Collanews

🔒
☐ ☆ ✇ Mediakwest - Tournage

Showmax Cinéma devient Delair Studios et séduit Hollywood

21 mai 2019 à 17:00
Pierre Vincent, inventeur du dispositif Showmax Cinema rebaptisé Delair Studios. © DR

Après 15 ans de déploiement sur la France de son dispositif haute fidélité destiné aux salles de cinéma et aux studios de postproduction son, Showmax Cinéma, qui devient Delair Studios, renouvelle ses produits et part à la conquête du marché américain, espérant ainsi surfer sur le bond qualitatif des salles de cinéma.

 

Quand on est à la tête d’une petite entreprise et qu’on invente un dispositif de restitution sonore pour le cinéma qui tranche avec la conception technique des salles existantes, il n’est pas facile de s’imposer vite et à grande échelle. Il faut être patient. C’est l’expérience que Pierre Vincent – le fondateur de Showmax Cinéma devenu depuis peu Delair Studios – fait depuis près de quinze ans.

Ainsi, bon an mal an, Delair Studios croît en s’appuyant sur des clients fidèles comme le Club de l’Étoile, le groupe TSF, le studio Copra, mais aussi bon nombre de sound designers français qui voient dans son système acoustique, un dispositif qui sollicite moins d’amplification et donc génère moins de fatigue auditive lors du mixage d’un film de long métrage. De fait, Pierre Vincent et ses ingénieurs du son sont parvenus à convaincre au fil du temps des sound designers aussi célèbres que Jean Goudier, Eric Tisserand, Joël Rangon ou Hervé Buirette de réaliser leurs mixages à l’aide de son système d’enceintes cinéma.

Le dispositif acoustique Delair Studios repose sur un concept qui consiste à utiliser un écran de projection « non-perlé » entrant en phase sonore avec les haut-parleurs centraux d’une salle de cinéma. Ce procédé, s’il nécessite la fabrication d’un écran spécifique, permet de restituer les médiums et bas-médium d’un film avec une meilleure fidélité que les dispositifs classiques qui utilisent des « écrans perlés », et ne nécessite pas d’utiliser des filtres électroniques pour compenser les pertes sonores liées à la traversée de l’écran. Pour assurer une parfaite intelligibilité des sons les plus clairs (haut médium et aigu), les enceintes centrales en phase avec l’écran doivent être complétées par deux enceintes extrême-aigu placées sur les côtés de l’écran.

 

 

Le Club de l’Étoile, terrain d’expérimentation

L’innovation de Pierre Vincent trouve aujourd’hui une seconde jeunesse du fait de l’essor progressif des projecteurs cinéma équipés de lampes laser en lieu et place des ampoules au xénon. « En effet, souligne l’inventeur, la précision redoublée des images affichées par un projecteur laser supporte plus mal les imperfections générées par des écrans perlés. »

L’absence de perforations qui caractérise les écrans Delair Studios donne un meilleur résultat, visuellement parlant. Et, pour s’en rendre compte, il suffit de visionner quelques images sur l’écran du Club de l’Étoile à Paris qui sert de « show room » à la technologie Delair Studios.

Cette salle de cinéma, destinée aux avant-premières en semaine et de salle ouverte au public le week-end, vient de s’équiper d’un nouveau projecteur laser Christie CP-4325 doté d’une nouvelle optique UHC (ultra haut contraste). Ce nouveau bloc optique permet d’atteindre des niveaux de contraste de 6 000 pour 1. Avec un tel appareil, compatible RGB, il est possible de respecter à 90 % le nouvel espace couleur Rec 2020, la profondeur de couleurs, standardisée la plus pointue à ce jour.

 

En parallèle de cette montée en puissance de la qualité d’image, le Club de l’Étoile a donc renouvelé son système audio qui datait de 2005, en adoptant la nouvelle gamme d’enceintes Delair Studios. La salle dispose désormais de 14 enceintes surround de nouvelle génération, à la fois peu profondes et de qualité audiophile. Elles intègrent les mêmes haut-parleurs que ceux utilisés sur les enceintes Atohm GT1-HD, GT2-HD et GT3-HD, dont la qualité a été plusieurs fois récompensée par des « Diapasons d’or ».

Cette qualité permet d’avoir une courbe de réponse en fréquences homogène de 80 à 22 000 Hz. Reliées à un processeur Dolby CP850, ces enceintes surround distillent un son multicanal 7.1 pleine bande passante. Ces canaux discrets ont l’avantage de permettre une répartition équilibrée de l’énergie sonore entre la partie balcon et corbeille du Club de l’Étoile, dont l’acoustique est bien particulière. Les réglages sont d’autant plus aisés que les nouvelles enceintes surround de Delair Studios ont un facteur de dispersion horizontale important et ne génèrent aucun trou dans l’espace sonore d’une salle de cinéma.

 

 

Delair Studios à la conquête des majors

Aujourd’hui, voyant que les salles de cinéma et les studios de mixage sont en plein bond qualitatif partout sur la planète, Pierre a mis en place des moyens humains et techniques en vue de convaincre massivement la filière d’adopter sa technologie.

Voulant notamment convaincre les studios de postproduction haut de gamme outre-Atlantique, il a commencé par changer de nom. « Delair Studios est un patronyme peu utilisé aux États-Unis et qui n’introduit plus de confusion autour de la marque avec de nombreux acteurs du cinéma américain utilisant le nom Showmax », commente-t-il.

