Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierMiniMachines.net

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche

Aux US, il s’appelle Ideapad Slim 7, en France ce sera le Yoga Slim 7. Le portable reste le même avec une architecture AMD Ryzen pouvant aller jusqu’au Ryzen 7 4700U. Une solution huit coeurs et huit threads accompagnée chez nous d’un maximum de 16 Go de mémoire vive DDR4 et 512 Go de stockage PCIe NVMe ultra rapide.

Yoga Slim 7

Le choix de ce processeur est compréhensible dans l’offre d’AMD, le 4800U en 16 threads aurait apporté d’autres avantages mais avec probablement également un tarif plus délicat à négocier. Le Yoga Slim 7 se contentera donc du 4700U qui propose dans ses 15 watts de TSP 8 coeurs et 8 threads cadencés de 2 Ghz à 4.1 GHz et un circuit graphique Radeon Vega 7. Une solution qui devrait offrir d’excellentes performances avec 16 Go de mémoire vive et un stockage très rapide.

Yoga Slim 7
L’écran 14 pouces du Yoga Slim 7 affichera en FullHD grâce à une dalle de type IPS mate de 300 nits. Lenovo proposera une finition brillante au travers d’une dalle de verre en option. Au dessus de l’écran à bordures fines, on retrouvera une double webcam avec un module classique pour la vidéo conférence et un module infrarouge pour de la reconnaissance faciale. 

L’engin promet jusqu’à 14 heures d’usage – probablement très léger – et un mode RapidCharge Pro permettant de remettre la batterie d’aplomb de 50% lorsque l’engin est éteint ou en veille. En pratique, la machine devrait proposer une dizaine d’heures d’usage classique et encore moins en usage lourd. Pas mal pour une solution de cette diagonale et un poids de 1.4 Kilo de base. Le Yoga Slim 7 mesurera 32.06 cm de large pour 20.8 cm de profondeur et 1.49 cm d’épaisseur.

Yoga Slim 7

La connectique est bonne avec deux ports USB 3.1 Type-A Gen2, un USB type-C 3.1 Gen2 avec fonction DisplayPort, réseau et alimentation PowerDelivery, un lecteur de cartes MicroSDXC, une sortie HDMI pleine taille et un port jack audio 3.5 mm stéréo combinant sortie casque et entrée micro. Le bouton de démarrage pourra éventuellement accueillir un lecteur d’empreintes sur la tranche de la coque.

Yoga Slim 7

Le clavier est assez classique d’un 14″. Il n’occupera pas la totalité de l’espace disponible, laissant la place nécessaire aux enceintes sur les côtés de l’engin. Le Yoga Slim 7 proposera enfin une paire d’enceintes stéréo Dolby Atmos Harman Kardon et un système de micro pour piloter un éventuel système Cortana ou Alexa optionnel. Lenovo utilise un clavier chiclet Accufeel avec des touches légèrement arrondies sur le bas pour proposer une frappe plus agréable. Le pavé tactile semble bien dimensionné et placé naturellement sous la barre espace. 

Le Wifi embarqué pourra être – et c’est important de le noter – un module 802.11ax. Un Wifi6 qui a du demander des efforts à Lenovo puisque au contraire des solutions Intel de dixième génération, l’ajout d’une solution de cette génération n’est pas simplifiée par la solution AMD. Par défaut, l’engin devrait néanmoins êtes une solution Wifi5 plus classique. Le module bluetooth est un 5.0 habituel.

On ne connait pas encore la date de disponibilité de cette machine ni son prix en France mais sa page web est désormais visible sur le site de la marque.

HP ENVY x360 13 2020Le Envy x360 AMD 2020

Ce Yoga Slim 7 semble être une bonne solution sur le marché actuel. Ce n’est pas une machine qui fera vraiment rêver en terme de design mais elle devrait proposer des performances solides et une ergonomie plus que décente à l’usage. Il semble que ce type de machine soit l’approche choisie par de nombreux constructeurs de PC et notamment les numéros un et deux mondiaux puisque HP a également choisi cette puce dans son Envy x360 AMD 2020. Des machines qui devraient commencer à bâtir la réputation de cette gamme Ryzen, en espérant que cela fasse tâche d’huile sur le reste du marché.

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche © MiniMachines.net. 2020.

Le Lenovo Chromebook Duet en vente à 280$

Le Lenovo Chromebook Duet est un netbook. Un netbook un peu particulier certes mais avec son écran 10.1″ et son clavier, il propose exactement l’interface des netbooks de la belle époque. A  quelques petites exceptions près. 

Chromebook Duet

Pour commencer le Chromebook Duet est un… Chromebook. Il tournera donc sous ChromeOS avec deux gros avantages techniques vis à vis de son format particulier. Un système léger et bien adapté aux composants employés dans la machine d’une part et une compatibilité avec les applications Android de l’autre.

Chromebook Duet

Ce second point est à prendre en compte puisque l’engin est également une tablette. Sa partie clavier se détache pour libérer son écran 10.1″ tactile en 1920 x 1200 pixels avec une luminosité de 400 nits.

Chromebook Duet
L’expérience tablette Android deviendra alors complète avec la possibilité de retrouver la même interface que celle d’une solution native. A l’intérieur de l’engin, on retrouvera un SoC MediaTek Helio P60T, une solution huit coeurs composée de quatre Cortex-A73 et quatre Cortex-A53. Chacun de ces coeurs sera cadencée à 2 GHz et l’ensemble est greffé à un chipset graphique Mali-G72MP3 à 800 MHz.

Chromebook Duet

La mémoire vive grimpera à 4 Go de DDR4L et le stockage à 64 Go de eMMC. Lenovo emploie un eMCP, une solution qui combine sur le même composant mémoire vive et stockage pour plus de compacité. Cet ensemble devrait proposer des performances tout à fait convaincantes sous ChromeOS mais également pour lancer vos applications Android préférées.

Chromebook Duet

En mode Chromebook on profitera d’un clavier complet pour tous les usages de production habituel mais également pour profiter d’un large pavé tactile. Le clavier du Chromebook Duet est un chiclet classique avec une assez belle séparation des touches compte tenu des dimensions de l’engin. Le clavier mesure 24.48 cm de large sur 16.93 cm ce qui est assez étroit mais bien géré par le constructeur. La lisibilité des touches semble excellente, les flèches sont correctement espacées et des touches de raccourcis bien pratiques ont réussi à trouver leur place dans le haut du clavier.

