Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 10 décembre 2019Vos flux RSS

PIKIP le son du soleil

Par admin

Est-il possible de délivrer du gros son sans fils à la patte autres que les rayons qui nous relient au soleil ? PikiP Solar Speakers l’a fait. Visite chez cette start-up francilienne écoresponsable et talentueuse pour découvrir Scène et Booth, deux enceintes autonomes.

Nichés en très proche banlieue parisienne, les créateurs de PikiP nous ont ouvert leurs portes et montré leurs produits. On passe une grille et on découvre une friche industrielle où deux Pikip Scène nous attendent sous le soleil. Ca tombe bien, la lumière est le carburant de cette marque, sa raison d’être. Deux modèles coexistent au catalogue, le Booth et le Scène. On verra plus loin ce qui les différencie.

Entre les deux protos de Scène, de gauche à droite Emile Blanc ingénieur en électro-acoustique, Jean Tanguy le business developer, Maatea Stabile co-fondatrice, chargée de développement et Julien Feuillet co-fondateur et ingénieur en énergie. Au-dessus des têtes d’Emile et de Julien, une partie des panneaux photovoltaïques repliables pour le transport.

SLU : Julien, tu es le co-fondateur et le dirigeant de Pikip, tu nous expliques ton parcours ?

Julien Feuillet : Je suis un montpelliérain à Paris depuis quelques années et j’ai un background dans les énergies photovoltaïques et l’électronique avec 8 ans dans la conduite de projets photovoltaïques. J’ai quitté le milieu du BTP pour me lancer dans le projet Pikip qui me trottait en tête depuis longtemps.

SLU : Tu aimes un peu le son au départ…

Julien Feuillet : Euhh…oui (rires) En se baladant de festoche en festoche on a perçu la problématique du groupe électrogène, de la pollution, de la complexité pour monter des petites scènes improvisées, du coup on a proposé notre premier prototype d’enceinte autonome en 2016. Un gros jouet qui a immédiatement plu et nous a poussés à developper plus et mieux le produit pour capter ce gros marché qui s’ouvrait à nous. On a donc créé la SAS en août 2017 et c’est parti.

SLU : Vous avez travaillé quoi ?

Julien Feuillet : On a poussé encore plus le rendement et l’efficacité énergétique, la qualité acoustique et l’ergonomie.

PikiP Scène, le modèle conçu en tant que gauche/droite prêt à recevoir un signal analogique symétrique et à sonner, à plus forte raison que le jour de notre visite le soleil de rentrée était plus que généreux. Sous l’évent prennent place les 4 batteries 12 V, autant dire qu’il ne sera pas nécessaire de sangler les 120 kg de ce modèle !

SLU : Et toi Emile ?

Emile Blanc : Je suis ingénieur en électro-acoustique avec une formation assez pluridisciplinaire.
J’ai en charge la partie acoustique avec comme mission d’améliorer encore l’efficacité des différents modèles, le Booth comme le système Scène qui marche comme un vrai gauche/droite, seul ou en complément d’un Booth pour augmenter la jauge couverte.

SLU : Jean ?

Jean Tanguy : Je sors d’un Master en entrepreneuriat et je suis venu aider à poncer les enceintes mais aussi à les vendre (rires) sachant que c’est un produit qui sort totalement des sentiers battus. Et bien entendu j’adore la musique, un trait commun qui nous unit.

SLU : Maatea ?

Maatea Stabile : Je suis co-fondatrice de Pikip et j’ai en charge la comm, l’image de marque et positionnement.
J’ai au départ accompagné le lancement de la société avant de m’y investir complètement.

SLU : La structure grossit ?

Julien Feuillet : Oui. Nous sommes désormais six dont deux ingénieurs avec Emile et moi même. On veut sans cesse repousser les limites et sachant qu’on ne peut pas se satisfaire de l’existant, on est obligé de tout concevoir et adapter dans notre quête de la meilleure exploitation possible de l’énergie électrique disponible.

SLU : Quel sont les apports financiers ?

Julien Feuillet : La Bourse French Tech de Bpifrance nous a aidés à mettre en place le premier programme R&D, suite à quoi nous avons assemblé les premiers modèles que nous avons loué ce qui nous ont permis de faire rentrer du cash, de tester les produits et de gagner en visibilité. De saison en saison nous avons réussi à capitaliser pour produire de nouvelles machines. Notre modèle économique est la location et la vente de nos machines sachant qu’à terme, la vente prendra le dessus.
A court terme on vise 70% de CA en vente et le reste en location. Notre première vente a été pour un particulier vivant à Ibiza qui a souhaité s’offrir un de nos produits pour le mettre devant sa piscine et la plage. On l’a vendu 15,000€, un modèle spécifique et entièrement tropicalisé. On a d’ailleurs d’autres touches au Mexique et au Vietnam, des pays ensoleillés où les gens font la fête et où la distribution électrique est parfois défaillante ou inexistante.

Pikip Booth à gauche replié pour le transport et à droite prêt à fonctionner. Les 4 grandes roues simplifient son déplacement sur des terrains peu ou pas aménagés.

SLU : Vous disposez de sous-traitants pour l’ébénisterie et la serrurerie ?

Julien Feuillet : Oui, un réseau de partenaires en circuit court, on y tient. Nous avons démarré l’aventure PikiP à la Halle Papin en banlieue parisienne, et comme tous ceux qui travaillent autour de nous et avec nous dans ces nouveaux locaux, nous avons déménagé cet été quand elle a fermé. Nous sommes en train de structurer nos moyens d’assemblage pour sortir des séries plus importantes.

SLU : Il y a 2 modèles.

Julien Feuillet : Oui. Le DJ Booth qui est une grosse enceinte ressemblant à une cabine de DJ avec la place pour poser son matériel, l’alimenter en secteur et même avoir un retour via une enceinte spécifique incorporée au bandeau haut, et le Scène qui se travaille par paire et ressemble un peu plus à un gros gauche/droite d’antan.
Les deux modèles disposent de panneaux solaires, de batteries de stockage, d’un circuit de régulation spécifique pilotant charge et décharge, d’un onduleur pour alimenter les périphériques tels que platines, consoles et ordinateurs et enfin d’amplis à très haut rendement. Et bien évidemment les deux modèles embarquent des haut parleurs choisis pour leur sensibilité et des charges et pavillons très étudiés pour ajouter du gain acoustique et bien diriger le son.

Un min de W pour un max de dB

SLU : Vous recherchez le moindre dB…

Julien Feuillet : Notre baseline est : un minimum de W pour un maximum de dB. Et ce travail se fait côté production donc le choix des panneaux, stockage avec des batteries respectueuses, amplification avec des modules Powersoft et enfin reproduction. On a du boulot avec Emile ! Il a analysé la sensibilité réelle des transducteurs via nos propres algorithmes afin de pouvoir optimiser le rendement dans des fréquences utiles pour reproduire la musique tout en employant le moins d’énergie possible. On axe le choix des HP et des charges entièrement dans ce sens.

PikiP Scène en mode opérationnel et ses panneaux dépliés à gauche et transport à droite. Des roues permettent de basculer l’ensemble en arrière et de le faire rouler. Remarquez comme le modèle de série dispose d’un évent retravaillé et de plus grande surface. La charge avec un gros volume arrière et un accord très spécifique plus un travail effectué sur un pavillonnage court donnent un grave qui ne traîne pas. Si le succès s’en mêle, des HP spécifiques seront commandés aux fournisseurs italiens. Comme dit Julien, les italiens excellent en pizze et transducteurs !

SLU : Et pour avoir du bon son !

Julien Feuillet : C’est évident, mais nous profitons des outils DSP dont on dispose dans les modules ampli pour avoir le meilleur couplage, alignement et directivité. On va proposer à terme des modèles travaillant le grave en cardioïde pour limiter les émergences et concentrer l’énergie là où elle est utile. On réfléchit aussi au dimensionnement de nos caisses et donc à leur poids.

La réponse en fréquence de PikiP Scène. Du beau travail qui tient en ± 6 dB entre 40 et 16 kHz.

On ne cherche donc pas à descendre en dessous de 45 Hz car la taille et l’énergie nécessaires ne rendraient pas le projet viable, ce qui ne nous empêche pas de développer 132 dB SPL Max avec le Booth et 135 dB SPL avec le Scène avec une réponse qui tient en ± 6 dB entre 40 et 16 kHz. Notre couleur est assez linéaire, on ne recherche pas de rendu extra boomy (ou baveux ou vomi NDR)

Un peu de technique ?

SLU : Comment se sert-on de vos enceintes autonomes, comme d’une voiture hybride dont le moteur thermique serait le soleil et rechargeable sur une prise ?

Julien Feuillet : Pas du tout. On n’a pas de prise. On les laisse au soleil et elles se rechargent. Dès qu’il y a un rayon de soleil ou même de la lumière, elles refont le plein. Un bon chargeur donne entre 10 et 15 ampères, ça va donc plus vite avec les panneaux solaires.
Dès qu’il fait beau on sort les enceintes afin qu’elles partent à 100% pour la presta où elles vont être employées. Si ça joue de midi à 18h en plein été, on peut y aller même à mi-charge ! Utiliser nos produits c’est une démarche infiniment plus satisfaisante que de tirer du secteur, une logistique connectée au soleil ! On nous a dit d’ajouter un chargeur et une prise, mais on a dit non.

Une très grande surface de panneaux pour garder une charge importante même dans des conditions dégradées d’ensoleillement. L’unité médium aiguë en bois brut est celle d’une enceinte de pré-série. Remarquez le pan incliné au bas de l’image avec les deux sorties séparées vers le 15” et les deux moteurs et les prises d’entrée vers le régulateur où se branchent les sorties des panneaux. Enfin un link est prévu pour connecter deux machines. L’idée d’ilot d’énergie aplanit l’écart de durée de fonctionnement entre, par exemple, l’enceinte qui délivre en plus du 220V à des appareils externes et l’autre qui n’a qu’à alimenter son ampli.

SLU : Quels panneaux employez-vous ?

Julien Feuillet : Ce qu’on fait de mieux en termes de puissance, rendement et durée de vie, des SunPower X21. 350 W et un rendement de 21,5% par module.
D’ici 5 à 6 ans je suis convaincu que les industriels arriveront à nous sortir en format A4 la même puissance qu’aujourd’hui sur un m².

SLU : Et pour les batteries ?

Julien Feuillet : On en a 4 pour un poids total de 48 kg. C’est peu car nous veillons à utiliser le mieux et le moins possible ce stockage embarqué. D’autre part nous n’utilisons pas de lithium à cause des conditions d’extraction et de l’âge des personnes qui le font, sans parler du prix.
On emploie du minerai déjà extrait et dont d’importants stock existent. C’est au détriment du poids, mais comme nos produits sont naturellement assez lourds, on est parti sur des modèles anglais au plomb recyclé gélifié. Ce n’est pas aussi clean qu’on le voudrait mais espérons que la recherche nous propose bientôt des alternatives plus vertueuses.

SLU : Vous avez adopté les modules Powersoft…

Julien Feuillet : Oui, on a trouvé un deal avec eux, d’autant qu’ils mettent en avant leur savoir faire via leur label Green Audio Power, mais il y a quelques années nous avons commencé par assembler nos propres amplis car le rendement de ce qui existait était insuffisant.
Aujourd’hui on a la possibilité de modifier des modules courant continu Powersoft pour qu’ils correspondent exactement à nos exigences. On adapte l’alimentation pour qu’elle exploite mieux notre gamme de tensions et on programme par nos outils les DSP et… (gros rire) je vais en garder un peu pour une prochaine interview !

SLU : Actif, passif…Qu’est-ce qui est le plus intéressant pour avoir du joli son et longtemps?

Julien Feuillet : On travaille en trois voies dont deux actives. L’aigu est en passif sur le médium. Ajouter plus d’amplis réduirait l’autonomie.