 

De même, à la mi-février 2019 Delair Studios a décidé de présenter son dispositif et sa nouvelle gamme d’enceintes lors du fameux événement annuel de la HPA (Hollywood Professional Association) qui réunit durant cinq jours à Palm Spring l’essentiel des représentants techniques des majors hollywoodiens. Séduits, les quelque 300 professionnels du cinéma présents à la démonstration de Delair Studios lui ont même décerné le prix de la meilleure innovation de l’année 2019.

Tout auréolé de cette distinction et de la perspective d’équiper des studios de la côte ouest américaine, Delair Studios fera également la démonstration des possibilités de ses nouvelles enceintes face aux professionnels du cinéma français.

 

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #31, p.118/119. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Hitachi Wins Prestigious Technology and Engineering EMMY® Award for Pioneering Camera Development

Par Dimension PR — 22 mai 2019 à 16:40

Company honored for ground-breaking work on single-chip color camera technology Woodbury, NY, May 22, 2019 — Hitachi Kokusai Electric America, Ltd. announced today that Hitachi has been honored with a Technology and Engineering EMMY® award from the National Academy of Television Arts & Sciences (NATAS) for pioneering development of the single-chip color video camera. The EMMY® ...

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Crystal Vision releases flexible budget-friendly profanity delay system for audio and video

Par Sarah Sales — 22 mai 2019 à 16:25

Cleanit is Crystal Vision’s new profanity delay system. One of the few products available for protecting video as well as audio, Cleanit allows a live content stream to be delayed by up to 20 seconds in HD (ten seconds in 3Gb/s or 110 seconds in SD), giving the operator time to react and prevent the ...

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

HolodeckVR lève 3 millions d’euros pour mettre de la VR dans les auto-tamponneuses

Par Bastien L — 22 mai 2019 à 16:24
holodeckvr levée fonds

HolodeckVR, le créateur des premières auto-tamponneuses VR, annonce une levée de fonds de trois millions d’euros auprès du géant allemand du divertissement ProSiebenSat.1.

Cet article HolodeckVR lève 3 millions d’euros pour mettre de la VR dans les auto-tamponneuses a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

AmazeVR : l’entreprise qui veut sauver la VR avec le soutien de LG

Par Bastien L — 22 mai 2019 à 15:59
amazevr plateforme

AmazeVR est une entreprise qui compte relancer le marché de la réalité virtuelle grand public grâce à sa plateforme de création et de distribution de contenu. Soutenue par LG, la firme veut créer le Netflix de la VR…

AmazeVR : l’entreprise qui veut sauver la VR avec le soutien de LG a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Broadcast Beat Magazine: 2015 NAB Show News

Megahertz Wins Large-Scale IP infrastructure Project for Major US Broadcaster

Par Caroline Shawley — 22 mai 2019 à 15:54

  Megahertz to provide design and integration services to international news network as part of competitive tender win for new all-IP production facility   London, UK, 22 May 2019: Megahertz Ltd, the trusted partner for systems integration with years of experience in delivering cost effective, imaginative designs and solutions for fixed and mobile applications, has ...

☐ ☆ ✇ 3Dnatives

SmileDirectClub imprime en 3D plus de 50,000 modèles dentaires par jour grâce à HP

Par Mélanie R. — 22 mai 2019 à 15:50

Lors d’une conférence au salon Rapid +TCT à Detroit, HP a annoncé un nouveau partenariat avec SmileDirectClub, un fabricant américain de gouttières : il utilisera 49 solutions d’impression 3D Multi Jet Fusion de HP afin de créer plus de 50 […]

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

L’ancien directeur du HTC Vive Studio prend la tête du Sixense Studio

Par Bastien L — 22 mai 2019 à 14:37
joel breton sixense studio

Le fabricant d’accessoires VR Sixense a décidé de se recentrer sur le software et lance son propre studio de création de contenu en réalité virtuelle. Celui-ci sera dirigé par Joel Breton, jusqu’alors directeur du HTC Vive Studio…

L’ancien directeur du HTC Vive Studio prend la tête du Sixense Studio a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ The Beat: A Blog by PremiumBeat

Getting Creative: Five Cool Video Edits that Genuinely Work

Par Rubidium Wu — 22 mai 2019 à 14:00

Today, we’re stepping outside the box to look at some unusual and creative edits that can add value to your next video project.

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

HTC Vive Cosmos : le mystérieux casque VR sera lancé au T3 2019

Par Bastien L — 22 mai 2019 à 13:44
htc vive cosmos date lancement

Le HTC Vive Cosmos, nouveau casque VR de HTC, sera lancé au troisième trimestre 2019. C’est ce que révèle un blogueur qui a eu la chance de visiter les locaux de la firme taïwanaise…

HTC Vive Cosmos : le mystérieux casque VR sera lancé au T3 2019 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ The Beat: A Blog by PremiumBeat

The History of Memoji Videos and How to Make One Yourself

Par Lewis McGregor — 22 mai 2019 à 13:00

Learn the origins of memoji music videos and check out our favorite viral hits. Bonus: we show you how to make one of your own.

☐ ☆ ✇ SoundLightUp.

Powersoft X4L au PLS 2019, la grosse brute

Par admin — 22 mai 2019 à 09:27

Le Powersoft X4L est sorti discrètement alors que c’est une véritable Formule 1. Nous avons été à la rencontre de Claudio Lastrucci, son concepteur, pour en savoir encore un peu plus sur ce nouvel amplificateur de la série X et ses performances hors du commun.