Chromebook Duet

Lenovo a probablement choisi d’optimiser au mieux la partie clavier tout en conservant une ergonomie correcte à la fonction écran : les bordures mesurent 9.3 mm d’épaisseur ce qui permettra de laisser un pouce traîner sur la surface de la tablette tactile sans avoir d’ordres indésirables qui se manifestent à l’écran. La surface tactile proposera 10 points de contact simultanés.

Chromebook Duet
On retrouve sur l’ensemble des fonctions annexes comme une webcam 8 mégapixels autofocus au dos de l’engin et une autre en 2 mégapixels en façade. Une paire d’enceintes Dolby Audio est également présente. Un Wifi5 est embarqué ainsi qu’un Bluetooth 4.2. La connectique se limite à un port USB 3.1 Gen2 au format Type-C évidemment pour faire transiter des données et recharger l’engin.

Chromebook Duet

Un port POGO 5 points permet  de connecter la tablette au clavier. Le Chromebook Duet ne propose ni prise jack audio – il faudra passer par du Bluetooth ou un adaptateur USB Type-C – ni extension de stockage par un lecteur de cartes MicroSDXC. Pas non plus trace de stylet actif… Dommage pour ces points précis qui auraient pu facilement rajouter des usages à l’ensemble.

Chromebook Duet

La tablette seule mesure 23.98 cm de large pour 15.98 cm de profondeur et 7.35 mm d’épaisseur. Elle pèse 450 grammes. Accompagnée du clavier, son poids passe à 920 grammes et son épaisseur augmente pour atteindre 1.82 cm.

Chromebook Duet

J’avoue être impatient de voir cet engin en action. Les compromis sont bons et le format est très séduisant pour une machine mobile. Malheureusement, à cette heure, nous n’avons ni date ni prix pour le modèle Français… Aucune information quant à une distribution en France n’a filtré à ma connaissance.

Le Lenovo Chromebook Duet en vente à 280$ © MiniMachines.net. 2020.

Minisforum S40 : une clé PC capable de piloter deux écrans

Le Minisforum S40 est une nouveauté sur un marché totalement abandonné des clé-PC. La formule ne change pas la donne en terme de performances et cette nouvelle solution n’apportera pas de possibilités renversantes. Avec un Celeron N4000, ce nouvel engin sera même moins capable que les solutions d’Intel sous Core M3-6Y30 en terme de calcul. Là, où l’objet change la donne, c’est dans sa capacité à gérer deux écrans.

Minisforum S40

Le Minisforum S40 propose en effet un port HDMI 2.0 mâle d’un côté, de manière très classique pour ces appareils, mais également une seconde sortie vidéo au format MiniDisplayPort. Avec son Celeron N4000, l’objet pourra donc piloter deux écrans et afficher chacun d’eux en UltraHD à 60 Hz. On imagine l’usage de tels engins en affichage numérique. Ce petit objet pouvant être alimenté via un port USB Type-C, il sera facile d’imaginer une solution autonome capable de piloter un signal sur deux écrans en simultané.

Minisforum S40

Cela peut être une solution adaptée à divers usages de présentation : beaucoup de scénarios sont possibles. Du simple écran piloté par la clé, collé facilement au dos de celui-ci par un adhésif double face. Jusqu’au PC de “faux-plafond” qui ira se connecter à deux écrans affichant des données distribuées en Wifi ou via Ethernet. La clé Minisforum S40 peut également être imaginée comme une solution de déplacement pour des présentations. Avec un simple appareil de ce genre, on peut piloter un vidéoprojecteur et un écran de contrôle facilement. Cela peut également être un PC idéal par ses dimensions pour piloter un vidéo projecteur accroché au plafond par exemple. L’objet peut également se comporter comme un ordinateur ultracompact tout à fait standard pour divers usages même si ses performances ne seront pas extraordinaires. 

Minisforum S40

 A l’intérieur de la petite clé, on retrouve donc un Celeron N4000 de la gamme Gemini Lake d’Intel. Cette puce double coeurs est sortie en 2017 et propose des fréquences allant de 1.1 à 2.6 GHz. Elle embarque 4 Mo de cache, un circuit graphique UHD 600 et fonctionne dans un TDP de 6 watts. L’objet propose donc une solution de dissipation assez complète avec un radiateur venant coiffer les composants et un petit ventilateur pour les maintenir au frais. Ce n’est pas le processeur le plus rapide du marché, loin de là, mais il est tout à fait apte à piloter des travaux bureautiques comme du multimédia. Les deux flux UltraHD indépendants que suppose l’usage de ce type de dispositif ne lui font, par exemple, pas peur.

Minisforum S40

Associé à cette puce on retrouve 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage eMMC. Assez pour les usages pré-cités. Le Minisforum S40 propose également un module Wifi5, du Bluetooth 5.0 et une connectique basique qui commence par un lecteur de cartes MicroSD pour pouvoir étendre les capacités de stockage de l’appareil. Un port USB 2.0 Type-A est intégré et un port USB 3.0 Type-A est également présent, il permettra de connecter un adaptateur Ethernet Gigabit au besoin. Un port antivol Kensington Lock est également disponible pour sécuriser la clé. Le tout dans un format de 13.3 cm sur 4.6 cm pour un poids de 300 grammes.

Minisforum S40

La clé est proposée à 175.31€ “avec” Windows 10 Pro. Je ne sais pas si ce Windows est une pré-installation à valider avec une licence ou une licence complète et déjà validée en OEM. Minisforum n’est pas un fabricant de PC mais une de ces marque qui collent leur logo sur les appareils qu’ils distribuent. Il est donc possible que ce nouveau design de clé-PC débarque chez d’autres constructeurs, à terme.

Source : AndroidPC.es

Minisforum S40 : une clé PC capable de piloter deux écrans © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo va proposer des portables sous Fedora Linux

Une sélection de portables Lenovo dans la gamme Thinkpad devraient être disponibles sous Fedora Workstation. Une nouvelle collection qui débuterait par la sortie de trois modèles distincts et qui viserait avant tout un marché professionnel.

