Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Pauline Sémont : démoreels animation, modeling, texturing (recherche de stage)

Par Shadows

L’artiste Pauline Sémont nous présente ses travaux. Issue de l’école Aries Toulouse (Bachelor Conception 3D VFX Animation), elle recherche actuellement un stage de fin d’études en animation 3D ou modeling/texturing.

Outre les deux bandes démo, vous trouverez ci-dessous son court de fin d’études (coréalisé avec Camilla Debaix-Martin, Hugo Lasvenes, Marine Morell, Nicolas Verdier) et son CV.

L’article Pauline Sémont : démoreels animation, modeling, texturing (recherche de stage) est apparu en premier sur 3DVF.

Découvrez les modélisations organiques de Zhelong Xu

Par Shadows

L’artiste Zhelong Xu se spécialise dans la modélisation organique. Ses créatures aux courbes complexes sont clairement influencées par la culture chinoise, et Zhelong Xu travaille notamment sous Zbrush. Il a récemment créé une série de modèles en speed sculpting et en moins d’un mois, que nous vous invitons à découvrir :

Pour plus d’informations sur les techniques de cet artistes, voici la conférence qu’il a donnée ce week-end lors du ZBrush Summit :

L’article Découvrez les modélisations organiques de Zhelong Xu est apparu en premier sur 3DVF.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @asker⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣WOA presenta...




⁣⁣
⁣#repost @asker⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣WOA presenta HIDENTITY, un progetto personale che fonde arte e tecnologia, un lavoro che più che mai ci rappresenta. ⠀⁣
⁣Dopo quattro anni, passati a 200 km/h tra lavori e sperimentazioni, abbiamo deciso di fermarci e guardarci indietro. ⠀⁣
⁣Unendo i puntini abbiamo trovato la nostra identità nascosta e abbiamo tracciato la direzione da prendere.⠀⁣
⁣-⁣
⁣@woa_creativecompany ⁣
⁣@jessica_sala_jasminerouge ⁣
⁣#woacreativecompany #interaction #performancemapping #motionmate #aftereffects #projection #madmapper #touchdesigner #millumin #generative #motiongraphics #designinspiration #design #art #graphicdesign #beauty #model #picoftheday #girl #creativity #coolproject #performing #performingarts #performing #creativecompany @pajols @vonolders @incrementnsave @ric_ape @touchdesigner @millumin2 @factorynolo @superdopeaudio
https://www.instagram.com/p/B2i9niopEta/?igshid=nof36s8bh9kf

PPI, un nouveau mode de paiement original pour RealityCapture

Par Shadows

Le logiciel RealityCapture est un des outils de scan 3D et photogrammétrie les plus réputés du marché, mais son tarif est positionné en conséquence : il faut compter plusieurs milliers d’euros pour une licence perpétuelle. Une offre de licence mensuelle est aussi proposée, mais elle est par définition limitée dans le temps et reste imparfaite pour un usage peu fréquent.

A l’occasion de sa mise à jour de septembre, le logiciel se dote désormais d’une nouvelle option qui répond à ce problème : PPI, ou Pay-per-input. Le concept : vous pouvez installer et utiliser le logiciel gratuitement et comme bon vous semble, et c’est lors de l’export du modèle que vous paierez, en fonction du nombre de photos d’entrée et de leur résolution, ou du nombre de points scannés au laser. Un avantage de l’approche est donc de ne payer qu’après avoir reconstruit un modèle, et en sachant précisément ce que l’on achète.

Plus intéressant : il ne s’agit pas d’un paiement lié à un export unique, mais à l’ensemble des assets d’entrée. Ce qui signifie que si vous payez pour, par exemple, l’export d’un modèle issu de 500 photos et d’une session de LiDAR, vous pourrez indéfiniment retravailler et ré-exporter ces mêmes données d’entrée.

Précisons également que la même mise à jour apporte aussi le support des images 16 bits/HDR en entrée mais aussi lors de la création de textures.

Mise à jour du 11/09 : compléments sur le modèle économique

Comme nous le signale un lecteur en commentaire, en parallèle de cette nouvelle offre, l’éditeur a annoncé la fin de son offre « Promo », qui permettait de disposer d’une licence de 3 mois pour 100€, avec toutefois une limite de 2500 photos et 50 Megapixels par image.
Or, avec le système de crédits introduit via PPI, 100€ permet de disposer de 10 000 crédits, soit le paiement du traitement de 2000 images de 20 megapixels, ou de 3333 images de 12 megapixels.