En quelques mots, le X4L offre sur 4 canaux d’amplification, 4 entrées analogiques, AES et Dante redondé en option, avec un routing et un processing très complet et intégré dans ArmoníaPlus. Il peut être alimenté en monophasé, biphasé ou triphasé entre 85 et 460 Volt sans sélection, en effectuant seul l’équilibrage par phase et en bénéficiant d’un PFC pour aplanir et concentrer le secteur disponible.
Capable de délivrer en moyenne 200 V par canal et des crêtes à 300, il est le compagnon idéal de toutes les enceintes modernes et très capacitives en leur apportant une énergie utile qu’il sait de plus recycler et réinjecter limitant d’autant sa consommation. Un sacré « bestione »

SLU : Vous annoncez sur cet ampli des crêtes de 300 V et 140 A, soit entre 50 et 100% de plus que ce qui existe sur le marché. Pourquoi ?

Un beau bébé italien de 21”, le 21SW152 de B&C

Claudio Lastrucci : Les transducteurs qui existent et surtout qui arrivent sur le marché ont tous un BL très élevé et qui ne cesse d’augmenter.
Pour en tirer tout le potentiel il faut, à résistance constante de la bobine, une tension plus élevée. D’autre part, il faut recycler l’énergie que le transducteur renvoie à l’amplificateur.

Pour faire une analogie avec les véhicules électriques, au lieu de chauffer des disques lors d’une descente, on utilise le frein moteur en renvoyant un pourcentage significatif de l’énergie employée pour monter la cote, dans les batteries. Dans le cas d’un haut parleur de grave, en générant du son, on étire un ressort, en fait sa suspension. L’énergie cinétique retour peut être en grande partie récupérée.

La classe D peut être plus ou moins optimisée pour faire ce travail et si en parallèle le transducteur a un BL très élevé, l’efficacité de cette récupération devient importante ce qui a un effet bénéfique sur l’énergie prélevée sur le secteur comparé à un ampli qui n’est pas optimisé.

La face arrière du X4L avec la 5è fiche unique en NL8 véhiculant les 4 sorties.

SLU : Tu l’injectes dans tes condensateurs ?

Claudio Lastrucci : Exactement. Au lieu de solliciter l’alimentation, je me sers de cette énergie routée dans notre gros stockage et plus le HP est réactif et de grand diamètre, plus on en récupère.

SLU : Le X4L est donc un ampli qui vient compléter la gamme X sans rien remplacer ?

Claudio Lastrucci : Absolument. Le X4 est moins puissant et tient en 1U, le X8 offre 8 canaux et tient en 2U. Le X4L fait partie de la famille X mais est vraiment à part y compris dans la stratégie de commutation des étages. Sa capacité à recycler de l’énergie et sa puissance qui est le double des deux autres, nous a obligés à passer le châssis en 2U.

La petite famille X au complet avec, de haut en bas, le X4, le X4L et tout en bas, le X8.

SLU : Tout est différent ?

Claudio Lastrucci : Non, la logique, le DSP, les presets et le mode d’alimentation sur trois phases sont les mêmes, comme le châssis d’ailleurs.

SLU : L’alimentation en tant que tel ?

Claudio Lastrucci : L’alimentation est différente, elle l’est un peu dans les trois modèles (rires). Le X4L est un « bestione » (ce que l’on peut traduire par une grosse brute, brute épaisse, un colosse etc..) car il délivre 200 Volt RMS.

SLU : Tu insistes sur cette valeur, ça sent la fin du Watt.

Claudio Lastrucci : Il y aurait tant à dire sur les puissances annoncées, tenues, sur ce qu’un transducteur accepte réellement et restitue et le Watt ne signifie plus grand chose, ni côté ampli, ni côté HP dont en plus l’efficacité varie en fonction de son échauffement, de la charge…
Les HP modernes ont besoin d’être secoués, ces derniers étant de plus en plus capacitifs. Idéalement il faudrait passer au kVA des deux côtés, mais quoi qu’il en soit, le futur passe par des amplis modernes et conçus pour leur charge. Même notre K20 qui a longtemps été le plus puissant chez Powersoft est battu !

Et d’autres informations sur le site Powersoft

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Les 10 meilleurs jeux sur Oculus Quest à ne pas rater

Par Pierrick LABBE — 22 mai 2019 à 06:00
Meilleurs jeux sur Oculus Quest

L’Oculus Quest est enfin arrivé hier. Si vous faites partie des tous premiers à l’acquérir alors nous vous avons concocté une liste des dix meilleurs jeux Oculus Quest à ne pas rater.

Cet article Les 10 meilleurs jeux sur Oculus Quest à ne pas rater a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Panasonic Newsroom Global

ATOUN Begins Trial in the Working Site for Powered Wear with a New "Arms Support Function"

22 mai 2019 à 03:35

Increasing Work Efficiency Up to 37.7% Nara, Japan - ATOUN Inc., (headquarters in Nara City, Nara Prefecture, President: Hiromichi Fujimoto) announced the beginning of trial in the working site for Powered Wear with an "arms support function" at the end of May, 201...

☐ ☆ ✇ 3Dnatives

Recrutement dans l’impression 3D : quelles sont les grandes tendances ?

Par Mélanie R. — 22 mai 2019 à 00:01

Derrière les technologies de fabrication additive se cachent un savoir-faire et des connaissances développées par des personnes qualifiées sur des sujets souvent à la pointe. Il est assez clair que l’impression 3D attire de nombreux profils et les sociétés du […]

☐ ☆ ✇ Réalité-Virtuelle.com

Oculus Rift S : top 5 meilleurs des jeux à télécharger tout de suite

Par Bastien L — 21 mai 2019 à 21:31
oculus rift s top jeux

Vous venez d’acheter l’Oculus Rift S, mais vous ne savez pas quels jeux télécharger ? Pas de panique !