La sortie de ces modèles avec une distribution Fedora pré-installée est un programme pilote destiné à évaluer la pertinence de telles propositions sur le marché. Trois PC de travail sont prévus pour le lancement : Le Lenovo ThinkPad P1 Gen 2, le Lenovo ThinkPad P53 et enfin le Lenovo ThinkPad X1 Gen 8. Il s’agit de Stations de travail professionnelles et non pas vraiment de PC grand public.  Si le programme fonctionne, le constructeur envisagera de proposer plus de modèles dans le futur.

ThinkPad P1 Gen 2

C’est un gros changement de politique pour Lenovo et c’est surtout un point très appréciable pour les utilisateurs de Linux. Cela signifie que le constructeur va proposer et suivre l’ensemble des pilotes nécessaires pour utiliser une distribution Linux pour ses machines : Carte mère, chipsets variés, tous devront pouvoir prendre en charge le système. Tous seront sûrement mis à disposition par Lenovo sur son site. Ce qui évitera à l’utilisateur de Linux de devoir aller fouiller sur les pages de chaque constructeur à la recherche d’un pilote audio, d’un pilote Wifi ou d’un driver Bluetooth.

Lenovo rejoint donc Dell dans la short-list des grands constructeurs à proposer des machines sous Linux en sortie d’usine. Il rejoint Dell qui propose depuis quelques années des machines sous Ubuntu. D’autres constructeurs, de plus petit calibre, proposent ce genre de machines depuis quelques années. Purism et System76 aux US ou Ekimia en France par exemple. 

Avec la sortie de Fedora 32 pour la fin du mois, c’est un bon coup de projecteur de la part de la marque pour le système Linux. Et une preuve de la demande de professionnels de solutions sous ce type de système.

Source : Fedoramagazine (Merci à Gilles pour l’info)

Lenovo va proposer des portables sous Fedora Linux © MiniMachines.net. 2020.

Cooler Master NC100 : un boitier pour NUC 9 Extreme

Le Cooler Master NC100 est la solution proposée par la marque pour accueillir les cartes “The Element” d’Intel. On pourra y glisser une solution NUC 9 Extreme de son choix et, puisque l’objet est plus encombrant que les 5 litres du boitier Ghost Canyon, une carte graphique encore plus impressionnante.

Cooler Master NC100

Le boitier Cooler Master NC100 passe des 5 litres de Ghost Canyon à 7.5 litres. Une augmentation de volume prévue pour offrir une alternative contenue à la solution de base d’Intel. L’idée est de reprendre le nouveau format de carte mère mais d’apporter des possibilités nouvelles à l’ensemble. Une alternative qui devrait intéresser les assembleurs qui pourront décliner plus de cartes graphiques dans ce genre de tour.

Cooler Master NC100

Le châssis est fait d’acier épais peint en blanc ou en noir. C’est solide et évidemment fortement ajouré puisque le système de dissipation est identique à celui du boitier Intel Ghost Canyon. L’air frais est aspiré sur les côtés de l’engin puis extrait par le haut de la machine afin de renouveler en permanence l’air à l’intérieur du châssis. Je n’ai pas pu voir l’engin en activité, les prototypes reçus n’étaient pas encore fonctionnels mais le fonctionnement semblait identique.

Cooler Master NC100

Sur la partie supérieure du Cooler Master NC100, on retrouve donc logiquement un système d’extraction d’air chaud qui aspirera directement au dessus de la carte mère NUC9 et de la carte graphique. A noter que la marque propose des micro-grilles posées sur le dessus de la machine qui sont juste aimantées à celles-ci. Elles permettent d’éviter à la poussière de traverser l’engin et peuvent être facilement nettoyées.

Cooler Master NC100

La plus grande profondeur de l’engin lui autorisera des cartes graphiques plus importantes qui pourront aller jusqu’à des solutions Nvidia GeForce RTX 20×0 sans soucis. Cela aura un impact sur l’encombrement de votre bureau mais apportera une certaine sérénité question évolutivité. Les cartes 2.5 slots d’épaisseurs sont “compatibles” avec le boitier dans le sens où elles rentrent physiquement dedans. Mais elles vont quasiment toucher le côté du châssis, il faudra donc préférer les solutions de 2 slots d’épaisseur seulement pour conserver une bonne circulation d’air.

Cooler Master NC100

Pour accepter ce type de carte, il faut une alimentation à la hauteur et la marque a donc décliné l’alimentation jusqu’à un modèle SFX de 850 watts Gold 80 Plus. Une solution qui pourra déployer l’énergie nécessaire au fonctionnement de cartes ultra performantes. Le boitier embarquera cependant par défaut une alimentation 650 Watts à son lancement, la version 850 watts sera disponible plus tard.

Cooler Master NC100

Cette alimentation est ventilée et s’ajuste parfaitement au châssis. Un jeu de passe câble précis et une cage de fixation permettent à la marque d’optimiser au mieux l’espace disponible.

Cooler Master NC100

L’alimentation est elle-même modulaire ce qui permettra de ne pas utiliser de câbles supplémentaires et inutiles dans le châssis. Petit détail important, cette machine sera livrée avec sa propre baseboard et non pas celle d’Intel. Cela veut dire que si vous optez pour ce genre de configuration, vous n’aurez non seulement pas besoin d’acheter cette baseboard mais que celle d’Intel ne sera pas compatible avec le boitier. Plus large, la carte ne s’adaptera pas au format 5 litres du Ghost Canyon. Si vous vouliez changer de carte NUC 9 pour l’intégrer dans un autre boitier, il faudra donc acheter ensuite une nouvelle Baseboard. Mon petit doigt me dit que certains designers Chinois sont déjà sur l’affaire… La version officielle devrait coûter une quarantaine d’euros.

Cooler Master NC100

Le boitier Cooler Master NC100 est attendu avant l’été à un prix de 229€, baseboard maison et alimentation comprises. De quoi construire de solides stations de jeu ou de travail qui pourront encaisser une GeForce RTX 2080 Ti et proposer des performances haut de gamme dans un format 7.5 litres bien aéré.

Dernier détail… Savez vous pourquoi les ports USB en façade sont rouges ? Pour le savoir, vous pouvez cliquer ici.

Cooler Master NC100 : un boitier pour NUC 9 Extreme © MiniMachines.net. 2020.

