Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Acer met à jour sa gamme ConceptD destinée au secteur de la création

Par : Shadows

Après l’annonce de la gamme ConceptD en 2019, Acer se devait évidemment de proposer régulièrement des nouveaux produits et d’installer sa marque dans la durée. C’est chose faite avec les dernières annonces du groupe, et nous vous proposons donc un point sur les produits présentés récemment.

Côté stations de travail, on note ainsi le ConceptD 100, destinée aux tâches de 2D et de 3D légères. Plus compacte que le reste de la gamme (ConceptD 500, 700 et 900), cette tour est aussi moins musclée avec un Intel Core i5 de 9ème génération. Egalement au menu, une carte NVidia GeForce ou Quadro, du stockage SSD M.2 PCIe ou encore jusqu’à 32Go de RAM.
Petite et peu bruyante (moins de 40 dbA, promet Acer), la tour ConceptD 100 saura se faire discrète dans un petit studio et des utilisations qui ne sont pas trop gourmandes. Pour des usages 3D exigeants, en revanche, il faudra se tourner vers ses grandes soeurs évoquées plus haut.

En ce qui concerne les ordinateurs portables, le ConceptD 3 Ezel est un concept intéressant. Il dispose d’une charnière spécifique permettant de replier l’écran dos au clavier, et donc de faire de l’ordinateur une sorte de tablette épaisse. Un point d’autant plus intéressant qu’un stylet (4096 niveaux de pression) est fourni. On appréciera d’ailleurs la présence d’un emplacement de stockage/recharge intégré à la machine.
Acer précise que la charnière devrait supporter sans broncher au moins 20 000 cycles de rotation de l’écran.

L’Ezel propose un Core i7 10ème génération, des caractéristiques pouvant aller jusqu’à un GPU Nvidia GeForce 1650 ou une Quadro T1000, un SSD PCIe de 1To, 16Go de Ram.
Le tout pour 40 décibels maximum là encore, et avec écran 14 ou 15,6 pouces, Delta E inférieur à 2.

On regrettera ici la limite de mémoire vive, les 16Go pouvait vite être contraignants sur certains usages.

Notez également, si la charnière ne vous intéresse pas, qu’un modèle ConceptD 3 « tout court » est aussi proposé.

Enfin, Acer dévoile de nouveaux écrans.

Le CM3 propose une dalle IPS 4K 27 pouces, 99% de l’espace Adobe RGB, un Delta E inférieur à 2 et une certification Pantone. Les angles de vue devraient être particulièrement larges (178°), et l’engin dispose d’une casquette de protection contre la lumière parasite, d’un capteur de lumière intégré.
Enfin, il est compatible avec la norme VESA Certificated DisplayHDR 400 et le système AMD FreeSync.

En parallèle, Acer lance aussi le ConceptD CP3 et le ConceptD CP5 , des produits plus haut de gamme qui proposent respectivement 4K UHD et WQHD, overclock du rafraîchissement allant jusqu’à 144Hz/170Hz.
Pour le reste, on retrouve une dalle IPS 27 pouces, un Delta E inférieur à 1, la compatibilité DisplayHDR 400, la validation Pantone,un capteur de lumière pour adapter la luminosité aux conditions de travail et une casquette pour abriter l’écran des reflets. Les CP3 et CP5 sont compatibles NVIDIA G-Sync.

Dans l’ensemble, ces nouveaux produits sont assez logiques dans leur positionnement : ils viennent compléter une gamme qui compte 11 modèles d’ordinateurs portables et 4 tours (avec évidemment des variantes en fonction de la personnalisation), 6 modèles de moniteurs. Acer poursuit donc sa stratégie et l’ajout de produits permet de proposer une segmentation plus fine du marché.

La disponibilité des différents produits annoncés est étalée dans le temps, certains étant disponibles dès juillet tandis que d’autres nécessiteront de patienter jusqu’en octobre.

Pour plus d’informations sur la gamme ConceptD, on consultera le site d’Acer.

Canard PC Hardware 45 est en kiosque

Le dernier Canard PC Hardware (45) est en kiosque. Le numéro du confinement, un peu plus court que d’habitude, parle de plusieurs choses intéressantes (évidemment).

D’abord, vous trouverez un dossier sur le cloud gaming, un truc qui va avoir de l’importance avec les Mac ARM vu que Windows ne sera plus de la partie. Ensuite, un dossier sur les consoles Next Gen : que valent la PlayStation 5 et la Xbox Series X ? Le dossier utilise évidemment les informations disponibles actuellement, mais la comparaison avec un PC peut être intéressante. Il y a aussi un dossier sur Stopcovid, l’application inutile du gouvernement et ses mauvais choix.

