Collanews

🔒
☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Un moteur de jeu dans votre navigateur : gadget ou révolution ?

Par : Shadows — 4 juin 2020 à 11:59

L’équipe du moteur de jeu libre et gratuit Godot vient d’annoncer une belle surprise : grâce au sponsoring de la fondation Mozilla (également responsable de Firefox), l’éditeur de Godot 4.0 va être accessible directement dans un navigateur web, sous forme d’application HTML.

L’annonce explique que la version web a été rendue possible grâce aux dernières avancées des standards du web, et a plusieurs avantages théoriques :

  • une barrière d’entrée plus faible pour les nouvelles personnes utilisant le moteur, puisqu’il deviendra possible de tester l’éditeur sans rien installer ;
  • l’éditeur web étant lui-même conçu comme un jeu Godot, ses améliorations se retrouveront aussi dans le support de l’export HTML5 pour les projets créés avec Godot ;
  • enfin, la fin de l’installation rend possible un usage dans des cas où l’installation d’un logiciel est exclu, comme sur des tablettes ou ordinateurs appartenant à une école : de quoi s’implanter plus facilement dans le secteur de l’éducation.

Attention, il s’agit bien ici d’une option : l’équipe Godot est très claire sur ce point, l’éditeur natif reste à l’ordre du jour et restera le coeur du produit.

Enfin, une démonstration est d’ores et déjà accessible en ligne. Il vous faudra disposer d’un navigateur reposant sur Chromium ou de Firefox Nightly pour accéder à ce prototype. L’annonce donne quelques conseils d’usage et liste les limitations actuelles, ainsi que les améliorations à venir.

Dans l’ensemble, cette nouvelle nous semble positive pour Godot. N’ayant pas vocation à être un compétiteur frontal de Unity ou Unreal, il doit trouver des atouts alternatifs pour se faire une place. Cette version web pourrait bien en être un, et facilitera faciliter les ateliers de découverte ou game jams autour du produit.

L’article Un moteur de jeu dans votre navigateur : gadget ou révolution ? est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Substance, Akeytsu et PopcornFX se présentent en vidéo

Par : Shadows — 4 juin 2020 à 11:03

Game Only, association destinée à fédérer l’industrie du jeu vidéo dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, a récemment organisé une vidéoconférence autour de trois solutions françaises utiles pour les studios de développement.

L’enregistrement vidéo de la présentation est désormais en ligne. Au menu :

  • 2:19 : lmes outils Substance d’Adobe, pour le texturing, avec une démo par le technical artist Guillaume Meyer ;
  • 51:28 : côté rigging et animation, le logiciel Akeytsu avec une démo par le technical artist Etienne Beschet ;
  • 1:42:18 : enfin, place aux particules avec Maxime Dumas, chief technology officer de l’outil PopcornFX.

L’article Substance, Akeytsu et PopcornFX se présentent en vidéo est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Raytracing temps réel : un concours chez NVIDIA

Par : Shadows — 3 juin 2020 à 17:09

NVIDIA a lancé la seconde édition de son NVIDIA DXR Spotlight, un concours destiné aux développeurs indépendants afin de les encourager à expérimenter avec le DirectX Raytracing (DXR) de Microsoft.

Votre mission : d’ici le 26 juin, créer une démo technique s’appuyant sur DXR et Unreal Engine (4.24 ou supérieur). Reflets, occlusion ambiante, illumination globale ou ombres : le choix de l’usage de DXR est libre.

Le podium sera décidé par des experts issus de NVIDIA, Microsoft et Epic Games, et les vainqueurs remporteront ordinateurs portables, cartes graphiques.

Le site du concours vous donnera tous les détails. Pour vous donner une idée du niveau, voici les participations de l’an passé :

Christian Hecht – première place de l’édition 2019
Alden Filion – 2ème place
Opus Visual – 3ème place

L’article Raytracing temps réel : un concours chez NVIDIA est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Lenovo va proposer Linux sur ses ThinkStation

Par : Pierre Lecourt — 3 juin 2020 à 16:34

Au choix, Windows 10, Ubuntu LTS ou Red Hat Enterprise. L’achat d’une Lenovo ThinkStation, qu’il s’agisse d’une machine portable ThinkPad ou d’un engin de bureau de la gamme P, offrira le choix du système d’exploitation.

Lenovo ThinkStation P330 Tiny

Cela veut dire que non seulement les machines pourront être achetées sans licence de Windows et leur coût additionnel mais aussi et surtout que Lenovo va assumer un support complet et certifié pour Ubuntu comme pour Red Hat. Cela se traduira sûrement par un choix de composants adaptés pour une compatibilité Linux maximale dès la conception de l’engin. Une très bonne nouvelle qui assurera aux acquéreur la possibilité de basculer d’une licence Windows à un système libre dans le temps en cas de fin de support par exemple.

Reste a savoir quels outils seront mis en place par la marque pour assurer ce support. La marque parle d’un support en ligne et de forums dédiés. Pas de hotline ? Probablement pas : le niveau de compétence demandera un investissement important en formation pour atteindre un support téléphonique de qualité. Lenovo indique également qu’il travaillera en amont de la création de ses machines en proposant des pilotes tout en facilitant leur implantation dans les distributions LTS. Un choix qui profitera donc aux utilisateurs en leur assurant un support à très long terme mais également aux autres distributions qui pourront profiter du même noyau.
Evidemment cela ne permettra pas a Lenovo de contourner les restrictions existantes de constructeurs tiers sur des circuits propriétaires : Wifi, chipsets de carte mère ou circuit graphiques ne seront pas libérés pour autant.

Les ThinkStation P de Lenovo font clairement partie d’un mouvement de fond autour de Linux. De plus en plus de marques s’intéressent a développer des branches de machines complètes ou des références sous logiciel libre. 

Source : Lenovo

Lenovo va proposer Linux sur ses ThinkStation © MiniMachines.net. 2020.

☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts

Par : Shadows — 3 juin 2020 à 12:16

Si son cas est moins polémique que celui de la prélogie Star Wars, le film Blade Runner a lui aussi subi quelques retouches par rapport à sa version d’origine. Outre de multiples déclinaisons du long-métrage (avec ou sans voix-off, avec ou sans licorne et même avec ou sans violence), le Final Cut sorti en 2007 a fait l’objet de changements délibérés allant au-delà de la simple restauration.
Au menu, entre autres : une retouche de la bouche d’Harrison Ford afin que les mouvements des lèvres collent avec l’enregistrement audio fait ensuite en studio, mais aussi le remplacement de la tête d’une cascadeuse.

