Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 16 octobre 2019Audio Video 3D Art

Review: Free and easy 3d modeling with Dust3D

Par Sergio Rosa
3D modeling has earned a reputation of being difficult, and I am not going to say it is easy, because it's not. However, every now and then, there's a new 3D application that aims to make 3D modeling...
  • 16 octobre 2019 à 17:00

Spectro : un jeu de chasse aux fantômes qui ne fait même pas peur

Par Pierrick LABBE
Spectro

Spectro est un jeu en réalité virtuelle qui mêle allègrement l’univers de Ghostbusters à celui de Wolfeinstein… sans pour autant vous faire sauter d’effroi comme un jeu d’horreur.

Certains gamers ne supportent pas les jeux d’horreur en réalité virtuelle. Les sursauts d’effroi ne sont pas pour eux même s’ils aiment l’univers des fantômes. Ce jeu ne tombe cependant pas dans la catégorie d’horreur même si l’on part à la chasse aux fantômes dans une immense demeure obscure. Pour les plus anciens, cela est clairement inspiré du système de Wolfeinstein. On retrouve aussi clairement une inspiration des films Ghostbuster. Voici le trailer du jeu.

Spectro : une chasse aux fantômes dans une demeure hantée

Spectro rappelle sans conteste l’univers de Ghostbuster. Vous devez capturer l’énergie de fantômes pour ensuite les aspirer. L’inspiration de Wolfeinstein est aussi particulièrement notable. Vous passez d’une pièce à l’autre dans cette immense demeure obscure. Un ou plusieurs fantômes se trouvent dans les pièces. Vous trouverez aussi des recharges d’armes et d’énergie dans chaque pièce ou presque. En collectant des clés cachées dans les différentes chambres qui composent ce manoir vous pourrez progresser et ouvrir de nouvelles portes.

Des totems vous permettent d’ouvrir des portes cachées. Vous pourrez aussi collecter des pièces de monnaie qui vous permettront d’acheter des mises à niveau. Spectro est disponible dès aujourd’hui en version accès anticipé. Cela permettra au studio de corriger certains aspects un peu monotones du jeu. Le jeu est disponible sur HTC Vive et Oculus Rift au prix de 19,99 dollars.

Cet article Spectro : un jeu de chasse aux fantômes qui ne fait même pas peur a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Creative Seeds : l’école-studio, une autre façon d’apprendre l’animation et les VFX

Par Shadows

Nous avions eu l’occasion d’annoncer le lancement de l’école Creative Seeds, située à côté de Rennes. La première promotion de l’école a bouclé ses deux premières années de formation et entre dans sa 3ème et dernière année dans l’établissement : l’occasion de vous présenter plus en détail cette école atypique, dont le but est de former chaque année une trentaine de jeunes artistes prêts à intégrer un studio.

Creative Seeds rompt avec l’approche pédagogique classique de plusieurs manières. Tout d’abord, la spécialisation est précoce : chaque élève dispose de deux années pour explorer son domaine de prédilection.
Plus surprenant : l’école fonctionne comme un studio, avec des départements (animation, rigging, lighting, etc). Les élèves de différentes promotions y sont mélangés, et les enseignants font donc cours à des groupes de niveaux différents. Une approche qui, là encore, évoque le studio avec un lead qui fait progresser une équipe dont le niveau n’est jamais homogène.

Farfalla – production libre d’élèves de 2ème année

Cette philosophie studio se retrouve aussi dans une volonté de ne pas faire travailler les élèves chez eux.
Des projets personnels sont évidemment prévus, en solo (en particulier en première année, un projet solo complet permettant à chaque élève de trouver sa voie) ou en groupe. Dans ce second cas, il peut s’agir de films de commande (courts-métrages de pré-séance pour des festivals, à la manière des courts des Gobelins diffusés durant le Festival d’Annecy) mais aussi des courts libres. Pour les courts libres, l’idée est ici encore de respecter une approche studio : un élève spécialisé en rigging ne fera que du rigging sur un court, contrairement à ce qui se produit dans d’autres écoles. Par ailleurs, l’équipe pédagogique aide la promotion à cibler les objectifs en fonction des effectifs des différents départements : le nombre de personnages, l’ampleur du travail d’animation ou encore le nombre de décors sont ainsi adaptés pour coller aux possibilités concrètes.

Bien évidemment, dans un studio, les leads aussi sont censés travailler… Et justement, l’équipe pédagogique constituée d’artistes crée ses propres courts. De quoi faire de la veille technologique, mais aussi valider certaines approches : un des courts créés a par exemple été fabriqué avec les contraintes des films de première année.
Voici les courts déjà produits :

On pourra trouver plus d’informations sur le site de l’école, dont les tarifs (un étalement des paiements est possible, mais en raison de la jeunesse de l’établissement les bourses ne sont pas disponibles) et les modalités d’inscription. Les inscriptions commencent dès novembre, avec plusieurs sessions de sélection étalées jusqu’en été. Enfin, la galerie des élèves vous donnera une idée du niveaux des élèves en 1ère et 2ème année. La galerie de 3ème année sera créée dans le courant de cette année scolaire.

L’article Creative Seeds : l’école-studio, une autre façon d’apprendre l’animation et les VFX est apparu en premier sur 3DVF.

Traktor Kontrol S3: The Middle Child For The MK3 Traktor Generation

Par Dan White

As we reported on last week, the Traktor Kontrol S3 is here. Today we can confirm the official announcement of the DJ controller. Native Instruments has sent over their confirmation and initial specs and photos, which seems to place the controller comfortably between the Kontrol S2 MK3 and Kontrol S4 MK3. Kontrol S3: Far More […]

The post Traktor Kontrol S3: The Middle Child For The MK3 Traktor Generation appeared first on DJ TechTools.

MyFit Solutions offre une meilleure expérience sonore grâce à des embouts d’écouteurs imprimés en 3D

Par Mélanie R.

