Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 15 avril 2021Réalité-Virtuelle.com

Victoria VR : quand la réalité virtuelle passe au niveau supérieur

Par : Serge R.
victoria vr

Victoria VR révolutionne le monde de la réalité virtuelle et le fait passer au niveau supérieur en mettant au point l’Internet 3D. La plateforme offre aux utilisateurs d’innombrables possibilités.

Victoria VR est un MMO ou monde virtuel massivement multijoueur en ligne. Il est basé sur la blockchain, et propose des graphismes photoréalistes en réalité virtuelle. La plateforme englobe des applications et des jeux décentralisés. Avec elle, les utilisateurs sont libres de faire tout ce qu’ils veulent. Ils peuvent, entre autres, créer leur propre avatar et le personnaliser comme bon leur semble. Ils ont en effet droit à des milliards de personnalisations.

Victoria VR : une véritable révolution de la réalité virtuelle

Il est tout d’abord bon de savoir que Victoria VR peut prendre en charge les NFT (non-fungible token) ou jetons non fongibles en français. De plus, les NFT sur la plateforme proposent des avantages intéressants et des cas d’utilisation bien convaincants. Il est même possible de les combiner et de les modifier, voire de les créer à partir de rien.

En plus de cela, Victoria VR offre également aux utilisateurs la possibilité d’acquérir leur propre lot de terrain VR. Pour régler les transactions, ils doivent se servir des jetons VR, qui sont la cryptomonnaie à privilégier.

Comme il a été dit précédemment, ils sont d’ailleurs libres de créer littéralement n’importe quoi. Pour cela, ils ne sont limités ni par les lois de l’espace ni par celles de la physique. Ainsi, ils peuvent bâtir, par exemple, des écoles, des magasins, des salles d’exposition et bien plus encore. Selon ses fondateurs, la technologie peut en outre être une véritable ressource éducative inestimable.

Qu’en est-il de l’Internet 3D ?

D’après les fondateurs de Victoria VR, son écosystème est en mesure de se connecter à tous les jeux, mondes et projets de réalité virtuelle. Cela mène de ce fait à la création d’un Internet 3D qu’on n’a jamais vu auparavant.

En somme, la plateforme offre à tout le monde la possibilité de créer du contenu VR sans avoir besoin de compétences en programmation. Elle transforme ainsi l’univers de la réalité virtuelle sachant que l’intérêt pour elle ne cesse d’augmenter, surtout avec la pandémie actuelle.

Cet article Victoria VR : quand la réalité virtuelle passe au niveau supérieur a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Neo 3 : les caractéristiques techniques du nouveau casque de Pico révélées

Par : Serge R.
neo 3

La semaine dernière, Pico Interactive a annoncé que son nouveau casque autonome Neo 3 va être lancé en Chine le 10 mai prochain. La société n’a donc pas encore dévoilé beaucoup d’informations sur l’appareil. Mais pour donner un avant-goût de ses capacités, elle vient de révéler ses caractéristiques techniques de base.

Pico Interactive vient donc de publier une fiche technique du Neo 3. Pour le moment, elle est encore assez courte, mais permet déjà tout de même d’avoir un aperçu des capacités du casque VR. A part ces caractéristiques techniques de base, la société a également publié une nouvelle image plus détaillée de l’appareil. On sait d’ailleurs que la version entreprise du matériel sortira sur le marché occidental cet été.

Pico Neo 3 : des caractéristiques techniques de base plutôt alléchantes

Selon Pico Interactive, le Neo 3 sera ainsi équipé d’un jeu de puces Qualcomm Snapdragon XR2. Pour rappel, le Quest 2 d’Oculus est doté du même chipset, ce qui montre à quel point ce nouveau casque sera puissant.

Il bénéficiera aussi du Wifi 6 pour une meilleure rapidité lors de sa connexion à tel ou tel réseau ou appareil. Le matériel jouira d’ailleurs d’un écran incurvé permettant de profiter d’un taux de rafraîchissement de 90 Hz.

On aura également droit à des contrôleurs optiques munis de capteurs de suivi intégrés, et à quatre caméras grand angle. Ces dernières proposent un suivi et un positionnement d’une précision millimétrique. Le Neo 3 disposera enfin d’un réglage IPD physique avec trois paramètres. En somme, les utilisateurs peuvent alors s’attendre à un casque VR autonome aux caractéristiques techniques de base bien séduisantes.

Cet article Neo 3 : les caractéristiques techniques du nouveau casque de Pico révélées a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

NVIDIA : le lancement d’Omniverse prévu cet été

Par : Serge R.
nvidia omniverse

NVIDIA va lancer son nouvel outil de collaboration baptisé Omniverse cet été. Son fondateur et PDG, Jensen Huang, l’a annoncé lors de la GTC ou GPU Technology Conference 2021. Il faut dire que la société n’est pas venue les mains vides à la conférence. Effectivement, elle a également révélé que le CloudXR va bientôt prendre en charge les appareils Apple.

Les cartes graphiques de NVIDIA sont en ce moment en train de gagner du terrain dans l’univers des jeux VR sur PC. Mais la société n’est pas prête de s’en arrêter-là pour mieux exploiter les véritables capacités de la réalité virtuelle. Elle a donc mis au point Omniverse, un outil de collaboration qui est bien entendu destiné aux professionnels.

Omniverse : un projet de NVIDIA qui ne date pas d’hier

Pour rappel, NVIDIA a annoncé en 2017 le Projet Holodeck. Il s’agit d’un outil de collaboration dédié aux entreprises qui se base sur la physique. NVIDIA Omniverse constitue ainsi une évolution de cet ancien projet.

Il permet donc aux diverses équipes de production de travailler ensemble malgré la distance, et même si elles emploient des programmes différents. Pour cela, il est capable de recréer des environnements réels de manière virtuelle en 3D. Le nouvel outil utilise alors des paramètres grâce auxquels il est possible d’imiter la vie réelle.

Pour entrer dans les détails, il se sert du serveur NVIDIA Omniverse Nucleus pour fonctionner. C’est de ce fait ce dernier qui assure la gestion de la base de données. La plateforme fait aussi recours aux connecteurs NVIDIA Omniverse. Ce sont des applications compatibles, comme Adobe Photoshop, Blender, Unreal Engine 4, etc. À noter qu’à son lancement, l’outil sera disponible sur abonnement pour les professionnels.

Quid de la prise en charge des appareils iOS par CloudXR ?

NVIDIA a lancé le CloudXR l’année dernière. La société l’a conçu pour simplifier le streaming d’expériences XR immersives en se servant des réseaux WiFi 6 et 5G. Elle l’a donc développé, et prévoit en ce moment de lancer sa dernière version, le CloudXR 2.1.

Celui-ci bénéficie ainsi de la prise en charge des appareils Apple. Il y a aussi le streaming sur Microsoft Azure. Il est enfin dorénavant disponible sur AWS Marketplace.

Cet article NVIDIA : le lancement d’Omniverse prévu cet été a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

HTC : le Vivecon prévu les 11 et 12 mai avec un nouveau casque à la clé ?

Par : Serge R.
htc vivecon

HTC annonce dans un nouveau tweet que son événement Vivecon 2021 se tiendra les 11 et 12 mai prochains. On peut y voir une image qui représente apparemment la face d’un casque VR. Comme description de celle-ci, la société a mis « Marquez vos calendriers ». Il est alors fort probable qu’elle profitera du fameux événement pour présenter un nouveau casque VR.

Mark your calendars. pic.twitter.com/02OMyZ3daR

— HTC VIVE (@htcvive) April 12, 2021

Il ne faut pas oublier que les casques VR de HTC sont actuellement en mauvaise posture face à l’Oculus Quest 2 de Facebook. Proposé à environ 250 euros sur les marchés occidentaux, ce dernier est à la fois un casque PC VR et autonome. De plus, il fait partie des appareils les plus utilisés sur Steam. La société taïwanaise a donc tout intérêt à proposer un nouveau matériel plus avancé. C’est sans doute de cette manière qu’elle veut revenir et rester dans la course.

HTC : les efforts surtout attendus sur la partie software

D’après les rumeurs, le nouveau casque VR que HTC prévoit probablement d’annoncer lors du Vivecon 2021 est un matériel double usage. Il s’agirait donc d’un casque autonome et PC VR, tout comme le Quest 2 d’Oculus. Il serait même plus avancé que ce dernier en matière de technologie, mais sans nul doute aussi plus cher.

Toutefois, les efforts sont surtout attendus sur la partie software, c’est-à-dire du côté du développement des jeux et des applications compatibles. Il ne faut en aucun cas oublier que c’est l’une des plus grandes forces du Quest.

Dans tous les cas, le futur casque de HTC s’adresse probablement aux entreprises. Effectivement, au fil des ans, la société s’est concentrée davantage sur les clients professionnels.

Cet article HTC : le Vivecon prévu les 11 et 12 mai avec un nouveau casque à la clé ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

À partir d’avant-hierRéalité-Virtuelle.com

[TOP] Quelles sont les meilleures startups VR chinoises du moment ?

Par : Serge R.
startups VR chinoises

Les startups VR chinoises ne cessent en ce moment de se pluraliser, tout comme les casques VR chinois. Bien évidemment, certaines sont meilleures que d’autres en matière de développement VR et AR. Voici justement le top des plus connues d’entre elles.

Le nombre de startups et d’entreprises VR européennes et américaines ne cesse de croître à l’heure actuelle. Mais celui des jeunes sociétés chinoises exerçant dans ce domaine n’est pas non plus en reste. Certaines d’entre elles ne sont toutefois pas encore très connues en Europe et en Amérique. Néanmoins, elles sont en ce moment en train de percer le marché de la réalité virtuelle et augmentée en Chine et dans le monde. Voici une liste non exhaustive des meilleures d’entre elles.

HacknCraft

Ingénierie d’élite pour les spécialistes de la technologie exigeants

Fondée en 2014, HacknCraft fait partie des startups VR chinoises en mesure de prendre en charge des projets techniques complexes. Pour cela, elle dispose d’une équipe compétente et expérimentée.

Bien qu’il s’agisse d’une jeune société chinoise, ce studio d’innovation numérique est situé à New York. Elle a déjà créé et lancé divers produits pour les startups et les grandes entreprises spécialisées dans la technologie. Elle compte donc pas moins de 40 produits, dont des chatbots, des applications web et mobiles et des plateformes IPTV.

Toutefois, HacknCraft se concentre davantage dans le développement d’applications mobiles plutôt que dans la conception UX et UI et le développement AR et VR. Parmi ses principaux clients, il y a, entre autres, NHL, Chartbeat, GameChanger Media, Dick’s Sporting Goods, Aetna, Nascar, etc.

TreeFruit

Supporter marketing pour les PME

La principale mission de TreeFruit est de répondre aux besoins en marketing des petites et moyennes entreprises (PME). Pour cela, elle leur fournit des supports marketing qui leur permettront de se développer. Il s’agit ainsi surtout de vidéos de haute qualité et d’images professionnelles.

Pour créer ces images et vidéos attrayantes, la startup VR chinoise dispose du talents créatifs, de l’expertise et des compétences techniques nécessaires. En somme, elle est notamment spécialisée dans la conception graphique, le design d’impression et la production vidéo.

Les entreprises dans le besoin peuvent donc très bien faire confiance à la jeune société. Fondée en 2005, TreeFruit est basée à Ningbo, en Chine.

ThunderSoft

Fournisseur leader de plateformes intelligentes

Basée à Pékin, en Chine, ThunderSoft est l’un des principaux fournisseurs de technologies de plateformes intelligentes à l’échelle mondiale. La startup VR chinoise fournit ainsi ses services et ses différentes solutions à différents marchés, dont celui des smartphones.

Il en est de même pour le marché de l’automobile, de l’Internet des objets (IoT), et pour les diverses entreprises exerçant dans le domaine de la technologie. Son expertise en système d’exploitation, comme Windows, Linux, Android, etc. constitue le pilier de sa création en 2008.

Il y a aussi son large catalogue de logiciels et de technologies d’Intelligence Artificielle, sans oublier ses partenariats stratégiques avec de gros fournisseurs. En somme, ThunderSoft constitue un partenaire de confiance, voire précieux pour les sociétés qui veulent mettre au point des appareils intelligents de qualité supérieure. À noter qu’après le développement IoT, la startup se concentre sur le développement VR et AR.

CrowsNest

Création des interactions de demain

CrowsNest est à la fois une agence XR et un studio innovateur. Anna fait partie de ses créations. Il s’agit d’un avatar présentant les compétences d’un personnel d’accueil hautement qualifié. Il allie ainsi discipline, communication et relation sociale.

Aussi, il est patient en plus de rester calme en cas de pression. La startup VR chinoise a donc créé cette solution d’accueil pour améliorer la satisfaction des clients, réduire les coûts d’exploitation et augmenter les revenus des entreprises.

Elle permet également d’alléger la charge de travail du personnel en service. Étant donné qu’elle propose des propriétés publicitaires, elle peut enfin aider tout hôtel à attirer davantage de clients. Basée à Shanghai, en Chine, CrowsNest est fondée en 2015. Elle exerce surtout dans le développement VR et AR et la production vidéo.

Pixolabs

Agence de réalité virtuelle

Également basée à Shanghai, en Chine, Pixolabs est une startup VR chinoise spécialisée dans la création et le développement d’expériences et d’applications VR. Celles-ci sont destinées à des entreprises chinoises.

La jeune société les assiste ainsi dans la création de formations interactives, de jeux VR, etc. Elle leur fournit une solution sur mesure, et s’occupe de tout de A à Z. Elle se charge de ce fait de la conception, de la planification, de la production, du développement et du déploiement des applications VR.

En somme, la startup se concentre notamment sur le développement VR et AR, puis sur le conseil en stratégie informatique et enfin sur l’image de marque.

Baifendian – Percent

Intelligence décisionnelle

Baifendian – Percent est un fournisseur leader de solutions et de produits IA (intelligence artificielle) et Big Data en Chine. La startup VR chinoise dispose donc déjà d’une gamme complète de produits IA et Big Data.

Fondée en 2009, elle a d’ailleurs créé une vaste bibliothèque de modèles d’applications destinées aux professionnels. À l’heure actuelle, la société compte pas moins de 700 employés. Son équipe de scientifiques est constituée d’importants universitaires internationaux chinois.

Basée à Pékin, en Chine, l’entreprise a en ce moment cinq succursales réparties dans des villes différentes afin de mieux développer ses activités dans le pays. On parle alors de Shanghai, Hangzhou, Shenyang, Guangzhou et Shenzhen.

APEX Technologies

Customer Data Platform

Fondée en 2011, APEX Technologies est une société de Customer Data Platform et d’IA. Elle est basée à Shanghai, en Chine, mais dispose également de bureaux à Silicon Valley, à Hong Kong et à Pékin. Ses principales activités sont le développement VR et AR, l’intelligence artificielle et le conseil Business Intelligence, Big Data et Système Informatique.

La startup VR chinoise combine des technologies de pointe en termes d’IA, de big data, et de blockchain. Cela lui permet de résoudre des soucis dans des domaines, comme l’analyse des données client, la personnalisation et le marketing.

Jusqu’à maintenant, la jeune entreprise a déjà travaillé pour plus de 300 moyennes et grandes sociétés chinoises et internationales. Ces différentes firmes exercent dans les secteurs de la finance, de l’automobile, de la vente au détail, du voyage et du commerce électronique.

SenseTime

Changer l’avenir avec l’intelligence artificielle

SenseTime est le leader chinois en matière d’intelligence artificielle de pointe. La jeune société fondée en 2014 se concentre notamment sur les technologies d’apprentissage en profondeur et de vision par ordinateur.

