
  • nouveaux outils de composition,
  • thèmes clair/foncés préconfigurés, possibilité de choisir d’autres couleurs que le noir et blanc,
  • en beta : export wavefront pour une surface polygonale, outil d’ajout de notes de musique dans la timeline.

Le mieux pour vous faire une idée du projet est évidemment de le tester gratuitement en ligne ; n’hésitez pas à donner votre avis au créateur sur le forum 3DVF !

L’article Animez gratuitement sur tablette E Ink est apparu en premier sur 3DVF.

Le Mandalorien est de retour : la saison 2 en images

Par : Shadows

Le chasseur de primes au mystérieux visage est de retour ! Disney+ dévoile un teaser pour la seconde saison de sa série The Mandalorian.

Dans cette seconde saison, le Mandalorien et celui que beaucoup ont surnommé « baby Yoda » (même s’il ne s’agit pas, pour rappel, du même personnage) continueront leur périple dans la galaxie. Dans cette ère qui suit l’effondrement de l’Empire Galactique, les dangers sont partout. Il leur faudra donc trouver des alliés…

Jon Favreau reste showrunner du projet. Lui et Dave Filoni, Kathleen Kennedy, Colin Wilson sont producteurs exécutifs, Karen Gilchrist étant co-productrice exécutive.

Cette seconde saison s’appuiera à nouveau fortement sur les effets visuels et les techniques de murs de LEDs. Il sera intéressant de voir si l’expérience de la saison 1 aura permis à l’équipe d’améliorer l’usage de cette approche.

Sortie prévue le 30 octobre sur le service de streaming Disney+.

Voici également la VF :

"Où que j'aille, il me suit." Découvrez la nouvelle bande-annonce de #TheMandalorian, en streaming dès le 30 octobre exclusivement sur #DisneyPlus. pic.twitter.com/Etahq3mQrw

— Disney+ FR (@DisneyPlusFR) September 15, 2020

L’article Le Mandalorien est de retour : la saison 2 en images est apparu en premier sur 3DVF.

NvidiArm : Nvidia rachète ARM pour 40 milliards de dollars

Nvidia a confirmé sa volonté de racheter ARM pour ce montant faramineux de 40 milliards qui sera partagé en cash et en actions. Softbank, de son côté, a indiqué qu’il validait ce rachat. Le concepteur de circuit graphique deviendrait ainsi un acteur incontournable du marché international des processeurs.

ARM

Nvidia débourserait donc 21.5 milliards de dollars en action et 12 milliards de dollars en cash dont 2 à la signature1. D’autres montant seraient versés suivant diverses modalités. 1.5 milliard de dollars seraient notamment versés aux employés d’ARM. La transaction est pour le moment sujette à l’aval des autorités de la concurrence du Royaume Uni, de la Chine, de la communauté Européenne et des USA. Le rachat est prévu pour être finalisé d’ici 18 mois.

Nvidia

Softbank avait racheté ARM en 2016 pour 28 milliards d’euros et en avait cédé des parts auprès de plusieurs fonds depuis, la reprise par Nvidia de l’entité fait basculer la balance internationale des concepteurs de puce largement du côté de Nvidia. Ses clients deviennent ainsi aussi bien Apple que Samsung ou Qualcomm qui continueront à travailler  avec un établissement construit comme une antenne indépendante de la marque mère. Nvidia confirme que l’entité resterait domiciliée au Royaume Uni et qu’elle “continuerait à fonctionner selon son modèle de licences tout en maintenant une totale neutralité vis à vis de ses clients”.

Il est évident que la condition de l’acceptation de ce rachat par les autorités de la concurrence ne peut pas souffrir d’un autre mode de fonctionnement. Nvidia n’est pas un acteur majeur dans le monde des puces ARM grand public depuis que son catalogue se résume à des solutions Tegra uniquement déployées dans quelques références. Mais son implication dans les solutions serveur, l’Intelligence Artificielle et le monde de l’automobile en font un futur monstre dans tous ces métiers.

2019-03-19 18_18_01-minimachines.net

Jetson Xavier, un SoC ARM associé à une solution Nvidia Volta

En étant propriétaire d’ARM, il devient évident qu’une séparation entre le fonctionnement de Nvidia et celui de la nouvelle entité doit être construite. Non pas d’un point de vue technique où l’on se doute que les ingénieurs d’ARM travailleront main dans la main avec ceux de Nvidia, mais bien sur le terrain de la concurrence. Il va sans dire que si un des clients d’ARM était floué pour avantager les solutions Nvidia, tout le système serait faussé. 

Il n’est pas encore sur que l’opération ait l’aval de l’autorité de la concurrence mais l’annonce est faite et la marque est à vendre. Softbank doit en effet avoir d’autres projets en tête et  fait ici une assez jolie plus value. Il faut dire que depuis 2016, il s’est passé pas mal de choses sur le terrain d’ARM. Non seulement les solutions se portent toujours très bien mais des acteurs majeurs continuent de faire confiance dans ce type de SoC : Apple va basculer ses machines sous ARM. Microsoft continue à parier sur des développements de Windows avec ce type de solutions. A noter que la branche IoT Service d’ARM ne fait pas partie de la transaction.

Jetson Nano, une carte de développement ARM/Nvidia à 99$ en action

Difficile de voir ce que Nvidia fera réellement de ARM en terme de développement de puces, si il lancera une nouvelle gamme de solutions Tegra ou investira largement dans le monde du serveur. Il est possible que la marque mette au goût du jour des solutions console pour Nintendo ou se focalise sur des usages plus futuristes comme le monde automobile. Il est également possible que ARM devienne rapidement un acteur majeur dans le monde de la téléphonie avec des solutions maison concurrentielles de celles des géants actuels.

NvidiArm : Nvidia rachète ARM pour 40 milliards de dollars © MiniMachines.net. 2020.

Honor MagicBook 14 2020 : le meilleur achat ultrabook du moment ?

Le MagicBook 14 2020 est un ultraportable Windows 10 qui reprend quasiment au grain de silicium près la recette du MateBook D 14 de Huawei tout en se positionnant sur un segment bien plus accessible. A 529.90€, c’est une des machine les plus intéressante sur le marché Ultrabook en ce moment.

Honor MagicBook 14 2020

Honor ne s’est pas vraiment foulé pour le renouvellement de sa gamme, piochant allègrement dans les solutions de Huawei pour proposer ses propres machines. On retrouve donc énormément de l’ADN des MateBook D 14 dans ce modèle. Avec des éléments esthétiques différenciant les deux engins mais sans grande révolution technique.

Honor MagicBook 14 2020

On retrouve donc une très belle coque en aluminium qui propose une finition métal brossé sur toute la machine. Seule concession au métal, le clavier qui est distribué de manière efficace. Un logo Honor décore la coque externe de manière assez subtile en jouant sur l’effet brillant du métal et une légère anodisation. Un liseré bleu court le long du châssis en rappel au bleu de ce logo Honor. C’est simple, relativement sobre et diablement efficace. La ligne est pure, la machine plutôt fine et on a  beau avoir un engin d’une marque “secondaire”, on est pas face à du materiel bas de gamme ou une finition bâclée.

L’engin mesure 15.9 mm d’épaisseur pour 32.25 cm de large et 21.48 cm de profondeur. Dans la bonne moyenne des 14 pouces grâce à des bordures fine en haut comme sur les côtés de l’écran. Le MagicBook 14 2020 reprend en effet la solution maison de webcam 1 MP intégrée sous une touche du clavier. En évitant de l’intégrer au dessus de l’écran, l’engin peut proposer une dalle occupant plus d’espace.

Honor MagicBook 14 2020

Cet écran est un FullHD classique en 16:9. La dalle est de type IPS avec une grande ouverture des angles. Ce qui tombe bien puisque la charnière s’ouvre à 180° et permet de poser l’engin à plat. La luminosité annoncée est peut être un peu plus faible que les modèles plus haut de gamme avec 250 nits quand les concurrents tournent plus souvent autour des 300 nits. Son rapport de contraste est de 800:1. Pas un mot de la marque sur une éventuelle gestion de colorimétrie.

Honor MagicBook 14 2020

A l’intérieur du MagicBook 14 2020 on découvre un équipement AMD, un Ryzen 5 3500U accompagné d’un chipset graphique Radeon Vega 8 et de 8 Go de mémoire vive en double canal. cet ensemble est coiffé d’un dissipateur qui amènera la chaleur devant un système d’ailettes refroidies par un ventilateur. Un système classique mais qui rend la mémoire vive pas du tout évolutive. Les 8 Go de DDR4 sont soudés au châssis et ne pourront donc pas évoluer dans le futur. Le stockage est confié à un SSD de type M.2 2280 PCIe NVMe de 256 Go. Celui-ci pourra donc évoluer à condition de jouer du tournevis et de démonter le capot arrière. Une opération assez facile pour peu que l’on soit relativement soigneux.

A noter cependant que les 256 Go de base peuvent largement satisfaire les utilisateurs. La machine ne vise pas un public de joueurs ou d’utilisateurs professionnels de l’image ou de la vidéo. Le trio processeur, circuit graphique et mémoire vive offrira d’excellents résultats en mobilité dans un usage bureautique, multimédia et web. Il sera a même de venir à bout de vos retouches photos et pourra même monter de petits films, lancer des programmes éducatifs ou lire vos films en UltraHD… Si vous recherchez une machine passe partout pour vous accompagner dans vos déplacements et que vous n’avez pas besoin de fonctions hyper gourmandes au quotidien, ce sera largement suffisant pour tout le reste.

Honor MagicBook 14 2020Honor MagicBook 14 2020

La connectique est classique mais plutôt complète avec des points positifs comme l’ajout d’une sortie HDMI plein format en plus de trois prises USB. La première en USB Type-C servira a recharger l’appareil, la seconde en USB 3.0 type-A pour tous les usages de solutions externes et, plus décevante, la troisième toujours en Type-A mais en USB 2.0 qui servira finalement à l’ajout éventuel d’une souris. Une prise jack audio combinant entrée et sortie est également disponible. Le Wifi intégré est un classique 802.11ac associé à un Bluetooth 5.0.

Honor MagicBook 14 2020

Le clavier du MagicBook 14 2020 est bien distribué au vu de la taille de la diagonale, il propose un rétroéclairage blanc et une rangée de touches de fonctions qu’il sera possible de verrouiller. Le châssis est solide avec un fond de clavier en alliage métallique et des touches en ABS par dessus proposant une course classique. Le bouton d’alimentation propose un détecteur d’empreintes digitales pour s’authentifier avec le Windows 10 Pro livré. La partie audio enfin est constituée d’une paire de haut parleurs et d’un double micro pratique pour la vidéo conférence.