Autrement dit : si vous utilisiez la licence Promo au maximum de ses capacités, le prix que vous deviez payer pour trois mois correspond désormais à un scan unique. Un scan que vous pourrez certes traiter et exporter indéfiniment, mais un scan unique.
La fin de cette offre Promo sera donc clairement une mauvaise nouvelle pour ses adeptes.

L’article PPI, un nouveau mode de paiement original pour RealityCapture est apparu en premier sur 3DVF.

L’outil Instant Terra dévoile ses capacités avec une bande démo

Par Shadows

Nous avions déjà eu l’occasion d’évoquer Instant Terra, une solution 3D temps réel de génération de terrains. L’outil est développé par l’équipe de Wysilab, à Montpellier.

Néanmoins, avant de se lancer et d’adopter une solution logicielle, il est toujours intéressant d’avoir une bonne idée des capacités d’un tel produit. Et justement, une nouvelle bande démo est disponible : elle vous permettra d’avoir un aperçu de ce que permet Instant Terra en termes de création et diversité.

Notez qu’Instant Terra se décline en trois versions selon vos besoins, les deux versions de base (Classique, Unlimited) étant très abordables. Le modèle économique est celui des licences perpétuelles. Enfin, une démo 30 jours est proposé, et des licences éducation gratuites pour écoles et élèves sont disponibles sur demande.

L’article L’outil Instant Terra dévoile ses capacités avec une bande démo est apparu en premier sur 3DVF.

Ronnie Rodriguez, 3d Modeler/Digital Sculptor

Par Shadows

Découvrez les travaux de Ronnie Rodriguez, artiste actuellement en poste chez Hasbro, à Los Angeles.

L’article Ronnie Rodriguez, 3d Modeler/Digital Sculptor est apparu en premier sur 3DVF.

Le modem Bluetooth des Vaio : Internet sans fil et sans Wi-Fi

Par Pierre Dandumont

Récemment, j’ai trouvé un appareil un peu particulier : un modem 56K Bluetooth Sony, le PGCA-BM1. Assez imposant, il permettait aux possesseurs de Vaio (et d’autres PC) de se connecter à Internet sans fil. C’était en quelque sorte un concurrent des premières bornes AirPort, qui intégraient du Wi-Fi et un modem 56K.

L’appareil est plutôt gros, et il cache ses connecteurs sous le pied. On trouve quelques switchs, une prise RJ11 et l’alimentation. A l’arrière, une prise DE-9, qui n’est a priori pas utilisée en Europe. Je suppose qu’elle permet la connexion à un modem série dans certains pays.

Le modem


Quelques LED


Un port série


Les réglages sous le pied

Il s’agit d’un des premiers appareils Bluetooth, et il a quelques particularités. Premièrement, un vrai mot de passe (modifiable avec un logiciel sous Windows), et pas un simple 0000. Il s’agit du numéro de série de l’appareil. Un choix intéressant pour la sécurité, mais pas forcément très pratique sous macOS, qui tend à imposer les mot de passe automatisés. Mais l’option pour entrer son propre mot de passe reste possible sous Mojave. Les switchs sous l’appareil permettent de passer dans un mode qui permet de modifier les paramètres ou de rendre invisible l’appareil (en gros, l’option détectable sous macOS).

Snow Leopard voit une passerelle


Leopard un téléphone


Il est vu comme un modem (logique)

j’ai commencé par tester sous Mojave, puis El Capitan, Snow Leopard et enfin Leopard. Les trois premiers permettent de jumeler le modem, mais c’est tout. Il ne semble pas reconnu comme un modem, ou un périphérique équivalent. Sous Leopard ça passe : il est vu comme un téléphone, on peut ajouter un port série virtuel et effectuer une connexion. Comme j’avais la flemme de sortir un Raspberry Pi avec un modem, j’ai juste testé directement sur ma ligne VoIP : il numérote, tente de se connecter sur un serveur RTC… et n’y arrive pas. Mais c’est normal : une connexion 56K s’effectue rarement correctement à travers une ligne VoIP.

La LED brille bien

Reste que le produit est intéressant, il montre qu’il existait autre chose avant le Wi-Fi, et que le mot de passe 0000 n’est pas une fatalité. Par contre, comme pas mal de technologies tombées en désuétude, c’est toujours un peu compliqué avec les systèmes modernes : en 2019, le RTC vit ses derniers instants.