Le magazine parle aussi de RNT – la radio numérique -, de l’histoire du MP3, de la VR (oui, ça existe encore) et il y a même quelques tests (le télétravail forcé n’a pas permis d’en faire beaucoup).

Si vous avez envie de faire vvre la presse, c’est le moment d’aller l’acheter ou de le commander sur la boutique de Canard PC.

Bluefish444 Announces video I/O compatibility with Aximmetry’s Virtual Studio Software

KRONOS K8 and Epoch SDI I/O for real time 3D graphics for broadcast and entertainment North Melbourne, Australia, 23rd June 2020 – Bluefish444, manufacturer of the professional video industry’s highest-quality uncompressed 4K SDI, ASI, Video Over IP & HDMI I/O cards and mini converters, has announced SDI I/O support for real time 3D graphics ands ...

The post Bluefish444 Announces video I/O compatibility with Aximmetry’s Virtual Studio Software appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions

SDK for macOS and OS X joins existing Windows and Linux developer offerings June 23, 2020 — Nanjing, China: Magewell – the award-winning developer of innovative video interface and IP workflow solutions – has expanded its support for the Mac platform with a new SDK for the company’s popular PCI Express capture cards and plug-and-play, ...

The post Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Odroid-H2+ : une nouvelle carte sous Celeron J4115

La carte Odroid-H2+ de Hardkernel mesure 11 cm de long comme de large sur une épaisseur de 4.3 cm. Ce format hybride un peu bizarre n’est pas spécialement pensé pour intégrer un boitier classique mais plutôt venir équiper un projet personnel ou professionnel. La carte est en effet taillée pour venir à bout d’énormément de tâches.


ODROID-H2+
La base de la carte Odroid-H2+, c’est un processeur Intel Celeron J4115, une puce pas encore officiellement annoncée par Intel mais que l’on a déjà vu sur le Chuwi Larkbox. Il s’agit d’un quatre cœurs Gemini Lake Refresh, cadencés de 1.8 à 2.5 GHz, associés à un circuit graphique Intel UHD 600 avec 12 EU à 700 MHz. Une solution qui devrait proposer des capacités plus que correctes.

Surtout que les choix opérés par Hardkernel sont excellents ! Le fabricant n’a pas hésité à intégrer un double slot So-DIMM DDR4. Cela suppose que la machine pourra embarquer jusqu’à 32 Go de mémoire vive en double canal. Mieux encore, la petite solution peut piloter un port M.2 uniquement compatible PCIe x4 NVMe ainsi que deux SATA 3.0 et un eMMC. Trois solutions de stockage différentes et quatre unités possibles par défaut. On pourra construire aisément un système avec un démarrage en NVMe ultra rapide et du stockage de masse en SATA 3.0.

ODROID-H2+

Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là avec pas mal d’autres bonnes intégrations connectiques. La carte propose pas moins de deux ports Ethernet Gigabit pour adresser deux réseaux différents. Elle promet également deux sorties vidéo avec un port HDMI 2.0 et un DisplayPort 1.2. Enfin, elle propose pas moins de quatre ports USB Type-A, deux en USB 2.0 et deux en USB 3.0. La partie audio est également complète avec deux jacks audio séparés pour casque et micro mais également une sortie S/PDIF optique. Enfin, pas moins de 24 broches sont disponibles pour piloter des extensions externes.

ODROID-H2+

Proposée à 119$ directement chez Hardkernel, la solution est très intéressante pour de multiples usages. Elle pourra piloter une solution domotique, servir de serveur d’appoint ou de carte de développement. Parfaitement silencieuse avec son gros dissipateur en aluminium qui encaisse les 10 watts du processeur, elle pourrait également venir se glisser dans une solution multimédia ou le circuit graphique ne démériterait pas en décompression vidéo et audio grâce à sa connectique numérique complète.

ODROID-H2+

La carte est en effet capable de prendre en charge deux affichages UltraHD en parallèle, ce qui lui ouvrira sans doute les portes d’usages d’affichage numérique. La Odroid-H2+ propose également un pilotage CEC via une carte d’extension à connecter à ses broches d’extension. La carte propose même des fonctions de Wake-On-Lan pour être totalement pilotée à distance via un réseau. Un connecteur pour ajouter un ventilateur est également disponible afin de glisser la solution dans des boîtiers étroits. Deux boutons et quelques LEDs terminent le listing de l’équipement de cette solution originale : un premier pour démarrer l’engin, l’autre pour un reset système. 

