Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierMiniMachines.net

Shuttle DS10U : Des miniPC fanless sous Intel Whiskey Lake

Par Pierre Lecourt

Je ne compte plus les années de bons et loyaux services de mon Shuttle XS35V, j’ai du l’acheter à la fin 2014. Depuis, il tourne comme une horloge, sans un bruit et sans broncher, comme un mini serveur fanless. La marque a quelque peu changé le design de ces machines et a fait évoluer son matériel mais les services rendus par ces engins sont à peu près les mêmes.

Shuttle DS10U

Le nouveau Shuttle DS10U reprend donc la recette de ces engins dépourvus de ventilation que l’on va glisser quelque part avant de pouvoir totalement les y oublier. Pas de bruit, pas d’encombrement, une belle connectique et des performances plus que correctes. Le boitier mesure 20 cm de profondeur pour 16.5 cm de hauteur et  3.95 cm de largeur. 1.3 litre en tout. Une vraie recette de minimachine qui se conjugue en plus avec une belle dose d’évolutivité et d’accessibilité.

Quatre puces distinctes seront proposées par la marque pour cette série Shuttle DS10U :

Le DS10U sous Celeron 4205U : 2 coeurs, 2 threads 1.8 GHz, 2 Mo de cache et circuit Intel UHD Graphics 610
Le DS10U3 sous Core i3-8145U : 2 coeurs, 4 threads 3.9 GHz, 4 Mo de cache et circuit Intel UHD Graphics 620
Le DS10U5 sous Core i5-8265U : 4 coeurs, 8 threads 3.9 GHz, 6 Mo de cache et circuit Intel UHD Graphics 620
Le DS10U7 sous Core i7-8565U : 4 coeurs, 8 threads 4.6 GHz, 8 Mo de cache et circuit Intel UHD Graphics 620

On retrouvera pour le Celeron 4205U un USB 3.1 Gen 1 à 5 Gbit/s et le Core des USB 3.1 Gen 2 à 10 Gbit/s. Toutes ces puces Whiskey Lake ont évidemment beaucoup de points communs dont un en particulier, celui de fonctionner dans un TDP de 15 watts. Prévues à la base pour équiper des machines portables, ces processeurs offrent une vraie gamme de performances aux différents modèles tout en proposant à la marque un unique système de dissipation passive.

2019-11-08 12_53_41-minimachines.net

Les possibilités d’usage de ces Shuttle DS10U sont très larges. Leur connectique est très complète avec sur la face avant deux ports USB 3.1, quatre ports USB 2.0, un lecteur de cartes SDXC, des pots jack audio 3.5 mm pour casque et micro ainsi que des LEDs témoin d’activité et un imposant bouton de démarrage. Ce bouton s’explique par la possibilité de fixer l’engin en VESA derrière un écran. Il faut pouvoir le manipuler facilement même sans le voir et  cette taille améliore donc le confort de l’utilisateur. 

2019-11-08 12_53_21-minimachines.net

Sur la face arrière, on retrouve une très large connectique également avec deux ports antenne pour piloter le Wifi5 et le Bluetooth 4.0 embarqués sur un support M.02 2230 en interne. Une paire de ports Ethernet Gigabit est également présente pour piloter deux réseaux distincts. On retrouve deux ports USB 3.1 supplémentaires, une sortie HDMI 2.0a,un DisplayPort 1.2 et un port VGA. Les puces pouvant prendre en charge 3 écrans, le Shuttle DS10U pourra gérer des affichages complexes. La marque a également ajouté un port COM pour des usages plus professionnels. On retrouve également une prise 4 broches pour allumer la machine à distance, faire un Reset ou alimenter un autre périphériques depuis le MiniPC en 5 volts. Il est possible de  choisir une configuration dépourvue de port VGA pour une solution à double port série. Le brochage nécessaire à un second COM est intégré à la carte mère.

2019-11-08 12_51_52-minimachines.net

A l’intérieur des Shuttle DS10U, on retrouve deux slots de mémoire vive DDR4 en double canal pour monter jusqu’à 32 Go. Le stockage se décomposera en plusieurs unités avec un support 2.5″ de 12.5 mm d’épaisseur  en SATA 3.0 ainsi qu’un emplacement M.2 prenant en charge à la fois les formats SATA et PCIe NVMe en 2242, 2260 et 2280. 

2019-11-08 12_52_08-minimachines.net

L’accès à ces composants se fera simplement en ôtant les deux panneaux maintenus par une simple vis. L’engin pourra être positionné à plat mais un maintien vertical semble le plus adapté à son fonctionnement fanless. Debout sur un support ou fixé en VESA il profitera d’une convection naturelle plus efficace.

Shuttle DS10U

Pas mal de points font de ces Shuttle DS10U des engins aux possibilités d’usages très large. La marque assure par exemple que ces engins peuvent tourner 24H/24 et 7J/7 mais également qu’il peuvent, en déplaçant un simple cavalier sur la carte mère, se mettre en marche dès qu’ils sont alimentés. De telle sorte qu’en cas de coupure de courant, les machines se remettent en route immédiatement à la reprise du service. On peut donc tout à fait imaginer en faire un serveur personnel compact et inaudible. L’engin peut également piloter diverses solutions externes professionnelles grâce à sa connectique variée. Les engins pourront également faire tourner des caisses ou se comporter en clients légers

2019-11-08 13_33_48-minimachines.net

Mais il est également possible de s’en servir comme d’un MiniPC classique pour des usages bureautique, multimédia et de loisir ou comme un PC de salon au vu de son côté inaudible et de ses possibilités en UltraHD.

Vendus en barebones, ces engins se négocient à des prix publics corrects au vu des configurations proposées. Le Shuttle DS10U sous Celeron est annoncé à 239€ HT, Le DS10U3 sous Core i3 à 448€ HT. Le DS10U5 sous Core i5 à 556€ HT et enfin le DS10U7 en Core i7 à 712€ HT. Pas les machines les moins chères du marché mais une construction robuste avec un vrai châssis en acier, un fonctionnement dépourvu de ventilation de qualité et des fonctions avancées bien pensées. Les machines sont compatibles avec Windows et Linux.

Source : Shuttle, Shuttle

Shuttle DS10U : Des miniPC fanless sous Intel Whiskey Lake © MiniMachines.net. 2019

Apple lance les Airpods Pro, une bonne nouvelle pour le marché

Par Pierre Lecourt

Les Airpods actuels, malgré leur prix élevé et leurs limitations, sont devenus des marqueurs de société. Reconnaissables à 1000 lieues à la ronde, ils servent autant d’écouteur que de marqueur social. Montrent une certaine appartenance à un groupe et proposant en prime un très bon rendu sonore. 
2019-10-29 16_26_17-minimachines.net

Les Airpods d’Apple

Leur apparition a beaucoup bouleversé le marché, non pas que Apple ait été premier sur ce segment mais parce que l’attrait pour des systèmes d’écoute sans fil a depuis largement explosé. Énormément de constructeurs se sont penchés sur l’idée. De grandes marques comme des petites, toutes ont voulu suivre Apple dans le sillage de cette réussite marketing qu’ont été les AirPods. La production de solutions en tout genre a débuté il y a deux ans et on assiste aujourd’hui à une explosion de l’offre.

Apple Airpods Pro

Pour se démarquer et probablement pour répondre à une demande d’utilisateurs demandeurs d’une meilleure qualité d’écoute que ce que proposent les AirPods de base, Apple lance donc des Airpods Pro. Grosse différence technique entre les deux modèles, la présence d’une réduction de bruit active sur les pro. Grosse différence de tarif entre les deux modèles, alors que les Airpods classiques se négocient à 159€, les nouveaux venus sont annoncés à 279€. Un tarif dans la logique d’Apple puisque la concurrence se situe dans les mêmes eaux pour des modèles à réduction de bruit active. 249€ chez Sony avec le WF-1000XM3 par exemple, le Bose QuietControl 30 est proposé à 249€ également.

Apple Airpods Pro

D’un point de vue design, la nuance est plus subtile, la tête des AirPod Pro est plus massive que celle des AirPods de base mais la tige également présente est plus courte.  On retrouve deux microphones intégrés de part et d’autre de la tête et qui vont permettre à l’ensemble d’analyser le bruit ambiant afin de l’effacer du mieux possible de votre environnement d’écoute. Cette spatialisation est intéressante car elle peut vraiment être salvatrice dans ce genre de procédé. Le design global en intra-auriculaire permet en outre une réduction de bruit passive en bouchant le canal auriculaire de manière à éviter la propagation du bruit ambiant. Les oreillettes en elle même sont interchangeables pour trouver un bouchon correspondant à ses besoins. Apple signale au passage avoir travaillé à une gestion sensible de la pression auditive pour éviter toute gène à l’usage.