L’autonomie est assurée par une batterie 4 cellules 56 Wh offrant entre 8 et 9 heures de travail bureautique léger. La lecture de vidéo devant logiquement amoindrir ce score mais dépasser les 6H30 à 7H de films et de séries.

C’est pour moi un excellent ultrabook sur le papier. Son prix actuel est une superbe affaire directement chez Honor. A 529.90€ avec deux cadeaux au choix1 accompagnés d’un casque Sport Pro de la marque, c’est un équipement complet et parfait pour tous les usages d’une machine de collégien, lycéen ou d’étudiant.

Promo

C’est également une excellent PC de travail mobile pour tout type de profil aux usage classiques. Avec son encombrement compact et son poids léger de 1.38 Kg, cela en fait un des 14″ les plus intéressant de cette année.

Découvrez l’offre chez Honor France

Honor MagicBook 14 2020 : le meilleur achat ultrabook du moment ? © MiniMachines.net. 2020.

Panasonic Introduces Lumix S5 Hybrid Mirrorless Camera

The new Panasonic Lumix S5 full-frame mirrorless camera with the 20-60mm zoom lens

It’s been an exciting few months for full-frame mirrorless camera news, with introductions from Sony, Canon, Nikon and others. Today, Panasonic joins the pack with an introduction of its own with the introduction of the Panasonic Lumix S5 full-frame hybrid mirrorless camera. The new camera will be available later this month, in two configurations, selling for $1,999 for the body only and $2,299 for a kit that includes a 20-60mm lens. The new model is targeted at aspiring pro photographers and videographers.

Panasonic has had a strong presence in producing powerful hybrid mirrorless cameras, particularly those that used Mirco Four Thirds sensors, like the Lumix GH5, a model that shoots both excellent still photos and videos. That power has been built into the full-frame mirrorless S-series cameras, launched in the spring of 2019. However, some photographers and videographers complained the three models in the Lumix S-series line—the S1, S1R and S1H—were on the heavy side. The lightest, the S1R, is still more than 2 lbs. Panasonic’s answer to this has been the new S5, which is just a little over 1.5 lbs. In fact, The S5 is more compact and lighter than even the Lumix GH5.

The Panasonic Lumix S5 full-frame mirrorless camera with the 20-60mm zoom lens (top view)

The new Panasonic Lumix S5 full-frame hybrid mirrorless camera may be a more compact and lightweight S-series Lumix camera, but it’s packed with features. Here’s some of the most notable features mentioned in the announcement:

  • The Lumix S5 has a 24.2-megapixel BSI image sensor (without a low pass filter).
  • It features its Dual Native ISO technology, for lower noise in high ISO settings.
  • 96-megapixel high-resolution mode (an in-camera composite mode) for RAW and JPEGs.
  • Dual SD memory-card slots: Slot one is compatible with UHS-I/UHS-II U3/UHS-II V90 and slot two is compatible with UHS-1 U3 cards.
  • 5-axis Built-in Image Stabilization system provides 6.5 stops of compensation (with compatible lenses with optical IS).
  • Improved autofocus with face/eye/head/body recognition and better video AF.
  • ISO 100 – ISO 51200 (which can be extended to ISO 50 – ISO 204,800).
  • 10-bit video recording  (4K 60p 4:2:0 10-bit / 4K 30p 4:2:2 10-bit).
  • No time limit on shooting 4K 30p 8-bit video (although 10-bit video has a 30-minute time cap).
  • 2,360-dot OLED electronic viewfinder and 1,840K swiveling touchscreen LCD
  • Includes a variety of slow-motion and time-lapse video options.
  • 14+ stops V-Log / V-Gamut.
  • Includes USB power supply and charging, and both Wi-Fi 5GHz and Bluetooth connectivity.

Panasonic also pointed out that the new model incorporates the “heat-dissipating structure” they developed for both the GH5 and S1H.

You can learn more on the new camera by checking out the field review video from our partner website, Imaging Resource.  For additional information, see the press release below.

The Panasonic Lumix S5 full-frame mirrorless camera with the 20-60mm zoom lens (back view)
The Panasonic Lumix S5 full-frame mirrorless camera with the 20-60mm zoom lens (back angled view)
The Panasonic Lumix S5 full-frame mirrorless camera with the 20-60mm zoom lens (front view)

 

[[ press release ]]

New Hybrid Full-Frame Mirrorless Camera, the LUMIX S5 Featuring Exceptional Image Quality in High Sensitivity Photo/Video And Stunning Mobility

Newark, NJ – (September 2, 2020) Panasonic is delighted to announce the new LUMIX S5, a new hybrid full-frame mirrorless camera that achieves both excellent performance in photo/video and stunning mobility for serious photographers and videographers.

At the heart of the camera, the LUMIX S5 contains a 24.2-megapixel 35mm full-frame CMOS sensor that boasts a wide dynamic range and high sensitivity performance. The LUMIX S5 further realizes recording maximum ISO 51,200 crystal-clear high sensitivity video with the adoption of the Dual Native ISO technology.

As a pioneer of photo/video hybrid mirrorless cameras, LUMIX has the largest lineup of cameras that record 4K 10-bit video*1. As the latest member of the family, the LUMIX S5 is capable of 4K 60p/50p4:2:0 10-bit, and 4K 30p/25p 4:2:2 10-bit internal recording. It is also capable of 4K 60p/50p 4:2:2 10-bit HDMI output. For 4K 30p 4:2:0 8-bit internal recording, there is no time limit. Panasonic’s exceptional heat dispersion technology delivers stable, long-time video recording. The LUMIX S5 provides 14+ stops of dynamic range, which is as wide as those of cinema cameras, and V-Log / V-Gamut compatibility with popular colorimetry called “VariCam Look.”  A variety of recording formats and modes including 4:3 Anamorphic mode, Slow & Quick Motion, 4K/60p interval shooting and 4K HDR are also provided.

The LUMIX S5 boasts high-speed, high-precision AF (Auto Focus) in both photo shooting and video recording that are made possible with advanced deep-learning technology featuring real-time detection of the subject’s type and features such as human eye, face, head and body.

Combining the Body I.S. (5-axis) in the camera and the O.I.S. (Optical Image Stabilizer, 2-axis) in the LUMIX S Series lens, the 5-axis Dual I.S.2 prevents blurred images with the use of a 6.5-stop*2 slower shutter speed. The splash/dust-resistant rugged design provides professional photographers with high reliability.

To enhance the photographic experience, the 96-megapixel High Resolution Mode (JPEG/RAW), Live View Composite function and HLG Photo mode are available.

Thanks to the high energy efficiency and a new 2,200mAh high-capacity battery, it can capture approximately 470 pictures (using the LVF) / 1,500 pictures (in Power Save LVF mode). Power and charging are possible via the USB-C port. Double SD Card slot (UHS-IIx1 and UHS-I x1), 5GHz/2.4GHz Wi-Fi and Bluetooth 4.2 connectivity are also supported. The LUMIX S Series full-frame mirrorless camera system adopts the L-Mount system to provide users with a diverse and future-proof range of products from Panasonic, Leica Camera and Sigma. Panasonic now offers four innovative models in the LUMIX S Series of full-frame Digital Single Lens Mirrorless cameras – the S1R, the S1, the S1H, and the new S5. The LUMIX S1R is ideal for taking high-resolution images, the LUMIX S1 is an advanced hybrid camera for high-quality photos and videos, and the LUMIX S1H is designed and developed specifically for film production. The LUMIX S5 packs the essence of these conventional S Series cameras in a compact, lightweight body. With this lineup, Panasonic is committed to meeting the demands of all creators by challenging the constant evolution of the photo/video culture in today’s new digital era.

*1 *Of mirrorless interchangeable lens cameras, as of September 2, 2020.
*2 Based on the CIPA standard [Yaw/Pitch direction: focusing distance f=200mm when S-E70200 is used. Firmware must be updated to the latest version.
  1. High image quality even in high sensitivity photo/video and Dual I.S. to suppress virtually any type of blurring

The LUMIX S5 contains a 24.2-megapixel 35mm full-frame CMOS sensor (35.6 mm x 23.8mm). The LUMIX S5 boasts a wide dynamic range and reproduces sharp images with exceptional clarity. Noise is minimized even when shot at maximum ISO 51,200 high sensitivity. It is an ideal camera to use especially in low-light situations.

The LUMIX S5 features Dual Native ISO sensitivity, the technology that was first introduced in the Panasonic professional cinema camera VariCam line-up. Normally, noise increases as sensitivity rises with a single native ISO image sensor. However, the image sensor with Dual Native ISO in the S5 minimizes noise generation by choosing an optimal circuit to use according to the sensitivity before gain processing. As a result, it allows a maximum ISO 51,200 high sensitivity recording. Dual Native ISO gives film creators a greater variety of artistic choices as well as the ability to use less light on the set, saving time. The LUMIX S5’s Dual Native ISOs are 640 and 4000*1

Taking full advantage of its high-resolution sensor, the LUMIX S5 provides a High Resolution mode that faithfully reproduces precise details to be saved as beautiful, highly realistic images not only RAW but also in JPEG. Eight consecutive images are automatically shot while shifting the sensor using the Body I.S. (Image Stabilizer) mechanism and synthesized into a 96-megapixel equivalent (12,000 x 8,000-pixel) image by the Venus Engine, which boasts high-speed signal processing. This high-resolution photo is ideal for landscape photography of stationary subjects or artwork with delicate details using a tripod. However, it can also be used in situations where moving subjects are included in the scene, by switching the sub mode.

The LUMIX S5 integrates the Body I.S. (Image Stabilizer) for powerful handshake correction. Panasonic developed an algorithm that precisely calculates shaky movements sensed by the gyro sensor, image sensor and accelerometer sensor. This enables more accurate shake detection and compensation, making it possible to use a 5-stop slower shutter speed*2. Combining the Body I.S. (5-axis) in the camera and the O.I.S. (Optical Image Stabilizer, 2-axis) in the LUMIX S Series lens, the 5-axis Dual I.S. 2 the correction power is maximized to allow 6.5-stop slower shutter speed*3. It is highly beneficial in telephoto shots and in adverse situations, such as in low-light or with one-handed shooting. The 5-axis Dual I.S. 2 works for both photo and video recording, including 4K. The Body I.S. compensates for camera movement even when other L-Mount lenses without O.I.S. are used.

With the new Live View Composite function, the camera releases the shutter at designated intervals of exposure time and synthesizes the parts with high luminosity to produce a single picture. While the total brightness of each consecutive image is accumulated in bulb shooting, only the target subject, the bright parts of an image, are detected and the user can synthesize them carefully while seeing it in live view. This is useful for capturing shots of fireworks or stars in the night sky where the background needs no gain-increase.