ODROID-H2+

Compatible Windows et Linux,1, la Odroid-H2+ est une solution très complète qui ouvre pas mal de perspectives d’usages. 

Source : Harkernel et CNX-Software

Odroid-H2+ : une nouvelle carte sous Celeron J4115 © MiniMachines.net. 2020.

PS5 : Sony présente la console et les manettes

Par : Shadows

Outre des jeux somptueux, Sony a dévoilé hier soir le design de la future PS5. Ou plutôt les designs : la console se déclinera en fait en deux versions, avec ou sans lecteur de disque. Attention toutefois, cette dernière version, la « Digital Edition », implique que vous ne pourrez pas revendre ou acheter des jeux d’occasion puisqu’elle ne s’appuiera que sur le dématérialisé. Son prix sans doute réduit impliquera donc un sacrifice.

Pour le reste, une robe blanche et futuriste a été choisie, avec des accents de bleu que l’on retrouve sur les nouvelles manettes sans fil DualSense. Ces dernières disposent notamment de détecteurs de mouvement.

De belles images nous sont proposées dans les vidéos ci-dessous, mais sans vraiment offrir plus de détails sur les caractéristiques techniques de la PS5. Nous devrions en savoir plus d’ici le lancement effectif, prévu pour la fin de l’année à un prix encore non officialisé.
On retrouvera évidemment en face la future Xbox Series X de Microsoft : un duel sans merci commencera alors. Quelle qu’en soit l’issue, une chose est certaine : ces nouveaux produits devraient permettre des avancées techniques majeures du côté des jeux, surtout si certaines promesses (comme une gestion particulièrement optimale du stockage chez Sony) sont tenues.

L’article PS5 : Sony présente la console et les manettes est apparu en premier sur 3DVF.

Magewell Expands Recording and Live Streaming Capabilities in Ultra Stream Encoders

Free firmware update adds new recording modes for internal and USB storage, RTSP protocol support, and more May 26, 2020 — Nanjing, China: Magewell has released a new upgrade for its award-winning Ultra Stream family of live streaming encoder hardware that further enhances the devices’ exceptional ease of use and versatility. Available in all new ...

The post Magewell Expands Recording and Live Streaming Capabilities in Ultra Stream Encoders appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Akai’s new MPC Live II: a standalone tool with built-in monitors

Akai Professional is back with a new piece of gear: the launch of the MPC Live II. The latest member of the MPC family is the first of its kind to offer a unique, handy feature for producers everywhere: built-in stereo monitors. It also comes with a swath of features that includes standalone production capabilities, […]

The post Akai’s new MPC Live II: a standalone tool with built-in monitors appeared first on DJ TechTools.

Moog releases new synthesizer: The Subharmonicon

Moog is back with the launch of their newest synthesizer: the Subharmonicon. It’s a semi-modular polyrhythmic analog synth with a 6-tone sound engine and a multi-layered clock generator. The Subharmonicon was built, according to Moog, to “explore the world of subharmonics, polyrhythms, and the unique relationships they create.” The Moog team continued on to describe […]

The post Moog releases new synthesizer: The Subharmonicon appeared first on DJ TechTools.

Odroid-C4 : une carte de développement sous Amlogic S950X3

La nouvelle Odroid-C4 est proposée pour cinquante dollars et elle embarquera un Amlogic S905X3. Un SoC quadruple coeur ARM Cortex-A55 cadencé à 2 GHz associé à un chipset Mali-G31MP2 cadencé à 650 MHz. Un duo très efficace qui, sans avoir les performances les plus folles en 3D, permettra notamment de décompresser tout type de signaux vidéo.


ODROID-C4
Sur la carte Odroid-C4, on retrouvera également 4 Gigaoctet de mémoire vive qui permettra de piloter divers systèmes d’exploitation plutôt confortablement ainsi que de 8 à 64 Go de stockage eMMC optionnels. En prime, la solution, proposera les fameuses 40 broches compatibles Raspberry Pi qui font tout l’intérêt de ces cartes. 

ODROID-C4

ODROID-C4

ODROID-C4

Cela fait de cette solution une alternative aux Pi 4, avec des petits avantages comme un SoC plus rapide pour certains postes et ausi moins gourmand selon les dires de Hardkernel.