60 stylistes, 1 Nabaztag : quelques images de l’époque

Par Pierre Dandumont

Il y a de nombreuses années maintenant, une exposition liée aux Nabaztag et à la mode avait eu lieu à Paris. J’avais fait des sujets sur la majorité des modèles, décorés par des stylistes plus ou moins connus.

D’abord, la liste.

Les créateurs et les Nabaztag : Andy Smith, Clara Collins, Deborah Sportes, Adam Saaks, Agatha Ruiz De La Prada, Alexis Mabille, Christophe Guillarmé, Impasse de la Défense, Eric Roman, Heimstone, Jacques Weemaels, Christian Audigier, Shinsuke Kawahara, Juliette Swildens, Gaia Di Paola, Eric Bergère, Delphine Murat, Corinne Cobson, Christian Ghion, Erotokritos, Ken Okada, Comptoir des cotonniers, Katherine Pradeau, Ivana Helsinki, Jean-Jacques Picart, Princesse Tam Tam, Kid Vanilla, Lolita Lempicka, Valentine Gauthier, Zadig et Voltaire, Firma, Hubert Barrère, Ich & Kar, Jean-Claude Jitrois, Stéphane Plassier, Sylvia Rielle, Tara Jarmon, Paule Ka, Sandrine Philippe, Servane Gaxotte, Sprung Frères, Masomenos, Nekomori, Nicole Van Dyke, On aura tout vu, Antik Batik, Burfitt, Jean-Paul Knott, AS29, Aurélie Mathigot, Bensimon, Chemins Blancs, Eymeric François, Marithé + François Girbaud et enfin les autres.

Ensuite, la raison de ce post. J’ai trouvé sur eBay une feuille reprenant une image de presse de 20 des Nabaztag, avec son auteur. Je ne sais pas s’il existe d’autres feuillets de ce type. Je connaissais les 20 lapins en question (ils ne font pas partie des inconnus) mais je n’avais pas l’image du modèle de Tara Jarmon dans mes fiches (j’ai modifié la page).

La planche


Celui de Tara Jarmon

la question que je me pose toujours reste sans réponse : que sont devenus les lapins ? Officiellement, ils devaient être mis aux enchères, mais je n’ai jamais trouvé de traces de la vente, et je n’ai jamais vu d’images récentes des lapins depuis.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @rvnsabharwal⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Work zone...




⁣⁣
⁣#repost @rvnsabharwal⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Work zone for today at @ramojifilmcity ⁣
⁣Saaho Pre Release Show starring @actorprabhas ⁣
⁣Event by Shreyas Media⁣
⁣⁣
⁣#led #stagedesign #12000sft #ledmapping #millumin #server #vjlife #resolume #workmode #ultramusic
https://www.instagram.com/p/B1l0kL6p3sI/?igshid=743cot1w58st

Speedcut, nouvel outil de modélisation booléenne sous Maya

Par Shadows

Joe Wu, artiste 3D senior en Australie, lance en beta un outil Maya destiné aux adeptes de modélisation booléenne.
Pour le moment gratuit, SpeedCut propose un workflow non destructif. Il a été testé sous Maya 2018.5 mais devrait fonctionner sans problème sous d’autres versions.

L’article Speedcut, nouvel outil de modélisation booléenne sous Maya est apparu en premier sur 3DVF.

Le (second) modem ADB de chez Global Village

Par Pierre Dandumont

Récemment, je parlais du modem Teleport A300 de chez Global Village. Mais si vous cherchez un « modem ADB », vous tomberez beaucoup plus souvent sur le Teleport Bronze de la même société. Mais il ne s’agit pas (vraiment) d’un modem ADB.

Le Bronze, contrairement au A300, ne communique pas en ADB. Ce modem 2 400 bauds (il s’agissait d’un modèle d’entrée de gamme) se branche en série, sur la prise Mini DIN 8 d’un Mac. Mais il s’alimente en ADB, comme quelques autres périphériques de l’époque. Le bus ADB pouvait fournit 500 mA en 5 V (comme l’USB) mais chaque périphérique ne devait pas dépasser 100 mA, ce qui est visiblement le cas ici. Le modem ne nécessitait donc pas d’alimentation externe et se plaçait entre l’ordinateur et les périphériques grâce à une prise en Y. Le Read Me des pilotes, toujours distribués en 2019, montre que cette solution posait tout de même des soucis avec pas mal de périphériques de pointage alternatif.