MyFit Solutions est une jeune startup lyonnaise qui conçoit des embouts d’écouteurs personnalisés grâce aux technologies 3D. Elle travaille aujourd’hui avec le service d’impression 3D Erpro pour créer sa solution sur-mesure, imprimée sur des machines Carbon, à partir de matériaux […]

Pixel 4 : Google abandonne la réalité virtuelle et sa plateforme Daydream VR

Par Bastien L
google pixel 4 vr

Avec le lancement de son smartphone Pixel 4, Google annonce l’abandon de sa plateforme de réalité virtuelle Daydream VR et de son casque Daydream View. La firme californienne ne croit plus en la réalité virtuelle, tout du moins sur smartphone…

En 2016, Google se lançait sur le marché de la VR mobile avec son casque Daydream View et sa plateforme logicielle Daydream VR compatible avec un éventail de smartphones Android. A l’époque, le géant de Mountain View voyait beaucoup de potentiel dans cette technologie permettant de se plonger dans le virtuel à tout moment de la journée en dégainant son téléphone pour l’insérer dans un casque.

Malheureusement, au fil du temps, la firme américaine a dû faire face à la désillusion. Le marché de la VR mobile n’a jamais vraiment décollé, dissuadant les développeurs d’applications de s’y intéresser, et les quelques utilisateurs du casque Daydream View l’utilisaient de moins en moins au fil du temps.

En réalité, la plupart des utilisateurs de smartphones ont tout simplement la flemme de prendre le temps de l’insérer dans un casque pour profiter d’applications à l’intérêt limité qui consommeront la batterie de leur appareil à grande vitesse. De plus, peu de gens ressentiront le besoin de se lancer dans la VR au beau milieu d’un espace public ou dans les transports en commun…

Face à l’apparition de casques VR autonomes comme l’excellent Oculus Quest, les jours des casques VR pour smartphones semblaient naturellement comptés. Déjà en début d’année 2019, on pouvait sentir le vent tourner puisque le smartphone Pixel 3a lançé par Google n’était pas compatible Daydream. De plus, plusieurs chercheurs spécialisés dans la VR ont quitté Google au fil des derniers mois.

Pixel 4 : Google ne croit plus en la VR et se concentre sur la réalité augmentée

A présent, tout comme Facebook vient de faire ses adieux au Samsung Gear VR, Google vient d’enfoncer le dernier cloud du cercueil de Daydream avec le lancement de son smartphone Pixel 4. Ce nouvel appareil n’est pas compatible Daydream VR, et le casque Daydream View n’est plus disponible à la vente. L’application et la boutique resteront disponibles pour les utilisateurs existants, mais plus aucune nouveauté n’est à attendre autour de Daydream.

Le titan californien compte désormais se concentrer sur la réalité augmentée, une technologie promise à un avenir nettement plus radieux. Google a déjà commencé à investir dans ce domaine au travers d’expériences AR comme Google Lens, la navigation en réalité augmentée dans Google Maps, ou encore la recherche en AR sur Google Search. Dans un futur proche, on peut s’attendre à ce que la firme fasse son retour sur le marché du hardware avec un Google Glass destiné au grand public pour concurrencer les lunettes AR d’Apple

Cet article Pixel 4 : Google abandonne la réalité virtuelle et sa plateforme Daydream VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Boneworks, le jeu de tir en réalité virtuelle est désormais proche de la sortie

Par Pierrick LABBE
Boneworks sortie

Le jeu de tir en réalité virtuelle, Boneworks, avance à vitesse grand V comme vient de le confirmer le développeur du studio Stress Level Zero. Allez encore un peu de patience.

L’équipe de Stress Level Zero a annoncé la bonne nouvelle il y a quelques jours. Le jeu en réalité virtuelle peut enfin être joué du début à la fin. Cependant, cela ne veut pas encore dire qu’il est prêt au lancement. Quelques étapes sont encore nécessaires avant son lancement officiel.

Boneworks se rapproche du lancement

Boneworks est désormais jouable du début à la fin… C’est une étape importante dans le développement du jeu, parce que cela permet notamment à l’équipe du jeu de faire le tour complet et de voir ce qui requiert le plus de travail, les domaines sur lesquels il faut se concentrer. A l’heure actuelle, le jeu est encore annoncé pour le dernier trimestre de l’année 2019. Or, c’est en fait la période dans laquelle nous nous trouvons actuellement. On peut donc penser deux choses. Soit cela veut dire que le lancement est vraiment imminent. Soit, il faut s’attendre à ce qu’il soit repoussé. Chacun se fera sa propre idée sur le sujet.

Boneworks propose un mode avec une histoire complète, une campagne à réaliser pour les joueurs, mais ce ne sera pas la seule option. Si l’on en croit les informations données jusque-là, le jeu représentera une véritable avancée dans la réalité virtuelle, permettant notamment d’interagir avec tous les éléments du jeu de façon réaliste afin de favoriser l’immersion. La prochaine génération de la réalité virtuelle ? Affaire à suivre.

Cet article Boneworks, le jeu de tir en réalité virtuelle est désormais proche de la sortie a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

KRAKEN, un nouveau système de fabrication hybride grand format et multi-matériaux

Par Mélanie R.

Depuis trois ans maintenant, plusieurs chercheurs européens travaillent sur le projet KRAKEN, un système de fabrication hybride combinant impression 3D et méthodes de production soustractives. Doté de trois technologies de fabrication additive interchangeables et d’une 4ème tête de fabrication soustractive, […]

Les ventes de matériel de réalité virtuelle et augmentée explosent selon IDC

Par Pierrick LABBE
Ventes réalité virtuelle augmentée cabinet IDC

Le cabinet d’études IDC vient de publier une nouvelle enquête portant sur les dépenses en matière de technologies et c’est la réalité virtuelle et la réalité augmentée qui représenteront les plus fortes progressions d’ici 2023.