Cet article Oculus Rift S : top 5 meilleurs des jeux à télécharger tout de suite a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

☐ ☆ ✇ Renderosity Magazine

Enabling the Next Generation of Filmmaking

Par Press Release — 21 mai 2019 à 18:45
Thanks to AMD’s partnership and technology, Fox VFX Lab achieves real-time virtual production capabilities—fundamentally changing the way movies are made    Successful virtual...
☐ ☆ ✇ Renderosity Magazine

Making an infinite runner: Part 3

Par Sergio Rosa — 21 mai 2019 à 17:00
In previous parts we've created an avatar that will always run forward non-stop, and we've also created a track that will automatically add sections as needed. However, we are still lacking a very imp...
☐ ☆ ✇ 3Dnatives

Le développement irrépressible des armes à feu imprimées en 3D

Par Mélanie R. — 21 mai 2019 à 15:50

C’est un sujet qui irrite les professionnels du secteur mais le débat sur les armes à feu imprimées en 3D a été récemment relancé par le magazine Wired UK. Le magazine décrit le déploiement depuis quelques jours d’un nouveau réseau […]

☐ ☆ ✇ The Beat: A Blog by PremiumBeat

Industry Interview: “Whiplash” Production Designer Melanie Jones

Par Paula Goldberg — 21 mai 2019 à 14:00

Production Designer Melanie Jones discusses working low-budget on "Whiplash," the color palette of "La Llorona," and recreating the '80s with Mötley Crüe.

☐ ☆ ✇ The Beat: A Blog by PremiumBeat

Working as a Grip: Essential Tips for Safety and Success

Par Caleb Stephens — 21 mai 2019 à 13:00

The grip's job is one of the most important and difficult on a film set. Let's take a look at the details and see if gripping is ...

☐ ☆ ✇ NewTek Discussions - General NDI Discussions

NDI VLC Plugin issue

Par iPullin — 21 mai 2019 à 07:52
Hey,

I'm new here but have been using various NDI software and hardware recently and exploring the possibilities. I want to set up a PC with multiple DVD drives and each time a DVD is inserted it opens in VLC and outputs it as NDI to various screens. I think I can make everything else work, but upon testing the VLC output into Studio Monitor, when showing a DVD menu you can't see where the menu selection cursor is, the thing that shows you what menu item is selected on screen, so there's no way this project will work if I can't navigate DVD menus. When researching VLC forums, the only thing I can find is that the menu cursor apparently doesn't show when using other video output modules other than the default/main one(s), so am unsure whether it's a VLC 'problem' or could be somehow fixed by modifying the VLC NDI plugin?

Thanks
☐ ☆ ✇ Renderosity Magazine

Motion Weekly 27

Par Nick Charles — 19 mai 2019 à 07:58
The Motion Weekly is a showcase of awe-inspiring short films, animation and motion graphic works from around the web. Some pieces featured have been created by professional studios, while others may b...
☐ ★ ✇ LeCOLLAGISTE VJ

Mine S Contrôleur MIDI modulaire et multi protocole

Par LeCollagiste — 23 mai 2019 à 10:01
Special Waves Mine S

Le Mine S est un contrôleur MIDI modulaire multi protocole et intelligent conçu pour donner le pouvoir de créer et piloter vos logiciels de musique, de VJing, show lumière ou montage vidéo. Le Mine S permet de créer votre propre ergonomie en fonction du logiciel utilisé, il est compatible MIDI, HID, OSC, DMX et Art-Net. 6 types de modules encastrables avec du potentiomètre, du bouton sensitif à LED RGB et double bouton toggle et on/off, du jog infini, du slider et du bouton blank. Mine S est capable de reconnaître la position, l’orientation et le type de module inséré. Opérationnel sur Windows et Mac via USB et MIDI IN et OUT, la bestiole est proposée sur Indiegogo en ce moment pour 285 $ en configue minimum. Sortie prévue en novembre de cette année, la campagne vient de dépasser les objectifs à 122 %, il reste 16 jours. Special Waves est une compagnie italienne, elle proposera des mises à jour du firmware régulièrement.

Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S
Special Waves Mine S

Mine S Contrôleur MIDI modulaire et multi protocole est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

☐ ☆ ✇ DJ TechTools

Mine S: Customizable Modular MIDI Controller Has Successfully Crowdfunded Their 2019 Redemption Campaign

Par Dan White — 22 mai 2019 à 17:36
Mine S modular controller

Every once in a while there are DJ technology products that give us flashbacks here at DJTT. Modular MIDI controllers are one of those topics – many people have come to the conclusion that a build-it-yourself MIDI controller that can be re-assembled on the fly is a great idea. But it’s rare to see these […]

The post Mine S: Customizable Modular MIDI Controller Has Successfully Crowdfunded Their 2019 Redemption Campaign appeared first on DJ TechTools.

☐ ☆ ✇ DJ TechTools

SC5000 + Prime 4 are getting Beatport, Beatsource, Soundcloud, and Tidal Streaming

Par Dan White — 21 mai 2019 à 16:00

Wondering when streaming music libraries will show up in standalone DJ hardware? Denon DJ announced their standalone Prime Series DJ hardware (SC5000, SC5000M, and Prime 4) will all have streaming services added to them in Summer 2019.