ODROID-C4

Parmi les inconvénients… il y en a plusieurs. Si la Odroid-C4 propose un Ethernet Gigabit, elle n’a pas de module Wifi et Bluetooth comme la Pi. Leur usage devra se faire au travers de solutions externes, probablement implantés sur les ports USB. Ce qui limitera d’emblée le nombre de ceux-ci. La carte propose pas moins de 4 ports USB 3.0 Type-A (donc deux de plus que la Pi4) et un port Micro USB Host. La sortie vidéo est pilotée par un HDMI 2.0 ce qui lui permettra de prendre en charge un affichage UltraHD à 60 Hz avec gestion du HDR et du CEC. Une sortie audio jack 3.5 mm stéréo est présente ainsi qu’une solution S/PDIF mais de manière optionnelle sur 7 broches prévues à cet effet. Enfin, un capteur infrarouge peut être branché sur des broches dédiées pour piloter la carte avec une télécommande classique.

ODROID-C4

Un lecteur de cartes MicroSDXC UHS-I est bien présent en plus du stockage en eMMC pour plus de capacité de stockage et peut être le démarrage de plusieurs systèmes.

La carte mesure 8.5 cm par 5.6 cm et pèse 59 grammes en comptant son dissipateur thermique fourni. L’alimentation est une 12V / 2A et la carte est annoncée comme supportant Android, et Linux. Des versions d’Android 9 et d’Ubuntu 20.04 sont disponibles au téléchargement.

ODROID-C4

Un boitier sur mesure est également proposé à 4.5$

Cette carte Odroid-C4 est, ma foi, assez intéressante car elle offre des capacités variées. L’absence de Wifi est problématique puisque au vu de la différence de prix avec une Raspberry Pi-4 (quelques euros), il sera peut être plus rentable de choisir une solution de la Fondation qu’une Odroid pour un usage multimédia. Mais cela n’empêche pas la puce Amlogic d’avoir son intérêt, surtout avec 4 ports USB 3.0 pour piloter, par exemple, des stockages externes. L’idée de monter une solution avec un port Ethernet sur USB 3.0 en plus du port Gigabit déjà présent est également à creuser. Si on conjugue cette option avec les trois ports USB 3.0 restant pouvant piloter des stockages externes, on a de quoi imaginer une solution réseau intéressante.

La carte pourrait également avoir un intérêt dans une solution type couteau suisse multimédia et  domotique. Les atouts du SoC Amlogic S950X3 en plus de cette connectique particulière pourraient avoir des débouchés plus vastes que ceux proposés par les concurrentes habituelles. A suivre donc.

Le Wiki de Hardkernel

Odroid-C4 : une carte de développement sous Amlogic S950X3 © MiniMachines.net. 2020.

Les matrices de Maya à votre service

Par : Shadows

Cédric Lenhardt, artiste 3D généraliste mais également enseignant au sein de l’école Emile Cohl, annonce le lancement d’une série de tutoriels francophones autour de l’utilisation des matrices dans Maya (et notamment sa version 2020).

Voici la première vidéo de cette série ; les suivantes seront proposées sur Vimeo.

Récemment, certains étudiants me demandaient en quoi le nouvel attribut “.offsetParentMatrix” pouvait changer la donne dans MAYA 2020…

Voici un premier exemple assez simple de ce que l’on peut faire avec cet attribut : effectuer un “Freeze” des coordonnées tout en conservant les axes d’orientation !

L’article Les matrices de Maya à votre service est apparu en premier sur 3DVF.

Canard PC Hardware 44 est en kiosque

Je profite du World Backup Day (oui, c’est aujourd’hui) pour vous parler du numéro 44 de Canard PC Hardware. La raison ? Il parle de sauvegardes.

Comme tous les trimestres, Canard PC Hardware est en kiosque. Si vous êtes abonné, vous l’avez peut-être déjà reçu, mais dans le cas contraire, il est disponible chez votre revendeur préféré. Vos marchands de journaux ont le droit d’être ouverts et quand ils le peuvent matériellement, ils le sont, donc vous y trouverez votre magazine. Mais restez prudents : respectez les consignes sanitaires, évitez de multiplier les sorties, groupez vos courses à faire.