BleuJour 2020 : 3 machines en approche, deux sous Compute Element

BleuJour c’est la société française qui vend les minimachines Kubb dont on a déjà parlé à plusieurs reprises sur le site. Des boîtiers originaux équipés de cartes mères de NUC et proposés sur le marché équipés de tout ce qu’il faut pour fonctionner comme des PC traditionnels. Cette gamme BleuJour 2020 reprend le même concept mais change de dimensions avec, entre autre, la solution Compute Element.

BleuJour 2020

Le premier des modèles présenté par la marque Française est un engin totalement passif et discret qui n’emploie pas une carte de Ghost Canyon mais un système Compute Element d’Intel. Entièrement réalisé en métal, lourd et dense, ce premier boitier vise clairement une clientèle professionnelle. 

BleuJour 2020

Il pourra se fixer à un support via un système de vis situées sous le châssis et devrait pouvoir fonctionner 24H/24 et 7J/7 sans discontinuer. 

BleuJour 2020

La connectique ne laisse pas trop de doute sur la destination pro de ces engins : On retrouve deux HDMI, un Ethernet Gigabit, du Wifi, deux USB 3.0 Type-A et deux ports série à l’arrière. En façade, la machine propose deux USB supplémentaires et un port jack audio combo. Cette machine est une solution que l’on connait déjà sous une référence Intel un poil différente avec les NUC Austin Beach. Le boitier a été modifié avec des ailettes outrageusement provocantes dans leurs ondulations moins rectilignes, la connectique est un petit peu déviante également mais dans l’ensemble les solutions sont identiques.

BleuJour 2020

Deux autres références employant les cartes Compute Element étaient également proposées. La marque poursuit sa stratégie de design différent avec des châssis en métal réalisés en France par des artisans. Une vision qui lui réussit, semble t-il, extrêmement bien avec des exportations de ses Kubb à travers toute la planète et l’équipement de lieux prestigieux. Les nouveautés sont évidemment plus massives que les petits Kubb. Il faut pouvoir accueillir le nouveau format d’Intel.
Ces machines BleuJour sont donc construites comme un amoncellement de formes rectangulaires collées les unes aux autres avec différentes finitions. Comme des livres posés côte à côte ou des briques en attente de construire un mur.
BleuJour 2020

Deux finitions étaient présentées mais la marque s’est fait une spécialité de fournir de nouveaux coloris et même du sur mesures à ses clients. On retrouve néanmoins un premier boitier blanc et ocre et un second en métal brossé argent. L’engin reste d’une total sobriété avec aucun port ou bouton à l’avant.

BleuJour 2020

A l’arrière, on retrouve la connectique d’une carte Intel de Ghost Canyon. Habilement cachée derrière une plaque d’aluminium sur mesure. Certains éléments ont été déplacés ou modifiés, l’alimentation semble avoir été retournée, par exemple, mais on retrouve exactement les ports des machines présentées par Intel.

BleuJour 2020

Malheureusement, la personne en charge de ces engins chez BleuJour n’a pas pu être présente sur place à cause des mesures contre le Coronavirus. Je n’ai donc pas pu récolter d’informations complètes sur les différents modèles. Celui ci-dessus était équipé avec une solution graphique lui proposant quatre ports HDMI supplémentaires. 

BleuJour 2020

Enfin, une autre solution signée BleuJour était présentée sur place. Un boitier beaucoup plus long et encombrant, réalisé dans une tôle d’acier très épaisse et ajourée de formes géométriques rappelant une sorte de labyrinthe. Un motif déjà employé par la marque sur de précédentes machines

BleuJour 2020

Sur le dessus, le métal de la coque se relève pour venir former une poignée afin de déplacer l’engin. Au vu de l’épaisseur du métal et du poids de la solution, cet engin doit être un vrai coffre fort. Un engin qu’on pourra transporter n’importe où sans avoir peur de la casse.

BleuJour 2020

Le résultat est assez original et on ne devine pas tout de suite qu’il s’agit d’un PC. Encore moins d’une machine aussi puissante !

BleuJour 2020

A l’arrière, on découvre un NUC 9 Extreme associé à une carte graphique secondaire non détaillée. Vu l’encombrement du châssis, il peut s’agir de n’importe quel modèle disponible sur le marché comme une Nvidia GeForce RTX 2080 par exemple. 

Pas d’infos sur les prix ou les disponibilités de ces engins qui ne sont même pas annoncés sur le site du constructeur français. On devrait avoir plus d’informations rapidement avec des tarifs qui seront probablement assez élevés. BleuJour ne cherche pas à jouer sur le prix mais vise une clientèle particulière. Ses Kubb se vendent extrêmement bien à l’étranger et on imagine que la seconde machine de cette page trouvera sa place chez différents clients haut de gamme facilement. Comme machine pour un poste d’accueil mais aussi pour des hôtels, des agences immobilières et mêmes des engins classiques dans des enseignes de luxe.

BleuJour 2020 : 3 machines en approche, deux sous Compute Element © MiniMachines.net. 2020.

Adidas GMR : Du Google Jacquard dans des chaussures de foot

Les Adidas GMR sont des semelles connectées avec la technologie Google Jacquard. L’idée n’est pas de proposer un suivi de votre activité sportive mais de mélanger votre activité physique avec des activités ludiques liées au jeu vidéo. Et ce n’est pas idiot.

Vendue dans toutes les boutiques de la marque, la semelle propose un emplacement pour y glisser une “puce” amovible. Elle ne sera pas inconfortable dans la  chaussure de foot dans laquelle vous la glisserez ensuite et ce système permettra de changer de chaussures ou de semelle sans avoir à racheter l’ensemble.

Une fois en place, l’Adidas GMR mesurera vos gestes : A l’intérieur de la puce, on retrouve un accéléromètre et un gyroscope qui vont mesurer vos mouvements avant de les transmettre à une puce qui enverra à son tour les mesures à votre smartphone. Une application – gratuite – prendra le relais pour mesurer vos mouvements et les identifier. Le système est censé ne retenir que ce qui sera lié au football et non pas le reste de vos activités. L’application prendra en compte le nombre de frappes, leur vitesse, vos mouvements sur le terrain ainsi que votre propre vitesse en course et la distance parcourue sur le terrain. Le système pourra même estimer la vitesse de frappe de vos balles. Comme les semelles Adidas GMR sont prévues pour s’intégrer à des chaussures de foot à crampons, on imagine qu’il sera difficile de compter les distances parcourues derrière un chariot de supermarché. à priori les crampons sont surtout utiles sur une pelouse.