Thomas Martin, qui avait pu se rendre à la View Conference 2019 en partenariat avec 3DVF, en avait ramené une interview de Trent Claus du studio Lola VFX, qui a travaillé sur la restauration 4K du film : il nous présente aujourd’hui une vidéo dédiée sur le sujet.

Bien évidemment, ces changements pourraient soulever des critiques chez les fans, sur le modèle des modifications imposées par George Lucas sur Star Wars. Il n’en est rien, sans doute pour deux raisons : tout d’abord, la version d’origine (version cinéma US de 1982) est généralement considérée comme inférieure à la Final Cut, avec sa voix off et sa fin. Ensuite, et surtout, contrairement au cas Star Wars, les rééditions vidéo successives de Blade Runner n’ont jamais été avares de bonus, et la norme des éditions collector a toujours été de proposer de multiples versions du film. L’édition 35ème anniversaire contient ainsi les versions cinéma US et internationale, la Director’s Cut, une version de travail et enfin la Final Cut.
De quoi contenter tous les fans, mais aussi d’éviter de faire disparaître les anciennes versions. Un choix que l’on souhaiterait voir plus souvent.

L’article Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous !

Par : Shadows — 2 juin 2020 à 19:14

La coopérative de production audiovisuelle Rainbox Productions a lancé une campagne de financement participatif afin de poursuivre le développement de ses outils libres et gratuits.

Vous connaissez sans doute Duik, outil pour After Effects facilitant l’animation (de personnages en particulier). Très populaire, Duik génère de l’ordre de 1000 téléchargements par jour.
Derrière cette solution, on retrouve Rainbox Productions, qui travaille également sur d’autres outils tels que Dume (encodeur se voulant rapide et polyvalent) ou Ramses (gestionnaire d’assets).

Tous ces outils ont vocation à rester libres et gratuits, mais demandent évidemment du temps et des ressources pour se développer. Rainbox cherche par exemple à ajouter des fonctionnalités à Duik, mais aussi à le proposer pour Blender. En outre, l’équipe a de nombreuses idées d’utilitaires pouvant faciliter la vie des studios.

D’où une campagne de financement participatif. Celle-ci a d’ores et déjà dépassé son objectif de base, mais tout financement supplémentaire est bon à prendre, d’autant qu’au-delà de certains montants, des outils supplémentaires pourront être lancés.

Pour plus d’informations :
Outre la page de la campagne, n’hésitez pas à faire un tour sur le site Rainbox et son lab dédié aux logiciels.

L’article Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous ! est apparu en premier sur 3DVF.

☑ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Suppressions d’emplois, réorientation et démission chez Magic Leap

Par : Shadows — 2 juin 2020 à 10:41

Lancée en 2010, la société Magic Leap promettait de révolutionner le secteur de la réalité virtuelle/augmentée/mixte. Sa promesse : un système permettant de mêler images virtuelles et réel de façon particulièrement réaliste.
Avec une campagne de communication efficace, elle a su créer des attentes énormes et multiplier les levées de fonds : plus de deux milliards de dollars auprès d’investisseurs variés, dont Alphabet (maison mère de Google).

10 ans plus tard, la révolution annoncée n’a pas eu lieu. Le Magic Leap One dévoilé en 2017 et au prix élevé, n’a pas eu l’impact commercial espéré.

Magic Leap annonce désormais se recentrer sur le secteur professionnel : la fin d’ambitions grand public sonne comme un échec cuisant. Pour expliquer ce revirement, le communiqué évoque notamment la crise actuelle qui a rendu les investisseurs frileux : moins de capitaux, moins d’investissements à long terme. Magic Leap, qui affirme garder toute sa confiance dans son propre potentiel à long terme, choisit une approche focalisée sur « les opportunités de chiffre d’affaire à court terme », et donc les entreprises.

Ce revirement s’accompagne de licenciements. Si Magic Leap préfère pudiquement ne pas en révéler le nombre, Bloomberg indique qu’il s’agit de 1000 personnes environ, soit la moitié des effectifs. A noter, la suppression d’une centaine de postes liés à l’animation : rappelons en effet que Magic Leap produisait du contenu de type divertissement pour ses propres produits, et avait un partenariat avec Weta Workshop. Les studios dédiés, chez Weta comme chez Magic Leap, sont donc supprimés.

Enfin, suite à ces multiples annonces, le fondateur Rony Abovitz annonce désormais qu’il quitte son poste. Il assurera la transition le temps de trouver un nouveau CEO. Son rôle futur est incertain : l’annonce évoque un possible rôle de conseiller au sein de l’équipe dirigeante.

L’article Suppressions d’emplois, réorientation et démission chez Magic Leap est apparu en premier sur 3DVF.

☑ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Face aux conséquences de la pandémie, Mill Film et Mr. X s’unissent

Par : Shadows — 2 juin 2020 à 09:41

Mill Film, entité du groupe Technicolor, n’est plus. Citant comme raison principale les conséquences de la pandémie avec « un marché du cinéma changeant » et « de nombreux projets suspendus indéfiniment », Technicolor annonce la fusion de Mill Film au sein de son studio d’effets visuels Mr. X.
Mill Film, à ne pas confondre avec The Mill (également un studio VFX du groupe Technicolor), avait été lancée en 2018 en tant qu’unité dédiée au long-métrage.

Les studios de Toronto, Montréal, Adélaïde et Bangalore restent ouverts. L’entité résultant de la fusion s’attaquera sans surprise à la fois au marché du film et de la série.

Cette annonce fait suite, ces dernières semaines, à la destruction de centaines d’emplois au sein de différentes entités du grouper Technicolor (Mill Film, Mr. X mais aussi MPC).

Voici l’annonce complète du côté de Mill FIlm :

Effective today, Mill Film will be merging with MR. X. COVID-19 is changing the entertainment industry, the theatrical market is being re-imagined and many projects are currently on hold indefinitely. The merger is a direct and necessary response to align to the changing needs of the industry and creative partners, as productions begin again, and as the entertainment industry looks to move forward. The merger will bring together expertise and creativity from both brands into a stronger united front as the industry faces unprecedented times.  

The newly combined, expanded studio will service clients across both film and episodic. Laura Fitzpatrick, MD of Mill Film, will move into a Managing Director role at MR. X, based in Montreal, with Dennis Berardi, founder of MR. X, assuming the position of Creative Director for the studio.

The combined legacy of both studios serves as the foundation for MR. X going forward. The expansion of the studio’s talent pool paves the way for the team to share knowledge and best practices for delivering projects of all genres, formats and mediums.

Thanks to each and every one of our crew members who have been a part of the Mill Film journey so far. All studios will remain open in Montreal, Adelaide and Bangalore.

