Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Facebook supprime son application Spaces pour laisser place à Horizon

Par Bastien L
facebook spaces

Facebook mise tout sur sa nouvelle application Horizon, et vient donc de fermer les portes de sa précédente plateforme de Social VR intitulée Facebook Spaces. Désormais, il n’est plus possible d’accéder à ce réseau social en réalité virtuelle qui n’a jamais vraiment rencontré le succès escompté…

En 2017, Facebook lançait Spaces, une application de réalité virtuelle qui renouait avec son domaine de prédilection : les réseaux sociaux. Cette appli pour Oculus Rift et HTC Vive permettait à des groupes d’utilisateurs de se rejoindre au sein d’espaces virtuels, au sein desquels ils étaient incarnés par des avatars créés par leurs soins. L’occasion de converser, d’échanger du contenu multimédia, ou même de se livrer à des jeux.

Cependant, alors que Facebook lancera très bientôt sa nouvelle appli de social VR Horizon, annoncée lors de l’Oculus Connect 6, la firme de Mark Zuckerberg semble craindre que les deux plateformes se cannibalisent. Sur le site officiel de Facebook Spaces, un message informe désormais que l’application n’est plus disponible depuis le 25 octobre 2019. Désormais, Facebook remercie tous les utilisateurs qui se sont joints à l’expérience et les invite à venir sur Horizon l’année prochaine.

Facebook veut concentrer tous ses efforts de Social VR sur Horizon

Facebook Horizon s’annonce comme un véritable monde virtuel au sein duquel les utilisateurs pourront sociabiliser. L’application se rapprochera donc de plateformes déjà existantes telles que VRChat ou Rec Room, avec la particularité de lier l’avatar de l’utilisateur à son compte Facebook…

Par le passé, les différentes applications de Social VR, y compris Facebook Spaces, ont rencontré un succès mitigé auprès des utilisateurs de casques de réalité virtuelle. Cependant, c’est précisément pour ce cas d’usage que Facebook a racheté Oculus en 2014. De fait, le géant américain compte évidemment persister jusqu’à ce que le grand public se laisse séduire.

Pour rappel, Horizon sera disponible en beta fermée dès le début de l’année 2020 sur Oculus Rift et Oculus Quest. On ignore pour le moment si une version Steam sera proposée pour les autres casques PC tels que le HTC Vive ou le Valve Index…

Cet article Facebook supprime son application Spaces pour laisser place à Horizon a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Le Mur de Berlin reconstitué dans la réalité virtuelle, 30 ans après sa chute

Par Bastien L
mur de berlin vr

La startup TimeRide a reconstitué le Mur de Berlin en réalité virtuelle afin de permettre à tout un chacun de s’immerger dans l’époque de la Guerre froide. Une expérience à la fois terrifiante et éducative…

Il y a quasiment 30 ans, le 9 novembre 2019, le Mur de Berlin s’effondrait enfin. Un moment historique, qu’il ne sera malheureusement pas possible de revivre à moins d’inventer la machine à remonter dans le temps.

Cependant, la startup allemande TimeRide a décidé d’utiliser la réalité virtuelle pour créer une reconstitution parfaite de cet événement. L’expérience, sobrement intitulée ” TimeRide Berlin “, est proposée depuis le mois d’août 2019.

L’objectif de la startup n’est pas de proposer une expérience comparable à la visite d’un musée, mais bel et bien de permettre à l’utilisateur de s’immerger dans le passé. À travers ce court périple, vous découvrirez la façon dont l’Allemagne vaincue fut divisée en secteurs après la Seconde Guerre mondiale.

Au départ, le spectateur se trouve dans un bus plein à craquer à l’approche du Checkpoint Charlie : l’une des frontières les plus célèbres de la Guerre froide. Les gardes de l’Allemagne de l’Est, chargés de fermer la frontière à la nuit tombée pour empêcher un exode massif vers l’ouest, hésitent à retenir le bus pour vérifier l’identité des passagers. Après quelques minutes, le véhicule est finalement autorisé à traverser le brouillard pour entrer à Berlin-Est.

