Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Le concept car de Mitsubishi qui mise sur la réalité augmentée

Par Pierrick LABBE
Mitsubishi realite augmentee

Quelle place occuperont la réalité virtuelle ou la réalité augmentée dans les véhicules de demain ? Au-delà de la distraction, du loisir, peut-on imaginer des usages plus concrets ? C’est ce que pense Mitsubishi.

A l’occasion du Tokyo Motor Show, l’entreprise japonaise a donc dévoilé à quoi pourrait ressembler son SUV Hybrid « Mi-Tech », avec un vrai usage de la réalité augmentée au niveau de son tableau de bord, notamment pour prévenir du danger.

Mitsubishi mise sur une réalité augmentée pour votre sécurité

Avec une vidéo qui a été dévoilée à l’occasion de l’événement (voir ci-dessus), le constructeur automobile nippon imagine donc comment la réalité augmentée pourrait vous permettre de conduire même dans de mauvaises conditions de vision ou dans des environnements particulièrement hostiles. Ainsi, on peut voir la voiture pensee par Mitsubishi circuler dans un terrain très complexe qui est notamment parsemé de geysers. Or, afin de permettre aux conducteurs de les éviter, des grands messages d’alertes apparaissent en réalité augmentée sur le pare-brise. Ainsi, l’information arrive plus vite et le conducteur se trouve alors à même de réagir.

Cependant, ce système pourrait aussi s’utiliser dans un brouillard épais pour détecter de façon plus précise les autres véhicules et ainsi réduire le risque de collisions. L’objectif de ce concept-car est clairement pour Mitsubishi de faire échapper les voitures électriques du mythe de la petite citadine avec une approche plus tournée vers l’aventure. On ignore si ces pare-brises du futur seront bientôt disponibles chez le constructeur japonais mais on a le droit d’en rêver…

Cet article Le concept car de Mitsubishi qui mise sur la réalité augmentée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La démonstration de la mission Apollo 11 en AR est incroyablement réaliste

Par Pierrick LABBE
Apollo 11 démonstration HoloLens 2

Epic Games vient de dévoiler une nouvelle vidéo sur la mission Apollo 11 qui est une démonstration de ce que pourront donner les visuels en AR de l’HoloLens 2. Autant dire, le casque de réalité augmentée possède un incroyable potentiel.

Les graphiques en réalité augmentée des lunettes AR HoloLens 2 de Microsoft que l’on peut voir dans la vidéo correspondent au cas d’un flux diffusé en streaming en temps réel depuis un ordinateur de l’entreprise avec Unreal Engine. Vous pouvez voir le résultat dans la vidéo ci-dessous.

Apollo 11, l’étalon de Microsoft en réalité augmentée

On avait déjà pu découvrir Apollo 11 : Mission AR à l’occasion de Microsoft Build 2019. Il s’agit d’une recréation de la mission historique, montrant le décollage avec la fusée Saturne 5 puis l’alunissage sur notre satellite naturel et les premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune. L’ensemble des images ont été recréées à partir de données et d’images de la mission originales. Selon Epic Games, la démonstration compterait pas moins de 7 millions de polygones pour un rendu le plus réaliste possible et inclut des lumières et des ombres dynamiques, des effets volumétriques et plusieurs niveaux d’images.

Bien sûr, tout ne vient pas directement de l’Hololens 2. Les éléments holographiques sont diffusés sans fil depuis un PC en réseau avec UE 4.23, la dernière version d’Unreal Engine. On ignore encore si c’est possible simplement en ayant retour au cloud ou bien si un ordinateur est indispensable. Unreal Engine 4.23, dévoilé début septembre a été pensé spécifiquement pour l’Hololens 2. On devrait donc bientôt voir de nouveaux projets. En tout cas cette expérience Apollo 11 est incroyable.

Cet article La démonstration de la mission Apollo 11 en AR est incroyablement réaliste a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une start-up souhaite doter les chirurgiens d’une vision type rayons X en AR

Par Pierrick LABBE
Vision à rayon X chirurgiens

La start-up américaine, MediView XR, travaille sur un projet permettant aux chirurgiens de voir la zone à opérer, en réalité augmentée, comme s’ils disposaient d’une vision rayons X à la Superman. Explications…

Certaines ablations de tumeurs sont particulièrement complexes. Il faut pouvoir parvenir à atteindre la tumeur sans toucher les organes sains. Les images médicales comme un scanner, une IRM ou bien encore une tomodensitométrie permettent de visualiser, en 3 dimensions, l’intérieur du corps humain. Cela permet aux chirurgiens de visualiser la zone à opérer et définir l’angle à adopter pour parvenir à la tumeur. Cependant, une fois au bloc opératoire, seuls la mémoire et les compétences du chirurgien sont à l’œuvre. D’où l’idée d’offrir à ces derniers une vision type rayons X en 3 dimensions en réalité augmentée avant et pendant l’intervention. Voici une vidéo de démonstration qui permet de se faire une meilleure idée de l’apport de la réalité augmentée pour ce genre d’opération chirurgicale.

Une vision type rayons X au bloc opératoire

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de démonstration, les chirurgiens disposent d’une sorte de vision à rayons X avant l’opération. Ils peuvent visualiser avec précision la zone tumorale et l’anatomie aux alentours. Ils peuvent ainsi trouver le meilleur angle pour atteindre la tumeur à retirer.

Pour ce faire, le chirurgien utilise des lunettes de réalité augmentée. Dans la démonstration, ils disposent de HoloLens 2 et peuvent visualiser les images en 3 dimensions issues des images médicales prises lors d’examens antérieurs. Cette vision de type rayons X pourrait beaucoup faciliter certaines opérations d’ablation de tumeurs particulièrement complexes.

Cet article Une start-up souhaite doter les chirurgiens d’une vision type rayons X en AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

DreamWalker est un projet ultra-futuriste poussé par Microsoft

Par Pierrick LABBE
DreamWalker

Comment concilier monde réel et monde virtuel ? Permettre à des être humains de se déplacer comme on pouvait le voir dans “Ready Player One” le film de Steven Spielberg ? DreamWalker le pourrait…

Ces questions peuvent ressembler à une véritable plongée dans le futur, à quelque chose dont on serait encore très loin de se préoccuper sérieusement. Cependant, le projet de Microsoft montre que ce n’est pas le cas.

DreamWalker donne vie à l’OASIS

En voyant le film “Ready Player One“, on s’est tous un peu pris à rêver, à cette dimension technologique qui semblait encore se trouver à des décennies dans le futur, pour peu que cela soit vraiment possible. Cependant, les chercheurs de Microsoft réfléchissent déjà ces problèmes, comme on a pu le découvrir dans un rapport réalisé par l’étudiant de l’université de Stanford Jackie Yang et plusieurs chercheurs de Microsoft : Eyal Ofek, Andy Wilson et Christian Holtz. Ils ont donc mis au point DreamWalker, un système qui pourrait en théorie vous permettre de vous déplacer dans le monde réel avec le casque de réalité virtuel.

Pour cela, ils ont misé sur le  système de tracking externe du Windows Mixed Reality, deux capteurs de profondeur similaires à ceux des Kinect et la technologie GPS. Concrètement, cela pourrait vous permettre de transformer votre marche à l’épicerie du coin en une déambulation dans votre jeu favori. Reste à savoir si les joueurs ont vraiment envie de se retrouver dans le type de configuration que propose DreamWalker. Ready Player One était loin d’avoir seulement des côtés positifs !

Cet article DreamWalker est un projet ultra-futuriste poussé par Microsoft a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Nvidia annonce CloudXR pour le rendu en VR et AR d’applications avec la 5G

Par Pierrick LABBE
Nvidia CloudXR SDK

Nvidia vient de lancer le SDK de CloudXR en accès anticipé. Cela permet le streaming en réalité virtuelle et augmenté grâce au rendu de serveurs et de la communication par 5G.