Le Teleport Bronze


Deux prises RJ11, un bouton, un câble


ADB en Y pour l’alimentation, série en Mini DIN 8 pour les données

Sur les autres modems de la gamme (Silver, Gold, Platinum, etc.) ainsi que sur le Bronze II, l’alimentation passe par un bloc externe qui nécessite donc une prise de courant libre. Enfin, il faut noter que d’autres sociétés utilisaient cette technique, comme Supra : il existe un modem 33 600 externe qui s’alimente en ADB et communique en Mini DIN 8, comme le Teleport Bronze.

Le modem ADB de chez Global Village

Par Pierre Dandumont

Dans les années 80 et 90, le port ADB des Mac servait pour les claviers et les souris, mais aussi pour d’autres usages comme un tuner FM ou un modem.

Le bus inventé par Steve Wozniak pour l’Apple IIgs et adopté rapidement par les Mac (et les stations NeXT) offrait en effet bien plus de possibilités que l’équivalent côté PC, le PS/2. Il servait essentiellement pour les souris et les claviers, mais pouvait fondamentalement être utilisé pour d’autres usages. Et Global Village en a profité à l’époque, avec des modems. Le bus ADB avait tout de même un problème : un débit assez faible. 125 kb/s en théorie, moins de 10 kb/s en pratique. Les quelques produits qui utilisent le bus restent donc assez lents.

Le Teleport A300

Le modem dont je dispose est un Teleport A300. Ce modem se connecte uniquement en ADB, avec une prise en Y qui permet le chaînage pour brancher un clavier (et une souris). Il dispose de deux prises RJ11, une pour la connexion à la prise téléphonique, la seconde pour la connexion à un téléphone. Dans les petits trucs pratiques, Globa Village livrait un câble RJ11 long (pour la connexion à la prise) et un court, pour mettre le téléphone près de l’ordinateur. Je n’ai pas eu les pilotes avec le modem, mais Globa Village les distribue toujours sur son site web. Premier truc à savoir, les pilotes ne fonctionnent visiblement pas avec un Mac en PowerPC : Sur mon Power Mac G3, il bloque le démarrage. Le modem ADB ne fonctionne que sur de vieilles machines en 68K avec les pilotes 2.0.6a.

Deux RJ11


L’unique prise ADB en Y

Question performances, c’est évidemment franchement lent : il s’agit d’un modem 2 400 bauds. Le pilote est assez particulier : comme la connexion en ADB est pour le mpins atypique, le tableau de bord propose d’émuler une connexion à travers trois possibilités : le port série modem, le port série imprimante et la Communication Toolbox. Le dernier ne fonctionne qu’avec les programmes qui utilisent correctement les API d’Apple de l’époque, en permettant de ne pas monopoliser virtuellement les véritables ports série.

Il est reconnu


Les options

J’ai fait quelques tests rapides, mais vous vous doutez bien qu’un modem 2 400 bauds n’a pas réellement d’intérêt en 2019 et est même totalement inutilisable. Même les rares FAI proposant encore un accès RTC passent mal à cette vitesse, et je n’ai pas de véritable ligné téléphonique pour tester, juste de la VoIP. En tout cas, j’ai pu vérifier que le modem fonctionne en appelant directement ma ligne mobile.

Il est reconnu


Initlialisation


Et numérotation

le Teleport A300 doit plus être vu comme une curiosité de l’époque que comme un produit vraiment innovant, mais il montre tout de même que l’ADB était plus versatile que ce que nous pouvions croire.

Serato DJ Pro 2.2 Released: Day Mode, Play Count, Better Streaming Track Analysis

Par Dan White
Serato DJ Pro 2.2 daymode

Coming out of beta today is the brand new update Serato DJ Pro 2.2 (as well as Serato DJ Lite 1.2). The update finally brings two highly-requested features to the Serato DJ software, Day Mode and Play Count, as well as a number of smaller improvements. Keep reading for details, watch the overview video, or […]

The post Serato DJ Pro 2.2 Released: Day Mode, Play Count, Better Streaming Track Analysis appeared first on DJ TechTools.

The Look and Sound of “Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries” (article 2 of 2)

Par Doug Krentzlin

The camera crew filming the unorthodox entrance of Peregrine Fisher (Geraldine Hakewell) into the Adventuresses’ Club in “Just Murdered,” the pilot episode of Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries. (source: Every Cloud Productions) Every Cloud Productions’ Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries (a spin-off of Miss Fisher’s Murder Mysteries), which made its US debut in April on ...

