Collanews

🔒
☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Sandbox VR lance un SDK pour créer vos propres attractions en réalité virtuelle

Par Bastien L — 20 février 2020 à 17:00
sandbox vr sdk

Sandbox VR lance un SDK permettant aux développeurs tiers de créer facilement des expériences VR hors-domicile. Ces expériences pourront exploiter toutes les technologies de la plateforme Holodeck, comme les retours haptiques et la capture de mouvement…

Sur le marché de la réalité virtuelle hors-domicile, Sandbox VR compte parmi les leaders mondiaux. La firme gère plusieurs salles en Amérique du Nord, à Hong Kong, Singapour, Macau et Jakarta.

Au sein de ces centres, elle propose des attractions en réalité virtuelle particulièrement avancées sur le plan technique. Pour environ 40 dollars par personne pour une session de 20 minutes, des groupes de six personnes maximum peuvent se plonger dans des expériences basées sur des franchises populaires comme Star Trek : Discovery.

A présent, dans un billet de blog, la firme annonce son intention de permettre à tout un chacun de développer de nouvelles attractions VR pour sa plateforme ” holodeck ” en utilisant un SDK. Ce kit de développement offrira des capacités comme la cinématique inverse, le rigging, ou la capture de mouvement.

Les moteurs Unreal Engine, Unity et Native seront pris en charge. Il sera possible de créer des expériences en utilisant un casque VR comme l’Oculus Rift ou le HTC Vive.

Le SDK Sandbox VR va permettre aux développeurs tiers de créer des expériences ” hyper-réalité “

Il convient de préciser que les développeurs ne pourront pas utiliser toutes les technologies exploitées par Sandbox pour ses attractions créées en interne. Ces expériences reposent notamment sur des armes à retour haptique et un système de capture de mouvement multi-caméras.

Or, la capture de mouvement professionnelle peut coûter plusieurs milliers de dollars. Cependant, le framework proposé aux développeurs tiers permettra de faire abstraction de ce composant lors du développement pour le retranscrire une fois déployé sur le Holodeck.

Les développeurs pourront aussi utiliser un framework de networking pour créer un environnement de développement multi-utilisateur afin de tester les expériences. Si vous êtes intéressé pour créer une attraction Sandbox VR, rendez-vous à cette adresse en attendant le lancement du SDK prévu pour le courant 2020…

Cet article Sandbox VR lance un SDK pour créer vos propres attractions en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

JDI lance un écran LCD 2,1 pouces pour des casques VR miniaturisés

Par Bastien L — 18 février 2020 à 20:05
jdi lcd compact

JDI annonce le lancement de la production de masse de son écran LCD de 2,1 pouces conçu pour les casques VR. Cet écran va permettre aux futurs casques VR d’adopter un design plus compact…

Le conglomérat Japan Display Inc (JDI) créé par Sony, Toshiba et Hitachi, est bien décidé à permettre aux casques VR de devenir plus compacts. La firme annonce le lancement de la production de masse de son écran LCD révolutionnaire conçu pour les ” lunettes ” de réalité virtuelle.

Ce panneau TFT-LCD en polysilicone basse température (LTPS) de 2,1 pouces offre une densité de pixels de 1058 ppp. De format carré, il offre une définition de 1600×1600. Sa fréquence est de 120Hz, et son temps de réaction de 4,5 millisecondes. Sa luminosité atteint 430 nits.

En comparaison, l’Oculus Quest, l’Oculus Rift, le HTC Vive / Vive Pro et le HTC Vive Cosmos embarquent deux écrans d’une diagonale comprise entre 3,4 et 3,6 pouces. Jusqu’à présent, le casque VR le plus compact du marché était le HP Reverb avec ses deux écrans 2,96 pouces.

L’écran de JDI équipe déjà le prototype de Pico et le casque français LYNX R-1

Cet écran 2,1 pouces représente un nouveau cap pour l’industrie. Sachant que Sony est l’un des fondateurs du conglomérat JDI, il est possible que le futur PSVR 2 embarque cet écran pour proposer un format miniaturisé.

Même si la production de masse va tout juste commencer, plusieurs casques l’embarquant ont déjà été dévoilés. C’est notamment le cas du prototype de lunettes VR dévoilé par Pico au CES, mais aussi celui du premier casque autonome français : le LYNX R-1 récemment présenté lors de la SPIE Photonics West de San Francisco.

A l’avenir, il est probable que d’autres constructeurs se tournent vers cet écran LCD pour pouvoir produire des casques VR / AR plus compacts. Ces appareils présentent pour l’instant l’inconvénient de devoir être reliés à un smartphone ou à un mini-PC. Cependant, ils se révèlent à l’évidence plus confortables et sont donc a priori plus attrayants pour le grand public

Cet article JDI lance un écran LCD 2,1 pouces pour des casques VR miniaturisés a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Acer annule son casque VR ConceptD OJO, mais n’a pas dit son dernier mot

Par Bastien L — 17 février 2020 à 13:48
acer conceptd ojo abandon

Acer vient de confirmer que son casque VR haut de gamme ConceptD OJO ne verrait pas le jour. Cependant, la firme taïwanaise confirme qu’elle ne compte pas se retirer de l’industrie VR / AR…

En avril 2019, le Taïwanais Acer annonçait son casque VR ” ConceptD OJO “. Cet appareil, censé succéder au OJO 500 disponible depuis octobre 2019, était très prometteur.
Ce casque était supposé venir étoffer la nouvelle gamme ” ConceptD ” d’Acer, destinée aux créateurs professionnels. Comme le OJO 500 et le précédent casque d’Acer, l’appareil devait fonctionner sur la plateforme Windows Mixed Reality de Microsoft.

Néanmoins, sa définition 4K (2160×2160 par oeil) devait lui permettre de se hisser parmi les casques VR les plus performants du marché aux côtés du HP Reverb ou des casques Pimax. Sa visière détachable et son audio intégré comptaient également parmi les points forts attendus de ce produit.

Acer a d’autres projets pour le marché de la réalité virtuelle et augmentée

Cependant, après avoir été contacté par le site web RoadToVR, Acer vient de confirmer que le projet ConceptD OJO a été abandonné. Le constructeur asiatique ne précise pas les raisons de cette décision…

Il est toutefois probable qu’Acer ait été découragé par l’échec commercial de la plateforme Windows Mixed Reality et le sort que lui a réservé Microsoft. Cette plateforme est plus ou moins laissée à l’abandon depuis maintenant deux ans, et la plupart des casques basés WMR ont d’ailleurs été retirés de la boutique en ligne de Microsoft. C’est notamment le cas du premier casque d’Acer.

Malgré l’abandon du ConceptD OJO, Acer a tenu à confirmer qu’elle a toujours des ambitions pour l’industrie de la réalité virtuelle et augmentée et qu’elle ” continue à explorer les opportunités et à investir des ressources dans les technologies XR “. Même si ce communiqué reste vague, on peut en déduire que d’autres projets sont en cours ou verront le jour prochainement…

Cet article Acer annule son casque VR ConceptD OJO, mais n’a pas dit son dernier mot a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Bitcentral Will Showcase Oasis Asset Management System At 2020 NAB Show Exhibit

Par Andres Benetar — 13 février 2020 à 19:32

  Every content creator operating within the broadcasting industry understands that the value of good content is measured in the value of the programming implemented in its presentation. High-quality content isn’t a rare gem to be discovered, but that goes differently for something as unique as high-quality programming. A creator’s content must not only embody ...

The post Bitcentral Will Showcase Oasis Asset Management System At 2020 NAB Show Exhibit appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Xbox : Phil Spencer espère que la VR sera bientôt incontournable

Par Bastien L — 11 février 2020 à 20:21
phil spencer xbox podcast vr

Le directeur de la division Xbox de Microsoft, Phil Spencer, est revenu sur ses déclarations concernant la réalité virtuelle. Selon ses dires, la VR ne fait clairement pas partie des priorités de Microsoft à l’heure actuelle, mais la firme espère que cette technologie deviendra un jour incontournable…

En fin d’année 2019, Phil Spencer, le directeur de la division Xbox de Microsoft, créait la polémique avec une déclaration concernant la réalité virtuelle. Selon ses dires, ” personne ne demande de VR ” sur les consoles Xbox.

Par la suite, face à la colère de nombreux acteurs de cette industrie émergente, Spencer avait précisé qu’il apprécie la VR, mais qu’il ne s’agit pas d’une priorité pour la future Xbox One Series X.

À présent, dans le cadre d’un épisode du podcast Gamertag Radio, Phil Spencer est à nouveau revenu sur cette déclaration controversée. Le responsable précise une nouvelle fois qu’il ne souhaite pas manquer de respect envers l’industrie de la VR.

Xbox : Phil Spencer revient sur ses propos controversés sur la VR

Il avoue connaître “ de nombreuses personnes travaillant sur de bons jeux VR, de super jeux VR ” et ne souhaite en aucun ne pas les soutenir. Rappelons d’ailleurs que Spencer est l’un des heureux élus à avoir pu tester le jeu ” Half-Life : Alyx ” de Valve, attendu pour mars 2020.

Néanmoins, le cadre souligne à nouveau que la réalité virtuelle n’est pas la priorité de Microsoft pour sa prochaine console et qu’il n’y aura en aucun cas de casque VR pour cette machine. En réalité, la firme américaine préfère investir ses ressources dans des projets déjà en développement, tels que le fameux service de Cloud Gaming portant le nom de code Project XCloud.

Malgré tout, Phil Spencer le dit clairement : ” je n’espère pas que la VR disparaisse, j’espère qu’elle devienne plus grosse “. Son souhait est en réalité que cette technologie devienne ” si importante qu’il deviendra évident pour Microsoft de la prendre en charge “…

Cet article Xbox : Phil Spencer espère que la VR sera bientôt incontournable a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Nreal interrompt la production de ses lunettes AR à cause du coronavirus

Par Bastien L — 11 février 2020 à 17:28
nreal light production virus

Nreal annonce l’interruption temporaire de la production de ses lunettes de réalité augmentée Nreal Light à cause de l’épidémie de coronavirus qui sévit actuellement en Chine. Les derniers à avoir commandé le kit développeur ne seront pas livrés jusqu’à nouvel ordre…

Le coronavirus 2019-nCov continue à faire des ravages au sein de la population chinoise, mais aussi à paralyser toute son industrie. En fin de semaine dernière, Facebook annonçait que la production de l’Oculus Quest est actuellement interrompue à cause du virus.

A présent, c’est au tour de Nreal d’annoncer une halte à la production de ses lunettes AR Nreal Light à cause du redoutable virus. Pour rappel, le kit développeur Nreal Light est disponible depuis la fin 2019 pour 1200 dollars. Ces lunettes de réalité augmentée se distinguent par un design proche de lunettes ordinaires.

Nreal et son usine chinoise à Hangzhou sont à l’arrêt à cause du 2019-nCov

pic.twitter.com/CpLMFoJtqm

— Nreal #MWC2020 (@Nreal) February 10, 2020

Malheureusement, la firme n’est plus en mesure de répondre à la demande puisqu’elle est divisée entre San Francisco et Hangzhou. Or, Hangzhou compte parmi les nombreuses villes chinoises impactées par les quarantaines mises en place pour endiguer l’épidémie de 2019-nCov.

Même si le travail a pu reprendre cette semaine, la circulation de main-d’oeuvre et de ressources reste actuellement limitée par les mesures prises par la Chine. De fait, les développeurs ayant récemment commandé le Nreal Light devront prendre leur mal en patience jusqu’à une date indéterminée pour l’instant…

Malgré cette décision difficile, Nreal prévoit toujours d’être présent au MWC 2020 de Barcelone. Ce n’est pas le cas de Sony, LG, Ericsson ou Amazon qui ont tout simplement décidé de ne pas se rendre à l’événement à cause du risque de contamination lors d’un tel rassemblement entre les industriels chinois et le grand public européen…

Cet article Nreal interrompt la production de ses lunettes AR à cause du coronavirus a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Facebook acquiert Scape Technologies pour améliorer son tracking via l’IA

Par Bastien L — 11 février 2020 à 15:16
scape technologies facebook acquisition

Facebook annonce l’acquisition de la startup Scape Technologies, spécialisée dans la géolocalisation via la vision par ordinateur. Sa technologie de VPS pourrait être intégrée aux casques VR Oculus pour améliorer le tracking de position…

Fondée à Londres en 2016, Scape Technologies développe une technologie permettant le tracking de position avec une précision supérieure au GPS. Cette technologie, intitulée ” Visual Positioning Service ” (VPS), repose sur l’intelligence artificielle et plus précisément sur la vision par ordinateur (Computer Vision).

L’IA est ici exploitée pour permettre à n’importe quel appareil doté d’une caméra de reconnaître et de comprendre son environnement. L’ambition de la startup était de mettre ces données de géolocalisation extrêmement précises à disposition des développeurs d’applications.

La technologie de Scape Technologies est initialement pensée pour les applications de réalité augmentée, ou encore pour d’autres secteurs tels que la robotique. Quatre ans après la création de la startup, Facebook vient d’annoncer son acquisition.

Facebook va pouvoir intégrer la technologie VPS de Scape aux casques Oculus

Le géant américain détient désormais 75% de l’entreprise, suite à une acquisition dont le montant est estimé à environ 40 millions de dollars. Pour l’heure, Facebook n’a pas encore dévoilé ce qu’il compte faire des solutions développées par Scape Technologies.

Cependant, on peut s’attendre à ce que les SDK et les moteurs de la startup soient intégrés aux technologies VR / AR de la firme de Mark Zuckerberg. Ceci pourrait notamment permettre d’améliorer la précision du système de tracking inside-out des casques Oculus reposant sur des caméras embarquées.

La position des joueurs pourrait ainsi être identifiée avec une précision maximisée. De même, le Guardian System des casques autonomes comme l’Oculus Quest pourrait exploiter le VPS pour délimiter automatiquement le périmètre de sécurité et l’espace de jeu de l’utilisateur.L’installation et l’utilisation des casques s’en trouveraient encore simplifiée.