Il s’agit même du premier développeur de plateformes d’apprentissage en profondeur à l’échelle mondiale. La startup VR chinoise basée à Pékin crée de ce fait des solutions industrielles en se servant d’innovations en termes d’IA et d’analyse de big data.

Elle est connue comme le fournisseur d’algorithmes d’IA le plus important de toute la Chine. Il est bon de noter que SenseTime a déjà travaillé pour plus de 400 agences gouvernementales et entreprises bien connues dans le monde. Parmi celles-ci, on compte donc Xiaomi, Honda, Huawei, Qualcomm, Vivo, OPPO, China Mobile, etc.

Cherrypicks

Technologie, créativité et expérience utilisateur

Fondée en 2000 et basée à Hong Kong, Cherrypicks est une startup VR chinoise locale. À l’heure actuelle, elle est devenue filiale de NetDragon Websoft Holdings Limited. Elle est un leader du commerce électronique mobile et de la technologie mobile au niveau régional.

Elle est surtout spécialisée dans l’intelligence de localisation, le portefeuille électronique, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la ville intelligente. Parmi ses créations, il y a, par exemple, ARwiz, une solution SDK de réalité augmentée.

Grâce à ses produits, la société a déjà gagné pas moins de 100 prix locaux et internationaux en marketing numérique et en technologie. On parle ici d’« Oscars » dans le secteur de l’informatique. En somme, Cherrypicks se concentre ainsi surtout dans le développement d’applications mobiles, le développement de logiciels personnalisés et le développement VR et AR.

YITU Tech

Explorer le monde de l’IA

En tant que pionnier de l’innovation et de la recherche en matière d’IA, cette startup VR chinoise combine cette technologie avec des applications industrielles. Son but est de créer un monde à la fois plus sain, plus rapide et plus sûr, et un avenir intelligent.

Fondée en 2012, cette jeune société est basée à Shanghai, en Chine. Elle est présente dans bon nombre de secteurs, à savoir le transport, la sécurité, la santé et la finance.

Elle fait toujours de son mieux pour élargir le potentiel de l’Intelligence Artificielle. Son équipe de développement et de recherche s’engage donc surtout dans la recherche fondamentale sur cette fameuse technologie. À noter que la startup se concentre à 80 % sur l’IA et à 20 % sur le développement VR et AR.

Cet article [TOP] Quelles sont les meilleures startups VR chinoises du moment ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

HTC : un nouveau casque VR pour les entreprises en chemin ?

Par : Serge R.
htc casque vr

HTC pourrait bientôt lancer un nouveau casque VR dédié aux professionnels. Effectivement, la société a récemment publié sur son compte Twitter une image qui semble le montrer. Elle fait donc probablement la même chose qu’avec le Face-tracker pour Vive Pro et le Vive Tracker 3.0.

Dans son tweet, HTC a mis comme description de l’image publiée qu’il est temps de passer aux choses sérieuses après les accessoires. La fameuse image représente apparemment le capteur photo d’un casque VR de couleur noire. Rien n’est donc encore sûr. Les regards sont ainsi rivés sur la société taïwanaise.

Now that the accessories are out of the way, let's get down to business. pic.twitter.com/OxIVCVQYk5

— HTC VIVE (@htcvive) April 9, 2021

Nouveau casque VR de HTC : les entreprises probablement à l’honneur

On n’est encore sûr de rien en ce qui concerne la description de l’image dans le tweet de HTC. Néanmoins, on pense qu’il s’agit d’un casque VR destiné aux entreprises. Effectivement, il ne faut pas oublier que la firme taïwanaise s’est éloignée de plus en plus des consommateurs depuis quelques années.

Son prix était en effet hors concurrence pour les utilisateurs étant donné la baisse du prix des appareils VR de Facebook. En plus de cela, Valve a occupé en mars 2021 jusqu’à 16 % de l’utilisation de PC VR sur Steam avec son Index. Et pourtant, le Vive Cosmos de HTC n’en occupait que 1 %.

Il faut toutefois savoir que les professionnels n’ont pas les mêmes besoins que les consommateurs en matière de casque VR. De plus, certaines sociétés ne veulent pas dépendre de Facebook dans l’usage de leur matériel et leurs logiciels clés. Il ne faut d’ailleurs pas oublier l’interdiction de Facebook en Chine, alors que c’est surtout là que HTC concentre ses offres. Tout cela montre que les entreprises seront probablement à l’honneur à la sortie du prochain casque VR de HTC.

Cet article HTC : un nouveau casque VR pour les entreprises en chemin ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Facebook : des lentilles holographiques compactes désormais envisageables ?

Par : Serge R.
lentilles holographiques compactes

Des chercheurs de Facebook Reality Labs ont révélé qu’ils peuvent concevoir et fabriquer des lentilles holographiques compactes. Ils ont donc trouvé de nouvelles méthodes pour ce faire, et n’ont pas hésité à les partager. Ces lentilles sont à utiliser dans les casques XR.

On utilise en général des lentilles réfractives classiques dans la majorité des casques XR disponibles en ce moment. Celles-ci sont cependant assez imposantes en taille, et ne sont optimisées que pour quelques caractéristiques optiques. Pour améliorer les performances optiques et réduire le volume, on peut également se servir des lentilles de Fresnel. Mais pour bénéficier de meilleurs résultats, les lentilles holographiques compactes sont largement mieux.

Lentilles holographiques compactes : difficiles, mais pas impossibles à fabriquer

Théoriquement, les lentilles holographiques compactes ont la capacité d’accomplir les mêmes fonctions que les lentilles classiques, voire des fonctions plus avancées. Toutefois, elles peuvent le faire dans l’espace d’un film très mince. Elles sont de ce fait loin d’être volumineuses.

La conception et la fabrication de ces lentilles, surtout si elles bénéficient de performances optiques élevées, sont cependant difficiles. Néanmoins, pour permettre aux utilisateurs d’en profiter dans les appareils XR, des chercheurs de Facebook Reality Labs ont mis au point des méthodes pour ce faire.

Il s’agit donc de Kiseung Bang, Olivier Mercier, Changwon Jang, Douglas Lanman, Yang Zhao et Gang Li. A noter que cette technologie pourrait aider Facebook à créer des lunettes XR compactes qu’il a d’ailleurs récemment annoncées.

Les résultats encore meilleurs avec des lentilles incurvées

Il est bon de savoir que la recherche de méthodes pour concevoir et fabriquer des lentilles holographiques compactes a commencé depuis un bon bout de temps. Grâce aux différentes recherches, les chercheurs ont pu démontrer que les lentilles incurvées sont plus avantageuses pour certaines applications VR et AR.

Elles offriraient davantage de degrés de liberté et permettraient d’élargir les applications. Toutefois, il s’agit encore d’un travail à venir.

Cet article Facebook : des lentilles holographiques compactes désormais envisageables ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[TUTO] Comment enregistrer des vidéos sur le Quest 2 ?

Par : Serge R.
vidéos quest 2

Le Quest 2 d’Oculus a la capacité d’enregistrer des vidéos grâce à des fonctionnalités intégrées dédiées à cet effet. Il est même possible d’améliorer la qualité des vidéos capturées, et de les transférer sur un ordinateur. Voici justement les étapes à suivre pour ce faire.

La réalité virtuelle offre une expérience à la fois surprenante et exceptionnelle au point que les utilisateurs ont souvent envie de la partager. Heureusement pour eux, il est bel et bien possible de le faire avec le casque Quest 2 d’Oculus. Effectivement, il bénéficie de nombreuses options de partage intégrées. L’essentiel, c’est de savoir bien s’en servir.

Enregistrer des vidéos sur Quest 2 : les étapes à suivre

Pour enregistrer des vidéos sur Quest 2, il faut tout d’abord afficher le menu Quest dans le casque. Pour cela, il faut appuyer sur le bouton Oculus de la manette droite. Il faut ensuite se rendre dans la section Partager.

L’utilisateur peut désormais sélectionner entre capturer une photo, enregistrer une vidéo, passer en direct et diffuser. S’il a configuré les commandes vocales du casque, il peut tout simplement prononcer ces expressions pour effectuer ces actions au cours d’un jeu, par exemple.

Une fois qu’il a enregistré une vidéo, il peut la diffuser sur son réseau local en utilisant « Cast ». Le contenu peut alors être diffusé sur son smartphone via l’application Oculus. En visitant le site oculus.com/cast, il peut même le diffuser sur son PC. Il lui est d’ailleurs possible de le faire sur n’importe quel autre appareil compatible, comme son téléviseur. Pour cela, il n’a qu’à se servir de Chromecast.

Est-il possible de diffuser les vidéos enregistrées sur Internet ?

Il est bel et bien faisable de diffuser les vidéos enregistrées sur le Quest 2 sur Internet. Il suffit pour cela de recourir à « Go Live ». Le seul hic, c’est qu’on ne peut le faire que sur Facebook.

Il est bon de souligner que les photos capturées et les vidéos enregistrées sont stockées sur l’appareil. Pour y accéder, l’utilisateur n’a qu’à appuyer sur le bouton « Afficher tout » une fois arrivé dans le menu Partager.

À noter qu’il est également possible de télécharger des vidéos à éditer en branchant le casque sur un ordinateur, puis de les partager. Les étapes pour ce faire sont indiquées ci-dessous.

Améliorer la qualité des vidéos enregistrées : comment s’y prendre ?

Les paramètres d’enregistrement par défaut du Quest 2 sont optimisés pour un partage rapide des vidéos avec des amis. Il est ainsi évident que la qualité n’est pas au rendez-vous.

Heureusement, il est bel et bien possible de l’améliorer pour les utilisateurs avancés. Ils peuvent augmenter à la fois la fréquence d’images et la résolution des vidéos enregistrées. Il est toutefois impératif de recourir à un PC.

Ce qu’il faut faire donc, c’est tout d’abord d’installer SideQuest en suivant les instructions ici. Il faut ensuite brancher le Quest 2 sur le PC avant d’appuyer sur Exécuter les commandes ADB > Commande personnalisée dans la barre de menus SideQuest.

Améliorer la qualité des vidéos enregistrées : les prochaines étapes à suivre

Après les étapes précédentes, il faut entrer les commandes shell adb setprop debug.oculus.capture.width 1440, shell adb setprop debug.oculus.capture.height 1080, shell adb setprop debug.oculus.fullRateCapture 1 et shell adb setprop debug.oculus.capture.bitrate 30000000.

Il faut pour cela veiller à les entrer une par une, et cliquer à chaque fois sur « Exécuter la commande ». Maintenant, l’utilisateur peut débrancher son casque. Il peut désormais se servir de la fonction intégrée « Enregistrer une vidéo », comme d’habitude, pour enregistrer des vidéos de meilleure qualité.

Il est bon de souligner que les paramètres par défaut seront repris en compte si on réinitialise le casque.

Ajuster les paramètres d’enregistrement

En entrant les commandes ci-dessus, on définit la résolution d’enregistrement du Quest 2 sur 1440 x 1080. Pour ce qui est de la fréquence d’images, elle est de 72 FPS, tandis que le débit d’enregistrement est fixé à 30 000 000. Le rapport hauteur / largeur, de son côté, est de 1,33: 1 contre 1: 1 pour les paramètres par défaut.

Il est possible de modifier ces paramètres en fonction des besoins et des préférences de chacun. Toutefois, il est déconseillé de trop les pousser, car cela peut entraîner des soucis de performance. Cela peut même nuire à la qualité des vidéos enregistrées.

Afin d’éviter de tels désagréments, l’idéal est de tester chaque nouveau jeu pour voir s’il n’y a pas d’erreur dans les vidéos enregistrées.

Comment transférer des vidéos de Quest 2 vers un PC ?

Pour transférer des vidéos de Quest 2 vers un PC, on peut utiliser deux méthodes différentes. On peut ainsi, soit le faire sans logiciel supplémentaire, soit recourir à SideQuest. La seconde méthode est toutefois destinée aux utilisateurs avancés.

Transfert sans logiciel supplémentaire

Pour transférer des vidéos de Quest 2 vers un PC sans recourir à un logiciel supplémentaire, il faut tout d’abord brancher le casque sur l’ordinateur. Il faut ensuite l’enfiler, et autoriser ce dernier à y accéder.

Maintenant, l’utilisateur doit ouvrir l’explorateur Windows et se rendre dans « Ce PC », puis cliquer sur Quest 2. À noter que le casque apparaît automatiquement sous la forme d’un lecteur.

Il peut désormais voir ses vidéos, et les copier dans n’importe quel emplacement en fonction de ses préférences.

Transfert avec SideQuest

Pour ceux qui utilisent SideQuest, ils peuvent parcourir les fichiers dans le casque sans avoir à autoriser leur PC à y accéder à chaque fois. Bien sûr, la première chose à faire est d’installer SideQuest. Il faut ensuite brancher le Quest 2 sur le PC.

La prochaine étape est de cliquer sur « Gérer les fichiers sur le casque » dans la barre de menu de l’application. Maintenant, il faut accéder à Oculus, puis VideoShots. Il ne reste plus qu’à cliquer sur les vidéos à enregistrer, et sur « Enregistrer les éléments sélectionnés sur l’ordinateur ».

Au cas où l’utilisateur a besoin de supprimer certaines vidéos, il n’a qu’à se servir du bouton corbeille dans le même menu.

Cet article [TUTO] Comment enregistrer des vidéos sur le Quest 2 ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Alvo : le jeu de tir VR va débarquer sur PSVR la semaine prochaine

Par : Serge R.
alvo

Le jeu de tir VR Alvo va enfin être lancé sur PSVR la semaine prochaine après une longue attente. Le studio Mardonpol s’est apparemment inspiré du CS : GO de Valve en le développant.

Mardonpol a annoncé Alvo en 2017. Le jeu devait alors être lancé l’année suivante. Toutefois, les joueurs ont dû attendre jusqu’à maintenant pour pouvoir en profiter. Heureusement pour eux, l’attente est presque terminée. Effectivement, le jeu va enfin sortir officiellement la semaine prochaine, plus précisément le 13 avril 2021. Pour l’instant, il va débarquer uniquement sur PSVR, et donc sur PS4 et PS5.

Alvo : une réduction de lancement de 25 % déjà à la clé

Bien avant sa date de lancement officiel, on sait déjà qu’il est possible de bénéficier d’une réduction de 25 % sur PS + à l’achat d’Alvo. Les joueurs pourront profiter de cette réduction durant les deux premières semaines suivant la sortie du jeu. Le prix de lancement du titre est ainsi d’environ 33 euros.

Pour le moment, ce sont donc seulement les propriétaires d’un casque PSVR qui auront le privilège de tester et de jouer au jeu. Néanmoins, on sait que Mardonpol prévoit de le sortir sur Steam et Oculus Store pour bientôt. Cela inclura alors une prise en charge d’Oculus Rift et d’Oculus Quest.

Le studio n’a toutefois pas encore révélé une date de sortie claire pour ces plateformes. Il a juste affirmé que la version pour ces dernières devrait arriver en juin. Les propriétaires de ces casques doivent de ce fait continuer à attendre.

Aucune amélioration graphique pour la PS5 pour l’instant

Malheureusement pour les propriétaires d’une PS5, Alvo ne présentera pas des améliorations graphiques pour la console à son lancement selon Mardonpol. Néanmoins, il affirme que cela se trouve tout de même dans sa liste des choses à faire.