Et la brève annonce chez Mr. X :

L’article Face aux conséquences de la pandémie, Mill Film et Mr. X s’unissent est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Par : Matrox Media Relations — 1 juin 2020 à 23:45

Matrox UK Announces AVIXA-Certified, AV-over-IP Educational Webinar Series Starting May 26, the Matrox Knowledge Net training program offers AV professionals insight into the latest topics, trends, and best practices in networked AV  Montreal — 21 May 2020 — Matrox® is pleased to announce the 2020 Matrox Knowledge Net AV-over-IP Training Program: a free, five-part online ...

The post appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Le journal du lapin

macOS et les claviers externes : la plaie du @ et du

Par : Pierre Dandumont — 1 juin 2020 à 08:00

Si vous utilisez un clavier qui ne vient pas de chez Apple sur un Mac, vous avez peut-être déjà eu un problème assez énervant : la touche @ et la touche < sont inversées (² et < sur un clavier PC).

C’est un problème très courant, et en théorie il suffit de relancer l’assistant de réglage de clavier.

Si vous avez de la chance, donc, il faut aller dans les Préférences système, section Clavier. Si le clavier est mal identifié (ou pas identifié), le bouton Changer de type de clavier… doit être présent. Dans le pire des cas, toujours en théorie, le fait de débrancher et brancher le clavier doit faire apparaître le bouton.

Bouton…

…pas bouton

Le truc, c’est que c’est assez aléatoire. Dans mon cas, j’ai un clavier avec lequel ça fonctionne, un autre qui ne veut rien savoir et un ou c’est aléatoire. Parfois ça fonctionne, parfois (après un redémarrage), non.

Si l’assistant se lance, il faut normalement indiquer le type de clavier, ISO ou ANSI. ISO pour un clavier européen, ANSI pour un américain. Normalement (c’est important), ça devrait suffire à assigner les touches correctement. Le < affichera un <, le @ (avec un agencement Apple), le ² affichera un ² (avec un agencement PC).

L’assistant

Les choix

Mais je vous avoue que chez moi ça ne fonctionne pas à chaque fois. Parfois, ça marche un temps puis le clavier inverse les touches. Parfois, le bouton apparaît et ne lance pas l’assistant. Parfois… ça ne marche pas. En gros, c’est pleins de bugs et ça fonctionne (très) aléatoirement. Bien évidemment, avec un clavier Apple le problème ne se pose normalement pas.

Avec un clavier Apple, ça ne sert à rien.

La dernière solution éventuelle, c’est cette commande : sudo rm /Library/Preferences/com.apple.keyboardtype.plist
Elle efface les préférences et donc en redémarrant, macOS devrait relancer l’assistant.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Xiaomi annonce le bracelet Mi Band 5 pour le 11 Juin

Par : Pierre Lecourt — 2 juin 2020 à 10:34

Le Xiaomi Mi Band 5 n’a pour le moment pas dévoilé ses secrets, il est juste annoncé par la marque pour un début de commercialisation le 11 Juin prochain. 

Xiaomi Mi Band 5
Pour le moment on n’a pas d’autres informations que son existence désormais confirmée. Les rumeurs vont cependant bon train et parmi les plus persistantes il y en a plusieurs qui proposent assez de gravité pour attirer toutes les concordances. Celle d’un écran plus grand que le modèle actuel puisque le Mi Band 5 afficherait en 1.2″ et non plus en 0.95″. Toujours en couleur,; cet écran plus lisible gagnerait surtout en épaisseur pour offrir cet affichage plus lisible. Certains assurent que Xiaomi aurait rogné l’entourage de l’objet sans toucher à sa taille. D’autres qu’il déborderait quelque peu des dimensions du modèle actuel.

Autre rumeur tenace, la présence d’une fonction de déclenchement de prise de vue à distance via une nouvelle fonctionnalité. On pourrait, comme le font de nombreux appareils de Tech-à-porter concurrents, déclencher une photo à distance via une simple manipulation sur le bracelet en Bluetooth. Pratique pour les photos de  groupe plutôt qu’un système de retardateur.

Xiaomi Mi Band 5

Un prototype du Xiaomi Mi Band 5 dans la nature

Le Mi Band 5 serait également équipé d’une fonction de détection d’oxygène dans le sang en plus des capteurs cardiaques et autres podomètres habituels. 

Enfin, le nouveau modèle serait compatible avec les fonctions Alexa d’Amazon et proposerait également l’emploi du NFC en Chine et… en dehors de Chine. Ce dernier point serait une nouveauté majeure car si beaucoup d’appareils de ce type sont équipés depuis longtemps de cette fonctionnalité, c’est sans pouvoir l’exploiter en dehors du pays de Xiaomi. Difficile de savoir ce qui aura poussé la marque a ouvrir cette frontière. A moins que les fonctions de paiement sans contact, massivement employées en Chine avec smartphones et bracelets de ce type, fasse désormais partie de l’approche de Xiaomi pour séduire en Europe et ailleurs ? En ces temps de Pandémie, un moyen de paiement de ce type pourrait trouver plus facilement sa place et bouleverser nos mœurs. Si le constructeur parvient a conserver l’alchimie de ces précédents bracelets, à savoir un très bon équilibre entre fonctions et prix, la magie pourrait opérer.

Evidemment le Mi Band 5 serait toujours un allié sportif avec l’apparition de nouveaux sports… particulièrement confinés : Le Yoga, le saut à la corde, le vélo elliptique, le vélo de salle et le rameur. Que des sports de personnes coincées entre 4 murs.

A suivre au 11 Juin prochain.

Source : gsmarena

Xiaomi annonce le bracelet Mi Band 5 pour le 11 Juin © MiniMachines.net. 2020.

☑ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Atomos Ninja V and LUMIX S1H RAW firmware delay

Par : Denise Williams — 29 mai 2020 à 22:14

(May 2020) — The firmware updates enabling the much-anticipated Atomos Ninja V and Panasonic LUMIX S1H RAW over HDMI combination have unfortunately been slightly delayed from the original 25th May release schedule, to ensure the highest possible level of RAW recording. An unforeseen technical issue has come to light in the final rounds of beta ...

The post Atomos Ninja V and LUMIX S1H RAW firmware delay appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☑ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Avec Star Wars: Tales From The Galaxy’s Edge, explorez la planète Batuu

Par : Sitraka R — 29 mai 2020 à 17:37
poster Star Wars Tales from the Galaxy's Edge

Baptisée Star Wars : Tales From The Galaxy’s Edge, la dernière expérience VR d’ILMxLAB vous permet de visiter la planète Batuu sans aller à Disney World.