The post SC5000 + Prime 4 are getting Beatport, Beatsource, Soundcloud, and Tidal Streaming appeared first on DJ TechTools.

☑ ☆ ✇ Sonovision - Image

Un nouveau film LED transparent chez LG

21 mai 2019 à 17:38
©DR

Le nouveau film LED transparent autoadhésif de LG permet de transformer n’importe quelle surface en verre en un écran diffusant des vidéos ou des images. Des vitrines de magasins aux cloisons des bureaux d’une entreprise, il peut s’appliquer sur toutes les surfaces vitrées. La transparence du film offre la possibilité de voir les produits exposés à travers le contenu, sans affecter la lumière ambiante. La couleur, la souplesse et la simplicité du film LED transparent de LG donnent à ceux qui le regardent et l’utilisent la sensation de vivre une expérience futuriste à la pointe de l’innovation.

 

Couleurs éclatantes et transparence

Le film offre le juste équilibre entre éclat des couleurs et transparence. Le contenu affiché dispose d’une palette de 1,7 million de couleurs et environ 120 niveaux de gris. La luminosité est prévue à la fois pour les utilisations en intérieur et en extérieur, de sorte que le contenu produit un effet remarquable dans la plupart des environnements commerciaux. La transparence à 73 % garantit que la lumière ambiante ou dirigée vers le film reste intacte lorsqu’elle traverse ce dernier, offrant une bonne visibilité sur ce qui se trouve derrière la vitre. Lorsque l’écran est éteint, il passe inaperçu sur son support en verre.

 

Conception flexible

Le film LED de LG est conçu pour offrir une flexibilité maximale et peut ainsi agrémenter de nombreuses configurations. Dans une installation convexe, il s’applique sur des courbes jusqu’à 1100 R. Le film est également ajustable en termes de taille : il est possible de juxtaposer les panneaux verticalement, horizontalement ou de couper le film parallèlement au cadre. Les écrans sont équipés d’une protection anti-UV afin de conserver tout leur éclat, même lorsqu’ils sont posés sur des vitrines donnant sur l’extérieur. L’utilisation du format 24 mm est idéal sur les grands écrans destinés à afficher des logos ou à animer des manifestations publiques.

 

Simplicité d’utilisation

L’une des qualités la plus innovante du film LED réside peut-être dans sa simplicité d’utilisation : aucun montage complexe n’est nécessaire. La fixation étant assurée par adhérence, l’installation n’a qu’un impact minime. La lecture du contenu peut être pilotée via le media player embarqué ou une plateforme d’affichage numérique intégrée.

Avec sa transparence révolutionnaire et ses couleurs époustouflantes, le film LED transparent de LG associé à n’importe quel affichage, signalétique ou design intérieur vous transporte tout de suite dans une ambiance futuriste.

 

Principales caractéristiques du film LAT240DT1

  • Pitch: 24mm
  • LED Type R,G,B 
  • Transmission: 73%
  • Courbure (Convex and Concave): 1,100R
 
☑ ☆ ✇ Mediakwest - Broadcast

Elections européennes : XD Motion et Dreamwall implantent de l'AR à Bruxelles

21 mai 2019 à 18:54
Elections européennes : XD Motion et Dreamwall implantent l'AR à Bruxelles © DR

Le Cablecam de la société XD motion: le X fly 3D est pour la première fois au monde installé dans l’hémicycle d’un parlement pour couvrir les élections Présidentielles et Européennes.

 

Le niveau de sécurité Bruxellois à franchir pour survoler ce lieu regroupant les plus hautes personnalités du monde politique est au plus haut niveau jamais atteint. L’innovation a été de fixer les points d' accroches dans un lieu non adapté à ce type d' installation et surtout offrir une qualité de prises de vues très stable pour intégrer la réalité augmentée unique de la société Dreamwall en Live mondial. Aucun tracking n’est utilisé, seules les métadata temps réels du X fly 3D sont générées pour l’intégration graphique AR.

 

Retrouvez ici le débat des candidats pour la présidence de la Commission Européenne avec les technologies d'XD Motion et Dreamwall intégrées...

☑ ☆ ✇ Mediakwest - Tournage

Sébastien Devaud, la passion créatrice

27 mai 2019 à 17:00
Sébastien Devaud, réalisateur passionné et exigeant, a testé en avant-première la caméra XF705, nouvelle référence haut de gamme de Canon. © DR

Sébastien Devaud est depuis toujours un passionné de l’image. Il fut l’un des premiers à utiliser le mode vidéo HD des reflex Canon Mark II. Depuis, il est devenu l’un des ambassadeurs de la marque. Il nous présente ici ses premiers retours d’expérience sur la caméra XF705, nouveau fleuron de la marque que nous avions testé précédemment…

 

Mediakwest : Quel est votre parcours professionnel ?

Sébastien Devaud : J’ai eu la chance de passer par plusieurs professions jusqu’à atteindre celle de réalisateur, notamment le montage, la prise de vue, la lumière… Depuis un peu moins d’une vingtaine d’années, j’éprouve un réel plaisir à réaliser, mais je n’aime pas me cantonner à un style de réalisation, c’est vraiment le projet qui m’attire avant tout. J’aime autant réaliser une série qu’une pub, qu’une émission de télévision, qu’un documentaire. Après, il est vrai que les projets sur la longueur n’ont pas ma préférence ; je préfère passer d’un sujet à un autre. C’est pourquoi je ne me suis pas encore engagé dans la fiction. Bien qu’elle m’attire, je sais qu’elle peut te prendre trois ans de ta vie. Ma priorité est de conserver le plaisir de créer.