Cet article Alvo : le jeu de tir VR va débarquer sur PSVR la semaine prochaine a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

CREAL : son dernier casque VR à champ lumineux révélé à travers une vidéo

Par : Serge R.
creal casque vr

CREAL vient de publier une vidéo révélant son dernier prototype de casque VR à champ lumineux. Elle décrit donc les performances de l’appareil, dont sa capacité à permettre à tout utilisateur de se concentrer à n’importe quelle profondeur. Il y a aussi la haute résolution de la région de vision fovéale.

La société suisse CREAL est connue dans le développement de technologie d’affichage à champ lumineux pour les casques VR et AR. Assez récemment, elle a publié un premier aperçu de ses prototypes de casques VR et AR basés sur cette fameuse technologie. Ces casques s’équipent d’écrans très différents de ceux des appareils habituels.

Casque VR de CREAL : des écrans qui font toute la différence

Le prototype de casque VR de CREAL est donc doté d’écrans à champ lumineux. Grâce à eux, il est à même de générer une image telle qu’on peut la voir dans le monde réel. En d’autres termes, ces fameux écrans prennent ainsi en charge à la fois l’accommodation et la vergence, tout comme le système visuel humain.

Il est alors toujours possible d’effectuer une mise au point, quelle que soit la profondeur, comme dans l’environnement réel.

Contrairement à cela, les casques VR et AR proposés sur le marché actuel n’arrivent à prendre en charge que la vergence. Les images se bloquent de ce fait à une profondeur focale fixe avec ces appareils déjà existants.

Des prototypes pour présenter la technologie

La production de casques VR et AR ne fait pas encore partie des priorités de CREAL. En fait, la société crée ses prototypes pour faire connaître sa technologie. Elle espère donc que d’autres entreprises opteront pour elle, et s’intégreront ainsi dans leurs appareils VR et AR.

Il est bon de noter que ce n’est pas la première fois que la firme fait des démonstrations de sa fameuse technologie. Néanmoins, la vidéo qu’elle a publiée récemment met plus en évidence à quel point elle est déjà mise au point.

Dans cette vidéo, on peut alors voir, par exemple, que le dernier prototype de CREAL se sert d’une architecture fovéale. Deux écrans se superposent de ce fait pour chaque œil. La partie centrale des écrans est d’ailleurs plus nette que le reste. Elle approche même la résolution de l’œil humain.

Cet article CREAL : son dernier casque VR à champ lumineux révélé à travers une vidéo a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[Test] Hyper Dash : le nouveau hit eSport VR enfin sur Oculus Quest, après un an d’alpha sur SideQuest

Par : Bastien L
hyper dash test oculus quest vr

Hyper Dash est un nouveau jeu de tir FPS multijoueur compétitif sur Oculus Quest. Le titre propose à deux équipes de cinq joueurs de s’affronter à travers un gameplay frénétique. Découvrez notre test de la nouvelle référence eSport VR.

Disponible en version Alpha depuis avril 2020 sur la plateforme non-officielle SideQuest, Hyper Dash est enfin disponible sur l’Oculus Store officiel. Développé par le studio belge Triangle Factory, ce FPS en réalité virtuelle est compatible Quest et Rift, et est également disponible sur Steam pour les casques VR pour PC.

Sur un marché du VR gaming déjà saturé de jeux de tir, Hyper Dash peut-il réussir à tirer son épingle du jeu ? Réponse positive, à travers notre test complet…

Présentation générale de Hyper Dash

Modes de jeu : multijoueur
Disponibilité : 25 février 2021
Prix : 19,99€
Développeur : Triangle Factory
Genre du jeu : FPS eSport
Compatibilité : Oculus, Steam
Testé sur :  Oculus Quest

Un gameplay compétitif, frénétique et intense

Le jeu Hyper Dash est un FPS exclusivement multijoueur et compétitif. A travers différents modes de jeu, les joueurs s’affrontent en chacun pour soi ou par équipes de cinq.

Comme dans n’importe quel jeu de tir, le concept de base consiste à tirer sur les autres joueurs en utilisant différentes armes. Toutefois, le mouvement occupe une place cruciale dans le gameplay de ce jeu.

Le dash au coeur du gameplay

Il est possible de se déplacer avec le joystick du contrôleur, comme dans un jeu vidéo classique. Toutefois, le jeu combine les différentes méthodes de locomotion dans la réalité virtuelle pour proposer un gameplay complet.

Comme son nom l’indique, Hyper Dash est centré sur le ” dash ” c’est-à-dire la charge. Le joueur peut foncer vers l’avant, ou même vers le haut ou le bas, afin de se propulser rapidement pour se déplacer de manière tactique et éviter les tirs ennemis.

Il est aussi possible de se laisser glisser sur des rampes, pour traverser rapidement la carte et se déplacer tout en se concentrant sur ses tirs. Le rythme est donc particulièrement nerveux, d’autant que rester immobile vous expose à une mort certaine.

Sept armes aux mécanismes différents

Les armes apparaissent à des emplacements fixes sur la carte, et le joueur doit les ramasser pour s’en équiper. On dénombre sept armes différentes, et chacune propose un gameplay différent. Certains préféreront la mitraillette pour sa cadence rapide, d’autres opteront pour le fusil à pompe ravageur à courte portée.

Il est aussi possible de choisir des armes de précision à longue distance ou même un pistolet lance roquette capable de faire valdinguer l’ennemi à l’autre bout du décor. Un bouclier permet aussi de se protéger des tirs adverses.

Il est possible d’équiper une arme dans chaque main, et donc de combiner deux types de projectiles en fonction de ses préférences. On pourra par exemple s’armer d’un fusil à pompe et d’un bouclier, afin de s’approcher d’une cible avant de lui asséner un tir destructeur.

De nombreux modes de jeu

Chaque carte propose un mode de jeu différent. On retrouve bien entendu le match à mort chacun pour soi, mais aussi le match à mort en équipe, la capture de drapeau, ou encore le transport de convoi à la Overwatch.

Les joueurs votent pour la carte de leur choix entre deux parties, et celle qui emporte le plus de voix est retenue. Les plaisirs sont donc variés, même si les joueurs votent très souvent pour le match à mort classique.

Les différents niveaux sont bien conçus, avec un Level Design de qualité. Au fil des parties, on repère les meilleurs abris pour se cacher ou profiter d’un large champ de vision.

Il est aussi possible de créer des parties personnalisées, avec des options comme la suppression de la gravité ou le dash illimité. De quoi ajouter encore un peu plus de fun et de variété à l’expérience, et susciter la nostalgie chez les fans de Unreal Tournament.

De manière générale, le gameplay de Hyper Dash est un concentré de ce qui se fait de mieux dans le domaine des jeux de tir en VR. Sans chercher à révolutionner le genre, Triangle Factory combine les meilleures mécaniques de manipulation d’armes en y ajoutant une bonne dose de dynamisme.

L’immersion par la sensation

Il y a cinq ans, début 2016, les premiers casques VR  grand public Oculus Rift et HTC Vive étaient lancés sur le marché. Depuis lors, le marché du jeu vidéo en réalité virtuelle n’a cessé d’évoluer.

De nombreux jeux ont vu le jour, certaines mécaniques de gameplay ont été retenues tandis que d’autres ont disparu dans l’oublie. L’industrie a gagné en maturité, et les projets expérimentaux ont laissé place à de vrais jeux vidéo cherchant parfois même à imiter les jeux ” AAA ” des consoles et PC.

Ainsi, les géants comme Facebook, Sony ou Ubisoft n’hésitent pas à investir des sommes colossales dans le développement de jeux VR très ambitieux. Les scénarios sont profonds, les graphismes fourmillent de détails, les gameplays proposent des mécaniques subtiles et originales.

Ironiquement, ces projets pharaoniques oublient parfois l’essentiel : l’amusement. Car malgré un scénario digne d’un film hollywoodien et des graphismes d’un réalisme à couper le souffle, un jeu VR peut être tout simplement ennuyeux.

Et si le vrai secret de l’immersion, c’était le fun ? Plutôt que de chercher à plonger le joueur dans un univers fictif grâce à des visuels bluffants et des histoires captivantes, peut-être que les jeux VR devraient procurer des sensations.

C’est exactement ce que propose Hyper Dash, et c’est précisément sa force. Ce jeu n’a rien d’incroyable graphiquement, et ne s’encombre en aucun cas d’une trame narrative. Il n’y a même pas de tutoriel ou de mode solo. On met son casque, on lance la partie, et le jeu commence.

En revanche, les sensations sont au rendez-vous. Les balles sifflent autour de soi, et il est d’ailleurs nécessaire de prêter attention à l’audio spatialisé en 3D pour repérer d’où viennent les tirs. On dash derrière l’adversaire, on s’accroupit pour se mettre à couvert, et on vide son chargeur en brandissant le contrôleur dans sa ligne de mire.

La tension est permanente, et les décharges d’adrénaline se succèdent. En fin de partie, votre respiration est haletante. Les déplacements rapides quant à eux procurent une sensation de vitesse très plaisante, qu’il s’agisse de dasher ou de glisser sur une rampe.

Ainsi, après avoir joué à Hyper Dash, vous aurez l’impression d’avoir réellement pris part à une fusillade. Les décharges d’hormones, l’effort physique et la sensation de vitesse forment un cocktail jubilatoire qui pourrait bien être le véritable secret de l’immersion…

Une durée de vie potentiellement infinie

L’autre point faible des jeux hautement scénarisés et encadrés, c’est leur durée de vie limitée. Un jeu solo peut être une expérience mémorable et satisfaisante, mais on quitte le jeu après avoir terminé l’aventure et il est fort probable que l’on n’y revienne plus jamais.

Ce problème ne se pose pas avec les jeux multijoueurs orientés eSport comme Hyper Dash. Pour cause, la rejouabilité est illimitée.

Lors des premières parties, la prise en main est difficile. Les débutants sont mélangés aux vétérans, et se font généralement massacrer à la chaîne. Il n’y a pas de système de matchmaking en fonction du niveau, ce que l’on peut regretter.

Peu à peu toutefois, on prend ses marques. On apprend à connaître les différentes armes et les cartes, on commence à mieux viser et à tirer dans la tête. Progressivement, la proie devient le prédateur et la sensation de progression est agréable. C’est ce qui motive à continuer à jouer, encore et encore.

Par ailleurs, gagner des niveaux permet de déverrouiller de nouvelles apparences pour les armes et de nouveaux casques. Il existe aussi un ” skin”  doré pour chaque arme, à débloquer en réussissant à tuer 1000 ennemis. La durée de vie est donc très vaste.

Graphismes et audio

Les graphismes de Hyper Dash n’ont rien d’extraordinaire, mais sont tout à fait corrects techniquement. La direction artistique est quant à elle assez classique, mais réussie (même si cela dépend des goûts de chacun). L’esthétique est simple et épurée, mais dégage une ambiance très ” esport “.

L’architecture des différents niveaux est soignée, et chaque carte propose sa propre atmosphère. Les effets visuels des différentes armes sont plaisants, au même titre que les effets sonores.

La bande-son est composée de musique électronique et ne plaira pas à tout le monde, mais a le mérite de coller au rythme de l’action. Nous apprécions beaucoup certaines pistes.

Une expérience confortable mais intense

Malgré les mouvements incessants et rapides, nous n’avons pas rencontré de problème de Motion Sickness en jouant à Hyper Dash. Il est possible de moduler la largeur du champ de vision pendant les déplacements afin d’éviter les risques de nausée.

En revanche, songez à vous échauffer avant de lancer une partie. Le rythme est réellement intense, et vous serez amené à vous accroupir ou à bondir rapidement sur le côté pour éviter les balles ennemies. Gardez une bouteille d’eau à proximité afin de vous désaltérer entre deux matchs, d’autant que les temps de transition et de chargement sont particulièrement courts…

Hyper Dash face à la concurrence

Il va sans dire qu’Hyper Dash n’est pas le premier FPS en réalité virtuelle. Il existe déjà de nombreux jeux de tirs VR, dont certains comptent parmi les titres les plus populaires de l’Oculus Quest.

Parmi les références, on peut citer Onward pour le réalisme, Population One dans le genre Battle Royale, ou Contractors pour le style Counter Strike. Toutefois, Hyper Dash parvient à apporter sa touche personnelle dans ce paysage encombré.

Le jeu se distingue par ses mécanismes de déplacements, et aussi par les différences de gameplay entre les armes. Contrairement à des jeux comme Onward ou Firewall Zero Hour, exigeant de se déplacer lentement et stratégiquement, Hyper Dash vous contraint à vous déplacer très rapidement et sans interruption.

Plutôt que de miser sur l’aspect réaliste, ce jeu cherche avant tout à procurer une sensation d’action et de l’amusement. Objectif atteint, et ce titre à sa place dans votre collection.

Conclusion du test de Hyper Dash VR

Les conditions d’accès à l’Oculus Store sont très exigeantes. De nombreux jeux sont refusés par Facebook, et les studios redoublent d’efforts pour respecter le cahier des charges et obtenir leur place dans la boutique officielle d’applications.

Or, ces lourdes contraintes peuvent être astreignantes pour les développeurs. Avec Hyper Dash, Triangle Factory a pu laisser libre cours à sa créativité et donner vie à ses idées sans se soucier de tels prérequis.

C’est ce qui a permis au jeu de proposer une expérience originale, et de rencontrer le succès auprès des joueurs sur la plateforme SideQuest. L’action est au rendez-vous et les sensations sont nombreuses, procurant une véritable sensation d’immersion.

Le titre peut être difficile à maîtriser de prime abord, d’autant que vous affronterez des joueurs déjà aguerris au niveau impressionnant. Néanmoins, vous prendrez peu à peu vos marques jusqu’à devenir à votre tour un expert.

A présent, Hyper Dash est enfin disponible sur Oculus Store et devrait connaître une popularité bien méritée. Ce jeu prouve que le réalisme des graphismes et la scénarisation à outrance ne sont pas les seules clés de l’immersion dans la VR.

Points positifs

  • Un jeu rapide et intense
  • De nombreux modes de jeu
  • Possibilité de customiser les serveurs
  • Pas de tutoriel obligatoire, pas de temps de chargement et d’attente entre deux parties

Points négatifs

  • Les débutants sont mélangés aux vétérans
  • Un jeu difficile à maîtriser

Cet article [Test] Hyper Dash : le nouveau hit eSport VR enfin sur Oculus Quest, après un an d’alpha sur SideQuest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[TOP] Focus sur les meilleurs casques VR chinois

Par : Serge R.
casque VR chinois

Les casques VR chinois commencent en ce moment à envahir le marché de la réalité virtuelle. Il est vrai qu’ils ne disposent pas des caractéristiques techniques sophistiquées des casques haut de gamme. Néanmoins, ils sont tout de même bons pour profiter d’une expérience immersive exceptionnelle. Voici justement les meilleurs d’entre eux.

Bien que certains utilisateurs affirment être déçus par la réalité virtuelle, celle-ci permet de profiter des différents médias d’une tout autre manière. Ces dernières années, elle a d’ailleurs connu une importante évolution. Des casques VR haut de gamme aux caractéristiques techniques impressionnantes surgissent de partout. À l’heure actuelle, divers fabricants chinois se mettent, entre autres, à la production de ce genre d’appareil. Voici justement le top des meilleurs casques VR chinois.

Les meilleurs casques VR chinois d’entrée de gamme

Casque VR KINGA

La marque KINGA est surtout connue dans la fabrication de gommages pour le visage et de diffuseurs d’huile essentielle. Mais la société chinoise a décidé de se lancer dans la production de casques VR pour une raison qu’on ignore.

Ce qui fait la particularité des casques KINGA, c’est l’élégance, mais aussi le confort qu’ils offrent. Ils sont légers, et peuvent être ajustés parfaitement à la tête et au visage de n’importe quel utilisateur. Ils sont également équipés de lentilles et d’une sangle réglables.