A noter qu’un mode spécifique permet de laisser filtrer le son de votre environnement à la demande. Cette fonction est évidemment intéressante pour un usage sécurisé en transport par exemple où il est toujours plus sécurisant d’entendre le trafic. Mais également pour le sport où l’écoute de son souffle peut être importante. A ce propos, les écouteurs sont certifiés IPX4 pour leur résistance à l’eau et à la transpiration. 

Apple Airpods Pro

Apple a travaillé sa solution  pour la rendre la plus performante possible même sans s’appuyer sur un travail d’égalisation du son. Ainsi un mode adaptatif permet de réguler automatiquement les mediums et les basses. L’ensemble de ces services est piloté par un SoC maison baptisé Apple H1 et combinant 10 coeurs audio pour prendre en charge à la fois l’annulation du bruit ainsi que les fonctions Siri.

Apple Airpods Pro

Autre point fort, l’autonomie annoncée par les écouteurs. Les AirPods Pro proposeront 4.5 heures de musique avec la fonction d’annulation de bruit et jusqu’à 3 heures de dialogue en mode oreillette. Le boitier qui accompagnera les deux écouteurs proposera des recharges pour un temps global de 24 heures. Ce boitier pourra lui même se recharger avec un câble Lightning ou sur une base de charge sans fil au format Qi.

Bref, un produit qui colle au marché avec un positionnement tarifaire logique et probablement une excellente restitution sonore. Mais un produit destiné aux plus fortunés, ceux qui n’ont pas non plus peur de perdre un système frôlant les 300€ qui se glisse simplement dans l’oreille. De mon côté, je ne serai pas client de ces produits que je juge trop chers pour mon usage. 

oreillettesoreillettesoreillettes

Mais je suis ravi de leur apparition au catalogue d’Apple. Parce qu’ils vont continuer à aiguillonner les fabricants de solutions annexes qui vont faire tous les efforts possibles pour proposer des solutions à la hauteur d’Apple. La plupart ne le seront pas mais de nombreux acteurs vont probablement proposer des produits de qualité dans les mois qui viennent.

oreillettesoreillettesoreillettes

Je me suis pris d’un certain intérêt pour les oreillettes Bluetooth ces derniers mois. Plus d’une vingtaine de modèles sont arrivés au labo et j’ai pu tester des solutions à des tarifs très variés. De 3 à 99€. Aucun ne propose pour le moment de réduction de bruit active même si certains modèles commencent à arriver sur le marché. Je compte vous faire une sorte de panel de l’offre actuelle dans les semaines qui viennent. Une sorte de baromètre de l’offre actuelle avec des modèles à tous les prix. Si celle-ci évolue dans le futur avec des modèles inspirés dans les capacités des AirPods Pro… J’en serais ravi.

Apple lance les Airpods Pro, une bonne nouvelle pour le marché © MiniMachines.net. 2019

Un MiniPC fanless en mode convecteur ?

Par Pierre Lecourt

L’idée n’est pas nouvelle est certaines sociétés déploient déjà des machines très puissantes dans un format de convecteur pour profiter de la chaleur qu’elles dégagent comme des radiateurs dans des bâtiments variés. Mais, bizarrement, je ne me suis jamais projeté dans un design semblable pour un particulier.

2019-10-18 15_46_05-minimachines.net

L’idée de ce MiniPc est donc assez simple : intégrer à plat, dans un format qui ressemble fortement à un convecteur, un Mini PC complet. Relier au corps du châssis constitué de 5 Kilo d’aluminium via un système de distribution de chaleur directement adapté sur le processeur. L’ensemble mesure 40 cm de large pour 30 cm de haut et 7 cm d’épaisseur. 

Ce MiniPC peut alors fonctionner de manière totalement passive, les watts qu’il dégage sont absorbés par le métal du châssis et dissipés passivement. Le positionnement vertical de l’ensemble permet de jour avec un effet cheminée qui aspire de l’ai frais sous le châssis pendant que l’air chaud remonte par les orifices en haut.

2019-10-18 15_46_36-minimachines.net

Le créateur, un forumeur Russe, utilise en outre un procédé original. Un système d’évacuation de la chaleur de type thermosiphon. Il s’agit d’un système jouant sur le même principe que les caloduc. Un système d’échange de fluides en circuit fermé. La chaleur est transférée à un fluide qui la déplace jusqu’au coeur du châssis. Refroidi, le fluide retourne en chambre de chauffe et ainsi de suite.

2019-10-18 15_46_22-minimachines.net

2019-10-18 15_46_47-minimachines.net  2019-10-18 15_46_55-minimachines.net

Sur le reste de l’espace du boitier convecteur, on découvre une alimentation externe d’un côté et un stockage SSD de l’autre. Le tout est bien enfermé dans le châssis sur mesure. L’idée me parait simple et efficace, différente des solutions habituelles mais parfaitement compatible avec un déploiement dans un bureau, par exemple. Mieux encore, elle pourrait vraiment trouver sa place dans un lieu frais et sec comme un grenier ou un garage par exemple. Une idée à travailler pour tout ceux qui cherchent une solution pour déporter une machine de type serveur par exemple.

2019-10-18 15_51_28-minimachines.net

La version polie du châssis.

Le boitier sera mis en vente en petite quantité à 9000 roubles (126€) pièce, une version en aluminium poli, plus chère et plus salissante, sera proposée à 11000 roubles (155€). Il serait possible de baisser la note en passant à une production en série pour tomber à 5000 roubles soit 70€.

Source : Habr via FanlessTech

Un MiniPC fanless en mode convecteur ? © MiniMachines.net. 2019

Google Pixelbook Go : le Chromebook hors sol

Par Pierre Lecourt

Proposé à un tarif de base de 649$, le Chromebook ne s’encombre plus de considérations concurrentielles. Le prix demandé est sans rapport avec la performance proposée. Avec le Pixelbook Go, Google compte satelliser le concept Chromebook dans une autre sphère d’usages que celle des PC traditionnels.

Pas encore prévu pour la France, le Pixelbook Go est un 13.3″ qui s’adresse à certains marchés anglophones comme les Etats-Unis bien sûr mais également l’Angleterre et le Canada. Il sera décliné dans plusieurs versions d’équipement dans ces trois pays sur la base suivante :

2019-10-17 10_50_45-minimachines.net

Le Pixelbook Go de base emploiera un processeur Intel Core M3 accompagné de 8 Go de mémoire vive et de 64 Go de stockage SSD. Son écran affichera en un FullHD classique. Son prix de 649$ le place frontalement face à des offres “classiques” sous Windows 10 parfois mieux équipées.

Pour 200$ de plus, soit 849$, on passera à une version Core i5 avec autant de mémoire vive mais 128 Go de stockage SSD. Une seconde version en core i5 atteindra 999$ avec toujours un écran 1920 x 1080 et 128 Go de stockage électronique mais 16 Go de mémoire vive. Enfin, la version la plus haut de gamme de l’engin proposera un Core i7 Intel, 16 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Son écran passera du FullHD à l’UltraHD pour 1399$.

Tous ces tarifs sont indiqués en dollars hors taxes et concernent des engins sous processeurs Intel de huitième génération. Il faut donc compter sur des prix plus élevés au final. Avec 20% de TVA on arrive à 700€ pour le modèle entrée de gamme, 920 pour le premier Core i5, 1080€ pour le second et 1514€ pour la version Core i7.

Des tarifs plutôt élevés donc au vu du matériel embarqué et face à la problématique de durée de vie programmée de ces engins. Avec 5 années de support après leur lancement, la date de fin de vie des Pixelbook Go est déjà en ligne de mire. A la fin de leur support, les engins seront inutilisables, et cela malgré des compétences techniques importantes puisque ces machines devraient proposer de très bonnes performances sous ChromeOS.

2019-10-17 10_51_08-minimachines.net

Google ne cherche plus a entrer dans le jeu de la comparaison. La marque n’y a aucun intérêt puisque en pratique des engins sous MacOS, Windows ou une distribution Linux classique, auront plus de compétences que ces chromebooks. Google place donc cette nouvelle gamme sur le terrain du confort. Ce nouveau cap visé permet de s’extraire des comparaisons purement techniques d’une note de performances. Pour y parvenir, le Pixelbook Go joue donc sur le même tableau qu’Apple avec ses MacBook Air. Celui d’engins légers, confortables et pratiques avant d’être des machines performantes.