*1 When recording mode is set to V-Log. The sensitivity varies depending on the recording mode.
*2 Based on the CIPA standard [Yaw/Pitch direction: focusing distance f=60mm when S-R2060 is used.
*3 Based on the CIPA standard [Yaw/Pitch direction: focusing distance f=200mm when S-E70200 is used
  1. Exceptional video recording performance for cinema-quality film creation

As a pioneer of photo/video hybrid mirrorless cameras, LUMIX has the largest lineup*1 of cameras that record 4K 10-bit video. As the latest member of the family, the LUMIX S5 is capable of 4K 60p 4:2:0 10-bit, and 4K 30p 4:2:2 10-bit internal recording up to 30 minutes. It is also capable of 4K 60p4:2:2 10-bit HDMI output. For 4K 30p 4:2:0 8-bit internal recording, there is no time limit. It will comply with RAW video output to ATOMOS NINJA V over HDMI as well as C4K video recording with the future firmware update (which will be detailed in Chapter 6).

Dynamic range measures the luminance range that a digital camera can capture. The LUMIX S5 delivers 14+ stops of Dynamic Range, which are virtually the same as those of the Panasonic cinema cameras, to precisely reproduce everything from dark to bright areas. The ability to capture accurate colors and rich skin tones is a must for any filmmaker. The LUMIX S5 imports the renowned colorimetry of the VariCam lineup of cinema cameras. The LUMIX S5 contains V-Log/V-Gamut capture to deliver a high dynamic range and broad colors. V-Log renders a very flat image while maintaining all of the color information within the image. This means that there is a greater level of play when the images are put through post-production processes. The CMOS sensor of the LUMIX S5 achieves a wide color gamut known as V-Gamut, which is the S5’s optimum color space and achieves a color space that is wider than BT.2020. V-Log has log curve characteristics that are somewhat reminiscent of negative film and V-Gamut delivers a color space even larger than film. 35 conversion LUTs for VariCam cinema cameras can be downloaded free of charge for use in the LUMIX S5. It is easy to match the color tone with the footage recorded in V-Log of S1H/S1 and V-Log L of GH5/GH5S. Practical tools like a Waveform Monitor and V-Log View Assist are also available.

With Slow & Quick mode, impressive video slow and quick motion video in 4K(1-60fps, 30x quick to 2.5x slow) or in FHD (1-180fps, 60x quick to 7.5x slow) is available. It is possible to use AF*2 to capture the subject in sharp focus in this mode, too. It can also be accessed directly using the mode dial.

The HDR (High Dynamic Range) video recording in 4K is also available, which reproduces both the bright parts and dark parts of an image, making it appear as if seen in person. The camera records video with a designated gamma curve compatible with ITU-R BT.2100, and the user can now choose Hybrid Log Gamma (HLG) in Photo Style. The HLG*3 Photo mode provides a wider dynamic range to reproduce light and shadow with more natural contrast. The HLG Photos can also be produced as an HSP file*4 with compressed high-brightness signals in its full resolution (5,888 x 3,312, in 16:9) in addition to JPEG/RAW files. The user can playback these vibrant images on the latest Panasonic HLG-compliant 4KTV via HDMI cable connection or other HLG-compliant devices.

For more continuous burst shooting, 6K PHOTO*5 makes it possible to capture unmissable moments at 30 fps by extracting the frame with the best timing out of a 6K burst file (in 4:3 or 3:2 aspect ratio) to save as an approximate 18-megapixel equivalent high-resolution photo.

*1 Of mirrorless interchangeable lens cameras, as of September 2, 2020
*2 The AF mode switches to MF when the frame rate is set to of 150 fps or more. The angle of view is reduced when the frame rate is set to 180 fps. Recording stops when the continuous recording time exceeds 30 minutes.
*3 “HLG (Hybrid Log Gamma)” is an international standard (ITU-R BT.2100) HDR format.
*4 “HSP” is an HDR picture format using HLG format video technology.
*5 6K PHOTO’ is a high speed burst shooting function that cuts a still image out of a 4:3 or 3:2 video footage with approx.18-megapixel (approx. 6000 x 3000 effective pixel count) that the 6K image manages. 
  1. High-speed, high-precision AF achieved supported by real-time detection technology

The LUMIX S5 boasts high-speed, high-precision AF in both photo shooting and video recording. Combining the Contrast AF with DFD (Depth From Defocus) technology, it focuses on the target in approximately 0.08 sec*1. As a camera that excels in low-light shooting, the LUMIX S5 boasts -6EV*2 luminance detection performance with Low Light AF thanks to the higher sensitivity and optimized tuning of the sensor. Allowing maximum 480 fps communication speed between the sensor and the lens, users can take full advantage of this high-speed, high-precision AF when LUMIX S Series lens is used.

The LUMIX S5 also incorporates an advanced deep learning technology that detects specific subjects like humans and fast-moving animals. Notably for humans, the head is separately recognized from the eye, face and body by real-time detection technology to provide even more precise focusing. The camera continually tracks an individual even if they move quickly, turn their back to the camera, tilt their head or move far away from the camera. On the other hand, improvements to the DFD technology has enhanced AFC, which also enables users to keep tracking small or fast-moving subjects to capture them in crisp focus.

*1 11EV, at wide-end with S-R24105 (CIPA) in LVF120 fps setting.
*2 At ISO100, F1.4, AFS
  1. Reliable basic performance and expandability for creative freedom

The LUMIX S5 boasts outstanding mobility yet excels in basic performance and expandability. To withstand heavy field use, the LUMIX S5 is composed of a magnesium alloy full die-cast body and is splash/dust-resistant*1. With an optimum layout of heat dispersion components, heat is effectively transferred outside which results in stable, continuous video recording for a long time.

The LUMIX S5 has a large LVF (Live View Finder) with a high magnification ratio of approx. 0.74x. High-precision, high-speed OLED (Organic Light-Emitting Diode) display features 2,360K-dot high resolution. Adoption of OLED for the LVF achieves high speed response with minimum time lag of less than 0.005 sec. With an eyepoint of approximately 20 mm, it offers high visibility with comfort for users wearing glasses.

A 3.0-inch free-angle LCD in 3:2 aspect with 1,840K-dot high resolution provides touch control. Composition during recording in various popular aspect ratios such as 16:9, 4:3, 1:1, 4:5, 5:4 and 9:16 can be checked with the Frame Marker function. The REC Frame Indicator identifies whether the camera is recording or not.

The LUMIX S5 has a double SD Memory Card slot. One slot complies with UHS-I and the other with the high-speed, high-capacity UHS-II (Video Class 90). The camera’s battery can be recharged either via AC or USB according to the user’s convenience.

Compatibility with Bluetooth 4.2 (called BLE: Bluetooth Low Energy) enables constant connection with a smartphone/tablet with minimum power consumption. The settings of a LUMIX S5 camera can also be copied and transmitted wirelessly to other S5 cameras when using multiple S5 cameras. Wi-Fi 5-GHz (IEEE802.11ac) *2 also is effective in addition to 2.4-GHz (IEEE802.11b/g/n.) This provides secure and stable connection on location for smooth remote control and high-speed data transfer.

*1 Dust and Splash Resistant does not guarantee that damage will not occur if this lens is subjected to direct contact with dust and water.
*2 5GHz Wi-Fi is not available in some countries.
  1. Optional accessories and application software

A variety of accessories can be used for the LUMIX S5 to enhance its usability and convenience. Microphone Adaptor (DMW-XLR1) is a plug-in type adaptor for an XLR microphone to record high-quality stereo sound. It is ideal for lip-sync recording. Dedicated switches allow direct, quick control. MIC, LINE and CONDENSER MICROPHONES are switchable. Battery Grip (DMW-BGS5) allows approximately 940 pictures (using the LVF) / 3000 pictures (in Power Save LVF mode) with an extra battery inside the grip. More accessories such as Remote Shutter (DMW-RS2), DC coupler (DMW-DCC17), Tripod Grip (DMW-SHGR1) are available.

Application software LUMIX Tether enables tethered shooting via USB. Users can control the camera by connecting it to a PC via USB. It lets them view the image on a large PC screen while shooting. For live streaming, LUMIX Tether for Streaming (Beta) with LIVE VIEW mode can be used.

The LUMIX Sync application for iOS/Android devices enables photo transmission to a smartphone or a tablet via easy wireless connection. It also allows remote control of the camera using these devices.

  1. Future Firmware Update

To further enhance its performance, a firmware update is scheduled for the LUMIX S5 by the end of 2020. In addition to C4K video recording, it will support RAW video data output to ATOMOS NINJA V over HDMI at a resolution of 5.9K (5888×3312) 29.97p/25p, 4K(4128×2176) 59.94p/50p and Anamorphic 3.5K (3536×2656)/50p. A variety of video recording assist functions such as the Vector Scope Display, Master Pedestal Adjustment and SS/Gain Operation(SEC/ISO, ANGLE/ISO, SEC/dB) will also be available. L.MonochromeS and L.ClassicNeo are the new options to be added for Photo Style.

The Lumix S5 will be available at valued channel partners in mid-September for $1999.99 for the body only and $2299.99 with a 20-60 kit lens.

 

 

The post Panasonic Introduces Lumix S5 Hybrid Mirrorless Camera appeared first on HD Video Pro.

CURRENTS Virtual Festival 2020: Aug 21-30

CURRENTS Virtual Festival 2020: Aug 21-30
currentsvirtual.com#Join us for CURRENTS New Media’s 11th annual (but 1st online) festival August 21-30!#Check out currentsvirtual.

Honor MagicBook Pro : un 16 pouces vraiment magique ?

1000, 1200, 1500€… Le prix des ultrabooks 15.6″ est en général assez élevé dès que l’on vise un modèle ayant des compétences sérieuses et un équipement complet. Cet Honor MagicBook Pro fait figure d’ovni dans ce petit monde avec son positionnement tarifaire plus accessible et sa dalle de 16.1″ à bordures fines. A 799.90€, on découvre un engin original et très bien fini, parfait pour une utilisation multimédia ou comme machine familiale.

Honor MagicBook Pro

Avec presque 37 cm de large (36.9 cm), le Honor MagicBook Pro n’est pas le portable le moins encombrant du marché. Cela dit, c’est quasiment la taille de certains 15.6″ récents qui frôlent très souvent les 36 cm. Il mesure 23.4 cm de profondeur et 16.9 mm d’épaisseur. Un ensemble qui, avec 1.7 Kg sur la balance, offre un certain confort tant pour le transport qu’à l’usage. La coque entièrement métallique est un gage de solidité et de durabilité.