La technologie ne cesse de s’améliorer. Chaque année, des smartphones plus puissants font leur apparition, des téléviseurs de meilleure qualité, etc. La croissance des dépenses pour ces technologies traditionnelles restent lentes. Qu’en est-il des nouvelles technologies comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée ? Un célèbre cabinet, spécialisé dans l’information sur l’évolution des marchés des technologies, de l’information, des télécommunications et plus généralement des technologies grand public vient de publier une étude intéressante.

Très forte progression des ventes dans la VR et l’AR selon le cabinet IDC

Selon l’étude publiée par IDC le 11 octobre dernier, les dépenses en matière de technologies devraient atteindre la barre des 1.600 milliards en cette année 2019. Ceci représente une augmentation de + 5,3 % par rapport à l’année 2018. Cependant, cette croissance n’est pas similaire selon les types de technologies. L’étude montre qu’environ les trois quart de ces achats sont pour des technologies traditionnelles comme la téléphonie mobile et l’informatique. Le taux de progression des ventes dans ces technologies traditionnelles est cependant assez faible de +2,2 %.

C’est du côté des technologies émergeantes que l’on retrouve les plus fortes progressions. Ainsi les ventes de casques de réalité virtuelle ou les lunettes de réalité augmentée présentent une progression nettement plus forte et le cabinet IDC pense que celle-ci sera de près de 56% d’ici 2023 en constante annuelle. De très bon chiffres donc qui seront sans doute portés, cette année, par les ventes de l’Oculus Quest qui semblent aller bien au-delà des espérances.

Cet article Les ventes de matériel de réalité virtuelle et augmentée explosent selon IDC a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Oculus Quest : comment jouer aux jeux Oculus Go et Gear VR

Par Bastien L
oculus go apps quest

L’Oculus Quest permet désormais de jouer aux jeux Samsung Gear VR et Oculus Go. Découvrez comment procéder pour installer les applications et les lancer depuis le nouveau casque VR autonome de Facebook…

Sur Oculus Quest, il est désormais possible de jouer à plus de 40 jeux et applications issus des catalogues de l’Oculus Go et du Samsung Gear VR. De quoi augmenter considérablement le contenu compatible avec le casque VR autonome à succès de Facebook

Pour pouvoir jouer à ces jeux et utiliser ces applications, la marche à suivre n’est pas très compliquée, mais requiert de se rendre dans les paramètres de l’Oculus Quest. Pour cause, ces applications sont stockées séparément sur la mémoire du casque.

Oculus Quest : comment installer et lancer les apps Go / Gear VR

Tout d’abord, rendez-vous sur l’écran d’accueil de l’Oculus Quest et choisissez l’onglet ” Bibliothèque “. En haut à gauche de l’écran, vous verrez un menu déroulant ” Oculus Quest “.

Déroulez-le, et choisissez le bouton ” Go/Gear VR “. Vous avez désormais accès à votre bibliothèque de jeux et d’applications Oculus Go / Gear VR. Vous pouvez consulter la liste des mises à jour disponibles, la liste des applications qui ne sont pas encore installées, ou tout simplement lancer un jeu ou une application.

Si vous n’avez jamais consulté cette rubrique auparavant, aucun jeu n’est installé. Pour les installer, choisissez l’onglet ” non installées ” dans le menu situé à gauche de l’écran. Sélectionnez l’application de votre choix, et choisissez l’option ” Installer “.

Toutes les applications installées figurent désormais dans la section ” Apps “. Vous pouvez les lancer en les sélectionnant dans le menu, de la même manière que les jeux et applis Oculus Quest.

Cet article Oculus Quest : comment jouer aux jeux Oculus Go et Gear VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go : attrapez Regigigas avant tout le monde en payant 7€

Par Bastien L
pokémon go regigigas

Le Pokémon Regigigas sera bientôt intégré à Pokémon Go en tant que boss de raid EX. Cependant, pour la première fois, les joueurs auront la possibilité de payer pour pouvoir le capturer en avant-première…

A compter du mois de novembre, le Pokémon légendaire Regigigas fera son apparition dans les Raids EX de Pokémon Go. Cependant, pour la première fois, il sera possible d’attraper cette créature en avance et sans avoir besoin d’invitation à un Raid EX.

Pour ce faire, il vous suffira d’acheter un billet virtuel proposé pour environ 7 euros. En vous acquittant de cette somme, vous obtiendrez l’accès à un scénario d’étude spécial intitulé ” Une Découverte Colossale “.

Cet événement scénarisé prendra place à partir du 2 novembre 2019, et se terminera par une rencontre avec Regigigas vous offrant l’opportunité de capturer le Pokémon en avant-première. En outre, vous recevrez une médaille ” Découverte Colossale, une pierre Sinnoh et une pierre d’Unys, une pose d’avatar exclusive et la possibilité de recevoir jusqu’à 10 Pass de raid gratuits en faisant tourner le PhotoDisque d’une Arène.

Pokémon Go va-t-il devenir un jeu ” Pay to Win ” ?

Cette nouveauté introduite par Niantic n’est pas du goût de tous les joueurs. Pour certains, Pokémon Go prend de cette manière un aspect ” Pay To Win ” au sens où les joueurs qui payent seront avantagés. Il était déjà possible de payer pour obtenir des objets supplémentaires dans la boutique, mais c’est la première fois qu’un événement complet nécessite de passer à la caisse. De plus, le billet ne pourra pas être payé en PokéPièces, mais uniquement en argent réel

Si vous choisissez de ne pas opter pour ce billet, vous pourrez attraper Regigigas dans les Raids EX dans le courant du mois de novembre 2019. En parallèle, du 1er au 4 novembre 2019, Regirock, Regice et Registeel font eux aussi leur retour en tant que boss de raids. Pour la première fois, vous aurez peut-être la chance de les capturer en forme Shiny !