En outre, Scape Technologies prévoyait également de cartographier des villes entières pour permettre des applications de réalité augmentée persistantes et réalistes. Là encore, cette technologie pourrait intéresser Facebook pour ses futures lunettes AR.

Pour l’heure, il ne s’agit toutefois que de simples suppositions. Il faudra sans doute attendre la prochaine génération d’appareils Oculus pour découvrir quelles sont les véritables intentions de Facebook à travers cette acquisition…

Cet article Facebook acquiert Scape Technologies pour améliorer son tracking via l’IA a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

L’Oculus Quest est en rupture de stock à cause du coronavirus chinois

Par Bastien L — 7 février 2020 à 15:10
oculus quest rupture coronavirus

L’Oculus Quest est désormais indisponible dans 17 pays sur 23, dont la France. Selon Facebook, la production est interrompue à cause de l’épidémie du coronavirus 2019-nCov qui frappe en Chine.

Jusqu’à présent, dans de nombreuses régions incluant la France, il fallait attendre plusieurs semaines pour recevoir un Oculus Quest. À présent, le casque VR autonome est tout simplement ” indisponible ” dans 17 des 23 régions où il est proposé.

Ceci concerne la majorité des pays d’Europe, ainsi que les États-Unis et le Canada. Selon Facebook, l’épidémie de coronavirus 2019-nCov qui sévit actuellement en Chine est la principale cause de cette rupture de stock.

Selon un porte-parole de la firme américaine, ” l’Oculus Quest est en rupture de stock dans certaines régions à cause d’une forte demande. Ceci dit, comme d’autres entreprises, nous craignons un impact additionnel sur notre production de hardware à cause du coronavirus. Nous prenons des précautions pour assurer la sécurité de nos employés, de nos fabricants partenaires et de nos clients et surveillons attentivement la situation “.

Facebook ne veut pas risquer de livrer des Oculus Quest contaminés par le coronavirus

Pour rappel, le premier patient atteint du coronavirus 2019-nCov a été confirmé le 31 décembre 2019. Depuis lors, ce virus a infecté 31 532 personnes dans le monde parmi lesquelles 639 ont déjà perdu la vie.

Selon l’OMS, il n’y a pas vraiment de risque de contracter ce nouveau coronavirus en recevant un colis en provenance de Chine. Pour cause, ce type de virus ne survit pas longtemps sur les objets tels que les lettres ou les paquets.

Néanmoins, il est compréhensible que Facebook ne souhaite prendre aucun risque. On ignore pour le moment quand le casque sera de nouveau disponible à la vente…

Cet article L’Oculus Quest est en rupture de stock à cause du coronavirus chinois a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Valve annonce Steam VR 2.0 pour 2020 avec d’importantes améliorations

Par Bastien L — 6 février 2020 à 14:39
steam vr 2.0 valve

Valve annonce que SteamVR 2.0 sera lancé en 2020, avec d’importantes améliorations concernant l’expérience utilisateur. En outre, la firme américaine revient sur les modifications apportées à sa plateforme au cours de l’année 2019…

Avec 1,31% d’utilisateur de Steam possédant un casque VR en janvier 2020, le Steam Hardware Survey suggère que la réalité virtuelle n’avait jamais été aussi populaire parmi les gamers.

Dans ce contexte, Valve annonce que SteamVR 2.0 est en développement et devrait être lancé dans le courant de l’année 2020. Cette nouvelle version offrira ” plusieurs améliorations concernant l’expérience client “. Pour l’heure, aucun détail supplémentaire n’est dévoilé.

En parallèle, Valve annonce son intention d’étendre le programme Steam PC Cafe Program. Lancé en 2019 en version beta, ce programme est dédié aux salles d’arcade VR. À présent, Valve compte l’étendre aux écoles et aux bibliothèques.

Valve revient sur les améliorations apportées à SteamVR en 2019

Dans son post 2019 Year in Review, Valve revient aussi sur les améliorations apportées à SteamVR en 2019. Au total, plus de 100 mises à jour beta ont été déployées sur la plateforme au cours d’une année décrite comme ” un an de correctifs de stabilité “.

En décembre 2019, l’interface de configuration de SteamVR a d’ailleurs profité d’une importante mise à jour. De même, avec la version 1.10.9 fraîchement relaxée en beta, le tableau de bord vient lui aussi de subir une refonte complète optimisée pour un affichage dans la VR.

La firme américaine revient aussi sur le lancement de son propre casque Valve Index, et souligne que près de 34 casques VR étaient compatibles avec SteamVR en 2019.

Rappelons que Valve lancera son premier jeu VR AAA, Half-Life : Alyx, en mars 2020. Ce jeu devrait représenter une véritable montée en grade pour le marché du VR gaming, et a le potentiel de stimuler la démocratisation de cette technologie. Autant dire que l’année s’annonce chargée pour le géant américain…

Cet article Valve annonce Steam VR 2.0 pour 2020 avec d’importantes améliorations a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Le créateur (français) d’Astro Bot prend la tête du studio PlayStation Japon

Par Bastien L — 4 février 2020 à 18:47
nicolas doucet playstation japon vr

Le Français Nicolas Doucet, directeur créatif du jeu Astro Bot : Rescue Mission sur PSVR, vient d’être nommé à la tête du studio PlayStation Japon. Une promotion de prestige qui laisse présager davantage de jeux VR d’excellente facture pour la PS5…

Lancé en 2018, Astro Bot : Rescue Mission reste considéré comme l’un des meilleurs jeux du PlayStation VR. Directement développé par le studio PlayStation Japan, ce titre a su combiner à merveille les codes du jeu de plateformes traditionnel avec la réalité virtuelle pour proposer un gameplay novateur, immersif et très réussi.

Ce que beaucoup ignorent, c’est que le directeur créatif d’Astro Bot : Rescue Mission est un Français. Son nom est Nicolas Doucet, et il vient tout juste d’être nommé directeur du studio PlayStation Japan. Auparavant, il était en charge de l’équipe ASOBI Team à qui l’on doit Astro Bot, mais aussi la compilation de démos The Playroom lancée en 2016 en même temps que le PSVR.

Nicolas Doucet va pouvoir donner vie à ses idées de jeux VR

La promotion de Nicolas Doucet au poste de directeur du prestigieux studio pourrait être une récompense suite au succès d’Astro Bot. On peut donc espérer que PlayStation Japan Studio se focalise désormais sur de nouveaux jeux PSVR.

Une suite à Astro Bot serait appréciable, avec éventuellement le mode multijoueur supprimé dans le premier volet. Les développeurs pourraient toutefois aussi s’attaquer à d’autres genres au travers de nouvelles franchises.

Sachant que la PlayStation 5 sera lancée d’ici la fin 2020, il est probable que le studio développe un jeu pour la nouvelle console. Il pourrait même s’agir de l’un des premiers jeux du PSVR 2, attendu dans les mois qui suivront la PS5. Rappelons que Sony London semble avoir commencé à développer un jeu PSVR 2

Cet article Le créateur (français) d’Astro Bot prend la tête du studio PlayStation Japon a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Spaced Out : une expérience en réalité virtuelle dans une piscine

Par Bastien L — 3 février 2020 à 17:34
spaced out vr

L’expérience Spaced Out vous propose de vous plonger simultanément dans la réalité virtuelle et dans l’eau d’une piscine. Un cocktail surprenant, qui se révèle particulièrement apaisant…

Présentée lors du Sundance Film Festival qui prend place cette semaine à Park City, dans l’Utah, Spaced Out est une expérience en réalité virtuelle créée par le Français Pierre “Pyaré” Friquet.

Inspirée par les premiers pas de l’Homme sur la lune, l’expérience comprend notamment des extraits audio des archives d’Apollo 11 tels que les sons électroniques et la respiration des astronautes durant leurs conversations sur la surface lunaire.

Les images, quant à elles, reprennent des motifs de lune issus de la culture pop. Jusqu’à présent, rien de fondamentalement original. Il existe déjà plusieurs applications proposant de revivre l’alunissage d’Apollo 11 en VR.

Cependant, si Spaced Out tire son épingle du jeu, c’est tout simplement parce qu’il s’agit de l’une des premières expériences de réalité virtuelle sous-marine. L’utilisateur est suspendu par une ceinture dans une piscine, et peut se déplacer dans cet environnement virtuel cosmique tout en nageant dans le monde réel.

Le casque Divr, créé par Ballast VR, est indispensable pour pouvoir se plonger dans cette expérience. Cet appareil combine un casque de réalité virtuelle avec un tuba pour permettre de s’immerger dans la VR et dans l’eau simultanément.

Spaced Out provoque des effets inattendus sur le corps humain

Or, après avoir conçu ce casque, Ballast VR a fait plusieurs découvertes aussi inattendues qu’intéressantes. Tout d’abord, il s’avère qu’utiliser un casque VR sous l’eau peut activer le ” réflexe d’immersion chez les mammifères ” ou ” mammalian diving response “ en anglais.

Ce phénomène est une réaction physiologique involontaire du corps, qui survient lorsque celui-ci est plongé dans une eau plutôt fraiche ou froide. Ce réflexe naturel permet d’optimiser la respiration et le fonctionnement du corps pour pouvoir rester sous l’eau plus longtemps.

Cette réaction se traduit par une succession de comportements physiologiques : ralentissement du rythme cardiaque, constriction des vaisseaux sanguins pour transférer le sang dans le coeur ou le cerveau…

Dans la nature, ce réflexe peut vous sauver en cas de plongeon dans un lac gelé. Cependant, dans une piscine avec un casque VR sur la tête, son effet est avant tout relaxant et permet d’avoir les idées plus claires.

Une autre surprise constatée par Ballast est que la VR sous-marine semble être une solution miracle au problème du ” Motion Sickness “. Alors que la réalité virtuelle peut conférer une sensation de nausée sur la terre ferme, ces symptômes ne semblent pas survenir sous l’eau. Pour l’heure, nul n’est capable d’expliquer cette différence…

En combinant ces effets bénéfiques à l’atmosphère relaxante de Spaced Out, il en résulte une expérience apaisante et relaxante qui donnerait presque l’illusion de flotter dans un autre monde. Selon ses propres dires, l’objectif de l’artiste est justement de conférer ” une sensation d’exploration dans un monde inconnu et impossible à atteindre “.

Le casque Divr est déjà utilisé par différentes expériences VR au sein de parcs aquatiques aux États-Unis, en Allemagne ou encore en Colombie. En revanche, pour l’heure, l’expérience Spaced Out n’a été diffusée qu’au Sundance Fesival et on ignore quand elle sera à nouveau proposée pour une autre occasion…

Cet article Spaced Out : une expérience en réalité virtuelle dans une piscine a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Un record de 1,3 million de casques VR connectés sur Steam en décembre

Par Pierrick LABBE — 30 janvier 2020 à 18:24
Record Steam VR

Le nombre de casques de réalité virtuelle connectés mensuellement sur la plateforme de jeux, Steam VR, ne cesse de croître. Un record a été réalisé en décembre et la progression devient exponentielle.

L’enquête mensuelle de Valve sur Steam VR offre, depuis les débuts de la réalité virtuelle, des informations intéressantes sur la part des casques VR utilisés sur la plateforme. Cependant, les chiffres fournis sont relatifs à la population Steam non statique, ce qui masque la tendance d’adoption réelle des casques de réalité virtuelle sur la plateforme. Pour démystifier les données, nos confrères américains du journal spécialisé, Road to VR, ont développé un modèle propriétaire qui dérive le nombre réel de casques VR en corrigeant la population changeante de Steam.

Un record de 1,3 million de casques VR sur Steam en décembre 2019

Selon les dernières données collectées par nos confrères les casques VR connectés mensuellement sur Steam ont atteint un record de 1,342 million en décembre dernier. Un nouveau record absolu pour la plateforme. Le précédent remontait au mois de septembre. Deux facteurs expliquent cette montée. Tout d’abord la sortie en décembre de différents jeux intéressants mais aussi sans doute de nouveaux propriétaires de casques VR qui se sont vu offrir un dispositif à noël.

Hormis le record, un autre fait très intéressant est sorti de cette étude. En effet, l’analyse de la courbe historique montre que cela correspond étroitement à une courbe exponentielle avec une valeur R² de 0,986, à partir du mois où les premiers casques grand public sont arrivés sur le marché en 2016. Cela permet donc de réaliser une projection pour les prochains mois. Le graphique suggère ainsi que le nombre de casques VR sur Steam approchera les 3 millions à la fin de l’année. Notez que cette étude ne concerne que la plateforme Steam VR pour les casques VR sur PC. Oculus dispose de sa propre plateforme ainsi que PlayStation.

Cet article Un record de 1,3 million de casques VR connectés sur Steam en décembre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Valve a vendu 100 000 casques VR Index suite à l’annonce d’Half-Life : Alyx

Par Bastien L — 30 janvier 2020 à 16:02
valve index half life ventes

Le casque VR Valve Index s’est vendu à 149 000 exemplaires en 2019. L’annonce du jeu Half-Life : Alyx a fortement contribué à ce succès…

En 2018, le marché de la réalité virtuelle semblait voué à la débâcle. Suite à l’essoufflement des appareils low cost comme le Google Cardboard et le Samsung Gear VR, les ventes de casques avaient diminué de 50% et les revenus de 5% pour tomber à 1,8 milliard de dollars.

Cependant, l’annonce du jeu Half-Life : Alyx par Valve fin 2019 semble avoir contribué à donner un second souffle au marché. Selon les analystes de SuperData, Valve a vendu 103 000 unités de son casque Index au dernier trimestre.

Pour rappel, le Valve Index est un casque VR pour PC disponible depuis juin 2019 pour 539 euros seul ou 1079 euros pour le kit complet avec trackers et contrôleurs. Au total, les analystes estiment que l’appareil s’est vendu à 149 000 exemplaires en 2019.

Suite à l’annonce du jeu Half-Life : Alyx en novembre 2019, les ventes ont doublé pendant les fêtes par rapport au troisième trimestre. En effet, Half-Life : Alyx est attendu par des millions de joueurs puisqu’il s’agit du premier épisode de la saga culte depuis 2007.

Or, ce titre nécessite un casque VR pour PC et idéalement un Valve Index dont les contrôleurs permettent d’utiliser ses 5 doigts dans le monde virtuel. Les joueurs se sont donc rués sur ce casque, et le produit est actuellement en rupture de stock dans le monde entier.