Les 16.1″ de diagonale ne sont pas foncièrement différents d’une solution 15.6″ pouces, les quelques centimètres d’affichage supplémentaires seront cependant précieux pour certains même si la définition de la dalle restera un sage FullHD. Le constructeur a choisi une dalle efficace, avec un ratio d’affichage de 90% par rapport au châssis et une colorimétrie maîtrisée. L’écran affiche un rapport de couleurs 100% sRGB et un contraste de 10000:1. De quoi satisfaire tous les appétits multimédia.

Honor MagicBook Pro

A l’intérieur de la machine, on retrouve un processeur Ryzen 5 4600H, la solution 6 coeurs et 12 threads cadencée de 2.1 à 4 GHz d’AMD. Une puce associée à un circuit graphique Radeon Vega 6 proposant de très bonnes performances pour des usages multimédia. Épaulée par 16 Go de mémoire vive DDR4 en double canal et associée à un SSD de 512 Go au format PCIe NVMe, la puce de 45 watts proposera un excellent niveau de performances pour tous types d’usages. L’ensemble est ventilé par un système comprenant des caloducs en cuivre qui transportent la chaleur des composants et un double ventilateur pour la chasser vers l’extérieur. Pour avoir fait pas mal joujou avec des solutions de ce type, ce système de ventilation particulier n’a quasiment que des avantages. Il permet de distribuer la chaleur de manière uniforme et efficace tout en évitant les nuisances sonores. Au contraire des solutions mono-ventilation, les deux moteurs peuvent tourner à des vitesses réduites et produire un flux d’air suffisant pour éliminer les watts produits. Le résultat se traduit par un fonctionnement beaucoup plus silencieux qu’une solution classique.

Honor MagicBook Pro

Avec 45 watts de TDP, le processeur ne devrait pas trop tirer sur les capacités de l’ultrabook. Le Honor MagicBook Pro annonce une dizaine d’heures d’autonomie en vidéo, probablement moins en usage réel, et une charge rapide de sa batterie 56 Wh. La marque annonce une batterie rechargée de moitié en une demie heure de connexion au secteur. Parfait pour ce type d’engin qu’on utilise souvent en “saut de puce” d’un poste à l’autre.

Honor MagicBook Pro

Le tour des connecteurs révèle une intégration assez complète mais assez déséquilibrée. On retrouve bien une sortie HDMI 2.0 classique et port USB 3.2 Gen 1 Type A sur la partie gauche accompagnés par un premier port USB Type-C1 qui servira pour recharger l’engin. Ces éléments sont accompagnés de deux autres port USB 3.2 Gen 1 Type-A. Un port jack audio combinant sortie casque et entrée micro est également présent. Cette connectique est suffisante, largement adaptée à ce type d’engin mais fournit un seul port, non identifié, de Type-C, me parait un peu léger sur cette machine. Un second port de ce type n’aurait pas été désagréable et j’aurais également aimé un lecteur de cartes SDXC, par exemple. Surtout au vu des capacités d’affichage de l’engin qui pourraient séduire des utilisateurs d’appareils photos Reflex.

Honor MagicBook Pro

Une finition sobre très appreciable

La connexion aux réseaux se fait au travers d’un Wifi5 et un Bluetooth 5.0, là encore on aurait apprécié un Wifi6 même si ce n’est pas encore un argument trop massif au vu des équipements en routeurs et en Box du marché français. 

Honor MagicBook Pro

D’un point de vue interfaces, on garde les éléments classiques de la marque avec toujours cette petite webcam cachée sous une touche du clavier qui viendra vous filmer par en dessous. On appréciera l’effort de la marque sur la confidentialité de ce dispositif qui empêche toute exploitation de la camera à votre insu.

Honor MagicBook Pro

Le lecteur d’empreintes digitales, intégré au châssis, est positionné directement sur le bouton de démarrage. Le pavé tactile est  large et grand, travaillé dans le même métal que le reste de l’engin.

Honor MagicBook Pro

Reste un bémol, un gros ou un petit suivant les utilisateurs, l’exploitation de l’espace destiné au clavier. J’entends déjà pester certains de mes lecteurs et s’effarer de voir que la marque n’a pas réussi à intégrer un pavé numérique dans un 16.1″. Outre le fait que la problématique est la même que pour un 15.9″ au vu des dimensions de la machine, je pense qu’il s’agit d’un choix volontaire de la marque. Techniquement, il y a la place d’ajouter ce pavé numérique, Honor a fait le choix d’intégrer une paire d’enceintes stéréo sur les côtés du clavier. Permettant ainsi au dispositif de proposer un espace sonore plus direct et plus immersif.

Honor MagicBook Pro

Une charnière à 180°

La cible de ce MagicBook Pro n’est, à mon avis, pas forcément un profil professionnel malgré son nom. L’engin est avant tout une bête taillée pour des usages multimédia. Le clavier de type chiclet a sans doute été jugé suffisant par la marque et plusieurs constructeurs m’ont confirmé qu’une bonne partie du public préférait ce type d’intégration plutôt que la présence de ces touches supplémentaires. Pourquoi pas, mais il serait temps de trouver une alternative aux demies touches fléchées haut et bas telle que celles que l’on peut voir en bas à droite du clavier.

Ryzen 4600H

Que penser au final de ce produit ? Il est dans la suite logique des précédentes évolutions du marché. Les 15.6″ sont devenus plus légers et moins encombrants,  aussi larges et profonds que de nombreux 13.3 et 14″. L’idée du MagicBook Pro est de partir de ce constat et de le transposer au format 15.6″ classique. Si de nombreux utilisateurs ont encore des 15.6″ d’ancienne génération, leur proposer un engin plus fin, plus léger et plus grand en terme d’affichage dans un encombrement identique n’est pas forcément une mauvaise idée.

Surtout à ce tarif. Le Ryzen 5 4600H est une puce performante et qui devrait suffire à la majorité des usages. Le chipset graphique Radeon Vega 6 qui l’accompagne est également très efficace et dans ce dispositif, avec 16 Go de mémoire vive et 512 Go de SSD rapide, cet engin devrait être une vraie petite bombe de réactivité  à l’usage sous Windows 10. Le reste de l’équipement est très bon, l’ensemble finement construit et l’engin est proposé à un prix attrayant. A 799.90€ pour sa sortie, il se trouve chez Boulanger en exclusivité ou directement au même prix dans la boutique Honor. Dans les deux cas, le prix du MagicBook Pro grimpera à 899.90€ à la fin de sa période de promo dans une dizaine de jours. L’offre est alléchante donc, elle ne correspondra sans doute pas à tout le monde mais la machine propose un excellent rapport qualité, performance et prix.

J’espère pouvoir tester cet engin dans un futur proche.

Voir l’offre sur MisterMatos

 

 

Honor MagicBook Pro : un 16 pouces vraiment magique ? © MiniMachines.net. 2020.

Beelink GK55 : un énième MiniPC sous Celeron J4125

Mais voilà, le Beelink GK55 sort en Septembre 2020 et depuis quelques temps le marché a drôlement évolué. Lancé à presque 290€, il fait pâle figure face à l’offre concurrente. A savoir les machines sous AMD Ryzen.

Beelink GK55

Le Beelink GK55 n’est pas une mauvaise solution, on retrouve des éléments assez classiques du marché actuel comme un Celeron Gemlini Lake J4125. Un processeur proposant quatre coeurs et quatre threads fonctionnant de 2 à 2.7 GHz avec 4 Mo de mémoire cache et un TDP de 10 watts. Il propose un circuit graphique UHD 600 à 700 MHz max. Une solution classique pour des usages classiques donc. Accompagné de 8 Go de mémoire vive DDR3 et de 128 Go de SSD, il ouvrira une voie confortable vers une utilisation Web, bureautique et multimédia. 

Beelink GK55

Le SSD pourra évoluer puisqu’il s’agit d’un modèle de SSD SATA 3.0 en M.2 2280, le Beelink GK55 embarque en prime un emplacement 2.5″ pour ajouter un second stockage SATA 3.0. Il propose du Wifi5, du Bluetooth 4.0 et une connectique plutôt complète : deux ports HDMI 1.4 pour gérer un affichage multi moniteurs, un port USB Type-C, deux ports USB 3.0 et deux ports USB 2.0. Une prise audio combo est également présente ainsi que deux ports Ethernet Gigabit pour gérer deux réseaux et un lecteur de cartes SDXC. L’engin mesure 12.4 cm de large pour 11.3 cm de profondeur et 4.1 cm d’épaisseur. Il pèse 295 grammes ce qui permettra de l’accrocher facilement derrière un écran grâce au support VESA fourni.

C’est donc une machine très correcte mais ce genre d’engin est désormais dans l’ombre des offres sous processeurs AMD. Si chez Beelink des machines comme le GT-R sous un AMD Ryzen 5-3550H bien plus puissant sont plus chères (comptez 320€ pour une version barebone) les offres concurrentes commencent a rendre inaudible les solutions équipées de puces Intel. 

Les 290€ de ce Beelink sont quasi équivalents aux 297€ demandés pour le Minisforum UM300 sous Ryzen 3 3300U en 16 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage accompagnés par un espace 2.5″ et proposant peu prou la même connectique. La version 16 Go et 512 Go de la même machine est à moins de 305€ ! L’écart de performances, de service et de prix est clairement à l’avantage de ces solutions AMD Ryzen offrant en plus des compétences graphiques supérieures.

Dans un autre genre, sous un processeur AMD Ryzen 5 2500U accompagné de 8 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD, le T-Bao MN25 est proposé à 237.52€. 60€ moins chère que la Beelink GK55 avec une puce toujours plus rapide, une connectique un peu moins fournie mais en doublant la capacité de stockage tout en gardant une certaine évolution.

ProcesseurCores/ThreadsFréquencesCache L2TDP
Pentium Silver N60054/42/3.3 GHz4 Mo10W
Celeron N51054/42/2.8 GHz4 Mo10W
Celeron N45052/22/2.9 GHz4 Mo10W
Pentium Silver N60004/41.1/3.1 GHz4 Mo6W
Celeron N51004/41.1/2.8 GHz4 Mo6W
Celeron N45002/21.1/2.8 GHz4 Mo6W

On sait qu’Intel va lancer des nouveautés sur le marché des puces basse consommation avec la sortie des puces Jasper Lake qui devraient annoncer des solutions Celeron et Pentium plus évoluées. Mais ce catalogue de nouvelles puces est attendu pour le début de l’année prochaine et je doute que leurs tarifs et leurs disponibilités soient au goût des petits fabricants comme Beelink et autres. Je vois mal ce marché particulier continuer a s’intéresser aux puces Gemini Lake à moyen terme, la concurrence d’AMD est trop forte avec ses Ryzen qui permettent de fabriquer mieux pour moins cher.