Par la suite, l’utilisateur peut choisir entre trois protagonistes : un carreleur rebelle, un croyant sincère désabusé, et un punk de Berlin-Ouest. Le personnage sélectionné guidera l’utilisateur durant son tour.

Revivez la traversée du Mur de Berlin en réalité virtuelle

Le spectateur pourra ensuite contempler le square Gendarmenmarkt dont les deux cathédrales portent encore les séquelles de la WWII, ou encore le Leipziger Strasse et ses préfabriqués qui représentaient alors l’apothéose du luxe…

La propagande communiste aboyée dans les mégaphones résonne dans les airs, et les citoyens font la queue pour des rations de produits frais. Tout est fait pour procurer une sensation d’immersion maximale.

À la fin du trajet, le bus atteint sa destination finale : le Palais de la République, démoli en 2008. On retrouve également bien entendu des images de la chute du mur de Berlin, moment phare inoubliable de l’Histoire.

Cependant, si la traversée de la frontière en réalité virtuelle procure une sensation de suspens, il ne faut pas oublier la terrible réalité du Mur de Berlin. On estime qu’environ 327 personnes ont péri en tentant de passer de l’Est à l’Ouest, même si ces chiffres donnés par le gouvernement allemand restent contestés.

Même si TimeRide est consciente qu’une expérience prenant place à l’ère des Nazis aurait pu susciter encore plus d’intérêt, la startup a préféré éviter ce tabou historique. L’objectif de cette expérience est avant tout d’éduquer les nouvelles générations sur cette période, afin que les erreurs du passé ne soient plus jamais commises…

Cet article Le Mur de Berlin reconstitué dans la réalité virtuelle, 30 ans après sa chute a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une start-up souhaite doter les chirurgiens d’une vision type rayons X en AR

Par Pierrick LABBE
Vision à rayon X chirurgiens

La start-up américaine, MediView XR, travaille sur un projet permettant aux chirurgiens de voir la zone à opérer, en réalité augmentée, comme s’ils disposaient d’une vision rayons X à la Superman. Explications…

Certaines ablations de tumeurs sont particulièrement complexes. Il faut pouvoir parvenir à atteindre la tumeur sans toucher les organes sains. Les images médicales comme un scanner, une IRM ou bien encore une tomodensitométrie permettent de visualiser, en 3 dimensions, l’intérieur du corps humain. Cela permet aux chirurgiens de visualiser la zone à opérer et définir l’angle à adopter pour parvenir à la tumeur. Cependant, une fois au bloc opératoire, seuls la mémoire et les compétences du chirurgien sont à l’œuvre. D’où l’idée d’offrir à ces derniers une vision type rayons X en 3 dimensions en réalité augmentée avant et pendant l’intervention. Voici une vidéo de démonstration qui permet de se faire une meilleure idée de l’apport de la réalité augmentée pour ce genre d’opération chirurgicale.

Une vision type rayons X au bloc opératoire

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de démonstration, les chirurgiens disposent d’une sorte de vision à rayons X avant l’opération. Ils peuvent visualiser avec précision la zone tumorale et l’anatomie aux alentours. Ils peuvent ainsi trouver le meilleur angle pour atteindre la tumeur à retirer.

Pour ce faire, le chirurgien utilise des lunettes de réalité augmentée. Dans la démonstration, ils disposent de HoloLens 2 et peuvent visualiser les images en 3 dimensions issues des images médicales prises lors d’examens antérieurs. Cette vision de type rayons X pourrait beaucoup faciliter certaines opérations d’ablation de tumeurs particulièrement complexes.

Cet article Une start-up souhaite doter les chirurgiens d’une vision type rayons X en AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Vista-AR : un programme pour rendre les sites touristiques accessibles à tous

Par Pierrick LABBE
Vista-AR

Le projet européen Vista-AR vise à démocratiser la réalité virtuelle et augmentée et permettre à certains petits sites culturels européens d’en bénéficier. Le site Tour-Mag a interrogé Jean-Baptiste Suquet, son coordinateur.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée se font petit à petit une place dans nos smartphones et dans nos vies. Cependant, il reste encore du chemin à faire comme le prouve le prouve l’expérience de ce programme européen.