L’un des problèmes de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée est la quantité énorme de calculs nécessaires pour générer les images en 3D et à 360 degrés des applications et des jeux. Cela demande notamment des cartes graphiques et processeurs très performants. Pour les smartphones et les casques autonomes c’est tout de suite plus limité et pour les PC, il faut une machine particulièrement puissante. En passant par une solution Cloud et via une communication 5G, le problème peut être contourné en ne proposant que du streaming depuis un serveur. C’est la solution proposée par Nvidia et son SDK. Voici la vidéo de démonstration.

Le CloudXR de Nvidia pourrait révolutionner l’AR et la VR

Nvidia a réalisé une démonstration convaincante de CloudXR lors du MWC de Los Angeles. La démonstration montrait un prototype d’un véhicule Mac Laren Senna qui apparaissait sur la scène de la conférence grâce à la vue en réalité augmentée reçue à travers d’un smartphone. Le streaming de rendu était envoyé via un service 5G de Verizon.

Cette communication a été réalisée entre le téléphone et le serveur doté d’une Nvidia Quadro RTX 8000 qui exécutait l’application Autodesk VRED. Le téléphone fonctionnait avec la 5G et le SDK de CloudXR du constructeur de cartes graphiques pour la réalité virtuelle. Ce SDK est aussi compatible avec OpenVR et les dispositifs basés sur Windows et Android. Le SDK est disponible en accès anticipé pour que les entreprises puissent implémenter cette connexion de streaming en réalité virtuelle et augmentée entre les serveurs et les clients.

Cet article Nvidia annonce CloudXR pour le rendu en VR et AR d’applications avec la 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Vista-AR : un programme pour rendre les sites touristiques accessibles à tous

Par Pierrick LABBE
Vista-AR

Le projet européen Vista-AR vise à démocratiser la réalité virtuelle et augmentée et permettre à certains petits sites culturels européens d’en bénéficier. Le site Tour-Mag a interrogé Jean-Baptiste Suquet, son coordinateur.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée se font petit à petit une place dans nos smartphones et dans nos vies. Cependant, il reste encore du chemin à faire comme le prouve le prouve l’expérience de ce programme européen.

Vista-AR : passer du gadget à la médiation culturelle

Interrogé, celui qui est aussi enseignant-chercheur de Neoma Business School explique l’ambition derrière le projet. « Nous souhaitons créer de nouvelles expériences visiteurs en adoptant des technologies numériques de pointe dans des sites culturels et patrimoniaux partenaires ».  D’un point de vue technologique, cela ne pose pas de problèmes. C’est cependant l’aspect économique qui pose souci. Souvent ce sont, selon lui, des élus locaux qui poussent les projets pour sembler innovants mais sans coordination sur l’ensemble patrimonial. C’est pour cela que Vista-AR se base sur trois piliers : médiation culturelle, économie et technologie.  Leur ambition ne concerne pas le Louvre, mais des petits sites et musées pour lesquels les nouvelles technologies sont souvent inaccessibles. Sur les trois prochaines années, ce ne sont pas moins de 150 sites qui devraient être intégrés à ce projet.

Comme exemple, Jean-Baptiste Suquet donne l’exemple du château de Fougères. « Typiquement, il ne reste que 3 colonnes et un bout de mur du logis seigneurial au Château de Fougères. Nous avons voulu partir sur la reconstitution du bâtiment à l’aide d’une tablette ». Le projet Vista-AR, ralenti par les connaissances scientifiques de l’institution sera finalement déployé en 2021. Dans une autre salle, les visiteurs pourront revivre une bataille du point de vue d’un soldat. Le plus difficile selon lui ? « Il y a un fossé important entre les concepteurs de la réalité virtuelle et les responsables des sites culturels. Les uns veulent mettre du fun, alors que les autres sont dans une logique de transmission des savoirs ». Deux mondes qui semblent difficiles à concilier.

Cet article Vista-AR : un programme pour rendre les sites touristiques accessibles à tous a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

« Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre

Par Pierrick LABBE
Agent Emerson

« Agent Emerson » est un thriller filmé à la première personne à 360°. Il sera lancé sur Oculus et tous les casques de réalité virtuelle pour PC le 22 novembre. On fait les présentations.

Il n’y a pas de la place que pour des jeux dans le domaine de la réalité virtuelle. C’est en tout cas la conviction profonde derrière ce film en réalité virtuelle. Le trailer se révèle plus que séduisant comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Agent Emerson, pensé par la VR

Vous vous souvenez sans doute de « Hardcore Henry », sorti en 2015 et qui était un film filmé entièrement à la première personne. C’est ce que l’on nous propose ici avec « Agent Emerson »,  bonus inclus d’une vision à 360°. Ce film en réalité virtuelle, qui met en scène Lyndsy Fonseca et Tony Denison, vous proposera une expérience de 15 minutes, pensée pour ceux qui ont une très forte affinité pour la réalité virtuelle.

On peut s’imaginer que le réalisateur de « Agent Emerson », Ilya Rozhkov, aura caché quelques surprises pour les spectateurs à l’intérieur des scènes. Plusieurs visionnages seront donc nécessaires pour en prendre la mesure. L’histoire est celle d’Emerson, un agent de la CIA qui se retrouve le sujet d’un programme expérimental. Son corps est entièrement contrôlé à distance par un général. Avec l’aide d’une autre agente, il va devoir lutter pour reprendre le contrôle de son corps et se battre dans le bâtiment. Pour ceux qui ont une PlayStation VR, ne craignez rien, la déclinaison pour le casque de Sony ne devrait pas tarder.

Cet article « Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

BBC abandonne la réalité virtuelle et sème le doute sur le journalisme VR

Par Bastien L
bbc vr hub abandon

La BBC annonce la fermeture de son VR Hub chargé de produire du contenu en réalité virtuelle. Une nouvelle fois, ce renoncement serait lié à des chiffres d’audience en dessous des espérances…

Il y a un peu plus de deux ans, la BBC se lançait dans la production de contenu en réalité virtuelle. A l’époque, la société britannique était convaincue que la VR avait le potentiel de révolutionner le journalisme en permettant aux spectateurs de ” vivre ” les reportages et d’éprouver une empathie que ne peuvent déclencher les autres médias.

Depuis 2017, le BBC VR Hub a ainsi produit plusieurs projets tels que le film ” Trafficked ” proposant au spectateur de se mettre dans la peau d’une femme réduite à l’esclavage, ou encore un voyage virtuel dans l’espace intitulé ” Home “. On lui doit aussi une expérience VR basée sur la fameuse série Doctor Who.

Malheureusement, l’aventure s’achève ici pour le broadcaster public du Royaume-Uni. Sur son blog, la BBC annonce cette semaine la fermeture de son VR Hub.

Le BBC VR Hub n’a pas réussi à séduire le grand public

Selon le Times of London, ces films en VR auraient attiré une audience très faible par rapport au contenu traditionnel de la société. Cependant, la BBC refuse de dévoiler le nombre de spectateurs ayant tenté ces expériences immersives.

La fermeture du BBC VR Hub vient une nouvelle fois remettre en question le potentiel de la réalité virtuelle pour le grand public, alors que Google a annoncé le même jour l’abandon de sa plateforme Daydream VR qui n’aura jamais décollé.

La VR peine, encore et toujours, à séduire les consommateurs. Par conséquent, les projets des entreprises ne sont tout bonnement pas rentables. On peut toutefois espérer que l’évolution de la technologie et la baisse des coûts permettent une démocratisation progressive au cours des années à venir…

Malgré la fermeture du VR Hub, la BBC précise qu’elle continuera à étudier les opportunités liées à la réalité virtuelle. D’autres branches de la société pourront d’ailleurs décider de créer du contenu VR en profitant des leçons apprises avec cette expérience…

Cet article BBC abandonne la réalité virtuelle et sème le doute sur le journalisme VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Portal-ble permet de manipuler des objets virtuels à la main sur smartphone

Par Bastien L
portal-ble réalité augmentée mains

Portal-ble est un système développé par des chercheurs de la Brown University. Il permet de manipuler des objets virtuels en réalité augmentée sur smartphone en utilisant ses mains…

En mêlant le virtuel au réel, les applications de réalité augmentée mobiles comme Pokémon Go proposent une expérience d’un genre nouveau. Cependant, même si les images virtuelles viennent se superposer à celles du monde réel filmées par le smartphone, les interactions se font toujours en touchant l’écran comme sur une application traditionnelle. La magie s’en trouve très rapidement estompée.