Adidas GMR

A quoi cela va t-il servir ? Et bien pour une fois cela ne servira pas a mesurer votre activité sportive. L’idée d’Adidas est de récupérer ces données pour les intégrer dans un jeu FIFA mobile. Il y aura des défis du genre : Parcourir telle distance dans un match ou atteindre un certains nombre de tirs puissants dans la semaine. L’idée est bonne et mélanger la dimension physique du foot  pour débloquer des contenus dans un jeu de foot peut être motivante et intéressante.

Adidas GMR

Malheureusement le résultat de vos efforts n’apportera que de maigres fruits. Adidas parle de contenus exclusifs dans son application Fifa Mobile et de l’évolution de ses scores d’équipe… Avec comme but avoué “de te vanter de ta position au classement général”. Alors je sais que Pierre de Coubertin n’était pas une brute au foot et que l’esprit de compétition y règne en maître mais je trouve que la récompense est bien maigre par rapport à l’investissement demandé. Non pas le prix global de l’objet qui est vendu tout de même 34.95€. Mais bien le fait d’acheter le produit, de le glisser dans ses godasses avant d’aller jouer et de synchroniser le tout avec son téléphone. Pour gagner quoi ? Trois maillots et 30 points de classement dans un jeu mobile ? C’est maigre. 

Adidas GMR

Il y aurait eu tant à faire avec une telle idée de base… Sortir des statistiques pour créer un joueur à votre image. Puis créer des équipes avec différents autres joueurs équipés de cette solution pour concevoir un tournoi “amateur” dans le jeu. Des joueurs basés sur vos statistiques d’endurance, de puissance de tir et de dribble et autres. Retranscrire ce que la semelle analyse en statistiques virtuelles et vous offrir de jouer votre propre personnage dans des championnats. Les matches de ces équipes se seraient additionnés pour déterminer un vainqueur aux points.

Je trouve l’investissement du joueur énorme pour juste avoir le droit de se “vanter” de sa position dans le jeu et ne même pas en profiter pour… jouer. Peut être dans une prochaine version ?

Adidas GMR : Du Google Jacquard dans des chaussures de foot © MiniMachines.net. 2020.

Beelink annonce un support officiel d’EmuELEC pour ses TV-Box Android

Après un premier partenariat avec CoreELEC, Beelink renouvelle l’expérience avec EmuELEC. Les diverses TV-Box pourront donc démarrer sur deux systèmes alternatifs. Android d’un côté, CoreELEC de l’autre. Dans le second cas, une version optimisée d’EmuELEC pour les puces Amlogic embarquées dans les box GT-King, GT-King Pro mais également GT1 et GT1 Ultimate.

Beelink GT King-Pro

Une fois le système démarré, l’utilisateur pourra piocher dans sa logithèque personnelle pour lancer des ROMs de jeux situés sur le stockage de la Box. Il faut d’abord télécharger l’image fournie correspondant à votre Box et à son SoC sur la page GitHub du projet. La version 3.4 du projet est sortie début février et propose de nombreuses fonctionnalités. 

Beelink a posté un guide sur son forum mais les étapes à suivre sont très simples.

Si votre box propose un SoC Amlogic S922X, S905X2 ou S905X3, vous devrez télécharger la version :
EmuELEC-Amlogic-ng.arm-x.x-Generic.img.gz

Si votre box embarque un SoC Amlogic S912 ou S905X, vous choisirez la version
EmuELEC-Amlogic.arm-x.x-Generic.img.gz

Une fois téléchargé, vous pourrez utiliser l’image avec un logiciel de gestion d’images ISO classique comme Etcher ou Win32DiskImager pour l’installer sur une carte SDXC (si possible rapide).

Vous devrez ensuite modifier un fichier situé dans le répertoire “Devices Tree” correspondant à votre SoC. Les fichiers sont listés précisément et indiquent toutes les puces Amlogic supportées. Prenez le fichier correspondant, déplacez le à la racine de la carte SD et renommez le en dtb.img.

Retirez la carte et glissez là dans votre Box. Une fois la carte en place, démarrez votre solution – il sera peut être nécessaire de maintenir le bouton reset1 pour un premier démarrage, et EmuELEC se lancera et vous permettra de retrouver divers émulateurs pour vos jeux. En retirant la carte SD, vous retrouverez un système Android classique.

Le partenariat entre Beelink et EmuELEC ne signifie pas que les autres box ne seront pas aptes a lancer EmuELEC, le guide d’installation fourni par le système est compatible avec énormément de modèles. Mais Beelink devrait apporter du support au système et va proposer des machines avec les deux systèmes en parallèle. On pourra donc choisir dès la sortie du produit sur quelle image démarrer : Android TV pour de la vidéo en streaming par exemple, EmuELEC pour jouer grâce à une petite carte SD livrée.

Si vous avez une box Android sous SoC Amlogic qui traîne, vous savez quoi faire ce Week-End.

Beelink annonce un support officiel d’EmuELEC pour ses TV-Box Android © MiniMachines.net. 2020.

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande

Rien n’est officiel et il faut prendre cette information avec les pincettes de rigueur, cependant elle a du sens. Beaucoup de sens, suffisamment pour se dire que la prochaine Chromecast Ultra gagnerait beaucoup à évoluer de la sorte.

2019-06-08 16_43_21-minimachines.net

Si on regarde quelques années en arrière du côté des téléviseurs et de Google on constate deux choses. D’abord que le moteur de recherche propose deux écosystèmes différents à leur destination. D’un côté des solutions sous Android TV sous la forme de boîtiers ou d’intégrations directes au sein de téléviseurs. Mais également les solutions Chromecast. Des récepteurs d’informations plutôt neutres, que l’on pilote avec un smartphone. Si une Chromecast peut lire une vidéo sur Youtube par exemple, elle ne le fer qu’après lui avoir indiqué avec un autre appareil comment se connecter à la vidéo. Une fois les deux éléments mis en relation, plus besoin de garder son smartphone a proximité… tant que la vidéo dure. A la fin de celle-ci il faudra a nouveau demander au système de charger un nouveau contenu.