SLU : Puisqu’on en parle, comment la calculez-vous…

Julien Feuillet : On utilise du bruit rose et on sollicite aussi l’onduleur qui fournit le 220 V pour les platines, mix et ordinateur pour le Booth, ou tout autre choix pour les Scène. On teste donc en conditions réelles et à fort volume. On ne peut en revanche pas savoir quel type de signal musical va être utilisé en prestation.
Si un DJ tape dans le rouge et ne joue que des titres à très faible dynamique, cela devient une variable mais qu’on maitrise assez bien au bout de 3 ans de pratique de ce milieu. On offre donc 10 heures de fonctionnement non stop dans les conditions les moins favorables. On a crée une appelette sur notre site Web qui permet d’estimer l’autonomie en faisant varier de nombreux paramètres qui l’impactent.

Julien Feuillet avec PikiP Scène replié. Remarquez la taille d’un seul des panneaux SunPower dont l’énergie est exploitée très précisément par le régulateur afin de donner aux batteries l’autonomie la plus longue mais aussi la meilleure durée de vie vous la forme de cycles et de pourcentage de capacité pour chacun d’entre eux…tout un métier.

SLU : La centrale qui pilote l’énergie entre stockage et consommation est stratégique…

Julien Feuillet : Bien sûr et le but c’est de parvenir à atteindre la nuit avec les batteries à 100% ce qui donnera la possibilité de jouer le plus longtemps possible. La gestion des batteries est primordiale. On a une garantie de 5 ans mais qui ne vaut que si l’on respecte les cycles. On peut aller jusqu’à 3000 cycles mais tomber à 200 si on fait n’importe quoi comme par exemple laisser aller la décharge trop loin et devenir profonde.

Nous travaillons avec des algorithmes qui analysent l’état de la batterie, la consommation, ce qui reste en termes d’énergie pour assurer la meilleure gestion. Pour schématiser, il existe un triangle entre panneaux, utilisation et stockage et dans le photovoltaïque off grid (hors réseau) ce circuit de régulation est un organe essentiel. Tu ne peux pas brancher des panneaux directement aux bornes d’une batterie. Tu flingues les deux (rires!).

Pour faciliter la vie à nos utilisateurs on a une alarme sur le compteur d’énergie et on peut se connecter en BlueTooth ce ouvre la porte aux alarmes sur son smartphone. A partir de 40% on alerte sur le besoin de commencer à réduire la charge en soulageant par exemple d’une platine CD ou des deux platines vinyle si le DJ ne s’en sert pas et on va disposer aussi d’une alarme visuelle à même l’enceinte.

SLU : J’imagine que la sensibilité des transducteurs et le gain apporté par les charges est essentielle.

Julien Feuillet : La puissance délivrée par l’ampli doit être convertie le plus et le mieux possible en dB sur tout le spectre utile. Nous parlons d’efficacité nous concernant dans la mesure où on ne va pas chercher la valeur absolue dans la fréquence qui casse la baraque mais justement on essaie d’être performants sur l’ensemble du spectre qui nous paraît être utile à notre cible.
Depuis le début de l’aventure PikiP, nous avons un mentor en la personne de David Rousseau qui nous suit et qu’on ne présente plus. Quand il a vu les résultats dans le bas du spectre il a été très, très étonné. On tend vers une courbe plus qu’une valeur, qui est proche des 110 dB SPL pour 1W à 1m. On est largement au dessus du marché en ce qui concerne la conversion watt / pression acoustique.

La polaire et la réponse en fréquence de Pikip Booth. Ca mesure et ça sonne bien, sans oublier une sensibilité très importante, quelque chose d’essentiel pour que la fête soit belle et dure longtemps.

SLU : A la lecture de vos graphiques, le module ampli est beaucoup moins gourmand que les périphériques DJ de la marque la plus connue. Du simple au double…

Julien Feuillet :: (rires) Ca tire ! C’est sûr que les fabricants de périphériques DJ ne se sont pas trop occupés du rendement et c’est dommage. Si la prochaine table à la mode tire 100 W, ça risque d’être compliqué pour nous d’autant que ce n’est pas demain la veille qu’on va fabriquer des platines CD ou des consoles (rires!)

SLU : Sans compter les pertes dans l’onduleur pour faire du 220 V qui redevient du 12 continu aussi sec…

Julien Feuillet : On ne maitrise pas le backline et imaginer que de grandes marques comme Pioneer et d’autres modifient leurs appareils pour nous, paraît très hypothétique. Quant à mettre les mains dedans, cela ferait sauter les garanties. On se bat pour le moindre pourcentage d’énergie gagnée sur tous les maillons de la chaîne, y compris le compteur d’énergie. On a choisi le modèle le plus économe. 1% +1% +1%…on arrive à grapiller de précieuses minutes d’autonomie. Et rien ne doit chauffer, c’est de la perte d’énergie (rires)

On écoute ?

Le temps de connecter une carte son Focusrite aux entrées analogiques d’une enceinte Scène roulée au beau milieu de la cour, d’y brancher notre mac, lancer Audirvana, un premier titre à 85 dB, se reculer, savourer un rendu très droit, plein dans le bas avec un haut du grave précis et bien articulé, un médium naturel et agréable et un aigu sincère et là où il doit être, qu’un proche voisin, écrivain de sa personne arrive et nous explique qu’il adore la musique mais uniquement quand il veut en écouter « et là, j’ai besoin d’écrire dans le calme absolu alors ce serait génial si bla bla bla… » Fin du chapitre écoute, la proche banlieue n’est pas l’idéal pour tester des gros systèmes. Les quelques secondes de son nous ont quand même laissé une réelle envie de reviens-y ce que l’on fera très volontiers.

SLU : Comment est accueillie votre machine ?

Jean Tanguy : Très bien, à la fois côté utilisateurs comme les DJ qui se sentent bien dans ce cocon sonore qui pulse sous leurs doigts, tout en offrant une très bonne ergonomie ; comme côté public qui adore le concept, apprécie le son et nous a obligé aux Vieilles Charrues à barriérer pour éviter une trop grande proximité avec la foule.

Un proto de Booth au Vieilles Charrues. 4 jours d’accueil du public avec des DJ bookés par la direction du festival et plein de sondiers « sur secteur » qui sont passés voir l’engin ! Remarquez le petit HP de grave et son tweeter, pile ce qu’il faut et pile dans la tête du DJ. Rappelons que le grave étant omni jusqu’à 100 Hz, est aussi présent derrière que devant !

SLU : La mise en œuvre ?

Jean Tanguy : Simple. On s’approche le plus possible du lieu d’exploitation, on décharge et roule en place à deux. On déploie le bandeau qui comporte les transducteurs pour le haut du spectre, on linke les batteries des machines et il n’y a plus qu’à installer les sources. Tant qu’il y a du soleil et de mai à septembre, les panneaux tiennent à 100% les batteries pendant que ces dernières fournissent l’énergie aux amplis et à l’onduleur. Quand la lumière décline, le régulateur isole les panneaux et le fonctionnement se poursuit sur les batteries seules.

Julien Feuillet : Il existe une corrélation entre beau temps et emploi de nos enceintes qui sont exploitées toujours en extérieur pour bénéficier de l’ensoleillement et naturellement à la belle saison. Si, cas ultime, on nous demande une prestation de 4 jours au mois de décembre, il sera possible de recharger les batteries via un chargeur externe, le même modèle d’hivernage qui les traite et les maintient au sommet de leur forme durant une longue période d’inactivité.

SLU : Une dernière. Pourquoi ce nom de PikiP ?

Julien Feuillet : D’abord on aime le palindrome. (comme dans kayak, rotor etc) et surtout j’ai eu professionnellement à me déplacer en Colombie où les immenses sound systems très colorés s’appellent des Picós, de là l’inspiration pour PikiP.

40%, vite une conclusion !

Est-ce que la transition énergétique, le respect de notre planète, un bilan carbone exemplaire sont compatibles avec nos métiers et du bon son ? PikiP Solar Speakers répond oui et de belle manière. C’est rare que des produits aussi récents, novateurs et développés avec des moyens plus que raisonnables (si l’on ne compte pas la matière grise) apparaissent aussi aboutis et prêts pour le service. L’idée, la réalisation et le rendu (à confirmer sans voisin) vont dans la bonne direction et la pluridisciplinarité de l’équipe ajoute encore à la qualité de l’offre et son avenir.

Certes le poids compliquera un peu la mise en œuvre partout où un joli goudron n’aura pas été étendu et roulé, mais ce détail mis à part, nous sommes arrivés chez PikiP pleins de certitudes et en sommes partis pleins de certitudes, mais Ø remises en phase avec notre temps.
Les clubs de vacances, hôtels, restaurants d’altitude, plages à la mode, parcs d’attractions et boîtes d’événementiel feraient bien d’en faire de même !

Pas le temps de terminer ce reportage, PikiP Solar Speakers gagne le Prix de l’innovation technique pour PikiP Booth au salon Heavent…

D’autres informations sur le site PiKip SolarSpeakers

L’article PIKIP le son du soleil est apparu en premier sur SoundLightUp..

Freevox recherche un chef produit éclairage et Image H/F

Par admin

Freevox, qui accompagne au quotidien les professionnels de l’éclairage, de l’image et du son à travers la distribution des marques les plus significatives de l’industrie du spectacle et de l’événementiel, recherche un(e) chef produit éclairage et image.

Votre expérience et votre maîtrise technique de l’éclairage et de l’image professionnels sont vos principaux atouts pour devenir Chef Produit en charge des marques de notre catalogue éclairage et image, dont Vari-Lite, Strand, Starway, RGB Link…

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

 

L’article Freevox recherche un chef produit éclairage et Image H/F est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le New York Times mise sur la réalité augmentée contre la pollution

Par Pierrick LABBE
New York Times pollution

Une nouvelle visualisation pour les appareils iOS propose de la réalité augmentée pour découvrir la pollution géolocalisée. On fait les présentations avec un projet engageant du New York Times.

Cela fait plusieurs années que le célèbre journal américain mise sur la réalité augmentée pour raconter le journalisme 2.0 mais l’entreprise avait ralenti sérieusement ces derniers mois. Bonne nouvelle, le changement de stratégie n’était à priori que temporaire.

Compare your city’s air with the World’s most polluted air, in #AugmentedReality pic.twitter.com/Irntp5xNam

— Karthik Patanjali (@kartpat) December 3, 2019

Rendez la pollution visible avec le New York Times

C’est une publication qui s’avère séduisante et riche en promesses quand à ce que le New York Times peut faire en réalité augmentée. L’expérience nommé « See How the World’s Most Polluted Air Compares With Your City’s » (voyez comment les endroits les plus pollués au monde sont, comparés à votre ville), permet d’afficher la concentration en microparticules, aussi connues sous le nom de PM2.5, directement à travers l’application du journal.

Quatre environnement sont disponibles. Le premier correspond à ce que l’EPA (l’agence environnementale américaine) considère comme un environnement sain. Le second vous permet de voir comment sont les choses dans la ville où vous vous trouvez. Les deux suivants montrent des cas extrêmes. Le premier concerne la baie de San Francisco après les incendies de Camp Fire, le suivant est la ville de New Delhi, qui fait partie des pires villes du monde d’un point de vue de la pollution de l’air. Un concept à la fois séduisant et effrayant mais surtout particulièrement informatif. Une bonne manière de rendre visible un problème particulièrement important et qui affecte notre santé.

Cet article Le New York Times mise sur la réalité augmentée contre la pollution a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Fête des Lumières de Lyon: Order200, d’Emilien Guesnard, conçu avec Capture et Avolites

Par admin

L’éclairagiste Emilien Guesnard a présenté pour la fête des Lumières de Lyon une œuvre de grande ampleur, Order200.
En prenant comme point de départ la lumière il a installé 200 lampes marines dans un écrin, pour créer un effet de profondeur hypnotique par le croisement des lignes et des points lumineux qui fonctionne remarquablement quel que soit l’angle de vue.

La pièce d’Emilien Guesnard, Order200, jouée cour des Moirages à Lyon du 5 au 8 décembre. ©Emilien Guesnard

Pour programmer cette pièce de lumière, il a utilisé un pupitre Avolites Titan qui associé au logiciel de visualisation Capture 2019 qui lui a permis de définir la forme de l’œuvre, le nombre de lampes marines et leur design et de faire évoluer sa création de manière très réaliste.

La visualisation sur Capture 2019. ©Emilien Guesnard

Les lampes RGB posées au sol s’alignent parfaitement avec celles fixées au plafond. Associées à chaque lampe, des notes de musique génèrent la partition qui devient lumineuse et sonore. La composition musicale de Cédric Beron guide par time code la restitution d’une boucle de 6 minutes programmée sur Avolites Titan en pixel mapping.