 

M. : Et d’utiliser la technologie pour sa partie créative ?

S. D. : Oui, grâce aux relations privilégiées avec les marques, Canon en l’occurrence. Il est agréable d’être proche de la technologie et de pouvoir goûter à sa quintessence en avant-première, en exclusivité, de pouvoir réfléchir avec un temps d’avance, de la détourner parfois et d’y trouver vraiment l’intérêt créatif.

 

M. : Pensez-vous que la technologie s’est complexifiée ou pas ces dernières années ?

S. D. : Oui, je pense qu’elle s’est complexifiée, parce qu’elle s’est numérisée et le numérique apporte plus de possibilités. Une partie des étapes de fabrication, de réglages ne se voit plus, ce qui est plutôt positif. Le choix des possibles est immense. Les constructeurs proposent aux utilisateurs l’accès à des réglages très pointus. Il est souvent possible d’avoir différents niveaux, du tout automatique au tout manuel, avec des étapes intermédiaires. La réussite d’une caméra ou d’une application réside plus particulièrement dans leur interface utilisateur, et d’avoir cette impression de simplicité. En fait, en arrière plan, il y a beaucoup d’informatique, des processeurs, des algorithmes qui œuvrent. Toutefois, il ne faut pas que la technologie soit l’acteur principal, ce qui est important c’est de retranscrire la création, c’est l’essence même de ce que l’on va filmer et Canon l’a bien compris.

 

M. : Vous avez pu tester en avant-première la Canon XF705. Quelles sont ses qualités intrinsèques ? Qu’avez-vous particulièrement apprécié ?

S.D. : Pour situer la caméra XF705 dans la gamme, il s’agit avant tout d’une évolution de taille du modèle XF305. Canon dispose de trois gammes : EOS Digital pour les appareils photo ; Cinema EOS pour la gamme cinéma et grand capteur ; et XF pour la gamme corporate, news, reportage. La XF305, sortie il y a huit ans maintenant, a vraiment remporté un gros succès et est toujours en location chez nombre de loueurs. Canon a sorti plusieurs petites caméras depuis, mais en termes d’ergonomie et de design, c’est vraiment celle-ci, la XF705, qui est l’héritière directe.

Personnellement, j’aimais beaucoup utiliser la XF305 sur des sujets broadcast. J’ai donc abordé la XF705 avec un a priori positif. La première chose que j’ai voulu regarder, tester, c’est l’optique parce que je suis tombé amoureux des optiques pendant mes études. Le potentiel de la grammaire narrative des optiques permet de raconter des histoires. De grands réalisateurs, comme Sergio Leone, Stanley Kubrick, Orson Welles, ont célébré cette grammaire du cadre. Je ne suis par forcément fan des optiques qui ne sont pas interchangeables. Mais bon, sur la XF705 il y a le petit liseré rouge qui prouve que c’est une série L à laquelle appartiennent les meilleures optiques de chez Canon.

La caméra couvre une large gamme de focales, c’est complètement bluffant ! Surtout, sur ce type de caméra corporate et news où il faut aller parfois chercher un sujet loin de l’image ou faire un cadre serré. Le zoom 300x digital est également intéressant, il peut servir à plein de choses et notamment en news, quand on est obligé de zoomer et que la qualité n’est plus la chose la plus importante. En cela, l’optique est étonnante parce que, quand on lui rajoute ses compléments, on arrive à avoir une optique, en rapport Super 35, 20 mm-1 200 mm en HD et 600 mm en UHD.

Après, en regardant les premiers rushes, je me suis pris une claque, au même titre que celle reçue quand j’ai visionné les rushes du 5D Mark II à l’époque. Il y a un « waouh effect ». L’un des atouts de la caméra est son nouveau codec, le HEVC H.265. Elle est la première du marché à l’avoir. Je pense que Canon va marquer beaucoup de points et, pour moi, cette caméra est la première qui va aider à démocratiser le 4K.

Aujourd’hui, le 4K n’est pas encore très utilisé dans les flux de production broadcast parce qu’il faut tout de même changer beaucoup de choses dans le workflow. Le H.265, par sa compression, va permettre, en tout cas pour de nombreux utilisateurs, de faire oublier la crainte des capacités de stockage énormes que nécessite le 4K. Et cela, franchement, je l’ai ressenti dès le premier test. Grâce à ce nouveau codec, Canon simplifie l’usage de la 4K, tout en conservant les qualités intrinsèques de l’image. Je suis persuadé que la XF705 va vraiment démocratiser le passage du Full HD à l’UHD.

J’ajouterai un troisième atout. Je veux parler de tout ce que Canon a ajouté sur la caméra et qui est lié au feedback utilisateur. Ce sont des petites choses, mais elles font toute la différence en tournage. Ce sont des détails qui prouvent que cette marque écoute ses clients.

 

M. : Des exemples…

S.D. : Je peux en citer trois. Déjà, l’endroit où on met son moniteur à l’arrière, qui est normalement sur le sabot avant. Là, ils l’ont placé à l’arrière, c’est complètement malin, parce que c’est là où l’utilisateur a envie de mettre ses moniteurs et ses micros. Autre exemple : les prises XLR à l’arrière et les prises BNC pour pas que les cordons soient en latéral, mais qu’ils soient bien à l’arrière de la caméra. L’écran aussi, qui peut se déplier à gauche et à droite. Tout cela résulte des retours d’utilisateurs.