Plus légers avec 900 grammes, les Pixelbook Go sont des 13.3″ aériens et très fins. Leur épaisseur est contenue avec 13 mm au point le plus haut et malgré tout, le moteur de recherche les présente comme très solides grâce à une coque en alliage de magnésium. Des détails intéressants ont été pensés pour rendre ces Chromebooks plus agréables au quotidien. Le châssis est donc renforcé et sa partie inférieure comporte un léger relief pour mieux le tenir en main. A la fois parce qu’ils proposera une meilleure accroche mais également parce que ce genre de relief permet d’ajuster sa prise en main puisqu’on sent physiquement l’engin glisser entre ses doigts.

2019-10-17 10_50_28-minimachines.net

Le clavier a été traité pour qu’il propose une frappe silencieuse. Il dispose d’un rétro éclairage pour plus de facilité de lecture dans une ambiance sombre. La batterie est plus importante pour une autonomie annoncée de 12 heures. Le pavé tactile est immense et il est recouvert d’une couche de verre pour une glisse plus agréable. Bref, beaucoup de détails qui se conjuguent avec la simplicité du système pour proposer un engin qui se veut différent du reste du marché. Ajoutez à cela la partie tactile de l’écran qui permettra de retrouver les applications Android directement sur l’engin et vous aurez une solution significativement différente du reste des propositions concurrentes.

La connectique comporte un port jack audio stéréo 3.5 mm et deux prises USB type-C. Un Wifi5 est disponible associé à un Bluetooth 4.2. Deux enceintes stéréo sont présentes en façade. L’engin se rechargera grâce à un bloc secteur de 45 watts en USB type-C. Les finitions colorées sont assez classiques avec un modèle noir qui sera bientôt disponible et un autre rose qui devrait arriver plus tard. Les deux sont traités avec une finition mate.

Google PixelBook

Le Pixelbook de 2017

Le Pixelbook Go est bien moins cher que les anciens chromebooks de la marque. 

Mais je pense que leur cible est différente et c’est probablement ce qui explique ce repositionnement de tarif. Les anciens modèles de Chromebooks proposés par Google n’avaient pas une vraie vocation commerciale. Ils étaient chers, très chers et Google s’en servait comme étendards de gamme  pour marquer les esprits sur la pertinence du concept. Avec un modèle de Pixelbook à 1199$ en 2017 qui suivait le Chromebook Pixel original de 2015 à 1299$, les machines de Google ont toujours visé un segment  de prix élevé. Ils ont également toujours été produits à d’assez petites échelles.

Le Chromebook Pixel a, par exemple, servi à amorcer la pompe d’un intérêt envers le format Chromebook chez les développeurs en 2015. La marque s’est payé le luxe d’offrir un engin à 1299$ aux centaines de développeurs et journalistes assistant à sa conférence alors. But du jeu, pousser les premiers à travailler sur des applications prévues pour ChromeOS et les seconds à parler du système d’exploitation.

Le Pixelbook de 2015

Ces nouveaux Pixelbook Go visent à mon sens un beaucoup plus large public avec des prix plus abordables. Prix que certains constructeurs classiques de Chromebooks atteignent désormais avec leurs productions. Le Go du nom de ces chromebook semble signifier un usage en mobilité mais c’est peut être le départ de la marque sur ce terrain de jeu en tant que fabricant. La marque a bien compris qu’elle avait désormais un rôle à jouer sur le marché comme elle a su en trouver un avec sa gamme de smartphones Pixel.

Reste à savoir si il sera plus pertinent en 2020 de choisir un engin plus classique, au même tarif, avec ou sans système d’exploitation et de choisir celui qu’on voudra utiliser. ChromeOS est un système intéressant mais il ne faut pas perdre de vue sa date d’exploitation limitée. Autant un PC traditionnel peut être basculé sous Chromium OS sans soucis, peut fonctionner sous Windows ou une distribution Linux jusqu’en 2030… Autant le Pixelbook Go vient de retourner le sablier de son support qui prendra fin dans 5 ans.

Google Pixelbook Go : le Chromebook hors sol © MiniMachines.net. 2019

Google abandonne sa plateforme VR Daydream

Par Pierre Lecourt

On n’en avait plus de nouvelles depuis longtemps, le projet Daydream n’était pas supporté par les derniers smartphones de Google ni même les avant-derniers. D’autres compagnies autrefois intéressées par son support ou ayant développé des outils avaient déjà jeté l’éponge… Cette fois-ci c’est officiel, Daydream est mort.

DayDream Android VR

Les applications compatibles Daydream de Google avaient déjà disparu des écrans radars du PlayStore. Les constructeurs comme HTC avaient abandonné la plateforme… Trois années après son annonce par le moteur de recherche, le système de gestion de contenus VR se retrouvait sans contenu.

Google explique les raisons de ce revirement et les explications sont assez drôles car elles ressemblent à la fameuse phrase d’un projet où on a mis la charrue avant les bœufs. C’est plutôt ce moment où les bœufs se retrouvent dans la charrue qu’ils sont censés tirer. Il s’avère que Daydream ne plaisait pas aux utilisateurs parce qu’il les prive de leurs smartphones… Les constructeurs de ces engins font tout pour que les utilisateurs considèrent leurs téléphones comme des instruments indispensables pendant que Google développe un produit cherchant à les faire disparaitre au profit d’un usage secondaire. Recevoir un appel ou un message lorsque l’on a un casque de réalité virtuelle posé sur les yeux a un effet assez désagréable. Il détruit immédiatement toute plongée dans l’univers virtuel que l’on visite. Avoir un rappel de mail en retard alors qu’on pourfend des pirates ou que l’on explore un vaisseau inconnu a quelque chose de légèrement désagréable. Je comprends que les développeurs de jeux VR, ceux qui essayent de construire une expérience de ce type ne soient pas spécialement enchantés par cette idée.

DayDream Android VR

Un rêve ou un cauchemar pour les constructeurs ?

Cette dépendance du smartphone crée un antagonisme évident. Les utilisateurs ne veulent pas perdre l’objet de vue et même si il se retrouve sous leurs yeux avec la solution Daydream qui intégrait donc l’écran de l’engin dans un casque dédié à la VR, il n’était plus exploitable. Ajoutez à cela le  manque d’intérêt de la part des développeurs pour la plateforme et vous avez un cocktail qui ne pouvait pas vraiment fonctionner. 

Google Daydream

Google préfère continuer son travail dans la réalité virtuelle avec ses autres solutions mais préfère abandonner les recherches du côté smartphone pour le moment. Ce qui ne laisse pas beaucoup de doutes sur l’avenir de ce pan de l’industrie pour les années a venir.

Que restera t-il à ceux qui ont investi dans un dispositif Daydream ou ceux qui ont développé pour ? Pas grand chose. Le système restera en place et l’application sera toujours maintenue mais il y a fort à parier que sans la possibilité d’avoir de nouveaux utilisateurs les studios de développement abandonnent immédiatement leurs travaux  et se tournent vers d’autres solutions.

Google Daydream

Un résultat assez inquiétant pour les développeurs. Les méthodes de Google ne changent pas vraiment et leur désinvestissement rapide de ce type de projet peut faire peur pour le futur. Pour des projets à venir mais également pour d’autres lancements en cours comme Google Stadia par exemple. Quel sera le sort de ce système si Google a du mal à le faire vivre face aux solutions concurrentes de Sony ou Microsoft ? Le risque de voir le moteur de recherche tirer sur la prise pour l’éteindre ne devrait pas rassurer ni les clients potentiels ni, bien sûr, les développeurs.

Google abandonne sa plateforme VR Daydream © MiniMachines.net. 2019

Lenovo Thinkpad E14 : un passage vers Comet Lake amaigrissant

Par Pierre Lecourt

Un changement de gamme et de puce qui a quelques avantages mais également des conséquences. Si le nouveau Thinkpad E14 est plus léger et plus fin que son prédécesseur, si il embarque une gamme complète de puces Comet Lake… Il propose également moins d’évolutivité.