Autre vue de rendering sur Capture 2019.
©Emilien Guesnard

Plus d’infos sur le site Dimatec

 

L’article Fête des Lumières de Lyon: Order200, d’Emilien Guesnard, conçu avec Capture et Avolites est apparu en premier sur SoundLightUp..

Solution de redondance DMX par ELC Lighting

Par admin

Spécialiste hollandais du contrôle DMX, ELC Lighting a levé le voile au dernier LDI sur sa dernière innovation, destinée à la création de réseaux DMX entièrement redondants.
Pour la première fois, un spectacle ne risque plus d’être interrompu par un câble DMX défectueux.

Jusqu’à présent, on pouvait construire des réseaux DMX redondants jusqu’au nœud Ethernet vers DMX. Mais le câble DMX lui-même, dernier maillon essentiel de la chaîne de données d’éclairage, est toujours resté une source de vulnérabilité en tant qu’élément unique fauteur de pannes.
Avec la nouvelle fonction de redondance DMX, les équipes lumière peuvent s’appuyer sur le système nodeGBx dmXLAN ELC Lighting pour assurer une reprise automatique et sans coupure visible en cas de détérioration ou de déconnexion du câble DMX, voire de défaillance partielle du réseau.

«L’industrie de l’éclairage demande de plus en plus de redondances, pour assurer les spectacles », déclare Henk-Jan Blok, spécialiste du support et des applications chez ELC Lighting. « Dans l’environnement des productions actuelles, il est inconcevable qu’un système puisse tomber en panne simplement à cause d’une défaillance d’un seul élément ou d’un câble DMX qui peut éteindre une rangée complète de projecteurs, c’est déjà arrivé».

ELC-Redundant DMX from ELC lighting on Vimeo.

Le système dmXLAN nodeGBx offre une redondance complète du système. Pour cela, l’utilisateur connecte simplement le dernier appareil de la chaîne DMX à un nodeGBx et configure le port en tant que « secours DMX » via l’interface logicielle standard dmXLAN.
Cela garantit une reprise en douceur et sans à-coup, en cas de défaillance de la chaîne DMX. « En procédant ainsi, l’extrémité la plus vulnérable de la chaîne de transmission des données d’éclairage est désormais également sécurisée, explique Henk-Jan Blok. Les lampes continuent à fonctionner, même si un câble DMX est débranché accidentellement ou endommagé de quelque manière que ce soit.

En cas de défaillance, le système nodeGBx est capable d’effectuer des reprises extrêmement rapides avec pratiquement aucun parasite visible sur le système d’éclairage. Suite à une rupture ou au débranchement d’un câble DMX, le port de sauvegarde prend en charge la sortie DMX dans un délai de 50 ms. En cas de défaillance partielle du réseau, la reprise a lieu directement après le temps de maintien défini du DMX.

Dès que « l’état de panne » est terminé, le temps de retour à la normale est inférieur à une trame DMX. Associé au logiciel dmXLAN, le système permet également la détection précoce des défaillances. La fonction de redondance DMX d’ELC Lighting est disponible sous forme de mise à niveau du micrologiciel du système dmXLAN nodeGBx.

Plus d’infos sur le site Axente et sur le site ELC Lighting

L’article Solution de redondance DMX par ELC Lighting est apparu en premier sur SoundLightUp..

Hier — 9 décembre 2019Vos flux RSS

Adobe poursuit ses ambitions en 3D via un rachat surprenant auprès d’Oculus

Par Shadows

Avec le rachat d’Allegorithmic puis la création d’une branche “3D & Immersive”, Adobe avait envoyé un message clair : le groupe comptait bien ne plus laisser de côté ce segment du marché de la création.

Sébastien Deguy (ancien dirigeant d’Allegorithmic et désormais Vice-Président – 3D & Immersive chez Adobe) confirme cette volonté et annonce le rachat d’un outil de modélisation et création 3D. La cible peut en revanche surprendre : il s’agit de Medium, logiciel lancé en 2016 par Oculus (qui fait partie du géant Facebook).
Plutôt qu’un outil de modélisation et création 3D classique, Adobe fait donc le pari de l’immersion. Il faut dire que Medium a su montrer ses qualités, et des artistes l’utilisent pour des concepts, du jeu vidéo ou encore des projets VR et VFX.

Côté Oculus, on peut voir dans ce rachat une volonté de se recentrer et de passer la main sur le domaine créatif, qui n’est sans doute pas le coeur de compétence de l’équipe. Transmettre le produit à un éditeur tiers est sans doute un bon moyen de lui assurer un avenir, tout en monétisant au passage les efforts de développement accomplis (précisons que le montant de la transaction n’est pas détaillé).

Oculus Medium est compatible Oculus Rift et Rift S. Il est disponible pour une trentaine d’euros, ou gratuitement lors de l’achat des nouveaux contrôleurs Oculus Touch.
Précisons enfin que l’annonce chez Oculus promet de nouvelles fonctions et améliorations dès 2020.

L’article Adobe poursuit ses ambitions en 3D via un rachat surprenant auprès d’Oculus est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Sony dépose un brevet pour une télé-présence en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Sony brevet télé-présence réalité virtuelle

L’avenir de la PS 5 semble encore particulièrement complexe du côté de Sony, mais les brevets régulièrement déposés incitent à l’optimisme. On fait le point sur un des derniers qui a été déposé et qui porte sur la télé-présence.

Récemment, on a pu découvrir ce qui pourrait être la Dualshock 5 ou encore le partage des sauvegardes. La dernière actualité concerne la caméra Playstation et son système de suivi avec la réalité virtuelle.

Un tracking toujours plus précis pour Sony avec la télé-présence

Ce nouveau brevet permettrait donc de faire du tracking de télé-présence avec la caméra Playstation. Il a été déposé en octobre 2018 et vient d’être validé, en novembre 2019. Baptisé « Appareil actionneur », il semble plutôt complexe, mais ce n’est qu’un accessoire. « Un utilisateur porte le casque de réalité virtuelle et obtient l’image et le son des caméras et des microphones du système sphérique à l’autre extrémité en temps réel. De plus, tous les mouvements de la tête de l’utilisateur du casque sont transférés vers le système sphérique, qui les imite en déplaçant la caméra sur les rails en forme d’arc. En utilisant différents modes de mouvement, le système peut donc transférer des états d’émotion – bonheur, surprise, aversion, colère et chagrin », explique le brevet de Sony.

En clair, le casque permettrait de connaître les humeurs d’un joueur. Dans le domaine du multijoueur ou des expériences sociales en réalité virtuelle, les perspectives sont bien sûr très séduisantes. Attention toutefois, il ne s’agit pour l’instant que d’un brevet, rien ne dit que Sony commercialise un produit de télé-présence sur cette base. Cela peut être seulement pour protéger une idée comme c’est souvent le cas avec les brevets.

Cet article Sony dépose un brevet pour une télé-présence en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Showlight 2021–Fontainebleau les 22-25 mai 2021. Appel à conférences

Par admin

La conférence sur l’éclairage du Showlight, qui se tient tous les quatre ans, aura lieu à Fontainebleau, en France, du 22 au 25 mai 2021. Au cœur du Showlight, il y a son passionnant programme de publications présentées par des praticiens de l’éclairage du monde entier.

Appel à communications – On veut vous entendre !

photo © David Clarke

L’essence même du Showlight, sont ses conférenciers, et l’organisation de cet évènement invite dès maintenant toutes les personnes impliquées dans l’éclairage (concepteurs lumière, directeurs d’éclairage, directeurs photo, concepteurs d’éclairage architectural…) et les gens des métiers associés comme les pupitreurs, techniciens réseau et les fabricants, à soumettre leurs idées de publications pour les conférences de 2021 à Fontainebleau.

Les exposés seront d’une durée de vingt minutes afin de permettre au plus grand nombre possible de communications d’être présentées durant les trois jours.
L’objectif de Showlight est de couvrir la diversité de l’ensemble des sujets qui concernent tous les aspects de l’industrie de l’éclairage d’aujourd’hui.
Le souhait des organisateurs est d’entendre votre point de vue sur vos expériences, vos ambitions, vos inspirations, vos préoccupations, vos succès et vos échecs et non pas de banales promotions de produits.

Les sujets typiques peuvent inclure:

– Les conceptions novatrices et intéressantes
– Les projets exceptionnels, grands ou petits
– Les solutions face à l’impossible
– Votre créneau original dans le monde de l’éclairage
– L’avenir et le passé : où faudrait-il aller et que devrait-on savoir
– Les difficultés qui affectent notre industrie et notre façon de travailler

Si vous souhaitez participer au Showlight 2021 en présentant une communication, veuillez envoyer votre contact

– Noms
– Entreprise
– Numéro de portable
– Adresse e-mail
– Un court résumé du document que vous proposez

à l’adresse suivante : papers@showlight.org

Le comité des conférences du Showlight examinera toutes les propositions. Si vous êtes retenu, vous serez contacté et recevrez de plus amples détails et des informations sur les contraintes techniques et l’hébergement.

Restez à l’écoute !

Les orateurs confirmés seront annoncés à partir de 2020. Inscrivez-vous sur leur NOUVELLE liste de diffusion et leurs réseaux sociaux et connectez-vous à leur nouveau site Web pour en avoir la primeur.


Nouveaux mécènes

Le Showlight ne pourrait pas exister sans la générosité de ses sponsors :

Sponsor principal, Robert Juliat
Sponsor de platine, Ayrton
Sponsors d’or : Eyetidy, Robe et SFL Group
Sponsors d’argent : White Light et ACT Lighting Inc
et Sponsor de bronze, PRG

Et plus d’informations sur :

L’article Showlight 2021–Fontainebleau les 22-25 mai 2021. Appel à conférences est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le festival Vittoriale retrouve des couleurs grâce au RCF 30-A

Par admin

L’amphithéâtre Parlaggio sur le lac de Garde accueille des stars italiennes et internationales de renom. Cette année RCF avec le HDL 30-A a redonné des couleurs et du SPL aux 1500 spectateurs qui s’y pressent pour le Festival del Vittoriale.
À la Vittoriale degli Italiani (le sanctuaire des victoires italiennes), on peut découvrir la proue d’un croiseur émergeant de la colline, un sous-marin de poche MAS 96 utilisé pour le poète d’Annunzio et le biplan SVA utilisé en 1918 pour son vol de propagande jusqu’à Vienne.

Comme tout amphithéâtre « grec » qui se respecte, la vue est magnifique avec le lac de Garde à perte de vue.

Surplombant le lac de Garde, le spectaculaire amphithéâtre, baptisé « Parlaggio » par D’Annunzio lui même, possède une capacité d’environ 1 500 places. Dans ce cadre enchanteur entouré par les Alpes, ses lignes reproduisent la structure ancienne d’un amphithéâtre grec.
L’architecte Giancarlo Maroni avait été envoyé à Pompéi pour en étudier le théâtre grec. Il a commencé les travaux en 1934 et n’a achevé l’édifice qu’après la mort du poète, en 1952.

Pendant les mois d’été, le théâtre accueille de prestigieux spectacles, notamment Tener-a-Mente, le festival Vittoriale qui, au fil des ans, a accueilli des artistes tels que Lou Reed, Ben Harper, Burt Bacharach, Keith Jarrett, James Taylor, Joan Baez, Paolo Conte, Paul Weller, David Byrne, Pat Metheny, Paul Weller, Steven Wilson, Arto Lindsay et bien d’autres.
Pour la saison estivale 2019, l’amphithéâtre a accueilli, avec le lac de Garde en toile de fond, des artistes comme Johnny Marr, Gary Clarke Jr, Billy Corgan, James Morrison, Diana Krall ou Garbage.