Afin de remédier à ce problème, les chercheurs de la Brown University ont développé un système logiciel intitulé ” Portal-ble “. Celui-ci permet aux utilisateurs de smartphones de placer des blocs, des meubles ou tout autre objet virtuel sur un arrière-plan réel pour ensuite les manipuler de façon réaliste et naturelle en utilisant leurs mains.

Portal-ble permet d’interagir avec la réalité augmentée de façon naturelle

Pour permettre de telles interactions, les chercheurs ont placé un petit capteur infrarouge à l’arrière du smartphone. Ce composant suit les mouvements des mains en relation avec les objets virtuels, permettant de les saisir et de les relâcher comme de véritables objets.

Initialement, les chercheurs ont voulu appliquer les lois physiques du monde réel à leur système. Malheureusement, ils se sont vite aperçus que la tâche n’était pas si aisée. Les utilisateurs tentent d’attraper les objets au mauvais endroit, ou placent leurs doigts à travers les objets. Il a donc fallu que l’équpe observe attentivement la manière dont les utilisateurs tentaient d’interagir avec ces objets pour ensuite permettre au système de s’y adapter.

Pour faciliter les interactions entre les mains et les objets virtuels, les chercheurs ont utilisé le feedback sensoriel ou des mises en lumière visuelles ainsi que les vibrations du smartphone. Ces dernières aident les utilisateurs à interagir et à ressentir un contact physique lorsqu’ils saisissent les objets virtuels. Selon les testeurs, ce feedback facilite et accélère les tâches tout en rendant les interactions plus satisfaisantes.

A l’avenir, les chercheurs envisagent d’étoffer la bibliothèque d’objets virtuels de leur système, d’améliorer les interactions et de développer de nouvelles activités. Ils comptent également permettre au système de fonctionner sur le smartphone sans avoir besoin de capteur infrarouge additionnel. A terme, ce système vise à permettre aux développeurs, aux artistes ou encore aux designers d’utiliser la réalité augmentée sans avoir besoin de porter de casque…

Cet article Portal-ble permet de manipuler des objets virtuels à la main sur smartphone a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

A Strasbourg, vous pouvez vivre une expérience vaudou en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Vaudou en réalité virtuelle

Le musée consacré aux croyances vaudou situé en Alsace propose une petite nouveauté en se lançant dans la technologie. La vidéo et l’audio sont aux menus pour donner une nouvelle dimension à l’expérience des visiteurs.

Que l’on croit ou pas aux rituels magiques,  c’est une expérience en réalité virtuelle qui s’annonce dépaysante, au cœur de l’Afrique et de certaines de ses croyances ancestrales.

Deux scénarios en réalité virtuelle sur le vaudou

Au programme, deux expériences et quatre chapitres, explorant les différents aspects des croyances vaudou. Vous pouvez ainsi vous retrouver dans la hutte d’un prêtre recevant un touriste qui veut de l’aide pour réussir ses projets. Il pourra pour y répondre avoir recours à la divination, au sacrifice d’une chèvre et de multiples autres méthodes. L’ensemble est bien sûr immersif et fourmille de détails dans tous les sens. Chaque vidéo fait entre 5 et 8 minutes. L’ensemble des contenus ont été filmés au Bénin, pour un coût estimé à 55 000 euros.

Quel intérêt pour le musée ? Toucher un public toujours plus large. « Les nouvelles technologies sont partout, autant qu’elles soient aussi chez nous ! Je pense que c’est un vrai plus, aussi bien pour le public que pour l’équipe. Ça ajoute une dimension vivante au vaudou ». Côté tarif, pour accéder à ces expériences en réalité virtuelle, il faut réserver. Impossible de venir de façon inopinée et de tester. Les deux scénarios, disponibles sur des créneaux précis coûtent six euros. A terme, le musée espère bien en faire une activité rentable. Mais cela pourrait prendre du temps. Vous pouvez effectuer une réservation de scéance directement sur le site du musée ici.

Cet article A Strasbourg, vous pouvez vivre une expérience vaudou en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les Escape Room d’Ubisoft en réalité virtuelle font fureur

Par Pierrick LABBE
Escape Room en réalité virtuelle Ubisoft

C’est un développement intensif et surtout mondial qui avait quelque peu échappé aux radars. Ubisoft continue d’ouvrir des nouveaux sites d’Escape Room en réalité virtuelleet ne perd pas de temps pour ça.

Ubisoft est plutôt une entreprise qui se consacre habituellement aux divertissements à la maison. Cependant la réalité virtuelle localisée fait aussi partie des domaines qui fonctionnent à merveille comme le prouve ce chiffre.

Ubisoft décroche la palme avec ses Escape Room en réalité virtuelle

Ubisoft s’est lancé sur le créneau de la réalité virtuelle depuis 2016. Parmi ses créations majeures, on trouve notamment Eagle Flight, Star Trek : Bridge Crew, Space Junkies… Bref, plusieurs opus qui sont rapidement devenus de véritables références. Cependant, quand on parle de la réalité virtuelle localisée, l’entreprise travaille un peu plus dans l’ombre. En s’association avec le studio Blue Byte Dusseldorf, Ubisoft propose pourtant deux expériences sur le créneau des Escape Room en réalité virtuelle. On trouve tout d’abord Beyond Medusa’s Gate lancé en 2018 et Escape the Lost Pyramid sorti cette année. A chaque fois, Ubisoft mise sur une franchise qui marche déjà très bien, Assassin’s Creed.

A l’heure actuelle, on peut en profiter dans 240 sites, principalement situés aux Etats-Unis et en Europe. Un chiffre qui fournit tout simplement à Ubisoft le rôle de leader de ce marché hautement concurrentiel. L’idée du concept d’Ubisoft est simple. Mélanger la réalité virtuelle et la tendance des Escape Room. On trouve donc des expériences de 60 minutes maximales, qui peuvent être appréciées par des joueurs de différents âges. De 2 à 4 personnes peuvent en profiter en même temps.

Cet article Les Escape Room d’Ubisoft en réalité virtuelle font fureur a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Kingspray, une application en réalité virtuelle qui vous transforme en roi du graffiti

Par Pierrick LABBE
Kingspray

Dans le monde réel, les amateurs de graffiti peuvent rapidement être frustrés, notamment par la dimension légale. Cependant, en réalité virtuelle, tout est possible avec Kingspray, même pour ceux qui n’ont pas de talent.

Vous avez sans doute déjà pu tester cette application VR du studio Infectious Ape, lancée en 2016. Il va désormais désormais bientôt débarquer sur l’Oculus Quest.

Kingspray, toujours plus de liberté avec ce simulateur de graffitis

A la base, Kingspray avait été lancé en PC VR, notamment à destination de l’Oculus Rift (via l’Oculus Store), mais aussi sur Steam, touchant ainsi les propriétaires d’un Vive ou de l’Index. Désormais il est temps d’étendre un peu le terrain de chasse aux meilleurs spots pour faire des graffitis. Qu’est-ce que c’est que cette application ? C’est avant tout une expérience qui mise sur le réalisme avec des couleurs belles mais réelles, de la peinture qui coule, des aspects métalliques et surtout une multitude d’environnements et de surfaces sur lesquels laisser libre cours à votre inventivité.

Vous pourrez ainsi vous amuser à peindre des murs, des bus, des camions, la rue, dans tout ce qu’elle a de plus sauvage et de plus surprenante, sans pour autant risquer de finir en prison ou écoper d’une amende. Après son lancement, Kingspray s’était rapidement doté d’un espace collaboratif pour le multi-joueurs qui fait partie intégrante de son succès. On ignore encore quand ce sera disponible sur l’Oculus Quest, mais le trailer ci-dessus laisse déjà voir un autre jour. Autant dire que dans tous les cas, cela ne devrait pas tarder.