ILMxLAB n’en est pas à son premier essai en ce qui concerne le mariage entre la réalité virtuelle et l’univers de Star Wars. On se souvient ainsi du très réussi Vador Immortal ou encore de l’attraction Star Wars : Secrets of the Empire. Pour ce nouveau jeu VR, le studio s’est associé à Oculus Studios.

Comme son nom l’indique, le titre se base sur Galaxy’s Edge. Pour les non-initiés, il s’agit du land dédié à une galaxie très très lointaine à Disneyland (Californie) et Disney World (Floride). Et comme dans la vraie attraction, on pourra rencontrer en VR de nouveaux personnages et des visages connus dans les rues de Black Spire Outpost, un repère de contrebandiers sur la planète Batuu.

Le jeu VR Star Wars: Tales From The Galaxy’s Edge

D’après ILMxLAB, le jeu comporte différents types de gameplay. De plus, chaque joueur pourra adapter le niveau de difficulté selon ses envies. Néanmoins, le site VRFocus souligne bien qu’on ne sait pas encore s’il s’agit d’un vrai jeu vidéo ou d’un film interactif comme Vador Immortal.

Dans un communiqué, Vicki Dobbs Beck de chez ILMxLAB promet une « aventure pleine d’action ». Elle poursuit même en présentant le projet comme un pas de plus effectué par le studio vers des expériences qui racontent une histoire, mais qui permettent aussi de vivre celle-ci. Ainsi, les choix de chacun auront des répercussions sur ce qu’il verra à Black Spire Outpost.

Si l’on en croit ces paroles, Star Wars : Tales From The Galaxy’s Edge est réellement une transposition en VR du land. A un moment où l’on ne peut pas le visiter en vrai, cette version en réalité virtuelle tombe à pic. Si le jeu est encore en développement, il faudra par contre avoir un casque Oculus pour en profiter à sa sortie. En effet, l’association d’Oculus sur le projet indique très certainement une exclusivité pour ses appareils, notamment l’Oculus Quest.

Cet article Avec Star Wars: Tales From The Galaxy’s Edge, explorez la planète Batuu a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☑ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

DIT EDUARDO EGUIA ON MAKING THE MANDALORIAN

Par : Amisa Saari-Stout — 29 mai 2020 à 16:32

DIT Eduardo Eguia details the imaging process used on The Mandalorian The Mandalorian is about the travels of a lone bounty hunter in the outer reaches of the galaxy, far from the authority of the New Republic. It is the backstory vision of George Lucas’, to the Star Wars bounty hunter theme that tied together ...

The post DIT EDUARDO EGUIA ON MAKING THE MANDALORIAN appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☑ ☆ ✇ Audiovisualcity » Audiovisualcity | Audiovisualcity

Output:TargetDisplay: Display01: 29 May 2020 ONLINE

Par : Marco Savo — 29 mai 2020 à 14:34


Espronceda Institute of Art and Culture presents this virtual reality exhibition broadcast live on Espronceda social networks.

 

In the exhibition the Iranian artist Mohsen Hazrati will describe his experience in the Immense VR / AR Residence 2020 at Espronceda.

 

After his first stage of the artist residence, the pandemic outbreak forced the audiovisual artist to delay his return to Iran and continue to develop research and projects in Barcelona.

During the audiovisual event the artist will describe his virtual talk in the RTTT project of the IAM weekend 2020.

 

The talk revolves around the concepts of reflections and mirrors in the Iranian literature, and how the RTT (render to texture) technique in 3D game engines could translate these concepts in experiences.

In addition Hazrati explore the speech based art game projects: SOKHON. In these game art experiences the player’s voice can alter the game process.

 

Contact

Website

Facebook | Instagram | Twitter

The post Output:TargetDisplay: Display01: 29 May 2020 ONLINE appeared first on Audiovisualcity.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

PHABRIX successfully passes ST 2110 and AMWA NMOS TR-1001-1 JT-NM Testing

Par : Denise Williams — 29 mai 2020 à 01:51

(May 2020) — PHABRIX is pleased to announce that its Qx rasterizer and handheld Sx TAG were successfully self-tested against the criteria for AMWA NMOS TR-1001-1 and SMPTE 2110 at the recent JT-NM Spring 2020 self-test. The JT-NM Tested Program, designed by the Joint Task Force on Networked Media (JT-NM), offers prospective purchasers of IP-based ...

The post PHABRIX successfully passes ST 2110 and AMWA NMOS TR-1001-1 JT-NM Testing appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

DejaSoft launches DejaEdit Version 3 –

Par : RadianceC — 28 mai 2020 à 18:11

DejaEdit Version 3 takes file synchronizing to a new level with enhanced user experience, additional security features and improved workflow management For Immediate Release, 28 May 2020, Gothenburg, Sweden – Dynamic tech start-up DejaSoft has launched Version 3 of its cutting-edge media file synchronising software tool –  DejaEdit. An essential application vital for film productions, DejaEdit ...

The post DejaSoft launches DejaEdit Version 3 – appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Le journal du lapin

Faire un ² avec un clavier Apple

Par : Pierre Dandumont — 28 mai 2020 à 08:00

Depuis de longues années (vraiment) un truc m’énerve : l’agencement des claviers des Mac ne propose pas de touche pour l’exposant 2, le ². C’est assez énervant, parce que je dois de temps en temps parler de mm² et entrer ce caractère, présent sur les claviers de PC. Mais il y a une solution.

La solution de base, c’est d’utiliser Afficher les Emoji et symboles, et de rechercher le ² (en le mettant en favori).

Les raccourcis

L’autre solution que j’ai découvert par hasard, marche assez bien pour en rentrer plusieurs rapidement : il faut simplement ajouter l’agencement Français – PC dans Préférence Système -> Clavier -> Méthodes de saisie. Ensuite, quand il faut taper un ², il suffit de passer sur l’agencement PC dans la barre de menus, taper sur la touche @ (elle va afficher un ²) et revenir sur l’agencement classique d’Apple. C’est assez rapide quand on a l’habitude, et si on ne tape pas trop souvent de ². Attention, ça ne fonctionne pas avec les vieux OS : l’agencement PC date de Mavericks en 2013.

L’option Français – PC

Sinon, il est évidemment possible d’utiliser un clavier PC…

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Showtime’s Penny Dreadful: City of Angels Brings 1938 Los Angeles to Viewers’ Homes with Cooke S4/i Primes

Par : Denise Williams — 27 mai 2020 à 23:27

(May 2020) – When it came time for cinematographer John Conroy to develop the look for Showtime’s Penny Dreadful: City of Angels spin-off, he already had eight episodes of lensing the original Penny Dreadful under his belt. A major part of the look for the spin-off would come from using Cooke Optics’ S4/i prime lenses ...