« Le système audio que nous avons installé à la Vittoriale degli Italiani assure une couverture totale du public, composée de trois sections de sièges : Le parterre, les gradins et la loge impériale, cette dernière étant très haute et éloignée de la scène », commente Stefano Fioretti du prestataire de location For Sound.
« Ces dernières années, nous avons utilisé un système composé de 24 modules line array d’une marque américaine, 12 de chaque côté, qui peinaient à porter jusqu’à la loge impériale. Cette année, avec le système HDL 30-A de RCF, je n’ai pas eu le moindre problème. En fait, certains mix étaient encore plus agréables de là-haut. »

« Le son » explique Fioretti, « part dans une console de mixage Avid SC48 et une SC48 Remote, puis passe dans une matrice composée de deux processeurs LAKE LM44 et arrive au système audio contrôlé par le logiciel de gestion RCF RDNet.
Sur la scène, nous avions un système de retours de scène au sol avec 12 moniteurs et deux subwoofers Clair Bros, plus deux systèmes latéraux comprenant trois HDL 10-A et un SUB 8006-AS de RCF de chaque côté. »

D’autres informations sur le site RCF

 

L’article Le festival Vittoriale retrouve des couleurs grâce au RCF 30-A est apparu en premier sur SoundLightUp..

Dushow TV investit dans plus de 1000 projecteurs Martin

Par admin

Pour équiper les plateaux TV de 16 émissions diffusées par France Télévision, TF1 et M6, les Directeurs Photo Jean-Philippe Bourdon et Frédéric Dorieux ont sélectionné plus de 1000 projecteurs Martin : MAC Quantum Wash, MAC Encore Performance, MAC Aura, MAC Aura XB et Atomic Dot.


« Danse avec les Stars » 135 machines – Le plateau TV de Danse avec les Stars est équipé d’un ensemble de MAC Encore Performance et de MAC Aura. Au total 135 machines choisies par Frédéric Dorieux.

« N’oubliez pas les paroles » 28 machines N’oubliez pas les paroles tourne avec un groupe de 28 MAC Aura sur une conception de Jean-Philippe Bourdon.

« La France a un incroyable talent » 86 machines – MAC Encore Performance et MAC Aura, 86 machines au total éclairent le plateau de La France a un incroyable talent avec Frédéric Dorieux.

« The Voice & The Voice Kids » 120 machines – Pour The Voice Kids et The Voice, Frédéric Dorieux utilise120 MAC Encore Performance et MAC Aura XB.

« Vous avez la parole » 134 machines – L’émission Vous avez la parole propose une combinaison 134 Atomic Dot et MAC Aura, un choix de Frédéric Dorieux.

« Quotidien » 59 machines – Le plateau du Quotidien mis en lumière par Frédéric Dorieux compte un kit de 59 MAC Aura et MAC Quantum Wash

Et aussi

Onze autres plateaux sont équipés de projecteurs Martin comme C politique C polémique, Les enfants de la télé ou encore de Tout le monde veut prendre sa place.

Dushow TV a aussi investi dans 150 Atomic Dot pour ses différentes prestations.


Plus d’infos sur le site Algam Entreprises et sur le site Dushow TV

 

L’article Dushow TV investit dans plus de 1000 projecteurs Martin est apparu en premier sur SoundLightUp..

Nous cherchons des animateurs high tech H/F (VR, AR, robotique, IoT…)

Par Gwendal P
recrutement animateur vr

Pour renforcer notre équipe événementielle, nous cherchons des animateurs High Tech polyvalents.

PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE :

Leader des médias en ligne spécialisés dans les nouvelles technologies (réalité virtuelle, réalité augmentée, objets connectés, big data, intelligence artificielle, etc.) nous recherchons des collaborateurs freelances (statut autoentrepreneur obligatoire) pour des missions récurrentes d’animation.

DESCRIPTION DU POSTE :

Agence spécialisée dans les animations basées sur les nouvelles technologies, également leader des médias en ligne spécialisés dans les nouvelles technologies (réalité virtuelle, réalité augmentée, objets connectés, big data, intelligence artificielle, etc.), nous recherchons des animateurs High Tech à Paris & en France pour des missions régulières (plus de 30 par mois).

Il s’agit d’animations type soirée d’entreprise, salons, journée de découverte innovation, journées porte ouverte. La prestation comprend la prise en charge du matériel et l’installation/démontage de l’animation.

– Animation réalité virtuelle et augmentée : proposer des expériences basées sur les casques de réalité virtuelle type HTC Vive, Oculus Rift/Quest, Oculus Go.
– Animation drones : animation de courses de drones volants et roulants
– Animation objets connectés : présentation d’une sélection d’objets connectés à un public professionnel
– Animation robotique : échanges sur scène avec un robot et un intervenant, présence de robot sur un salon pour attirer des visiteurs

Pour toutes ces animations, l’expérience n’est pas requise, mais une vraie appétence pour les nouvelles technologies et une adaptabilité/réactivité en situation sont exigées.

Des formations sont dispensées pour chaque type d’animation.

DESCRIPTION DU PROFIL ANIMATEUR HIGH TECH

Bac +2 minimum
Maîtrise des outils informatiques
– Technophile, geek
– Excellent relationnel, réactivité
– Prise d’initiatives & autonomie
– Sang froid & improvisation

Dynamique, polyvalent(e), impliqué(e) et organisé(e).

Envoyez votre CV à    

Cet article Nous cherchons des animateurs high tech H/F (VR, AR, robotique, IoT…) a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

HTC annonce qu’il ne donnera pas de conférence de presse lors du CES 2020

Par Pierrick LABBE
HTC CES 2020 conférence de presse

La nouvelle vient de tomber. A la différence des trois dernières années, le fabriquant de casques de réalité virtuelle, HTC, ne donnera pas de conférence de presse au mois de janvier prochain à Las Vegas.

En 2016, HTC présentait le Vive, en 2017, il y avait eu le Vive Tracker. Puis, l’année suivante on avait découvert le Vive Pro. Enfin, en janvier dernier, c’est le Vive Cosmos qui avait été présenté. Bien que HTC annonce sa présence lors du célèbre salon de Las Vegas, il ne donnera cependant pas de conférence. Quelles conséquences directes pour cette annonce de l’entreprise ?

HTC ne va pas prévoir de grosse sortie donc pas de conférence de presse

Si on remonte un peu plus loin dans le temps, même en 2016, on avait pu avoir le droit à une idée de ce à quoi travaillait déjà HTC entre le système de tracking et les contrôleurs ou encore la liberté de mouvement en room-scale. La décision pour 2020 de ne pas donner de conférence de presse signifie plusieurs choses. Tout d’abord, HTC sera bien présent au rendez-vous du CES. L’occasion notamment pour l’entreprise de continuer de présenter son Vive Cosmos avec des démos et annoncer de nouveaux détails durant des interviews exclusives.

Le fait cependant qu’il n’y aura pas de conférence de presse générale laisse à penser que HTC n’a pas prévu de très grande annonce pour ce grand rendez-vous des nouvelles technologies. On sait déjà par ailleurs que le casque Vive Cosmos lancé début octobre en France compte désormais sur un habillage différent qui échange le tracking inside-out pour le outside-in, avec le système laser lighthouse. Le CES 2020 sera sans doute l’occasion de le tester plus en profondeur.

Cet article HTC annonce qu’il ne donnera pas de conférence de presse lors du CES 2020 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

ETC et High End Systems s’installent au Théâtre du Châtelet

Par Patrick Cussigh

La rénovation du théâtre du Chatelet terminée après deux ans de travaux s’accompagne d’un gros investissement en High End et ETC. La régie lumière accueille deux consoles Eos Ti et une Ion Xe 20, le local de gradateurs reçoit 7 armoires Sensor 3 garnies au total de 600 cellules, 46 SolaFrame 3000 viennent garnir les perches et le parc de découpes Source Four LED Series 2 Lustr passe de 12 à 72.

Les deux régisseurs lumière, Christophe Leuba et Bernard Maby, qui assistent Renaud Corler, chef électricien du Châtelet, sous la direction technique de Jacques Ayrault sont particulièrement satisfaits de ces nouveaux investissements.
Christophe Leuba a réalisé le potentiel des consoles ETC, lors d’un atelier découverte organisé par ETC : « J’ai participé à une session Eos à Saint-Denis présentée par Philippe Roy (Field Project Coordinator au sein de ETC). De retour au Chatelet, j’ai immédiatement partagé mon enthousiasme avec l’équipe lumière et nous avons demandé à ETC qu’une session soit organisée dans nos locaux.

ETC est venu en février 2019, pour une introduction au système Eos à laquelle participaient également des membres de l’équipe de l’Opéra Comique.
C’est particulièrement la simplicité de langage du système, qui fait la différence quand on réalise le patch, et l’outil couleur qui ont déterminé notre choix. La gestion des couleurs de ce pupitre est sans pareil aujourd’hui. »

L’une des deux consoles Eos Ti de la régie passe en salle pendant les phases de création, et la Ion Xe 20 a été choisie pour faire les correctifs depuis le plateau car plus compacte. La complémentarité entre les gradateurs Sensor 3 et les consoles Eos a également été un point positif pour ETC. « Le contrôle des gradateurs par la console est vraiment optimisé et c’est vraiment agréable d’avoir le retour d’infos directement sur le pupitre, indique Bernard. »

Les armoires de gradation sont placées sous la scène, dans un local bénéficiant d’une nouvelle climatisation. 7 armoires Sensor 3 totalisent 582 cellules pour les besoins spectacle et une armoire additionnelle de 24 cellules se réserve l’éclairage de salle. Niveau réseau, l’équipe a choisi le protocole sACN pour la communication entre les consoles, les gradateurs et les projecteurs.

C’est Dushow qui a fourni les projecteurs après avoir organisé une démonstration comparative des modèles pouvant répondre aux critères de l’équipe lumières. « La démo de Dushow était superbe car très objective, raconte Christophe Leuba. Le SolaFrame 3000 est sorti du lot grâce à sa puissance notamment mais aussi la qualité de ses couleurs et son module de couteaux. » Au total, c’est un investissement de 46 SolaFrame 3000.

Le lieu possédait déjà une douzaine de découpes Source Four LED Séries 2, achetées sur une production trois ans plus tôt. L’équipe a ajouté 60 unités supplémentaires. « Nous avons la version Lustr. C’est une superbe machine avec une émulation tungstène de qualité. Et la gestion des couleurs avec l’Eos, c’est juste incroyable. Cette découpe consomme très peu et produit de superbes couleurs ! »

Équipées d’un Zoom 25° – 50°, les 72 découpes ETC s’associent parfaitement aux SolaFrame 3000 sur les perches du Châtelet pour “Les Justes“, la pièce d’Albert Camus mise en scène par Abd Al Malik, jouée pour la réouverture du théâtre.

Plus d’infos sur le site ETC

L’article ETC et High End Systems s’installent au Théâtre du Châtelet est apparu en premier sur SoundLightUp..

Globecast strengthens Asian management team with appointment of Tan See Chai as Head Sales – Distribution

Par Jump

Globecast, the global solutions provider for media, has further strengthened its management team in Asia with the appointment of Tan See Chai as Head of Sales – Distribution. Beginning at the start of January 2020 and based in Singapore, See Chai will report to Shakunt Malhotra, Globecast Asia MD. See Chai is responsible for sales ...

The post Globecast strengthens Asian management team with appointment of Tan See Chai as Head Sales – Distribution appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Freevox recherche Attaché(e) Commercial(e) secteur Sud-Ouest

Par admin

Vous pouvez devenir responsable de secteur commercial auprès des clients prestataires et intégrateurs de ce distributeur de marques prestigieuses de l’industrie du spectacle et de l’événementiel. Expérience ou formation commerciale (BTS, DUT).

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

L’article Freevox recherche Attaché(e) Commercial(e) secteur Sud-Ouest est apparu en premier sur SoundLightUp..

RME présente son nouveau DAC: l’ADI-2 DAC FS

Par admin

RME, distribuée en France par Audio-Technica a annoncé une mise à jour de l’ADI-2 DAC qui devient l’ADI-2 DAC FS, intègre le convertisseur haut de gamme AK4493, dispose d’une télécommande Multi-Remote-Control et d’une sortie pour casques intra auriculaires.

Avec l’ADI-2 DAC, RME a créé un convertisseur numérique vers analogique de très grande qualité et particulièrement flexible qui a rapidement trouvé sa place dans le cœur des utilisateurs, aussi bien dans le monde de la Hifi que dans le monde des studios.