Cet article Kingspray, une application en réalité virtuelle qui vous transforme en roi du graffiti a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une américaine met au point un casque VR pour les maisons de retraite

Par Pierrick LABBE
Personnes âgées réalité virtuelle

Beaucoup de personnes âgées souffrent de solitude, d’anxiété et de dépression dans les maisons de retraite. Ce casque de réalité virtuelle leur permet de voyager et de s’évader.

C’est un fait connu, de nombreuses personnes âgées souffrent d’anxiété, de dépression et d’un sentiment de solitude. Cette partie du vieillissement est généralement acceptée par la famille et le personnel. Une américaine a pourtant décidé de lutter contre cela et tente d’apporter un peu de dépaysement et de joie à ces séniors grâce à la réalité virtuelle. Le concept est assez simple, permettre à ces personnes de voyager virtuellement sans bouger de leur fauteuil ou de leur chaise roulante. Explications…

Faire voyager les personnes âgées dans les maisons de retraite

Lorsque l’on demande à une personne âgée quels sont ses regrets à l’aube de sa vie, de nombreuses personnes avouent qu’ils auraient aimé avoir parcouru davantage le monde en ayant voyagé plus. C’est justement ce que Carleigh Berrygam souhaite apporter aux résidents de maisons de retraite. L’américaine de 22 ans, alors étudiante, a gagné le concours New Venture pour entrepreneurs de son école et le prix de 5.000 dollars qui l’accompagnait.

Grâce à ce petit capital, l’étudiante a fondé la start-up Vita Vita et créé un casque de réalité virtuelle destiné aux personnes âgées. Après avoir organisé quelques séances dans des maisons de retraite ou elle proposait aux résidents de visualiser des vidéos à 360 degrés de différents endroits remarquables du monde, elle a pu démarrer son activité. L’idée lui est venue après avoir constaté que sa grand-mère de 78 ans souffrait de dépression et d’anxiété.

Cet article Une américaine met au point un casque VR pour les maisons de retraite a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction

Par Pierrick LABBE
Architecture réalité augmentée

La réalité virtuelle mais aussi la réalité augmentée font une entrée remarquée dans les métiers de l’architecture mais aussi ceux de la construction. Explications et avantages de ces technologies.

La réalité virtuelle et, plus récemment la réalité augmentée, ne sont pas que des outils destinés exclusivement qu’aux jeux vidéo. Leurs applications sont multiples depuis la médecine jusqu’à la maintenance complexe dans l’industrie. Ces technologies changent les pratiques de nombreuses professions comme, par exemple, celles du bâtiment. Voici comment ces nouveaux outils bouleversent des pratiques ayant peu évolué ces dernières années.

La réalité virtuelle et augmentée dans l’architecture et la construction

L’arrivée des logiciels de dessin assisté par ordinateur, comme par exemple Autocad ou SketchUp, ont bouleversé, il y a des années de cela, le métier de l’architecture passant de plans 2D dessinés à la main à des plans en 3D représentés en 2 dimensions sur un écran informatique. Cela a rendu le travail des architectes plus simples et le rendu plus spectaculaire, permettant d’observer les plans d’une construction sous toutes les coutures.

La réalité virtuelle et augmentée offre une dimension supplémentaire en permettant de visualiser une idée de design de bâtiment directement en 3 dimensions, tant la partie extérieure que la partie intérieure et même de pouvoir se déplacer librement dans cette représentation numérique.

Les avantages sont majeurs et permettent à un potentiel client de bien visualiser le rendu final. C’est aussi un outil particulièrement efficace dans l’architecture et la construction pour la prévention des risques. Cela permet une meilleure prise de décision sur la structure du site en offrant une visualisation plus précise. L’un des autres avantages majeurs, en plus d’une présentation efficace est un gain de productivité pour les professionnels utilisant ces outils.

Des outils très efficaces pour la vente sur plan

Pour l’architecture et la construction, ces outils présentent aussi un avantage certain au niveau de la vente sur plan. Les constructeurs ont tout de suite vu le potentiel majeur apportés par la réalité virtuelle et la réalité augmentée auprès de leurs clients potentiels lors de la vente sur plan. En effet, lorsqu’un constructeur décide par exemple de construire un immeuble d’appartements ou un lotissement de maisons, il doit vendre, sur plans, les premiers départements ou maisons afin d’obtenir le financement du projet auprès d’une banque.

Il est souvent difficile pour un client potentiel de visualiser correctement comment sera sa future demeure à partir de plans fussent-ils en 3 dimensions sur ordinateur. La réalité virtuelle permet justement aux clients de s’immerger virtuellement dans ce qui pourra être l’acquisition la plus majeure de sa vie. Il pourra se déplacer dans son futur appartement ou maison, ouvrir les portes, tiroirs et se rendre compte de l’illumination de son séjour. C’est nettement plus convaincant que des plans papiers ou sur ordinateur…

 Certains constructeurs n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel à des drones pour réaliser des prises de vue aérienne de ce que sera la vue depuis les futures fenêtres du bâtiment si celui-ci compte de nombreux étages surtout si la vue est agréable et fait partie d’un des critères de vente d’un édifice. La vue sur un paysage ou la ville n’est évidemment pas la même depuis le rez-de-chaussée qu’au vingtième étage d’un immeuble.

Cet article La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Battlescar, une plongée dans le New York punk des années 70

Par Pierrick LABBE
Battlescar film VR

Le film BattleScar propose à ses utilisateurs une expérience en réalité virtuelle, à la fois entraînante et déroutante. En un mot, elle est tout simplement immanquable.

On a parfois du mal à imaginer ce à quoi pouvaient ressembler les grandes villes du monde il y a 50 ans. Ce film en réalité virtuelle, vous offre une plongée à très haute vitesse dans Big Apple des années 70.

Battlescar, ne clignez pas des yeux

Trop rapide ou trop lent ? Dans le domaine de la réalité virtuelle, c’est parfois un difficile équilibre à trouver pour les créateurs de contenus. Ceux de Battlescar ne font pas exception. Après le premier épisode, les producteurs leur ont dit que cela allait un peu trop vite, qu’il était impossible de tout voir. C’est cependant justement ce qu’il cherchait à faire, trouvant que la majorité des expériences en réalité virtuelle étaient trop lente.

Au programme, Battlescar propose donc une expérience de 30 minutes, qui se déroule sur un rythme très soutenu, avec des modes de narration différents. On y suit Lupe, un jeune Portoricain, qui fait la rencontre de Debbie, qui va l’emporter dans de nombreuses aventures et mésaventures un peu folles. C’est un ensemble qui se déguste, en lui accordant toute son attention. Cette vidéo en réalité virtuelle est surtout un maelstrom d’idées, un ensemble de concepts qui ressemble parfois à un bac à sable, comme si les créateurs avaient voulu voir ce qu’ils pouvaient imaginer. Une tentative sans aucun doute réussie, dont on se surprend à redemander très vite.

Cet article Battlescar, une plongée dans le New York punk des années 70 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’Université du Colorado mise sur la réalité virtuelle dans le domaine biomédical

Par Pierrick LABBE
Université Colorado réalité virtuelle biomédical

Dans le monde de l’éducation, l’investissement dans la réalité virtuelle reste encore un peu trop limité. Cependant, la « Colorado State University », vient de déployer tout un nouveau laboratoire dédié à l’enseignement en biomédical.

Le laboratoire, conçu pour accueillir 100 étudiants en même temps, permet de faire fonctionner des logiciels conçus sur mesure pour travailler sur des corps humains en réalité virtuelle.