Vista-AR : passer du gadget à la médiation culturelle

Interrogé, celui qui est aussi enseignant-chercheur de Neoma Business School explique l’ambition derrière le projet. « Nous souhaitons créer de nouvelles expériences visiteurs en adoptant des technologies numériques de pointe dans des sites culturels et patrimoniaux partenaires ».  D’un point de vue technologique, cela ne pose pas de problèmes. C’est cependant l’aspect économique qui pose souci. Souvent ce sont, selon lui, des élus locaux qui poussent les projets pour sembler innovants mais sans coordination sur l’ensemble patrimonial. C’est pour cela que Vista-AR se base sur trois piliers : médiation culturelle, économie et technologie.  Leur ambition ne concerne pas le Louvre, mais des petits sites et musées pour lesquels les nouvelles technologies sont souvent inaccessibles. Sur les trois prochaines années, ce ne sont pas moins de 150 sites qui devraient être intégrés à ce projet.

Comme exemple, Jean-Baptiste Suquet donne l’exemple du château de Fougères. « Typiquement, il ne reste que 3 colonnes et un bout de mur du logis seigneurial au Château de Fougères. Nous avons voulu partir sur la reconstitution du bâtiment à l’aide d’une tablette ». Le projet Vista-AR, ralenti par les connaissances scientifiques de l’institution sera finalement déployé en 2021. Dans une autre salle, les visiteurs pourront revivre une bataille du point de vue d’un soldat. Le plus difficile selon lui ? « Il y a un fossé important entre les concepteurs de la réalité virtuelle et les responsables des sites culturels. Les uns veulent mettre du fun, alors que les autres sont dans une logique de transmission des savoirs ». Deux mondes qui semblent difficiles à concilier.

Cet article Vista-AR : un programme pour rendre les sites touristiques accessibles à tous a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

« Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre

Par Pierrick LABBE
Agent Emerson

« Agent Emerson » est un thriller filmé à la première personne à 360°. Il sera lancé sur Oculus et tous les casques de réalité virtuelle pour PC le 22 novembre. On fait les présentations.

Il n’y a pas de la place que pour des jeux dans le domaine de la réalité virtuelle. C’est en tout cas la conviction profonde derrière ce film en réalité virtuelle. Le trailer se révèle plus que séduisant comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Agent Emerson, pensé par la VR

Vous vous souvenez sans doute de « Hardcore Henry », sorti en 2015 et qui était un film filmé entièrement à la première personne. C’est ce que l’on nous propose ici avec « Agent Emerson »,  bonus inclus d’une vision à 360°. Ce film en réalité virtuelle, qui met en scène Lyndsy Fonseca et Tony Denison, vous proposera une expérience de 15 minutes, pensée pour ceux qui ont une très forte affinité pour la réalité virtuelle.

On peut s’imaginer que le réalisateur de « Agent Emerson », Ilya Rozhkov, aura caché quelques surprises pour les spectateurs à l’intérieur des scènes. Plusieurs visionnages seront donc nécessaires pour en prendre la mesure. L’histoire est celle d’Emerson, un agent de la CIA qui se retrouve le sujet d’un programme expérimental. Son corps est entièrement contrôlé à distance par un général. Avec l’aide d’une autre agente, il va devoir lutter pour reprendre le contrôle de son corps et se battre dans le bâtiment. Pour ceux qui ont une PlayStation VR, ne craignez rien, la déclinaison pour le casque de Sony ne devrait pas tarder.