Valve, Oculus et Sony ont passé un joyeux Noël

Malgré tout, l’Index s’est moins vendu au quatrième trimestre 2019 que l’Oculus Quest (317 000 ventes) et le PlayStation VR (338 000 ventes). Au total, l’Oculus Quest aurait été vendu à 705 000 exemplaires en 2019 et est également en rupture de stock dans plusieurs régions.

Facebook vient d’ailleurs d’annoncer avoir vendu 5 millions de dollars de contenu via son Oculus Store sur le seul jour de Noël 2019. Il est donc clair que la VR connait un véritable regain de tension. Cette croissance devrait se poursuivre au long de l’année 2020…

Cet article Valve a vendu 100 000 casques VR Index suite à l’annonce d’Half-Life : Alyx a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

L’Oculus Rift S monte largement dans les usages Steam Hardware

Par Pierrick LABBE — 30 janvier 2020 à 15:01
Steam hardware chiffres

Il y a quelques semaines, les chiffres dévoilés par Steam Hardware étaient jugés surprenants par de nombreux spécialistes. Valve vient de corriger ces données comme on pouvait s’y attendre.

La nouvelle était tombée comme un coup de massue au début du mois de janvier. L’étude donnée par la plateforme de jeux montrait une baisse des usages sur tous les casques de réalité virtuelle. Les nouvelles données sont désormais plus cohérentes et montrent une augmentation notable de l’Oculus Rift S. L’Oculus Link pourrait en être la raison.

Steam Hardware et l’Oculus Rift S

Avec les anciens chiffres du Steam Hardware, on trouvait notamment un usage très important d’utilisateurs chinois qui aurait pu fausser les données, mais cela a disparu. Désormais, la croissance la plus importante est à mettre à l’actif de l’Oculus Rift S avec +0,06 %, suivi du Valve Index avec +0,02 % et de l’Oculus Rift avec +0,01 %. Pour l’Oculus Rift, avec 0,21 % du total, cela signifie concrètement qu’un utilisateur sur 500 de Steam a recours à son casque. On peut peut-être y voir l’effet du Black Friday durant lequel le casque a été bradé.

Dans le même temps, des jeux comme Asgard’s Wrath et Stormland, ont aussi pu contribuer à son succès et à celui du Rift original. Les données sont toujours à prendre des pincettes en raison d’un autre paramètre toutefois. En raison du « Link Mode », de l’Oculus Quest, il est possible que Steam mélange le Rift S et l’Oculus Quest dans ses données. On note en revanche que la chute continue pour les usages des casques compatibles Windows Mixed Reality.

Cet article L’Oculus Rift S monte largement dans les usages Steam Hardware a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Atari ouvre une chaîne d’hôtels avec salles d’arcade VR et arènes eSport

Par Bastien L — 29 janvier 2020 à 19:07
atari hotels

Atari va ouvrir une chaîne d’hôtels Atari Hotels aux États-Unis. Au sein de ces établissements, les clients pourront se divertir dans des salles dédiées à la VR / AR et assister à des tournois eSport.

Jusqu’à présent, le pionnier de l’industrie du jeu vidéo Atari ne s’est pas encore lancé sur le marché de la réalité virtuelle. Seul son jeu d’arcade classique Battlezone a été adapté en réalité virtuelle par un développeur tiers. Plutôt que de lancer son propre casque ou de développer des jeux, la firme devenue française en 2008 a finalement choisi d’ouvrir des hôtels abritant des salles VR.

Elle annonce l’ouverture imminente d’une chaîne d’hôtels aux États-Unis. Bien évidemment, les ” Atari Hotels ” seront entièrement placés sous le signe du gaming.

On y retrouvera notamment des espaces entièrement dédiés à la réalité virtuelle et augmentée, avec les dernières nouveautés dans ce domaine. En outre, les établissements abriteront des studios et des salles consacrées aux événements eSport.

Atari veut devenir la chaîne d’hôtels préférée des gamers

Cet ambitieux projet est le fruit d’un partenariat entre Atari et le GSD Group, spécialisé dans l’innovation et la stratégie. Par ailleurs, la Woz Innovation Foundation de Steve Wozniak contribuera aussi pour aider Atari à développer sa chaîne.

Le premier établissement ouvrira ses portes à Phoenix, en Arizona, dans le courant de l’année 2020. Il sera conçu en partenariat avec le développeur immobilier local True North Studio.

Par la suite, d’autres hôtels sont prévus dans les villes de Las Vegas, Denver, Chicago, Austin, Seattle, San Francisco et San Jose. Pour l’heure, Atari ne prévoit pas d’ouvrir d’établissements en dehors des États-Unis. Toutefois, si le succès est au rendez-vous, on peut espérer voir ce concept s’exporter dans nos contrées…

Cet article Atari ouvre une chaîne d’hôtels avec salles d’arcade VR et arènes eSport a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

La startup française LYNX tease son casque hybride VR et AR

Par Bastien L — 29 janvier 2020 à 18:08
lynx casque vr ar

La startup française LYNX s’apprête à présenter son premier casque, le Lynx R1, lors de la conférence SPIE Photonics West 2020. Cet appareil autonome proposera à la fois la réalité virtuelle et la réalité augmentée…

Fondée en 2019, la startup française LYNX est entièrement dédiée à la réalité virtuelle et augmentée. Son CEO, Stan Larroque, se décrit lui-même comme un informaticien de 25 ans oeuvrant ” à l’intersection entre le hardware, les technologies optiques, la vision par ordinateur, la robotique, le logiciel à faible latence en temps réel et le rendu 3D “.

La startup compte aussi dans ses rangs Marc Piuzzi, qui a passé deux ans dans la startup taïwanaise StarVR avant qu’elle ne ferme ses portes fin 2018. Cependant, jusqu’à présent, les projets de LYNX ont été tenus totalement secrets.

LYNX présentera son Lynx R1 à la SPIE Photonics West 2020

After many months of silence and hard work, I will proudly reveal with my team LYNX: the first standalone headset for #MixedReality (AR + VR) in San Francisco in exactly 7 days during #spiexr
Watch live and be ready: pic.twitter.com/Hwov5KhkPP

— Stan Larroque (@stanlarroque) January 27, 2020

Ce temps est révolu, puisque Stan Larroque vient d’annoncer sur Twitter que le casque Lynx R1 sera dévoilé le 3 février 2020 en livestream lors de la conférence SPIE Photonics West de San Francisco.

Ce casque autonome ” made in France “ proposera à la fois des fonctionnalités de réalité virtuelle et de réalité augmentée à la manière du Varjo XR-1 pour PC tarifé à 10 000 dollars. En outre, l’entreprise promet des ” innovations matérielles, optiques et ergonomiques qui ouvriront de formidables opportunités pour toutes les industries “.

La présentation aura lieu le lundi 3 février 2020 à 23h30 heure française. L’appareil sera dévoilé lors de la conférence SPIE Photonics West dédiée aux dernières innovations dans les domaines des technologies laser, des matériaux optoélectronique et de la biophotonique. Retransmission en live sur YouTube à cette adresse

Cet article La startup française LYNX tease son casque hybride VR et AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☑ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Le créateur de Minecraft a adoré Boneworks et veut créer des jeux VR

Par Bastien L — 22 janvier 2020 à 17:06
minecraft boneworks

Le jeu VR Boneworks est ” le meilleur de tous les temps ” selon Markus ” Notch ” Personn, le créateur de Minecraft. Cette expérience l’a tant séduit qu’il envisage de créer son propre studio de jeux en réalité virtuelle…

Le créateur de Minecraft, Markus ” Notch ” Persson, a été transcendé par le jeu en réalité virtuelle Boneworks auquel il a joué sur son casque Valve Index. Sur Twitter, il va jusqu’à affirmer que ce titre est ” le meilleur jeu de tous les temps “.

C’est le moteur physique de Boneworks, simulant la physique du monde réel avec un réalisme inouï, qui a particulièrement séduit le milliardaire suédois. Selon ses dires, c’est le premier jeu VR auquel il joue ” comme lorsqu’il est vraiment absorbé par un jeu “.

Suite à cette expérience fascinante, Persson envisage de fonder son propre studio de jeux vidéo en réalité virtuelle. Cependant, ce n’est pas la première fois qu’il s’intéresse à la VR.

Le créateur de Minecraft s’intéresse à la VR depuis le début

Lors de la campagne de financement de l’Oculus Rift sur Kickstarter, il avait contribué à hauteur de 10 000 dollars. C’est également Notch qui a connecté Oculus avec le studio Mojang, peu après l’avoir vendu à Microsoft, permettant à Minecraft VR de voir le jour.

En 2012, Persson avait commencé à travailler sur un jeu de survie spatial intitulé ” 0x10x “ et envisageait un portage sur Oculus Rift. Cependant, ce projet n’a jamais abouti. Sur Twitter, l’homme affirme toutefois vouloir continuer dans cette voie s’il fonde réellement son studio…

All the things I want to try to make in VR keeps gravitating towards a game quite similar to what I was planning with 0x10c.

Unfortunately, I think I sold the rights to that name.
Fortunately, I chose that name.

Sometimes my past decisions entertain me greatly.

— Notch (@notch) 20 janvier 2020

En 2016, le créateur de Minecraft a également créé une expérience basée sur le standard WebVR. Intitulée ” Unmandelboxing “, il s’agit d’un moteur de rendu fractal pouvant être exécuté sur n’importe quel navigateur web en se rendant à cette adresse

Cet article Le créateur de Minecraft a adoré Boneworks et veut créer des jeux VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Oculus : tout savoir sur l’entreprise, son histoire et ses casques VR

Par Bastien L — 22 janvier 2020 à 10:00
oculus vr tout savoir

Oculus VR est l’un des principaux acteurs de l’industrie de la réalité virtuelle. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette entreprise, son histoire, ses produits et ses projets…

En lançant l’Oculus Rift en 2016, Oculus VR a véritablement lancé le marché des casques VR grand public. De ce point de vue, il s’agit donc de l’entreprise la plus importante de l’industrie de la réalité virtuelle. À travers ce dossier, découvrez tout ce que vous devez savoir sur Oculus, son histoire, ses produits et ses projets pour le futur…

Palmer Luckey : un ado passionné par la réalité virtuelle

L’histoire d’Oculus commence avec celle d’un jeune américain nommé Palmer Luckey. Alors qu’il est âgé de 15 ans, il est pris de passion pour la réalité virtuelle et se met à collectionner les anciens casques VR commercialisés au cours des années 80 et 90.

Au cours de ces deux décennies, de nombreuses entreprises ont en effet tenté de donner vie au concept de réalité virtuelle rêvé par la science-fiction. En vain. À l’époque, la technologie n’était pas encore suffisamment avancée pour que l’immersion dans le virtuel soit possible.

Les composants étaient bien trop chers, et les ordinateurs n’étaient pas suffisamment puissants pour faire tourner le hardware. Tous ces casques VR étaient ratés, et leur échec commercial fut tout simplement cuisant.

Après avoir réuni la plus grande collection de casques de réalité virtuelle au monde, Palmer Luckey a commencé à penser à créer son propre appareil…

Il commence alors à fabriquer des ersatz de casques VR. Son ambition ? Créer un produit suffisamment abouti et performant pour convaincre le grand public.

Dans un premier temps, il combine des éléments des différents casques de sa collection. Il tente aussi de modifier des appareils créés par d’autres amateurs, ou fabrique directement ses prototypes à partir de pièces détachées.

À ce moment, toutefois, Palmer Luckey n’imaginait pas qu’il était sur le point de changer à tout jamais le monde de la technologie et de fonder une entreprise qui le rendrait milliardaire…

La fondation d’Oculus VR

Alors qu’il naviguait sur internet, au détour d’un forum, Palmer Luckey fait la connaissance de John Carmack : co-fondateur d’id Software, et programmeur en chef des célèbres jeux vidéo Doom, Wolfenstein 3D et Quake.

Sans cette heureuse rencontre, Oculus VR n’aurait probablement jamais vu le jour. Le hasard faisant bien les choses, Carmack s’intéresse lui aussi à la VR et s’est amusé à modifier un casque en sa possession.

Luckey lui présente alors son prototype de casque, et John Carmack est directement emballé. Il lui demande alors ” s’il est possible d’en acheter un “. Honoré par la requête d’une telle légende du jeu vidéo, le jeune homme préfère lui offrir le prototype.

Une décision qui se révèlera extrêmement bénéfique pour le destin de cet ado californien. Quelques mois plus tard, John Carmack en personne présente l’appareil élaboré par Luckey sur la scène de l’E3.

Aussitôt, internet prend feu. Tout le monde parle du ” nouveau projet de réalité virtuelle de Carmack “, et Palmer Luckey réalise qu’il ne peut pas laisser passer l’opportunité qui se présente à lui. En juin 2012, le jeune homme abandonne ses études de journalisme et fonde son entreprise : Oculus VR.

Rapidement, il sera rejoint dans cette entreprise par trois poids lourds de l’industrie séduits par la démonstration de John Carmack : Brendan Iribe, Michael Antonov et Nate Mitchell. Ces derniers allaient devenir les cadres d’Oculus VR.

Le Kickstarter de l’Oculus Rift

Bien avant de rencontrer John Carmack et de fonder son entreprise, Palmer Luckey songeait déjà à faire financer son projet de casque de réalité virtuelle par le biais de Kickstarter. Cependant, à l’époque, le jeune homme espérait tout au plus profiter du soutien d’une centaine de personnes et n’envisageait même pas de dégager de profit sur ce projet.

Le 1er août 2012, lorsqu’il lance enfin sa campagne sur la fameuse plateforme de financement participatif, la donne a bien changé. En plus de Carmack, d’autres poids lourds de l’industrie tels que Gabe Newell, le président de Valve, ont eux aussi décidé d’apporter leur soutien.

Malgré tout, l’objectif fixé par Luckey reste relativement modeste. L’Américain ne cherche à récolter que 250 000 dollars. Toutefois, en seulement 24 heures, il parvient à engranger 670 000 dollars auprès de 2750 contributeurs. Toutes ses attentes sont largement dépassées et, en seulement trois jours, il parvient à passer le cap du million de dollars.