The post Showtime’s Penny Dreadful: City of Angels Brings 1938 Los Angeles to Viewers’ Homes with Cooke S4/i Primes appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Broadcast Pix announces new office location

Par : Denise Williams — 27 mai 2020 à 22:33

Broadcast Pix, the award-winning live broadcasting, and streaming company have moved to new offices, located at 141 Middlesex Road in Tyngsboro, Massachusetts. “It’s exciting! Our new location is more in tune with Broadcast Pix 2.0 – more office, meeting, and thinking space with less physical manufacturing. As we transition to delivering more software-based streaming appliances, ...

The post Broadcast Pix announces new office location appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Xiaomi Mi Routeur AX1800 : Le Wifi 6 sauce low-cost !

Par : Pierre Lecourt — 29 mai 2020 à 16:49

Le 802.11ax, aka le Wifi6, c’est le format le plus rapide de réseau sans fil à destination des particuliers aujourd’hui. Un format qui se paye au prix fort en règle générale mais que certains veulent démocratiser. C’est le cas de Xiaomi qui propose un Mi Routeur AX1800 abordable pour le grand public.

Xiaomi Mi router ax1800

Commençons d’emblée par son plus grand défaut, ce Mi Routeur AX1800 ne dispose pas d’une interface en Français mais en Anglais. Un détail qui évoluera peut être au gré des diverses mise à jour mais qui rebutera d’emblée une partie des utilisateurs pouvant être intéressés. 

Cela étant dit, le Mi Router AX1800 a pas mal d’atouts et pour qui la barrière de la langue pourra être dépassée, il devrait avoir suffisamment de points forts pour se faire une place éventuelle dans un équipement domestique. L’objet commence à se démarquer par son aspect original, une construction en colonne qui se démarque des solutions habituellement étendues à plat et bardée d’une multitude d’antennes. Plus sobre, l’objet pourra être positionné à côté d’une box sans que cela ressemble à l’antre d’une grosse araignée.

Xiaomi Mi router ax1800

La connectique proposée est, par contre, assez limitée, trop peut être pour certains d’entre vous. Cela ressemble à une économie de bouts de chandelle sur cet appareil mais cela s’explique sans doute également par la volonté de proposer des modèles plus complets… et plus chers, pour la marque. Un port WAN est présent pour relier le routeur à votre box fibre, 4G ou ADSL. Trois maigres ports Ethernet Gigabit et… c’est tout. Pas de port USB pour connecter un disque ou une clé voir une imprimante. Dommage. Même si vous poourrez compter sur un NAS ou autre pour compenser ces manques.

Le Mi Router AX1800 embarque une solution signée Qualcomm avec un SoC quadruple coeur Cortex-A53 cadencés à 1.2 GHz IPQ6000 dédié à ce type d’appareil associé à 256 Mo de mémoire vive et 128 Mo de ROM. Cette solution se distingue par l’emploi d’un NPU dédié à des tâches de Machine Learning. L’idée, ici, est de comprendre vos habitudes d’usage et de les anticiper. Le NPU permettra d’adapter les débits, de les optimiser, d’encoder les données et de réduire la latence de certains usages en les identifiant et en les privilégiant. 

Xiaomi Mi router ax1800

La solution propose des fonctions classiques de multiplexage pour limiter la latence globale de la solution mais également assurer une connexion stable. On retrouve également du WiFi Mesh pour piloter divers relais afin de couvrir les endroits les plus inaccessibles. Xiaomi promet la prise en charge de 128 appareils qu’il sera possible de suivre finement grâce à l’application compatible – en anglais également – ou votre navigateur en vous connectant au routeur.

Xiaomi Mi router ax1800

Deux LEDs en façade permettent de suivre l’état de l’engin

Le Mi Router AX1800 propose un Wifi6 double bande classique mais sera également, évidemment, compatible avec les protocoles plus anciens : Wifi5 et inférieurs, dans la limite de leurs débits. La vitesse maximale annoncée est de 574 Mbps en 2.4 GHz et 1201 Mbps en 5 GHz. Des éléments très théoriques puisque susceptibles d’être dégradés autant par la distance que par tout obstacle entre le routeur et votre récepteur.

Découvrir le meilleur prix de ce produit sur MisterMatos

Dernier point, le tarif. Officiellement, l’objet est en vente pour 329 Yuans en Chine. Soit environ 44-45€ suivant les cours. C’est fort peu cher pour une solution Wifi6 malgré ses défauts. Un prix Hors-Taxes qui se traduit en importation avec le port compris pour 61.75€ en promotion sur Gearbest ces jours-ci. Le prix d’une solution Wifi5 classique… mais peut être plus complète en connectique. A voir si ce modèle ne peut pas venir également s’insérer facilement dans un réseau existant.

Xiaomi Mi Routeur AX1800 : Le Wifi 6 sauce low-cost ! © MiniMachines.net. 2020.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Kodlix GD41 : un MiniPC Celeron N4100 très évolutif

Par : Pierre Lecourt — 29 mai 2020 à 12:15

Le Kodlix GD41 reprend le composant de base qui a fait le succès du Kodlix GN41, le Celeron N4100. Ce processeur propose 4 cœurs et 4 threads avec 4 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel UHD 600 qui offre un ensemble de services très suffisant pour une machine familiale agréable. Ses capacités de décodage vidéo, sa vitesse de traitement, tous ces éléments sont, sans être extraordinaires, assez efficaces pour répondre aux besoin d’utilisateurs particuliers sous Windows 10 comme sous Linux.

Kodlix GD41

Autour de cette puce, le Kodlix GD41 propose d’énormes possibilités d’évolution. Avec deux slots SoDIMM DDR4 occupés par deux barrettes en Dual Channel. La marque livre l’engin avec 8 Go d’office mais il sera donc possible de faire évoluer le système vers un maximum de 32 Go. Intel indique que le maximum de mémoire vive supporté par le Celeron est de 8 Go mais la pratique nous a enseigné que des solutions 16 Go sont également prise en charge. Je n’ai par contre jamais essayé de piloter 32 Go de mémoire vive avec cette puce et… à vrai dire, je ne pense pas que cela soit vraiment utile pour ce type de processeur.

KODLIX GD41

Le châssis propose trois solutions de stockage différentes. Un emplacement PCIe NVMe au format M.2 2242 équipé d’un SSD de 128 Go par défaut. Un second port M.2 2280 SATA 3.0 libre qui pourra accepter le stockage de votre choix. Et enfin, un emplacement SATA 3 2.5″ classique pour accepter un SSD ou un disque dur. Cette évolutivité est facilitée par une large trappe accessible facilement sous la machine en ôtant deux vis.