Cet article Pokémon Go : attrapez Regigigas avant tout le monde en payant 7€ a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

How to Create a Coloring Book from Your Family Photos

Par Press Release
  Adult coloring books are more popular than ever. They have even shown positive effects on mental health! The act of coloring relieves stress and improves focus, a...
  • 15 octobre 2019 à 18:27

Il faudra patienter bien après la sortie de la PS5 pour voir le PS VR 2

Par Pierrick LABBE
PS5 nouveau PlayStation VR 2

Sony a annoncé la sortie de la PS5 fin 2020. Malgré le gros succès du PlayStation VR, le constructeur japonais fera patienter avant de proposer le casque PlayStation VR 2.

Sony a annoncé la fin prochaine de sa console phare la PS4. Celle-ci sera remplacée par une nouvelle, plus puissante, à noël 2020 et sera dotée d’un contrôleur haptique idéal pour la réalité virtuelle. Bien que l’on sache que le constructeur japonais a promis une compatibilité de cette nouvelle console avec le PlayStation VR, tout le monde attend un casque dédié qui puisse exploiter la puissance de cette nouvelle console et remplacer le vieillissant casque sorti en octobre 2016. Nous savons aussi que Sony travaille à un PlayStation 2 pourtant sa sortie ne se fera pas de concert avec la future console… et il faudra même se montrer particulièrement patient.

Un PlayStation VR 2 bien après la sortie de la PS5

Malgré le succès incontestable du PlayStation VR qui est l’un des casques de réalité virtuelle les plus vendus, cela ne représente qu’un petit pourcentage des consoles PS4 qui sont équipées de cet accessoire. Sony mise donc, avant tout, sur sa nouvelle génération de console PS5, le casque de réalité virtuelle étant secondaire en termes de volumes par rapport à la console.

D’ailleurs il n’y a quasiment aucune information officielle sur le PlayStation VR 2. Le vice-président directeur de la recherche et développement chez Sony, Dominic Mallinson, a d’ailleurs précisé à nos confrères que la marque ne souhaitait pas « bombarder » les consommateurs avec des produits nouveaux. Bien que judicieuse, cette stratégie laisse les amateurs de réalité virtuelle face à une attente qui semble interminable. Le PS VR pourrait donc souffler les bougies de son cinquième anniversaire avant que son successeur ne le remplace.

Cet article Il faudra patienter bien après la sortie de la PS5 pour voir le PS VR 2 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

3DSimo Multipro, un stylo 7-en-1 pour les makers et les artistes

Par Mélanie R.

Ces dernières années, les stylos 3D ont permis aux amateurs, makers, artistes et aux enfants d’atteindre un nouveau niveau de créativité. L’un des acteurs de ce marché est le fabricant européen 3DSimo qui fournit depuis 2014 des outils multifonctions pouvant […]

Varjo VR-2 : le casque VR digne de l’oeil humain s’enrichit du finger-tracking

Par Bastien L
varjo vr 2 casque vr

Le Varjo VR-2 est un nouveau casque de réalité virtuelle conçu pour les entreprises. En plus d’une définition semblable à celle de la vision humaine comme le Varjo VR-1, ce nouveau modèle propose une fonctionnalité de finger-tracking…

Début 2019, Varjo lançait son casque VR-1 pour un prix proche de la barre des 5000 dollars. Cet appareil se distinguait par une définition digne de la vision humaine, grâce à un ingénieux système.

Le casque est doté de deux écrans pour chaque oeil: un écran large périphérique, et un écran fovéal de moindre envergure et de définition supérieure dirigé vers le centre. Ainsi, la direction où l’utilisateur regarde présente une netteté comparable à celle perçue par nos yeux dans le monde réel.

À présent, l’entreprise annonce le Varjo VR-2. Ce nouveau modèle s’enrichit d’un film diffuseur de prisme sur l’écran périphérique. Ce composant, fourni par 3M, est censé permettre de supprimer l’effet de grille (screen-door effect) que l’on déplore sur de nombreux casques VR. Ainsi, les images affichées sur l’écran périphérique devraient paraître plus naturelles même si l’écran fovéal offrira davantage de détails.

Le Varjo VR-2 Pro est disponible pour 6000 euros

En outre, un second modèle intitulé VR-2 Pro ajoute également la technologie de finger tracking développée par Ultraleap (anciennement Leap Motion). Les utilisateurs pourront donc se servir de leurs doigts de façon naturelle dans le monde virtuel. Le VR-2 Pro offre aussi un câble de 10 mètres deux fois plus long que celui du VR-2, et un contrepoids pour davantage d’ergonomie.

Enfin, notons que tous les casques Varjo sont désormais compatibles SteamVR. Il sera donc possible d’utiliser les logiciels qui ne prennent pas en charge le SDK Varjo. Néanmoins, précisons que les fonctionnalités de l’écran fovéal ne seront pas prises en charge par les applis SteamVR…

Les casques Varjo VR-2 et VR-2 Pro sont disponibles dès à présent pour 4995€ ET 5995€ respectivement. Cependant, seules les entreprises sont autorisées à passer commande…

Cet article Varjo VR-2 : le casque VR digne de l’oeil humain s’enrichit du finger-tracking a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

  • 14 octobre 2019 à 20:04

Creative Seeds : l’école-studio, une autre façon d’apprendre l’animation et les VFX

Par Shadows

Nous avions eu l’occasion d’annoncer le lancement de l’école Creative Seeds, située à côté de Rennes. La première promotion de l’école a bouclé ses deux premières années de formation et entre dans sa 3ème et dernière année dans l’établissement : l’occasion de vous présenter plus en détail cette école atypique, dont le but est de former chaque année une trentaine de jeunes artistes prêts à intégrer un studio.