Colorado State University, la réalité virtuelle au service du biomédical

Le lieu, nommé « Laboratoire d’entraînement en réalité immersive » fait partie d’une nouvelle unité dédiée à l’éducation dans le domaine de la santé et de l’enseignement biomédfical. On y trouve au total 100 casques de réalité virtuelle, regroupés par blocs de quatre qui permettent à un enseignant et plusieurs élèves de travailler en groupe. Ensemble, ils peuvent visualiser des images anatomiques 3D complexes dans un espace virtuel partagé. Le laboratoire s’inscrit dans un projet plus large d’éducation à l’anatomie qui permet d’explorer des modèles classique et ensuite de réaliser un diagnostic dans le laboratoire en réalité virtuelle.

Les étudiants travaillent ensuite aussi sur des cadavres bien réels. Ils pourront donc s’entraîner sur une dissection en réalité virtuelle avant de passer aux travaux pratiques. Le travail se révèle alors plus intuitif et peut aussi permettre une connaissance plus poussées des détails du corps humain. Du côté des équipements pour l’enseignement biomédical, on trouve 100 ordinateurs HP avec leurs casques Samsung Odyssey + et des systèmes de câbles rétractables pour une question de gestion de l’espace. La réalité virtuelle est un outil de plus en plus utilisé pour la formation et les résultats sont souvent meilleurs qu’un apprentissage classique.

Cet article L’Université du Colorado mise sur la réalité virtuelle dans le domaine biomédical a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Avengers : Damage Control revient avec de nouveaux personnages

Par Pierrick LABBE
Avengers : Damage Control

Le jeu en réalité virtuelle de Marvel Studios, Avengers : Damage Control, vient de se doter d’un nouveau trailer qui permet notamment de retrouver certains de nos personnages favoris avec grand plaisir.

Après Avengers : Endgame, on sait qu’il faut prendre notre mal en patience pour retrouver un très gros projet du côté du Marvel Cinematic Universe. Cependant, le studio n’hésite pas à se lancer dans les jeux vidéo comme le prouve ce projet.

Avengers : Damage Control, Spiderman et Ultron sont au rendez-vous

On en avait déjà eu un petit aperçu de Avengers : Damage Control à l’occasion de NYCC mais c’est désormais un vrai trailer qui se dévoile. Ce projet, porté par Marvel Studios mais surtout ILMxLab, offre une aventure spectaculaire en réalité virtuelle, un créneau encore relativement peu exploité en conjugaison avec les super-héros. Cette bande-annonce nous permet donc d’avoir un sérieux aperçu de ce qui nous attend dans le jeu.

Pour les plus curieux, dans Avengers : Damage Control, vous aurez donc la possibilité d’endosser une armure qui rendrait jaloux Iron-Man, de mettre à profit la technologie du Wakanda pour aider Shuri contre Ultron… Une sélection non exhaustive. Attention toutefois, ce n’est pas une expérience qui sera disponible sur les consoles ou casques de réalité virtuelle classique. Pour en profiter, il faudra aller, dans un premier temps en moins, dans les salles spécialisées du réseau The Void. Le lancement de l’expérience est prévu à la date du 18 octobre, en espérant que cela devienne rapidement plus accessible au grand public et pourquoi pas une version PC VR et casques autonomes.

Cet article Avengers : Damage Control revient avec de nouveaux personnages a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Holoride : le casque VR à porter dans la voiture en test à Los Angeles

Par Bastien L
holoride frankenstein universal hollywood

Holoride développe un casque VR à porter dans la voiture, dont le contenu s’adapte en temps réel aux mouvements du véhicule. Une première démonstration publique a lieu au Universal CityWalk d’Hollywood, à Los Angles, avec une expérience ” La Fiancée de Frankenstein VR ” conçue en partenariat avec Ford et Universal.

Lors du CES 2019, la startup Holoride créée par Audi dévoilait sa technologie de réalité virtuelle pour la voiture. Le concept ? Des expériences VR qui s’adaptent en temps réel au mouvement du véhicule et à la durée du trajet en se basant sur les données collectées par ses capteurs.

Ainsi, le contenu présenté dans la réalité virtuelle est parfaitement synchronisé avec les déplacements de la voiture dans le monde réel. Ceci permet aux passagers de tuer l’ennui pendant les trajets, sans pour autant être victimes de Motion Sickness et autres problèmes d’inconfort. De plus, les sensations procurées par les accélérations ou les freinages de la voiture pourront ici être exploitées par les expériences VR.

Sur le salon de Las Vegas, les visiteurs avaient pu essayer une expérience conçue en partenariat avec Audi et Disney basée sur l’univers des Avengers de Marvel. La démonstration prenait place sur un circuit spécialement déployé à cette occasion sur le stand Audi du CES.

A présent, Holoride propose une nouvelle démonstration de sa technologie. Cette fois, la démo prend place autour du Universal CityWalk situé à Hollywood, Los Angeles, Californie. Le trajet aura donc lieu sur des routes publiques et non sur un circuit.

Par ailleurs, il s’agit cette fois d’une expérience conçue en partenariat avec Ford et Universal autour du film ” La Fiancée de Frankenstein “ qui fait partie de la franchise Universal Monsters. Elle sera proposée à bord du nouveau Ford Explorer.

Holoride : une expérience ” la fiancée de Frankenstein VR ” en partenariat avec Ford et Universal

Les utilisateurs seront assis sur la banquette arrière, munis d’un casque VR et d’un contrôleur, et pourront ouvrir le feu sur des fantômes pour aider la fiancée de Frankenstein à apporter un colis pour son cher et tendre pendant un trajet de 5 à 10 minutes.

En changeant ainsi de partenaires, Holoride veut insister sur le fait que sa technologie sera compatible avec tout type de contenu et de véhicule. La firme exprime sa volonté de transformer l’expérience des passagers à l’échelle mondiale, dans le plus grand nombre de véhicules possible.

Que l’on ressente ou non le besoin de se plonger dans la VR pendant un trajet en voiture, il faut reconnaître que le concept proposé par Holoride est très intéressant. La génération procédurale de contenu VR en se basant sur des données du monde réel collectées en temps réel pourrait être appliquée de multiples façons, et il ne fait aucun doute que ce concept inspirera d’autres entreprises dans un futur proche…

On peut par exemple imaginer des jeux VR dont le contenu s’adapterait au rythme cardiaque du joueur pour l’effrayer, ou encore des expériences de VR fitness dont le contenu s’adapterait aux efforts fournis par l’utilisateur. Quels que soient les cas d’usage, le fait que les expériences VR s’adaptent en fonction du contexte renforcera considérablement la sensation d’immersion procurée.

Pour l’heure, les visiteurs du Universal CityWalk d’Hollywood pourront tester la nouvelle expérience Bride of Frankenstein VR. Elle sera proposée gratuitement entre midi et 20h, du 14 au 16 octobre 2019, puis du 21 au 23 octobre 2019, du 28 au 30 octobre, et enfin du 4 au 9 novembre 2019.

Cet article Holoride : le casque VR à porter dans la voiture en test à Los Angeles a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

The Room VR : A Dark Matter vous plonge dans les profondeurs du British Museum

Par Pierrick LABBE
The Room VR : A Dark Matter

Le jeu The Room VR : A Dark Matter sera lancé sur la majorité des casques de réalité virtuelle au début de l’année 2020. Le studio derrière ce petit bijou a dévoilé une première bande-annonce.

Fireproof Games a encore frappé. Après « Omega Agent » et surtout « The Room », le studio revient avec une nouvelle expérience très intéressante et une enquête inquiétante dans les sous-sol du British Museum de Londres. On fait les présentations.

The Room VR : A Dark Matter, un jeu uniquement en réalité virtuelle

Cette nouvelle expérience en réalité virtuelle sera donc lancée au début de l’année 2020 (date exacte encore inconnue) et sur une majorité de casques. « The Room VR : A Dark Matter », sera en effet disponible sur PlayStation VR, Oculus Quest et les casques compatibles avec SteamVR dont l’Oculus Rift, le HTC Vive, Valve Index et les casques Windows VR.