Kodlix GD41

Je n’ai aucune idée concernant les possibilités offertes par le BIOS pour démarrer au choix sur un système ou sur un autre, si cela était possible on pourrait utiliser le Kodlix GD41 avec plusieurs systèmes facilement. En laissant les 128 Go de base sous un système orienté multimédia, démarrant par défaut la machine pour lire des films ou de la musique. Et en effectuant une simple manipulation pour l’utiliser comme un PC classique avec un système d’exploitation plus complet. L’engin est livré par défaut avec Windows 10 mais le processeur est parfaitement reconnu et exploité sous Linux.

Kodlix GD41

La connectique est très intéressante sur ce modèle. Le Kodlix GD41 propose deux ports réseau RJ45 au format Gigabit. Il pourra donc adresser deux réseaux distincts et indépendants. Un premier, par exemple, pilotera un NAS sur un réseau indépendant pendant que le second se connectera sur Internet. Des usages de mini serveur peuvent donc s’envisager ou une solution permettant d’étanchéifier ses contenus personnels d’un accès au web par exemple.

Kodlix GD41

Le reste de la connectique comprend une sortie HDMI 2.0a et un Mini DiplayPort mais également une sortie USB type-C permettant la gestion d’un signal vidéo. Ces trois sorties permettront de piloter de l’UltraHD à 60Hz. Le circuit graphique Intel UHD 600 est parfaitement capable de piloter ce type d’affichage triple écran, la possibilité de monter en mémoire vive permettant de compenser les besoins du système graphique qui peut venir ponctionner jusqu’à 8 Go de mémoire système. D’où l’intérêt évident de pouvoir passer l’ensemble facilement en 16 Go de DDR4.

Kodlix GD41

Le port USB type-C permettra de connecter d’autres appareils facilement mais il est secondé par trois ports USB 3.0 en façade pour profiter plus facilement d’accessoires  variés. Façade qui accueille également le bouton de démarrage. Sur le côté de l’engin, on retrouve un port jack 3.5 mm combinant entrée micro et sortie casque ainsi qu’un lecteur de cartes MicroSDXC. Le boitier propose également un port antivol Kensington Lock et s’alimente via un bloc secteur classique. L’ensemble du châssis mesure 13.6 cm sur 12 cm pour 4.6 cm d’épaisseur. De quoi embarquer un module combinant Wifi5 et Bluetooth 4.0.

Reste une inconnue sur ce modèle, est t-il oui ou non fanless ? Le précédent Kodlix GN41 l’était dans un boitier moins épais. Ici, on n’a aucune information sur la présence ou non d’un ventilateur actif. En général, cela veut dire que l’engin est bien équipé d’une solution de ventilation pour refroidir le processeur. Cela étant, la puce embarquée reste une solution de 6 watts de TDP. Même si elle est ventilée activement dans ce châssis, cela ne devrait pas être difficile de transformer le boitier en une solution fanless en utilisant par exemple un dissipateur passif Arctic Alpine modifié pour s’adapter au processeur. Cela demandera probablement de charcuter un peu le châssis ou carrément de le remplacer par un autre, mais cela peut valoir largement la peine pour une intégration de salon.

Découvrir le meilleur prix pour le Kodlix GN41 en suivant ce lien

Le Kodlix GS41 est proposé en importation à 279.41€ chez Banggood.

Kodlix GD41 : un MiniPC Celeron N4100 très évolutif © MiniMachines.net. 2020.

☑ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Rise roule des mécaniques pour Fast & Furious : Hobbs & Shaw

Par : Shadows — 28 mai 2020 à 17:41

Le studio VFX Rise profite du printemps pour dépoussiérer ses archives et nous propose de revenir sur un projet de 2019 : le film Fast & Furious : Hobbs & Shaw.

Dans ce long-métrage dérivé de l’univers Fast & Furious, une séquence de course-poursuite au coeur de Londres a fait appel au talent de Rise, sous la supervision de Jonathan Weber. L’idée était ici d’améliorer les prises de vues en toute discrétion : ajout de véhicules dans les rues (qui n’étaient pas présents au tournage pour plus de sécurité), extensions de décors, FX pour simuler du verre brisé. Certains plans ont même nécessité la mise en place d’une doublure numérique pour l’acteur Idris Elba et sa moto.

L’article Rise roule des mécaniques pour Fast & Furious : Hobbs & Shaw est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Le Mi TV Stick confirmé par Xiaomi

Par : Pierre Lecourt — 28 mai 2020 à 15:51

Xiaomi est un acteur important dans le streaming de contenu multimédia en ligne. On ne s’en rend pas forcément compte en France ou en Europe car si le constructeur a des produits commercialisés à l’international, c’est relativement récent et surtout sans partenariat majeur avec des éditeurs de contenus. En Chine par contre, Xiaomi est un acteur majeur et ses Mi Box, ses Mi Bar comme ses Mi TV proposent des contenus locaux depuis des années.

 

Le Mi TV Stick est mentionné à 27’53

La marque compte bien préserver cet avantage et peut être l’étendre à l’international dans le futur avec son Mi TV Stick. Une clé HDMI que Xiaomi vient de confirmer. Si ses Mi Box sont déjà très accessibles avec des prix autour de 50-60€, le nouvel appareil pourrait être vendu encore moins cher et ainsi grignoter plus facilement des parts de marché. 

C’est donc en Europe que la marque a officialisé le produit pendant une présentation d’un smartphone. Une seule image présentant le, déjà éventé, Mi TV Stick comme une solution promettant une expérience TV plus facile et plus complète.

Mi TV Stick

Le Mi TV Stick confirme son format de Clé HDMI sous Android TV que l’on branche directement au dos d’un écran et qu’on peut oublier instantanément. Une télécommande Bluetooth 4.2 servira alors d’unique interface pour tous vos usages de l’engin. Elle permettra de piloter l’assistant Google via un micro embarqué, disposera des touches nécessaires à son usage classique et proposera des accès à la fois au contenu officiel de Netflix et d’Amazon Prime grâce à des boutons dédiés.

Si Xiaomi pratique sa technique de vente habituelle, à savoir proposer un engin de qualité à un prix intéressant en comptant sur la masse de ses clients pour assurer ses bénéfices, il y a là un objet à surveiller de près. Pour peu que les services proposant du streaming en France s’en saisissent comme ils le font avec les autres appareils sous Android TV, il y a là un beau coup à jouer pour la marque.

D’un point de vue matériel il n’y a toujours rien d’officiel… Si ce n’est que le SoC Amlogic S905 Y2 dont nous parlions dans le précédent billet, est bel et bien compatible avec Netflix pour une lecture en haute définition de tous ses contenus via HDCP. Le Mi TV Stick proposera 2 Go de mémoire, 8 Go de stockage eMMC, la lecture de vidéo UltraHD en HDR et  prendra en charge les fichiers audio en DTS sur 5 canaux plus caisson de basse. Il demandera une robuste connexion Wifi5.