La nouvelle solution de Google serait donc de proposer une télécommande pour pouvoir utiliser la prochaine Chromecast Ultra comme un appareil indépendant. Comme une Amazon Fire TV Stick en l’occurrence. avec un système d’exploitation qui changerait également pour un Android TV classique. En clair, le futur de la Chromecast serait de se transformer en TV-Box.

On retrouverait alors toutes les fonctions classiques de ce type de produit avec en plus les fonctions Chromecast habituelles. Lecteur de films locaux, de musiques, de streaming mais en plus la possibilité de d’installer des applications plus classiques. L’ensemble de ces possibilités correspondant un peu mieux aux besoins des utilisateurs aujourd’hui et permettant à Google de faire passer la pilule de Stadia aux dispositifs. On a vu que les Chromecast Ultra avaient du mal a tenir la distance lors de sessions de Stadia, avec un nouveau design et une télécommande il serait plus simple de lancer l’application et de profiter du dispositif.

Cela ouvrirait également la porte à des applications qui vont rapidement devenir indispensables pour beaucoup. Je pense aux offres concurrentes de celles de Google. Les applications type Amazon et Netflix mais aussi Disney+ et autres développements plus locaux.

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

La Google ADT-3

Tout cela reste officieux et si l’info semble être sérieuse il faut garder en tête la possibilité que cela ne soit pas fiable. Le site 9to5Google annonce un nouveau produit sous le nom de code “Sabrina” qui pourrait proposer les même services qu’une Chromecast Ultra comme la lecture de films en UltraHD HDR en streaming. Ce produit pourrait ressembler à l’ADT-3 de Google. Une TV-Box basique, très proche des solutions Xiaomi Mi TV par exemple d’abord prévue pour les développeurs et finalement commercialisée mais en dehors du circuit officiel de Google.

Au final, avec une évolution de ce type Google aurait tout à gagner. La marque poursuivrait sa gamme Chromecast qui reste appréciée pour sa simplicité d’usage et sa compacité. Mais elle profiterait également d’un dispositif aux fonctionnalités plus larges et efficaces. Un boitier avec deux USB permettrait par exemple de connecter des manettes USB pour jouer sous Stadia mais également un duo clavier et souris.

Cela ne veut pas dire que le reste de l’offre Chromecast va disparaitre. Juste qu’au vu de son succès, de son image de marque auprès du public, Google pourrait miser sur cette appellation pour un nouvel appareil plus performant et aux compétences plus en adéquation avec le catalogue d’offre de la marque en 2020.

 

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande © MiniMachines.net. 2020.

HiGole F11APL : Un MiniPC original sous Celeron N3450

On se souvient des machines de ce type avec leur format hybride entre le MiniPC et la tablette notamment avec les engins proposés par la marque Pipo depuis 2015. L’idée de ces engins étant de proposer à la fois le côté pratique d’une solution autonome pilotée par un écran tactile et la connectique bien plus large d’un PC sédentaire.

HiGole F11APL

Le HiGole F11APL est une construction matérielle assez classique d’un point de vue composants. On retrouve un processeur Celeron N3450 Apollo Lake, un quadruple coeurs proposant 2 Mo de cache et 6 watts de TDP. Cette puce est d’ailleurs dissipée de manière 100% passive par la machine, ce qui évitera à l’engin de faire du bruit. La mémoire vive est de 4 Go et un eMMC de 64 Go embarquera le système d’exploitation. Windows 10. Un emplacement M.2 pour ajouter un SSD au format SATA 3.0 est également disponible sur la carte mère. Enfin, un lecteur de cartes MicroSD est également présent.

HiGole F11APL

Très classique et pas franchement affolant niveau vitesse, ce dispositif aura la particularité de piloter un écran tactile de 11.6″ IPS 1920 x 1280 pixels avec 5 points de contact capacitif. Cet affichage est positionné en diagonale, au dessus des composants. A la manière d’un pupitre, cette solution permet en général de piloter divers instruments. On peut très bien l’associer à une chaîne Hifi ou un téléviseur pour lancer des contenus multimédia. Certains s’en servent comme PC de caisse et j’en ai même vu dans des solutions industrielles. On peut également en profiter comme d’un double affichage puisque la solution propose une sortie HDMI classique. Mais c’est clairement des usages particuliers qui sont visés avec le HiGole F11APL. Le pilotage de machines externes, tout type de machines à en croire la lourde connectique spécialisée déployée au dos de l’appareil. 

HiGole F11APL

On retrouve donc en plus de la sortie vidéo HDMI 1.4, une prise audio 3,5 mm, deux ports USB 2.0, deux autres en USB 3.0 et pas moins de quatre ports COM : trois au format RS232 et un en RS485. De quoi piloter machines outils, tiroirs de caisse ou autres. Mais également des outils plus courants désormais comme les imprimantes 3D et autres graveuses laser. Voire des machines d’un autre niveau comme des CNC ou autres machines outils friandes de solutions comme les ports série. A noter la présence d’options intéressantes comme le Wake On Lan permettant d’activer la machine à distance via le réseau, mais aussi la possibilité de programmer son réveil à heures fixes. Il sera ainsi possible de concevoir un système totalement autonome qui se réveillera à heures fixes pour lancer une impression 3D à distance, par exemple. Une solution pour éviter totalement la gène liée au bruit de ces solutions. 

HiGole F11APL

Le HiGole F11APL propose une connectique réseau avec un port Ethernet Gigabit en plus de son Wifi5 pour piloter ces usages. Proposé à 199€ avec une disponibilité prévue pour la fin du mois de Mars, l’engin devrait apparaître sous peu sur la page de la marque.

Source : AndroidPC

HiGole F11APL : Un MiniPC original sous Celeron N3450 © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo Xiaoxin Air 14 : Un 14″ sous GeForce MX350

Le nouveau Lenovo Xiaoxin Air 14 n’a rien d’extravagant, il s’agit d’une solution 14″ FullHD 100% sRGB aux bordures fines comme on en croise depuis quelques  années sur le marché chinois. Il propose néanmoins des caractéristiques tout à fait intéressantes de par son équipement interne et les choix qui sont proposés par le constructeur.