FireProof explique que The Room VR : A Dark Matter a été pensé, dès le début et uniquement, afin de tirer profit au maximum des capacités qu’offrent la réalité virtuelle. Le jeu vous plongera dans les profondeurs du British Museum à Londres, après la disparition d’un égyptologue reconnu. Vous devrez explorer des lieux étranges, examiner de surprenants gadgets et explorer la frontière entre le réel et l’illusion. Si le jeu semble très prometteur, on peut se dire la même chose en voyant le teaser qui nous met l’eau à al bouche, même si les détails semblent encore très limités. En revanche, pas de support au programme pour Gear VR, Google CardBoard et Nintendo Labs, jugés pas assez puissants.

Cet article The Room VR : A Dark Matter vous plonge dans les profondeurs du British Museum a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques

Par Pierrick LABBE
Toyota réalité virtuelle formation robots domestiques

Le constructeur japonais, Toyota, forme ses robots domestiques avec la réalité virtuelle. Un concept simple mais très efficace. Explications sur cet usage peu banal de la VR.

Au Japon, comme dans de nombreux pays modernes, la population est de plus en plus âgée et la proportion de personnes dépendantes, du fait de leur grand âge, ne cesse de croître. Un robot domestique, propre à effectuer différentes tâches ménagères, est une bonne solution pour prolonger l’autonomie des séniors et que ceux-ci puissent rester dans leur domicile plus longtemps. L’apprentissage de ces robots est toutefois problématique du fait que chaque maison est différente. Aussi, Toyota a eu l’idée d’utiliser la réalité virtuelle afin de former ces robots à des environnements variés. Explications…

Des robots domestiques formés avec la réalité virtuelle

Du fait de la taille des pièces, de leur aménagement, du mobilier présent et d’éventuelles différences de hauteur, chaque maison a une configuration différente et unique. Il est donc techniquement impossible de créer une programmation unique pour des robots ménagers. Toyota a donc eu l’idée d’utiliser des opérateurs dotés d’un casque de réalité virtuelle et dont les images projetées sont celles des caméras du robot.

Ceux-ci sont alors à même de mapper la pièce, les meubles et la disposition des éléments comme, par exemple, de la vaisselle. A partir de ces informations le robot peut s’adapter en créant un algorithme spécifique à un nouvel environnement et offre ainsi une grande flexibilité d’adaptation. Notez toutefois que ces robots ne sont encore que des prototypes et aucune commercialisation n’est prévue pour le moment.

Cet article Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les plans de Facebook pour le contrôle de la VR et l’AR par la pensée

Par Pierrick LABBE
Contrôle par la pensée interface cerveau machine Facebook réalité virtuelle augmentée

Une fuite dévoile les projets de Facebook en ce qui concerne les interfaces cérébrales et le contrôle par la pensée dans la réalité virtuelle et la réalité augmentée à l’image de ce que fait Neuralink.

Neuralink est l’entreprise fondée par Elon Musk et qui est pionnière dans cette technologie de contrôle par la pensée grâce à des interfaces cerveau / machine comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. Cependant, le patron de Tesla, de SpaceX et d’autres entreprises très innovantes n’est pas le seul à s’intéresser de près à de telles interfaces. Mark Zuckerberg l’est aussi et à des plans pour des applications en réalité virtuelle mais surtout en réalité augmentée. Une fuite de documents nous donne sa vision et surtout les problèmes qu’elle soulève.

La fuite d’un document audio sur les interfaces cerveau / machine

Lors d’une récente réunion interne au sein de l’entreprise, Mark Zuckerberg a été interrogé sur la manière dont Facebook réagirait aux développements de l’interface cerveau / machine conduit par Neuralink d’Elon Musk. Neuralink utilise une connexion invasive au cerveau qui permettrait aux utilisateurs de contrôler leurs appareils avec leurs pensées. La question, posée par un employé, portait précisément sur l’impact de tels développements et sur les perspectives de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle de Facebook via sa filiale Oculus.

Dans un enregistrement audio qui a fuité, le patron de Facebook explique : « L’interface cerveau-ordinateur est une idée excitante. Le champ se divise rapidement en deux approches : invasive et non invasive. L’approche invasive nécessite une intervention chirurgicale ou des implants, mais qui a l’avantage d’être dans votre cerveau, vous permettant ainsi d’obtenir plus de signal. L’approche non invasive, c’est comme si vous portiez un bandeau ou, pour des lunettes, allumiez une lumière optique et obteniez une impression de circulation sanguine dans certaines zones du cerveau. Vous obtenez moins de signal avec l’approche non invasive ».

La vision de Zuckerberg sur ces technologies

Le patron de Facebook a poursuivi son explication sur le contrôle par en pensée en expliquant : « Je suis très enthousiasmé par les interfaces cerveau / ordinateur par un traitement non invasif. Ce que nous espérons être en mesure de faire, c’est simplement de pouvoir en capter quelques-unes. Pour que vous puissiez faire quelque chose du genre dans la réalité augmentée, et vous pouvez cliquer avec votre cerveau. C’est excitant … Ou un dialogue s’installe, et vous n’aurez pas à utiliser vos mains, vous pouvez simplement dire oui ou non ».

Il a poursuivi en donnant sa vision des interfaces : « Je pense que pour la réalité augmentée et  la réalité virtuelle, nous aurons des interfaces avec les mains, la voix, et je pense que nous aurons un peu de cerveau direct… Nous sommes focalisés sur l’approche non invasive, et en fait, c’est un peu excitant les progrès que nous réalisons. Nous essayons de faire de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle une chose importante dans les cinq à dix prochaines années ».

Le problème du respect de la vie privée avec le contrôle par la pensée

L’un des employés présents lors de la réunion sur le contrôle par la pensée a posé une question embarrassante au patron de Facebook : « Que pensez-vous de la vie privée dans un monde où nous pourrions capturer une intention d’achat et diffuser des annonces en utilisant un lien direct du cerveau ? ». Mark Zuckerberg s’est abstenu de répondre à cette question. Le sujet est effectivement particulièrement délicat au sein du réseau social géant.

C’est pourtant une question particulièrement pertinente compte tenu de la riche histoire de Facebook en ce qui concerne le manque de confidentialité des utilisateurs et la nature incroyablement envahissante des lunettes de réalité augmentée pensées par sa filiale Oculus. La question du respect de la vie privée va immanquablement se poser sérieusement à un moment ou un autre avec le développement des interfaces de contrôle par la pensée. Le potentiel d’abus semble effectivement encore bien plus grand qu’avec le réseau social et la question de la confiance des utilisateurs feront à Facebook aussi.

Cet article Les plans de Facebook pour le contrôle de la VR et l’AR par la pensée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Fundamental VR fait passer sa simulation chirurgicale à la prochaine étape

Par Pierrick LABBE
Fundamental VR chirurgie en réalité virtuelle

La simulation de chirurgie en réalité virtuelle permet désormais de réaliser un nombre croissant de procédures. De nouvelles opportunités pour entraîner des médecins un peu partout dans le monde s’offrent avec Fundamental VR.

Et si les chirurgiens pouvaient s’entraîner dans des conditions proches du réelles grâce à la réalité virtuelle ? C’est l’idée de cette plateforme qui a notamment retour aux gants haptiques.

Fundamental VR, une nouvelle étape

L’idée de la plateforme Fundamental VR est simple. Combiner des expériences de chirurgie en réalité virtuelle de très bonne qualité avec retour haptique intégral, grâce à un périphérique sous forme de crayon, capable de simuler le toucher, la pression, comme si vous touchiez la peau, des os, ou n’importe quelle autre partie du corps humain. Cet outil qui est peu à peu considéré comme l’une des meilleures solutions pour entraîner les chirurgiens va désormais proposer à ses utilisateurs la facettectomie, qui se concentre sur les vertèbres et le nerf spinal.