En plus de cela, ces casques VR sont faciles à transporter. Ainsi, on peut les emporter un peu partout pour profiter de ses jeux préférés, par exemple.

Un casque idéal pour les myopes

Le casque VR chinois KINGA est également parfait pour les myopes si leur myopie est inférieure à 600 degrés. Il peut même être porté avec des lunettes pour profiter d’une meilleure vision.

Il est bon de souligner que le matériel est compatible avec une large gamme de smartphones. Ceux-ci doivent juste disposer d’un écran d’une taille de 4,7 à 6 pouces.

Contrairement au carton, le casque est nettement plus confortable et durable. Malgré cela, il n’est pas cher du tout, et est facile à utiliser.

Casques VR AOOK Songmi Series 3D

La marque chinoise AOOK propose en ce moment des casques VR à des prix défiant toute concurrence. Malgré cela, ses produits sont de haute qualité, surtout ses casques de la série Songmi.

Ces derniers bénéficient de caractéristiques techniques intéressantes et de nombreuses fonctionnalités. Et le meilleur, c’est qu’ils sont compatibles avec tous les smartphones ayant un écran d’une taille de 3,5 à 6 pouces en plus d’être faciles à utiliser.

Ils peuvent d’ailleurs très bien être utilisés par les individus qui portent des lunettes. Ils sont surtout conçus pour jouer à des jeux et regarder des vidéos et des films.

Bitmore VR

On a affaire ici à une simple visionneuse de réalité virtuelle mise au point par la société chinoise Bitmore. Il s’agit d’une véritable preuve de l’ingéniosité chinoise. Le casque fait donc le même travail que le Google Cardboard. Néanmoins, il propose une meilleure esthétique et plus de fonctionnalités, mais le prix reste à peu près le même.

L’avantage avec ce matériel, c’est qu’il est compatible avec d’innombrables applications VR. Il est aussi compatible avec les smartphones sous Android et iOS plus grands que le carton de Google.

Pour que l’utilisateur puisse profiter d’une vue dynamique et claire, le Bitmore VR dispose en outre d’objectifs de visualisation de qualité. Il est également livré avec une télécommande. Vu son prix, ce casque VR chinois est idéal pour ceux qui se lancent pour la première fois dans la réalité virtuelle.

Qu’en est-il des meilleurs casques VR chinois de milieu de gamme ?

HAMSWAN VR

Pour profiter d’une expérience de réalité virtuelle digne de ce nom, on n’a plus désormais besoin de dépenser une petite fortune. Le casque VR HAMSWAN le confirme en offrant des fonctionnalités pouvant rivaliser avec celles des appareils des géants du secteur malgré son prix abordable.

Il s’agit donc d’un casque confortable permettant à tout utilisateur de profiter de ses jeux, vidéos et films préférés avec une bonne qualité. Pour cela, il est équipé de lentilles en résine optique. Celles-ci sont capables d’empêcher les yeux de se fatiguer rapidement.

Le casque VR chinois propose d’ailleurs un son directionnel, des graphismes et des mouvements réalistes, et même un retour haptique HD. Grâce à ses pilotes audio spatiaux intégrés, on peut également profiter d’une expérience sonore immersive et exceptionnelle. Compatible avec une large gamme de smartphones, il peut enfin être transporté partout étant donné sa légèreté. Le seul hic, c’est qu’on peut avoir du mal à s’en servir si on porte des lunettes.

BNext VR

Le casque BNext VR est surtout conçu pour les jeux. Il est pour cela en mesure d’améliorer la qualité des images et de les rendre plus immersives. De plus, il propose un excellent confort. Effectivement, le fabricant a mis tout en œuvre pour que les utilisateurs puissent profiter d’une expérience de réalité virtuelle hors du commun.

Équipé d’un système de protection oculaire réglable, le BNext VR peut d’ailleurs prendre en charge les résolutions d’écran 720p, 1080p et 4K. Et le meilleur, c’est qu’il est à même d’ajuster automatiquement la distance focale de l’utilisateur avec la distance optimale de l’écran.

Il s’adapte enfin à tout smartphone avec un écran en dessous de 6,3 pouces, et est compatible avec des milliers d’applications VR sur Play Store.

Casque VR Destek V4

Le casque VR chinois Destek V4 se démarque par ses caractéristiques techniques et ses fonctionnalités plutôt captivantes. Sa conception est bien pensée pour offrir à tout utilisateur un excellent confort lorsqu’il s’en sert pour explorer le monde virtuel, jouer ou regarder des vidéos.

En plus d’être léger, ce matériel est aussi de petite taille et élégant. Il propose une qualité sonore stéréo 3D avec une réduction active du bruit et des écouteurs réglables.

Il est en outre compatible avec une large gamme de smartphones d’une taille de 4,5 à 6,0 pouces. Par rapport au Gear VR, il surchauffe moins le téléphone utilisé. Vu sa gamme de prix, le Destek V4 est un excellent casque avec des performances intéressantes. Toutefois, il est des fois possible de rencontrer certains soucis au niveau de l’ajustement et du confort.

Quid des casques VR chinois haut de gamme ?

HTC VR

Malgré leur prix qui peut être décourageant pour certains utilisateurs, les casques VR de HTC proposent des fonctionnalités et des caractéristiques techniques bien alléchantes. Il faut dire que la firme n’a rien retenu pour faire de la VR un véritable monde réel.

Les produits de la marque offrent une expérience VR tout à fait optimisée. Ils sont confortables à porter. En plus de cela, ils sont en mesure d’éliminer toute fatigue oculaire. Il en est de même pour les vertiges.

Ces casques VR bénéficient d’ailleurs d’un design léger, et sont facilement pliables. Ils sont de ce fait confortables à transporter. Pour fonctionner, ils nécessitent toutefois un PC puissant.

Pimax 5K XR OLED VR

Pour ceux qui recherchent un casque VR chinois haut de gamme, le Pimax 5K XR OLED VR constitue une bonne option. Il est caractérisé par son design offrant un confort optimal.

Comme son nom l’indique, ce casque est équipé de deux panneaux à cristaux OLED. Chacun d’eux propose une résolution plutôt impressionnante de 5120 x 1440. L’appareil bénéficie d’ailleurs d’un large champ de vision diagonal atteignant les 200 degrés. C’est surtout ce qui fait la particularité de ce casque de Pimax.

Grâce à ces divers atouts, ce dernier fait partie des meilleurs casques VR pouvant assurer une expérience VR réaliste. Il faut avouer que son champ de vision et ses écrans 4K rappellent la vraie vie.

Cet article [TOP] Focus sur les meilleurs casques VR chinois a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Immerse et Solas VR misent sur la méditation pour créer un lieu de travail zéro stress

Par : Serge R.
immerse solas vr

Immerse, une plateforme de réalité virtuelle sise au Royaume-Uni, vient d’annoncer un nouveau partenariat avec le fournisseur d’application de méditation Solas VR. Cette collaboration permettrait d’aider les employés à vaincre le stress, et donc à se détendre dans leur lieu de travail.

Beaucoup peuvent penser que le travail à domicile est moins stressant que celui en présentiel étant donné qu’il n’y a pas de déplacement. Malheureusement, ce n’est pas du tout le cas. Même les sociétés qui adoptent des solutions XR ont du mal à aider leurs employés à vaincre le stress. Afin de créer un lieu de travail tranquille et aider ces derniers à se détendre, Immerse et Solas VR travaillent ensemble, et misent sur la méditation en VR.

Immerse et Solas VR : toute une bibliothèque de méditations en VR pour les employés

Le partenariat entre Immerse et Solas VR vise donc à permettre aux différentes organisations d’accéder à une vaste bibliothèque de méditations en VR. Cela aura pour effet la stimulation de la productivité cérébrale et du bien-être mental de leurs employés.

Les utilisateurs peuvent alors y trouver, entre autres, une sélection de vidéos à 360 degrés mettant en valeur la nature de l’Irlande. Pour mieux se détendre, ils ont la possibilité de personnaliser l’expérience.

Ils peuvent ainsi, par exemple, choisir la durée des vidéos, le bruit de fond, etc. Les divers employés ont également droit à des exercices de respiration, peu importe leur niveau d’expérience. Il y a même des exercices hebdomadaires axés sur la découverte de soi et la réflexion. Dans tous les cas, il faut savoir que les deux sociétés sont ravies de travailler ensemble selon les responsables.

Une plateforme VR en pleine évolution

Il est bon de souligner qu’Immerse a déjà pas mal de clients au niveau mondial. On peut citer, par exemple, DHL, Shell, Nestlé, GE Healthcare, etc. Malgré cela, la plateforme VR continue d’évoluer.

Pour fournir sa bibliothèque de contenus de formation en VR, elle a également commencé à travailler avec Make Real cette année.

Cet article Immerse et Solas VR misent sur la méditation pour créer un lieu de travail zéro stress a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pico : le casque autonome Neo 3 bientôt disponible sur le marché chinois

Par : Serge R.
pico neo 3

Le Neo 3 de Pico va enfin pointer le bout de son nez sur le marché chinois après un bon moment d’attente. Le casque VR autonome sera ainsi lancé officiellement le 10 mai prochain s’il n’y a pas de changement. Sa présentation se fera lors d’un événement spécial. Celui-ci se tiendra au Water Cube, le Centre national de natation de Pékin.

La société sise à Pékin, Pico Interactive, a annoncé la nouvelle dernièrement sur le réseau social Weibo via son compte officiel. Pour l’instant, le Neo 3 ne sera donc disponible que sur le marché chinois. Toutefois, il se pourrait que l’offre s’élargisse en dehors de l’Asie. Pour rappel, la firme vient en effet d’obtenir une somme de 67,23 millions de dollars suite à un nouveau cycle de financement B et B +.

Pico Neo 3 : les caractéristiques techniques possibles du casque

À part la date de sortie officielle sur le marché chinois, on ne sait pas encore grand-chose sur le Neo 3 de Pico. Néanmoins, une image montrant un premier aperçu du casque VR vient d’être publiée récemment.

D’après ce qu’on peut voir sur cette image, il se pourrait donc que l’appareil soit équipé de quatre capteurs optiques. Aussi, il sera accompagné d’un tout nouveau contrôleur ressemblant apparemment à l’Oculus Touch.

On sait également qu’il sera exclusivement destiné aux entreprises, comme ses prédécesseurs, le Neo 2 et le Neo 2 Eye. Il est bon de souligner que les utilisateurs chinois ne peuvent pas s’offrir des appareils Oculus. Effectivement, Facebook est interdit en Chine. Et pourtant, il est indispensable d’en ouvrir un compte avant de pouvoir utiliser ces casques. La situation est ainsi favorable pour Pico.

Pico : des projets innovants pour attirer les consommateurs asiatiques

Même si on ignore encore les caractéristiques techniques du Pico Neo 3, on sait que la société met actuellement tout en œuvre pour réaliser des progrès décisifs. Son but est surtout d’attirer les consommateurs asiatiques.

La firme a, par exemple, révélé qu’elle va ouvrir son propre studio d’édition baptisé Pico Studios. Pour cela, elle va travailler avec des développeurs mondiaux afin de proposer des jeux et applications 6DOF aux utilisateurs asiatiques.

Cet article Pico : le casque autonome Neo 3 bientôt disponible sur le marché chinois a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Apple met au point de nouveaux moyens de contrôler les appareils XR

Par : Serge R.
apple appareils xr

Apple vient de déposer et publier des brevets qui révèlent de nouveaux moyens de contrôler les appareils XR. Ces brevets mettent donc en évidence les études de l’entreprise de Cupertino sur les micro-gestes, mais aussi l’utilisation de dispositifs haptiques portés sur la tête.

Depuis un certain temps, Apple réalise des acquisitions et des recrutements axés sur la XR. En même temps, la firme travaille sur des technologies et des concepts permettant d’exploiter davantage les capacités de la réalité virtuelle et augmentée. Une grande partie du travail est restée secrète. Néanmoins, les brevets déposés et publiés par la société en disent déjà long sur elle. Ainsi, la marque à la pomme prépare en ce moment de nouveaux moyens de contrôler les appareils XR.

Apple : les micro-gestes pour contrôler les appareils XR

Apple a déposé une demande de brevet en septembre 2020, mais il n’a finalement été publié que ce mois-ci. Il révèle ainsi l’utilisation des micro-gestes pour contrôler les appareils XR. Pour cela, on doit donc se servir de son pouce, à presser contre le côté de son index.

C’est ainsi comme si on utilisait une sorte de joystick virtuel. Cela permet de réaliser des sélections directionnelles. L’entreprise de Cupertino pense que cette nouvelle technologie permettra aux utilisateurs d’interagir avec l’environnement 3D beaucoup plus librement.

Effectivement, ils ne seront pas encombrés par un périphérique d’entrée physique. En somme, l’exploration de l’environnement tridimensionnel est rendue nettement plus naturelle et efficace. À noter que les micro-gestes sont également plus discrets par rapport aux autres moyens de contrôler les appareils XR selon Apple.

Quid des dispositifs haptiques portés sur la tête ?

Apple a déposé un autre brevet en novembre 2018, qui a été publié le mois dernier. Celui-ci envisage donc l’utilisation de dispositifs haptiques portés sur la tête pour contrôler les appareils XR.

Plus précisément, ces fameux dispositifs serviront à attirer l’attention de l’utilisateur sur des objets qui ne se trouvent pas dans son champ de vision. Il peut s’agir, entre autres, d’un haut-parleur. Ça peut aussi être un tout autre objet important se trouvant dans un environnement de réalité virtuelle.

Dans tous les cas, il faut dire que les cas d’utilisation de cette technologie ne sont pas encore vraiment clairs dans le brevet.

Cet article Apple met au point de nouveaux moyens de contrôler les appareils XR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Palmer Luckey : Oculus Rift 2 annulé par Facebook juste avant sa production

Par : Serge R.
oculus rift 2

Palmer Luckey, inventeur du Rift et cofondateur d’Oculus, vient de déclarer que le casque officiel Oculus Rift 2 a été annulé par Facebook. Il a annoncé la nouvelle récemment dans un tweet.

D’après Luckey, Facebook a confirmé l’annulation du Rift 2 d’Oculus peu de temps avant sa mise en production. Dans son tweet, il n’a pas manqué de déclarer qu’il imaginait que le Rift 2 n’a pas fait l’objet d’une annulation juste avant son lancement. La nouvelle l’a de ce fait déçu. Selon lui, le géant des réseaux sociaux a préféré un casque « low spec » au Rift 2, d’où la raison de l’annulation.

Annulation de l’Oculus Rift 2 : une histoire qui se répète

La déclaration de Palmer Luckey fait référence à un rapport TechCrunch datant de 2018. À l’époque, Facebook a annulé la sortie d’un casque Rift 2 complet appelé Caspar. Cela a causé le départ de Brendan Iribe, l’ancien PDG d’Oculus.

L’année suivante, deux autres successeurs potentiels du Rift ont dû être lancés, mais ont connu le même sort. Il s’agit donc de Venice et de Tuzi, qui n’ont malheureusement pas vu le jour jusqu’à maintenant.

Pour ce qui est du casque VR « low spec » qui a fait obstacle à la sortie du Rift 2, Luckey se réfère au Rift S. Il ne faut pas en effet oublier que ce dernier était plus considéré comme une simple mise à niveau du Rift d’origine au moment de son lancement. Il bénéficiait, entre autres, juste d’une résolution plus élevée. Selon le cofondateur d’Oculus, un Rift 2 aurait probablement disposé de mises à niveau techniques beaucoup plus importantes, voire de nouvelles fonctionnalités.