L’Oculus Rift DK1

Néanmoins, le but de ce Kickstarter n’était pas de financer directement un produit prêt pour une commercialisation auprès du grand public. Dans un premier temps, Oculus souhaitait mettre au point un appareil destiné aux développeurs ou aux plus enthousiastes afin de leur permettre de se familiariser avec la réalité virtuelle et d’effacer les souvenirs des échecs du passé.

Ce kit développeur porterait le nom d’Oculus Rift DK1. Proposé pour la somme de 350 dollars, le casque surpassait déjà largement tous les casques de réalité virtuelle commercialisés auparavant.

Cependant, il n’était clairement pas parfait. La définition de l’écran était très basse, et l’effet de grille extrêmement prononcé. De plus, il n’était pas encore question de tracking de position. Les capteurs intégrés étaient capables de détecter la direction dans laquelle était orientée la tête de l’utilisateur, mais pas sa position.

Sans surprise, de nombreux utilisateurs étaient confrontés au phénomène de Motion Sickness. Malgré tout, les 65 000 unités fabriquées par la firme furent officiellement écoulées le 21 février 2014. Plutôt que de commander des composants pour en produire davantage, Oculus dévoila quelques semaines plus tard la seconde version de son kit développeur.

L’Oculus Rift DK2

Le 19 mars 2014, Oculus annonce l’ouverture des précommandes pour le DK2 de l’Oculus Rift. Cette seconde itération n’est toujours pas assez aboutie pour une commercialisation à grande échelle, mais se rapproche de la version finale du casque VR.

Le DK2 est basé sur un prototype présenté par Oculus quelques mois plus tôt, et corrige de nombreux défauts du DK1. La définition de l’écran passe de 640×800 à 960×1080, pour une augmentation totale du nombre de pixels de plus de 100%. L’effet de grille, quant à lui, est nettement moins prononcé bien que toujours présent.

En outre, Oculus est parvenu à résoudre en partie le problème de Motion Sickness provoqué par le DK1. La firme s’est aperçue que ce phénomène était principalement causé par un effet de flou à l’écran. Pour y remédier, l’écran LCD a été remplacé par un écran OLED. Par ailleurs, la latence a été fortement réduite et passe de 60 millisecondes à seulement 30 millisecondes. Enfin, des frames entièrement noires sont intégrées entre les images pour donner au cerveau une impression de fluidité accrue du défilement des images.

Enfin, une caméra externe a été ajoutée au casque. Celle-ci permet le tracking de LEDs infrarouges intégrées au casque, et donc le tracking de position. C’est sans conteste la principale amélioration du DK2 par rapport au DK1, puisqu’elle ouvre une myriade de nouvelles possibilités aux développeurs…

L’acquisition par Facebook

Le 25 mars 2014, la nouvelle fait l’effet d’une bombe. Mark Zuckerberg annonce l’acquisition d’Oculus par Facebook pour 2 milliards de dollars. Un rachat qui semble confirmer que l’Oculus Rift et plus généralement la réalité virtuelle sont voués à conquérir le grand public.

Selon le créateur du célèbre réseau social, la VR fait partie des ” plateformes de demain “. Il estime ainsi qu’Oculus pourrait ” créer la plateforme la plus sociale de tous les temps et changer la façon dont nous travaillons, jouons et communiquons “. À ses yeux, cette technologie représente le futur des réseaux sociaux…

Cependant, plusieurs contributeurs Kickstarter ont dénoncé cette acquisition en estimant qu’elle allait à l’encontre de l’idéologie indépendante du crowdfunding. De même, certains grands noms de l’industrie du jeu vidéo, tels que le développeur de Minecraft, Markus Person, ont également critiqué ce rachat.

Quelques jours plus tard, Michael Abrash est nommé Chief Scientist de l’entreprise. En janvier 2015, le QG d’Oculus déménage de Irvine en Californie à Menlo Park où est également situé celui de Facebook. De cette manière, la collaboration entre les deux entreprises est facilitée.

Le partenariat avec Samsung

Avant le lancement du Rift, un premier casque a vu le jour suite à l’acquisition d’Oculus par Facebook. Il s’agit du Samsung Gear VR, conçu en partenariat avec Samsung.

Après avoir été fourni à deux nombreux développeurs, le Gear VR est commercialisé le 20 novembre 2015. Les stocks sont immédiatement écoulés.

Grâce à cet appareil, les utilisateurs de smartphones Samsung peuvent se plonger dans la réalité virtuelle très facilement en plaçant leur appareil dans l’emplacement du casque prévu à cet effet. Toutefois, ce système qui fait à l’époque figure de révolution deviendra vite obsolète. Preuve que la technologie VR se développe vite, très vite…

Oculus Story Studio ou l’échec d’une aventure dans le milieu du cinéma

L’histoire d’Oculus ne compte pas que des succès. En 2014, la firme fonde l’Oculus Story Studio : un studio entièrement dédié aux films d’animation en réalité virtuelle.

À l’époque, de nombreux experts sont convaincus que le cinéma est l’un des secteurs d’application les plus prometteurs pour la VR. Oculus souhaite compter parmi les pionniers de ce nouveau marché, et souhaite fédérer une communauté de réalisateurs intéressés par cette technologie.

Le studio est dirigé par Saschka Unseld, vétéran de chez Pixar, au poste de directeur créatif. Le lancement public du studio est annoncé au Sundance Film Festival de 2015 avec la présentation de trois films : Dear Angelica, Henry, et Lost.

Ces trois projets seront salués par la critique, et Henry recevra même un prestigieux Emmy award en 2016. Cependant, le grand public se montre nettement moins enthousiaste et semble définitivement préférer la réalité virtuelle pour les jeux vidéo.

En mai 2017, Facebook prend la décision de fermer l’Oculus Story Studio. En 2018, toutefois, les anciens membres créent leur propre studio : Fable. Leur premier projet, ” The Wolves in the Wall “, sera couronné d’un Emmy Award en 2019.

Le lancement de l’Oculus Rift

Le 28 mars 2016, l’heure est enfin venue. Après toutes ces années d’efforts et de développement, l’Oculus Rift ” CV1 “ est enfin lancé sur le marché dans 20 pays pour le prix de 599 dollars.

Cet appareil est largement amélioré par rapport au prototype Crescent Bay, et délivre une définition de 1920×1080 par oeil nettement supérieure au DK2. Le volume du tracking de position est lui aussi largement augmenté.

Un casque audio 3D est enfin intégré. L’accent est également mis sur l’ergonomie et l’esthétique puisque ce produit est destiné au grand public.

Le succès est immédiat, et ceux qui n’ont pas précommandé immédiatement l’appareil en janvier doivent attendre jusqu’au mois de juillet. Une rupture de stock de composants force certains des acheteurs à patienter entre trois et huit semaines.

Cet appareil marque véritablement le début de l’âge des casques VR grand public. Il sera suivi, le mois suivant, par le premier HTC Vive. Il ne s’agit cependant que d’un début…

Le départ des quatre fondateurs

Suite à l’acquisition d’Oculus VR, Palmer Luckey rejoint Facebook aux côtés de John Carmack et des trois autres co-fondateurs de l’entreprise : Nate Mitchell, Michael Antonov et Brendan Iribe.

Toutefois, au fil des années, tous les membres originaux d’Oculus VR ont quitté l’aventure un par un. En mars 2017, Palmer Luckey quitte Facebook sans qu’aucune explication ne soit donnée. Il avouera plus tard avoir été conduit vers la sortie en raison de son financement d’un groupe de soutien à Donald Trump, même si Mark Zuckerberg a affirmé plusieurs fois que son licenciement n’avait rien à voir avec la politique.

Par la suite, il co-fondera, en juin 2017, l’entreprise Anduril spécialisée dans les technologies militaires. Cette firme a notamment développé un système permettant de détecter automatiquement les migrants clandestins tentant d’accéder au Texas depuis Mexico. Lors du programme pilote organisé par le gouvernement américain, 55 clandestins furent attrapés en douze jours…

Fin 2018, c’est le CEO d’Oculus, Brendan Iribe, qui décide de quitter le navire. Son départ est lié à des désaccords avec Facebook quant au futur des produits haut de gamme Oculus. Alors que Facebook a pour priorité de faire baisser les prix des casques, Iribe souhaitait au contraire continuer à développer des produits repoussant les limites de la technologie.

Puis, en août 2019, c’est au tour de Nate Mitchell, architecte logiciel, d’annoncer sa démission. Selon ses propres dires, il souhaite ” continuer son chemin ” et faire une pause pour ” se recharger et passer du temps avec sa famille “.

En novembre 2019, John Carmack quitte le poste de CTO d’Oculus qu’il occupait depuis 2013. L’éminent responsable technique souhaite en effet délaisser la réalité virtuelle pour travailler sur une autre technologie d’avenir : l’intelligence artificielle.

De son propre aveu, Carmack n’a pas été satisfait par la lenteur à laquelle s’est développée l’industrie de la VR. Déçu, il restera néanmoins ” consultant CTO “ pour Oculus et continuera à accorder ” une modeste partie de son temps ” à certains projets de réalité virtuelle.

Dorénavant, Michael Antonov est le dernier fondateur d’Oculus encore présent chez Facebook. Cependant, il occupe le poste d’architecte logiciel pour l’équipe spécialisée dans l’infrastructure IA. Il n’est donc plus affilié à l’équipe VR. On peut donc considérer qu’Oculus est dorénavant entièrement détenu par Mark Zuckerberg…

L’Oculus Go ou le début de l’ère des casques autonomes

En octobre 2017, Facebook lance l’Oculus Go. Ce casque VR, fabriqué par le Chinois Xiaomi, est l’un des premiers casques VR autonomes. Comprenez par là qu’il peut fonctionner sans être connecté à un smartphone ou à un PC.

L’appareil embarque son propre écran LCD 5,5 pouces de définition 1440p, ses haut-parleurs intégrés, son processeur Snapdragon 821, sa puce de stockage, sa batterie et ses capteurs. Il fonctionne sur un OS basé sur Android et l’Oculus Store permet de télécharger des jeux et applications.

Les performances sont comparables à celle du Gear VR, et le tracking de position n’est pas pris en charge. Néanmoins, ce produit rencontre un franc succès de par son prix abordable. En janvier 2019, le Go passe la barre du million d’unités vendues. De plus, ce premier casque autonome inaugure une nouvelle ère pour la réalité virtuelle et pose les bases pour la révolution qui se prépare…

L’Oculus Quest : un casque VR qui restera dans les mémoires

Le 26 septembre 2018, dans le cadre de la conférence Oculus Connect 5, Facebook dévoile un second casque autonome : l’Oculus Quest. Comme le Go, cet appareil embarque tout le hardware nécessaire à son fonctionnement.

Cependant, il se révèle nettement plus performant grâce à une puce Snapdragon 835, un écran OLED 1600×1400 par oeil à 72Hz, et surtout un système de tracking inside-out intitulé Oculus Insight.

Contrairement à celui du Rift, ce système de tracking ne repose pas sur des capteurs externes, mais sur des caméras intégrées au casque. Ceci permet de profiter d’une liberté de mouvement à six degrés qui manquait cruellement au Go, et d’un tracking à l’échelle d’une pièce (room-scale) pour une immersion maximale. De plus, le Quest est fourni avec une nouvelle version plus ergonomique des contrôleurs Oculus Touch.

Dès son lancement, en mai 2019, l’appareil rencontre un succès phénoménal et surpasse toutes les prévisions des analystes. Rapide à installer, simple à utiliser, abordable en termes de prix et suffisamment performant pour faire tourner de vrais jeux VR… le Quest a toutes les qualités pour enfin démocratiser la réalité virtuelle.

Facebook est dépassé par le succès et peine à produire suffisamment d’unités pour répondre à la demande. Sans surprise, les développeurs jettent leur dévolu sur cette plateforme et de nombreux jeux et logiciels de qualité viennent étoffer l’Oculus Store.

Quelques mois plus tard, lors de l’Oculus Connect 6, Facebook annonce de nouvelles fonctionnalités pour le Quest. Un système de hand-tracking permettant d’interagir sans contrôleur, et un câble Oculus Link permettant de brancher le Quest à un PC pour accéder aux applications du Rift.

Fort de ces nouvelles fonctionnalités, l’Oculus Quest règne désormais sur le marché des casques VR et semble difficilement détrônable. À n’en point douter, cet appareil restera dans les mémoires et pourrait permettre à Mark Zuckerberg d’atteindre son but : attirer un milliard de personnes dans la réalité virtuelle…

Oculus Rift S : la mise à jour ” milieu de vie ” du Rift

En même temps que son casque autonome Oculus Quest, Facebook a également annoncé un nouveau casque VR pour PC : l’Oculus Rift S.

Cet appareil fut lancé en mai 2019, le même jour que l’Oculus Quest. Son prix est également identique à celui du casque tout-en-un.

Ce nouveau produit vient remplacer le Rift et apporte plusieurs améliorations. Conçu en partenariat et fabriqué par Lenovo, il se distingue par un design plus ergonomique pensé par le constructeur chinois. La principale différence est une visière en forme de halo.

Par ailleurs, des haut-parleurs intégrés ont été ajoutés. On retrouve également l’écran 1440p et les lentilles de l’Oculus Go, pour une définition accrue par rapport au premier Rift. Cependant, la définition du Rift S est inférieure à celle du Quest.

Le système de tracking Oculus Insight, introduit avec le Quest, est repris par le Rift S. Il n’y a donc plus besoin de capteurs externes, comme c’était le cas avec le premier Rift. Des caméras sont intégrées au casque. Le tracking room-scale s’en trouve largement facilité.

Hormis ces nouveautés, le Rift S est un successeur direct du Rift. Il est compatible avec tout le catalogue Oculus Store du Rift qui ne sera désormais plus produit.

