Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierAudio Video 3D Art

Klaus : les coulisses de l’éclairage du film, en compagnie de Florian Aupetit

Par : Shadows

Florian Aupetit, lighting supervisor chez SPA Studios, présente en vidéo les méthodes d’éclairage utilisées sur le film d’animation Klaus.

En partant d’une scène brute, il montre pas à pas comment lui et son équipe ont mis en place des ambiances subtiles et avec un grand contrôle artistique. L’outil utilisé est KLAS, une solution logicielle développée par le studio Les Films du Poisson Rouge et spécialement adaptée aux techniques utilisées durant la production. Notez d’ailleurs que nous vous avions proposé une interview des Films du Poisson Rouge il y a quelques mois, notamment sur KLAS et son fonctionnement.

L’article Klaus : les coulisses de l’éclairage du film, en compagnie de Florian Aupetit est apparu en premier sur 3DVF.

Watchmen : les coulisses de la série, par BUF

Par : Shadows

BUF présente son travail sur la série Watchmen, diffusée sur HBO. 145 plans truqués ont été confiés au studio, dont des effets holographiques.

L’article Watchmen : les coulisses de la série, par BUF est apparu en premier sur 3DVF.

Terre vagabonde, fantasy, bus flottant : Dexter dévoile trois making-of

Par : Shadows

Le studio coréen Dexter a mis en ligne trois aperçus de son travail pour des films chinois.

The Wandering Earth / 流浪地球, pour commencer, un film de science-fiction de 2019 que vous avez peut-être vu sur Netflix. Il met en scène une Terre transformée en gigantesque vaisseau spatial.

The Island / 出好戏, comédie fantastique de 2018. Ici, les passagers d’un bus se retrouvent face à une gigantesque vague, puis sous l’eau…

Enfin, pour le film fantastique Once Upon A Time / 三生三世十里桃花, Dexter a créé quelques séquences variées : arbres en fleurs, oiseaux, armée, créature.

L’article Terre vagabonde, fantasy, bus flottant : Dexter dévoile trois making-of est apparu en premier sur 3DVF.

Après Scanline, Pixomondo présente son travail sur Midway

Par : Shadows

Nous vous présentions il y a quelques jours les effets visuels gérés par Scanline VFX pour le film Midway de Rolland Emmerich. C’est désormais Pixomondo qui publie une vidéo des coulisses.

On appréciera en particulier la mise en avant des navires et de leur modélisation dans la première moitié de la vidéo.

L’article Après Scanline, Pixomondo présente son travail sur Midway est apparu en premier sur 3DVF.

Midway : le tournant de la seconde guerre mondiale mis en images par Scanline VFX

Par : Shadows

L’an passé, Rolland Emmerich a dévoilé en salles sa vision de la bataille de Midway, une des batailles aéronavales les plus importantes de la seconde guerre mondiale. L’évènement était à l’origine prévu comme une attaque surprise des forces japonaises sur les Îles Midway afin d’écraser les forces américaines pour sécuriser l’avance japonaise dans le Pacifique et forcer les USA à négocier la fin du conflit. Les renseignements américains ont cependant réussi à comprendre où et quand la flotte japonaise comptait frapper, permettant de transformer l’attaque en guet-appens : les quatre principaux porte-avions japonais furent coulés.
L’évènement fut un tournant dans le conflit : les japonais furent dès lors en infériorité dans le Pacifique.

L’adaptation cinéma d’Emmerich, projet qui le tenait fortement à coeur, a connu un échec commercial. Voici néanmoins un aperçu des efforts injectés dans le film, avec un breakdown proposé par le studio Scanline VFX. Les équipes ont travaillé à la fois sur le début du film, avec l’attaque de Pearl Harbor, et des séquences de la bataille de Midway proprement dite. Le tout est évidemment riche en avions, navires, simulations d’eau et explosions.

L’article Midway : le tournant de la seconde guerre mondiale mis en images par Scanline VFX est apparu en premier sur 3DVF.