Le magazine, donc. Il propose deux gros dossiers thématiques. Le premier porte sur la sauvegarde. Comment faire ? Sur quoi ? A quelle fréquence ? Bon, si vous avez un Mac… vous utilisez Time Machine, mais tout le monde n’utilise pas macOS ou iOS. Le second dossier porte sur l’accessibilité pour les personnes avec un handicap physique. Et plus spécifiquement dans les jeux vidéo : comment ils jouent, avec quoi, etc. J’en ai profité pour tester et expliquer comment fonctionne la manette de Microsoft et les accessoires de Logitech.

Dans la suite, Oni et moi avons testé des cartes graphiques, des processeurs (32 coeurs, mieux que le Mac Pro !), une brosse à dents connectée, du Wi-Fi 6, etc. On parle aussi du bug de l’an 2000 et de celui de l’an 2020, de Windows que vous ne connaissez pas, etc.

Si vous n’êtes pas abonné (Comment ? Pourquoi ?), il est donc en kiosque. Et normalement bientôt en ligne exceptionnellement.

Varjo XR-1 : nos impressions sur le casque de réalité mixte à 12 000€

Par : Shadows

L’an passé, nous avions profité du salon Laval Virtual pour tester le Varjo VR-1, un casque de réalité virtuelle haut de gamme proposant une définition particulièrement élevée sur le centre de l’image.

A l’occasion d’un évènement organisé par la société Immersion, nous avons pu nous frotter cette semaine à son petit frère : le Varjo XR-1, aux caractéristiques alléchantes mais au tarif deux fois plus élevé : 12 000€. Restait donc à savoir si les innovations proposées justifiaient ce montant.

Un concentré de technologies

Avant toute chose, quelques détails techniques : les casques Varjo proposent un système d’affichage complexe. Outre un écran classique pour l’affichage, chaque oeil dispose d’un second écran, plus petit, haute définition et placé à 90° du premier. Un miroir semi-réfléchissant permet alors de combiner les deux affichages : l’oeil a l’impression de voir une zone centrale particulièrement définie.

Varjo Technologies

Ce système d’affichage avait su nous séduire l’an passé sur le VR-1 : même si gestion de la frontière entre les deux écrans était perfectible, le fait d’avoir une zone centrale d’une résolution équivalente à celle de l’oeil humain était un bond en avant massif pour ce genre de produit.

Le XR-1 va plus loin : il s’appuie sur une version révisée du VR-1 (le bien nommé VR-2) et propose notamment un réglage automatique de l’écartement des yeux, le tracking du regard ou encore la captation de la profondeur. Le produit dispose de deux caméras à l’avant qui permettent de proposer une réalité augmentée parfaite. En effet, là où un Microsoft Hololens n’affiche que des “hologrammes” semi transparents et très dépendants de l’éclairage extérieur, le XR-1 peut combiner flux vidéo et éléments 3D sans problème de transparence.

Concrètement, il nous a par exemple été possible d’expérimenter avec du chromakey en temps réel, à l’aide d’un fond vert et de feuilles de papier, qui permettaient d’afficher une scène 3D. De quoi imaginer des usages en production virtuelle : il devient possible d’avoir un aperçu d’un décor virtuel, sans pour autant se couper de l’extérieur (discuter avec/regarder des personnes situées sur le plateau reste possible), et tout en disposant d’un affichage vidéo assez précis pour, par exemple, lire des notes sur une feuille. Parfait pour éviter d’enlever et remettre le casque en permanence.

Une seconde démo nous plaçait dans un modèle de voiture 3D, avec gestion de la profondeur : notre main s’effaçait si elle passait à travers le volant ou derrière le tableau de bord virtuel.

Exemple des capacités du XR-1 : l’utilisateur voit à la fois sa main ainsi qu’un système de pilotage réels et des décors 3D

Quelques défauts…

Bien évidemment, le XR-1 n’est pas parfait. Il est tout d’abord assez lourd (1,3kg), même si son côté confortable (y compris avec lunettes) fait en partie oublier ce poids. En outre, on reste ici sur un casque filaire.

La zone d’amélioration la plus notable se situe cependant, selon nous, au niveau de l’affichage vidéo du monde réel : le taux de rafraîchissement (60/90Hz selon la zone de l’écran) mériterait d’être sensiblement amélioré. La latence (inférieure à 15ms) est tout à fait acceptable mais des gains à ce niveau sont toujours appréciables. Enfin, l’affichage est dépendant des deux caméras situées à l’avant du casque, ce qui décale donc notre regard de 5cm environ vers l’avant : l’ensemble de ce qui nous entoure semble du coup 5cm plus près que d’habitude, ce qui peut surprendre lorsqu’il s’agit d’éléments proches (typiquement, la propre main du porteur du casque).