Canon fait la différence parce que, au final, ce sont des détails qui, sur le terrain, t’aident vraiment. C’est un respect de l’utilisateur, au même titre que le choix des batteries ; ce sont les mêmes que sur la C200 ou C300 Mark II. Le choix des cartes SD aussi que l’on peut trouver dans le monde entier, n’importe où. Les coûts d’utilisation sont ainsi réduits.

Autre point fort de taille, c’est que Canon a ajouté le HDR sur ce type de gamme. Il est donc possible de matcher différentes caméras ou appareils photo Canon. Les équipes de R&D ont ajouté des fonctions nouvelles qui ne sont même pas encore utilisées : le HDR pour faire du live. Autrement dit, la vidéo peut être enregistrée en interne sur les cartes SD, mais il est possible d’envoyer le flux par sa connexion 12G-SDI ! On aura le même signal 4:2:2 10 bits 50p, UHD HDR, tout cela par un seul câble !

 

M. : Comment différenciez-vous la XF705 de la gamme EOS Cinema, des C200 ou C300 ?

S.D. : Par la taille des capteurs ! Là dessus, je le dis tout de suite, c’est la taille des capteurs. Pour différencier la gamme XF, par rapport à la gamme Cinéma c’est par les rapports de profondeur de champ que je peux avoir avec mes grands capteurs, qui offrent plus de profondeur de champ, même si nous sommes sur un capteur 1 pouce sur la XF705. Toutefois, la XF705 offre de la profondeur de champ que l’on ne trouvait pas du tout dans ce genre de gamme. Nous nous approcherons de l’image cinématographique grâce au profil colorimétrique. On amène ce rendu, cher à tous aujourd’hui parce qu’évidemment, en plus de savoir raconter des histoires, chacun veut aussi les rendre esthétiques. Eh bien, cette caméra le permet.

 

M. : Serait-il envisageable, par exemple, de mixer sur certains projets une C200 avec une XF705 ?

S.D. : Oui ! J’ai en tête un exemple très concret. Je viens de tourner une émission pour France 2 intitulée Au cœur des éléments au cours de laquelle est retranscrite une tempête. Je devais faire des séquences, où j’avais besoin de ralentis, donc là c’est davantage la C200. Mais pour enregistrer tout le flux où j’avais en gros 33 caméras, je pense que la XF705 avait sa place pour tourner une certaine partie.

Sur La parenthèse inattendue avec Frédéric Lopez, je tournais avec huit caméras XF305 ; la XF 705 sera mon choix direct pour ce type de projet. Quand nous avons fait le pilote, nous avons tourné 14 heures d’affilée ; à la fin, les opérateurs étaient épuisés ! La XF705 leur simplifiera la vie car elle dispose de nombreuses assistances de prise de vue.

Cette caméra peut fonctionner en autofocus, elle n’est pas que dédiée au monde professionnel. Des journalistes, des JRI sans grandes connaissances techniques vont s’en sortir et ramener des trucs incroyables. C’est là qu’elle va prendre une place que les autres n’ont pas. Les EOS Cinema ne peuvent pas occuper cette place, parce que, même si on leur donne de l’assistance, jamais on n’obtiendra quelque chose d’aussi malléable.

 

M. : Dans quels cas de figure préconisez-vous l’utilisation de cette caméra ? Quel est son champ d’action ?

S.D. : En utilisation unitaire, elle est franchement pour le news, le sport, le journalisme, le documentaire bien sûr. Ce qui est génial c’est que pour le documentaire, il ne faut plus réfléchir, il faut tourner en 4K, même si ce n’est pas pour le diffuser en 4K. De nombreuses opportunités créatives sont liées à la caméra.

En broadcast, en multicaméra, cette caméra est évidente pour moi. Elle va coûter beaucoup moins cher à des productions désirant la mettre en multicam. Pour l’avoir testée sur la XF305 et avoir vu le rendu que nous avons réussi à obtenir si l’on passait un peu de temps à l’étalonnage, elle est totalement dédiée à du multicaméra broadcast. La sortie 12 G SDI permet le multicam, il est possible également de streamer en HEVC 4K.

Avec le film promotionnel que nous avons réalisé pour sa sortie, nous avons vraiment mis en avant les assistances focus. Il est possible de filmer en total autofocus ou en autofocus assisté. Ce dernier est mon préféré, c’est l’utilisateur qui fait le point, mais dès qu’il a détecté l’objet ou la personne qui l’intéresse, l’autofocus va affiner tout seul. Donc, la finition, dans des conditions un peu extrêmes de lumière, c’est lui qui s’en charge, c’est génial !

Autrement, il y a le tracking. Nous avons expérimenté cette fonction avec un sportif, un recordman du 100 mètres, il fallait le filmer comme nous le pouvions ; il n’était pas là pour nous ! Le tracking de mise au point a très bien marché, et nous avons eu le point du début à la fin, sans effet pompage. C’est ce que je demande à tout le monde : « Tu vas te mettre à ma place. Maintenant, tu vas le faire manuellement et tu vas me dire si tu arrives à le réaliser sans pompage, du début à la fin ? ». Ça, la XF705 sait le faire. C’est vraiment un truc qui est nouveau pour moi : avoir des assistances sur lesquelles tu peux te fier !