2019-10-10 13_12_28-minimachines.net

Le Thinkpad E14 ne proposera plus qu’un seul slot de mémoire So-DIMM au lieu de 2 pour le modèle précédent. Cela limite par défaut le maximum de mémoire à 16 Go de DDR4 et surtout annule totalement les performances d’une mémoire sur deux canaux… Ce Thinkpad E14, pas encore annoncé par Lenovo, n’a pas de tarif ni de date de disponibilité. Il est simplement apparu sur le site du fabricant où tout les détails de ses caractéristiques techniques sont dévoilés. 

2019-10-10 13_07_18-minimachines.net

On découvre ainsi un portable 14″ FullHD en IPS ou TN suivant les options, proposant de 400:1 de contraste (TN) à 700:1 (IPS) avec des angles de vue très différents de 90° ou 170° suivant les dalles. La coque est également fabriquée dans différents matériaux ce qui aura probablement un impact assez fort sur le tarif final des engins. 

2019-10-10 12_54_08-minimachines.net

Une version tout plastique de 325 x 232 mm sur 20.5 mm d’épaisseur grimpe à 1.77 Kg. Un second modèle mélangeant alu pour le châssis haut et ABS pour le  châssis bas ne fera que 18.9 mm d’épaisseur et 1.69 kg. La version 100% aluminium grimpe quand à elle à 1.73 Kg pour les même dimensions mais une épaisseur de 17.9 mm. L’emploi d’un châssis 100% métal a donc un vrai impact sur l’épaisseur de l’engin mais n’améliore pas son poids. La version ABS est la plus légère  mais la plus épaisse… Les trois auront droit à la limitation à un seul slot de mémoire.

Le stockage sera, quant à lui, réparti sur deux unités avec un emplacement 2.5″ pour un disque mécanique de 7 mm d’épaisseur maximum ou un SSD ainsi qu’un M.2 2280 en SATA ou PCIe NVMe. A noter qu’une combinaison Intel Optane / HDD mécanique sera également possible.

2019-10-10 13_07_29-minimachines.net

Quatre options de processeurs seront proposées sur le Thinkpad E14. Tous issus de la génération Comet Lake d’Intel. Les Core i3-10110U, Intel Core i5-10210U, Intel Core i7-10510U et même le Intel Core i7-10710U et ses 6 coeurs. Enfin, une option de circuit graphique secondaire signée AMD avec un chipset Radeon RX 640 sera proposée en option. 

2019-10-10 13_10_56-minimachines.net

2019-10-10 13_11_36-minimachines.net

On retrouvera une connectique assez riche avec un port USB 3.1 Gen 1 Type-C, deux ports USB 3.1 Type-A, un port USB 2.0, une sortie vidéo HDMI 1.4b, un port jack entrée micro et sortie casque, un Ethernet Gigabit et un Kensington Lock. Un module Wifi5 Realtek sera livré par défaut mais une option Wifi6 Intel sera également disponible en option. Les deux seront montés sur une carte M.2 évolutive avec une prise en charge de Bluetooth 5.0.

Une webcam 720p est de la partie et Lenovo intègre sa glissière d’obturation ThinkShutter en option. Un lecteur d’empreintes digitales sera également disponible de manière optionnelle sur le bouton de démarrage. Le clavier classique pourra également être pourvu d’un rétro éclairage, à condition là encore de passer à la caisse.

La batterie de 45 Wh est censée tenir 12.8 heures et se recharger à 80% en 1 heure de connexion au secteur. La charge se fera via la prise USB Type-C. L’engin sera dispo sous Windows ou sans système.

2019-10-10 13_11_12-minimachines.net

Bref, le Thinkpad E14 ressemble à un caméléon. Il est capable de passer du châssis en plastique livré avec un Core i5, 4Go et un disque mécanique avec un écran TN à une version très complète en alu sous Core i7 6 coeurs, avec circuit secondaire Radeon, SSD et 16 Go de mémoire vive pour piloter un écran IPS aux large angles de vision. Le seul point commun entre ces modèles est donc dans leurs limitations de mémoire vive…

Source : Lenovo, NotebookCheck et Liliputing

Lenovo Thinkpad E14 : un passage vers Comet Lake amaigrissant © MiniMachines.net. 2019

Levi’s Trucker Jacket : un nouvel essai avec le Jacquard de Google

Par Pierre Lecourt

Jacquard n’est pas une nouveauté de Google, ce projet date de 2015 et n’a pas eu pour le moment beaucoup d’effets sur le marché. Je ne sais pas trop quelle mouche a piqué les constructeurs à cette époque. Les géants de la tech voulaient coller des trucs connectés partout.Dans les bijoux, les lunettes, les accessoires et même dans les vêtements. Jacquard était une de ces idées dans l’air du temps alors… Bien qu’elle n’ait jamais eu de véritables échos.

Levi’s a bien construit un premier projet avec Google Jacquard, il faut dire que la marque était partenaire de Google pour le développement de cette idée, mais ce dernier a eu très peu d’impact dans nos vies. Enfin, si, il aura eu le mérite de nous distraire un peu. L’idée de cette veste connectée à 350$ qui serait moins pratique qu’un casque avec télécommande et qui ne garantirait que 10 lavages avant une panne était amusante. 

2019-10-07 14_32_40-minimachines.net

Pourtant Levi’s remet le couvert et présente une nouvelle veste qui se veut être plus accessible grâce notamment à l’emploi d’un module Bluetooth. La veste est désormais disponible à 198$ en version de base et disponible à 248$ dans une version “Sherpa” avec une doublure. Cela reste cher par rapport à une veste Levi’s classique sans électronique. Presque le double de son tarif. 

Mais avec une veste classique on ne peut pas faire ce que propose cette solution. Connectée à son smartphone, la veste permet de piloter une application Jacquard qui comprendra les gestes effectués sur la veste. Si vous la tapotez, la brossez ou si vous laissez votre main posée sur votre manche, tous ces gestes déclencheront des activités logicielles.

2019-10-07 14_31_54-minimachines.net

Vous pourrez par exemple lancer ou mettre en pause vos musiques, changer de chanson ou demander à votre assistant personnel de vous dire de quelle musique il s’agit en lisant le titre. Vous guider avec Google Maps, déclencher à distance la prise d’une photo. Mieux encore, une petite LED et un système de vibrations intégré à la veste permettront de vous prévenir d’un appel ou de votre éloignement de votre smartphone… Mais attention, pas plus de trois usages à la fois. Il vous faudra choisir entre les différentes fonctions proposées parce que la veste ne  sait pas faire plus de trois activités. Si vous voulez passer de la prise de photo au suivi de navigation Google Maps, il vous faudra vous arrêter et reprogrammer la veste !

Bref, pour 198$, vous pourrez avoir quelques fonctions supplémentaires que ce que vous proposer un bracelet connecté à moins de 25€ comme le Xiaomi Mi Band 4. Evidemment en plein été la veste restera sur votre porte manteau, vous n’aurez pas de fonction podomètre ou de suivi de rythme cardiaque quand vous ferez du vélo ou de la natation… Vous ne porterez pas votre veste sur vous endormant pour avoir un suivi de sommeil non plus… Mais bon, Levi’s ne fabrique pas de bracelets connectés… 

Autre souci, si vous tombez de cheval avec votre veste en jean, il en faut peu pour qu’en tapotant vos manches après vous être relevé pour enlever la poussière, vous preniez une photo, montiez le volume de votre téléphone et appeliez le dernier correspondant que vous avez eu. L’interface de l’objet est veste est par nature tout sauf pratique pour ce genre d’usage. On la frotte et la touche constamment et devoir se restreindre dans ses mouvements pour ne pas déclencher des fonctions de son smartphone parait très contraignant. La bonne nouvelle de cette annonce est peut être que si vous tombez sur le crottin de votre destrier, vous pourrez nettoyer votre veste sans problèmes. Le dispositif Bluetooth peut s’enlever avant lavage.

Je suis toujours dubitatif face à cette technologie. Parfois on se rend compte que Google est une hydre à plusieurs têtes. En développant ses interfaces vocales d’un côté et Android Wear de l’autre, le moteur de recherche coupe tout véritable intérêt à des solutions comme Jacquard.

2019-10-07 14_47_05-minimachines.net

Je pense que cette technologie aurait un bien meilleur impact d’usage qu’avec le mobile. Dans l’ameublement, par exemple. Pour habiller des murs et pouvoir modifier la puissance d’un éclairage en le touchant. Augmenter le son ou changer de piste audio depuis une zone précise d’un fauteuil confortable. Des choses qu’il est possible de faire avec des interrupteurs très discrets mais qui auraient un certain charme à rester totalement invisibles derrière un beau tissu connecté.