Oculus Rift 2 : une sortie qui n’aura jamais lieu

Lors du Facebook Connect 2020, la firme de Mark Zuckerberg a annoncé le nouveau casque VR autonome Oculus Quest 2. En même temps, elle a confirmé la réduction des ventes du Rift S. De plus, elle a révélé qu’il s’agit de son dernier casque dédié uniquement à une utilisation sur PC.

Il faut d’ailleurs savoir qu’en moins de six mois, le Quest 2 a dépassé les ventes de tous les autres casques Oculus réunis. En somme, la sortie de l’Oculus Rift 2 n’aura donc probablement jamais lieu.

Cet article Palmer Luckey : Oculus Rift 2 annulé par Facebook juste avant sa production a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

GTA V VR : comment jouer à Grand Theft Auto 5 en réalité virtuelle ?

Par : Bastien L
gta v vr

Vous rêvez de jouer à GTA V et aux autres épisodes de la saga Grand Theft Auto en réalité virtuelle ? A travers ce guide complet, découvrez comment jouer aux différents jeux GTA en VR pour vous mettre dans la peau d’un gangster comme jamais auparavant… 

Depuis le premier volet paru en 1997, la saga vidéoludique GTA propose d’incarner un criminel, de s’immerger dans un monde où rien n’est interdit. Une expérience cathartique et libératrice, à tel point que GTA V paru en 2013 est le second jeu le plus vendu de tous les temps avec 135 millions d’exemplaires écoulés en huit ans.

Pour de nombreux fans, un épisode de Grand Theft Auto en réalité virtuelle relève du fantasme. Une telle expérience représenterait la prochaine étape en termes d’immersion. La frontière entre le réel et le virtuel serait encore repoussée, et les sensations décuplées.

Pour l’heure, il n’existe pas de version officielle de GTA en VR. Le bruit court toutefois que Rockstar Games prépare un remake d’un épisode existant, ou que le futur GTA VI serait entièrement jouable en réalité virtuelle.

En revanche, il existe des mods et des logiciels permettant de jouer aux anciens épisodes en réalité virtuelle. A travers ce dossier, découvrez comment jouer aux différents opus de GTA en VR.

GTA V en VR avec le mod gratuit Real

Lancé en septembre 2013, Grand Theft Auto 5 reste à ce jour l’un des jeux vidéo les plus populaires de tous les temps. Grâce au nouveau mod REAL, créé par des fans, il est désormais possible de vivre l’expérience en réalité virtuelle.

Revisiter ce jeu culte en vue à la première personne est véritablement jubilatoire. Vous pourrez notamment vous détendre dans la planque du protagoniste Franklin, avant de vous lancer sur les routes au volant d’un véhicule sportif ou de vous élever dans le cockpit d’un avion. Dans la VR, la sensation d’immersion est plus forte que jamais et l’on se sent réellement plongé dans un monde où tout est permis.

Certes, l’adaptation n’est pas parfaite. Rappelons qu’un jeu VR doit afficher au total 180 images par seconde pour un affichage stéréoscopique confortable. Ce taux de FPS est impossible à atteindre pour un jeu si complexe et vaste que GTA 5.

Les créateurs ont donc dû recourir à la méthode ” alternate-eye rendering “. Cette technique entraîne une latence entre ce que voient l’oeil droit et l’oeil gauche, et ceci devient particulièrement gênant pendant les phases de conduite à haute vitesse.

Malgré ces défauts, ce mod démontre tout le potentiel d’un jeu Grand Theft Auto en réalité virtuelle. Il ne reste qu’à espérer que Rockstar se laisse séduire et décide à son tour de développer un opus complet en VR

Pour télécharger le mod REAL, commencez tout d’abord par télécharger et installer GTA 5. Puis, téléchargez REAL gratuitement sur GitHub à cette adresse. Les instructions sont aussi disponibles sur GitHub à cette adresse, mais vous pouvez également suivre le tutoriel détaillé dans la vidéo de la chaîne YouTube Virtual Reality Oasis ci-dessus…

GTA III en VR avec VorpX et le mod First Person

Retour aux sources, avec le premier volet en 3D de la saga : GTA III, initialement paru en 2001 sur PS2. Il n’existe pas de mod permettant de jouer directement à cet épisode en réalité virtuelle.

En revanche, il est possible d’y jouer en VR en combinant le mod First Person créé par GeniusZ et la plateforme VorpX permettant de convertir n’importe quel jeu à la réalité virtuelle.

Le mod First Person permet à l’origine de jouer à GTA III en vue à la première personne. A l’origine, les développeurs de chez Rockstar prévoyaient d’ailleurs cette option pour la version PC du jeu. Cette fonctionnalité fut malheureusement annulée, mais les modeurs de chez GeniusZ y ont remédié en 2019.

Le logiciel VorpX permet quant à lui de jouer en VR à la plupart des jeux sur n’importe quel casque pour PC : HTC Vive, Pimax, Valve Index, Oculus Rift, Oculus Quest avec câble Link… découvrez comment l’utiliser à travers notre tutoriel.

Il est donc possible de combiner ces deux projets pour se plonger dans la ville Liberty City en VR. Le résultat n’est pas parfait, mais les fans apprécieront…

GTA Vice City en VR avec Vice Cry Mod ou dans VRChat

Paru en 2002, GTA Vice City nous plonge dans l’ambiance de la Floride des années 80. Pour jouer à cet épisode en VR, plusieurs options s’offrent à vous.

Comme pour GTA III, il est possible de combiner le mod First Person créé par GeniuZ en 2017 avec le logiciel Vorpx. Ce n’est pas tout.

Une alternative consiste à combiner l’un des mods VR existants pour GTA V (voir ci-dessous) avec le mod Vice Cry permettant d’ajouter la carte de Vice City à GTA V sous forme de DLC !

Dernière option : des fans se sont amusés à recréer la carte de Vice City dans l’application VRchat. Vous pourrez y trouver quelques véhicules, et notamment un taxi pour explorer la ville en voiture à plusieurs. Il ne s’agit pas d’un portage complet à proprement parler, mais d’une expérience sympathique à découvrir entre amis.

GTA San Andreas en VR avec VorpX

On passe à GTA San Andreas, sorti en 2004, et qui nous plonge dans l’univers ” gangsta ” de la Californie des années 90. Pour jouer à cet opus en VR, vous devrez utiliser le logiciel VorpX. La vidéo ci-dessous est un tutoriel complet qui vous permettra de configurer le logiciel étape par étape.

Pour encore plus d’immersion, un fan s’est amusé à combiner VorpX avec la plateforme AgileVR permettant de faire son footing dans la réalité virtuelle. Ainsi, vous pourrez faire du sport sur un votre tapis de course tout en arpentant les rues mal famées de San Andreas…

GTA IV en VR avec VorpX

Paru en 2008 sur PS3, Xbox 360 et PC, GTA IV marque un cap dans la saga. Contrairement aux trois précédents opus, il en repose pas sur le moteur RenderWare mais sur le Rockstar Advanced Game Engine.

Pour y jouer en VR, vous aurez besoin de VorpX et de différents mods. Bonne nouvelle : la vidéo ci-dessous détaille tout le processus étape par étape.

Un mode VR officiel dans GTA V sur PS5 ?

C’est officiel : une version mise à jour de Grand Theft Auto V sera lancée sur PlayStation 5 en 2021. Or, il est fort possible qu’un mode VR officiel soit proposé avec ce remake.

En effet, le studio australien Video Game Deluxe, qui a développé L.A. Noire : The VR Case Files, premier jeu en réalité virtuelle de Rockstar Games, a posté une nouvelle offre d’emploi sur LinkedIn en juillet 2020. Le studio recrute des programmeurs, des designers et des animateurs pour ” un jeu AAA open world en VR pour Rockstar Games “.

Il est fort probable que ce projet en question soit GTA V, à moins qu’il ne s’agisse d’un épisode inédit de GTA spécialement pensé pour la réalité virtuelle, ou même d’une toute nouvelle franchise.

Rockstar Games a pu constater le succès de L.A. Noire : The VR Case Files et du mod REAL de GTA V, pourtant créé par des fans. Le géant du jeu vidéo est très certainement conscient du potentiel commercial d’un jeu GTA complet en réalité virtuelle, et un tel jeu ne devrait donc plus tarder à voir le jour. Reste à savoir si ce GTA VR sera proposé avec le PSVR actuel, ou sur le futur PSVR 2…

GTA VI entièrement jouable en VR ?

Il va sans dire que GTA VI est l’un des jeux vidéo les plus attendus. Pour l’heure, on ignore à quelle date ce nouvel opus sera lancé. Certaines rumeurs évoquent une sortie en 2021, mais d’autres craignent que le jeu ne paraisse qu’en 2024…

Selon d’autres bruits de couloir, le jeu se déroulerait en Amérique du Sud et le personnage principal serait féminin. Par ailleurs, l’intelligence artificielle des PNJ serait la plus avancée jamais vue dans un jeu vidéo.

Quoi qu’il en soit, il serait possible que ce GTA VI soit entièrement jouable en VR. Le projet de jeu AAA en réalité virtuelle sur lequel travaille Video Games Deluxe, le développeur de L.A. Noire : The VR Files, pourrait en effet être un portage intégral de ce sixième volet…

GangV Civil Battle Royale : un jeu VR dans le style de GTA V

Il faudra malheureusement patienter quelque temps pour pouvoir jouer à une version officielle de GTA en VR. En attendant, vous pouvez vous rabattre sur le jeu GangV Civil Battle Royale.

Ce jeu en réalité virtuelle pour PC, développé par Raptor Lab, semble directement inspiré de la saga Grand Theft Auto. Comme les précédents titres du studio, War Dust et Stand Out, le titre propose à un grand nombre de joueurs de s’adonner à de gigantesques batailles royales.

Cette fois, cependant, l’action prend place dans un décor de grande ville moderne similaire à ce que propose GTA. Précisons que le titre sera aussi jouable sur PC sans casque de réalité virtuelle. Il pourrait donc connaître un succès massif, à l’instar de VRChat.

Au total, 50 joueurs pourront s’affronter sur une carte de 64 kilomètres carrés. De nombreuses armes différentes pourront être utilisées pour décimer les adversaires, et divers véhicules sont aussi disséminés dans la ville.

Autre similitude avec GTA : la présence de nombreux PNJ (personnages non joueurs) incarnant les citoyens de la ville. Il ne s’agit donc pas d’une grande carte vide comme on en a l’habitude avec les jeux de Battle Royale.

L’objectif est d’être le dernier joueur en vie. Tous les moyens sont bons pour y parvenir, et vous pourrez par exemple vous fondre dans la masse des voitures conduites par les PNJ pour surprendre l’ennemi lors d’un drive-by dans les règles de l’art.

On retrouve aussi la présence de policiers comme dans GTA. Par exemple, si le joueur pille une station service, les forces de l’ordre pourront intervenir. Un crime plus grave, comme l’attaque d’une base militaire, pourra déclencher l’intervention de l’armée ou du SWAT.

Vous l’aurez compris : ce jeu mélange habilement Fortnite et GTA V, le tout dans la VR. Si la réalisation est à la hauteur du projet, GangV pourrait bel et bien s’imposer comme une nouvelle référence du multijoueur compétitif en réalité virtuelle.

Pour l’heure, la date de sortie n’est pas encore annoncée. La phase de test alpha a débuté et les heureux élus peuvent essayer le jeu sur Oculus Rift, HTC Vive, Valve Index ou Windows MR.

L’Early Access devrait débuter prochainement sur Steam et durer 2 ou 3 ans selon les développeurs. Un système de modding est également prévu. Pour davantage d’informations, rendez-vous sur la page Steam du jeu à cette adresse.

Cet article GTA V VR : comment jouer à Grand Theft Auto 5 en réalité virtuelle ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Oculus vs Pico : quel casque VR pour les entreprises ?

Par : Serge R.
oculus pico

Oculus et Pico proposent aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises différents modèles de casques VR. Leurs divers appareils présentent des spécifications techniques plutôt alléchantes au point que ces dernières ont souvent du mal à choisir le bon. Voici une comparaison de certains casques des deux firmes pour leur permettre de savoir lequel leur convient le mieux.

Les fabricants de casques de réalité virtuelle, il y en a désormais pas mal sur le marché. Oculus et Pico en font partie. L’un comme l’autre proposent des casques aux caractéristiques techniques intéressantes, si l’on ne parle que de l’Oculus Quest 2, du Pico Neo 2 Eye et du Pico G2 4K Enterprise. Voici une comparaison de ces trois appareils pour aider les entreprises à choisir celui qui répond le plus à leurs besoins et à leurs attentes.

Oculus vs Pico : focus sur la tarification

En termes de tarification, le Quest 2 d’Oculus est proposé au prix de 660 euros. Le Pico Neo 2 Eye et le Pico G2 4K Enterprise, quant à eux, coûtent respectivement 700 euros et 375 euros. Ces coûts excluent les frais d’expédition, d’importation et la TVA.

Par rapport au Neo 2 Eye de Pico, le Quest 2 est moins cher. Cependant, il peut revenir plus cher sur le long terme, car il faut acheter la licence commerciale, qui coûte dans les 150 euros, tous les deux ans.

Et le pire, c’est qu’on ne peut pas revendre le casque d’Oculus à un autre propriétaire, contrairement aux appareils de Pico. Effectivement, ces derniers peuvent être vendus dans les magasins d’occasion.

À propos du suivi oculaire intégré

En ce qui concerne le suivi oculaire, Pico a un certain avantage sur Oculus. Le Neo 2 Eye bénéficie, entre autres, d’un nouveau système de suivi oculaire intégré. Celui-ci a été mis au point par Tobii. Il peut donc détecter et comprendre la position des pupilles.

Pour les sociétés en quête d’un suivi oculaire pouvant assurer une excellente précision, ce système constitue une bonne solution.

Les entreprises peuvent même s’en servir pour collecter des données et connaître le niveau de concentration des utilisateurs. Il en est de même pour leur réel intérêt.

Qu’en est-il du suivi des mains ?

Ici, c’est le Quest 2 qui mène la danse. Effectivement, le casque VR d’Oculus bénéficie de cette fonctionnalité, ce qui n’est pas le cas pour ceux de Pico. Le suivi des mains permet aux utilisateurs de se servir de leurs mains à la place des contrôleurs tactiles pour réaliser certaines actions.

Le Quest est alors à même de détecter et de suivre l’orientation et la position de leurs mains, et les mouvements de leurs doigts.

Il est bon de souligner que le suivi des mains de cet appareil fonctionne à merveille, ce qui constitue un véritable avantage pour lui.

Quid des degrés de liberté (DoF) ?

Pour ce qui est des degrés de liberté, les casques Pico Neo 2 Eye et Oculus Quest ont tous deux 6 DoF. Le Pico G2 4K Enterprise, de son côté, a 3 DoF. L’emplacement de ce dernier n’est donc pas suivi, ce qui signifie que les utilisateurs ne peuvent pas changer la vue à l’intérieur du monde virtuel.

Avec les deux premiers casques, par contre, ils peuvent changer cette vue à chaque fois qu’ils font un pas en avant. Toutefois, ils sont obligés de délimiter l’espace dans lequel ils peuvent se déplacer, ce qui peut être un peu compliqué pour les débutants.

En somme, le 6 DoF est bien meilleur. Cependant, il est plus onéreux, et il n’est pas toujours nécessaire pour les différents utilisateurs. En effet, s’ils se servent d’un casque VR principalement pour regarder du contenu vidéo, par exemple, le 3 DoF peut suffire amplement.