… Mais une vision du futur

Si ce dernier point est délicat à améliorer (un ré-agencement du casque permettant potentiellement de limiter cet effet), les deux premiers dépendent essentiellement de la puissance de calcul disponible. Une bonne nouvelle, donc : avec les futures cartes graphiques du marché, des améliorations seront au rendez-vous.

Le tarif du XR-1 (12 000€ HT environ chez Immersion, son distributeur en France) le limite clairement à des usages précis chez de gros comptes industriels, il donne une bonne idée de ce que seront, sans doute, les casques de demain : des systèmes mêlant virtuel et réel, avec gestion de la profondeur et un affichage toujours plus précis, toujours plus proche des capacités de l’oeil humain. Avec au passage, on peut l’espérer, une chute drastique des prix.

De quoi espérer des cas d’usage toujours plus larges, de la production virtuelle à la réalité mixte dans les musées, en passant par de nouveaux usages marketing ou des oeuvres en réalité mixte toujours plus riches.

Autre cas d’usage du XR-1, ici avec chromakey temps réel

L’article Varjo XR-1 : nos impressions sur le casque de réalité mixte à 12 000€ est apparu en premier sur 3DVF.

La Radeon Pro W5500 en test : que vaut la carte d’AMD ?

Par : Shadows

A découvrir chez nos confrères de Develop3D, un test de la carte graphique Radeon Pro W5500 d’AMD.

Ce produit se situe en face de la Quadro P2200 de NVIDIA en termes de positionnement tarifaire et de marché ; toutes deux visent en particulier le secteur du CAD, et le test de Develop3D est orienté en conséquence.
La conclusion du test est plutôt positive, mais note cependant que NVIDIA va sans doute bientôt réagir sur ce segment.

L’article La Radeon Pro W5500 en test : que vaut la carte d’AMD ? est apparu en premier sur 3DVF.

Looking Glass : des écrans “holographiques” jusqu’en 8K

Par : Shadows

En 2018, nous avions relayé la campagne de financement participatif d’un projet d’écran relief sans lunettes. Si l’idée est loin d’être nouvelle, le concept et la technologie employés devaient résoudre une bonne partie des défauts habituels de ces écrans (rendu médiocre, angles de vue limités, etc).

Depuis, le projet a bien avancé puisque les écrans Looking Glass sont désormais disponibles à la vente. Plusieurs modèles sont proposés : 8,9 pouces, 15,6 pouces pour les modèles de base, visibles dans cette vidéo :

Fonctionnant selon le principe du light field, ces écrans permettent un affichage à 60 images/seconde de 45 perspectives en parallèle. Attention toutefois, l’effet de parallaxe ne marche qu’horizontalement : baisser ou lever la tête ne permettra donc pas de voir le dessus/dessus de l’objet.

Tout dernier produit de la gamme, voici également un système d’affichage 8K, présenté comme ayant “8 fois la taille et la résolution de l’écran 8,9 pouces”.

Bien évidemment, ces systèmes d’affichage ne sont pas vendus seuls : Looking Glass offre en complément un écosystème logiciel avec un logiciel de base et des plugins/outils additionnels, qui vont du SDK pour Unity à l’importeur de modèles 3D en passant par de la gestion de photo et vidéo en relief.

Côté tarifs, enfin, ces systèmes d’affichage débutent à 600$ environ pour un kit de développement 8,9 pouces. Le tarif de la version 8K n’est pas indiqué publiquement.

L’article Looking Glass : des écrans “holographiques” jusqu’en 8K est apparu en premier sur 3DVF.

MPC One: Standalone, $699, and what the MPC Touch should have been?

Par : Dan White
Akai MPC One

Has there ever been a totally standalone MPC that’s been priced under $1,000? The MPC Touch that was released five years ago seemed like it was going to be the winner – but it still required a computer. With this new MPC One, Akai hopes to create a no-computer-needed piece of hardware that wins over […]

The post MPC One: Standalone, $699, and what the MPC Touch should have been? appeared first on DJ TechTools.

CAN 2019 – Highlights and Favourites

CAN 2019 – Highlights and Favourites
As per tradition each year, December is when we look back at the amazing work published on CAN. From ingenious machines and installations to mesmerising experiences that leverage new mediums for artistic inquiry – we added scores of projects to CAN's archive in 2019. Here are some highlights.

❌