Levi’s Trucker Jacket : un nouvel essai avec le Jacquard de Google © MiniMachines.net. 2019

Le Shuttle NC10U embarque des puces Intel de 8e gen

Par Pierre Lecourt

Le nouveau Shuttle NC10U évolue vers les puces Intel Whiskey Lake ULV et vise à la fois le grand public et les besoins professionnels. Si le boitier n’est pas des plus décoratifs, il a au moins pour lui d’être très discret dans un format 0.85 litre.

2019-09-30 14_01_37-minimachines.net

Avec 14.2 cm de côté pour 4.2 cm de haut, le petit boitier Shuttle NC10U embarque désormais toute la panoplie de puces Intel ULV de huitième génération. Du Celeron 4205U, au Core i7-8565U en passant par les version Core i3-8145U et Core i5-8265U. Des puces fonctionnant toutes dans une enveloppe thermique de 15 watts avec, évidemment, des niveaux de performances différents.

Shuttle a choisi de proposer 2 slots de mémoire SoDIMM DDR4 pour un maximum de 32 Go de RAM à l’ensemble. Le stockage est, pour sa part, confié à deux unités : Un SSD M.2 PCIe NVMe pour un système rapide et performant et un emplacement secondaire 2.5″ SATA 6 de 15 mm pour embarquer au choix un disque mécanique ou un second SSD. Rien de révolutionnaire là dedans mais une solution pratique qui mixe les stockages pour plus de flexibilité.

2019-09-30 14_02_04-minimachines.net

La connectique est assez complète avec une double sortie vidéo HDMI 2.0a et DisplayPort. De quoi gérer un double affichage dans un usage classique mais également piloter des solutions UltraHD HDR en mode salon. Le Shuttle propose également un Ethernet Gigabit, un Wifi41 deux ports USB 2.0, un USB 3.0 Type-A et un USB 3.0 Type-C, un lecteur de cartes SDXC, un port jack combinant casque et micro et un port série RS232. La machine n’oublie pas en effet les usages plus pro et en particulier l’affichage dynamique ou un éventuel rôle dans un distributeur quelconque.

2019-09-30 14_01_52-minimachines.net

C’est surtout là que le Shuttle NC10U se démarque avec des compétences garanties par le constructeur. Le MiniPC est en effet capable de fonctionner 24H/24 et 7J/7 sans discontinuer. Un système de dissipation par caloduc assure un fonctionnement optimal de 0 à 50°C sans soucis. L’engin peut également se réveiller automatiquement après une panne de courant et son BIOS est programmable pour allumer et éteindre l’ensemble à des heures programmées. 

Livré avec une interface VESA, il pourra être positionné derrière un écran ou fixé facilement à tout type de support et propose un emplacement antivol Kensington Lock pour éviter de le voir disparaitre.

Pas encore de tarif ni de disponibilité. La fiche produit vient d’apparaitre chez Shuttle.

Le Shuttle NC10U embarque des puces Intel de 8e gen © MiniMachines.net. 2019

Le Lenovo Chromebook S345-14 tourne sous AMD A6

Par Pierre Lecourt

Sans tambour ni trompettes encore une fois, un engin sous ChromeOS sous processeur AMD fait son chemin sur le marché. Le Chromebook S345-14 de Lenovo est un 14″ très classique qui se différencie surtout par son processeur.

Chromebook S345-14

Le Acer Chromebook 315 annoncé en Janvier dernier  proposait déjà deux puces AMD pour le marché US. Lenovo reprend la recette, un poil plus cher mais avec des finitions plus haut de gamme. La machine d’Acer visait un segment très entrée de gamme avec des bordures d’écran assez épaisses. Son 15.6″ tourne sous processeurs AMD A4-9120C et A6-9220C. But du jeu pour la marque, avoir un engin sous les 280$ pour toucher le marché éducatif aux US.

2019-09-23 12_17_14-minimachines.net

L’engin à 329$ chez BestBuy

Lenovo relève le niveau avec son Chromebook S345-14 plus calibré pour une offre grand public. Vendu un plus cher, 329$, ce 14″ tactile IPS FullHD propose des bordures fines et un encombrement plus contenu.

Chromebook S345-14

Le châssis de l’engin est en aluminium et il peut s’ouvrir à plat grâce à une charnière à 180°. Si son processeur AMD A6-9220 n’est franchement pas le plus performant du marché, il sera cependant suffisant pour les tâches classiques demandées à un engin sous ChromeOS.

Chromebook S345-14

Avec 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, soit l’équivalent de ce que propose n’importe quel smartphone entrée de gamme aujourd’hui, l’engin est dans la logique des Chromebooks qui cherchent à déporter le maximum de leurs données en ligne.

Chromebook S345-14

A noter tout de même la présence d’un lecteur de cartes MicroSDXC sur la tranche de l’engin. Pour se connecter, le Chromebook S345-14 proposera un Wifi5 mais pas de port Ethernet, il faudra se contenter d’un adaptateur pour profiter d’un réseau filaire.

Chromebook S345-14

L’engin propose une connectique standard avec deux port USB 3.1 Type-C Gen1, deux ports USB 3.1 Type-A et un port jack 3.5 mm casque et micro.

Chromebook S345-14

L’engin semble être une version AMD du Chromebook S340-14 présenté à l’IFA et qui tourne sous Intel Celeron N4000. La différence entre les deux modèles est évidemment technique mais également marketing. Si le modèle Intel a eu droit à une présentation et un communiqué de presse pendant le salon de Berlin, la version AMD appairait plutôt en catimini…

Source Aboutchromebooks

Le Lenovo Chromebook S345-14 tourne sous AMD A6 © MiniMachines.net. 2019

Apple iPad 2019 : Un passage vers du 10.2 pouces et une option netbook

Par Pierre Lecourt

Cette septième génération d’iPad 2019 change dans la forme mais pas dans le fond. L’engin conserve le même excellent SoC maison qu’est le Apple A10 fusion. Il est également toujours compatible avec le stylet Apple Pencil de premier génération et ne prendra donc pas en compte les ordres du nouveau Pencil 2. 

2019-09-13 14_54_28-minimachines.net

Il reste également au même tarif avec un ticket d’entrée de 389€ pour la version 32 Go en wifi, 489€ pour la version 128 Go. Les modèles 4G sont respectivement à 529€ et 629€ avec les mêmes capacités. 

2019-09-13 14_56_37-minimachines.net

La grosse nouveauté vient donc du côté de l’affichage avec un changement de diagonale qui enfle un peu. Passant de 9.7″ à 10.2″ en employant toujours une dalle “Retina” suivant les appellations maison. On retrouve donc un affichage en 2160 x 1620 pixels très soigné avec une luminosité portée à 500 nits. Une évolution logique au vu du changement de diagonale, le précédent modèle en 9.7″ affichait en 2048 x 1536 pixels et proposait le même nombre de points par pouces : 264.

On garde, pour le reste, l’essentiel des fonctionnalités classiques de la gamme : Une webcam arrière de 8 mégapixels, un modèle frontal de 1.2 mégapixels, un capteur TouchID avec reconnaissance d’empreintes dans le bouton Home, des enceintes stéréo et une connectique double avec un port lightning et un survivant, le port jack stéréo classique en 3.5mm.

2019-09-13 14_57_25-minimachines.net

Autre nouveauté, l’ajout d’un “Smart Connector”… appellation maison pour un connecteur permettant de relier l’écran de la tablette à un clavier façon Microsoft Surface. On retrouve donc un format netbook – ce qui me fait beaucoup rire – pour améliorer la productivité globale de l’engin. Il faut dire que cet iPad 2019 passe à un “nouveau” système d’exploitation baptisé  iPad OS. Un système qui sera proposé par une mise à jour pour toutes les autres tablettes récentes de la marque dès la fin du mois de Septembre. Sans briser sa rétro compatibilité  avec les anciens usages et programmes iOS, iPad OS promet d’autres perspectives.

2019-09-13 14_55_08-minimachines.net

Ce nouveau système ressemble aux propositions de Windows avec Continuum ou Samsung avec Dex. L’idée est  d’adapter le système d’une tablette à un environnement de bureau.

2019-09-13 14_55_40-minimachines.net

Les iPads pourront désormais utiliser leur interface tactile, leur stylet mais également clavier et souris pour améliorer leur productivité. Le changement de diagonale s’explique probablement pour beaucoup par cette nouvelle orientation de la gamme. Avec 10.2″, l’iPad 2019 peut proposer un clavier plus large et confortable à l’utilisateur.