Zoom sur le développement pour Oculus et Pico

Le développement pour Oculus, tout comme celui pour Pico, présente autant d’avantages que d’inconvénients. En tout cas, la plateforme de développement Pico bénéficie d’une plus grande liberté, et les fonctions au niveau du système sont plus accessibles.

Avantages et inconvénients du développement pour Oculus

Le kit de développement logiciel (SDK) Oculus est bien documenté et pris en charge étant donné le nombre important de développeurs. L’environnement de développement bénéficie d’ailleurs de beaucoup de mises à jour pour toujours résoudre les éventuels bugs.

Cependant, il est assez compliqué de développer des applications pour un casque Oculus avec Unity, surtout si on veut implémenter les fonctionnalités du contrôleur et du casque. En outre, on ne peut pas vraiment interagir avec les paramètres système de l’appareil.

De plus, le fabricant rend le contrôle des appareils difficile pour les développeurs. Des fois, il effectue même des mises à jour pour que ces derniers aient du mal à utiliser certaines fonctions du système. Il ne veut pas, par exemple, qu’ils créent leur propre mode kiosque. Le processus de publication est enfin long et fastidieux.

Avantages et inconvénients du développement pour Pico

Les développeurs ont droit à une bonne documentation, ce qui leur permet de développer des applications pour un casque Pico avec Unity aisément. Ils ont aussi un accès facilité aux paramètres du système.

Ils peuvent d’ailleurs créer leur propre mode kiosque sans la moindre restriction. Au cas où ils ont des questions, ils sont enfin répondus rapidement par l’équipe d’assistance au développement Pico.

Pour ce qui est des inconvénients, il faut savoir que le SDK Pico est derrière le SDK Oculus en matière de développement. La communauté de développeurs pour Pico est en outre bien plus petite que celle d’Oculus. Parfois, la documentation est également insuffisante pour les fonctionnalités spécifiques. L’environnement de travail ne peut enfin être téléchargé directement depuis Unity.

Oculus vs Pico : d’autres différences techniques à considérer

Contrairement à Pico, Oculus a tendance à mettre à jour ses conditions d’utilisation constamment. À cause de cela, les utilisateurs sont obligés de les accepter s’ils veulent se servir de ses casques VR.

De plus, il est indispensable de disposer d’un compte Facebook Workplace avant de pouvoir utiliser un casque Oculus. Et pourtant, pour mettre en marche les casques VR de Pico, il suffit de les allumer.

Cela n’est pas très pratique pour les utilisateurs professionnels puisque les appareils peuvent être échangés régulièrement entre les divers collaborateurs. Voilà donc les principaux points qui différencient les casques Oculus de chez de Pico. Pour prendre la bonne décision, les professionnels doivent impérativement les considérer.

Cet article Oculus vs Pico : quel casque VR pour les entreprises ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[TUTO] Comment utiliser l’Oculus Quest 2 ?

Par : Serge R.
comment utiliser oculus quest 2

Comment utiliser l’Oculus Quest 2 ? La plupart des utilisateurs qui se lancent pour la première fois dans l’univers de la réalité virtuelle se posent probablement cette question. En fait, l’usage du casque VR de Facebook n’a en général rien de bien compliqué. Voici le guide ultime pour éclairer les profanes en la matière.

Pour ceux qui souhaitent découvrir le monde de la réalité virtuelle, et ainsi s’offrir un casque VR, le Quest 2 d’Oculus constitue une bonne option. Ce casque de Facebook est considéré comme le meilleur du marché par bon nombre d’utilisateurs. Il est surtout apprécié pour sa nature tout-en-un. Afin d’exploiter au mieux ses performances et découvrir ses réelles capacités, il est toutefois essentiel de savoir bien l’utiliser. Voici justement les étapes pour ce faire.

Aperçu sur les possibilités offertes par le Quest 2

Avant de voir comment utiliser l’Oculus Quest 2, il est important d’en savoir plus sur ses réelles capacités. En enfilant ce casque VR autonome, l’utilisateur peut se déplacer physiquement dans des environnements simulés, mais pas que.

Il peut aussi saisir des objets virtuels. Il peut même participer à certaines scènes au lieu de regarder tout simplement l’action se dérouler sur un écran. S’il dispose d’un PC puissant, il peut d’ailleurs jouer aux jeux PC VR récents, qui sont souvent trop gourmands en ressources pour le casque. Pour cela, il suffit de relier le casque avec un câble USB à un ordinateur pour profiter de l’Oculus Link.

Que l’on souhaite jouer à des titres puissants, comme Half-Life: Alyx, ou à des jeux moins gourmands, comme Beat Saber, le Quest 2 peut donc toujours faire l’affaire. Le joueur peut le connecter à son PC ou profiter des titres proposés dans l’Oculus Quest Store, par exemple.

Comment utiliser l’Oculus Quest 2 ? Les premières choses à faire

Il est tout d’abord conseillé de télécharger l’application Oculus sur son smartphone Android ou iOS avant de déballer le nouvel Oculus Quest 2. Ensuite, il faut se connecter à un compte Facebook. Avant de pouvoir utiliser le casque VR, il est de ce fait impératif d’en créer un, si ce n’est déjà fait.

Une fois la configuration initiale terminée, on peut laisser de côté le téléphone. Néanmoins, il peut tout de même être pratique pour les notifications. Il en est de même pour les fonctionnalités sociales et l’achat d’applications sur l’Oculus Quest Store.

Maintenant, il est grand temps de déballer le Quest 2.

Déballer le casque VR et ses accessoires

Pour déballer l’Oculus Quest 2, il n’y a rien de plus simple. Il suffit tout d’abord de tirer sur la languette permettant d’ouvrir la boîte en plastique. Ensuite, il faut sortir la boîte en carton avant de l’ouvrir. Maintenant, on peut voir le casque, tout blanc et tout élégant, accompagné de ses deux manettes et de piles AA pour les alimenter.

Il y a bien sûr aussi un adaptateur secteur, un câble de chargement et un espacement pour lunettes. Au déballage du casque, il faut donc s’assurer que tous ces éléments sont bel et bien présents.

Il est désormais temps d’enfiler le casque et de mettre en marche ses contrôleurs. En appuyant et en maintenant le bouton d’alimentation visible sur le côté droit de l’appareil, on peut voir le logo de la marque. Une fois le casque démarré, il faut appuyer sur la gâchette de chaque manette pour l’associer au casque.

Recharger le casque VR

Avant d’utiliser le Quest 2, il est crucial de le recharger, car au déballage, il n’est chargé qu’à moitié. Pour cela, il faut avant tout penser à le poser sur une surface stable afin d’éviter tout accident.

Maintenant, il faut brancher une extrémité du câble sur le casque et l’autre sur l’adaptateur avant de le brancher sur une prise électrique.

Une fois l’appareil complètement chargé, le témoin de charge vire au vert. Il est dorénavant temps de régler le casque et la vue.

Procéder au réglage du casque et de la vue

 

 

Pour régler le Quest 2 sur sa tête, il faut avant tout desserrer les sangles latérales et la sangle supérieure. Ensuite, il faut mettre le casque en l’enfilant par l’arrière, sauf si l’utilisateur porte des lunettes. Il faut d’ailleurs rabattre la sangle arrière de sorte qu’elle entoure sa nuque.

Il ne reste plus qu’à serrer, mais pas trop, les différentes sangles. L’idée est de mettre le casque sur la tête et le visage confortablement sans les comprimer. Pour ce qui est du réglage de la vue, il faut utiliser les deux mains pour déplacer l’appareil vers le bas et le haut.

Bien entendu, il ne faut arrêter que quand l’image est nette, et le casque confortablement posé sur la tête. Pour ceux qui portent des lunettes, il est important d’installer l’espacement pour lunettes dans le casque avant de s’en servir. Au cas où l’utilisateur a du mal à rendre l’image nette, il peut employer son pouce gauche pour déplacer le cran de réglage de l’image. Celui-ci se trouve en bas à gauche du casque.

Comment créer son espace de jeu virtuel pour utiliser l’Oculus Quest 2 correctement ?

Après le réglage du casque, il est temps de créer son espace de jeu virtuel. L’utilisateur est accueilli par le passthrough, une interface qui fusionne le monde réel avec des éléments virtuels.

Pour dessiner les limites de son espace de jeu, il n’a qu’à utiliser les contrôleurs. Il crée donc une barrière virtuelle qui l’empêche de se heurter contre les murs ou les meubles lorsqu’il joue à ses jeux préférés.

À noter que ces limites sont sauvegardées par le casque. Ainsi, on n’aura pas à les redessiner à chaque fois quand on veut jouer. Le système Guardian est d’ailleurs en mesure de marquer en rouge les obstacles dangereux, comme certains meubles. En somme, le joueur est bien mis en sécurité.

Il est temps de parcourir le monde virtuel

Après ces quelques étapes, l’utilisateur arrive maintenant dans son environnement domestique Oculus. Il n’a qu’à suivre les instructions du casque pour terminer sa configuration. Il a d’ailleurs la possibilité de personnaliser son tableau de bord comme bon lui semble.

Le menu flotte bien sûr dans cet environnement virtuel. L’individu a droit à six icônes dans cette interface plutôt élégante. Pour accéder à chaque fonction, il doit effectuer trois clics. Il peut alors accéder à sa bibliothèque d’applications, aux paramètres, aux notifications, réaliser un partage et contacter ses amis.

Il suffit donc d’appuyer sur ces fameuses icônes pour réaliser des actions. À noter que le Quest 2 propose toute une panoplie de fonctionnalités à l’utilisateur. Il peut, par exemple, personnaliser son avatar, discuter avec ses amis, diffuser ses parties de jeu directement sur Facebook, etc.

L’exploration des merveilles de la réalité virtuelle

Ça y est, l’utilisateur peut maintenant commencer à explorer les merveilles de la réalité virtuelle. Il peut découvrir à quel point le monde virtuel est surprenant, et peut partager son expérience à ses proches.

De nombreuses expériences sont d’ailleurs disponibles sur l’Oculus Quest Store. Ce ne sont donc pas les choix qui y manquent.

Il faut toutefois noter que le motion sickness peut survenir à tout moment lorsqu’on utilise un casque VR. Si tel est le cas, il faut faire une pause d’au moins une heure avant de remettre et réutiliser l’appareil. Voilà ainsi les réponses pour ceux qui se demandent comment utiliser l’Oculus Quest 2.

Cet article [TUTO] Comment utiliser l’Oculus Quest 2 ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Le jeu VR Into the Radius prend en charge le DLSS de Nvidia

Par : Serge R.
into the radius DLSS

Into the Radius est l’un des premiers jeux VR capables de prendre en charge le DLSS de Nvidia. Grâce à cela, il peut bénéficier de performances nettement plus élevées en termes de résolution et de fluidité.

DLSS est le sigle de Deep Learning Supersampling. Il s’agit d’une technologie native des cartes graphiques RTX de Nvidia. Grâce à la puissance de l’IA intégrée, il a la capacité d’augmenter la résolution des images dans les jeux de manière intelligente. Le DLSS est en ce moment en train de gagner du terrain dans l’univers de la réalité virtuelle. De plus en plus de jeux VR commencent ainsi à le prendre en charge. Into the Radius VR en fait partie.

Prise en charge du DLSS par Into the Radius : une étape de franchie pour CM Games

DLSS constitue donc une fonctionnalité disponible sur les cartes graphiques Nvidia RTX 20/30. Sa capacité à prendre en charge les casques VR est assez récente, c’est-à-dire suite à la sortie de la mise à jour DLSS 2.1 il y a environ six mois.

Les développeurs de chez CM Games ont donc franchi une étape importante. Ils ont permis à leur jeu VR Into the Radius d’être l’un des titres VR capables de prendre en charge cette technologie. Il faut toutefois savoir que ce dernier n’est pas vraiment le premier à adopter DLSS.

Deux mois seulement après le lancement du DLSS 2.1, le simulateur de combat War Thunder l’a en effet déjà pris en charge. Cependant, les résultats n’étaient pas du tout satisfaisants pour les joueurs.

DLSS : de quoi est-il réellement capable ?

Beaucoup ignorent encore probablement les réelles capacités du DLSS de Nvidia. En fait, son objectif est d’augmenter nettement la résolution des images tout en conservant le même niveau de détail. En plus de cela, il apporte certaines améliorations au niveau du graphisme.

Ainsi, il y a plus de puissance de traitement graphique. Cela permet d’obtenir, entre autres, un meilleur éclairage, des textures plus détaillées, etc.

Pour être plus clair, on peut prendre l’exemple d’un jeu VR pouvant prendre en charge DLSS, comme Into the Radius VR. Il peut alors utiliser cette technologie pour monter à une résolution de 3840 x 2160, même si sa résolution native est de 1920 x 1 080. Bien entendu, le niveau de détail est presque identique, et on a même droit à une meilleure fluidité.

Cet article Le jeu VR Into the Radius prend en charge le DLSS de Nvidia a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Verizon et Dreamscape Immersive allient la réalité virtuelle et la 5G

Par : Serge R.
verizon dreamscape immersive

Verizon et Dreamscape Immersive viennent d’annoncer un partenariat visant à allier la réalité virtuelle et la 5G. En fait, les deux sociétés souhaitent mettre au point des applications VR axées sur la formation. Celles-ci s’adressent donc particulièrement aux étudiants et aux professionnels.

Si Verizon n’est plus à présenter, notamment dans le secteur de la télécommunication, Dreamscape Immersive est un studio spécialisé dans le développement d’applications VR. Outre le développement d’applications de formation, les deux entreprises, en collaboration avec l’Arizona State University, souhaitent créer un laboratoire d’innovation. Dédié à la réalité virtuelle, ce dernier sera utilisé pour développer des applications d’apprentissage de pointe.

Verizon et Dreamscape Immersive : des expériences VR complexes au programme

Verizon et Dreamscape Immersive veulent donc créer des expériences VR complexes, mais aussi extrêmement puissantes en travaillant ensemble. Pour cela, les deux sociétés se servent d’un matériel VR sans fil et à moindre coût, mais pas seulement.

Elles améliorent également considérablement les simulations de formation et d’éducation en réalité virtuelle, selon le PDG de Verizon Business Tami Erwin. En plus d’ouvrir la porte à de nouvelles expériences, cela permet aux étudiants, aux professionnels et aux stagiaires d’accéder plus facilement à la formation en VR.

Grâce aux expériences d’apprentissage immersives créées, ils pourront accéder à des environnements VR actifs. Une fois dans ces derniers, ils deviennent de véritables explorateurs scientifiques. Ils peuvent alors découvrir de nouveaux mondes et résoudre toute sorte de problèmes complexes.

Des expériences de simulation et de formation axées sur les avatars

Verizon et Dreamscape Immersive unissent également leurs forces pour créer des expériences de simulation et de formation axées sur les avatars. Celles-ci s’adressent donc plutôt aux divers secteurs professionnels, et même aux gouvernements.

Il faut savoir que lorsque les simulations sont combinées avec un réseau 5G, qui propose une latence ultra faible, elles permettent aux grands groupes d’interagir entre eux à distance.

D’après le PDG de Dreamscape, Walter Parkes, son studio est à même de penser au-delà des limites physiques. Il peut ainsi créer de nouvelles manières d’apprendre, de travailler et de jouer. Avec son partenariat avec Verizon, il est en mesure de repousser les limites de la technologie VR selon Parkes.