« Les stagiaires de l’ETS et les chirurgiens pratiquent la procédure chirurgicale selon une expérience immersive et autonome, où ils peuvent prélever un volume de matériau osseux pièce par pièce, n’importe où sur l’articulation », assurent les responsables de Fundamental VR pour expliquer ce que leur nouvel outil va désormais rendre possible. A noter que la plateforme propose aussi l’eye tracking afin d’assurer une expérience la plus immersive possible. Les visuels sont plutôt sanglants mais aussi réalistes, afin de permettre une véritable immersion en conditions réelles. Avec la dernière mise à jour, les utilisateurs sont aussi notés quant à leurs performances.

Cet article Fundamental VR fait passer sa simulation chirurgicale à la prochaine étape a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Le suivi des doigts de l’Oculus Quest sera très peu gourmand en batterie

Par Pierrick LABBE
Oculus Quest suivi mains batterie consommation énergie

Oculus a beaucoup travaillé à l’optimisation de son système de suivi des doigts et des mains sur l’Oculus Quest. Cela a aussi porté sur la consommation en énergie et l’impact sur la batterie.

C’était là l’une des annonces majeures de l’Oculus Connect 6 : le hand Tracking sur Oculus Quest. Cette nouvelle fonctionnalité permettra d’interagir avec le contenu virtuel directement avec ses mains et ses doigts sans passer par des contrôleurs. Cette avancée sera disponible dans les prochains mois selon Oculus. La fonction de hand tracking sur Oculus sera notamment très profitable aux applications et aux professionnels, sans doute plus que pour le gaming. Les développeurs se sont toutefois posé la question de savoir si cette fonction allait être gourmande en énergie. Ce ne sera pas le cas selon la filiale de Facebook qui assure avoir optimisé son système afin qu’il ne soit pas gourmand.

Seulement 7 min de batterie affectée par le suivi des doigts

C’est au cours de la conférence des développeurs que la question de la consommation d’énergie sur la batterie du système de hand tracking a été évoquée par Robert Wang, le responsable de l’ingénierie d’Oculus. Ce dernier a notamment expliqué que le maintien de l’énergie était une priorité pour l’application.

L’ingénieur a expliqué que le système n’était pas utilisé en même temps que les contrôleurs. Ainsi la consommation d’énergie liée au suivi des contrôleurs n’est pas présente lorsque le suivi des mains est utilisé. Le résultat est que le système de suivi des doigts ne consommerait que l’équivalent de 7 minutes pour la batterie.

Cet article Le suivi des doigts de l’Oculus Quest sera très peu gourmand en batterie a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Voici les applications Oculus Go que vous pouvez mettre à jour pour Quest

Par Pierrick LABBE
Mise à jour Oculus Go vers Quest

Oculus permet de mettre à jour les jeux Oculus Go vers les versions Quest dès maintenant. Ce programme est toutefois limité et il est nécessaire de le faire rapidement. Explications.

La sortie de l’Oculus Quest a été l’objet de nombreuses questions sur les achats croisés. De nombreux utilisateurs ont effectivement acheté un casque de réalité virtuelle antérieur puis se sont laissé séduire par les charmes de l’Oculus Quest. Se pose alors la question de l’achat croisé. Pour de nombreux éditeurs, il parait effectivement aberrant qu’un utilisateur ait à acheter deux fois un même jeu ou une même application car il dispose de deux  casques différents. Aussi, Oculus vient de lancer un programme pour des jeux achetés sur Go ou sur Gear VR afin de les rendre compatibles avec le Quest.

Les 21 applications qui peuvent mise à jour par le programme

Jusqu’au 31 décembre 2019, vous pouvez mettre à niveau certaines applications que vous avez achetées avec l’Oculus Go ou le Gear VR avant le 25 septembre 2019. Les jeux achetés après le 25 septembre, quand a eux, ne pourront pas être mis à niveau. La liste complète des 21 applications est ci-dessous. Il contient certaines des meilleures applications sur Go et Quest telles que Thumper, Virtual Virtual Reality et Virtual Desktop.

La mise à jour de Go vers Quest signifie que ces applications prendront totalement en charge le suivi de position à six degrés de liberté (6DOF) avec les contrôleurs à deux mains de Quest. Vous remarquerez probablement un peu plus de raffinement visuel dans certaines applications.

  • Ultrawings
  • Thumper
  • Keep Talking and Nobody Explodes
  • Virtual Desktop
  • Wander
  • Virtual Virtual Reality
  • Ocean Rift
  • Apollo 11
  • VR Karts: Sprint
  • Nature Treks VR
  • TOKYO CHRONOS
  • Angry Birds VR: Isle of Pigs
  • Please, Don’t Touch Anything
  • Republique VR
  • Racket Fury: Table Tennis VR
  • RUSH
  • Pinball FX2 VR
  • Real VR Fishing
  • End Space
  • Gun Club VR
  • Star Chart

Cet article Voici les applications Oculus Go que vous pouvez mettre à jour pour Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’incroyable expérience de réalité virtuelle, Luna, débarque sur Oculus Quest

Par Pierrick LABBE
Luna Quest

C’est une très bonne nouvelle pour les amateurs du genre. L’expérience narrative Luna, va enfin faire ses débuts sur l’Oculus Quest, comme cela avait été annoncé à Oculus Connect 6.

C’est une expérience très paisible, enivrante et entraînante. Si vous sentez prêts à vous embarquer dans l’aventure, il est temps d’enfiler votre Oculus Quest et de vous laisser emporter par l’expérience narrative.

Luna, le meilleur de la réalité virtuelle

A l’heure de décrire Luna, les mots manquent souvent. Derrière ce projet, on trouve les co-créateurs de Journey. Ils se sont lancés dans ce projet afin d’aider à gérer les traumatismes. Cette aventure vous invite donc à suivre un oiseau qui se déplace entre plusieurs sites idylliques. Il y a un peu d’interactivité, mais cela reste limité. L’idée est surtout d’observer les scènes, d’y ajouter vos petits détails personnels et d’interagir avec les différentes créatures que vous allez rencontrer.

Si l’ensemble attire autant l’attention, c’est avant tout par l’expérience visuellement inoubliable qui sera capable de plaire aux utilisateurs de réalité virtuelle de tous les âges. Si la première version était déjà plaisante, le mode « storybook » permet aux utilisateurs d’avoir accès à plus de contexte sur les différentes scènes. L’expérience de réalité virtuelle Luna va donc débarquer sur l’Oculus Quest, mais aucune date n’a encore été annoncée pour le moment. Il est probable que cela soit avant la fin de l’année. C’est une des seules expérience narrative en son genre qui sera présente sur le nouveau casque qui se concentre avant tout sur le gaming. A découvrir très vite donc.

Cet article L’incroyable expérience de réalité virtuelle, Luna, débarque sur Oculus Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment

Par Pierrick LABBE
Microsoft FLight Simulator VR

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se voyaient déjà commander un avion en réalité virtuelle avec le nouvel opus de Microsoft Flight Simulator. Il faudra à minima s’armer de patience et croiser les doigts.

Nombreux sont sans doute ceux qui en rêvaient mais, pour le lancement de la nouvelle version du simulateur de vol de Microsoft, pas compatibilité avec la réalité virtuelle n’est prévue. De quoi ramener les pieds sur terre.

Un très haut niveau de précision pour Microsoft Flight Simulator

Microsoft Flight Simulator est un jeu que les gamers ont pu découvrir à l’occasion de l’E3 2019. Annoncé sur Windows 10 et Xbox One, il a très vite fait rêver grâce à son usage d’image en très haute définition, issues de Bing Maps. Grâce à Microsoft Azur, les images sont ensuite utilisées pour générer l’expérience dans le jeu. S’il est accessible offline, le niveau de précision ne sera bien entendu pas le même. Cependant, sur Internet, le rendu est tout simplement bluffant. Certains ont pu reconnaître leur propre immeuble sans aucune difficulté. Les données météorologiques sont aussi issues du monde réel.

Bref, ce jeu est la prochaine génération de simulateurs aériens. Le problème est que pour son lancement, il ne sera tout simplement pas possible de l’utiliser en réalité virtuelle. Toutefois, Microsoft n’écarte pas non plus la possibilité, expliquant que ce sera « peut-être » le cas à terme avec Flight Simulator. De quoi décevoir les amateurs du genre qui devront se contenter de DCS ou Areofly FS2 disponible sur Steam. En attendant mieux, le plus vite possible on l’espère.