PIDS 2020 : la CGEV crée un incendie infernal pour Le Bazar de la Charité

Par : Shadows

La série Le Bazar de la Charité, visible sur TF1 et désormais sur Netflix, met en scène des personnages liés par une tragédie. Cette dernière est sur une catastrophe bien réelle : un brasier aussi soudain que violent qui, le 4 mai 1897, se solda par la mort de plus de 120 personnes issues pour la majorité d’entre elles de la société mondaine parisienne.

Afin de représenter cette tragédie à l’écran, le réalisateur Alexandre Laurent a fait appel au studio CGEV (la Compagnie Générale des Effets Visuels). Un choix qui s’explique par le travail de la CGEV sur le film Sauver ou périr, sorti en 2018 : ce dernier avait mis en scène une caméra immergée au coeur des flammes et très mobile, avec les pompiers. Or Alexandre Laurent souhaitait justement employer ce type d’approche pour l’incendie du Bazar de la Charité. Un plaisir pour la CGEV, qui a expliqué durant la conférence qu’il est toujours agréable de travailler avec des réalisateurs ambitieux et sachant faire confiance aux effets visuels.

Benjamin Blatière (compositing) et Guillaume Le Gouez (VFX Sup.)

Le making-of présenté montre d’ailleurs bien que cette intention de départ a été pleinement mise en oeuvre :

En pratique, il a fallu mettre en place un gros travail de préparation, en dialoguant avec le réalisateur mais aussi en s’appuyant sur le storyboard. Le projet s’est scindé en deux types de plans : intérieurs et extérieurs, la méthodologie ne pouvant être la même puisque les intérieurs ont été filmés en studio (à Brie sur Marne) tandis que les extérieurs ont été tournés dans une rue de Paris. Or, un mois plus tôt, un incendie criminel avait eu lieu dans le même quartier parisien que cette rue ; la mairie avait par conséquent choisi d’interdire toute flamme sur le tournage. Il a donc fallu travailler avec le chef opérateur sur l’éclairage (intensité, couleur) de manière à obtenir des images satisfaisantes sur lesquelles ajouter les effets visuels.

Une vue en extérieur, sans effets (mais avec un éclairage surplombant et une légère fumée, qui ont permis d’avoir une ambiance adaptée) puis avec.

Dans les studios de Brie sur Marne, au contraire, des effets spéciaux (et notamment des rampes à feu) ont pu être utilisés, ce qui a permis de créer une base plus facilement. Ces flammes réelles ont aussi aidé les comédiens à se projeter plus facilement que face à des murs vides.

En haut, les images tournées en studio ; en bas, avec rajouts d’effets par la CGEV

La CGEV a souligné l’importance de la prise de données lors du tournage (mesures, photogrammétrie) afin de faciliter le travail de l’équipe de tracking/layout. Autre intérêt d’une présence en plateau : pouvoir contrôler certains éléments, rappeler au réalisateur et aux comédiens ce qui sera ajouté dans l’image.

L’équipe nous a expliqué certains choix artistiques : le bâtiment de la série s’éloigne volontairement des données historiques, la narration exigeant trois parties bien distinctes permettant de mieux faire comprendre la progression du feu et le déplacement des personnages. De même, le bazar d’origine était éphémère et donc en bois, alors que la version de la série utilise aussi de la pierre, ce qui rend l’ensemble plus esthétique et impressionnant. Un fronton a par ailleurs permis de rajouter le nom du lieu, là encore pour expliciter un peu plus l’action auprès des spectateurs.

En ce qui concerne les flammes proprement dites, pour les extérieurs l’équipe a mélangé flammes 2D et 3D. Houdini/Mantra, Maya Fluids ont permis de gérer plusieurs éléments ; les flammes 2D, de leur côté, étaient donc de vraies flammes filmées lors du tournage, sur fond noir. Les banques de stock footage comme ActionVFX ont aussi eu leur importance.
En intérieur, les flammes sur le plateau ont été d’une grande aide, et ont pu être complétées par des flammes 2D.

A noter aussi, concernant la fumée : si lors du tournage avec comédiens elle était peu présente (afin d’éviter les problèmes en post, notamment sur le tracking), chaque plan a été doublé en rajoutant de la fumée et sans les comédiens. Ceci a permis d’avoir un déplacement de fumée cohérent dans l’espace, et parfois de récupérer directement cet effet.