Cet article Verizon et Dreamscape Immersive allient la réalité virtuelle et la 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Codename : Urban Legends : Niantic Labs présente une démo en AR et en 5G

Par : Serge R.
Codename : Urban Legends

Codename : Urban Legends fait partie des projets en préparation de Niantic Labs. Il ne faut pas oublier que le studio derrière Pokémon Go en a récemment présenté quelques-uns. À part le jeu multijoueur à grande échelle utilisant le réseau 5G, il y a, entre autres, la collaboration avec Nintendo sur un titre Pikmin. Un nouveau matériel peut aussi bientôt faire son apparition.

Le réseau 5G est en ce moment considéré comme l’avenir de la réalité augmentée et virtuelle. Effectivement, il propose une bande passante nettement plus élevée et une latence ultra-faible. C’est la raison pour laquelle Niantic Labs a créé la Planet-Scale AR Alliance. Ses membres sont des acteurs majeurs du secteur de la télécommunication exploitant la 5G. Pour démontrer le résultat de l’association de leurs technologies, le studio a créé Codename : Urban Legends. Il présente en ce moment une démo AR 5G du jeu.

Codename : Urban Legends : une expérience beaucoup plus active que Pokémon GO

Codename : Urban Legends offre donc aux joueurs une expérience beaucoup plus active que Pokémon GO. Pour cela, le titre les oblige à faire équipe et à venir à la rescousse des alliés mythiques.

Ils sont ainsi amenés à faire exploser un monstre en se servant de sorts magiques. Les premiers tests de la démo AR 5G ont permis de découvrir que le jeu peut gérer 10 fois plus de joueurs simultanément. Malgré cela, la latence reste faible.

En somme, les joueurs ont droit à des expériences à la fois sécurisées et fiables grâce à la 5G. Ce réseau du futur n’assure pas seulement une faible latence et une bande passante élevée, mais aussi une connaissance spatiale en temps réel.

La 5G de plus en plus disponible

La 5G est en train de gagner du terrain sur le marché en ce moment. Presque tous les smartphones dernier cri sont en effet dotés de la technologie.

Étant donné que le réseau est de plus en plus disponible, on espère donc que Codename : Urban Legends ne tardera pas à être lancé. Après tout, Pikmin AR est également attendu cette année.

Dans tous les cas, il faut savoir que la plupart des membres de la Planet-Scale AR Alliance ont annoncé être ravis de collaborer avec Niantic.

Cet article Codename : Urban Legends : Niantic Labs présente une démo en AR et en 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Snapchat : de nouvelles lunettes AR sont attendues cette année

Par : Serge R.
snapchat

L’application Snapchat compte en ce moment pas moins de 300 millions d’utilisateurs actifs dans le monde. Et pourtant, le studio Snap Inc. n’a jamais réalisé de profit jusqu’à maintenant, bien qu’il ait été fondé en 2011. Néanmoins, certains analystes pensent qu’il va atteindre la rentabilité cette année.

De nouvelles lunettes AR sont en effet en développement chez Snap Inc. Elles viendront probablement agrandir la gamme de lunettes intelligentes baptisée Spectacles de la société. Pour rappel, cette fameuse gamme est en ce moment composée de trois produits. Toutefois, ceux-ci fonctionnent uniquement comme une caméra mobile, et ne disposent donc pas d’un système d’affichage.

Lunettes AR Snapchat : l’avenir des lunettes Spectacles

Les premières lunettes Spectacles de Snap Inc. sont ainsi seulement capables de capturer et d’exporter des clips vers Snapchat. Les lunettes Spectacles 2, quant à elles, ont juste, en plus, bénéficié d’une résistance à l’eau.

Les Spectacles 3, de leur côté, ont laissé de côté cette fonctionnalité. Elles ont ajouté à la place une seconde caméra permettant de capturer des vidéos en 3D. Celle-ci est aussi utilisée pour les effets.

Selon un rapport, les prochaines lunettes Spectacles passeront des lunettes intelligentes aux lunettes AR. Pour la première fois, un produit de cette gamme sera donc équipé d’un système d’affichage. Il sera également doté d’un suivi spatial. Grâce à ces fonctionnalités, il sera en mesure de superposer les filtres Snapchat sur le monde réel.

Spectacles 4 : aucune information précise sur ses caractéristiques techniques

Jusqu’à maintenant, on ignore encore si Snap Inc. met au point sa propre technologie de base ou se sert de la puce XR1 de Qualcomm. On ne sait pas d’ailleurs s’il y aura un contrôleur ou un système de suivi manuel.

Tout ce qu’on sait d’après le rapport, c’est que les nouvelles lunettes AR continueront à être liées à Snapchat via un smartphone.

Si les lunettes Spectacles 3 sont vendues au prix d’environ 322 euros, le nouveau modèle AR pourrait en outre être nettement plus cher. Dans tous les cas, ces lunettes AR s’adressent tout particulièrement aux développeurs et aux créateurs.

Cet article Snapchat : de nouvelles lunettes AR sont attendues cette année a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Confinement Airlines : la compagnie aérienne en réalité virtuelle lève 1 billion de dollars

Par : Bastien L
confinement airlines

C’est une idée qui va sauver le tourisme. Malgré le COVID-19, Confinement Airlines propose de continuer à voyager en avion… dans la réalité virtuelle. La jeune startup mongole vient de lever 1 billion de dollars.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le secteur de tourisme est touché de plein fouet. Les voyages aériens à l’internationale ne reprendront pas de sitôt, tant que le virus continuera à circuler.

Alors qu’Emmanuel Macron vient d’annoncer le troisième confinement, les Français doivent renoncer pour de bon à leurs espoirs de vacances à l’étranger. Vraiment ?

Confinement Airlines va vous faire voyager malgré le COVID

C’était sans compter sur la réalité virtuelle, et sur le génie Livra Nossiop : CEO de la startup Confinement Airlines. À seulement 12 ans et demi, ce jeune Mongol a décidé de révolutionner l’industrie du tourisme grâce à la VR.

Son concept ? Permettre à tout un chacun de continuer à prendre l’avion malgré le confinement. Pour accomplir cette prouesse, Confinement Airlines simule tout simplement les voyages dans la VR. Il suffit de revêtir son casque, et paré pour le décollage. L’illusion est bluffante.

On a véritablement l’impression d’être assis dans un avion. La vue à travers le hublot est belle à en pleurer. Quelle expérience incroyable ! ” témoigne Jackson Nossiop, responsable marketing de Confinement Airlines, frère cadet du PDG et actionnaire de l’entreprise.

Selon les premiers bêta-testeurs, les voyages dans la VR de Confinement Airlines sont même mieux que les voyages dans le monde réel. Une source anonyme nous le confirme : ” il y aura un avant et après. Un retour en arrière n’est plus possible, car ce simulateur est une véritable drogue dure. Mon épouse est devenue complètement addict, à tel point qu’elle m’a quitté pour rester à tout jamais dans le jeu “.

Le plaisir de l’avion sans les contraintes

Même si le tourisme en VR peut sembler incongru de prime abord, il présente de nombreux avantages. Pour commencer, les billets sont 5 à 10% moins chers qu’un vrai voyage. Au lieu de payer 500€ aller-retour pour un Paris-San Francisco, vous ne paierez que 450€ dans la VR. Autant dire que le choix est vite fait.

De plus, la réalité virtuelle permet de gagner un temps fou lors de l’embarquement. ” Plus besoin de se lever aux aurores pour aller à l’aéroport, de retirer sa ceinture pour franchir le portique, et plus de risque de prendre froid dans les marches de l’avion “, explique le jeune CEO.

D’ailleurs, vous ne risquez pas non plus de vous écraser pendant le vol. Et même arrivé à destination, notre simulateur vous préserve de nombreux dangers. C’est quand même beaucoup plus sympa d’aller en Australie, quand on ne risque pas de trouver une mygale sous son oreiller ou un alligator dans la douche “.

Notre expérience est beaucoup plus sûre que la réalité “, martèle le chef d’entreprise. ” Et surtout, aucun risque d’attraper le Covid ! “, ajoute un proche du gouvernement qui semble s’être perdu sur le lieu de l’interview.

En revanche, pour maximiser la sensation d’immersion, le temps du trajet a été reproduit à l’échelle 1:1. Et si l’utilisateur retire son casque en cours de vol, il doit recommencer son voyage à zéro.

Pour une expérience toujours plus réaliste, les développeurs ont même incorporé des enfants qui pleurent parmi les passagers. Lorsque la nuit tombe, votre voisin de siège peut aussi se mettre à ronfler extrêmement bruyamment.

Une levée de fonds d’un billion de dollars menée par Microsoft et Flunch

Après avoir présenté une simple démo de son simulateur, Confinement Airlines vient déjà de lever 1 billion de dollars lors d’une levée de fonds de série Z. Les géants de la Silicon Valley tels que Microsoft, Facebook, Google et Flunch ont tous répondu présents à l’appel.

C’est tout simplement le futur ” admet Brian Chesky, fondateur d’AirBnb. ” Je pensais tenir un concept, mais celui de Confinement Airlines est largement mieux. J’ai revendu ma boîte pour investir dans ce projet “.

Le président Emmanuel Macron a lui-même salué cette initiative juste après son élocution. Selon ses dires ” la startup Confinement Airlines démontre que la pandémie peut déclencher un élan d’innovation. Entre ça, le télétravail, l’école à distance et le problème des retraites, peut-être que cette crise est finalement positive ” a-t-il déclaré devant un parterre de spectateurs embarrassés.

De son côté, Confinement Airlines voit loin et a déjà les yeux tournés vers le futur. Elle prépare son spin-off Virtual Terrasse : une expérience virtuelle permettant de s’asseoir à la terrasse d’un café ou d’un restaurant dans la VR. Pour l’heure, les chercheurs réfléchissent toutefois à une solution pour manger ou boire avec un casque sur la tête sans en renverser partout…

Cet article Confinement Airlines : la compagnie aérienne en réalité virtuelle lève 1 billion de dollars a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

HTC Vive : tout savoir sur la gamme de casques VR

Par : Serge R.
HTC Vive

La gamme Vive de HTC a gagné une place importante sur le marché des casques VR grand public depuis un certain temps. Cependant, la notoriété de la société est en berne depuis ces dernières années. De plus, les choses ne sont apparemment pas encore prêtes de s’améliorer pour l’instant.

À l’heure actuelle, la firme taïwanaise HTC Corporation compte déjà 11 casques VR dans sa gamme baptisée Vive. Si neuf d’entre eux sont destinés à une utilisation sur PC, les deux autres restants sont des casques autonomes. Il faut dire que ce ne sont pas les choix qui manquent. Cependant, le lancement du dernier casque pour PC de la société, le Vive Cosmos, n’a pas vraiment été une réussite. Voici tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Aperçu sur les 11 casques VR composant la gamme HTC Vive

Il est bon de savoir que les 11 casques VR de HTC Corporation dont on parle ici n’incluent pas les casques Vive Proton. Il s’agit de prototypes que l’entreprise vient d’annoncer récemment.

Parmi les casques pour PC de la gamme HTC Vive, on retrouve donc bien entendu le Vive. Il y a aussi le kit de démarrage Vive Pro et le kit complet Vive Pro. Il ne faut pas non plus oublier le Vive Pro Eye et le Vive Pro McLaren Édition Limitée.

Dans la série Vive Cosmos, il y a le Vive Cosmos, le Vive Cosmos Play, le Vive Cosmos Elite et enfin le Vive Cosmos XR. 

Pour ce qui est des casques autonomes, on peut citer le Vive Focus et le Vive Focus Plus. À noter qu’on ne prend pas en compte ici le fait qu’un casque soit destiné aux professionnels ou aux particuliers.

HTC Vive Focus

Présenté en novembre 2017, le casque de réalité virtuelle HTC Vive Focus présente des caractéristiques techniques conçues pour concurrencer son homologue direct, le Oculus Go. Bien que tous les détails n’aient pas été dévoilés, le constructeur précise que l’appareil ne fonctionnerait pas sur la plateforme Google Daydream, contrairement à ce qui avait été annoncé au départ. Toutefois, le Vive Focus garde bel et bien son design de référence Qualcomm VRDK.

Il devrait disposer aussi d’une technologie de tracking de position, offrant une liberté de mouvement à 6 degrés (6 DoF). Le casque comporte aussi 9 axes, ainsi qu’un capteur de proximité. L’écran type AMOLED 3K autorise un taux de rafraîchissement de 75 Hz, doté d’un champ de vision à 110 degrés. Enfin, l’appareil sera alimenté par une batterie, qui permet à Vive Focus de tenir 3 heures en usage actif.

L’appareil HTC Vive Focus connaît une mise à jour en mars 2018, avec une diminution notable du prix. De plus, le casque est commercialisé en dehors de la Chine accompagné d’un kit de développement. Au niveau international, le HTC Vive Focus est donc disponible en vente en France.

Lancement du Vive Cosmos : l’une des raisons du déclin de HTC Vive ?

Depuis son lancement en décembre 2020 jusqu’à maintenant, le dernier casque VR Vive Cosmos de HTC n’a pas vraiment rencontré le succès escompté. Cela peut se vérifier par rapport aux appareils reliés à Steam. Il n’a pas su freiner le déclin de la société, notamment de ses casques VR utilisés sur la plateforme.

Il ne faut pas oublier qu’en janvier 2019, les casques de HTC connectés à cette dernière étaient de 43 % mensuellement. Toutefois, le chiffre est descendu à 30 % en janvier 2020.

De plus, comparée à ses concurrents, dont Oculus et Valve, la firme est la seule à ne pas disposer d’une plateforme de distribution de contenu VR. Elle compte probablement profiter uniquement des bénéfices obtenus grâce à la vente de matériel.

HTC Vive : une modularité qui n’a aucun sens pour les Cosmos ?

À la sortie du Vive Cosmos, HTC a annoncé que tout est question de modularité. Comme il a été vu plus haut, on retrouve quatre variantes dans la série. Les consommateurs ont le choix entre trois d’entre elles puisque le Cosmos XR est spécialement dédié aux développeurs.

Ces casques disposent donc de faces avant interchangeables. Il est alors possible de passer d’une variante à l’autre sans avoir à changer complètement de matériel.

Dans la pratique, cela n’a cependant pas vraiment de sens. C’est justement l’une des plus grandes faiblesses du Vive Cosmos.

Des prix différents pour les casques de la série

Il est bon de savoir que le Vive Cosmos Play, le Vive Cosmos et le Vive Cosmos Elite ne sont pas proposés au même prix. Le premier appareil est réservé aux entreprises. Le second est vendu à 709 avec deux contrôleurs. Du côté du Cosmos Élite, il faut compter 619 euros pour s’offrir le casque seul et 909 euros le kit complet.

En somme, il y a une différence de prix d’environ 300 euros entre les trois produits. À noter que HTC a annoncé au début que le Cosmos Play serait vendu à moins de 600 euros.

Trois options de mise à niveau seulement

Outre la différence de prix, il faut savoir qu’il n’existe que trois options de mise à niveau pour les casques de la série Vive Cosmos. Ainsi, on peut passer du Cosmos Play au Cosmos, du Cosmos au Cosmos Élite et du Cosmos Élite au Cosmos.

Pour la première option, on obtient deux caméras supplémentaires pour profiter d’un meilleur suivi. La seconde offre la fonction de suivi SteamVR. Quant à la dernière, cela ramène au suivi proposé par le casque Cosmos.

Il est de ce fait impossible de se passer de ces options de mise à niveau pour ceux qui veulent changer de casque.

HTC Vive : vendre les Cosmos séparément serait une solution

Pour donner un peu plus de sens à la modularité du Vive Cosmos, il aurait été mieux si les casques étaient vendus séparément. De cette manière, les utilisateurs n’auront pas à acheter les différents accessoires à chaque fois.