De par son prix identique à celui du Quest, le Rift S propose une alternative intéressante uniquement pour ceux qui possèdent déjà un PC VR-Ready. Cependant, avec le lancement du câble Oculus Link, il est désormais possible de brancher le Quest à un PC VR-Ready pour accéder au catalogue du Rift S…

La place d’Oculus sur le marché de la VR

Il est difficile d’estimer avec précision les parts de marché de Facebook et Oculus sur le marché de la réalité virtuelle. Pour cause, l’entreprise ne divulgue pas le nombre de ventes de ses différents appareils.

Si l’on se fie aux analystes de Statista, toutefois, Oculus aurait vendu 250 000 casques Rift en 2016, puis 700 000 casques en 2017, 900 000 en 2018 et 1 700 000 en 2019. En termes de revenus générés par le hardware, les logiciels et les jeux, la firme serait passée d’environ 500 millions de dollars en 2016 à plus de 5 milliards de dollars en 2019.

Par le passé, le marché de la VR était largement dominé par Sony avec son PSVR. La firme japonaise aurait vendu 1,7 million de casques en 2017, 2 millions en 2018 et 2,2 millions en 2019.

Cependant, on constate que l’écart avec Oculus se réduit au fil du temps. En 2018, Sony accaparait 43% de parts du marché des casques VR contre 19,4% pour Oculus. En 2019, les parts de Sony sont tombées à 36,7% tandis que celles d’Oculus ont bondi à 28,3%.

Cette redistribution des cartes s’explique par plusieurs phénomènes. L’Oculus Quest de Facebook, lancé en 2019, a connu un succès phénoménal. De son côté, le PlayStation VR est vieillissant et techniquement obsolète face à la concurrence. En 2020, on peut donc s’attendre à ce que Facebook prenne le pas sur Sony.

À titre de comparaison, HTC Vive se place en troisième position du marché avec 13,3% de parts en 2019. Microsoft arrive loin derrière avec un peu plus de 3% de parts. Enfin, les autres constructeurs cumulent 21,7% de PdM.

Le futur d’Oculus

La réalité virtuelle est une technologie naissante, et nous n’en sommes à l’évidence qu’à ses prémices. À l’avenir, la VR va poursuivre son évolution à un rythme frénétique et de nombreuses surprises nous attendent pour les prochaines années.

De son côté, Facebook profite chaque année de sa conférence annuelle Oculus Connect pour dévoiler ses projets pour le futur. Le directeur de la recherche, Michael Abrash, livre notamment ses prédictions pour le long terme en se basant sur les travaux du Facebook Reality Labs qu’il dirige.

En 2014, lors de la première conférence, il estimait que la VR allait enfin se démocratiser. Parmi les technologies d’avenir, Abrash citait notamment le eye-tracking et le rendu fovéal. En 2015, il expliquait la façon dont nos différents sens seraient stimulés par la VR du futur.

L’expert a aussi dévoilé la fiche technique du casque VR de demain, délivré des contraintes techniques actuelles. Cet appareil offrirait un champ de vision supérieur à 220 degrés, une qualité d’image supérieure à 120 ppd avec un écran 4K, et un HDR d’environ 10 ordres de magnitude. Enfin, cet appareil sans fil aurait le design de simples lunettes de soleil.

En 2016, lors de l’Oculus Connect 3, peu après le lancement du Rift, Abrash prédisait l’arrivée de technologies comme la VR sans fil et le hand-tracking. En 2020, ces innovations ont pris forme avec l’Oculus Quest.

En 2018 et 2019, toutefois, l’homme a révisé ses prédictions concernant les lunettes VR ultimes du futur. Selon lui, cette nouvelle génération d’appareils ne verra finalement pas le jour dans un futur proche et il faudra donc patienter de nombreuses années

Parallèlement à ce casque VR ” parfait “, Facebook développe aussi des avatars ultra-réalistes pour la réalité virtuelle. L’objectif est permettre de simuler parfaitement la présence pour rendre les applications de ” social VR ” plus intéressantes.

En outre, Facebook prépare également des lunettes de réalité augmentée. Il est probable que cet appareil soit également lancé sous la marque Oculus. Cependant, on ignore pour l’instant dans combien de temps cet appareil sera lancé…

Cet article Oculus : tout savoir sur l’entreprise, son histoire et ses casques VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Moon Rider : le jeu WebVR cumule plusieurs milliers de joueurs quotidiens

Par Bastien L — 20 janvier 2020 à 19:17
moon rider web vr

Le jeu Moon Rider, disponible sur WebVR, cumule plusieurs milliers de joueurs quotidiens. La preuve, s’il en fallait une, que la réalité virtuelle sur navigateur web peut connaitre un réel succès…

Avec le standard WebVR et le framework A-Frame, l’industrie de la réalité virtuelle cherche à faciliter l’accès à la VR tout en remédiant au problème de la fragmentation du marché. Aujourd’hui, le succès du jeu Moon Rider se révèle très encourageant.

Lancé en mai 2019, ce simple jeu de rythme en réalité virtuelle s’inspire de Beat Saber et d’autres titres similaires. Cependant, ce jeu se distingue par sa simplicité d’accès.

Développé avec A-Frame, Moon Rider peut être lancé sur n’importe quel casque VR depuis un simple navigateur web. Nul besoin de le télécharger et de l’installer depuis une boutique d’applications spécifique.

C’est cette simplicité qui a permis au jeu de fédérer un grand nombre de joueurs. Selon l’un de ses créateurs, Diego Marcos, Moon Rider compte aujourd’hui entre 2000 et 3000 joueurs actifs au quotidien avec une durée de session moyenne de 45 à 60 minutes et un taux de rétention de 50%.

Moon Rider est actuellement le plus grand succès de WebVR

Il s’agit donc clairement du jeu WebVR le plus populaire à ce jour. À travers ce projet totalement open source, les développeurs voulaient prouver ” que le web et A-Frame sont désormais aptes à délivrer du contenu VR de qualité “.

Pour lancer Moon Rider sur un casque pour PC, lancer un navigateur compatible WebVR comme Firefox. Visitez ensuite la page ” moonrider.xyz ” et pressez le bouton ” Enter VR ” pour lancer le jeu sur votre appareil. De même, vous pouvez lancer le jeu depuis le navigateur web de l’Oculus Quest.

Si ce jeu est actuellement le plus grand succès de WebVR, d’autres projets impressionnants ont été développés avec A-Frame. On peut citer l’outil de création artistique Supercraft, ou encore l’application de Social VR Mozilla Hubs. À l’avenir, le nombre d’applications WebVR ambitieuses et convaincantes devrait se multiplier à mesure que davantage d’internautes s’intéressent à ce standard…

Cet article Moon Rider : le jeu WebVR cumule plusieurs milliers de joueurs quotidiens a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ CreativeApplications.Net

CMD: Experiment in bio-algorithmic politics

Par Filip Visnjic — 15 janvier 2020 à 12:25
CMD: Experiment in bio-algorithmic politics
Created by Michael Sedbon, 'CMD' is an apparatus designed to explore how our technologies and ecosystems interact and what narratives and politics do they serve. The project questions what sort of ecological and social logic should be implemented in the design of automated infrastructures and algorithms.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

DICE Awards 2020 : le nombre de jeux VR nominés bat tous les records

Par Bastien L — 13 janvier 2020 à 19:05
dice awards vr

La liste des nominés aux DICE Awards 2020 vient d’être dévoilée. Cette année, les jeux en réalité virtuelle sont plus représentés que jamais auparavant. Ceci prouve que la VR occupe de plus en plus de place sur le marché du gaming…

Chaque année, la cérémonie des DICE Awards est l’occasion de récompenser les meilleurs jeux vidéo du marché. La liste des finalistes pour les vingt catégories différentes vient d’être dévoilée pour la 23ème édition.

Le constat est frappant : la réalité virtuelle est plus présente que jamais, avec deux catégories entièrement dédiées aux technologies immersives et de nombreux jeux VR dans les différentes rubriques.

DICE Awards 2020 : deux catégories dédiées à la VR

Les deux catégories dédiées sont ” Immersive Reality Technical Achievement ” (prouesse technique) et ” Immersive Reality Game of the Year ” (jeu de l’année).

Dans la première catégorie, les nominés sont Asgard’s Wrath, Blood & Truth, Pistol Whip, Stormland et Westworld Awakening. Ces cinq jeux ont en effet pour point commun de repousser les limites techniques de la VR.

Dans la seconde catégorie, les candidats à l’award du jeu de l’année sont Asgard’s Wrath, Blood & Truth, Pistol Whip, The Curious Tale of the Stolen Pets et Trover Saves the Universe. Ces deux derniers jeux ne se distinguent donc pas spécialement sur le plan technique, mais sont néanmoins très réussis et divertissants.

En parallèle, le jeu PSVR Concrete Genie est nominé dans les catégories ” Outstanding Achievement in Art Direction ” (direction artistique) et ” Outstanding Technical Achievement ” (prouesse technique). De même, le jeu Golem pour PSVR est nominé dans la catégorie ” Outstanding Achievement in Original Music Composition ” pour sa bande-originale magistrale. Enfin, le jeu de course DiRT Rally 2.0 avec son mode VR est nominé pour l’award du meilleur jeu de course de l’année.

La liste des grands vainqueurs de la cérémonie des DICE Awards sera dévoilée le jeudi 13 février 2020 à l’Aria Resort Las Vegas, en marge de la conférence D.I.C.E Summit qui réunit toute l’industrie du gaming durant une semaine.

Cet article DICE Awards 2020 : le nombre de jeux VR nominés bat tous les records a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Le Français NextMind dévoile son interface cerveau-machine au CES 2020

Par Bastien L — 9 janvier 2020 à 15:28
nextmind ces 2020

La startup NextMind était présente au CES 2020 pour dévoiler son interface cerveau-machine à 400 dollars. Un système qui pourrait être intégré aux futurs casques VR pour détecter les intentions de l’utilisateur à partir de ses ondes cérébrales…

À l’instar du HTC Vive Pro Eye ou du nouveau Pico Neo 2 Eye, la prochaine génération de casques VR embarquera la technologie de Eye Tracking pour déterminer ce que l’utilisateur regarde dans la réalité virtuelle ou deviner ses intentions.

Cependant, la startup parisienne NextMind estime que cette technologie ne suffit pas à interpréter les intentions de l’utilisateur. C’est la raison pour laquelle elle estime que son électroencéphalogramme non invasif pourrait être intégré aux futurs casques VR.

NextMind veut intégrer sa BCI aux futurs casques VR

Présenté lors du CES 2020, ce dispositif s’attache à l’arrière du crâne à l’aide d’un simple bandeau. Huit électrodes capturent ensuite les ondes cérébrales du cortex visuel.

Les données sont ensuite transmises au PC via Bluetooth, et des algorithmes de Machine Learning analysent et classent ensuite ces ondes en temps réel pour déterminer sur quel élément visuel l’attention du porteur est focalisée.

Sur le stand de NextMind au CES, une démo en réalité virtuelle était proposée avec un casque HTC Vive. L’utilisateur devait focaliser son attention sur un flash lumineux jusqu’à ce que le système s’en aperçoive.

NextMind prévoit de lancer le kit de développement de son interface cerveau-machine dans le courant du deuxième trimestre 2020 pour les développeurs. Le grand point fort de cette solution ” made in France ” par rapport aux autres interfaces ” BCI ” comme celle de Neuralink est un prix de seulement 400 dollars…

Cet article Le Français NextMind dévoile son interface cerveau-machine au CES 2020 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

JBD présente un écran d’une luminosité de 3 millions de nits pour casque VR AR

Par Bastien L — 8 janvier 2020 à 17:30
jbd ces 2020

Le fabriquant d’écrans chinois Jade Bird Display dévoile ses nouveaux écrans micro LED dans le cadre du CES 2020. L’un offre une luminosité record, l’autre une densité de pixels impressionnante. Ces composants pourraient révolutionner le marché des casques VR / AR…

Le CES est l’occasion pour les constructeurs de casques VR de dévoiler leurs nouveaux produits phares, mais les fournisseurs de composants sont aussi au rendez-vous. Le Chinois Jade Bird Display a ainsi dévoilé ses nouveaux écrans micro LED pensés pour les casques VR / AR.

Particulièrement remarquable, l’un de ces écrans est plus petit qu’une pièce de monnaie, mais offre une luminosité impressionnante de 3 000 000 de nits pour une définition full HD de 1280×720. Il s’agit de l’écran le plus dense et le plus lumineux créé par JBD depuis sa fondation en 2015.

En comparaison, un écran d’ordinateur basique présente une luminosité de 300 nits. Une télévision HDR, de son côté, peut atteindre 2000 nits.

Avec ses 3 millions de nits, l’écran de JBD repousse les limites et pourrait même s’avérer dangereux à regarder. Toutefois, ce composant, dénommé JBD5UM720P-G, pourrait véritablement bouleverser le marché des casques VR et AR.

En général, les écrans de casques VR / AR doivent être hautement transparents pour limiter la perte de luminosité à chaque aller-retour de la lumière à travers les lentilles. C’est particulièrement important pour les casques AR pensés pour un usage en extérieur en pleine journée.

Or, avec une luminosité de 3 millions de nits, même une trajectoire optique avec une efficacité lumineuse réduite à 0,01% permettrait de préserver 3000 nits. Il serait donc possible, grâce à cet écran micro LED, d’utiliser des lentilles moins chères ou même des designs optiques plus complexes dans les casques VR et AR. De même, la luminosité de l’écran pourra être réduite au minimum afin d’économiser de l’énergie sans que l’affichage devienne trop sombre.

JBD : un écran d’une densité de 10 000 pixels par pouce

Un autre écran présenté par le constructeur chinois est le JDB25UMFHD-B. Celui-ci se distingue par une définition impressionnante de 2560×1400 pour une diagonale d’à peine 7 millimètres.

Ceci représente une densité bluffante de 10 000 pixels par pouce avec une distance entre les pixels de 2,5 micromètres (2500 nanomètres). Sa luminosité s’élève à 150 000 nits, son taux de rafraîchissement à 360Hz et son ratio de contraste à 10 000:1.

Pour l’heure, cependant, les écrans micro LED de JBD sont monochromes et n’offrent que 256 niveaux de couleur. Leurs cas d’usage potentiels sont donc extrêmement limités pour le moment. Pas question de jouer à des jeux ou de regarder des vidéos sur de tels écrans.