Cet appareil est désormais disponible dans une version modernisée. L’intégration du convertisseur AK4493 (précédemment AK4490) améliore le rapport signal/bruit, la distorsion est réduite de 10 dB pour atteindre un fantastique -120 dB au niveau digital maximum. Le sensationnel -118 dBu, qui permet une sortie pour casque intra auriculaire totalement silencieuse est désormais amélioré pour atteindre -120 dBu.

Si les caractéristiques de base et les fonctionnalités de l’ADI-2 DAC restent inchangées, l’appareil est dorénavant livré avec une télécommande améliorée, la MRC (Multi-Remote-Control) qui pourra contrôler jusqu’à 4 futurs appareils RME. Actuellement, seul l’ADI-2 DAC est supporté. Avec les améliorations apportées au niveau de l’appareil et la nouvelle télécommande, RME aspire à perfectionner un convertisseur déjà presque parfait.

L’ADI-2 DAC FS est disponible au prix public indicatif de 999€ TTC.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le blog Audio-Technica

L’article RME présente son nouveau DAC: l’ADI-2 DAC FS est apparu en premier sur SoundLightUp..

Trimble teste la résistance de l’Hololens 2 au maillet

Par Pierrick LABBE
Trimble HoloLens 2

Vous avez sans doute, comme tout le monde, vu le nouveau véhicule imaginé par Elon Musk et Tesla, le CyberTruck. Si on apprécie ou non son apparence physique, sa résistance semble à toute épreuve. L’HoloLens 2 est-il au même niveau ? C’est ce qu’a voulu savoir Trimble.

Dans son crash-test, Elon Musk et Tesla ont mené des tests de durabilité plutôt extrêmes, sans avoir eu un résultat parfait dans chaque épreuve. Comment l’Hololens 2 réagit-il dans les mêmes conditions ? La réponse en images.

L’Hololens 2 attaqué au maillet par Trimble

Dans certains environnements, comme les chantiers ou l’usine, on sait que l’HoloLens 2 devra parfois être porté avec la protection d’un casque de chantier. C’est là que l’équipe a voulu mener son premier test de résistance. Cet ensemble customisé a même eu le droit à son petit nom de la part de Trimble, qui parle d’un équipement « certifié dans le monde entier pour la protection contre les chocs et la sécurité électrique, la protection de base de la visière contre les impacts et la sécurité intrinsèque ».

Dans le premier test, on a donc pu voir un ouvrier de Trimble utiliser un maillet, comme dans le test mené avec Tesla. Aucun souci. Le second met à profit une large balle de métal afin de savoir si, à la différence d’une voiture Tesla, le casque ne pourrait pas être détruit. On vous laisse voir ce que donne le résultat dans la vidéo ci-dessous. On vous conseille tout de même de ne pas faire la même chose à la maison.

Cet article Trimble teste la résistance de l’Hololens 2 au maillet a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Ayrton Khamsin tourne avec la Roue de la Fortune aux US

Par Patrick Cussigh

Alors que La Roue de la Fortune entame sa 37e saison de tournage, le célèbre jeu télévisé a remplacé ses projecteurs à lampe par des luminaires à leds consommant moins d’énergie, générant moins de chaleur et ne nécessitant que peu d’entretien.
Des projecteurs à découpe Ayrton Khamsin fournis par Sony Set Lighting s’ajoutent kit lumière du plateau.

« Les LED sont aujourd’hui en mesure de remplacer les sources à décharge de 1 200 W », explique William McLachlan, directeur de l’éclairage et pupitreur. « J’ai déjà utilisé des projecteurs Ayrton sur d’autres shows ; ils construisent des lumières intéressantes et deviennent des sources principales d’éclairage. »

C’est grâce à ses relations de longue date avec ACT Lighting, le distributeur exclusif Ayrton en Amérique du Nord, qu’il a découvert les nouveaux Khamsin. « Nous voulions faire évoluer le concept avec des éclairages mobiles, et Khamsin venait de sortir. Il avait toutes les caractéristiques, le rendement et la qualité de lumière dont nous avions besoin.
Il s’est clairement démarqué. »

William McLachlan les a recommandés au directeur photo et concepteur lumière Jeff Engel et les Khamsin ont rapidement rejoint le kit de 85 projecteurs asservis accrochés au-dessus du plateau de 50 m x 84 m.
« C’est une grosse surface à couvrir, nous avions besoin d’éclairages utilisables à une trentaine de mètres, les possibilités du Khamsin sont bien au-delà », explique McLachlan.
« Ils nous permettent de gagner beaucoup de temps lors de la programmation des tableaux. Grâce à leurs couteaux motorisés ils assurent la fonction de découpe pour délimiter la lumière. Ils peignent le décor avec des motifs, des textures, de la douceur et des couleurs et offrent aux téléspectateurs un éventail de styles différents.

Les Khamsin accompagnent la nouvelle série de l’émission depuis juillet. « Nous avons terminé nos deux premiers cycles d’enregistrement, et les Khamsins fonctionnent très bien », déclare McLachlan.

Plus d’infos sur le site Axente et sur le site Ayrton

 

L’article Ayrton Khamsin tourne avec la Roue de la Fortune aux US est apparu en premier sur SoundLightUp..

Marc Janowitz renouvelle la scénographie de MMJ avec GLP

Par admin

Le groupe de rock My Morning Jacket (MMJ) est une des valeurs sûres de la musique Rock du Kentucky depuis plus de 20 ans. Leur concepteur lumière depuis 13 ans, Marc Janowitz (E26 Design), a décidé de donner un grand coup de frais à leur scénographie grâce aux GLP JDC1 et X4 Bar 20.
Il a été un des premiers concepteurs lumière à utiliser les lyres à LED de la série X4. « Ces lyres Wash font partie de ma panoplie depuis de nombreuses années, de la X4 S jusqu’à la X4 XL avec tous les modèles intermédiaires. »

Photo: Jay Blakesberg Photography, Inc

MMJ a profité d’un break de 17 mois de sa tournée pour tester une nouvelle scénographie pour une série de 4 dates l’été dernier. Celle-ci comprenait 2 dates au Red Rocks Amphitheater dans le Colorado, une au Capital Theatre à Port Chester, New York (à la fois pour le 20eme anniversaire du groupe et la réédition de leur premier album), et une au Forest Hills Stadium dans le Queens.

GLP X4 Bar 20

« De la préparation à la fin de cette tournée, on a eu moins de trois semaines, note Marc. Nous voulions être sûrs que les premiers shows après un tel laps de temps sans tourner aient un look totalement innovant. »

Il est parti de la demande du groupe de disposer de différentes formes de lumière. « Du coup, j’ai refait la conception et rajouté 6 structures complètes sur l’arrière. Chaque structure a une forme de cristal, avec la bordure incorporant, entre autres, des X4 Bar 20 avec un stroboscope hybride JDC1 en plein centre. »

« Le show bénéficiait déjà de strates successives de programmations avec des X4 et X4 S issues des précédentes tournées de MMJ et je voulais partir de là pour construire. Parce que le moteur LED est identique, l’espace colorimétrique et le temps de réaction de tous les appareils se sont parfaitement fondus les uns avec les autres, et la X4 Bar 20 était un outil formidable pour cette application. »

Passant en revue le stroboscope hybride JDC1, il remarque, « Même si j’ai toujours aimé les stroboscopes Xénon, j’ai senti qu’il était temps d’ajouter plus de polyvalence et de variété dans mon arsenal. J’ai été impressionné par le JDC1 depuis que mon visage a fondu lors de sa présentation au salon LDI (rires) ! En fait je porte toujours des lunettes de soleil, sourit-il. Mais je suis content de pouvoir l’emmener faire un tour sur ces dates.

GLP JDC1

Je pilote les JDC1 en mode 68 canaux pour pouvoir les faire tantôt exploser en flashes ou scintiller. Ils étaient aussi intégrés dans le pixel mapping de la console Hog. Ils sont impressionnants dans leurs possibilités de stroboscopes en blanc, en couleurs, en décoration, en mouvement, et même en Wash standard vers le public ou sur la scène. »

Les barres motorisées X4 Bar 20 étaient également utilisées en mode pixel, parfois connectées au pixel mapping de la Wholehog, et d’autres fois comme des rideaux de lumière plus conventionnels avec des faisceaux serrés. « J’ai apprécié de pouvoir les utiliser en pixels séparés pour certaines chansons, ou en barres linéaires pour d’autres morceaux, explique-t-il. »

Tout l’équipement a été fourni par Pulse Lighting. « Ils ont été d’une grande aide,” apprécie Marc. Paul et Mikey, en tant que concepteurs lumières eux-mêmes, ont le chic de sentir tout de suite ce dont le concepteur va avoir besoin, et l’aider à tout préparer en amont. »

Un maillon essentiel de l’équipe s’est avéré être le pupitreur et assistant concepteur lumière Chase Nichols. « Il joue une part majeure dans tout le processus, affirme Marc. Je porte une double casquette sur cette tournée de concepteur lumière et directeur de production. Savoir que Chase s’occupe de faire tourner tout le kit lumière me permet de faire fonctionner tout le processus.
C’est aussi un très bon programmeur et il peut aider à apporter un regard avisé et créer des tableaux et des effets que je peux ensuite incorporer dans le spectacle. » « En fait toute l’équipe de MMJ est vraiment au top, il y a là un sentiment de faire partie d’une grande famille… le groupe, l’équipe, les fans. »

Plus d’infos sur le site GLP et sur la page GLP France

 

L’article Marc Janowitz renouvelle la scénographie de MMJ avec GLP est apparu en premier sur SoundLightUp..

MATCHevent s’équipe en Chauvet: 176 Maverick et Rogue

Par admin

La société de prestation événementielle MatchEvent, spécialisée en son, lumière et vidéo, vient d’investir dans 176 projecteurs motorisés à leds Chauvet Professional : 80 Maverick MK3 Wash, 48 Rogue R2X Wash et 48 Rogue BW.
Ils ont déjà été utilisés pour le congrès des Maires ou encore l’inauguration des illuminations des Champs Elysées.

Depuis sa création en 2008, MatchEvent est devenu un fournisseur important de prestations audio, vidéo et lumière, grâce à sa volonté de maintenir les plus hauts standards de service client et de rester à la pointe de la technologie.

« C’est suite à un atelier de démonstration organisé par l’équipe Chauvet Professional dans leur showroom que nous avons été impressionnés par la qualité des produits « , a déclaré Damien Legrez, directeur associé de MatchEvent. « Mais par-dessus tout, nous partageons les valeurs et l’engagement de Chauvet et de son fondateur, Albert Chauvet.
Notre parc machines nous permet de fournir des solutions optimisées et accessibles pour accompagner les projets innovants de nos clients.

Les projecteurs Maverick MK3 Wash, Rogue R2X Wash et Rogue BW ont été choisis après un processus d’évaluation minutieux et des comparaisons aux produits concurrents. Au final, la qualité de la lumière LED, et l’offre de Chauvet Professional ont fait la différence. Nous sommes extrêmement heureux de cette nouvelle acquisition. »

Plus d’infos sur le site Chauvet France

 

L’article MATCHevent s’équipe en Chauvet: 176 Maverick et Rogue est apparu en premier sur SoundLightUp..

We Are Events reprend Production44

Par admin

L’activité de Production44 – société nantaise de prestation technique AV (sonorisation, éclairage, vidéo et structure) pour l’événement créée en 1986 – est dirigée par We Are Events (société par actions simplifiées) depuis le 1er octobre, dans le cadre d’une reprise de fonds de commerce suite au départ à la retraite de son fondateur, Bruno Alain.

Bruno Alain, Fondateur de Production44 : « J’ai vécu plus de 35 années passionnantes à diriger Production44. Le métier a beaucoup évolué ces dernières années et je suis très fier de céder ma société à Clément Robert et Julien Robert-Mercier, directeurs associés de We Are Events. Cette nouvelle génération porte un projet ambitieux et saura dynamiser l’entreprise. Je remercie tous les clients qui ont contribué au développement de Production44 depuis ses débuts. »

Clément Robert, directeur associé de We Are Events : « Le secteur de l’événementiel est challengé par de nouvelles façons de travailler, les matériels utilisés de plus en plus technologiques et des clients qui demandent flexibilité et réactivité. Nous faisons évoluer nos outils et notre organisation pour leur répondre avec plus de réactivité.
En 2020, nous prévoyons de créer un bureau d’ingénierie d’événement (conception 3D, vidéo) mais aussi d’investir 25 % de notre chiffre d’affaires annuel pour développer notre parc de matériel. Afin de soutenir ces investissements, nous procéderons à une augmentation de capital d’ici la fin de l’année. »

Julien Robert-Mercier, Directeur associé de We Are Events : « Production44 occupera une place stratégique au sein du groupe We Are Events, en proposant à partir de janvier 2020 un lieu de rencontres et d’expérimentation aux acteurs de l’événement :
– Un open space avec 10 postes de travail à louer à la journée ou au mois,
– Une salle de réunion équipée,
– Une salle de préproduction intégrant les solutions Wysiwyg, Autocad et le pupitre GrandMa 3,
– Un showroom de 350 m2 doté d’un grill motorisé.