Creative Seeds rompt avec l’approche pédagogique classique de plusieurs manières. Tout d’abord, la spécialisation est précoce : chaque élève dispose de deux années pour explorer son domaine de prédilection.
Plus surprenant : l’école fonctionne comme un studio, avec des départements (animation, rigging, lighting, etc). Les élèves de différentes promotions y sont mélangés, et les enseignants font donc cours à des groupes de niveaux différents. Une approche qui, là encore, évoque le studio avec un lead qui fait progresser une équipe dont le niveau n’est jamais homogène.

Farfalla – production libre d’élèves de 2ème année

Cette philosophie studio se retrouve aussi dans une volonté de ne pas faire travailler les élèves chez eux.
Des projets personnels sont évidemment prévus, en solo (en particulier en première année, un projet solo complet permettant à chaque élève de trouver sa voie) ou en groupe. Dans ce second cas, il peut s’agir de films de commande (courts-métrages de pré-séance pour des festivals, à la manière des courts des Gobelins diffusés durant le Festival d’Annecy) mais aussi des courts libres. Pour les courts libres, l’idée est ici encore de respecter une approche studio : un élève spécialisé en rigging ne fera que du rigging sur un court, contrairement à ce qui se produit dans d’autres écoles. Par ailleurs, l’équipe pédagogique aide la promotion à cibler les objectifs en fonction des effectifs des différents départements : le nombre de personnages, l’ampleur du travail d’animation ou encore le nombre de décors sont ainsi adaptés pour coller aux possibilités concrètes.

Bien évidemment, dans un studio, les leads aussi sont censés travailler… Et justement, l’équipe pédagogique constituée d’artistes crée ses propres courts. De quoi faire de la veille technologique, mais aussi valider certaines approches : un des courts créés a par exemple été fabriqué avec les contraintes des films de première année.
Voici les courts déjà produits :

On pourra trouver plus d’informations sur le site de l’école, dont les tarifs (un étalement des paiements est possible, mais en raison de la jeunesse de l’établissement les bourses ne sont pas disponibles) et les modalités d’inscription. Les inscriptions commencent dès novembre, avec plusieurs sessions de sélection étalées jusqu’en été. Enfin, la galerie des élèves vous donnera une idée du niveaux des élèves en 1ère et 2ème année. La galerie de 3ème année sera créée dans le courant de cette année scolaire.

L’article Creative Seeds : l’école-studio, une autre façon d’apprendre l’animation et les VFX est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierAudio Video 3D Art

Etudiantes, étudiants : découvrez nos tarifs éducation dans la boutique 3DVF.fr

Par Shadows

Grâce à notre partenaire Progiss, la boutique 3DVF.fr s’étoffe et propose désormais une section dédiée pour l’éducation. Si vous êtes élève d’une école artistique, vous pourrez y trouver des offres spécifiques.

Comment bénéficier des offres éducation ?

Pour consulter les offres éducation, rien de plus simple : votre établissement, s’il est partenaire, dispose d’un mot de passe dédié. Nous vous invitons à vous rapprocher de la hiérarchie de votre école pour l’obtenir.
Il suffira ensuite de vous connecter sur la section de votre école.

A l’heure où nous publions cet article, 6 écoles/groupes d’écoles sont partenaires : ESMA, EMCA, LISAA, Brassart, ECV, Gobelins.

Concrètement, quelles sont les réductions ?

En pratique vous trouverez dans la boutique du matériel (stations de travail, ordinateurs portables, écrans, tablettes…) avec jusqu’à 40% de remise par rapport aux tarifs classiques de la boutique. De quoi économiser de précieux euros.
Côté logiciel, nous travaillons à la mise en place d’offres dédiées, mais il faudra un peu de patience.

Et si mon école n’est pas listée ?

Si votre établissement n’est pas encore disponible, n’hésitez pas à en faire le demande auprès des responsables de votre école. Ces derniers pourront contacter Progiss par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com s’ils souhaitent en savoir plus.

L’article Etudiantes, étudiants : découvrez nos tarifs éducation dans la boutique 3DVF.fr est apparu en premier sur 3DVF.

Abominable : l’expansionnisme chinois présent dans le film, colère au Vietnam

Par Shadows

Il y a quelques jours, Blizzard était au coeur de l’actualité (voir par exemple cet article du Monde) après avoir décidé de bannir de ses tournois un joueur ayant publiquement affiché son soutien aux manifestants de Hong-Kong. Face aux protestations de joueurs mais aussi d’employés, le géant du jeu vidéo avait choisi d’adoucir la peine initialement prévue.

Ce type de problématique était clairement voué à revenir sur le devant de la scène : l’immense marché chinois est une incitation forte à ne pas froisser le gouvernement local, ou à aller dans son sens.

Et justement, une nouvelle polémique surgit avec Abominable, film d’animation produit par DreamWorks et Pearl Studio (ex Oriental DreamWorks, le studio américain ayant revendu ses parts en 2018).

Abominable – DreamWorks Animation

Le film met en scène une jeune fille, ses amis et un yéti dans un périple qui les amène à voyager dans toute la Chine. Or, dans une scène au début du film, l’héroïne contemple une carte sur laquelle sont positionnés des lieux qu’elle aimerait visiter en Chine.
Le hic ? Une petite ligne en pointillés en apparence anodine, visible sur le bas de cette carte :

Capture (de mauvaise qualité) issue du film Abominable

Il s’agit en fait de la « Ligne en neuf traits« , une ligne des revendications territoriales chinoises en mer de Chine méridionale. On y trouve Taïwan, mais aussi une zone maritime massive (environ 2 millions de kilomètres carrés). Si l’espace marin en question est essentiellement vide (en dehors de petites îles peu hospitalières), il s’agit d’une zone d’un intérêt géopolitique, économique, stratégique et militaire majeure, avec des sous-sols très riches et la possibilité de contrôler les flux maritimes.