Ils pourraient toutefois être incorporés à des lunettes AR conçues pour afficher des informations simples telles que des textes ou des symboles. Des applications de navigation GPS ou de messagerie en réalité augmentée pourraient donc reposer sur cette innovation.

Pour le futur, JBD travaille sur des versions bichromatiques et trichromatiques de ses écrans micro LED. Ces futurs modèles permettront de nouveaux cas d’usage, et pourraient notamment être incorporés à des casques VR extrêmement compacts…

Cet article JBD présente un écran d’une luminosité de 3 millions de nits pour casque VR AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Facebook : les lunettes de réalité augmentée ne seront pas prêtes avant 2030

Par Bastien L — 3 janvier 2020 à 17:35
facebook lunettes ar 2030

Michael Abrash, directeur de la recherche VR chez Facebook, estime que les lunettes de réalité augmentée ne seront pas prêtes pour le grand public avant 2030. En outre, il est convaincu que seul Facebook est en mesure d’inaugurer la prochaine génération de casques de réalité virtuelle…

Alors qu’une année 2020 pleine de promesses débute pour la réalité virtuelle et augmentée, le directeur de la recherche VR de Facebook, Michael Abrash, vient d’accorder une interview au site web The Information.

Dans cet entretien, Abrash coupe court aux espoirs de voir les lunettes de réalité augmentée envahir le marché dans les années à venir. Selon lui, il faudra patienter près de cinq ans pour qu’un produit convaincant soit commercialisé. De plus, en prenant l’exemple du marché des smartphones, il estime que les lunettes AR n’atteindront pas le stade ” Blackberry ” avant 2030.

D’après ses dires, le problème est qu’il est très difficile d’intégrer une nouvelle technologie d’écran et un système de tracking à une simple paire de lunettes. La tâche devient encore plus complexe lorsqu’on souhaite, en plus, offrir une journée complète d’autonomie.

Cependant, aux yeux de ce spécialiste, le véritable défi consiste à développer un système de contrôle approprié. Personne ne voudra contrôler ses lunettes avec une manette, et il est peu probable que les consommateurs utilisent des commandes vocales ou gestuelles en public. Il serait donc nécessaire que les lunettes ” devinent ” les intentions de l’utilisateur.

Néanmoins, lorsque ces obstacles techniques auront été surmontés, Abrash confirme que les lunettes AR pourraient remplacer les smartphones. Il ne reste donc plus qu’à patienter pendant 10 à 20 ans

Facebook se voit comme le leader mondial de la VR

Toujours au cours de cette interview, Michael Abrash s’est aussi exprimé concernant la réalité virtuelle. Selon lui, aucune entreprise n’arrive à la cheville de Facebook en termes d’investissements dans la VR. De fait, “ lorsque la prochaine génération de casques VR apparaîtra, ce sera parce que nous l’avons créée “.

Il est vrai que Facebook a investi massivement dans la recherche au fil des dernières années. Le but de la firme américaine est de développer les technologies qui permettront à la réalité virtuelle d’évoluer : écran varifocal, lentilles à large champ de vision, suivi du regard et des expressions faciales, gants haptiques, avatars réalistes, transmission vidéo sans fil…

Sachant que Microsoft et Google ont tous deux échoué dans leurs efforts pour conquérir le marché de la VR, Facebook est le dernier GAFAM en lice sur ce secteur. Ses seuls concurrents sérieux sont Valve et HTC, mais tous deux peinent actuellement à rivaliser avec l’Oculus Rift S et l’Oculus Quest en termes d’innovation et de prix.

Le responsable salue par ailleurs la façon dont Mark Zuckerberg s’implique dans l’avancée de la réalité virtuelle et croit en cette technologie. À ses yeux, “ la réalité augmentée peut remplacer le smartphone, mais la VR peut remplacer le PC “.

Toutefois, lors de la dernière Oculus Connect, Michael Abrash lui-même a précisé que la prochaine génération de casques VR n’était ” pas pour tout de suite “. Pour cause, il est “ très difficile de transformer les technologies révolutionnaires en produits “…

Cet article Facebook : les lunettes de réalité augmentée ne seront pas prêtes avant 2030 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Réalité virtuelle et augmentée : tendances et prédictions pour 2020

Par Bastien L — 31 décembre 2019 à 14:34
2020 vr ar prédictions

Que nous réserve l’année 2020 pour la réalité virtuelle et augmentée ? Découvrez les principales tendances du marché, les prédictions des experts industriels et les nouveautés les plus attendues…

L’année 2019 a été particulièrement riche pour la réalité virtuelle. Parmi les événements marquants, on peut retenir le lancement triomphal de l’Oculus Quest, la hausse massive des ventes de casques et de jeux VR, ou encore l’entrée sur le marché de Valve avec son casque Index.

À présent, la question qui se pose est de savoir ce que 2020 nous réserve pour l’industrie de la réalité virtuelle et augmentée. Découvrez les principales tendances et les grandes nouveautés attendues pour l’année à venir…

Les dépenses VR / AR atteignent 18,8 milliards $

Selon IDC, les dépenses en réalité virtuelle et augmentée à l’échelle mondiale atteindront 18,8 milliards de dollars en 2020. Ceci représenterait une augmentation de 78,5% par rapport aux 10,5 milliards de dollars anticipés pour cette année. Cette croissance devrait se poursuivre jusqu’en 2023, avec un taux annuel de 77%.

La Chine sera la principale région pour la réalité virtuelle et augmentée, avec 5,8 milliards de dollars dépensés au cours de l’année. On retrouvera ensuite les États-Unis avec 5,1 milliards de dollars. L’Europe de l’Ouest dépensera quant à elle 3,3 milliards de dollars, et le Japon 1,8 milliard. En 2023, l’Europe de l’Ouest devrait dépasser la Chine.

Les cas d’usage commerciaux représenteront près de la moitié des dépenses effectuées l’an prochain. La formation, particulièrement, pourrait représenter 2,6 milliards de dollars. La maintenance industrielle quant à elle pourrait attirer 914 millions de dollars.

Cette croissance devrait aussi continuer d’être menée par le secteur du VR gaming, dont les revenus pourraient atteindre 7 milliards en 2020 et 11,5 milliards en 2025. La réalité virtuelle et augmentée devrait aussi trouver sa place dans les secteurs de la santé et de l’ingénierie. Le marché des logiciels en VR, quant à lui, devrait représenter 24,5 milliards de dollars en 2020.

La révolution des accessoires

En 2019, le passage au sans fil a permis à la réalité virtuelle de faire un grand pas en avant. Ces avancées technologiques devraient se poursuivre en 2020.

Par exemple, le co-fondateur et CEO de BUNDLAR, Matthew Wren, s’attend à voir des améliorations du tracking de mouvement et de la définition d’écran ou même des innovations dans le domaine de l’haptique. Il estime aussi que le Eye Tracking va permettre de générer des données afin d’optimiser les expériences et d’étudier le comportement des usagers dans le virtuel.

En 2019, Valve a frappé un grand coup avec ses contrôleurs Valve Index offrant le suivi de chaque doigt. Ces accessoires permettent une maniabilité plus intuitive et des interactions plus riches. En 2020, les différents constructeurs de casques pourraient s’aligner en proposant des contrôleurs similaires.

Une vague d’accessoires produits par des fabricants tiers devrait aussi déferler. Par exemple, Teslasuit va présenter son gant haptique Glove lors du CES 2020…

Une avalanche de jeux AAA

En 2020, il est peu probable que de nouveaux casques VR révolutionnaires soient lancés sur le marché. Selon David Heaney de UploadVR, la prochaine génération de hardware devrait débuter en 2022.

En revanche, de nombreuses améliorations logicielles devraient être déployées. En outre, l’année 2020 devrait être particulièrement riche en nouveaux jeux vidéo.

On attend notamment le fameux Half-Life : Alyx de Valve pour le mois de mars 2020. Ce jeu au budget AAA devrait représenter un nouveau cap pour le VR gaming et marquer le début d’une nouvelle génération de jeux en réalité virtuelle. De plus, ce titre se présente comme le troisième opus d’une saga culte et devrait donc attirer de nouveaux joueurs dans la VR.

D’autres jeux prévus pour 2020 sont attendus au tournant. On peut citer Lone Echo II, Iron Man VR, Medal of Honor VR, le jeu de bataille royale Population : One ou encore Walking Dead Onslaught et Saints & Sinners tirés de la série éponyme…

De nouveaux casques VR ?

Comme évoqué auparavant, 2020 devrait être une année relativement calme en termes de nouveaux casques VR comparée à 2019. Les leaders du marché comme Facebook, Valve et HTC viennent tout juste de lancer leurs nouveaux casques haut de gamme et il est donc peu probable que de nouveaux modèles soient proposés l’an prochain.

En revanche, il est possible que HTC lance un successeur pour son casque autonome Vive Focus pour mieux concurrencer l’Oculus Quest. En étant optimiste, on peut aussi espérer que Sony lance le PSVR 2 en 2020 même si la firme a déjà prévenu qu’il ne serait pas commercialisé en même temps que la PS5

L’essor de la Social VR

Jusqu’à présent, la réalité virtuelle attirait principalement les gamers et les technophiles. Cependant, à compter de l’année prochaine, même vos parents pourraient délaisser les messageries instantanées sur smartphone et opter pour ce nouveau média.

Grâce, notamment, aux efforts de Facebook, à ses avatars bluffants de réalisme et à sa nouvelle application Horizon, la ” social VR ” pourraient enfin entrer dans les moeurs. En permettant la téléprésence grâce à des avatars, la réalité virtuelle pourrait inciter les utilisateurs à se réunir malgré la distance qui les sépare…

La demande rattrape enfin l’offre

Jusqu’à présent, les ventes de casques VR se sont révélées en dessous des prévisions des fabricants. Cependant, la technologie est désormais mieux connue du grand public et des appareils comme l’Oculus Quest ont de quoi séduire ce dernier.

En 2020, la demande pourrait donc enfin s’aligner avec l’offre. C’est l’avis de Rosario B. Casas, CEO de VR AMERICAS. Ainsi, les développeurs de logiciels et les constructeurs matériel pourront poursuivre leur croissance à un rythme plus soutenu.

La frontière entre casques autonomes et PC s’efface

Jusqu’à présent, le marché des casques VR était divisé entre casques autonomes et casques pour PC. Les casques autonomes sont faciles à utiliser et à transporter, tandis que les casques PC offrent de meilleures performances.

Cependant, cette distinction pourrait progressivement disparaître en 2020. Facebook a déjà lancé l’Oculus Link permettant de brancher l’Oculus Quest à un PC pour jouer aux jeux du Rift. Les autres constructeurs pourraient à leur tour dévoiler des dispositifs similaires…

La VR poursuit sa démocratisation

En 2020, la réalité virtuelle devrait poursuivre sa démocratisation bien entamée en 2019. Selon Michael Boland, fondateur de ARtillery Intelligence, les casques VR autonomes comme l’Oculus Quest et les efforts de Facebook pour réduire les coûts devraient continuer à faciliter l’accès à la VR pour le grand public.

Cette exposition entraînera un cycle vertueux pour la réalité virtuelle aussi bien en tant que produit de consommation qu’en tant qu’industrie. Facebook contribuera donc fortement à la démocratisation de cette technologie.

La VR s’étend en entreprise… et à la maison

Plutôt qu’une explosion de la VR auprès du grand public, les experts s’attendent à assister à son essor en entreprise. Dans le domaine de la formation et de l’éducation, notamment, la réalité virtuelle devrait continue à gagner du terrain.

Des entreprises d’industries comme la médecine, les secours, la fabrication ou le retail devraient se tourner vers cette technologie. De même, les industries l’ayant déjà adoptée telles que l’architecture, l’ingénierie, la construction ou l’immobilier développeront de nouveaux cas d’usage.

À mesure que le prix des casques baisse, les applications de formation en réalité virtuelle ou les boutiques en VR pour le V-commerce devraient également se multiplier au cours de l’année à venir. Les technologies immersives ont donc de beaux jours devant elles en entreprise…

En revanche, Matthew Wren de BUNDLAR estime que le contenu grand public est toujours un peu limité. Il reconnaît toutefois que les choses évoluent. Maintenant que les casques autonomes comme le Quest sont accessibles au plus grand nombre, ce n’est qu’une question de temps pour que le contenu de haute qualité prolifère.

De plus, beaucoup de personnes qui découvrent la VR au travail décident d’acheter un casque pour une utilisation à domicile. L’essor de la VR en entreprise va donc contribuer à sa démocratisation.

VR et éducation

La réalité virtuelle est déjà utilisée dans le domaine de l’éducation, qui constitue l’un de ses principaux secteurs d’application. Cela devrait se poursuivre en 2020.

Selon Willim Griggs de VirtualRealityRental, de plus en plus d’établissements utiliseront la VR pour enseigner différentes matières. Les étudiants pourront notamment se plonger de façon ludique dans l’Histoire antique ou l’anatomie humaine.

En outre, la réalité virtuelle peut aussi permettre d’étudier à distance. Elle pourrait donc ouvrir l’accès à l’université à des personnes qui sont trop éloignées ou isolées. Plutôt que d’avoir à se déplacer, les étudiants pourront assister à un cours par le biais de leur casque VR…

Les premières lunettes AR enfin disponibles

Voilà maintenant plusieurs années que l’on nous promet de pouvoir accéder à la réalité augmentée en portant de simples lunettes plutôt qu’en tenant un smartphone devant son nez. En 2020, les premières (vraies) lunettes AR grand public pourraient enfin être lancées sur le marché.

C’est le fabricant Nreal, avec ses lunettes Nreal Light, qui pourrait être le premier à se lancer sur ce marché. Cet appareil sera compatible avec les différents smartphones équipés de puces Snapdragon 855 ou supérieur, et s’y connectera en USB-C.

Les Nreal Light sont équipées de plusieurs caméras, d’un écran 1080p, et offrent une fonctionnalité de tracking spatial. Le fabricant a noué des partenariats avec China Unicomp, Deutsche Telekom et le Japonais KDDI pour distribuer son produit à 500 dollars à compter de l’année prochaine.