A propos de We Are Events
Fondé en 2019 par Clément Robert et Julien Robert-Mercier, We Are Events est un groupe de services dédié au secteur de l’événementiel. Production44 by We Are Events conçoit des solutions sur-mesure mêlant scénographie, son et image. Production44 est titulaire du ” Label du Spectacle ” n°147.

Les deux frères, experts en communication et marketing, cumulent plus de 15 années d’expérience professionnelles.
Julien Robert-Mercier, 33 ans, diplômé d’un Master en Management de l’IPAG Business School Paris, a débuté sa carrière au sein du groupe GDF SUEZ, comme contrôleur de gestion stratégique en appui à la direction dans le cadre de la réorganisation de la business entity (B2B) et au développement de projets innovants en énergies renouvelables.
Il a ensuite intégré en 2013 le groupe pluri-média SFR Média comme contrôleur de gestion en charge de BFMTV/BFM Business, puis devient directeur administratif et financier de NewsCo Group en 2015, filiale de média et événements B2B de SFR Média.
Depuis 2017, il est entrepreneur et associé au sein de link media group, groupe marketing B2B (média et événements B2B) dont il est directeur général adjoint.
Il quitte ses fonctions en 2019 afin de fonder We Are Events.

Clément Robert, 30 ans, directeur associé, est diplômé en comptabilité et management d’entreprises culturelles.
Il a débuté sa carrière dans une société de production audiovisuelle parisienne. Il cumule plusieurs expériences de chargé de communication et d’administration au sein de sociétés de « l’économie créative » spécialisées en architecture, scénographie, événementiel et création-conception-fabrication d’objets Design et Mobilier (Métalobil, Block et Guinée*Potin).
En 2017, il prend en charge la communication (interne et externe) d’un groupe industriel, producteur indépendant d’électricité éolienne (green économie) et fournisseur de services. Il quitte ses fonctions en 2019 afin de fonder We Are Events.

L’article We Are Events reprend Production44 est apparu en premier sur SoundLightUp..

[ITW] Laurent Chrétien, directeur du Laval Virtual, aux VR Days 2019

Par Bastien L
laurent chretien laval virtual 2019

Dans le cadre du salon VR Days 2019, organisé à Amsterdam du 13 au 15 novembre, nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec Laurent Chrétien : directeur général de l’association Laval Virtual qui a co-organisé l’événement. L’occasion de revenir ensemble sur le long chemin parcouru par l’industrie de la VR depuis cinq ans…

Les VR Days 2019 prenaient place à Amsterdam du 13 au 15 novembre, pour une cinquième édition particulièrement réussie. Cet événement célébrait le premier « Lustrum » de la réalité virtuelle : un cycle de cinq ans débuté avec la première édition du salon en 2014, coïncidant aussi avec l’acquisition d’Oculus par Facebook. Dans ce contexte, nous avons interrogé Laurent Chrétien, directeur général de Laval Virtual, sur sa vision quant à la fin de ce cycle…

De quelle façon Laval Virtual est-elle impliquée dans l’organisation des VR Days ?

Ça fait maintenant quatre ans qu’on se connaît, lors de leur venue à Laval Virtual et on a décidé de coopérer ensemble sur la co-animation de nos cycles de conférences respectifs sur 2017 et 2018. Pour 2019, nous avons décidé conjointement d’aller plus loin.

Du coup, l’implication de Laval Virtual dans l’organisation des VR Days cette année a dépassé le stade des conférences. Notre équipe s’est occupée de l’intégralité du cycle de conférence qui a lieu pendant l’expo au Kromhouthal, et nos équipes ont participé très activement à la commercialisation de l’exposition.

Quel est lobjectif de cet événement ? De quelle façon sinscrit-il dans la stratégie de Laval Virtual ?

L’objectif de l’événement, ici à Amsterdam depuis 5 ans, est d’essayer de réunir la communauté VR / AR, aussi bien les faiseurs que les utilisateurs avec peut-être ici une connotation plus « contenu » qu’à Laval où nous sommes plus orientés « techno ». Les deux événements se complètent donc plutôt bien.

Tout comme pour Laval Virtual, le but est aussi de faire rayonner la ville de Laval. C’est aussi un excellent moyen de capitaliser nos réseaux relationnels, nos expériences et de se faire progresser mutuellement.

Quels sont les principaux changements par rapport à l’édition 2018 ?

Il n’y a pas énormément de changements. La partie forum investisseurs qui était auparavant sur le site de l’expo prend maintenant place au Théâtre DeLaMar en même temps que la conférence et je pense que c’est beaucoup mieux, car il y a plus d’investisseurs à la conférence qu’à l’exposition.

Il y a aussi une augmentation du nombre de conférences sur le lieu de l’exposition demain, et surtout une croissance de 30% sur le nombre d’exposants. Si on maintient ce taux de croissance pendant trois ou quatre ans, les VR Days arriveront au niveau de Laval Virtual.

Cependant, il ne faut pas toujours chercher à grossir la taille des événements. Dans le cas contraire, on risque de perdre l’âme. C’est d’ailleurs le choix qu’on a fait à Laval et qu’on fera sûrement ici à Amsterdam pour les VR Days.

Cet événement est placé sous le signe du « lustrum », selon vous est-ce un cycle qui se termine pour la VR ?

Spontanément je dirais que non, c’est plutôt une continuité, mais effectivement on arrive peut être à la fin de l’introduction. Les lunettes et visiocasques arrivent à une certaine maturité, des écosystèmes d’acteurs qui produisent du contenu de qualité en Europe se construisent, il n’y a plus d’enjeu sur la capacité à construire des choses.

En revanche il reste des enjeux sur les modèles économiques, notamment sur la partie « contenu ». L’autre chose qui va se passer dans les mois ou les années à venir, c’est que la réalité virtuelle va s’effacer en termes de technologie « évidente » pour se mélanger avec l’intelligence artificielle, la blockchain, la robotique, l’Internet des Objets, etc.

Dans le concept du « lustrum » il y a aussi la notion de sacrifice. Est-ce que vous pensez quil a fallu des sacrifices pour que lindustrie de la VR se développe ?

Oui, je pense qu’il a fallu faire des sacrifices au sens abnégation, au sens foi dans la technologie, au sens investissement. Des sacrifices de temps, de finances, d’énergie. Ce qu’on fait à Laval Virtual en est un exemple : les collectivités ont porté à bout de bras un événement pendant presque 15 ans sans qu’il soit absolument rentable.

Et puis progressivement, le marché a commencé à se développer, à exploser et a permis la croissance qu’on connaît à Laval Virtual et qu’on essaye de partager avec les acteurs comme les VR Days qu’on apprécie.

Va-t-on selon vous vers une démocratisation de la VR ?

On y va. Plus lentement que ce que les constructeurs aimeraient, mais on y va. Les déploiements auprès du grand public et en entreprise sont encore limités, mais ils se poursuivent. Ce sont d’ailleurs pour moi les ESN telles que Capgemini ou Accenture qui seront capables de déployer massivement en entreprise.

D’autres facteurs sont intéressants pour la démocratisation comme la standardisation. Par exemple, le Khronos Group y travaille avec son standard OpenXR. Bientôt, il sera possible d’utiliser n’importe quel contenu avec n’importe quel masque et cela va faire beaucoup de bien à l’industrie.

Il reste des freins pour le grand public, comme l’isolement que confère le masque qui constitue un frein psychologique très fort. Pour y remédier, les jeux et services grands publics sociaux, collaboratifs, avec le déploiement de la 5G et des Clouds VR / AR vont aider à transgresser ce frein.

Nous n’y sommes pas encore. D’ici 10 à 15 ans, on peut s’attendre à ce que le casque VR soit aussi utilisé que le smartphone par tout un chacun. Une habituation naturelle va se faire en entreprise et passer au grand public.

Laval Virtual 2019

Beaucoup d’analystes prédisent un essor de la réalité augmentée au détriment de la VR. Quen pensez-vous ?

Technologiquement, la réalité augmentée est un peu en retard par rapport à la VR. La superposition d’éléments virtuels sur le réel n’est pas si simple que ça à réaliser et à organiser dans l’environnement. Alors que quand on est en réalité virtuelle, on est en réalité virtuelle, immergé dans un univers virtuel.

Néanmoins, en entreprise, la réalité augmentée a effectivement beaucoup plus de potentiel que la réalité virtuelle. Ça ne répond pas aux mêmes usages, même si les contenus en temps réel sont les mêmes, les cas d’application ne sont pas les mêmes.

Par exemple pour les formations la réalité augmentée va permettre les formations simples et massives, tandis que la réalité virtuelle permet des formations plus complexes, mais individuelles. Pour le grand public, en revanche, les deux technologies devraient profiter d’un développement fort.

Ici, aux VR Days, la réalité augmentée est moins présente, car il s’agit d’un événement historiquement orienté VR et plutôt sur le contenu. Cependant, cela devrait s’hybrider progressivement.

Selon vous, la France peut-elle compter parmi les leaders de l’industrie de la VR ?

La France, aux côtés des États-Unis ou du Japon, compte parmi les pionniers de la réalité virtuelle. Quelle que soit la technologie, toutefois, nous avons rarement été des pros du hardware. Nous avons donc un peu laissé échapper les startups hardware même si nous en avons régulièrement qui tentent leur chance et qui, je l’espère, réussiront à se démarquer.

Côté software, on a quelques belles réussites. Cependant, c’est surtout côté applicatif que nous sommes très forts et que nous avons un grand rôle à jouer. On est imaginatif et on sait développer correctement. Ceci représente un véritable eldorado, car nous n’avons exploré que la surface de ce qu’il est possible de faire de la réalité virtuelle.

On essaye d’aider les startups à la modeste échelle de Laval Virtual, via nos événements internationaux ou en travaillant avec Business France sur des programmes de développement de marché international. Les VR Days et Laval Virtual Asia participent aussi à cette démarche d’aider les startups françaises à exporter, à rencontrer de nouveaux marchés.

À Laval, le Laval Virtual Center est un formidable outil d’accélération pour les startups si elles le souhaitent. On est capables de leur faire gagner beaucoup de temps sur leurs marchés et sur les technologies parce que nous avons beaucoup de matière là-dessus, beaucoup d’expérience et des ingénieurs forts.

Quel futur pour la réalité virtuelle ? L’année prochaine et au-delà ?

Tout dépend à quel horizon on se place. À court et moyen terme, on peut attendre un déploiement massif pour très bientôt. C’est en train de prendre, on peut le voir à différentes échelles : sur un territoire comme le nôtre où de plus en plus de PME travaillent avec ces outils, et puis on commence à le sentir avec les ESN qui nous consultent de plus en plus pour accompagner leurs clients, les aider et les inspirer pour développer du cas d’usage massif.

Par la suite, il y aura probablement une convergence entre les lunettes de réalité virtuelle et les lunettes de réalité augmentée, avec la possibilité de passer du réel au virtuel instantanément. Cependant, je pense que l’aboutissement, d’ici 50 ans ou même 100 ans, sera que l’on aura plus besoin de device et que l’on s’immergera dans le virtuel via une connexion directe au cerveau

Cet article [ITW] Laurent Chrétien, directeur du Laval Virtual, aux VR Days 2019 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les nouveautés de d&b

Par admin

d&b France avec désormais à la baguette Alain Richer a présenté pour la 1ère fois en France  les enceintes A-Series, le sub ultra-compact B8-Sub, la passerelle réseau Milan DS20 et enfin la télécommande à écran tactile R90.

d&b A-series, « Augmented Array ». La toute nouvelle Série A de d&b audiotechnik introduit le concept d’« Augmented Array » : un concept d’enceintes évolué, issu de la l’expérience de développement de d&b. Combinant des angles de couplage variables, deux approches d’optimisation électronique et une conception sophistiquée du guide d’ondes, la Série A répond aux besoins des applications dans lesquelles la flexibilité de la couverture, tant horizontale que verticale, est primordiale.