Apple iPad 2019 : Un passage vers du 10.2 pouces et une option netbook © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : les Lenovo Chromebook S340-14 et C340-11 se dévoilent

Par Pierre Lecourt

Deux1 nouveaux Chromebooks chez Lenovo ont été présentés à l’IFA 2019. Un 14″ baptisé Chromebook S340-14 et un 11.6″ Chromebook C340-11. Des machines plutôt bien construites à des prix attractifs mais dont on ne connait pas encore tous les détails techniques.

2019-09-12 14_10_43-minimachines.net

Ce Chromebook S340-14 démarrera sa gamme à 249$ mais on n’a aucune idée de l’équipement que l’engin proposera pour ce prix… Car les caractéristiques données sont les maximums que la machine pourra atteindre. Ainsi le 14″ proposera jusqu’à 8 Go de mémoire vive DDR4, 64 Go de stockage eMMC au maximum et… un Celeron N4000. Un choix étonnant car le Celeron N4000 n’est pas franchement le processeur de référence auquel on pouvait s’attendre. Cette solution Gemini Lake propose 2 coeurs et 2 threads dans des cadences de 1.1 GHz à 2.6 Ghz avec 4 Mo de mémoire cache et 6 watts de TDP. Un N4100 avec le double de coeurs et de threads pour le même TDP n’aurait pas été du luxe.

2019-09-12 14_11_13-minimachines.net

On retrouve pour le reste un équipement assez standard. L’écran 14″ du Chromebook S340-14 affichera en 1366 x 768 pixels pour la version de base avec une option 1920 x 1080 pixels toujours au travers d’une dalle IPS. Une option pour une dalle tactile sera aussi au menu. Le Wifi est de type 802.11ac avec un Bluetooth 4.2 très classique et la connectique comporte deux ports USB 3.1 Type-C et deux ports USB 3.0 Type-A. Un port de chaque type distribué de chaque côté.

2019-09-12 14_11_02-minimachines.net2019-09-12 14_10_53-minimachines.net

Le Chromebook S340-14 propose également un port jack 3.5mm pour casque et micro et un lecteur de cartes MicroSDXC. Pas de traces d’une sortie HDMI mais peut être que les ports USB Type-C les prendront en charge.

2019-09-12 14_11_23-minimachines.net

Prévu pour Septembre, le Chromebook S340-14 devrait offrir une expérience ChromeOS complète et un support des applications Android via son option d’écran tactile. Il mesure 32.8 cm de large pour 23.4 cm de profondeur pour une épaisseur de 18 mm et 1.4 Kg. Pas d’infos sur sa batterie ni son autonomie, il est vrai que ce n’est pas important…

2019-09-12 13_29_02-minimachines.net

Le Lenovo Chromebook C340-11 est un 11.6″ de type Yoga. Sa dalle IPS est montée sur une charnière souple lui permettant un passage en mode tablette tactile. Par contre, elle n’est pas FullHD mais se contentera d’un 1366 x 768 pixels au mieux. Le processeur sera également un Celeron N4000 avec 4 Go de DDR4 pour le seconder. Le stockage sera, par contre, identique avec toujours 64 Go de eMMC et toujours un lecteur de cartes SDXC en appoint.

2019-09-12 13_29_20-minimachines.net2019-09-12 13_29_42-minimachines.net

Pour le reste, on a droit à une distribution connectique identique avec 4 USB répartis de chaque côté avec un USB Type-C et un USB Type-A, un port antivol, un jack et des boutons de volume et de démarrage ayant migré sur la tranche.

2019-09-12 13_29_12-minimachines.net

Format tablette oblige. Il mesurera 29 cm de large pour 20.8 cm de profondeur et 18 mm d’épaisseur pour 1.23 Kg. Le prix minimal gonfle également avec 289$ de base aux US. A suivre.

 

IFA 2019 : les Lenovo Chromebook S340-14 et C340-11 se dévoilent © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : Lenovo Yoga C940, un 14 pouces hybride sous Ice Lake

Par Pierre Lecourt

Prévu pour le mois d’Octobre, le Lenovo Yoga C940 est un nouveau 14 pouces haut de gamme de la marque dans sa catégorie d’engins à charnières souples. Des machines qui autorisent un usage en mode tablette en repliant écran et clavier dos à dos.

2019-09-10 17_03_32-minimachines.net

Avec un prix de départ autour des 1249€, le Lenovo Yoga C940 est clairement situé dans une fourchette haute de l’offre PC portable actuelle de la marque. Son processeur de base sera un Core i5 Ice Lake associé à un minimum de 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. L’affichage 14″ sera confié à une dalle IPS lumineuse de 400 nits et proposant un affichage FullHD tactile. Ce n’est donc pas un entrée de gamme au rabais et le fait que Lenovo ait fait une croix sur des modèles moins performants est une assez bonne nouvelle pour la lisibilité de la gamme.

En montant en gamme, on pourra passer à une solution UltraHD tactile encore plus impressionnante avec 500 nits de luminosité et une compatibilité HDR. La mémoire vive gonflera à 16 Go et le stockage pourra atteindre 1 To de SSD dopé par une solution Intel Optane de 32 Go. La puce embarquée sera alors un Core i7 de génération Ice Lake.

2019-09-10 17_03_00-minimachines.net

Le reste des Yoga C940 sera commun, les options classiques de cette génération seront, bien entendu, présentes avec un Wifi6 802.11ax, du Bluetooth 5.0, du Thunderbolt 3.0 sur deux ports avec Power Delivery , un USB 3.1 Gen 1 type-A et un port jack stéréo casque et micro. La partie audio est intégrée dans la charnière rotative de l’écran de manière à profiter d’un son Dolby Atmos en mode tablette comme en mode portable. 

2019-09-10 17_04_24-minimachines.net

Le clavier est rétro-éclairé, et l’écran tactile peut profiter d’un stylet actif qui vient se loger dans le corps du châssis pour se ranger et se recharger. On retrouvera les classiques éléments de Windows Hello avec un capteur d’empreintes et une webcam IR pour la reconnaissance faciale. L’autre webcam, classique, pourra être obturée par un système de sécurité physique.

2019-09-10 17_03_59-minimachines.net

Détail pas si anecdotique entre les engins, les versions FullHD du 14″ annoncent 18 heures d’autonomie… contre 10.5 heures seulement pour les versions UltraHD. L’impact de l’affichage en terme de consommation tant par sa gestion que sa luminosité et le nombre de pixels à alimenter est ici très clair. L’engin pèsera 1.35 Kilo pour des dimensions classiques pour un 14″ : 32.03 cm de large sur 21.56 cm de profondeur et de 14.5 à 15.7 mm d’épaisseur. 

IFA 2019 : Lenovo Yoga C940, un 14 pouces hybride sous Ice Lake © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : Lenovo présente le Smart Display 7 sous Google Assistant

Par Pierre Lecourt

Pas grand chose de neuf sur le secteur de solutions Google Assistant chez Lenovo, si le constructeur a présenté deux tablettes équipées du système Google Home avec les Yoga Smart Tab, il travaille également à des solutions 100% dédiées à ce services. Le Lenovo Smart Display 7 complète ainsi les dispositifs déjà en circulation en 8 et 10 pouces avec un nouveau modèle de 7 pouces de diagonale.

2019-09-09 17_23_34-minimachines.net

Disponible dès le mois d’Octobre à 129€, l’objet propose un design classique, un écran qui surmonte une enceinte intégrée. Le tout entièrement tourné vers des usages de la solution Google Assistant. Pas grand chose de véritablement neuf dans cette offre, l’écran est certes un IPS aux larges angles mais ne propose qu’une définition HD en 1024 x 600 pixels. Il est bien évidemment tactile pour passer d’une info à l’autre du bout des doigts.

2019-09-09 17_23_40-minimachines.net

Le Lenovo Smart Display 7 propose une webcam pour passer des appels en vidéo conférence et puisque le dispositif peut déjà vous écouter, la marque a pensé à proposer un système pour obturer physiquement la caméra afin qu’il ne puisse pas vous voir. Ou que vous ne décrochiez pas un appel vidéo entrant lorsque vous sortez de votre douche. Un bouton physique permet également de mettre en veille l’écoute de votre appareil, il sera sourd à vos demandes d’infos mais n’écoutera pas non plus le reste de vos conversations… enfin, en théorie puisque les solutions Google Home de Google sont bien pourvues d’un bouton physique mais ce dernier ne coupe pas le microphone physiquement, il ne fait qu’indiquer au système que vous ne souhaitez pas être entendu. La nuance est importante.