Difficile de conseiller une solution Intel Gemini Lake aujourd’hui face à des engins plus performants et moins cher en Ryzen…

Beelink GK55 : un énième MiniPC sous Celeron J4125 © MiniMachines.net. 2020.

Ortur Obsidian : une imprimante 3D accessible et très complète

La Ortur Obsidian est une nouveauté sur le marché des imprimantes 3D, si on connait déjà la marque pour ses graveuses laser, elle est moins présente sur ce secteur d’activité. Pour s’y faire remarquer, Ortur a donc décidé de proposer un produit assez complet avec des fonctions sympathiques comme l’auto nivellement, un éclairage par LED, un double Axe Z et beaucoup d’autres choses.

La Ortur Obsidian est une imprimante offrant un volume d’impression assez classique. 25 cm de large comme de profondeur pour 30 cm de haut. Elle est compatible avec les types de filaments classiques comme le PLA et l’ABS mais également le TPU pour des réalisation flexibles ainsi que le nylon et le PETG. Sa buse permet de monter assez haut en température avec 260°C maximum annoncé. Le plateau chauffant grimpe quand à lui à 120°C. De quoi prendre en charge de multiples matériaux. Son encombrement est assez habituel également avec 50 cm de large comme de profondeur et 53 cm de hauteur. Une imprimante que l’on peut facilement poser dans un atelier, donc, même si il faudra prendre en compte la bobine de filament qui n’est pas comprise dans ces mesures.

Ortur Obsidian

D’un point de vue construction, cette Otur Obsidian est classique avec deux axes verticaux qui viennent coiffer une base monobloc. Son assemblage est donc facile avec quelques opérations estimées à une durée située en 20 et 30 minutes de travail et de réglages au sortir de sa boite. Beaucoup d’éléments techniques ont été pensés pour faciliter les ajustements sans avoir à démonter tout ou partie du dispositif. Des systèmes simples permettent, par exemple, de tendre les courroies facilement. 

Ortur Obsidian

Cette construction facilitée est également doublée de certaines attentions pour assurer la précision des impressions. On retrouve deux tiges filetées pour l’axe des Z afin de stabiliser l’ensemble de l’extrudeuse lors de ses déplacements.

Ortur Obsidian

Cette extrudeuse propose un double système d’entrainement et vient coiffer directement la buse d’impression. Cette proximité évitera tous les soucis de poussée de filament entre l’extrudeur et le corps de chauffe. C’est particulièrement utile avec certains filaments et notamment les plus souples.

Ortur Obsidian

Evidemment, la Ortur Obsidian dispose des raffinements plus classiques comme la détection de fin de filament pour bloquer votre impression en attendant que vous réapprovisionnez votre bobine. Mais l’imprimante propose également des ajouts intéressants comme la présence d’un système d’éclairage à LED qui vient illuminer la buse lors de l’extrusion afin de bien distinguer ce que fait votre appareil. Un autre point fort de l’appareil est dans la présence d’un système de nivellement automatique qui va grandement faciliter cette opération souvent jugée la plus pénible par les utilisateurs. La buse se déplace automatiquement et détecte la position du plateau. Vous n’aurez donc plus qu’a ajuster celui-ci en fonction des indications de la Ortur Obsidian.

Ortur Obsidian

Autres points forts, la discrétion des différents câbles et autres connecteurs qui sont, soit invisibles car cachés dans son socle, soit intégrés sous forme de nappes pour éviter tout le fouillis de câbles de certaines imprimantes. Enfin, les moteurs qui entraînent l’ensemble des courroies sont pilotés de manière régulière, ce qui a de nombreux effets sur l’ensemble. D’abord, cela évite des bruits de mouvements excessifs et saccadés souvent très dérangeants, ensuite cela évite de “bousculer” l’impression ce qui peut poser des soucis de qualité, enfin cela évite de dérégler votre imprimante à force de micro secousses.

Le contrôle de l’engin se fait au travers d’un écran tactile couleur de 3.2″. Une fois démarrée via un petit bouton sur la face avant, on verra pourquoi il est là plus loin, cet écran est la tour de contrôle de l’imprimante. La Ortur Obsidian propose également une entrée USB pour être prise en charge directement par un appareil externe comme un Octoprint ou un PC mais vous pourrez l’utiliser de manière autonome en chargeant un fichier à imprimer via son lecteur de cartes MicroSD. L’écran permettra d’effectuer tous les réglages de température, d’ajustement, de nivellement et autres sans problèmes.

Ortur Obsidian

Le bouton en façade est important pour plusieurs raisons. La machine dispose d’un interrupteur pour la mettre totalement hors tension mais la présence de ce petit interrupteur à d’autres avantages. C’est d’abord la possibilité d’éviter de mettre en, tension et sous tension l’ensemble de l’appareil directement depuis son alimentation. Mais c’est aussi et surtout la possibilité de voir  l’imprimante se couper totalement à la fin d’une impression. Lorsque le travail est terminé, la tête de l’imprimante se met en sécurité et après une période de refroidissement définie, l’engin coupe l’alimentation des ventilateurs. Cela évite d’avoir une machine qui tourne inutilement après avoir fini son impression. Comme l’imprimante est également capable de reprendre une impression en cas de panne de courant, elle restera sagement en attente de vos ordres. Elle ne remettra pas en marche ses ventilateurs inutilement lorsque le courant reviendra mais quand vous la rallumerez via ce petit bouton.

Ortur Obsidian
Pour piloter tout ça, la marque ne s’est pas cassé la tête. elle a tout bêtement repris le travail Open Source des développeurs les plus talentueux. La carte mère 32 bits est une Ortur6 équipée en drivers STM32 pilotant les axes sur 256 niveaux. Le firmware est un Marlin développé sur mesures et le système une solution FreeRTOS. Le résultat est un ensemble simple, efficace, massivement supporté et en perpétuelle évolution. 

La Ortur Obsidian vient tout juste de sortir et, bien sûr, on manque encore de recul sur ses fonctionnalités et sa finition. Elle semble pour autant accumuler les bons points et pourrait devenir une des nouvelles valeurs sûres du marché. Apparue à 258€ sur Gearbest, elle bénéficie d’un code promo qui permet de la baisser à 249.40€ pour son lancement. Je vais voir si je peux tester l’appareil un peu plus en profondeur dans les semaines qui viennent.

 

Ortur Obsidian : une imprimante 3D accessible et très complète © MiniMachines.net. 2020.

Snapdragon 8cx Gen 2 : Qualcomm patine

Le Snapdragon 8cx Gen 2 est un nouveau SoC que Qualcomm propose au marché PC sous Windows. Au même titre que sa première génération, ces SoC sont pensés pour faire tourner une version adaptée de Windows 10 qui pourra émuler des programmes classiques tournant habituellement sur processeurs X86 signés Intel et AMD.

Snapdragon 8cx Gen 2

Snapdragon 8cx Gen 2

Problème, la Gen 2 du SoC est apparemment totalement identique à la première version. Le Snapdragon 8cx Gen 2 est le même SoC que le Snapdragon 8cx Gen 1. Exactement. On retrouve le coeur Kryo 495, l’Adreno 680 et le Spectra 390 accompagnés de l’Hexagon 690. Toutes ces briques de processeur, circuit graphique, DSP et ISP qui constituent la puce. Il est fort possible qu’ils aient eu droit à des ajustements des optimisations et autres mais ce sont, sur le papier les même SoC. Le passage de la Gen 1 à la Gen 2 semble totalement “diplomatique”.

Snapdragon 8cx Gen 1Snapdragon 8cx Gen 1

Qualcomm ne laissant pas apparaître les fréquences de ses composants, il est difficile de comprendre le vrai intérêt de cette “nouveauté”. Encore plus de voir ce qui justifierait ce changement de génération ? On passe de la Gen 1 à la Gen 2 quand l’ensemble du dispositif évolue un petit peu, pas quand on gagne juste en vitesse de fonctionnement. On retrouve également un équipement annexe totalement identique avec des connexions du même niveau : le Snapdragon 8cx Gen 2 propose du Wifi6 et un modem 5G X55, comme son “ancêtre”. Le Quicharge 4+ est encore de mise… La finesse de gravure est de 7 nanomètre, là encore c’était le cas de la Gen1.

qualcomm

Qualcomm d’hab

Où est le problème ? D’abord changer de nom de manière cosmétique si cela ne se traduit pas dans la réalité des faits, ce n’est pas vraiment joli joli. Si on change de Gen à chaque fois qu’on gagne quelques MHz de fréquence sur ses puces, cela va être difficile a gérer généalogiquement.

Mais surtout le mouvement de Qualcomm se fait dans la foulée des annonces d’AMD et d’Intel. AMD a lancé ses puces Ryzen 4000 à destination des portables. Des processeurs complets et performants qui ont enfin eu un peu de  traction sur le marché des grands constructeurs. Intel vient d’annoncer sa onzième génération de processeurs avec un vrai renouveau en terme de performances graphiques… Et Qualcomm semble donc faire du sur place. Ce qui pose un “léger” soucis.

Snapdragon 8cx Gen 2

Qualcomm ne se compare pas au Snapdragon 8cx Gen 1

Parce que si AMD et Intel gagnent en performances sur  ce secteur, et pas que en terme de vitesse d’exécution mais également en services avec de meilleures autonomies, des machines plus légères et des fonctions annexes qui évoluent (Wifi6, modem 5G, PCIe x4, Thunderbolt 4…) et bien Qualcomm n’a pas le droit de faire du sur place. La solution d’émulation présentée par Microsoft sous Windows 10 était médiocre, les programmes x86 traditionnels étaient, au mieux, lents. 
L’impression générale délivrée par les Surface Pro X, seules machines a proposer la Gen 1 de la puce de Qualcomm, étaient que l’on payait très cher un engin aux performances d’une solution au mieux milieu de gamme. Pour parler en langage Intel, on s’offrait un PC Core i7 d’un point de vue tarif mais avec des performances de Core i5 dans les applications compatibles et de Celeron des que l’on sortait de ces sentiers battus.

Avec un SoC identique, les mesures seront sans doute les mêmes. Qui va accepter de payer un engin au prix fort alors qu’il aura un niveau de performances digne de l’entrée ou du moyen de gamme ? Surtout quand en face Intel et AMD vont continuer a se mener une guerre commerciale qui va pousser les deux concepteurs de processeur a augmenter leurs performances et a améliorer leurs services tout en baissant leurs tarifs ?