Combinant toute l’adaptabilité d’une source ponctuelle sous forme de cluster avec les nombreuses options de contrôle d’un line array d&b, le système comprend les enceintes AL60 et AL90, les modèles ALi60 et ALi90 conçus pour une installation permanente.
En utilisant les accessoires appropriés, quatre enceintes peuvent être accrochées en array vertical ou horizontal. Les angles de couplage variables entre enceintes adjacentes peuvent être réglés de −10° à +10° par pas de 5°, ce qui permet les réglages les plus fins et garantit au son d’être dirigé précisément là où il est désiré.

Le contrôle de la directivité des médiums (MDC pour « Midrange Directivity Control ») assure une directivité uniforme des fréquences entre 200 Hz et 2 kHz, quel que soit l’angle de couplage. Les enceintes AL60/AL90 ont en commun une conception passive à 2 voies avec chambre de compression à embouchure de 1,4″ et diaphragme de 3″ montée sur un guide d’ondes pour les aigus et deux haut-parleurs néodyme de 10″ pour les graves.

Spécialement conçus pour les systèmes d&b, les amplificateurs quatre canaux 30D, D20 et D80 offrent des outils de corrections complète réglable par l’utilisateur au moyen de deux égaliseurs 16 bandes à filtres paramétriques, coupe-bande, en plateau et asymétriques, ainsi qu’un délai numérique pouvant atteindre 10 secondes. Les V-GSUB et Vi-GSUB sont recommandés pour étendre la bande passante dans les basses fréquences de la Série A, cependant beaucoup d’autres options sont disponibles selon les applications mobiles ou fixes, quelle que soit leur taille.

Caisson de graves ultra compact B8-SUB

Le B8-SUB est un caisson de graves ultra compact qui complète les enceintes d&b des séries xC, xS et E. Le B8 abrite deux haut-parleurs de 6,5” dans un caisson bass-reflex. Sa faible hauteur en fait une solution idéale pour les applications mobiles de taille réduite qui nécessitent à la fois une réponse en fréquence étirée dans le bas du spectre et une pression acoutique élevée. Sa réponse en fréquence s’étend de 43 Hz à 170 Hz.

Le B8-SUB peut être suspendu à l’horizontale ou à la verticale. L’arrière du caisson est muni d’une poignée et d’un insert fileté M20 sur le dessus qui accueille le pied d’enceinte d&b Z5013 pour le déploiement de certaines enceintes « full range » de d&b avec une charge maximale de 8 kg. Deux inserts filetés M8 ont été prévus sur un côté pour la fixation d’une équerre d’accrochage dédiée.

Le caisson est en contreplaqué marine revêtu d’une peinture de finition (noire ou blanche) résistante aux chocs. La façade de l’enceinte est protégée par une grille métallique rigide doublée de mousse acoustiquement neutre. Le B8-SUB s’alimente de préférence par l’amplificateur d&b D20. Il pourra aussi l’être par les modèles d&b D6, D80, 10D et 30D.

Passerelle audio réseau MILAN DS20

La passerelle audio réseau DS20 de d&b est le premier produit de la marque servant à connecter ses enceintes au protocole Milan, basé sur des normes ouvertes. La DS20 est un choix naturel pour les utilisateurs d&b désireux d’effectuer une mise en réseau. Milan est un réseau déterministe qui hérite de tous les avantages techniques de la technologie AVB : fiabilité accrue, synchronisation optimale et mise en œuvre facile d’un réseau.

Intégrée de manière transparente dans un système d&b, la passerelle audio réseau DS20 sert d’interface entre les réseaux Milan et les signaux audio numériques AES3, tout en assurant la distribution des données de télécommande par Ethernet. Les métadonnées, notamment les libellés des canaux Milan et les informations de câblage, sont propagées via le flux AES3 jusqu’aux amplificateurs d&b à quatre canaux.

Positionnée en amont des amplificateurs dans la chaîne du signal, cette unité en rack 1U est aussi bien adaptée aux environnements mobiles qu’aux installations fixes. En plus de fournir une interface entre le réseau audio Milan et les entrées numériques des amplificateurs d&b par Ethernet, la DS20 offre quatre canaux d’entrée numériques AES3 dans les cas où un point d’accès depuis une console de mixage de façade est nécessaire.

Télécommande à écran tactile R90

Simplifiant le fonctionnement général d’un système d&b, ce PC à panneau de 7″ permet à tout utilisateur y compris un personnel aux connaissances techniques limitées, de contrôler d’un doigt des fonctions prédéfinies – alimentation électrique, coupure du son, niveaux par zones et rappel de jusqu’à neuf préréglages AmpPresets.

Toutes les fonctions de commande de la R90 fonctionnent indépendamment du logiciel de commande à distance d&b R1, ce qui élimine le risque de modification accidentelle d’un des réglages soigneusement équilibrés du système.
Le réglage et la configuration des paramètres d’un projet R90 s’effectuent rapidement et facilement, directement depuis l’écran tactile, après quoi les activités quotidiennes peuvent être gérées sans la présence d’un technicien.
Fonctionnant sous architecture AES70 / OCA, la télécommande à écran tactile R90 peut être facilement intégrée à n’importe quel système d&b (utilisant jusqu’à quinze amplificateurs) sans nécessiter de programmation supplémentaire.

La partie matérielle est composée d’un PC industriel (IPC) à écran tactile de 7″ (800 x 480 pixels) qui intègre un processeur ARM Cortex-A8 à 1 GHz dans un boîtier en acier avec façade en aluminium. Tous les connecteurs sont accessibles sur le bas du panneau arrière de l’appareil. La faible profondeur et les pattes de fixation rétractables facilitent le montage, sans aucune pièce détachable.

Et d’autres informations sur le site d&b Audio

L’article Les nouveautés de d&b est apparu en premier sur SoundLightUp..

Industry Simulator VR forme les techniciens à gérer des catastrophes

Par Gwendal P
numi industry simulator vr barrage

Industry Simulator VR est un simulateur de situations catastrophiques destiné à la formation des techniciens. Modulable, il peut s’adapter à de nombreux environnements différents.

Comment gérer une situation d’urgence catastrophique ? Numix tente d’apporter une solution avec un simulateur de réalité virtuelle pour environnements à haut risque. En effet, Industry Simulator VR permet de tester les comportements humains. Et cela, lorsqu’ils sont confrontés à du stress, et doivent prendre des décisions rapidement. Tout cela, dans l’idée de former aux bons gestes et aux bons réflexes les techniciens présents sur ce genre de sites.

Il est très difficile de reproduire un scénario catastrophe sur un barrage hydroélectrique ou dans une centrale nucléaire. Cela coûtera forcément très cher et ne pourra jamais atteindre un niveau de réalisme complet, à moins de vraiment tout détruire. Pour néanmoins proposer des entraînements adaptés pour ces situations, la réalité virtuelle est aujourd’hui l’outil le plus pertinent. Industry Simulator VR est un moteur de simulation modulable qui offre une personnalisation complète en fonction des besoins. En outre, il est possible de créer une infinité de scénarios catastrophes, d’observer les réactions et d’apprendre de ses erreurs.

EDF a déjà adopté Industry Simulator VR

Industry Simulator VR a été conçu comme un « monde ouvert » qui peut être modifié. Ainsi, de nombreux éléments et fonctionnalités peuvent être ajoutés. Cela permet de proposer un service sur mesure en relation avec l’activité professionnelle. Après les différentes sessions, un rapport est établi donnant des informations sur les actions entreprises, qu’elles aient eu un impact positif ou négatif. Le bilan final permet de tirer des conclusions quant à l’aptitude des techniciens à gérer de tels événements. Il met également le doigt sur les points à améliorer.

La société EDF est parmi les premières à avoir adopté cette solution. Industry Simulator VR leur a fourni une expérience de grande crue sur un barrage. Les personnes qui participent à cette formation doivent appliquer les consignes en cas de crue et identifier les potentiels imprévus en temps réel.

Numix sera présent au CES de Las Vegas 2020 pour présenter son simulateur. L’entreprise étoffe actuellement son offre afin de proposer une solution complète et générique qui puisse convenir au plus grand nombre de situations.

Cet article Industry Simulator VR forme les techniciens à gérer des catastrophes a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

REMOTE France choisit le AiRAY de CODA Audio

Par admin

La société Remote France basée à Plaisir dans les Yvelines vient d’investir dans un kit complet de line-array AiRAY Coda Audio et rejoint ainsi le réseau de partenaires utilisateurs de la marque allemande.

Une partie de l’équipe technique de Remote lors des journées de prises en main du système animées par Yves Guégan de CODA Audio France. De gauche à droite : Tony Baptiste, Flavien Tirole, Yannick Ferret, Yves Guégan, Pascal Menin, Eliott Olivier, Manon Assofi, Jo Lacube, Stéphane Prados, Patrick Barros.

Ce nouveau kit se compose de : Têtes AiRAY, Renforts et subs SC2-F, SCV-F, SCP-F, têtes à courbure constante APS et points source HOPS5, contrôlés et amplifiés par des T-RACK, M-RACK et LiNUS10C.
Pascal Ménin, et Yannick Ferret, les directeurs associés de Remote ont choisi le AiRAY pour répondre à une demande grandissante d’accueil pour des concerts de moyennes et grandes jauges dans des lieux mythiques parisiens.

L’équipe de Remote à l’Olympia de Paris. De gauche à droite : Yves Guégan (CODA Audio France), Nicolas Souchet (FOH), Pascal Menin (Directeur Associé Remote), Alizée Tricart (Ingénieur Système)

C’est d’ailleurs à l’Olympia de Paris que son système de diffusion a été déployé pour la première fois pour le show « One Night in Tunisia » avec la participation de Souad Massi.
L’accueil a été extrêmement favorable et le AiRAY a une nouvelle fois surpris en délivrant des performances hors normes dans un format ultra compact.

REMOTE FRANCE – 660, rue du Valibout – 78370 PLAISIR

Et d’autres informations sur le site Remote france

L’article REMOTE France choisit le AiRAY de CODA Audio est apparu en premier sur SoundLightUp..

330 000 casques VR/AR auraient été vendus en France en 2019

Par Shadows

A l’occasion du salon Virtuality, qui se tenait la semaine passée à Paris, le think tank IDATE (spécialisé dans l’économie numérique) dévoile une étude comportant des estimations de ventes de matériel associé à la réalité virtuelle et augmentée.

Ainsi, la vente de casques aurait été multipliée par 5 en 5 ans, passant de 60 000 en 2015 à 330 000 cette année, après avoir franchi le cap des 200 000 ventes en 2018.

Toujours selon IDATE, les ventes devraient continuer à grimper en France sur 5 ans. L’entité donne les estimations suivantes : 54 000 en 2020, 790 000 en 2021, puis 1,1 et 1, 46 millions en 2022 et 2023.

En parallèle, ce sont environ 8,5 million de casques qui se seraient écoulés dans le monde pour 2019, avec une croissance annuelle moyenne d’environ 50% depuis 2013. Un marché très dynamique qui devrait rapidement atteindre des chiffres stratosphériques : 42 millions de casques pourraient être vendus en 2023.

L’article 330 000 casques VR/AR auraient été vendus en France en 2019 est apparu en premier sur 3DVF.

Muse tourne avec Robe

Par admin

Sooner Routhier a conçu l’éclairage de la tournée mondiale « Simulation Theory » du groupe anglais Muse. Lancée en février, cette tournée fait suite à la sortie très acclamée du huitième album du groupe en novembre 2018. C’était le tout premier projet d’éclairage de Sooner pour le groupe, et elle était ravie de collaborer avec le directeur artistique Jesse Lee Stout pour la création de cette tournée.