Problème : la Chine n’est pas la seule puissance à revendiquer cette zone. Japon, Vietanam, Philippines, Brunei, Malaisie… Chaque état de la région veut défendre ou étendre son contrôle, et les revendications se recouvrent massivement, comme le montre cette carte :

Source : Le Dessous des Cartes – Mer de Chine : bataille navale ?

Résultat : des tensions régionales fortes, avec des états qui tentent d’assurer leur demandes en occupant des îlots inhospitaliers transformés en bases militaires. Cette vidéo du Dessous des Cartes (émission diffusée sur Arte) explique assez clairement ces enjeux en une douzaine de minutes, si vous souhaitez aller plus loin.

Mais revenons à Abominable : suite à la découverte de ce plan, le Vietnam a annoncé le retrait du film des salles du pays, et le gouvernement compte lui retirer sa licence d’exploitation.

Il sera intéressant de savoir dans quelle mesure DreamWorks, l’équipe de production et la réalisatrice Jill Culton étaient au courant du contenu du plan : s’agit-il du travail isolé d’un artiste qui serait passé inaperçu ? On peut en douter, vu le nombre de passages en revue que subissent assets et plans animés. Inversement, on peut trouver peu plausible que DreamWorks s’empêtre sciemment dans une telle polémique, même si l’exemple de Blizzard donné en début d’article montre que ce genre d’approche n’est pas totalement improbable.

A ce stade, DreamWorks et Pearl Studio n’ont pas officiellement réagi : nous ne manquerons pas de relayer un éventuel commentaire.
Autre élément à suivre : les résultats au box-office. Abominable a déjà récolté 110 millions de dollars dans le monde. Il sortira le 23 octobre en France.

L’article Abominable : l’expansionnisme chinois présent dans le film, colère au Vietnam est apparu en premier sur 3DVF.

De la végétation pour vos projets temps réel : une formation gratuite

Par Shadows

Simon Piquemal propose chez Tuto.com une formation gratuite de 3h environ autour de SpeedTree, solution de création de végétation pour les effets visuels, l’animation et le jeu vidéo. C’est ce dernier marché qui intéresse ici Simon Piquemal : la formation vise à créer des assets utilisables en temps réel sous Unreal Engine.

L’article De la végétation pour vos projets temps réel : une formation gratuite est apparu en premier sur 3DVF.

Jean-Michel Bihorel joue avec le pelage d’un tigre

Par Shadows

L’artiste Jean-Michel Bihorel, également mentor au sein de l’école Creative Seeds, nous présente son dernier projet : le rendu d’une tête de tigre sous Guerilla Render, avec animation de la couleur du pelage.

Il nous propose au passage quelques explications techniques sur sa démarche. Il souligne notamment comment il s’est appuyé sur les dernières avancées techniques proposées dans Guerilla.

Dans ce court article, je voudrais aborder les quelques points qui selon moi on été déterminants dans mon choix d’utiliser Guerilla Render pour ce projet.

Cache et Rendu interactif :

Faire ce projet dans Guerilla m’a permis de bénéficier de son puissant système de cache. Une fois mon cache chargé en Ram, je peux facilement tweaker mes shaders ou mes lampes sans attendre à chaque fois que je lance un rendu. Dans ce cas de figure où mon cache de fourrure était le même d’un plan à l’autre, bien que le cache fasse 2go, je pouvais passer d’un plan à l’autre sans avoir à attendre à nouveau que la mise en cache opère. Il n’est pas classique d’avoir une seule frame de cache lorsque l’on parle de fur, mais cela arrive plus fréquemment si vous éclairez plusieurs plans d’une séquence dans un seul décors volumineux.

De plus, avec le rendu interactif à 25fps, cela permet d’éclairer la scène avec une vraie souplesse. Je trouve le rendu interactif de Guerilla encore plus réactif que les moteurs de rendu GPU. On peut tout à fait cacher les poils pour encore plus de flexibilité le temps de placer quelques lampes puis les ré-afficher sans perdre le cache.

Hair 2 :
Le hair 2 est une représentation beaucoup plus physique de ce qui se passe dans les interactions lumineuse entre les fibres. Sur l’image ci dessous, on peut voir que le scatter dans les poils est beaucoup plus naturel sur l’image de droite. La transition entre le blanc et le noir est beaucoup plus riche, on y retrouve de nouvelles teintes issue des rebonds de lumière.

De base il faut utiliser beaucoup de rebonds de diffuse pour minimiser la perte d’énergie quand on utilise le Hair 2. Mais l’optimisation “multiple scatter” qu’apporte Guerilla permet de drastiquement diminuer les temps de rendu. On perd forcément un peu de qualité “physique” au passage, mais le temps de rendu économisé permet de faire plus d’itérations et de finalement avoir un meilleur résultat avec le multi scatter qu’avec le brute force. La souplesse des choix artistiques que l’on peut se permettre de faire quand la latence d’itération est faible est toujours plus intéressante. L’image ci dessous montre le résultat que vous obtenez en 10 minutes de calcul avec les deux options.

Cam proj rest position :
Pour obtenir ces animations de rayures, j’aurais sûrement pu passer par un setup procédural complexe dans Houdini mais j’ai choisi une solution beaucoup plus simple. J’ai simplement peint des dégradés de valeurs dans Nuke à l’aide du node de roto en fonction d’une caméra fixe de référence. J’ai ensuite remappé ces dégradé à l’aide d’un simple enchaînement de rampes et de noises dont j’anime les paramètres. J’ai ensuite projeté la séquence d’image sur le mesh de la tête ainsi que sur les poils.