Le Mi TV Stick confirmé par Xiaomi © MiniMachines.net. 2020.

☐ ☆ ✇ 3dvf.com - Actualité quotidienne

Alexis Lasne, illustrateur médical et réalisateur 3D scientifique

Par : Shadows — 28 mai 2020 à 10:40

Découvrez les travaux d’Alexis Lasne, illustrateur médical freelance travaillant essentiellement pour l’industrie pharmaceutique.
Utilisant notamment Maya (qu’il avait découvert en version 2.5), Redshift, Blender, Houdini, ZBrush ou encore 3D Coat et After Effects, il se positionne en généraliste et peut gérer l’ensemble d’un projet 3D, de la modélisation au compositing en passant par le texturing et les simulations.

Il est actuellement ouvert à toute proposition de projet, en freelance ou en embauche dans une équipe, sur Paris et sa région.

L’article Alexis Lasne, illustrateur médical et réalisateur 3D scientifique est apparu en premier sur 3DVF.

☐ ☆ ✇ MiniMachines.net

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces

Par : Pierre Lecourt — 27 mai 2020 à 18:04

C’est amusant, personne n’a été prêt. Lorsqu’en Mars, AMD a lancé ses puces Renoir sur le marché, on pouvait penser que les constructeurs avaient déjà les pieds sur les Starting Blocks. Qu’ils étaient fin prêts à débouler avec des machines… Au moins aussi prêts qu’attendus. Car le nombre de clients potentiels est énorme et certains n’en finissent plus de ronger leur frein.

Mais non, entre le Covid qui est venu jouer les trouble-fêtes et des grandes marques pas spécialement au taquet sur le sujet, je suis très surpris de voir que sur le marché actuel, l’offre AMD Ryzen 4000 est quasiment invisible. D’autant plus que je croise à longueur de commentaires et de parcours sur les forums des gens qui attendent la disponibilité de ces machines pour investir. Plusieurs solutions se dessinent et on va avoir des engins chez Dell, Acer, HP et Lenovo pour ne citer qu’eux. Mais il serait temps que les équipes s’investissent plus largement autour de ces puces et de leurs gammes.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Xiaomi, en tout cas, n’est pas en reste et la marque fourbit ses armes avec des versions AMD “Renoir” de son RedmiBook lancé en Décembre sous processeurs Intel Comet Lake-U. Trois engins sont prévus pour le marché local sous l’architecture Zen 2  d’AMD. Les RedmiBook Ryzen Edition en 13, 14 et 16 risquent de faire très vite parler d’eux.

Débutant à 3799 Yuans – soit 485€ environ – pour terminer à 4449 Yuans – 579€ – ces modèles se distinguent par leur diagonale et leur équipement. Chaque modèle, du 13 au 16″ proposera un entrée de gamme avec 8 Go de mémoire vive, un Ryzen 5 4500U (6 coeurs et 6 threads de 2.3 à 4 GHz associés à un Radeon Vega 6) avec un SSD de 512 Go. Le haut de gamme embarquera 16 Go de mémoire vive et 1 To de stockage SSD associés à un Ryzen 7 4700U (8 coeurs et 8 threads de 2 à 4.1 GHz associés à un Radeon Vega 7). L’ensemble de ces processeurs fonctionne sur un TDP de 15 watts comparable aux solutions concurrentes chez Intel.

RedmiBook Ryzen 13 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 1 To SSD : 4.999 yuans : 640 euros.

RedmiBook Ryzen 14 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

RedmiBook Ryzen 16 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

Ces tarifs concernent la Chine continentale, sont réservés aux particuliers et… sont indiqués hors taxes. Cela veut dire que les prix stipulés ne risquent pas d’être les mêmes en importation. Comptez sur la marge des revendeurs et l’ajout – plus ou moins visible –  des frais de port. Il n’est pas dit que ces RedmiBook sortent un jour en France, pour le moment Xiaomi a fait l’impasse sur le pays pour ses machines. L’intégration d’un clavier AZERTY étant une affaire assez complexe à gérer si on veut  faire les choses bien… Face à un marché saturé et compliqué comme le marché Français, la marque n’a pas encore pris ce risque.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Les 3 diagonales proposeront la même définition, un FullHD IPS  classique avec une dalle 16:10 affichant une colorimétrie 100% sRGB. L’intégration de l’écran répondra aux demandes actuelles du public : à savoir une intégration au plus juste dans l’espace disponible. Xiaomi ne veut pas faire de ses RedmiBook Ryzen des engins “low cost” aux finitions entrée de gamme mais vise plutôt un plateau supérieur avec des machines efficaces et sans fioritures. Les dalles occuperont donc 90% de l’espace disponible avec des bordures de 3,26 mm. C’est moins qu’un ultraportable haut de gamme de grande marque mais cela reste un compromis suffisant vis à vis d’un public qui ne veut pas payer la note d’un caprice esthétique parfois jugé inutile. A noter également le choix de Xiaomi de passer son 15.6″ en 16″ pour un encombrement probablement identique à celui des 15.6″ classiques.

Ces écrans proposeront une luminosité conséquente pouvant varier de 50 à 300 nits et pourront également faire varier leur vitesse de traitement suivant plusieurs modes. Une combinaison de touches permettant de faire grimper les Ryzen 4000 dans les tours en mode sédentaire pour augmenter leurs performances de jeu. Un autre tirera moins sur la batterie en mode nomade pour travailler ou pour un usage multimédia. C’est pour le moment une des grandes inconnues de cette offre. Est-ce que les RedmiBook Ryzen vont offrir une autonomie correcte ? Les batteries embarquées iront de 40 à 46 Wh sans que l’on sache exactement comment elles fonctionneront. Xiaomi parle de 12 heures dans le meilleur des cas avec une charge rapide permettant de regonfler l’autonomie de moitié en moins de 40 minutes. La montée en puissance des batteries de 40 à 46 Wh servant surtout à compenser l’impact des dalles sur la consommation. Le RedmiBook Ryzen 13″ affichera 1.23 Kg, le RedmiBook Ryzen 14″ 1.28 Kg quand au RedmiBook Ryzen 16″ il grimpera à 1.8 Kg.

RedmiBook Ryzen

Le reste de l’équipement est on ne peut plus classique avec une connectique qui varie un peu part rapport au modèle Intel : un port USB 3.0 est présent de chaque côté de l’appareil avec en plus, sur la droite, un port jack 3.5 mm stéréo combo. Sur la gauche, un port USB 3.1 Type-C, un port HDMI et un second port USB type-C avec power Delivery pour charger l’appareil.