Le processeur embarqué pourra monter dans la gamme Intel Ice Lake du Core i5-1035G1 jusqu’au Core i7-1065G7, une solution 4 coeurs et 8 threads cadencée de 1.3 à 3.9 GHz. Les puces proposeront un circuit graphique Intel Iris Plus pour 15 watts de TDP. Mais le constructeur a décidé de glisser dans le Lenovo Xiaoxin Air 14 un circuit graphique secondaire avec le nouveau GeForce MX350 et ses 4 Go de mémoire vive dédiée.

Lenovo Xiaoxin Air 14

L’engin accueillira 16 Go de DDR4 qui sera partagée avec son circuit graphique. Pour tous les usages du circuit Intel Iris, c’est  cette mémoire que le système exploitera. Par contre, lors de l’utilisation du chipset graphique Nvidia, toute la mémoire vive sera allouée au système puisque le GeForce MX350 utilisera ses propres Gigaoctets dédiés. Le circuit MX350 est construit autour de l’architecture Pascal et vient tout juste d’apparaître sur les pages de Nvidia.

Lenovo Xiaoxin Air 14

Le stockage sera confié à un SSD de 512 Go. La batterie embarquée est une 56.5 Whr qui devrait offrir jusqu’à 13.5 heures d’autonomie. La connectique est assez intéressante sur un engin de ce type. Lenovo n’a, par exemple, pas fait l’erreur de proposer un lecteur de cartes MicroSD mais bien un lecteur SDXC classique qui permettra de lire les deux formats facilement. Deux ports USB 3.1 Gen.1 Type-A seront disponibles avec un système de charge même PC éteint pour l’un des deux. Un port USB Type-C avec Power Delivery permettra de faire transiter données et énergie pour recharger le Lenovo Xiaoxin Air 14 facilement. Une sortie HDMI est également disponible ainsi qu’un port jack stéréo 3.5 mm combo. Rien d’exceptionnel mais la connectique suffisante pour un 14″ vraiment mobile.

Lenovo Xiaoxin Air 14

L’engin est réalisé dans une coque en aluminium qui lui offre un poids de 1.39 Kilo. Son clavier est rétro éclairé et sa webcam peut s’oblitérer avec un œilleton coulissant. Le clavier semble très correct et, si il n’occupe pas la totalité de la surface disponible,1 il laisse sur les bords l’espace nécessaire à l’implantation de deux enceintes stéréo qui déboucheront donc directement face à l’utilisateur. La solution est d’ailleurs estampillée Dolby dans son traitement sonore. Le pavé tactile semble profond et assez large et un détecteur d’empreintes digitales est de la partie.

Lenovo Xiaoxin Air 14
Le Lenovo Xiaoxin Air 14 devrait être disponible à la fin du mois en Chine pour un prix de départ de 5099 Yuans soit 670€ en version Core i5 16/512 Go et 5899 yuans soit 770€ en core i7 16/512 Go . Le design de cette machine est similaire à de nombreux produits de la marque déjà présent à son catalogue Européen.

Un Ideapad devrait donc logiquement rapidement proposer le même materiel… A une date totalement inconnue. Le calendrier reste profondément troublé pour le moment et on ne sait pas du tout quand la distribution reviendra à la normale.

Sources : Gizmochina et Liliputing

Lenovo Xiaoxin Air 14 : Un 14″ sous GeForce MX350 © MiniMachines.net. 2020.

Shuttle NC03B, un MiniPC spécialisé dans la capture vidéo

Le Shuttle NC03B est un MiniPC d’allure assez classique et de format ultra compact. Avec un encombrement d’un litre seulement, il ressemble aux propositions classiques de la concurrence. Il propose cependant une fonction inhabituelle, un port HDMI en entrée qui permettra de capturer un signal audio vidéo depuis une source extérieure.

Ce Shuttle NC03B est avant tout un MiniPC complet avec son équipement classique. La marque est partie sur des puces Intel Core i5-7200U et i7-7500U Kaby Lake au TDP de 15 watts et proposant un circuit graphique Intel HD 620. La mémoire vive est répartie sur deux slots SoDimm DDR4 avec 8 Go installés par défaut en double canal mais pouvant logiquement évoluer vers 32 Go au besoin.

Le stockage de base est un SSD 128 Go au format M.2 PCIe NVMe mais une baie d’extension SATA3 2.5″ est également intégrée pour ajouter plus d’espace de stockage. Un élément important puisque le Shuttle XPC Streaming Box est prévu pour encoder des vidéos H.264 en 1080P à la cadence de 60 images par seconde au maximum. Un flux qui demandera évidemment beaucoup d’espace de stockage.

NC03B

La connectique est assez large avec en façade deux ports USB 3.1 Gen1, le premier au format USB Type-A classique et le second en USB Type-C. Ce panneau avant propose également 2 LEDs témoins d’activité du disque et d’allumage et le bouton de démarrage de l’engin.

NC03B

Sur la face arrière, on retrouvera un port d’entrée HDMI qui permettra de capturer le signal vidéo et audio d’une source externe. Une sortie au même format, un DisplayPort, deux ports USB 2.0, un Ethernet Gigabit et un port jack audio 3.5 mm stéréo combo. A noter que la partie audio est isolée pour que la gestion en capture ne soit pas sujette à des parasitages électriques du reste de la machine.

Le boitier du Shuttle NC03B mesure 14.2 cm de large comme de profondeur et 4.2 cm d’épaisseur. Il est fourni avec un adaptateur VESA pour une accroche facile derrière un écran ou un meuble. La machine est livrée par défaut sous Windows 10 Home avec OBS de Streamlab pré-installé.

Pas encore de tarif pour cette machine, sa fiche produit n’est pas non plus mise en avant sur le site du fabricant

Shuttle NC03B, un MiniPC spécialisé dans la capture vidéo © MiniMachines.net. 2020.

Un très joli concept de boiter pour Raspberry Pi

On retrouve un système classique de châssis de base en acier qui enferme la carte et un support qui vient coiffer l’ensemble. Cette seconde partie est réalisée en cuivre pur.

Tadej Logar

Le toit du boitier est composé de fines ailettes en cuivre afin d’augmenter l’échange de chaleur du métal avec l’air ambiant. Réalisé d’un seul bloc, ce gros bloc vient également se poser sur le SoC Broadcom de la carte pour transmettre directement les watts qu’il génère directement au métal. 