Un dernier point : il a été possible de faire brûler une partie des décors, ce qui a notamment été utile pour les effets de flammes au plafond.

La CGEV garde un bon souvenir de ce projet, riche en flammes et en mouvements de caméra complexes : un joli défi pour l’équipe, qui a travaillé trois mois pour fabriquer les 25 minutes de plans truqués demandés.

L’article PIDS 2020 : la CGEV crée un incendie infernal pour Le Bazar de la Charité est apparu en premier sur 3DVF.

Charlie’s Angels : de drôles d’effets visuels signés Scanline VFX

Par : Shadows

Le studio Scanline VFX dévoile en vidéo son travail sur Charlie’s Angels, nouvelle adaptation cinéma de la licence Drôles de Dames. Les artistes et techniciens ont notamment géré plusieurs séquences d’explosions et de cascades en voiture ou hélicoptère.

L’article Charlie’s Angels : de drôles d’effets visuels signés Scanline VFX est apparu en premier sur 3DVF.

Star Wars, épisode IX : entre effets pratiques et numériques, découvrez les coulisses du film

Par : Shadows

ILM nous présente un aperçu de son travail sur Star Wars, épisode IX : L’Ascension de Skywalker, qui vient clore une nouvelle trilogie Star Wars. Un projet riche en effets visuels d’une grande diversité :

– Des prises de Carrie Fisher filmées pour l’épisode 7 mais non utilisées à l’époque ont été employées et recombinées avec de nouvelles images. Sa coiffure et ses habits ont été modifiés numériquement de manière à compléter l’illusion.
Pour un flashback, ce sont des images des épisodes 5 et 6 qui ont été employées : il s’agissait ici de recréer les visages de Leia et Luke durant leur jeunesse.

– Le personnage de Babu Frik a impliqué des effets très différents : sur le tournage, une marionnette physique contrôlée par 6 opérateurs était utilisée. Il a évidemment fallu supprimer ces derniers en post-production.

– Plus loin, le making-of propose un aperçu des coulisses de la fête dans le désert : si le décor est réel, les milliers de figurants sont bien entendu numériques.

– Plus surprenant : lors de la cascade impliquant Rey sautant au-dessus d’un Tie Fighter, l’actrice n’est pas remplacée par une doublure numérique.
Ce mélange de réel et effets visuels se retrouve avec le personnage de Maz : une marionnette animatronique a été complétée par la suite, le remplacement d’une partie de son visage permettant de mettre en place expressions et dialogues.

– Le breakdown se poursuit avec des séquences riches en simulations physiques, dont l’océan de Kef-Bir : ce dernier, 100% numérique, a été créé avec un nouveau système maison de simulation d’eau.

– La fameuse bataille spatiale impliquant des milliers de vaisseaux a nécessité plus de 16 000 engins, et l’équivalent de 8,4 millions d’heures de calcul.

– Enfin, le Sandcrawler visible dans le film est en réalité une maquette : un effet de perspective forcée permet de faire croire à son gigantisme. Les jawas, eux, sont interprétés par des enfants : les effets les plus efficaces sont parfois les plus simples…

L’article Star Wars, épisode IX : entre effets pratiques et numériques, découvrez les coulisses du film est apparu en premier sur 3DVF.

Lost In Space : les pirates de Stockholm dévoilent les coulisses de la série

Par : Shadows

Le studio suédois Important Looking Pirates présente en vidéo son travail sur la série Lost In Space. Simulations d’eau, réacteurs de vaisseau, décors massifs et station spatiale : les artistes ont eu l’occasion de plancher sur des éléments très variés.

L’article Lost In Space : les pirates de Stockholm dévoilent les coulisses de la série est apparu en premier sur 3DVF.

DIRTY BOMB, le making of

Par : greg

Je vous propose aujourd’hui une présentation de la conception du jeu Dirty Bomb et un accès aux différents documents supports de celle-ci: le Game design, l’Artbook et l’Original Soundtrack (OST). Avant la montée en puissance de Kickstarter, Splash Damage a lancé une campagne de financement participatif pour Dirty Bomb. Les récompenses pour les “fondateurs”, personnes ayant … Continuer la lecture de DIRTY BOMB, le making of

❌