Pour quels avantages ? Proposer un modem 5G ? Le marché n’est pas prêt et quand il le sera les constructeurs auront des solutions annexes pour équiper leurs machines facilement. Intel prépare le terrain avec des partenaires comme Mediatek par exemple. Proposer du Wifi6 ? C’est fait par défaut sur la plateforme EVO d’Intel désormais et va devenir le standard chez AMD également. Avoir une autonomie de 25 heures ? C’est une des promesse de Qualcomm mais elle est a prendre avec des pincettes… Non seulement les machines x86 standard arrivent désormais a afficher des autonomie record… Mais la solution Snapdragon 8cx Gen 2 risque de poser le même soucis que la Gen 1. De la lenteur à l’exécution des programmes x86. Avoir un engin qui a 25 heures d’autonomie ne sert à rien si cela se traduit par des applications 2 ou 3 fois plus lentes a venir à bout d’une tâche…

C’est tout le soucis du pari de Qualcomm et Microsoft. La promesse de doubler les performances des puces passées annoncée avec le Snapdragon 8cx Gen 1 n’a pas grand intérêt quand en face, chez Intel et AMD, on ne s’arrête pas pour attendre son petit camarade de jeu. Les constructeurs x86 traditionnels ne se sont pas reposés pendant ces derniers mois. Au contraire, la concurrence est enfin là.

Acer Spin 7 SP71

Une machine sous Snapdragon 8cx Gen 2 annoncée, youpi.

L’autre soucis vient du parc. Si la Surface Pro X sous Snapdragon 8cx Gen 1 a été annoncée je ne l’ai jamais vue. Ni de près, ni de loin. Jamais je n’ai eu l’occasion de la croiser en magasin ou de la tester. Je ne connais personne qui a investit dedans. L’engin a tout juste fait le tour de quelques rédactions aux US avant de se faire démonter en règle dans des benchs.

Acer Spin 7 SP71

En 2020 point de nouvelles Surface de Microsoft pour le moment. C’est Acer qui prend le relais avec le Acer Spin 7 SP71. Un ordinateur portable 14 pouces convertible avec une charnière à 360° qui annonce sont lot d’avantages techniques : modem 5G compatible LTE, Wifi6, grosse autonomie… 

L’engin est intéressant sur le papier avec cette charnière qui permet de le transformer en tablette tactile. La présence d’un stylet actif WaCOM AES avec 4096 niveaux de pression est également un bon point. Le gros plus de cet Acer est sa promesse d’une batterie de chameau. La marque indique qu’on pourra l’utiliser “plusieurs jours” entre chaque recharge. Ce qui n’est pas suivi d’un test d’autonomie ou d’indications plus précises. Est-ce que cela veut dire qu’on peut utiliser le Spin 7 pendant 3 jours en l’employant 8 heures par jour ou plutôt pendant 4 heures ? Ce genre d’annonce a toujours le don de me mettre en mode défensif car elle peut dire tout et n’importe quoi.

Acer Spin 7 SP71

Le reste de l’engin est superbe avec une coque fine en alliage de magnésium, une dalle capacitive anti microbienne signée Corning1 pour l’écran mais également un traitement du même genre pour le clavier et le pavé tactile. L’affichage 14 pouces propose un FullHD en IPS avec une colorimétrie contrôlée 100% sRGB.

Super sur le papier donc mais pour peu que vous vouliez utiliser un programme x86 pour dessiner, prendre des notes, jouer ou autre… et bien vous aurez au mieux les performances d’un Core i5 et au pire celles d’un Celeron. Des processeurs performants en bureautique et en web mais en général vendus dans des engins aux prix plus sages. Sans compter le fait que de nombreux programmes refusent de fonctionner correctement encore aujourd’hui au travers du système d’émulation de Microsoft.

Carpin

Le mariage de la carpe et du lapin

Comprenons nous bien, le Snapdragon 8cx Gen 2 est probablement un excellent SoC. Très capable et très performant. C’est une puce qui a des capacités très intéressante en terme de calcul, de graphisme et qui propose un lot incroyable de fonctionnalités. Simplement elle est mariée ici à Windows. Et un Windows qui se targue de pouvoir piloter des applications traditionnelles de sa logithèque. Il s’agit là d’un pari perdu d’avance. Parce que ce n’est pas la meilleure façon d’optimiser les capacités de la puce et parce que, comme expliqué plus haut, même si un jour Qualcomm et Microsoft arrivaient a obtenir les performances d’un Core ou d’un Ryzen d’une génération actuelle… AMD et Intel n’attendraient pas sagement de se faire doubler. Les performances du marché continuent sans cesse d’évoluer. Là ou Qualcomm et Microsoft annoncent 1 ou 2 machines. AMD en prévoit 135 et Intel 150 avec leurs nouvelles puces.

Avec un autre système,  un Linux ou un Windows sans cette promesse d’émulation, il n’y aurait sans doute aucun reproche a faire à ce SoC. D’ailleurs tant que l’on reste dans les sentiers battus, lançant des applications optimisées pour la puce, les engins sous Snapdragon se comportent très bien. 

Windows_RT_logo_and_wordmark.svg

Le soucis étant que Microsoft a lancé son programme en jouant sur son appellation Windows pour profiter de son aura. L’utilisateur de Windows compte bien, depuis toujours, sur le catalogue des programmes qu’il connait, sur sa logithèque qu’il a acheté. Il n’est pas possible de lui dire que son PC sous Windows ne pourra pas faire tourner ses applications. Microsoft a déjà tenté cette aventure par le passé avec Windows RT et le résultat a été catastrophique. L’émulation est donc de rigueur mais le résultat restera toujours en deçà de la proposition concurrente.

Quelle solution ? Je n’en voit pas vraiment. Microsoft ne peut pas pousser un Linux a tourner sur puce ARM et alimenter ainsi une concurrence à son propre marché Windows. Qualcomm ne peut pas financer tout seul le développement de ces Snapdragon particuliers sans un marché potentiel. Microsoft est le seul a pouvoir aider son partenaire a trouver des débouchés. Acer a répondu présent, HP semble vouloir lui emboîter le pas avec une machine a destination des pros… Reste a trouver un public. Ce qui ne sera pas facile.

Comme me le disait un responsable informatique d’une grosse boite de conseil pour de grands groupes en France. “Acheter un PC sous SoC Qualcomm et Windows pour n’utiliser que son navigateur et son traitement de texte n’a aucun intérêt. Autant passer à… un Chromebook.”

Snapdragon 8cx Gen 2 : Qualcomm patine © MiniMachines.net. 2020.

Jasper Lake : la prochaine gamme Intel Celeron et Pentium détaillée

Jasper Lake c’est le nom de code des nouveau coeurs d’Intel à destination du marché low-cost et basse consommation. Des puces que l’on retrouve dans de nombreux ultraportables abordables mais également dans une foule de MiniPC. Alors que les Gemini Lake (architecture Goldmont Plus)  ont été lancés en 2017, on les trouve encore en vente en 2020. Les Gemini Lake Refresh ont suivi en 2019 mais avec une disponibilité parfois compliquée

En 2021, Intel va donc lancer les Jasper Lake en se basant sur une nouvelle architecture, Tremont, gravée en 10 nanomètres. Le résultat de ce changement de catégorie devrait se traduire par une augmentation globale des performances de 30% environ par rapport aux puces actuelles. 

La première gamme de solutions annoncées pour 2021 serait composée de 6 processeurs : 2 Pentium et 4 Celeron, ils seraient normalement prévus pour des machines de bureau type MiniPC. Mais la porosité de ce marché fait que l’on a retrouvé de ces puces dans des engins très, très, variés…

ProcesseurCores/ThreadsFréquencesCache L2TDP
Pentium Silver N60054/42/3.3 GHz4 Mo10W
Celeron N51054/42/2.8 GHz4 Mo10W
Celeron N45052/22/2.9 GHz4 Mo10W
Pentium Silver N60004/41.1/3.1 GHz4 Mo6W
Celeron N51004/41.1/2.8 GHz4 Mo6W
Celeron N45002/21.1/2.8 GHz4 Mo6W

Cela signifie que la production de solutions Tremont va augmenter, actuellement ils sont intégrés aux puces Lakefield qui emploient la technologie Foveros pour additionner des coeurs Tremont d’Atom avec des coeurs Sunny Cove de type Core. Intel semble donc assez confiant pour proposer des puces en quantité sur ce segment de gravure 10 nanomètres. 

Athlon Silver 3050e

Intel doit mettre les bouchées doubles sur ce segment de puces à basse consommation. Entre 6 et 10 watts, le fondeur n’avait avant aucun véritable concurrent. Ses puces “Gold” et “Silver” ne souffraient pas vraiment de concurrence… Mais cela va changer dans le futur puisque AMD semble s’intéresser également à ce segment. Ses AMD Silver 3050E, AMD 3020e et AMD 3015e tourneront dans un TDP de 6 watts… De quoi donner un peu de concurrence sur ce marché particulier.

Les processeurs AMD Athlon Silver 3050e seront construits sur une solution double coeurs Zen et géreront quatre threads. Ils seront cadencés jusqu’à 2.8 GHz en mode Turbo et proposeront un chipset Radeon Vega 3 à 1 Ghz. De quoi motiver Intel à rester sage sur les tarifs et un peu plus excité sur les performances.

Source : Fanlesstech

Jasper Lake : la prochaine gamme Intel Celeron et Pentium détaillée © MiniMachines.net. 2020.

Une Apple Pippin dans un jeu Apple Arcade (et Nintendo Switch)

Dans le trailer de Takeshi & Hiroshi (et dans le jeu, d’ailleurs), on peut trouver une Apple Pippin.

Le jeu est sorti sur Apple Arcade il y a plusieurs mois, et plus récemment sur Nintendo Switch. Et donc on peut voir une pseudo Pippin chez un des deux frères.

Dans le trailer Switch


Une capture sur Switch (je crois)


Sur le Mac (via Apple Arcade)

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @geraldinekwikmusic⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣LUX...




⁣⁣
⁣#repost @geraldinekwikmusic⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣LUX NATURAE / Part 1 of 6 ⁣
⁣Glad to have my music played on the bridge in Skopje last week end, written for the SKOPJE LIGHT ART DISTRICT 2020 festival.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣Visual Artists : Aurélien WOJTKO @_aurelien.w/, Susie-lou CHETCUTI, Patrick GRANDI, Jules HUVIG @juleshuvig/, Frédéric HAUDEGOND ⁣
⁣Original Music & Sound Design : Geraldine KWIK⁣
⁣Production : Loom Prod France⁣
⁣Organization : @sk_light_art_district/⁣
⁣Place : Stone Bridge - SKOPJE - MACEDONIA⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣#skopje #ckonje #macedonia #stonebridge #bridge  #light #art #district #3rd #edition #going #green #mapping #projectionmapping #composingmusic #composer #orchestral #musicforpaintings #movingimage #digitalartist #night #millumin #frenchcomposer #streetart #skopjeinfo #instagraphynet #sklad2020 #skopjelightartdistrict (at Stone Bridge, Skopje)
https://www.instagram.com/p/CEaI-ccJtZn/?igshid=bu38zy4nlpuv

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @luis_satch⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Otro...