Or, si j’avais fait une projection de base sur mes poils, j’aurais perdu l’effet fourrure car j’aurais tout écrasé dans l’axe de la caméra. Or guerilla permet de biaiser l’évaluation de la projection en prenant un paramètre de position arbitraire. En l’occurrence, j’ai stocké la position de leur racine sur tous les segments de chaque poil. Ce qui fait que les poils prennent la couleur reçue par la projection en fonction de la position de leur racine. Cela me permet d’avoir un comportement unique par poil et de conserver le look fourrure. L’image ci dessous montre la différence entre les deux setups avec et sans ref position. Sans la ref position, les contours ne sont pas perturbés par les différences de longueur de poils ou autres variations de grooming ce qui donne un résultat peu naturel.

J’avais bien entendu aussi exporté un paramètre d’ID par poil pour ajouter un peu de variation de couleurs par poils, un attribut de length au cas où j’aurais eu besoin de mapper des attributs en fonction de la longueur du poil. Et j’avais bien entendu stocké la position UV de la racine de chaque poils pour leur appliquer des texture basées sur la géométrie du scalp. Bref, tout cela met bien en valeur la capacité de Guerilla à récupérer n’importe quel attribut arbitraire que vous auriez pu stocker à la génération de votre asset pour affecter le shading.

Deep Open exr id :
Le deep open exr est un format qui permet de stocker des masques parfaitement anti-aliasés pour isoler vos objets dans Nuke au moment du compositing. Contrairement au cryptomatte, l’open exr id ne se base pas sur des passes d’ID avec une couche de coverage mais bien sur des données deep. Ce qui permet d’obtenir un masque avec un antialiasing parfait même pour des objets aussi fins que des poils.
Vous pouvez les sélectionner avec la pipette ou tout simplement avec des expressions. Cela permet de facilement récupérer tous les éléments d’une scène en fonction de leur nomenclature. Vous pouvez donc générer vos passes d’ID à la volée sans avoir à vous en soucier au moment du setup de votre scène de rendu.
Dans mon cas de figure, il était donc simple de corriger un reflet spéculaire un peu violent sur une partie ou l’autre de l’image en isolant les objets de ma scène grâce à l’Open Exr Id.

L’article Jean-Michel Bihorel joue avec le pelage d’un tigre est apparu en premier sur 3DVF.

Death Lap un jeu de course et de bataille en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Death Lap

Death Lap a été dévoilé au mois de septembre dernier sur l’Oculus Rift mais il n’est pas encore sorti officiellement et autant dire que vous avez de quoi être impatients. On vous fait une petite présentation.

Vous voulez un jeu de course déjanté en réalité virtuelle ? Alors ce jeu qui mêle course et combat correspond sans aucun doute à ce que vous recherchez. Retour sur une expérience que vous n’êtes pas prêts d’oublier. Voici le trailer de ce jeu haletant…

Death Lap, un jeu très intense

Ozwe Games avait annoncé Death Lap il y a environ un mois, juste avant les conférences de l’Oculus Connect 6. Cette conférence a été ensuite l’occasion pour nos confrères du site Upload VR de se frotter à une petite démonstration du jeu sur l’Oculus Quest. De quoi parle-t-on ? D’un jeu qui est bien sûr avant tout une expérience de course mais que l’on ne peut pas résumer à ça non plus, tant la dimension de l’armement et du combat est essentielle.

Avec la manette gauche vous dirigez votre véhicule, avec la droite, vous visez avec votre arme, le tout avec 6 degrés de liberté. Et pour ceux qui regrettent de ne pas pouvoir utiliser directement leur main, cela vous rassurera sans doute, le studio a essayé, mais c’était trop fatiguant ! On aimerait tout de même avoir l’option à notre disposition, tant elle se révèle utile pour d’autres jeux en réalité virtuelle. Encore un peu de patience, Death Lap ne devrait plus tarder beaucoup. Le jeu sera lancé sur l’Oculus Rift et le Quest.

Cet article Death Lap un jeu de course et de bataille en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Traffic Jams : un jeu délirant pour gérer le trafic à un carrefour fréquenté

Par Pierrick LABBE
Traffic Jams

C’est un concept qui n’est pas forcément très courant dans l’Hexagone, mais que l’on voit dans de nombreux pays. Une personne au milieu de la circulation qui régente le passage. C’est ce rôle que l’on vous propose en réalité virtuelle avec le jeu Traffic Jams.

Là où certains pourraient imaginer une expérience plutôt morne, mieux vous prévenir d’entrée de jeu. Vous pourriez bien être surpris tant ce jeu est chaotique, délirant ou exigeant, selon votre approche.

Traffic Jams opte pour le style cartoon

Premier élément de taille à l’heure de prendre en main le jeu en réalité virtuelle Traffic Jams, ne vous attendez pas à une ambiance réaliste pour deux sous. Là on vous met au milieu d’une ambiance très cartoonesque, plutôt mignonne par ailleurs, avec l’impression d’être dans un dessin animé. Les humains qui volent dans les airs et l’illusion d’écouter les Sims devraient renforcer cette impression. Vous allez donc vous retrouver au milieu d’un carrefour sur lequel la circulation est pour le moins en train de s’affoler. Au programme, des cars, des voitures, des piétons et plus encore.

Pour l’instant, le jeu n’a pas encore été lancé, mais les développeurs donnent régulièrement des images du jeu ou de nouvelles informations sur un subreddit dédié à Traffic Jams. Le jeu devrait en premier être lancé sur l’Oculus, mais rien n’est encore sûr en ce qui concerne une compatibilité avec le Quest. A terme, il devrait surtout être lancé partout, y compris sur le PlayStation VR. Reste seulement à savoir quand.

Cet article Traffic Jams : un jeu délirant pour gérer le trafic à un carrefour fréquenté a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’adoption de la fabrication additive grandit selon la nouvelle étude du cabinet E&Y

Par Mélanie R.