The Look and Sound of “Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries” (article 1 of 2)

Par Doug Krentzlin

Geraldine Hakewell as Peregrine Fisher, in front of the cameras and behind the wheel of her sports car, in Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries. (source: Every Cloud Productions) Every Cloud Productions’ Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries, the Australian television series which had its US premiere on Acorn TV’s streaming service this April, is both an ...

Un bug datant de l’iMac G3 et des modems corrigé récemment

Par Pierre Dandumont

Récemment, je suis tombé sur un article amusant chez Wired : un résumé d’une conférence qui montre qu’Apple a corrigé récemment un bug lié à des choses assez vieilles. En fait, le bug permettait de prendre le contrôle d’un Mac à partir de technologies qui datent des années 90, du temps de l’iMac G3, des modems et de Mac OS 9.

De ce que j’ai compris, il se base sur une ancienne fonction de Mac OS (Remote Access) qui permet de prendre le contrôle d’un Mac à distance, en utilisant le modem. Oui, on parle d’un temps où les gens se connectaient à Internet avec un modem 56K et pas en ADLS, en fibre ou en 4G. En fait, macOS – dans ses versions récentes – dispose toujours des outils qui permettent d’utiliser un script modem (CCL, Connection Control Language) avec du matériel récent. Et en bidouillant et en utilisant des bugs, il est possible d’ouvrir une liaison non-sécurisée vers un Mac en utilisant cette méthode, tout en empêchant le système de s’en rendre compte et de couper la connexion (je résume un peu, surtout que je n’ai pas trouvé de vidéo de la conférence). Point étonnant, d’ailleurs, la méthode peut donc être persistante dans le temps, mais sans que le fichier de log contienne des informations sur les crashs provoqués (et nécessaires).

Lors d’une conférence, le hacker a montré que le problème date des anciennes versions de Mac OS, mais qu’il est compliqué à mettre en oeuvre depuis Sierra. Depuis, il a été corrigé (en avril 2019).

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @u.machine⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Glitch it...




⁣⁣
⁣#repost @u.machine⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Glitch it #Umachine #digitalart #dance #mapping #videoprojection #art #picoftheday #instadance #audiovisual #installation #umachine #artist #audiovisualperformance #show #interactiveart #generativeart #madewithsmode #millumin #realtimevideo
https://www.instagram.com/p/BxLEgVGJJhe/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=uol4iirncalw

Serato DJ Pro 2.1.1: Independent Pad Modes, Remapping for Accessory MIDI Controllers

Par Dan White
Serato DJ Pro 2.1.1 released

If you use pad modes or external accessories with Serato DJ Pro - or you've got a RP-8000MK2 on the way - you'll want to know more about this update. 

The post Serato DJ Pro 2.1.1: Independent Pad Modes, Remapping for Accessory MIDI Controllers appeared first on DJ TechTools.

Quick Tip: Fixing Rolling Shutter Flash with Opacity Blends

Par Caleb Stephens

The rolling shutter in CMOS chips can cause flash frames. Here's how you can fix them and get your project back on track.

How to Get Better Color Grades Using Opacity Blend Modes

Par Caleb Stephens

Here's the post-production guide (and photo tour) to how and why you should incorporate Opacity Blending into your next project.

Playmodes presenta “Espills”, una escultura de luz y un instrumento audiovisual generativo

Par volatil

ESPILLS es más que una escultura de luz, es un instrumento generativo audiovisual en tiempo real. Sobre Playmodes no nos vamos a cansar nunca de escribir. Sus instalaciones están recorriendo el mundo y nosotros queremos contártelo. En su web, nos explican paso a paso, el proceso y el resultado de Espills. Para los espectadores es un cristal mágico capaz de producir en su interior muchas figuras de luz que van cambiando según se mueven a su alrededor.

Si estás en Barcelona, puedes verles en La Ciutadella, en las fiestas de La Mercè Barcelona 2018, dentro del marco de MAC Festival (hasta el domingo 23 de septiembre de 21h a 2h).

Espills es una escultura de luz dinámica. Construida con rayos láser, escáneres láser y espejos robóticos, está inspirada en formaciones cristalinas. Un conjunto de figuras geométricas que flotan en el aire y que sugieren, de manera abstracta, la transmutación de la materia del caos al orden. El polvo se convierte en cristal, se erosiona y se vuelve arena otra vez.

Cada representación visual integra su propio diseño de sonido a través de algoritmos de sonificación que transforman la luz en música, completando este paisaje alquímico.