Cet article Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Google a recréé le château de Versailles en réalité virtuelle

Par Bastien L
versailles vr google

L’application Versailles VR, créée par Google, est une reproduction du château de Versailles en réalité virtuelle réalisée grâce à la photogrammétrie. Elle est disponible gratuitement dès à présent sur Oculus Rift et HTC Vive.

Le château de Versailles est l’une attractions touristiques françaises les plus prestigieuses et les plus renommées. Arpenter les allées de cet immense palais, explorer ses différentes chambres est une expérience fascinante qui permet de remonter dans le temps. Cependant, visiter le château du roi Louis XIV est un luxe que de nombreuses personnes dans le monde ne pourront s’offrir au cours de leur vie.

Afin de permettre à tout un chacun de s’aventurer dans ce lieu chargé d’Histoire sans avoir à voyager jusqu’en France, Google l’a tout bonnement reconstitué dans la réalité virtuelle. Grâce à la technique de la photogrammétrie, le géant californien a recréé 21 pièces du château pour une surface totale de près de 36 000 mètres carrés en se basant sur 4TB de données. La reconstitution représente 15 milliards de pixels.

Google reconstitue 36 000 mètres carrés en VR grâce à la photogrammétrie

Cette application VR créée en partenariat direct avec le Château de Versailles permet de visiter la résidence royale sans avoir à se frayer un chemin dans la foule de touristes compacte. Vous pourrez même contempler au plus près plus d’une centaine de sculptures.

Parmi les pièces recréées, on compte les Grands Appartements du Roi et de la Reine, l’Opéra Royal, la Chapelle Royale, ou encore la fameuse galerie des Glaces. Un mode nuit permettra de se promener dans le château à la lueur des feux de cheminée

L’application ” VersaillesVR : le château est à vous “, le plus grand projet de photogrammétrie jamais entrepris au château de Versailles, confirme le potentiel de la réalité virtuelle pour le tourisme. Elle est disponible gratuitement sur Oculus Rift et HTC Vive. Vous pouvez la télécharger sur Steam dès à présent à cette adresse.

Cet article Google a recréé le château de Versailles en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Date Night : un jeu de case-brique coquin gratuit proposé par VRBangers

Par Pierrick LABBE
Date Night

Date Night est un jeu de casse brique pas comme les autres. En récompense des niveaux passés, le jeu propose des scènes très coquines voir franchement hot en réalité virtuelle.

Les jeux et le porno sont les deux moteurs de la réalité virtuelle. Aussi, c’est sans surprise que VRBangers, l’un des meilleurs sites de porno VR propose de mélanger les deux. Un concept simple mais efficace pour capter les joueurs. Cette approche permet au géant du porno en réalité virtuelle de faire découvrir, de manière ludique, le potentiel du sexe 3D et à 360 degrés. Petite démonstration en vidéo dans le trailer ci-dessous !

Date Night est un jeu gratuit très hot

Concrètement dans Date Night, vous êtes assis sur votre sofa dans une magnifique demeure. Vous découvrez un nouveau jeu sur smartphone et la promesse d’une nuit torride avec une femme aux courbes très généreuse (Bridgette B) si vous gagnez. Votre petite amie (Gianna Dior) arrive à la maison après avoir fait du shopping. Le jeu en question est un casse-briques assez classique. Vous devez atteindre les objectifs donnés soit avec un nombre de mouvements limité soit encore avec un temps limité. Le jeu est très facile à prendre en main surtout si vous connaissez les casse-briques.

D’un côté vous pouvez voir le salon et de l’autre vous pouvez ouvrir votre smartphone pour jouer. Lorsque vous passez certains niveaux, votre petite amie apparaitra dans la pièce soit seulement pour passer prendre quelque chose soit encore pour interagir avec vous. Plus vous avancez dans Date Night plus votre petite amie se fait entreprenante. En passant des niveaux clé, vous aurez accès à des scènes véritablement classées X. Date Night est disponible gratuitement ici et fonctionne avec les casque Oculus Rift, HTC Vive, Windows Mixed Reality mais aussi sur PC sans la VR.

Cet article Date Night : un jeu de case-brique coquin gratuit proposé par VRBangers a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Facebook Horizon : une nouvelle plateforme sociale pour la réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Facebook Horizon

Lors de l’Oculus Connect 6, Mark Zuckerberg a annoncé le lancement prochain de Facebook Horizon, une nouvelle plateforme sociale pour interagir avec des amis en réalité virtuelle.

Facebook, même après le rachat d’Oculus, reste avant tout un réseau social. Ses dirigeants d’ailleurs ne cessent de répéter que la réalité virtuelle devrait être sociale en permettant à des personnes éloignées géographiquement de pouvoir interagir. Aussi, c’est sans surprise que le géant américain se tourne vers les applications sociales en réalité virtuelle avec des avatars. C’est d’ailleurs déjà le cas avec Facebook Spaces et Oculus Rooms. Cependant, cette fois, le géant de la Silicon Valley entend encore plus loin avec cette nouvelle plateforme.

Facebook Horizon : un monde social pour la réalité virtuelle

C’est Mark Zuckerberg qui a lui-même présenté Facebook Horizon qu’il a décrit comme étant « un monde social en réalité virtuelle à venir pour Oculus Quest et la plate-forme Rift ». Ce nouveau monde remplacera, le 25 octobre prochain, Facebook Spaces et Oculus Rooms. Dans ce monde virtuel et social, vous pourrez créer un avatar qui, de façon curieuse, n’ont pas de jambes mais se déplacent comme s’ils en avaient.

Facebook Horizon proposera des portails pour se rendre dans des espaces publics à découvrir. Evidemment, des jeux à faire entre amis seront aussi disponibles ainsi que la possibilité de créer des communautés par le biais de groupes et d’événements. Parmi les jeux proposés, notez une expérience aérienne multi-joueurs avec de petits avions. Il sera aussi possible de créer ses propres expériences. Des outils World Builder seront mis à disposition et ne nécessiteront pas de connaissances en programmation.

Cet article Facebook Horizon : une nouvelle plateforme sociale pour la réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris

Par Pierrick LABBE
Nouvelle-Zélande maoris formation VR

En Nouvelle-Zélande, les entreprises de construction optent pour la réalité virtuelle afin de former de nouveaux employés maoris face aux réalités du travail.

En France, Pôle Emploi propose aussi de faire des formations. L’idée néo-zélandaise est la même mais avec une sérieuse touche de technologie. Des entreprises avec le ministère du Développement social misent sur la réalité virtuelle comme l’outil de demain.

Nouvelle-Zélande : la réalité virtuelle pour acquérir des compétences

C’est un programme pilote qui s’avère particulièrement prometteur pour lutter face à un taux de chômage de 7,7 % dans le pays. Si c’est le plus faible depuis des années, c’est l’intégration des plus jeunes qui pose désormais problème. Dans le même temps, il y a un véritable problème de personnel dans le domaine de la construction. L’idée est donc de leur permettre d’acquérir ces compétences en ayant recours à la formation en réalité virtuelle.

Ils apprendront à conduire une pelleteuse, mais aussi à conduire un camion et comprendre que deux personnes doivent travailler ensemble dans un esprit de collaboration pour pouvoir résoudre leur problème”, explique James Coddington, un des responsables de la formation.

En temps normal, il faut 5 à 7 jours pour former quelqu’un dans l’industrie de la construction. La Nouvelle-Zélande avec ce programme estime pouvoir réduire ce temps à simplement 45 minutes. L’idée est désormais de proposer cette technologie dans le secteur rural. A terme, cette initiative sera aussi étendue à d’autres secteurs qui recherchent aussi du personnel. Un projet amené à croître au pays des kiwis et qui pourrait inciter d’autres pays à se tourner aussi vers la réalité virtuelle.

Cet article En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