⁣⁣
⁣#repost @luis_satch⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Otro homenaje a todos los involucrados en esta #pandemia estamos muy agradecidos. Gracias al @gobnau que nos dio la oportunidad de llevar este agradecimiento a más personas, fuimos los primeros en hacer #videomapping en las torres de Satelite y ahora en una basílica que tiene más de 500 años. @pluxstudio @omagicamx @eventosinlimites. Gracias a todos los que hacen posible esto. #video #homenaje #covid #doctores #bomberos #basilicadelosremedios #naucalpan #luces #colores #epson #reflects #lights #3D #millumin #watchout #resolume #aftereffects #motiongraphics #eventos #meetingplanners #meetings
https://www.instagram.com/p/CEaH9tbJAww/?igshid=iwtv4srol26x

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @photographyagf⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣ᴍᴀᴘᴘɪɴɢ...




⁣⁣
⁣#repost @photographyagf⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣ᴍᴀᴘᴘɪɴɢ ᴍᴇ ! 20 🐺⁣
⁣.⁣
⁣▶#MedinadelCampo #mappingme #MAPPINGME20 #videomapping #millumin @rodrigotamariz_musicmapping (at Medina del Campo)
https://www.instagram.com/p/CEaIIUXp-HI/?igshid=1qu39o0h5wk70

Tiger Lake, la 11e gen d’Intel se dévoile avec quelques surprises

Intel a donc détaillé sa toute nouvelle architecture Tiger Lake, celle qui anime ses puces Core de onzième génération. De nouveaux processeurs à destination des portables. Une annonce technique accompagnée d’une nouvelle évolutin du marketing  de la marque. Le Project Athena, lancé pour aligner les constructeurs autour de solutions Intel, est abandonné au profit d’une nouvelle formule . Un label “Evo” va venir reprendre le flambeau. 

Intel Evo

 

La naissance d’EVO

Le Project Athena, on s’en souvient, c’est un aiguillage mis en place par Intel pour influer sur le fonctionnement des constructeurs. La marque avait fait la même chose avec les ultrabooks avec beaucoup de succès. En gros, il s’agit d’une gare de triage, les ultraportables se présentent face à un physionomistes qui leur dit quelle voie prendre. Si les machines proposent une autonomie suffisante, des performances adaptées, une certaine épaisseur et une certaine connectique, alors ce sont des machines qui sont validées et peuvent entrer sur la voie “Project Athena”. Si elles sont trop épaisses, si elles n’ont pas la bonne autonomie ni les bons connecteurs, elles ne pourront pas s’y diriger.

Opportunément, et c’est ma foi très logique, la voie “Project Athena” était conditionnée à la présence d’un processeur Intel. L’emploi d’un processeur Intel Core à basse consommation pour obtenir l’autonomie demandée. La présence obligatoire d’un Thunderbolt 3.0 et autres détails techniques faisaient que le Project Athena était une voie réservée aux puces de la marque. Une manière de pousser les constructeurs à ne pas lorgner chez la concurrence Qualcomm et AMD.

EVO Tiger Lake

En contrepartie, Intel aidait au financement du marketing de votre machine, cofinançait vos campagnes de pub et vous prenait même sous son aile pour vous accompagner dans le développement optimal de votre PC à grand renfort d’ingénieurs. Et ça a marché. Du moins en partie. Parce que le grand public n’a jamais vraiment compris la démarche et que je n’ai vu nulle part de PC portable étaler sur sa boite ou sa carcasse qu’il faisait partie de la grande famille des PC Project Athena. trop complexe, trop difficile à mettre en avant, la partie grand public du projet lancé en 2019 n’a pas vraiment fonctionné. Du moins pas aussi bien que les rouleaux compresseurs publicitaires qui ont été les solutions “Centrino” ou “Ultrabook”.

Intel a donc décidé de transformer Project Athena en un nouveau label : Evo. Avec ce nouveau guide, Intel veut conserver la même philosophie et assure vouloir garantir aux clients un nouvel ensemble de KEI. Un acronyme pour Key Experience Indicators. Des points qui définissent en partie ce dont la machine sera capable. On pourrait croire que Evo revient au même que Project Athena mais il y a quelques subtiles différences. Le Label Evo ne s’arrêtera pas qu’à une demande théorique pour être attribué, il faudra passer par la case pratique pour être pris en compte.

EVO Tiger Lake

Si pour les Ultrabooks ou Athena, il suffisait que les constructeurs jurent sur la tête de leurs milliampères que leurs engins allaient tenir 16 heures en autonomie, avec le Label Evo il faudra mesurer ce résultat. Intel veut du concret, la marque s’étant sans doute rendu compte de l’énorme différence entre les annonces de certains constructeurs et la pratique. Les fameuses autonomies de laboratoire qui ne correspondent à rien en pratique. Facile de tenir 16 heures devant une machine déconnectée de tout réseau, avec une luminosité à 20%, en n’utilisant qu’un bloc note avec le vent dans le dos. C’est autre chose quand le client final se rend compte qu’il tourne plutôt à 8 heures d’autonomie une fois repassé en conditions réelles.

Intel veut tout mesurer et faire de son Label Evo un label de confiance. Un truc sur lequel on pourra compter pour acheter une machine sérieuse. Si des détails techniques sont donc toujours de la partie avec une finesse à atteindre, une certaine luminosité de la dalle ou des pré-requis en mémoire vive et en stockage…. Il faudra également montrer patte blanche en autonomie, en réactivité au retour de veille et autres. 

Tiger Lake PC

C’est également un moyen pratique de conditionner Evo à Intel et donc de conditionner des ventes équipées en processeurs Tiger Lake. Pour que le label soit validé, il faut bien sûr employer une puce Intel Core de onzième génération. C’est elle qui donnera certains précieux sésames pour valider des points importants comme du Wifi6 et du Thunderbolt 4… Evidemment, pour les constructeurs le challenge est plus difficile mais tous semblent avoir répondu à l’appel. Plus de 150 designs sont déjà en chantier, HP, Lenovo, Acer, Asus, Dynabook, MSI, LG, Razer, Samsung… toute la planète va sortir des machines qui auront droit à l’appellation Evo.

Mais plus que l’annonce d’Evo, c’est bien sa onzième génération de puces qu’Intel a mis en avant.

Tiger Lake

Intel Tiger Lake : 9 processeurs, du 10 nanomètres et un nouveau circuit graphique

Intel a le feu aux connecteurs. AMD a le vent en poupe avec des puces haut de gamme qui font l’actualité ces derniers mois. Assez pour que de nombreux constructeurs sortent de leur léthargie et se penchent, enfin, sur les nouveaux Ryzen en proposant des alternatives au “tout Core” que l’on a eu pendant des années.

Tiger Lake

La réaction d’Intel était donc attendue et, loin des débats stériles sur la finesse de gravure ou autre qui n’intéressent pas le grand public, elle est assez intéressante. Il faut bien comprendre qu’un acheteur de portable n’a aucune idée, en général, de la composition de sa machine. Il suffit d’aller traîner dans les rayons info d’un distributeur comme Darty, Fnac ou Boulanger pour s’en rendre compte. Au mieux, ils feront confiance à un ami qui les aura guidé vers une machine, au pire ils choisiront suivant les promos. L’offre et pléthorique, les technologies sont complexes et beaucoup beaucoup d’acheteurs se rattachent aux branches qu’ils peuvent encore trouver.

En général ce sont la marque du PC, la marque du processeur1, le nombre de “gigots” de mémoire vive et de “téo” de stockage. Le reste ? Cela passe souvent à l’As.

L’idée d’Intel avec Tiger Lake c’est de proposer une nouvelle donne. Un processeur parfaitement à l’aise avec les usages du quotidien. Une puce taillé non pas pour l’exceptionnel mais bien pour la pratique du PC. Une des phrases fortes de la présentation d’Intel est très facile à comprendre : Nous sommes les meilleurs dans tout ce que vous faites au quotidien avec votre PC. Voilà ce que dit en substance la marque au marché. Cela pourrait passer pour un aveu de faiblesse par rapport à AMD qui peut retourner cet aveu en disant : on est donc meilleurs sur les performances haut de gamme. Oui, mais Intel s’en fout. Intel vise la plus grosse part du gâteau.

Tiger Lake

Tiger Lake vise le grand public

Pour Intel, la cible de Tiger Lake c’est le PC d’entreprise et le PC familial. La machine non pas taillée pour exploser les scores de performances dans les tests mais une gamme d’ordinateurs ayant d’excellentes performances et de nombreux avantages annexes. Il va sans dire que ce discours est lié à la position d’Intel en ce moment. La marque ne tenait pas la même ligne quand elle écrasait la concurrence…

Tiger Lake

Les Tiger Lake que la marque a officialisés sont les modèles les moins gourmands en watts, ceux qui auraient été estampillés Y et U sur la génération précédente. Mais dans sa grande volonté d’être plus didactique, Intel a encore décidé de rebattre les cartes de ses appellations de processeurs. Désormais il faudra lire la référence de chaque puce en détail et jusqu’à la fin pour voir de quoi il s’agit. Un coup de bol que les Egyptiens ne se soient pas servis du même système pour écrire leurs hiéroglyphes, Champollion aurait probablement jeté l’éponge.

Tiger Lake

Si vous voyez un “02” en fin de référence, avant la lettre G, c’est que votre processeur Tiger Lake consomme de 7 à 15 watts. Logique. Si vous voyez un “5” c’est qu’il d’agit d’une puce fonctionnant de 12 à 25 watts de TDP. C’est évidemment peu lisible et il faudra encore et encore expliquer les références et ce qu’elles veulent dire pour que le public comprenne… ou pas. Si vous ne devez retenir qu’une chose, c’est que le ix en début de référence place le processeur en terme de performances. Les Core i3 sont moins rapides que les i5 et eux même sont moins véloces que les i7. Le 11 qui suit désigne la onzième génération Tiger Lake. Le reste, pas la peine de l’apprendre par  coeur, il faudra plus volontiers pianoter le nom de la puce dans votre moteur de recherche favori pour savoir exactement à quoi elle fait référence.

Tiger Lake

Ah et ne comptez plus sur les chiffres des Core i3, i5 ou i7 pour vous renseigner sur le nombre de coeurs et de threads dans les puces, c’est désormais le flou artistique. Le Core i3-1125G4 est un 4 coeurs et 8 Threads au même titre que le Core i7-1185G7. Subtil.