Espills es también un ejercicio de artesanía digital. La mayoría de los elementos que componen el trabajo, tanto de hardware como de software, han sido diseñados y construidos por ellos mismos: espejos robóticos, herramientas de dibujo de luz, módulos de láser, sintetizadores de audio, medios escénicos …

Se trata de una investigación que sigue activa, y la pieza aún no ha alcanzado su forma final. En este punto, lograron crear un instrumento audiovisual en tiempo real que se puede tocar en vivo, e hicieron las primeras exploraciones con él, dando como resultado las diferentes escenas que se pueden ver en el vídeo. Sin embargo, entienden que hay un mayor potencial en la expresividad del instrumento, y el proyecto seguirá evolucionando a través de iteraciones futuras.

Para hacer posible esta instalación, primero comenzaron dibujando ideas y formularios. De la geometría a los conceptos narrativos. Una simulación 3D les ayudó a visualizar cuál era la forma final de lo que tenían en mente:

Una vez definidas las ideas, comenzaron a construir el hardware. Al hackear los accesorios de iluminación dmx existentes, quitar los cabezales de luz y reemplazarlos con espejos, crearon un dispositivo que se puede usar para posicionar los rayos láser a través de su espejo reflejado:

También construyeron los circuitos electrónicos y programaron el firmware del microcontrolador para integrar los diodos láser en su ecosistema Artnet-DMX:

Construyeron un perfil octagonal de 4 m de diámetro para sostener las diferentes máquinas:

Para poder controlar todos estos elementos, crearon un software usando OceaNode, su propio programa de programación visual. OceaNode se basa en bancos de osciladores modulables que se pueden usar para controlar cientos de parámetros a través del movimiento de las olas:

OceaNode es openSource, puedes descargarlo y contribuir en este enlace. Es un motor de sonificación, construido con el entorno de programación de audio Reaktor, recibe datos OSC de OceaNode. Estos datos se asignan a parámetros de audio, transformando el movimiento del láser en sonido:

Este instrumento es una personalización de un conjunto que se puede descargar libremente de la biblioteca de Reaktor.

Querían trabajar con este instrumento como con cualquier otro en un entorno DAW, desarrollaron un complemento VST que envía datos OSC a OceaNode. De esta forma pueden automatizar sobres en la línea de tiempo, usando Reaper:

Para comenzar el proceso de creación de contenido, instalaron la pieza en un teatro en Celrà. Estuvieron trabajando allí durante 2 meses, ajustando los sistemas de hardware y software y finalmente creando las escenas audiovisuales.

Aunque la exploración les llevó finalmente a crear un instrumento generativo audiovisual en tiempo real, en una etapa previa creyeron que era mejor cronometrar un enfoque narrativo. Incluso crearon una banda sonora completa que finalmente descartaron porque sintieron que el enfoque era mucho más poderoso yendo en tiempo real. De todos modos, puedes escuchar la banda sonora descartada aquí.

 

La entrada Playmodes presenta “Espills”, una escultura de luz y un instrumento audiovisual generativo aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

What If (short edit) – White Night Melbourne 2018

Par Eva Fechten

It is a short edit of our 6 min long artwork created for White Night Melbourne 2018 on the Royal Exhibition Building.

WHAT IF..
Buildings came to life and transformed?
Mythical, Magical creatures were real?
There was a 5th dimension?
Spirituality and higher consciousness had a visual presence?
There was a portal to another more perfect world?

Creative theme: David Atkins / White Night Melbourne
Creative concept: István Dávid, Csaba Világosi, Viktor Vicsek
Art Director: Csaba Világosi
Technical supervisor: Viktor Vicsek
3d modeling: Dániel Szalkó
Producer: István Dávid
3d animators:
Kornélia Csikós
Katalin Katona
Viktor Vicsek
Csaba Világosi
Ivó Kovács
András Nagy aka XYZ
Balázs Szőcs
Character animation: Bálint Benkovits
Music: AMB
Sound design: Fine Cut Bodies
Projectors and technical execution: Electric Canvas

The post What If (short edit) – White Night Melbourne 2018 appeared first on Video Mapping Blog.

Crimson, Artvision Modern Moscow 2017

Par Eva Fechten

This is the A/V mapping piece we made for the Artvision Modern in Moscow. This project was inspired by the study “The colour currency of nature” by the scientist Nicholas Humphrey and the experiments he made according to the red colour. “Colour vision can and almost surely has evolved alongside signal colouration to enable animals […]

The post Crimson, Artvision Modern Moscow 2017 appeared first on LUMEN.

❌