Prévus pour le mois de Juin en Chine, il n’est donc pas gagné de voir ces RedmiBook Ryzen débarquer en Europe. Si ce n’est pas exclu, ce serait une vraie nouveauté pour le marché Français avec probablement un bel effort de la part de la marque Xiaomi qui aurait tout à prouver au grand public sur ce segment et des concurrents de renom qui vont bien finir par proposer des engins sous AMD Ryzen 4000 un jour… Reste que la marque commence à établir un écosystème de grande taille et ne manque pas de le rappeler encore ici : Les RedmiBook Ryzen ne proposeront pas de lecteur d’empreintes ni de fonctions de reconnaissance faciale via leur webcam. Non. Par contre, si vous possédez un bracelet Xiaomi Mi Band, ce dernier permettra de vous authentifier immédiatement à l’ouverture de votre machine.

Les machines sont apparues en ligne en précommande en version 16″ 4500U et 4700U

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces © MiniMachines.net. 2020.

☐ ☆ ✇ DJ TechTools

Rekordbox 6.0.1 detects where the vocals are in tracks, adds Auto Upload, Beatsource LINK support

Par : Rachel Black — 27 mai 2020 à 09:53
Vocal Detection in rekordbox 6.0.1

Shortly after the release of the long-anticipated Rekordbox 6, a new update has been released for Pioneer DJ’s industry-leading DJ software. The latest version, rekordbox 6.0.1, comes with three new offerings: support for Beatsource LINK, a playlist Auto Upload feature, and vocal position analysis / detection. Vocal Position Detection: This new, AI-driven feature does exactly […]

The post Rekordbox 6.0.1 detects where the vocals are in tracks, adds Auto Upload, Beatsource LINK support appeared first on DJ TechTools.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

SoftAtHome and RDK Collaborate to Build a New Video Product for Service Providers

Par : Marta Twardowska — 26 mai 2020 à 12:23

Working with the RDK community, SoftAtHome is building a full RDK Video based solution integrating multicast, DVB, Live DASH streaming, a Universal search aggregator, new premium video streaming apps, voice controls, and its white-label ImpressioTV user experience.     Paris (FRANCE) – 26 May 2020 – SoftAtHome, an independent software company for broadband, video, and ...

The post SoftAtHome and RDK Collaborate to Build a New Video Product for Service Providers appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

☐ ☆ ✇ Le journal du lapin

Un « pilote » pour un caisson de basse sous macOS

Par : Pierre Dandumont — 26 mai 2020 à 08:00

En triant chez moi, j’ai « retrouvé » deux produits, l’iSub et le BassJump. Et je me suis souvenu qu’il y a longtemps, j’avais vu un exemple de code Apple qui perlettait de gérer un caisson de basse sous Mac OS X. L’occasion de jouer un peu.

Au départ, je voualis juste voir s’il était possible de faire fonctionner un iSub avec un macOS récent, vu qu’Apple a supprimé les pilotes il y a longtemps. Mais ce n’est pas possible : l’iSub n’est pas reconnu par défaut comme une interface audio en USB, et les pilotes Apple devaient sûrement l’activer manuellement, comme pour les enceintes du Power Mac G4 Cube. Du coup, j’ai tenté avec le BassJump.

L’iSub


Le BassJump

Le BassJump, c’est un caisson de basse USB qui fonctionne comme une interface audio basique. Sans pilotes, on peut rediriger le son vers lui, mais le résultat est évidemment assez mauvais : il est prévu pour reproduire les basses et lui envoyer de l’audio « complet » donne un résultat affreux. C’est là qu’intervient le vieux code d’Apple.

C’est un pilote qui propose un filtrage passe-bas sur un périphérique audio. C’est assez basique, c’est vraiment un exemple de ce qu’il est possible de faire avec Core Audio, mais c’est assez efficace. Une fois le programme téléchargé, il faut modifier le projet pour le compiler en 64 bits uniquement sous macOS Catalina (ça marche aussi avec d’anciens OS en 32 bits, d’ailleurs).

Dans le code, il faut modifier deux choses. Dans Info.plist, il faut indiquer le vendor ID et le product ID de l’appareil, en codage décimal. Ce sont les identifiants USB de l’appareil, qu’on peut récupérer dans les Informations Système. Pour le BassJump, c’est 0x08DC pour le vendor ID, 0x013a pour le product. Avec la calculatrice de macOS, on peut convertir en décimal rapidement : on se met en présentation programmeur, on choisit la base (16), on tape la valeur, on choisit la base 10. Pour le BassJump, ça donne 3468 et 314.


Dans SampleUSBAudioPlugin.cpp, il faut mettre les valeurs en hexadécimales.

Une fois le pilote compilé, je l’ai installé sur mon vieux MacBook Air, avec le BassJump connecté… sans résultats (un coup de KextUtility ou équivalent peut aider pour charger le pilote). Après avoir cherché un peu, j’ai trouvé : le code d’Apple ne fonctionne qu’en 44 kHz. C’est flagrant après avoir changé la valeur dans Configuration audio et MIDI : en 48 kHz (par défaut), le son est complet, en 44 kHz, le filtre passe-bas fonctionne.

Il faur forcer le 44 kHz (ou modifier le pilote)

Petite astuce, si vous voulez utiliser le caisson (et son filtre passe-bas) en même temps que les enceintes du Mac (ou d’autres enceintes) : il faut créer un périphérique à sortie multiple dans Configuration audio et MIDI. On peut sélectionner les sorties disponibles, et la lecture sur cette interface audio virtuelle sort sur les deux appareils. Cette solution a le défaut d’empêcher le réglage du volume dans les options de macOS, mais ça fonctionne.


Tout ça pour dire qu’en moins d’une heure, j’ai fait un truc basique mais fonctionnel pour profiter du BassJump… alors que la société nous a baladé avec des pilotes moisis pendant des années. Ca nécessite évidemment quelques ajustement pour la fréquence d’échantillonage et je suppose qu’il y a des modifications pour permettre de contrôler le volume, mais c’est fonctionnel de cette façon, au moins de manière basique.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

The Draco vario ultra HDMI 2.0 Generates High-Quality Video Distribution

Par : Andres Benetar — 24 mai 2020 à 18:06

  If you’re in the broadcast industry, then you know the challenges of crafting a production well beyond just the standards of top of the line content creation. Creativity within the broadcast industry involves more than just a superb amount of quality content when its the end result of the presentation that counts most. Any ...

The post The Draco vario ultra HDMI 2.0 Generates High-Quality Video Distribution appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

❌