Quelques mots sur l’audio peut-être. C’est vrai, c’est un point qui m’intéresse. Il y a quatre entrées, un micro intégré, deux XLR et une entrée minijack. À la fois, sur ce type de caméra, si on est amené à faire du news, le reporter est pratiquement les trois-quarts du temps avec un HF ou alors il doit faire une interview rapide. Canon a respecté le son, la qualité d’enregistrement du micro interne est très bonne. Les deux XLR ont des places parfaites. Le son est plus que respecté, il est intégré. Canon a bien compris qu’une caméra doit servir, et l’audio et la vidéo.

 

M. : En matière de codec, que pensez-vous du HEVC d’une manière générale, et plus particulièrement de la version Canon, le XF HEVC ?

S.D. : Avec le HEVC, nous sommes dans le futur. Il y a dix ans, je n’arrivais pas à comprendre comment, dans un boîtier comme le 5D, on arriverait à la fois à faire des photos et à sortir un Full HD. Je n’imaginais pas faire tout cela sur une petite carte SD de ce type. Avec le HEVC, c’est pareil, on parvient à obtenir cette matière et cette qualité.

Et le XF HEVC, c’est l’enveloppe dans laquelle Canon a décidé de mettre ce codec. C’est un standard fantastique qui permet d’avoir toutes les informations et les métadonnées. Les trois-quarts des gens ne savent même pas que toutes ces métadonnées, informations sont enregistrées et qu’elles peuvent être super utiles.

 

M. : Le HDR ?

S.D. : Ce qui est bien sur la XF705, c’est que je peux envoyer mon signal HDR et enregistrer SDR, je ne suis pas obligé d’avoir la simultanéité entre l’enregistrement et la diffusion. Et là c’est pareil, je peux enregistrer du Full HD et diffuser du 4K, ou inversement. Ça, c’est vraiment nouveau aussi !

La caméra fait aussi du ralenti en Full HD. Pour le documentaire, c’est quand même sympa de pouvoir produire des contenus en ralenti à 120 i/s. À chaque fois que l’on a commencé à parler de cette caméra, ce qui était bien, c’est que les gens demandaient « Et ça, il y a ? ». « Eh bien oui, il y a ! », c’est dur de la piéger !

 

M. : Justement, par rapport au HDR, qu’est-ce que cela apporte en termes de valeur ajoutée ?

S.D. : On pouvait reprocher à certaines caméras de la gamme corporate de ne pas avoir ce rendu esthétique que tout le monde adore parce que, maintenant, on recherche la restitution de l’esthétique cinématographique. Tout d’un coup, voilà on a de la haute dynamique, ce rendu flatteur. On met un peu de désaturation, un peu de HDR, on travaille un peu en longue focale et c’est bon !

D’ailleurs, mon premier test portait sur des footballeuses du Paris Saint-Germain. Le temps était ensoleillé, nuageux, avec des bons contrejours. Le rendu de peau avec le HDR est incroyable. Je me suis amusé à l’IBC où ce test était diffusé à demander aux visiteurs : « Avec quoi ai-je tourné ? » Tous ont répondu : « Avec EOS Cinema ». Cette image n’est pas reconnue comme celle de la gamme XF. Vous parliez de concerts, et je pense que la haute dynamique va permettre de faire du live dans des environnements où il a des lumières assez extrêmes.

 

M. : Surtout de plus en plus, comme on fait de l’info décor avec du led en arrière plan…

S.D. : Canon a ajouté la fonction Clear Scan, ce qui permet de régler finement la fréquence du shutter et éviter les barres noires et les images qui sautent sur les écrans. La led événementielle qui n’est pas du tout stabilisée en fréquence. C’est très bizarre d’avoir autant de possibilités au niveau du réglage shutter, pratiquement tout est accessible, même le shutter cinéma !

 

M. : Personnellement, tournez-vous encore en HD ou tout en 4K ?

S.D. : Par rapport à mon activité ? De manière générale, avec celle-ci quand je pars en tournage, ce sera 99 % du 4K, le 1 % restant que je vais utiliser ce sera le ralenti Full HD, parce que je ne vais pas réfléchir à mes cartes. Après, je sais que je pourrai tout à fait redescendre ; in fine, cela me donnera une double image. Celle-là, je tournerai essentiellement 4K. En ce qui concerne le Full HD, je pense qu’il va tout doucement disparaître, c’est sa fin de vie. Là ça y est, ce type de caméra me fait entrer de plain pied dans le monde du 4K. Je ne vais plus réfléchir.

 

M. : Un mot de la fin ?

S.D. : La caméra XF705 est polyvalente, elle servira pour de nombreux usages, que ce soit en caméra unitaire, ou en multicam. Les qualités de l’optique, du traitement de l’image, du codec sont exceptionnels et vont démocratiser l’usage de l’UHD. De plus, le support du HDR et du capteur 1 pouce favorise la création d’une image qui a une esthétique cinéma. En résumé, cette caméra sait tout faire.

 

Prix du XF705 : 6 000 € HT.

 

Retrouvez également 2 vidéos autour de la XF705 avec l'aide de Sébastien Devaud... 

Dans la première, il nous livre ses premières impressions sur l’utilisation de cette caméra et nous explique les différents points forts et bénéfices utilisateurs lors d’une interview ici...

Par ailleurs, dans la seconde vidéo, Sébastien Devaud a réalisé un behind the scene tourné à l’INSEP de Vincennes avec en guest star, l’athlète français Jimmy Vicaut, le recordman d’Europe du 100m ! Sébastien Devaud a pu mettre en application toutes les fonctionnalités de cette caméra et nous en explique tout l’intérêt ici...
 

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #30, p.24/26. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

❌