Tiger Lake

Un dernier détail, si vous voulez savoir d’un coup d’oeil si votre futur Tiger Lake est équipé d’un circuit graphique Intel Xe et non pas d’un UHD Graphics, fiez vous aux références Gx en fin de dénomination. Le G est pour Graphics. Si il s’agit d’un G4, il sera estampillé UHD Graphics.

Tiger Lake

Si c’est un G7 alors il s’appellera Intel Xe. En réalité, il s’agit du même moteur architectural Xe pour tous les circuits mais Intel préfère les différencier probablement pour des raisons marketing. Les modèles G4 ont 48 unités de calcul. Les G7 intégrés aux Core i5 ont 80 et les G7 de Core i7 en accumulent 96. Super facile.

RéférenceCores/ThreadsTDPFréquencesUnités GFXFréq GFXCacheRAM
i7-1185G74/812-28W3/4.8/4.3 GHz961.35 GHz12 MoDDR4-3200
LPDDR4x-4266
i7-1165G74/812-28W2.8/4.7/4.1 GHz961.3 GHz12 MoDDR4-3200
LPDDR4x-4266
i5-1135G74/812-28W2.4/4.2/3.8 GHz801.3 GHz8 MoDDR4-3200
LPDDR4x-4266
i3-1125G44/812-28W2/3.7/3.3 GHz481.25 GHz8 MoDDR4-3200
LPDDR4x-3733
i3-1115G42/412-28W3/4.1/4.1 GHz481.2 GHz6 MoDDR4-3200
LPDDR4x-3733
i7-1160G74/87-15W1.2/4.4/3.6 GHz961.1 GHz12 MoLPDDR4x-4266
i5-1130G74/87-15W1.1/4/3.4 GHz801.1 GHz8 MoLPDDR4x-4266
i3-1120G44/87-15W1.1/3.5/3 GHz481.1 GHz8 MoLPDDR4x-4266
i3-1110G42/47-15W1.8/6.9/3.9 GHz481.1 GHz6 MoLPDDR4x-4266

A noter que les Core i3-1120G4 et i3-1125G4 ne seront pas disponibles avant 2021

Tiger Lake

Le cache évolue également avec des puces proposant jusqu’à 12 Mo de mémoire intégrée. Les fréquences sont également en hausse et le travail réalisé par la marque sur cette gamme est assez impressionnant si on les juge par leurs faibles enveloppes thermiques. Gage de designs fins et d’autonomies record avec des engins ayant quand même de belles réserves de performances au besoin.

Versus

Il faut dire que les puces Intel Ice Lake de dixième génération avaient salement souffert de l’annonce des Ryzen Mobile 4000 d’AMD. Les puces Zen 2 du concurrents avaient mis à plat les Core et fait assez de bruit pour que les constructeurs s’y intéressent.

Versus

La partie sera désormais plus serrée avec des promesses d’Intel assez motivantes. Le fondeur estime que son processeur haut de gamme sur ce segment, le Core i7-1185G7 en 4C/8T et 28 Watts de TDP passerait devant un Ryzen 7 4800U en 8C/16T pour 25 watts de TDP dans de nombreuses applications : Surf, bureautique, retouche photo et montage vidéo. 

Versus

Pour le jeu enfin, les solutions Intel Tiger Lake devraient également sortir du lot. Avec des performances FullHD annoncées très intéressantes. La nouvelle solution par défaut d’Intel, son circuit Xe, proposerait des capacités de jeu 3D suffisantes pour de nombreux joueurs. Elles mettraient à l’amende des solution AMD comme les circuits Nvidia MX350 actuels. Ce qui expliquerait pourquoi Nvidia a annoncé son MX450 il y a peu. Les deux marques voulant probablement continuer à jouer au chat et à la souris.

Versus
Reste à connaitre l’étendue exacte de ces comparaisons, en l’absence de grille tarifaire et de tests indépendants pour comparer les solutions, il faut évidemment rester assez circonspect face à ces annonces. Cela reste néanmoins logique, Intel appuie désormais son moteur de base sur son architecture graphique Xe. Le processeur profite également d’une intéressante panoplie d’outils. De l’intelligence artificielle qui correspond à des usages concrets mais également du Wifi6, du PCI4 et du Thunderbolt 4.0. Autant d’éléments qui devraient permettre à Intel de travailler avec les plus grandes marques de PC pour proposer des engins suffisamment efficaces et rapides pour répondre aux attentes de la majorité des utilisateurs à défaut de combler les espoirs des plus experts et des marchés de niche.

11th Gen Intel

La gamme Tiger Lake annoncée ne vise ni les créateurs, ni les gamers ni ceux à la recherche des meilleures performances possibles mais ceux qui veulent un ordinateur portable fin et léger, proposant une grande autonomie et capable de répondre à tous les besoins classiques. Du jeu, de la bureautique, du web et de la création dans un engin fin et léger. 

EVO Tiger Lake

Tiger Lake et Evo, de redoutables armes marketing

Avec sa nouvelle solution Evo, Intel va estampiller les machines avec un nouveau sticker. Un phare dans la jungle des références actuelles. En proposant de ne l’attribuer qu’aux machines méritantes, le constructeur se pose en juge arbitre du marché. Une position assez enviable pour AMD qui n’a pas encore le poids de références ni la reconnaissance du grand public pour s’y essayer.

Intel Evo promet beaucoup de choses comme une autonomie minimale d’usage de 9 heures en FullHD avec des applications réelles et non pas des tests en conditions trop avantageuses pour les constructeurs. La sortie d’une mise en veille système inférieure à 1 seconde, la charge rapide des machines avec au moins 4 heures d’usage pour 30 minutes de branchement secteur. Autre point garanti par Evo, des performances qui restent efficaces même lorsque l’on est sur batteries ainsi que la présence de fonctions avancées comme le Wifi6 et le Thunderbolt 4.0.

11th Gen Intel Core mobile processors, built on Intel’s 10nm SuperFin process, introduce the all-new Willow Cove architecture, which includes new CPU and GPU optimization and capabilities, greater AI acceleration, the fastest connectivity and more. They w

A la différence du Project Lake de 2019 qu’il semblait dés le départ difficile à faire fructifier niveau ventes, le travail sur Evo est bien plus lisible. Intel va décliner des stickers et une grosse communication autour de son nouveau profil de machines.

Les constructeurs vont les mettre en avant en martelant le message de la promesse d’Intel. Evo sera vu comme une médaille délivrée uniquement aux portables méritants et les vendeurs comme ceux qui conseillent les machines pourront toujours guider les plus hésitants en leur disant de se focaliser sur les références présentant le sticker. Une manière de former le marché à sa mesure tout en assurant l’attribution des bons points aux élèves jouant le jeu.

Tiger Lake

Tiger Lake est une bonne nouvelle pour le marché PC, même si il faudra évidemment questionner ses performances et son positionnement tarifaire. Mais avec Evo, la onzième génération d’Intel ressemble bien à un phare dans l’offre PC. Un guide qui devrait permettre de faire des achats proposant au moins un niveau de performances et d’usages décent. Cela ne va probablement pas assagir les tarifs mais cela devrait éviter de subir les machines trop médiocres de certains constructeurs. 

Tiger Lake, la 11e gen d’Intel se dévoile avec quelques surprises © MiniMachines.net. 2020.

Asus Zenbook S UX393 : un 13.9 pouces en 3300 x 2200

Les Intel Tiger Lake sont censés sortir dans quelques jours et Asus lance son nouveau ZenBook S UX393 avec un processeur Ice Lake i7-1065G7. Un choix étonnant qui appellera sans doute une mise à jour dans les mois qui viennent.

Asus ZenBook S UX393
En attendant, les fondamentaux de ce UX393 sont excellents. L’engin est léger, propose une dalle IPS de 13.9″ dans un encombrement minimaliste avec des bordures d’écran très compactes : 4.27 mm sur les côtés et 8.26 mm à sa base et 6.67 mm en haut, là où se glisse la camera de la machine. La dalle affiche en 3300 x 2200. Un ratio 3:2 toujours aussi rare qui devrait séduire de nombreux utilisateurs à la recherche d’une solution plus orientée travail que multimédia. La dalle est tactile, capacitive, et propose une luminosité de 500 nits. Le ratio de la dalle par rapport à l’encombrement global de l’engin est de 92%. Enfin, elle propose une validation Pantone 100% DCI-P3 et une colorimétrie sRGB de 133%1.

A l’intérieur du UX393, on retrouvera 16 Go de DDR4 et 1 To de stockage SSD via un module M.2 PCIe NVMe 3.0 x4. Le processeur Intel Core i7-1065G7 est un quadruple coeurs et octuple threads gravé en 10 nanomètres fonctionnant de 1.3 à à 3.8 GHz avec 8 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel Iris Plus. Il développe 15 watts de TDP.

Asus ZenBook S UX393

Il permet de proposer un châssis épais de 1.52 cm pour 30.6 cm de large et 22.4 cm de profondeur… On est vraiment,  vraiment, pas loin de la feuille A4 (29.7 x 21 cm). Le UX393 pèse 1.35 Kg et propose jusqu’à 14 heures d’autonomie dans les laboratoires d’Asus. Sa batterie est une 4 cellules de 67 Wh accompagnée d’un adaptateur secteur 65 watts qui le recharge via un port USB Type-C.

Asus ZenBook S UX393

La connectique comporte deux ports Thunderbolt 3, un port USB Type-A 3.2 Gen 1 est également disponible ainsi qu’un port HDMI plein format et un lecteur de  cartes MicroSDXC. Attention donc, la machine ne propose pas de port jack audio par défaut. Si Asus livre un adaptateur USB Type-C vers jack, il vaudra mieux recourir à une solution Bluetooth pour profiter au mieux de son engin.

Asus ZenBook S UX393

Le clavier occupe une place importante sur le châssis, il est rétro éclairé et de type Chiclet. Asus assure une course de 1.35 mm sur chaque touche pour une frappe réactive et confortable. L’encombrement de l’engin ne permettant pas de glisser de pavé numérique, la marque emploie son système NumberPad sur le pavé tactile pour faire apparaître une solution de remplacement en surbrillance. Le pavé est couvert de verre et propose une détection de paume pour éviter toute manipulation du curseur intempestive pendant la frappe.

La partie audio est, comme d’habitude, confiée à SonicMaster pour proposer un son Surround et le tout est certifié par Harman Kardon. Le reste des fonctions est assez complet avec une camera embarquée 720P et infrarouge pour piloter la reconnaissance faciale de Windows 10. La connexion se fera au travers d’un module Wifi6 Gig+ proposant également du Bluetooth 5.0.

Pas de tarif pour le moment.

Asus Zenbook S UX393 : un 13.9 pouces en 3300 x 2200 © MiniMachines.net. 2020.

❌