Les applications Android compatibles exploiteront à la fois la technologie de réalité augmentée et le réseau 5G pour proposer des expériences d’un genre nouveau. Les premières démos présentent par exemple un technicien recevant des instructions visuelles sur ses lunettes pour réparer un ordinateur. On peut aussi découvrir un joueur massacrant des zombis en utilisant son smartphone comme contrôleur.

Ces lunettes AR ont le potentiel pour démocratiser la réalité augmentée, de par leur coût relativement abordable et leur design plutôt sobre. En 2020, on pourrait donc enfin voir des gens porter leurs lunettes AR en public. Il ne reste donc qu’à espérer qu’un partenariat soit noué avec un opérateur français.

Par ailleurs, il est probable que d’autres entreprises présentent leurs lunettes AR lors du CES 2020 qui se déroulera début janvier. Ces différents appareils permettront de poser les bases de la réalité augmentée grand public. Par la suite, des géants de la tech tels que Facebook, Apple et Niantic comptent également lancer leurs propres lunettes AR…

Les applications AR se diversifient

Jusqu’à présent, les cas d’usage de la réalité augmentée sont relativement limités. En dehors de jeux comme Pokémon Go, des filtres Snapchat ou de fonctionnalités pratiques comme la navigation en AR sur Google Maps, la technologie peine à révéler son intérêt auprès du grand public.

Les choses pourraient enfin changer en 2020. Avec le lancement des premières lunettes AR grand public comme les Nreal Light, il est probable que de nouveaux cas d’usage voient le jour. On peut aussi s’attendre à ce que les applications en réalité augmentée pour smartphone se diversifient. Les opérateurs, de leur côté, pourraient collaborer avec les développeurs pour créer des expériences AR démontrant le potentiel de la 5G…

L’impact de la 5G

Cela fait bien longtemps que les experts prédisent l’impact positif de la 5G sur la réalité virtuelle et augmentée. En 2020, ces promesses devraient enfin se concrétiser avec le déploiement de ce nouveau réseau mobile.

Par exemple, Sarah Hill, CEO de Healium estime que la 5G et le Edge Computing vont permettre l’apparition d’expériences multi-utilisateurs permanentes.

La convergence entre VR / AR et IoT

Selon Sarah Hill de Healium, les données en provenance d’objets connectés pourront être incorporées dans les expériences VR et AR en 2020. Ceci permettra à l’utilisateur de contrôler les expériences à l’aide des données en provenance de sa smartwatch ou autre wearable.

On peut notamment imaginer des expériences dont le contenu s’altère en fonction des efforts physiques fournis par l’utilisateur, ou encore des jeux d’épouvante qui réagiraient en temps réel au niveau de peur du joueur…

Intelligence artificielle et XR

L’intelligence artificielle et le Machine Learning comptent aussi parmi les technologies émergentes qui vont rythmer les années 2020. Il est donc logique que plusieurs développeurs cherchent à intégrer l’IA et le ML à leurs applications AR.

Par exemple, l’application Google Lens utilise un réseau de neurones pour analyser visuellement ce que l’utilisateur filme avec son smartphone et donner des informations à ce sujet. Ceci permet par exemple d’identifier des plantes, de recevoir des informations sur un tableau dans un musée ou d’identifier des produits pour les acheter en ligne. Cette tendance devrait se poursuivre en 2020.

Ce mariage technologique concerne aussi la réalité virtuelle. En 2020, Maze Theory lancera un jeu VR tiré de la série Peaky Blinders. Ce jeu utilisera l’intelligence artificielle pour réagir de façon réaliste au comportement du joueur…

Conclusion

En conclusion, l’année 2020 devrait permettre à l’industrie de la réalité virtuelle de se consolider et de poursuivre son évolution. En revanche, il ne devrait pas y avoir de véritable révolution comme celle engendrée par l’Oculus Quest en 2019.

Du côté de la réalité augmentée, l’apparition des premières lunettes grand public comme le Nreal Light devrait permettre de poser les bases du marché et d’amorcer la démocratisation de cette technologie.

Bien évidemment, il ne s’agit-là que de prédictions basées sur des éléments déjà connus. Cependant, une bonne surprise n’est jamais à exclure et nous espérons de tout coeur que les acteurs du marché sauront nous émerveiller et nous prendre au dépourvu. En attendant, la rédaction de realite-virtuelle.com vous souhaite une excellente année à tous !

Cet article Réalité virtuelle et augmentée : tendances et prédictions pour 2020 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☑ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

HaptX lève des fonds pour sa prochaine génération de gants haptiques

Par Pierrick LABBE — 21 décembre 2019 à 18:09
HaptX levée de fonds

Le producteur de gants haptiques vient d’annoncer avoir levé 12 millions de dollars lors d’un cycle de financement de série. Ces fonds permettront à HaptX de produire une nouvelle génération, très prometteuse, de gants haptiques.

Le développeur de gants haptiques est très connu dans le monde de la réalité virtuelle car il propose des accessoires permettant un ressenti du toucher et une meilleure immersion dans la VR. Après ce premier essai, la firme américaine souhaite aller encore plus loin dans la finesse des ressentis avec une nouvelle génération de gants. Cependant, l’entreprise avait besoin de lever des fonds pour cela et c’est désormais chose faite. La firme de Seattle a aussi signé un partenariat intéressant avec Advanced Input Systems. Explications…

HaptX lève 12 millions de dollars pour la nouvelle génération de gants

Le financement de la série A porte le financement total de l’entreprise à 19 millions de dollars. Le tour comprenait la participation les investisseurs existants NetEase et Amit Kapur de Dawn Patrol Ventures, et a été rejoint par de nouveaux investisseurs. Fondé en 2012 (alors connu sous le nom d’AxonVR), HaptX s’est concentré sur la création de gants haptiques pour une utilisation en réalité virtuelle, en formation et en robotique.

HaptX indique que le financement financera la production de la prochaine génération de gants. « Au cours de la dernière année, nous avons eu des dizaines d’entreprises de classe mondiale qui ont piloté avec succès notre kit de développement de gants HaptX », a ainsi déclaré Jake Rubin, le fondateur et PDG de l’entreprise avant d’ajouter : « Grâce à ce partenariat stratégique fondamental et à de nouveaux capitaux, nous sommes bien placés pour augmenter la production afin de répondre à une demande en croissance rapide ».

L’entreprise américaine a déjà travaillé avec des sociétés telles que Nissan pour apporter une touche à ses prototypes de véhicules virtuels, Fundamental Surgery pour soutenir ses gants dans la plate-forme de formation médicale VR de la société, et All Nippon Airways, Tangible Research et Shadow Robot Company pour intégrer HaptX dans un robot de téléprésence. Jeff Bezos a également apparemment pensé que l’expérience était également assez convaincante, Le patron d’Amazon l’a effectivement qualifiée de « vraiment impressionnante » dans une démo récente à voir ci-dessous.

Cet article HaptX lève des fonds pour sa prochaine génération de gants haptiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Qualcomm Snapgragon XR2 : les casques VR et AR passent à la 5G

Par Bastien L — 6 décembre 2019 à 18:29
qualcomm snapdragon xr2

Qualcomm annonce le Snapdragon XR2 : la deuxième génération de sa puce conçue pour les casques de réalité virtuelle et augmentée. Ce nouveau composant apporte un gain massif de performances, mais aussi l’intégration de la 5G et la prise en charge d’un maximum de sept caméras…

Qualcomm est actuellement le leader du marché des processeurs pour casques VR et AR autonomes. On retrouve notamment ses puces dans les casques Oculus Quest, Oculus Go, HTC Vive Focus, HoloLens 2, Lenovo Mirage Solo et bien d’autres.

La plupart de ces appareils embarquent des puces initialement pensées pour les smartphones. Cependant, en 2018, la firme américaine a lancé son Snapdragon XR1 : la première puce spécialement conçue pour les casques de réalité virtuelle et augmentée.

À présent, Qualcomm vient d’annoncer sa nouvelle puce Snapdragon XR2 5G dédiée aux casques de réalité virtuelle et augmentée autonomes. Contrairement à la XR1 qui s’adressait principalement aux casques bas de gamme, cette seconde mouture est destinée aux casques haut de gamme. On pourrait donc la retrouver sur de futurs appareils tels que l’Oculus Quest 2 ou le Magic Leap 2.

En termes de performances, le XR2 surpasse largement le Snapdragon 835 que l’on retrouve dans la plupart des casques VR autonomes actuels tels que le Quest. Les performances CPU et GPU ont été doublées, la capacité de rendement de pixels pour la vidéo a été multipliée par 4, et la définition par oeil multipliée par six. Elle permet donc la prise en charge des écrans de définition 3Kx3K à 90Hz.

Qualcomm Snapdragon XR2 : une puce pensée pour les casques VR / AR autonomes haut de gamme

Au-delà de ce gain de performances, la plateforme est optimisée pour répondre aux besoins des casques VR et AR. Par exemple, les casques équipés de ce nouveau composant pourront prendre en charge jusqu’à 7 flux caméras pour le tracking de l’utilisateur et de son environnement. Auparavant, la XR1 ne supportait que quatre flux vidéos simultanés.

Le tracking va donc pouvoir être considérablement amélioré sur les futurs casques autonomes. Par exemple, avec trois caméras supplémentaires, le prochain Oculus Quest pourrait suivre les yeux, la bouche, ou même les jambes de l’utilisateur.

Une fonctionnalité de pass-through vidéo à faible latence pourrait également améliorer l’expérience pass-through proposée par des appareils comme le Quest. Il serait donc possible de combiner la réalité virtuelle à la réalité augmentée, à la manière du casque pour PC Varjo XR-1 tarifé à 10 000 dollars.

Le traitement par intelligence artificielle est lui aussi fortement amélioré avec cette nouvelle puce. Par rapport au Snapdragon 835, la vitesse de traitement a été multipliée par 11. Là encore, les performances de tracking pourraient s’en trouver fortement améliorées.

Cependant, la principale nouveauté de cette puce XR2 est bien évidemment l’intégration de la 5G. Les casques autonomes pourront donc profiter d’une bande passante supérieure, et d’une connectivité mobile à très faible latence. Ceci permettra de profiter d’une connexion similaire à celle du WiFi, même en étant connecté au réseau mobile.

Au premier semestre 2020, Qualcomm dévoilera la nouvelle version de son design de référence basé sur la XR2. Les constructeurs pourront se baser sur ce design pour développer leurs propres casques de réalité virtuelle et augmentée autonomes. Les premiers modèles devraient être lancés dans le courant du second semestre 2020. Lors de cette conférence, Qualcomm a également annoncé un partenariat avec Niantic autour d’un casque de réalité augmentée…

Cet article Qualcomm Snapgragon XR2 : les casques VR et AR passent à la 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

La Chine veut censurer la VR pour lutter contre les Deepfakes

Par Bastien L — 4 décembre 2019 à 17:42
chine vr censure

Le gouvernement chinois annonce de nouvelles mesures pour lutter contre les « Fake News » et les « DeepFakes ». Désormais, il sera strictement interdit de créer du contenu frauduleux à l’aide de l’intelligence artificielle ou de la réalité virtuelle…

Les régulateurs chinois de la Cyberspace Administration of China (CAC) viennent d’annoncer de nouvelles règles concernant les jeux vidéo et le contenu audio publié en ligne. À compter du 1er janvier 2020, la publication et la distribution de « Fake News » créé à l’aide de technologies comme la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle seront strictement interdites.

Par ailleurs, toute utilisation de l’intelligence artificielle ou de la réalité virtuelle devra être clairement signalée et mise en avant. Quiconque ne se pliera pas à ces règles sera considéré comme un criminel.

La Chine craint les dégâts causés par les DeepFakes

Le CAC s’étend particulièrement sur les problèmes potentiels causés par les « deepfakes » : ces vidéos ultra-réalistes créées à l’aide de l’IA pour faire dire ou faire n’importe quoi à une personne. Selon l’organisme, « les Deepfakes peuvent mettre en danger la sécurité nationale, la stabilité et l’ordre social, et enfreindre les droits des autres citoyens ».

En début d’année 2019, le gouvernement chinois avait d’ailleurs annoncé son intention de rendre la technologie deepfake totalement illégale. En septembre, une application nommée Zao et permettant d’échanger son visage avec celui d’une star grâce au deepfake avait été téléchargée par plusieurs millions de Chinois.

Le lien entre les deepfakes et la réalité virtuelle n’est pas clairement établi, mais il semble clair que la Chine préfère surveiller et contrôler le contenu produit avec toutes les nouvelles technologies pour éviter tout risque de dérives…

Cet article La Chine veut censurer la VR pour lutter contre les Deepfakes a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Black Friday VR : les meilleurs bons plans pour la réalité virtuelle

Par Bastien L — 29 novembre 2019 à 13:10
black friday vr 2019

C’est le grand jour ! Le Black Friday prend place ce 29 novembre 2019, et de nombreuses offres très intéressantes sont proposées pour les jeux VR et les casques Oculus, HTC Vive et PSVR. Découvrez tous les meilleurs bons plans à ne pas manquer pour la réalité virtuelle !

Directement importé chez nous depuis les États-Unis, le Black Friday est en quelque sorte la grande fête du capitalisme. Même si cette journée dédiée à la consommation représente un véritable fléau pour l’environnement (oui, on tient à le rappeler), il serait dommage de passer à côté des nombreux bons plans proposés pendant cette journée si certains des produits que vous convoitez sont disponibles à prix réduit.

Sans se laisser aller à acheter n’importe quoi juste parce que « ça ne coûte pas cher », il reste judicieux de commander aujourd’hui plutôt qu’un autre jour de l’année. Afin de vous aider à profiter intelligemment et raisonnablement du Black Friday, nous avons rassemblé pour vous les meilleures offres pour les casques VR et les jeux en réalité virtuelle…

Les meilleurs bons plans Oculus pour le Black Friday 2019

Les différents casques VR Oculus de Facebook sont proposés à prix réduit pour le Black Friday. Tout d’abord, l’excellent casque autonome Oculus Quest, désormais considéré comme la référence du marché, est disponible chez Boulanger, la FNAC et Amazon avec une réduction de 50 euros. Le modèle 64Go est donc proposé pour 399 euros au lieu de 450 euros, tandis que la version 128Go est tarifée à 499€ au lieu de 550 euros. Notons que seule la version 128Go fait l’objet d’une promotion sur Amazon.