Le cabinet d’audit financier E&Y vient de publier son deuxième rapport dédié à la fabrication additive, “Global 3D Printing Report 2019” après une première édition en 2016. Le premier constat est sans appel : le marché a beaucoup évolué en […]

La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction

Par Pierrick LABBE
Architecture réalité augmentée

La réalité virtuelle mais aussi la réalité augmentée font une entrée remarquée dans les métiers de l’architecture mais aussi ceux de la construction. Explications et avantages de ces technologies.

La réalité virtuelle et, plus récemment la réalité augmentée, ne sont pas que des outils destinés exclusivement qu’aux jeux vidéo. Leurs applications sont multiples depuis la médecine jusqu’à la maintenance complexe dans l’industrie. Ces technologies changent les pratiques de nombreuses professions comme, par exemple, celles du bâtiment. Voici comment ces nouveaux outils bouleversent des pratiques ayant peu évolué ces dernières années.

La réalité virtuelle et augmentée dans l’architecture et la construction

L’arrivée des logiciels de dessin assisté par ordinateur, comme par exemple Autocad ou SketchUp, ont bouleversé, il y a des années de cela, le métier de l’architecture passant de plans 2D dessinés à la main à des plans en 3D représentés en 2 dimensions sur un écran informatique. Cela a rendu le travail des architectes plus simples et le rendu plus spectaculaire, permettant d’observer les plans d’une construction sous toutes les coutures.

La réalité virtuelle et augmentée offre une dimension supplémentaire en permettant de visualiser une idée de design de bâtiment directement en 3 dimensions, tant la partie extérieure que la partie intérieure et même de pouvoir se déplacer librement dans cette représentation numérique.

Les avantages sont majeurs et permettent à un potentiel client de bien visualiser le rendu final. C’est aussi un outil particulièrement efficace dans l’architecture et la construction pour la prévention des risques. Cela permet une meilleure prise de décision sur la structure du site en offrant une visualisation plus précise. L’un des autres avantages majeurs, en plus d’une présentation efficace est un gain de productivité pour les professionnels utilisant ces outils.

Des outils très efficaces pour la vente sur plan

Pour l’architecture et la construction, ces outils présentent aussi un avantage certain au niveau de la vente sur plan. Les constructeurs ont tout de suite vu le potentiel majeur apportés par la réalité virtuelle et la réalité augmentée auprès de leurs clients potentiels lors de la vente sur plan. En effet, lorsqu’un constructeur décide par exemple de construire un immeuble d’appartements ou un lotissement de maisons, il doit vendre, sur plans, les premiers départements ou maisons afin d’obtenir le financement du projet auprès d’une banque.

Il est souvent difficile pour un client potentiel de visualiser correctement comment sera sa future demeure à partir de plans fussent-ils en 3 dimensions sur ordinateur. La réalité virtuelle permet justement aux clients de s’immerger virtuellement dans ce qui pourra être l’acquisition la plus majeure de sa vie. Il pourra se déplacer dans son futur appartement ou maison, ouvrir les portes, tiroirs et se rendre compte de l’illumination de son séjour. C’est nettement plus convaincant que des plans papiers ou sur ordinateur…

 Certains constructeurs n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel à des drones pour réaliser des prises de vue aérienne de ce que sera la vue depuis les futures fenêtres du bâtiment si celui-ci compte de nombreux étages surtout si la vue est agréable et fait partie d’un des critères de vente d’un édifice. La vue sur un paysage ou la ville n’est évidemment pas la même depuis le rez-de-chaussée qu’au vingtième étage d’un immeuble.

Cet article La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go : devenez Wayfarer et choisissez les nouveaux PokéStops

Par Bastien L
pokémon go wayfarer

Afin de mieux choisir les PokéStops dans Pokémon Go, Niantic s’en remet aux joueurs. Les participants au programme Wayfarer pourront désigner les PokéStops et noter ceux déjà existants…

Si vous jouez à Pokémon Go, vous connaissez forcément les PokéStops. Ce sont les points sur la carte où le joueur peut faire le plein de poké-balls et autres objets et depuis peu combattre la Team Rocket. En théorie, ces points relais sont situés aux endroits les plus intéressants du monde réel tels que les monuments historiques ou les merveilles naturelles.

Cependant, vous vous demandez peut-être comment Niantic choisit où placer les PokéStops. Pour le savoir, il est nécessaire de revenir à Ingress : le tout premier jeu mobile du développeur de PoGo.

Lors du lancement du jeu d’origine, Niantic avait lancé un programme Operation Portal Recon. A travers ce programme, les joueurs étaient invités à désigner des points d’intérêt et à donner leur avis sur ceux choisis par les autres.

Ces points choisis par les joueurs sont devenus les ” portails ” d’Ingress et Ingress Prime, et ont été repris sous forme de PokéStops dans Pokémon Go et plus récemment comme auberges dans Harry Potter Wizards Unite.

Pokémon Go : Niantic fait appel aux joueurs pour des PokéStops mieux choisis

Toutefois, vous aurez probablement constaté que certains PokéStops ne sont clairement pas situés à des endroits réellement dignes d’intérêt. Dans les grandes villes, un graffiti, une bosse sur le trottoir, une poubelle repeinte en verte peuvent faire office de PokéStops

Aussi pratique que cela soit pour les joueurs, il faut bien reconnaître que le jeu s’en trouve faussé. Afin de remédier au problème, Niantic annonce le programme Wayfarer.

Comme sur Ingress à l’époque, les joueurs participants à ce programme seront chargés de nominer des endroits suffisamment intéressants pour être élus PokéStops. Ils auront aussi pour rôle de passer en revue les nominations des autres participants.

Ceci permettra de s’en remettre à la sagesse des foules pour des PokéStops plus pertinents. Bien entendu, une certaine sélectivité sera appliquée et tout le monde ne sera pas éligible pour devenir un ” Wayfarer “. Pour l’heure, on ignore toutefois quelles seront les conditions pour pouvoir participer…

Cet article Pokémon Go : devenez Wayfarer et choisissez les nouveaux PokéStops a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