Sooner a choisi Robe pour faire partie intégrante de son projet, avec 98 projecteurs pour les arénas (74 MegaPointe et 24 BMFL Spot) et 114 pour les concerts dans les stades (72 MegaPointe, 30 BMFL Spot, 12 BMFL FollowSpot LT).

Le matériel d’éclairage a été fourni dans le monde entier par la société de location américaine Upstaging, et supervisé en tournée par le chef d’équipe Seth Conlin. Sooner a programmé le spectacle lors des répétitions de la production à Beaumont (Texas), et Aaron Luke était son directeur/opérateur d’éclairage en tournée.

L’univers de « Simulation Theory »

C’est Jesse et Metaform Studio, sa société basée à Los Angeles, qui ont assuré la direction créative et la conception scénique de la tournée. Jesse a également supervisé tout ce qui concernait l’esthétique, y compris les pochettes d’album, les séances photos, les jeux vidéo et la production d’un film en direct après la tournée, qui porteraient tous sur le même thème narratif… l’univers de la « Simulation Theory », inspiré d’un mélange de science-fiction et de jeux vidéo des années 80-90.

La réalisation des pochettes de l’album et les emprunts à SOS Fantômes rejoignent, entre autres, Kill Bill et Aeon Flux, tandis que le vaisseau spatial fait son apparition. Cela se traduit dans la vidéo, puis, dans un format totalement différent, dans la forme de la scène. C’est l’affirmation d’un parti-pris artistique cohérent, qui, mêlé à un grand spectacle rock, renforce la puissance et la présence du groupe.

Le scénario demandait un grand écran IMAG convexe en fond de scène, essentiel au décor, car Jesse ne voulait pas que les gens soient distraits ou regardent vers les côtés comme c’est le cas avec les écrans IMAG placés dans la position classique.
L’autre aspect majeur de l’architecture scénique était une élégante piste dégagée à l’avant qui permettait à Matt Bellamy, en particulier, de se rapprocher du public et des fans, un lien vital qui est au cœur de tout spectacle de Muse.

L’ensemble de l’équipe souhaitait s’écarter des productions précédentes, qui comportaient d’imposantes pièces d’architecture mobiles. Avec « Simulation Theory », ils voulaient être plus théâtraux et plus bruts, et se présenter de manière plus spectaculaire sous la forme de NPC (personnages non joueurs), terme du jargon des jeux vidéo qui désigne les figurants qui entourent et assistent les personnages principaux.

Les interprètes ont été strictement chorégraphiés par Andrew Winghart avec une succession de mouvements robotiques hautement stratégiques et formaient des formes géométriques précises et stylisées qui renforçaient le scénario. Leurs costumes réfléchissants et leurs masques à LED imitant les lunettes de réalité virtuelle, également portés par le groupe, affirment la prise de conscience du futur de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée.

L’éclairage, comme un vrai personnage

En matière d’éclairage, Jesse souhaitait une approche intelligente et originale, et il était convaincu que Sooner était un excellent choix. Tous deux avaient déjà travaillé ensemble sur plusieurs projets, notamment The Weeknd et Imagine Dragons.
« L’éclairage était essentiel », a commenté Jesse, expliquant que, l’Univers de la théorie de la simulation étant un environnement « Cyber Black », l’éclairage est devenu un personnage à part entière de l’action.

Dans l’esprit science-fiction, Sooner souhaitait instaurer une « linéarité » dans l’éclairage, avec des lignes fortes et claires et un fond uniformes intégrant des barres profilées capables de sortir rapidement de l’ombre et participer subrepticement à l’action .
Les couleurs et les combinaisons de couleurs étaient francs, riches et directs pour avoir le plus d’impact possible, et dans un véritable style Black, la lumière sculptée par Sooner a apporté un air d’anticipation frénétique à l’événement.

Jesse avait déjà introduit de nombreux éléments à LED dans le spectacle : les lunettes portées par le groupe, les uniformes et les accessoires, le « gant électrique » réalisé spécialement pour Matt Belamy, le contour à LED du piano, la batterie, etc
Jesse et Sooner ont également discuté en détail des ambiances lumineuses des moments particuliers dans le décor, notamment en utilisant les MegaPointe sur les tours dans le public. Un autre objectif était d’avoir un éclairage « immersif ».

Robe se pointe

C’est sur la base de ses expériences précédentes avec la marque au service d’artistes exigeants comme Depeche Mode, The Weeknd, Halsey autres, et aussi de leur puissance, leur énergie et leurs fonctionnalités, que Sooner a choisi les projecteurs de Robe.

Pour la version du spectacle dans les arénas, 32 des MegaPointe ont été déployés sur les rampes qui entourent le décor, 22 le long de l’avancée et sur la scène B à son extrémité, et 20 sur des tours autour des gradins public.

Les 24 BMFL Spots étaient accrochés au-dessus de la scène B et télécommandé, avec d’autres projecteurs, par un système BlackTrax. Les BMFL étaient principalement utilisés pour l’éclairage de face. Ils ont suivi avec précision tous les mouvements sur la scène et « concentré leur puissance » pour faire ressortir le groupe.

Dans la configuration stades, 44 MegaPointe étaient installés sur les rampes autour du plateau et 28 sur les tours dans le public. 30 BMFL Spot étaient montés sur deux tours de retard séparées derrière le système de diffusion de façade (15 sur chaque tour), ce qui donnait un impressionnant ensemble frontal. Les 12 BMFL FollowSpot LT étaient accrochés sur les deux mêmes tours de retard, six sur chacune.

Sooner avait besoin de projecteurs réellement polyvalents, fonctionnant aussi bien en Beam, en Spot ou en Wash. Le MegaPointe était donc un choix évident. « Avec la multitude de subtilités et de détails musicaux que je voulais mettre en valeur et souligner, j’avais besoin d’un éclairage fiable capable de réagir très rapidement, comme le MegaPointe », a-t-elle expliqué.
Les BMFL, elle les avait déjà utilisés à de nombreuses reprises et adorait la qualité de la lumière et les « belles » teintes de peau, ainsi que les températures de couleur et les autres caractéristiques « parfaites ». En plus de ces projecteurs, il y avait dans le système d’autres projecteurs asservis ainsi que nombre de barres à LED et de stroboscopes.

Aaron Luke, le directeur de l’éclairage, a commenté la bonne tenue de tous ces appareils pendant plus de 10 mois de tournée. Selon lui, les MegaPointe sont « polyvalents et dotés d’une grande richesse fonctionnelle », le tout dans un format compact, et ils offrent, comme dit Sooner, un véritable hybride Spot/Beam « sans compromis ».

Plus d’infos sur le site Robe Lighting France

L’article Muse tourne avec Robe est apparu en premier sur SoundLightUp..

[BLACK FRIDAY] jusqu’à -50% sur les accessoires VR sur Immersive Display

Par Gwendal P
promo bf VR une

La boutique en ligne Immersive Display, spécialisée dans la vente de matériel de réalité virtuelle, propose des offres très intéressantes pour une semaine de Black Friday anticipé. Ils sont parmi les seuls à faire une promotion sur un casque Pimax.

Le Black Friday est aussi l’occasion de faire de bonnes affaires en matière de réalité virtuelle. La boutique en ligne immersive-display.com en profite ainsi pour proposer des réductions allant de 5 à 50% sur de nombreux articles de leur catalogue. Cette semaine spéciale Black Friday démarre dès aujourd’hui et se termine le vendredi 29 novembre à 23h59. Cela se passe par ici : boutique immersive display

C’est le cas du casque Pimax 5K dans ses versions Plus et XR. Ce casque possède une résolution de 2560×1440 par oeil, ce qui l’amène au total à une résolution de 5120×1440. En outre, son champ de vision s’étend à 200°, ce qui est proche de la vision humaine. Il est possible de l’utiliser pour jouer à de nombreux jeux des plateformes Steam et Oculus Home.

Le Pimax 5K+ est vendu au prix de 788,49 euros, après une réduction de 5%. Quant au Pimax 5K XR, son tarif est de 997,49 euros jusqu’à la fin de la promotion. Ce dernier se distingue par son double écran OLED qui offre un meilleur contraste et des textes plus nets. La boutique Immersive Display est la seule à proposer une réduction sur des casques Pimax.

Des accessoires VR avec des réductions jusqu’à -50%

En plus de cela, une grande sélection d’accessoires reçoivent des réductions pendant cette période. L’on peut ainsi trouver des coques de protection pour casques et manettes diverses, tout comme des supports et des mousses. Immersive Display propose également des valises de transport de petites et moyennes tailles adaptées à tous les casques. Mais aussi une valise spécialement faite pour l’Oculus Rift. Celle-ci profite d’une réduction de 50% faisant passer son prix à 299,60 euros.

Dépêchez-vous donc d’en profiter, les stocks partent très vite !

Cet article [BLACK FRIDAY] jusqu’à -50% sur les accessoires VR sur Immersive Display a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une peau artificielle permet d’embrasser vos enfants dans la VR

Par Bastien L
peau artificielle calin vr

Dans un futur proche, une peau artificielle pourrait permettre de ressentir le contact des objets dans la réalité virtuelle. Plusieurs équipes de chercheurs travaillent sur de tels projets…

Les chercheurs de la Northwestern University et de l’université polytechnique de Hong Kong ont développé un matériau à plusieurs couches qui s’apparente à une peau artificielle. Grâce à cette innovation, présentée dans le journal Nature, il pourrait être bientôt possible de ressentir les objets dans la réalité virtuelle.

Cette fausse peau incorpore une puce, des capteurs et des actionneurs permettant au porteur de ressentir des vibrations mécaniques. Le système fonctionne sans fil, et ne requiert aucune batterie grâce à un système de charge par induction similaire à celui permettant de charger les smartphones sans câble.

Pour le moment, la sensation de toucher est transmise en touchant les différentes zones d’un écran tactile. Les zones correspondantes sur la peau artificielle réagissent en temps réel et se mettent alors à vibrer. À terme, les chercheurs envisagent de permettre d’utiliser ce système pour la réalité virtuelle.

Les projets de peau artificielle pour la VR se multiplient

Les joueurs de jeux VR pourraient par exemple ressentir les coups et les impacts pendant qu’ils sont immergés dans le monde virtuel. Ainsi, la réalité virtuelle permettrait de stimuler le sens du toucher en plus de la vue et de l’ouïe comme c’est déjà le cas à l’heure actuelle.

De même, deux personnes munies de cette peau seraient en mesure de communiquer à distance. Par exemple, un parent éloigné de son enfant pourrait prendre son enfant dans les bras malgré la distance qui les sépare lors d’un appel vidéo. En outre, les personnes amputées portant une prothèse de bras pourraient profiter d’un meilleur sens du toucher et ressentir la forme des objets qu’ils saisissent.

Pour l’heure, il ne s’agit que d’un projet de recherche. Toutefois, il ne fait nul doute que ce genre de dispositif représente le futur de la réalité virtuelle en tant que solide alternative aux combinaisons haptiques. Cette équipe de chercheurs n’est d’ailleurs pas la seule à développer un tel système. Le mois dernier, les chercheurs du Swiss Federal Institute of Technology ont publié un article dans Soft Robotics présentant une peau artificielle d’une épaisseur de 500 nanomètres permettant aux utilisateurs de VR de profiter d’un retour haptique en temps réel lorsqu’ils touchent un objet virtuel…

Cet article Une peau artificielle permet d’embrasser vos enfants dans la VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Robert Juliat lance sa nouvelle poursuite LED Arthur au LDI

Par admin

Annoncé au LDI par Robert Juliat, Arthur est à ce jour le projecteur de poursuite à LED le plus puissant de la gamme Robert Juliat mais aussi du marché avec un moteur de leds blanches de 800 watts au CRI supérieur à 90.

Elle est ci-dessous présentée par François Juliat, DG de Robert Juliat :

La gamme de poursuites à leds qui a démarré avec Roxie (300 W), puis Alice et Oz (600 W) accueille Arthur qui reprend le zoom 7/14° de Oz dans une nouvelle plateforme mécanique. Une attention toute particulière à la conception de la lanterne facilite les opérations de maintenance.

La disponibilité d’Arthur est prévue au cours du premier trimestre 2020.

Plus d’infos sur le site Robert Juliat

 

L’article Robert Juliat lance sa nouvelle poursuite LED Arthur au LDI est apparu en premier sur SoundLightUp..

❌