Le casque pour PC Oculus Rift S est également disponible pour un prix réduit à hauteur de 50 euros. Là encore, cette promotion est proposée sur la FNAC, Boulanger et Amazon. Vous pouvez donc choisir entre le casque autonome Quest ou le casque pour PC Rift S’en fonction de vos préférences.

Pour les petits budgets, le casque autonome Oculus Go est lui aussi en promotion chez la FNAC, Boulanger et Amazon. Son prix passe de 219 € à 169 € pour la version 32 Go, et de 269 € à 219 € pour la version 64 Go.

Les meilleurs bons plans HTC Vive pour le Black Friday 2019

HTC Vive, le grand rival d’Oculus, a choisi de prendre les devants en proposant lui-même des offres Black Friday sur son écosystème de casques VR. Jusqu’au 2 décembre 2019, les différents casques et accessoires du constructeur taïwanais font l’objet de promotions intéressantes sur la boutique en ligne française.

Le nouveau casque pour PC HTC Vive Cosmos est proposé pour 699€ au lieu de 799€, tandis que le casque VR pour professionnels Vive Pro est disponible pour 679€ au lieu de 879€. Le Vive Pro Starter Kit avec contrôleurs et stations de tracking SteamVR 1.0 est tarifé à 899€ au lieu de 1199€, et le full kit avec les contrôleurs et les stations SteamVR 2.0 à 1199€ au lieu de 1399€.

Ces quatre offres sont proposées avec un abonnement de 12 mois gratuit à la plateforme Infinity, d’ordinaire tarifé à 119 euros. Cette plateforme vous permet d’accéder en illimité à un vaste catalogue regroupant les meilleurs jeux vidéo en réalité virtuelle.

L’adaptateur sans fil pour casque Vive et son kit de fixation, quant à eux, sont disponibles pour 354€ soit une économie de 50 euros. Pour ce prix, un abonnement deux mois à la plateforme Infinity est offert.

Cependant, la promotion la plus intéressante concerne le bundle regroupant le Vive Pro Eye (avec fonctionnalité de eye-tracking) et l’adaptateur sans fil Vive Pro. Ce pack est proposé pour 1719€, au lieu de 2069€. Ceci représente donc une économie de 350€. Là encore, l’abonnement de 12 mois à la plateforme Infinity est offert.

Les meilleurs bons plans Playstation VR pour le Black Friday 2019

Si Oculus et HTC dominent largement le marché des casques VR pour PC, le véritable « king » de la réalité virtuelle n’est autre que Sony avec son PlayStation VR écoulé à plus de 4 millions d’exemplaires depuis son lancement en 2016. Sans surprise, cet appareil de référence fait l’objet de promotions Black Friday chez plusieurs revendeurs.

Chez Cdiscount et Amazon, le bundle regroupant le PSVR, sa caméra et la compilation VR Worlds est ainsi proposé pour 189,99€ au lieu de 299,99€ à l’accoutumée. Ceci représente donc une réduction non négligeable de 110€.

Cependant, l’offre la plus intéressante est mise en place par Cdiscount. La plateforme propose en effet une promotion sur le MegaPack 2 regroupant le PSVR, la caméra et les jeux Skyrim VR, AstroBot, Everybody’s Golf, Resident Evil 7 et VR Worlds. Ce bundle alléchant est affiché à 219,99€, au lieu de son prix habituel de 329,99€. Une offre à ne pas manquer !

Les jeux VR de Survios disponibles à -75%

Maintenant que vous avez choisi votre casque VR, il ne reste plus qu’à vous procurer les meilleurs jeux en réalité virtuelle. Ça tombe bien : le studio Survios, à qui l’on doit plusieurs des meilleurs jeux VR, organise une vaste opération de promotions sur son catalogue pour le Black Friday.

Jusqu’au 2 décembre 2019, tous les jeux du développeur sont proposés sur Steam pour un peu moins de 10€. Ceci concerne donc les jeux Raw Data, Creed : Rise to Glory, Sprint Vector, Battlewake et Electronauts. L’économie réalisée va de 50% pour Electronauts à 75% pour Raw Data.

Sur Oculus Store, le jeu Battlewake pour Rift est disponible à 14,99€ au lieu de 29,99€ soit une réduction de 50% jusqu’au 30 novembre 2019. Par la suite, jusqu’au 3 décembre 2019, les jeux Raw Data, Electronauts et Sprint Vector seront eux aussi proposés avec une réduction de 50%.

Enfin, sur le PlayStation Store, le jeu Battlewake est également proposé en promotion. Cette fois, le tarif affiché est de 15,99€ au lieu de 24,99€. L’économie réalisée s’élève donc à 33%.

Cet article Black Friday VR : les meilleurs bons plans pour la réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☑ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

[ITW] Laurent Chrétien, directeur du Laval Virtual, aux VR Days 2019

Par Bastien L — 28 novembre 2019 à 18:26
laurent chretien laval virtual 2019

Dans le cadre du salon VR Days 2019, organisé à Amsterdam du 13 au 15 novembre, nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec Laurent Chrétien : directeur général de l’association Laval Virtual qui a co-organisé l’événement. L’occasion de revenir ensemble sur le long chemin parcouru par l’industrie de la VR depuis cinq ans…

Les VR Days 2019 prenaient place à Amsterdam du 13 au 15 novembre, pour une cinquième édition particulièrement réussie. Cet événement célébrait le premier « Lustrum » de la réalité virtuelle : un cycle de cinq ans débuté avec la première édition du salon en 2014, coïncidant aussi avec l’acquisition d’Oculus par Facebook. Dans ce contexte, nous avons interrogé Laurent Chrétien, directeur général de Laval Virtual, sur sa vision quant à la fin de ce cycle…

De quelle façon Laval Virtual est-elle impliquée dans l’organisation des VR Days ?

Ça fait maintenant quatre ans qu’on se connaît, lors de leur venue à Laval Virtual et on a décidé de coopérer ensemble sur la co-animation de nos cycles de conférences respectifs sur 2017 et 2018. Pour 2019, nous avons décidé conjointement d’aller plus loin.

Du coup, l’implication de Laval Virtual dans l’organisation des VR Days cette année a dépassé le stade des conférences. Notre équipe s’est occupée de l’intégralité du cycle de conférence qui a lieu pendant l’expo au Kromhouthal, et nos équipes ont participé très activement à la commercialisation de l’exposition.

Quel est lobjectif de cet événement ? De quelle façon sinscrit-il dans la stratégie de Laval Virtual ?

L’objectif de l’événement, ici à Amsterdam depuis 5 ans, est d’essayer de réunir la communauté VR / AR, aussi bien les faiseurs que les utilisateurs avec peut-être ici une connotation plus « contenu » qu’à Laval où nous sommes plus orientés « techno ». Les deux événements se complètent donc plutôt bien.

Tout comme pour Laval Virtual, le but est aussi de faire rayonner la ville de Laval. C’est aussi un excellent moyen de capitaliser nos réseaux relationnels, nos expériences et de se faire progresser mutuellement.

Quels sont les principaux changements par rapport à l’édition 2018 ?

Il n’y a pas énormément de changements. La partie forum investisseurs qui était auparavant sur le site de l’expo prend maintenant place au Théâtre DeLaMar en même temps que la conférence et je pense que c’est beaucoup mieux, car il y a plus d’investisseurs à la conférence qu’à l’exposition.

Il y a aussi une augmentation du nombre de conférences sur le lieu de l’exposition demain, et surtout une croissance de 30% sur le nombre d’exposants. Si on maintient ce taux de croissance pendant trois ou quatre ans, les VR Days arriveront au niveau de Laval Virtual.

Cependant, il ne faut pas toujours chercher à grossir la taille des événements. Dans le cas contraire, on risque de perdre l’âme. C’est d’ailleurs le choix qu’on a fait à Laval et qu’on fera sûrement ici à Amsterdam pour les VR Days.

Cet événement est placé sous le signe du « lustrum », selon vous est-ce un cycle qui se termine pour la VR ?

Spontanément je dirais que non, c’est plutôt une continuité, mais effectivement on arrive peut être à la fin de l’introduction. Les lunettes et visiocasques arrivent à une certaine maturité, des écosystèmes d’acteurs qui produisent du contenu de qualité en Europe se construisent, il n’y a plus d’enjeu sur la capacité à construire des choses.

En revanche il reste des enjeux sur les modèles économiques, notamment sur la partie « contenu ». L’autre chose qui va se passer dans les mois ou les années à venir, c’est que la réalité virtuelle va s’effacer en termes de technologie « évidente » pour se mélanger avec l’intelligence artificielle, la blockchain, la robotique, l’Internet des Objets, etc.

Dans le concept du « lustrum » il y a aussi la notion de sacrifice. Est-ce que vous pensez quil a fallu des sacrifices pour que lindustrie de la VR se développe ?

Oui, je pense qu’il a fallu faire des sacrifices au sens abnégation, au sens foi dans la technologie, au sens investissement. Des sacrifices de temps, de finances, d’énergie. Ce qu’on fait à Laval Virtual en est un exemple : les collectivités ont porté à bout de bras un événement pendant presque 15 ans sans qu’il soit absolument rentable.

Et puis progressivement, le marché a commencé à se développer, à exploser et a permis la croissance qu’on connaît à Laval Virtual et qu’on essaye de partager avec les acteurs comme les VR Days qu’on apprécie.

Va-t-on selon vous vers une démocratisation de la VR ?

On y va. Plus lentement que ce que les constructeurs aimeraient, mais on y va. Les déploiements auprès du grand public et en entreprise sont encore limités, mais ils se poursuivent. Ce sont d’ailleurs pour moi les ESN telles que Capgemini ou Accenture qui seront capables de déployer massivement en entreprise.

D’autres facteurs sont intéressants pour la démocratisation comme la standardisation. Par exemple, le Khronos Group y travaille avec son standard OpenXR. Bientôt, il sera possible d’utiliser n’importe quel contenu avec n’importe quel masque et cela va faire beaucoup de bien à l’industrie.

Il reste des freins pour le grand public, comme l’isolement que confère le masque qui constitue un frein psychologique très fort. Pour y remédier, les jeux et services grands publics sociaux, collaboratifs, avec le déploiement de la 5G et des Clouds VR / AR vont aider à transgresser ce frein.

Nous n’y sommes pas encore. D’ici 10 à 15 ans, on peut s’attendre à ce que le casque VR soit aussi utilisé que le smartphone par tout un chacun. Une habituation naturelle va se faire en entreprise et passer au grand public.

Laval Virtual 2019

Beaucoup d’analystes prédisent un essor de la réalité augmentée au détriment de la VR. Quen pensez-vous ?

Technologiquement, la réalité augmentée est un peu en retard par rapport à la VR. La superposition d’éléments virtuels sur le réel n’est pas si simple que ça à réaliser et à organiser dans l’environnement. Alors que quand on est en réalité virtuelle, on est en réalité virtuelle, immergé dans un univers virtuel.

Néanmoins, en entreprise, la réalité augmentée a effectivement beaucoup plus de potentiel que la réalité virtuelle. Ça ne répond pas aux mêmes usages, même si les contenus en temps réel sont les mêmes, les cas d’application ne sont pas les mêmes.

Par exemple pour les formations la réalité augmentée va permettre les formations simples et massives, tandis que la réalité virtuelle permet des formations plus complexes, mais individuelles. Pour le grand public, en revanche, les deux technologies devraient profiter d’un développement fort.

Ici, aux VR Days, la réalité augmentée est moins présente, car il s’agit d’un événement historiquement orienté VR et plutôt sur le contenu. Cependant, cela devrait s’hybrider progressivement.

Selon vous, la France peut-elle compter parmi les leaders de l’industrie de la VR ?

La France, aux côtés des États-Unis ou du Japon, compte parmi les pionniers de la réalité virtuelle. Quelle que soit la technologie, toutefois, nous avons rarement été des pros du hardware. Nous avons donc un peu laissé échapper les startups hardware même si nous en avons régulièrement qui tentent leur chance et qui, je l’espère, réussiront à se démarquer.

Côté software, on a quelques belles réussites. Cependant, c’est surtout côté applicatif que nous sommes très forts et que nous avons un grand rôle à jouer. On est imaginatif et on sait développer correctement. Ceci représente un véritable eldorado, car nous n’avons exploré que la surface de ce qu’il est possible de faire de la réalité virtuelle.

On essaye d’aider les startups à la modeste échelle de Laval Virtual, via nos événements internationaux ou en travaillant avec Business France sur des programmes de développement de marché international. Les VR Days et Laval Virtual Asia participent aussi à cette démarche d’aider les startups françaises à exporter, à rencontrer de nouveaux marchés.

À Laval, le Laval Virtual Center est un formidable outil d’accélération pour les startups si elles le souhaitent. On est capables de leur faire gagner beaucoup de temps sur leurs marchés et sur les technologies parce que nous avons beaucoup de matière là-dessus, beaucoup d’expérience et des ingénieurs forts.

Quel futur pour la réalité virtuelle ? L’année prochaine et au-delà ?

Tout dépend à quel horizon on se place. À court et moyen terme, on peut attendre un déploiement massif pour très bientôt. C’est en train de prendre, on peut le voir à différentes échelles : sur un territoire comme le nôtre où de plus en plus de PME travaillent avec ces outils, et puis on commence à le sentir avec les ESN qui nous consultent de plus en plus pour accompagner leurs clients, les aider et les inspirer pour développer du cas d’usage massif.

Par la suite, il y aura probablement une convergence entre les lunettes de réalité virtuelle et les lunettes de réalité augmentée, avec la possibilité de passer du réel au virtuel instantanément. Cependant, je pense que l’aboutissement, d’ici 50 ans ou même 100 ans, sera que l’on aura plus besoin de device et que l’on s’immergera dans le virtuel via une connexion directe au cerveau

Cet article [ITW] Laurent Chrétien, directeur du Laval Virtual, aux VR Days 2019 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