On imagine un raccord réalisé en pâte thermique entre la puce et le cuivre. L’ensemble est bien proportionné et permettrait à une solution sous Raspberry Pi de fonctionner totalement passivement malgré de fortes demandes. A vrai dire, les Raspberry Pi 3 n’ont pas forcément besoin de tant d’égards pour fonctionner sans ventilation, un dissipateur classique fonctionne déjà très bien. Ce genre de concept aurait plus de sens sur une solution Raspberry Pi 4.

Tadej Logar

Cela reste néanmoins un concept, comme le souligne FanlessTech, la densité des ailettes semble être plus esthétique que pratique et elle serait surement contre productive. Autre problématique, ce type de design en cuivre aurait un coût important. Non seulement à cause de la quantité de matériau et de son prix mais également parce que la création de ce type de forme en métal demande des compétences, du temps et un matériel particulier. 

Bref, il y a de bonnes chances que ce concept reste un concept même si le recours à du cuivre serait probablement une bonne idée pour ce type de solution aujourd’hui.

Source : Tadej Logar

Un très joli concept de boiter pour Raspberry Pi © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo Smart Frame : un tableau 21.5″ IPS pour décorer vos murs

Avec 21.5″ de diagonale, le Lenovo Smart Frame peut afficher des images grand format à la fois en mode portrait ou en mode paysage. Piloté par un SoC Mediatek MTK 8187S, le cadre propose une image IPS de 21.5″ en 1920 x 1080 pixels. On est loin d’un affichage UltraHD mais tout de même largement au dessus de ce que proposaient les cadres photo-numériques de l’époque.

L’idée est donc d’afficher des images issues de votre smartphone facilement avec une application de partage qui enverra vos données via Bluetooth. Le Lenovo Smart Frame propose un module Bluetooth 5.0 et un Wifi5 pour se connecter facilement. Il embarque également un micro1 et une paire d’enceintes stéréo deux fois deux watts. On imagine que la solution devrait pouvoir afficher également des vidéos.

L’objet a été assez travaillé avec des angles uniformes de 85°, une protection anti-reflets et un système de capteur de lumière ambiante pour s’adapter à la luminosité de son environnement. Un accéléromètre permet de détecter le positionnement de l’écran pour adapter l’affichage.

Lenovo Smart Frame

L’alimentation est assurée par un Pogo Plug qui transmet le courant depuis un adaptateur mural. Une bonne idée qui permet d’effectuer sans soucis les rotations du cadre directement contre le mur. Le système livré, qui permet une fixation simplifiée grâce à un niveau à bulle intégré, est livré avec un adaptateur secteur. A noter le petit détail d’un système bloquant le câble d’alimentation dans le support pour éviter qu’il ne soit retiré par erreur. Le cadre lui même dispose d’une prise jack compatible pour être employé sans support en le posant sur une béquille ou sur un meuble.

Lenovo Smart Frame

Le cadre du dispositif pourra également être facilement remplacé pour une autre finition. Enfin, un détecteur de gestes en façade permettra de changer d’image en glissant sa main devant le cadre.

Lenovo Smart Frame

Le prix aux US devrait être de 399€ pour une disponibilité en Août 2020. Pas encore d’information précise pour l’Europe. L’objet est bien construit et la finition pour une fois agréable. Contrairement aux cadres photo numériques qui proposaient à la fois une mauvaise image et des fonctions souvent très médiocres, ce Lenovo Smart Frame semble avoir été plus réfléchi et enchâssé avec plus de goût. C’est typiquement le genre de produit qui trouverait sa place auprès de parents éloignés ou qui permettrait de partager des images facilement avec toute la famille.

Lenovo Smart Frame
Reste que pour ce tarif et un peu d’huile de coude, il doit être possible de construire une solution de même type sur  une base de Raspberry Pi associé à un écran IPS standard de même diagonale. Avec un bon cadre classique, on doit pouvoir arriver à une solution aussi efficace et probablement beaucoup moins chère. Un cadre photo qui pourra en prime afficher des informations supplémentaires sans intégrer un microphone dans son châssis.

Lenovo Smart Frame : un tableau 21.5″ IPS pour décorer vos murs © MiniMachines.net. 2020.

Asus rajeunit les composants de son VivoStick

Vous vous souvenez des Asus VivoStick ? Des MicroPC sous la forme d’une clé qui se branche via une prise HDMI directement au dos d’un écran. Ces machines ont eu leur heure de gloire il y a quelques années mais ont depuis quasiment disparu des offres constructeur. Intel a abandonné ses Compute Stick et MeLE ne donne pas de suite à ses PC Stick

VivoStick

Reste un survivant donc, le VivoStick TS10-B174D qui passe d’un Windows 10 classique à une version Pro. Un indice suffisamment clair sur la destination de cet engin. Ce type de solution a simplement disparu des offres classiques de la marque mais doit continuer de trouver un public professionnel pour des usages en tant que client léger par exemple. Des PC que l’on associe simplement à un clavier, un lecteur de code barre et un écran pour devenir des machines que vous pourrez croiser dans les  allées d’une grande surface de bricolage par exemple.

VivoStick
Pas besoin de performances folles donc et le nouveau modèle conserve logiquement le même processeur Intel Atom x5-Z8350, une solution surtout choisie pour son excellent rapport performances consommation. La puce lancée en 2016 a un SDP de 2 watts  qui convient très bien à ce type de format.

Le nouveau VivoStick aura donc droit à 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage eMMC. Suffisamment pour piloter plus confortablement une application au sein de Windows 10 Pro. On garde les mêmes fonctionnalités que le précédent modèle avec un Wifi5, du Bluetooth 4.0, des ports USB 3.0 et USB 2.0, un port jack audio 3.5 mm et un port MicroUSB pour alimenter le tout.

VivoStick

Le nouveau modèle d’Asus est, pour le moment, prévu pour une sortie à la fin du mois au Japon. Aucune info sur une éventuelle sortie en Europe. Je ne suis de toutes façons pas persuadé que le marché soit si large que cela. A moins qu’une nouvelle puce reprenne le flambeau des Atom Cherry Trail avec des TDP très bas et un tarif abordable, il n’y a pas de raison que le marché se replonge dans ce type de format.

Sources :  AnandTechHermitage AkihabaraKakaku et Lilipting

Asus rajeunit les composants de son VivoStick © MiniMachines.net. 2020.

❌