S’ils disposent donc déjà du Vive d’origine, par exemple, mais qu’ils souhaitent s’offrir un casque Cosmos Elite, ils n’auront qu’à acheter ce dernier. Ils ont en effet déjà des stations de base et des contrôleurs SteamVR Tracking.

Au lieu de cela, ils doivent acquérir tout le matériel VR au complet, ce qui peut leur coûter une petite fortune. Dans un tel cas, l’idéal est plutôt d’opter pour le Vive Pro Headset Only. Il est vendu au prix de 679 euros.

HTC Vive : d’autres situations qui ne font qu’empirer les choses

Malheureusement, ce n’est pas seulement la modularité du Vive Cosmos qui fait baisser la notoriété de HTC. Il y a aussi le retard de la sortie des pièces interchangeables et des casques VR eux-mêmes.

Il ne faut pas non plus oublier la révélation du Vive Proton. La société a en effet annoncé un prototype du casque VR compact le même jour que les nouvelles variantes du Vive Cosmos.

Il faut avouer que cela n’a pas du tout un sens stratégique. L’entreprise dévoile déjà sur quoi elle travaille alors que le produit annoncé n’a même pas encore pointé le bout de son nez. Or, il se peut que cela limite la vente de ce dernier de façon considérable. En somme, la stratégie de HTC en matière de réalité virtuelle présente en ce moment beaucoup de désordre.

Cet article HTC Vive : tout savoir sur la gamme de casques VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Tundra Tracker franchit les 600 000 dollars et dépasse son objectif Kickstarter en moins de 24 heures

Par : Serge R.
Tundra Tracker

En moins de 24 heures, Tundra Tracker a largement dépassé son objectif Kickstarter de 250 000 dollars. Les chiffres vont déjà au-delà de 600 000 dollars alors qu’il reste encore 59 jours pour la campagne.

Les utilisateurs sont en ce moment en quête d’un tracker compatible SteamVR Tracking moins cher et plus petit que le Vive Tracker. Le Tundra Tracker peut très bien être une excellente option. Il s’agit d’un tracker en développement par Tundra Labs. Pour mener à bien la mise au point du produit, la société a lancé une campagne Kickstarter dont l’objectif initial était de 250 000 dollars. Toutefois, quelques heures seulement ont suffi pour dépasser largement ce dernier.

Le pack 7x Tundra Tracker plutôt bien prisé

Si Tundra Tracker a pu atteindre plus de 600 000 dollars en moins de 24 heures, c’est grâce à quelque 1570 bailleurs de fonds individuels. Ils ont investi entre 42 à 630 dollars pour soutenir le projet.

Plus de 67 % des contributeurs ont opté pour le pack 3x Tundra Tracker jusqu’à maintenant. Néanmoins, ceux qui ont choisi le pack 7x Tundra Tracker ne sont pas non plus à négliger. Effectivement, leur nombre est plutôt surprenant avec un pourcentage de 17 %.

Avec 3 trackers, les utilisateurs peuvent ajouter des points de suivi au niveau de la taille et des pieds. Ceux-ci accompagnent donc le suivi des mains et de la tête assuré par un casque VR. Toutefois, avec 7 trackers, ils pourront profiter d’un suivi du corps encore plus précis. Il est alors possible de suivre le mouvement des genoux, des coudes, des pieds et de la taille en plus des mains et de la tête.

Les accessoires fournis

Peu importe le choix des contributeurs, ils devraient avoir droit à des sangles élastiques permettant d’attacher les trackers à leur corps. Il y a aussi un étui de rangement.

Les versions Kickstarter des trackers sont d’ailleurs accompagnées de deux plaques de base permettant de choisir entre différentes options de montage.

Dans tous les cas, Tundra Labs envisage de livrer les premiers Tundra Trackers aux contributeurs « early bird » à partir de juillet. Pour le reste, il faut attendre en septembre.

Cet article Tundra Tracker franchit les 600 000 dollars et dépasse son objectif Kickstarter en moins de 24 heures a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Le Quest 2 plus vendu que tous les autres casques Oculus réunis selon Facebook

Par : Serge R.
quest 2

En matière de ventes, le Quest 2 d’Oculus a connu un énorme succès selon le responsable AR / VR de Facebook, Andrew Bosworth. Le nombre d’unités vendues n’a pas été révélé, mais c’est probablement entre un et dix millions.

Lors d’une interview, Bosworth a montré que la réalité virtuelle commence à arriver à un stade « grand public ». Effectivement, il n’a pas manqué d’annoncer qu’en quelques mois seulement, les ventes de l’Oculus Quest 2 ont non seulement dépassé celles de son prédécesseur. Elles ont devancé celles de ses prédécesseurs réunis.

Quest 2 : un concentré de technologies proposé à un prix réduit

Ça fait maintenant six mois que l’Oculus Quest 2 a fait son entrée sur le marché. Le Quest original, quant à lui, est sorti il y a déjà 18 mois. L’Oculus Rift S et l’Oculus Go, de leur côté, ont été lancés il y a 2 ans, tandis que l’Oculus Rift est disponible depuis déjà 3 ans.

Malgré cela, le Quest 2 se vend en ce moment plus que tous ces autres casques réunis. Toutefois, cela est assez évident puisque ce dernier-né d’Oculus est moins cher que ses prédécesseurs, à l’exception de l’Oculus Go de 2018.

Et pourtant, il est équipé d’un processeur nettement plus puissant et d’un écran de résolution plus élevée. Il ne faut pas non plus oublier qu’il est 15 % plus petit et plus léger que le Quest original. Néanmoins, il dispose de matériaux moins chers, comme un écran LCD au lieu d’un écran OLED. Le mécanisme de réglage de son objectif est aussi moins précis.

Le successeur de Quest et de Rift S

L’Oculus Quest 2 est considéré par Facebook comme le successeur du Quest original et du Rift S à la fois. Le PDG Mark Zuckerberg a déclaré que les précommandes du Quest 2 étaient 5 fois plus nombreuses que celles de son prédécesseur. Il l’a révélé lors de l’appel aux résultats du troisième trimestre 2020.

David Wehner a d’ailleurs annoncé lors de l’appel aux résultats du quatrième trimestre 2020 que le casque a bénéficié de fortes ventes de vacances. Le directeur financier de Facebook a expliqué que cela a nettement augmenté les revenus non publicitaires de la société.

Cet article Le Quest 2 plus vendu que tous les autres casques Oculus réunis selon Facebook a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Argil : sculpter des modèles 3D organiques n’a jamais été aussi facile

Par : Serge R.
argil

Argil fait partie des solutions immersives permettant de devenir artiste en réalité virtuelle. Mise au point par Valkyrie Industries, l’application permet donc de sculpter des modèles 3D organiques impressionnants. Le studio compte la lancer en avril sur les casques PC VR.

Ce ne sont pas les solutions immersives qui manquent en matière de sculpture de modèles 3D organiques. Toutefois, les utilisateurs se tournent davantage en ce moment vers les applications permettant de la rendre transparente et rapide. Argil peut dans ce cas constituer une excellente option pour eux grâce à sa gamme d’outils donnant l’impression de manipuler de l’argile pour de vrai.

Argil : les possibilités offertes

Avec Argil, les utilisateurs pourront se concentrer davantage sur leurs modèles 3D. Effectivement, l’application leur offre un espace à la fois relaxant et méditatif. Ainsi, ils peuvent presser, pincer, sculpter et étirer leurs divers modèles comme bon leur semble.

Après cela, ils peuvent se servir de la palette de couleurs proposée afin de donner vie à leurs créations. Selon Ivan Isakov, CTO chez Valkyrie Industries, le but du studio est de permettre aux utilisateurs de créer des objets 3D en VR de la manière la plus intuitive possible.

Pour cela, ils peuvent utiliser leurs mains et des gants haptiques. Il faut savoir que l’application fonctionnera avec les contrôleurs VR classiques. Elle sera d’ailleurs publiée sur Steam, ce qui lui permettra d’atteindre un plus large public. La société prévoit même de rendre le logiciel compatible avec différents gants haptiques pour une immersion plus complète et une sensation encore plus naturelle.

Sur quelles plateformes VR l’application sera-t-elle disponible ?

Argil sortira donc le 21 avril prochain sur les casques VR Windows Mixed Reality, HTC Vive et Oculus Rift. On peut également s’en servir sur l’Oculus Quest via Oculus Link.

Il est bon de noter que les utilisateurs peuvent partir de zéro ou importer des modèles déjà préconçus dans l’application. Une fois sculptés, les modèles peuvent être exportés en OBJ. Ils peuvent alors être imprimés en 3D.

Quand l’application arrivera sur le marché, elle rejoindra Medium, Gravity Sketch, SculptrVR, et bien sûr Tilt Brush en tant que logiciel permettant de devenir artiste en VR.

Cet article Argil : sculpter des modèles 3D organiques n’a jamais été aussi facile a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Niantic : de nouvelles lunettes AR pour mieux profiter de Pokémon Go ?

Par : Serge R.
niantic ar

Niantic n’est plus un inconnu dans le domaine de la réalité augmentée grâce à son célèbre jeu AR Pokémon Go. On apprend en ce moment que le studio pourrait bientôt proposer de nouvelles lunettes AR permettant de profiter d’une tout autre expérience lorsqu’on y joue. Toutefois, on n’a pas encore beaucoup d’information sur le matériel pour le moment.

John Hanke, le PDG de Niantic, a publié récemment sur Twitter une image qui représente probablement de nouvelles lunettes AR. Effectivement, on peut y voir une sorte de sangle sur laquelle on retrouve le nom de la société. On peut aussi y observer les bords d’un verre de lunettes et un petit haut-parleur. Comme description de l’image, Hanke n’a pas manqué de mentionner qu’il est excitant de voir les progrès que sa firme fait sur de nouveaux types d’appareils.

Lunettes AR de Niantic : le fruit de sa collaboration avec Qualcomm ?

On ne sait pas encore grand-chose sur les futures lunettes AR de Niantic, mais il s’agit quand même d’une évolution naturelle pour le studio. Effectivement, il ne faut pas oublier qu’en 2019, il a annoncé une collaboration avec la société Qualcomm.

Cette dernière met au point des puces utilisées pour faciliter la conception de matériel VR et AR. Elle en fournit bien entendu à d’autres fabricants, comme Oculus dans le développement de son Quest 2.

À noter que les lunettes AR compactes et capables d’afficher des objets solides dans le monde réel ont encore du mal à sortir sur le marché. Elles sont surtout bloquées par l’éclairage extérieur un peu trop lumineux et la consommation d’énergie. C’est la raison pour laquelle les techniques actuelles déchargent une partie des tâches de traitement sur un appareil à proximité. Il peut donc s’agir d’un smartphone.

Une solution pour profiter de Pokémon Go autrement

Avec des lunettes AR, les joueurs auront l’occasion de voir, par exemple, un Pikachu surgir d’un buisson comme s’il y était réellement. Rien que pour vivre une telle expérience, certains utilisateurs n’hésiteront probablement pas à connecter leur téléphone à une paire de lunettes.

En tout cas, rien n’est encore sûr pour le moment. Mais Niantic se doit tout de même de proposer un produit intéressant au grand public s’il veut devancer la concurrence.

Cet article Niantic : de nouvelles lunettes AR pour mieux profiter de Pokémon Go ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Hologramme en temps réel : tout ce qu’il faut savoir

Par : Serge R.
hologramme en temps réel

L’hologramme 3D en temps réel n’est désormais plus le simple fruit de notre imagination. Une nouvelle technique basée sur l’intelligence artificielle (IA), appelée holographie tensorielle, pourrait en effet permettre sa création. Il peut donc être utilisé pour la réalité virtuelle, l’imagerie médicale, l’impression 3D, etc.

Au moyen de l’intelligence artificielle, les scientifiques ont désormais la capacité de générer des hologrammes 3D rapidement. De plus, les hologrammes ainsi produits sont non seulement en couleur, mais ont aussi une apparence photoréaliste. Et le meilleur, c’est que cette technologie peut même fonctionner sur un smartphone ou une tablette. Une nouvelle technique pourrait d’ailleurs permettre son usage dans les casques VR et AR, et dans d’autres domaines.

Hologramme en temps réel : une alternative à la VR actuelle

La réalité virtuelle a connu une évolution importante ces derniers temps. Malgré cela, les casques VR ne sont pas encore en mesure de détrôner les ordinateurs et les téléviseurs en matière de visualisation vidéo.

La raison est simple : la technologie VR peut rendre certains utilisateurs malades. Cela est surtout dû aux effets du motion sickness. Ainsi, une fatigue oculaire et des nausées peuvent en résulter.

Afin d’éviter cela, les scientifiques ont donc recherché une solution pour profiter d’une meilleure visualisation 3D. Ils ont alors retravaillé pour le monde numérique une technologie vieille de plus de 60 ans, qui n’est autre que l’hologramme.

Une représentation exceptionnelle du monde virtuel

L’hologramme en temps réel est à même d’offrir une représentation exceptionnelle du monde virtuel qui entoure tout utilisateur. De plus, il propose une apparence à couper le souffle.

La perspective peut d’ailleurs changer suivant la position de l’utilisateur.

Grâce à la technologie, ses yeux peuvent même ajuster la profondeur focale, et ainsi se concentrer sur l’arrière-plan et le premier plan de façon alternative.

Hologramme en temps réel : l’origine de la technologie

Ce n’est pas la première fois que les scientifiques ont cherché à créer des hologrammes générés par ordinateur. Cependant, le processus a nécessité de grandes quantités de calculs, et celles-ci doivent passer par des simulations physiques. Les résultats sont de ce fait loin d’être satisfaisants.

Maintenant, les chercheurs du MIT ont découvert l’holographie tensorielle suite à plusieurs essais nécessitant de puissants ordinateurs et beaucoup de calculs. La nouvelle méthode est si efficace qu’elle peut donc produire des hologrammes quasi instantanément, même sur des appareils mobiles peu performants.

Liang Shi, un informaticien du MIT, n’a même pas manqué de déclarer que tout a fonctionné comme par magie. Le résultat a vraiment dépassé toutes les attentes de l’équipe. À noter que Shi a travaillé aux côtés de Wojciech Matusik, son conseiller, Beichen Li d’EECS, et avec le labo d’informatique et d’IA du MIT. Il y a aussi d’anciens chercheurs du MIT, dont Petr Kellnhofer (Université de Stanford) et Petr Kellnhofer (Facebook).

Une importante base de données créée

Pour mettre au point l’hologramme 3D en temps réel, l’équipe du MIT a créé une base de données personnalisée. Celle-ci est composée de pas moins de 4 000 images générées par ordinateur. Chacune d’elles contient des informations sur la profondeur et la couleur de chaque pixel.

Dans cette base de données, on retrouve aussi un hologramme 3D pour chaque image. C’est en se servant de ces données que le réseau de neurones à convolution apprend à calculer la meilleure manière de générer des hologrammes 3D à partir des images.

Il est bon de souligner que ce nouveau système requiert moins de 1 Mo de mémoire. Il peut d’ailleurs générer jusqu’à 60 hologrammes 3D en couleur par seconde avec une résolution 1080p.

Le futur de l’hologramme en temps réel

Dans le futur, il est possible que la technologie de suivi oculaire soit utilisée pour accélérer le système. Effectivement, cela permettrait de créer des hologrammes à haute résolution uniquement dans les zones où les yeux regardent selon Liang Shi.

Les hologrammes pourraient même être générés en prenant en compte l’acuité visuelle de chaque personne. Ainsi, les utilisateurs portant des lunettes n’auront pas besoin d’un casque VR spécial qui correspond à leur prescription optique.

Cet article Hologramme en temps réel : tout ce qu’il faut savoir a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