2019-09-09 17_23_40-minimachines.net

On retrouve également une paire d’enceintes stéréo 5 watts, du Wifi et du Bluetooth. Je me demande si un tuto sur comment fabriquer un support pour smartphone ou tablette avec deux bouts de bois et une pauvre vis, afin qu’il puisse rendre les mêmes services qu’un engin de ce type, ne serait pas utile.

IFA 2019 : Lenovo présente le Smart Display 7 sous Google Assistant © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : Lenovo Thinkbook 14, un portable pro et abordable

Par Pierre Lecourt

Le Thinkbook 14, annoncé à partir de 649€ embarquera un processeur Intel de dixième génération pouvant aller au maximum vers un Core i7 – évidemment pas pour l’entrée de gamme à 649€ – et jusqu’à 24 Go de mémoire vive. De quoi construire une gamme assez large de machines.

L’idée de Lenovo est sans doute de s’adresser à tout type d’entreprise avec un portable au design passe-partout qui permettra de tirer le prix d’ensemble vers le bas. Un même châssis qui pourra plaire autant à une profession libérale, une petite PME ou un grand compte. Chacun jaugeant ensuite suivant ses besoins l’équipement interne de la machine.

2019-09-09 13_27_07-minimachines.net

Un artisan qui veut une solution pour tenir à jour sa comptabilité et son fichier client se contentera surement d’une puce légère avec 4 Go de mémoire vive, un développeur optera pour un poste plus musclé en i7 avec plus de mémoire vive et une entreprise s’offrira un parc entre les deux avec un Core i5 et 8 Go de ram… tout le monde aura le même engin mais à sa sauce.

Ainsi l’écran IPS de 14″ en FullHD sera commun, ce qui permettra de tirer les prix vers le bas pour la marque. Tout comme elle pourra diluer au maximum le prix de son châssis en métal. L’écran n’est pas aussi bien servi que sur des modèles plus haut de gamme avec des bordures un peu plus épaisses sans être pour autant démesurées. On retrouve ainsi un cadre noir autour de l’écran quand on avait pris l’habitude de modèles plus aériens. C’est la rançon d’un prix plus mesuré, ce genre de fonctionnalité à en effet un impact important sur le prix global d’une machine.

2019-09-09 13_25_28-minimachines.net

En plus du processeur Intel, Lenovo a prévu une option avec un circuit graphique AMD Radeon 625 pour plus de performances en 3D. La mémoire vive sera évolutive même si on ne sait pas encore si tout sera amovible. Le fait que le Thinkbook 14 puisse monter à 24 Go est un bon indice. Il se pourrait que 8 Go de mémoire soient fournis de base, soudés sur la carte mère et qu’on puisse ensuite jouer avec un slot de DDR4 pour ajouter au maximum 16 Go supplémentaires.

Le stockage sera double avec un SSD au format M.2 PCIe NVMe et un emplacement 2.5″ SATA pour un second SSD ou un disque mécanique. A noter que le premier emplacement M.2 sera compatible avec la technologie Optane d’Intel.

2019-09-09 13_25_19-minimachines.net

La connectique est un point fort de ce Thinkbook 14, elle comprend deux port USB Type-C. Un premier au format USB 3.1 Gen2 et un second en USB 3.1 Gen1. Mais le châssis propose également trois ports USB Type-A. Deux au format USB 3.1 et un USB 2.0… Une sortie HDMI non détaillée est présente, ainsi qu’un lecteur de cartes SDXC et une prise Ethernet que je suppose en Gigabit. Un module Wifi6 802.11ax sera également disponible pour les versions Core de la machine.

Le Thinkbook 14 annonce deux autonomies suivant le choix de batterie : Une 45 Wh avec un mode de recharge rapide proposera 9 heures d’utilisation. Un second modèle, sans charge rapide de 57 Wh portera l’autonomie à 12 heures. Le poids variera en fonction mais débutera à 1.5 Kg pour des dimensions assez classiques pour un 14″ : 32.6 cm de large pour 23 cm de profondeur t 17.9 mm d’épaisseur.

2019-09-09 13_26_51-minimachines.net

De quoi embarquer un clavier chiclet à rétro éclairage, un grand pavé tactile mais également deux enceintes stéréo certifiées Dolby, un double micro, une webcam  avec opercule de protection physique et un bouton de démarrage pouvant être combiné en option à un lecteur d’empreintes digitales.

Bref un portable “à l’ancienne” construit pour être réellement utile et pouvant être abodable. Le Thinkbook 14 se pose en challenger pour ceux qui ne voient pas l’intérêt de troquer un engin au design millimétrique qui devra être secondé par un hub USB Type-C lui offrant les fonctions de base nécessaires à son usage : Ethernet, sortie vidéo, prises USB. Une solution qu’il faudra surveiller dans la durée.

IFA 2019 : Lenovo Thinkbook 14, un portable pro et abordable © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : Lenovo confirme sa Yoga Smart Tab

Par Pierre Lecourt

Lenovo profite de l’IFA 2019 pour annonce une nouvelle gamme de tablettes Android Smart Tab qui se positionnent à cheval entre l’usage classique de ce type de dispositif et l’intégration d’un assistant vocal Google Home à votre foyer. 

On en parlait il y a peu, Lenovo proposait à une époque une gamme de tablettes très appréciées pour leur design particulier. Avec une bordure plus épaisse facile à prendre en main, elles proposaient beaucoup de flexibilité à l’usage. On pouvait les poser debout ou en biais, on pouvait les suspendre et les manipuler comme une tablette ordinaire sans faire appel à un pied extérieur. Inexplicablement, Lenovo a cessé de développer cette gamme qui avait en plus le bon goût de proposer une excellente autonomie et un bon rendu audio.

2019-09-06 13_39_30-minimachines.net

Annoncée à 249€, la nouvelle Yoga Smart Tab reprend donc ce concept à la sauce 2019 avec de nouveaux composants et l’intégration de cette solution d’Assistant Vocal Google Home. Un choix qui peut se comprendre du fait que l’objet peut se positionner debout comme l’exige un appareil de ce type qui se doit d’écouter votre voix à travers la pièce. Mais un choix qui d’évidence ne plaira pas à tout le monde… à moins que l’on puisse désactiver cette option quelque part dans l’interface de la tablette.

2019-09-06 13_39_19-minimachines.net

La Lenovo Smart Tab proposera un écran IPS de 10.1 pouces affichant en 1920 x 1200 pixels. A son bord, un SoC  Qualcomm Snapdragon 439. Une solution 12 nanomètres sur huit cœurs ARM Cortex-A53 cadencés à 2 GHz associés à un Adreno 505 pour la partie graphique. A noter que cette puce embarque nativement un Wifi5 et un modem 4G qui ne sera pas forcément exploité par Lenovo pour cette tablette.

On retrouve une grosse batterie  de 7000 mAh, une camera avant de 5 mégapixels pour la vidéo conférence et un modèle 8 mégapixels à l’arrière. La connectique est sobre avec un port USB type-C et un jack audio 3.5 mm. Sur le côté du châssis, on peut apercevoir un emplacement extractible pour une éventuelle carte MicroSDXC ou un une carte SIM. Sur les anciens modèles de la tablette, la carte mémoire se logeait derrière la béquille et on peut donc imaginer que des versions 4G de la solution seront proposées… Ou alors la marque a décidé de changer de design pour cette Lenovo Smart Tab. JBL est toujours aux commandes de la partie audio avec deux enceintes de 2 watts et probablement le même système de son spatialisé que les précédents modèles.

2019-09-06 13_39_04-minimachines.net

Dernier point, la solution est certifiée IP52 pour sa résistance à la poussière et aux projection d’eau. Pas de soucis pour faire la vaisselle en regardant une série si une goutte ou deux sont projetées sur la tablette… Il ne faudra juste pas lui faire prendre le grand bain.

Pour la partie Assistant Vocal, Lenovo a juste ajouté un système de 3 microphones pour permettre une “écoute” de votre voix au travers de la pièce. 

2019-09-06 13_38_02-minimachines.net

A noter que cette Lenovo Smart Tab ne sera pas la seule à proposer cette double fonction de tablette et d’assistant Google Home puisque la marque annonce un autre modèle 8 pouces baptisé Smart Tab M8 vendu beaucoup moins cher à 129€.

Cette solution est plus classique de format et s’utilise avec un dock de recharge qui lui permettra de tenir debout et donc de se comporter comme un assistant vocal plus classique mais également comme un affichage intelligent et une solution audio. La partie interne est pourvue d’un SoC Mediatek A22 MT6761, encore un octuple coeurs Cortex-A53 mais cette fois-ci à 2 GHz. Le tout est associé à un circuit graphique PowerVR GE6300 et un circuit Wifi4. Un choix étonnant à moins qu’il s’agisse d’une version améliorée de la puce et que la tablette bénéficie d’une solution Wifi5 plus logique. A noter également que cette puce embarque là aussi un modem 4G par défaut…

L’écran 8 pouces IPS affiche en moins haute définition avec un plus classique 1280 x 800 pixels. La mémoire vive grimpe à 2 Go et le stockage à 32 Go. Deux microphones sont disponibles pour gérer la partie Google Assistant et on retrouve une paire d’enceintes stéréo Dolby Atmos. La connectique comprend un port micro USB 2.0 et évidemment les ports pogo nécessaires au docking de l’engin.

Pour peu que Lenovo ait l’excellente idée d’ajouter une sortie audio à son dock, cette solution sera intéressante pour profiter de systèmes de streaming ou de DLNA sur un ampli raccordé.

IFA 2019 : Lenovo confirme sa Yoga Smart Tab © MiniMachines.net. 2019

Lenovo Ideapad S340 et S540, deux nouveaux 13″ Comet Lake

Par Pierre Lecourt

Le nouveau IdeaPad S340 embarquera des puces Comet Lake pouvant aller jusqu’aux Core i7-10510U. Des solutions 4 coeurs et 8 threads avec 8 Mo de cache et fonctionnant de 1.8 à 4.9 GHz pour 15 watts de TDP. Cette puce embarque un circuit Intel UHD avec 24 EU mais Lenovo estime tout de même utile de proposer une option avec un circuit graphique Nvidia GeForce MX250.

2019-09-04 15_42_39-minimachines.net

La mémoire vive pourra atteindre 16 Go de DDR4 et le stockage 512 Go en PCIe NVMe. L’écran 13.3″ affiche en FullHD via une dalle non tactile IPS. On retrouve des composants classiques avec un Wifi5 (802.11ac), du Bluetooth 5.0, deux ports USB 3.1 type-C, un USB 3.1 Type-A et un port casque-micro 3.5 mm.

2019-09-04 15_42_52-minimachines.net

La batterie est  une 42 Wh à charge ultra rapide. Lenovo indique que son IdeaPad S340 pourra se recharger à 80% en se connectant rien qu’une heure au secteur.

2019-09-04 15_43_51-minimachines.net

On retrouve également un clavier type chiclet avec rétro éclairage, un large pavé tactile ainsi que des enceintes stéréo accompagnées d’un double micro pour les assistants vocaux. Lenovo n’a pas encore indiqué de grille tarifaire pour ces modèles.

2019-09-04 15_46_48-minimachines.net

Les IdeaPad S540 gardent le même profil mais passent à la vitesse supérieure côté composants et équipement. L’écran 13.3″ grimpe ainsi en 2560 x 1600 pixels au lieu du 1920 x 1080 pixels de l’IdeaPad S340. Le processeur, ou plutôt les processeurs pourront être au choix un Intel Comet Lake allant jusqu’au Core i7-70710U en 6 coeurs et 12 threads avec 12 Mo de cache accompagné d’un Nvidia GeForce MX250 ou un AMD Ryzen 7 3700U en 4 coeurs et 8 threads et 4 Mo de mémoire cache et son circuit graphique Radeon RX Vega 10.

2019-09-04 15_49_58-minimachines.net

Là encore, on retrouve 16 Go de DDR4 mais cette fois-ci le stockage grimpe à 1 To en SSD PCIe NVMe. La batterie remonte à un modèle 56 Wh avec la même option de charge rapide. Pour le reste, la machine est identique avec des enceintes stéréo, les mêmes deux microphones, deux ports USB Type-C, un port USB 3.1 type-A, du Wifi et du Bluetooth 5.0. Le clavier est, bien entendu, toujours rétro éclairé et le pavé tactile toujours aussi généreux.

2019-09-04 15_47_32-minimachines.net

A noter que le choix de la puce a une incidence directe sur certains autres composants. Les machines Comet Lake bénéficient d’un Wifi6 802.11ax au vu de leur implantation dans le processeur. Elle sont annoncées avec un poids de 1.18 Kg. Les machines sous AMD Radeon seront, quant à elles, livrées avec un Wifi5 802.11ac et grimperont à 1.36 Kilos. La disponibilité attendue de ces secondes machines est prévue pour le mois d’Octobre à partir de 799€

Lenovo Ideapad S340 et S540, deux nouveaux 13″ Comet Lake © MiniMachines.net. 2019

Google stoppe les mises à jour pour la première Chromecast

Par Pierre Lecourt

La première Chromecast de Google a désormais 6 ans et la marque a décidé d’en abandonner le support technique. Cela ne veut pas dire que l’objet deviendra une vraie passoire niveau sécurité, le moteur de recherche continuera à assurer son rôle à ce niveau là. Mais si de nouvelles fonctions sont proposées pour l’écosystème Chromecast, la première génération n’y aura pas droit.

Google Chromecast

Imaginez que le système Chromecast accueille une nouvelle application pour l’univers de la télé en streaming Disney. Et bien vous serez obligé d’en changer pour en profiter puisque cette application ne sera pas portée sur la Chromecast. Imaginez, comme dans l’univers Android, qu’une mise à jour débarque pour piloter votre système avec une solution Google Home ? Et bien vous ne pourrez pas le faire avec un Dongle de première génération.

C’est ce que prévoit la marque pour la première Chromecast, cela peut se comprendre puisque le materiel embarqué commence à dater… Mais les solutions de générations suivantes n’ont pas forcément un meilleur matériel embarqué. Elles peuvent en général proposer des contenus de meilleure qualité avec une gestion par exemple de l’UltraHD… Mais en pratique tout ce que peut faire une Chromecast de dernière génération est accessible à un modèle de première Gen.

Est-ce que cette décision est liée à l’arrivée de Google Stadia et à des fonctions de streaming qui doivent bénéficier d’une sécurité renforcée ? Il aurait été possible de signifier aux utilisateurs qu’ils n’auront pas le droit à l’application Stadia mais qu’ils pourraient bénéficier du reste des fonctionnalités de la plate forme. Cette décision de couper toute mise à jour de fonctionnalités sonne comme un arrêt de mort de l’objet.

2019-09-03 15_59_41-minimachines.net

Google spécialiste de l’obsolescence programmable

La première Chromecast commence effectivement à dater, elle est apparue à l’été 2013. Elle a été mise à jour en 2015 et une nouvelle version est apparue en 2018. Entre temps, Google sortait son Ultra en 2016. Si vous avez acheté la première version et que vous l’utilisez au quotidien, l’arrivée des nouveaux modèles n’aurait eu aucun impact sur votre usage, mis à part la version UltraHD qui proposait des fonctions spécifique en terme de définition. 

Certes, cette durée de vie est honorable, surtout si l’on considère le prix d’achat de l’objet. Mai c’est néanmoins une pratique discutable que celle de considérer l’arrêt de toute mise à jour d’usage après un temps passé même lorsque celles-ci sont encore possibles. Google est un spécialiste de la pratique avec Android pour commencer. Son système d’exploitation pousse sans cesse vers de nouvelles versions puisque les développeurs sont incités à utiliser des fonctionnalités qui ne sont pas forcément rétro-compatibles avec de vieilles versions. C’est comme cela que des smartphones et des tablettes se voient petit à petit désertées, au fil des mises à jour, de toutes leurs applications et deviennent non pas inutilisables mais inutiles pour autre chose que de passer des appels ou regarder des images.

2018-08-29 18_32_15-minimachines.net

C’est également cette vision du service qui fait que chaque Chromebook qui sort déclenche automatiquement un compte à rebours avant sa mise au rebut logiciel. Ces machines proposent une durée de support logiciel et de mise à jour de sécurité de 5 années après leur sortie et non pas leur mise en vente. Ce qui les rend dangereux finalement au bout d’un moment déterminé dès leur lancement.

Google stoppe les mises à jour pour la première Chromecast © MiniMachines.net. 2019

❌