Cet article « Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

BBC abandonne la réalité virtuelle et sème le doute sur le journalisme VR

Par Bastien L
bbc vr hub abandon

La BBC annonce la fermeture de son VR Hub chargé de produire du contenu en réalité virtuelle. Une nouvelle fois, ce renoncement serait lié à des chiffres d’audience en dessous des espérances…

Il y a un peu plus de deux ans, la BBC se lançait dans la production de contenu en réalité virtuelle. A l’époque, la société britannique était convaincue que la VR avait le potentiel de révolutionner le journalisme en permettant aux spectateurs de ” vivre ” les reportages et d’éprouver une empathie que ne peuvent déclencher les autres médias.

Depuis 2017, le BBC VR Hub a ainsi produit plusieurs projets tels que le film ” Trafficked ” proposant au spectateur de se mettre dans la peau d’une femme réduite à l’esclavage, ou encore un voyage virtuel dans l’espace intitulé ” Home “. On lui doit aussi une expérience VR basée sur la fameuse série Doctor Who.

Malheureusement, l’aventure s’achève ici pour le broadcaster public du Royaume-Uni. Sur son blog, la BBC annonce cette semaine la fermeture de son VR Hub.

Le BBC VR Hub n’a pas réussi à séduire le grand public

Selon le Times of London, ces films en VR auraient attiré une audience très faible par rapport au contenu traditionnel de la société. Cependant, la BBC refuse de dévoiler le nombre de spectateurs ayant tenté ces expériences immersives.

La fermeture du BBC VR Hub vient une nouvelle fois remettre en question le potentiel de la réalité virtuelle pour le grand public, alors que Google a annoncé le même jour l’abandon de sa plateforme Daydream VR qui n’aura jamais décollé.

La VR peine, encore et toujours, à séduire les consommateurs. Par conséquent, les projets des entreprises ne sont tout bonnement pas rentables. On peut toutefois espérer que l’évolution de la technologie et la baisse des coûts permettent une démocratisation progressive au cours des années à venir…

Malgré la fermeture du VR Hub, la BBC précise qu’elle continuera à étudier les opportunités liées à la réalité virtuelle. D’autres branches de la société pourront d’ailleurs décider de créer du contenu VR en profitant des leçons apprises avec cette expérience…

Cet article BBC abandonne la réalité virtuelle et sème le doute sur le journalisme VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

A Strasbourg, vous pouvez vivre une expérience vaudou en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Vaudou en réalité virtuelle

Le musée consacré aux croyances vaudou situé en Alsace propose une petite nouveauté en se lançant dans la technologie. La vidéo et l’audio sont aux menus pour donner une nouvelle dimension à l’expérience des visiteurs.

Que l’on croit ou pas aux rituels magiques,  c’est une expérience en réalité virtuelle qui s’annonce dépaysante, au cœur de l’Afrique et de certaines de ses croyances ancestrales.

Deux scénarios en réalité virtuelle sur le vaudou

Au programme, deux expériences et quatre chapitres, explorant les différents aspects des croyances vaudou. Vous pouvez ainsi vous retrouver dans la hutte d’un prêtre recevant un touriste qui veut de l’aide pour réussir ses projets. Il pourra pour y répondre avoir recours à la divination, au sacrifice d’une chèvre et de multiples autres méthodes. L’ensemble est bien sûr immersif et fourmille de détails dans tous les sens. Chaque vidéo fait entre 5 et 8 minutes. L’ensemble des contenus ont été filmés au Bénin, pour un coût estimé à 55 000 euros.

Quel intérêt pour le musée ? Toucher un public toujours plus large. « Les nouvelles technologies sont partout, autant qu’elles soient aussi chez nous ! Je pense que c’est un vrai plus, aussi bien pour le public que pour l’équipe. Ça ajoute une dimension vivante au vaudou ». Côté tarif, pour accéder à ces expériences en réalité virtuelle, il faut réserver. Impossible de venir de façon inopinée et de tester. Les deux scénarios, disponibles sur des créneaux précis coûtent six euros. A terme, le musée espère bien en faire une activité rentable. Mais cela pourrait prendre du temps. Vous pouvez effectuer une réservation de scéance directement sur le site du musée ici.

Cet article A Strasbourg, vous pouvez vivre une expérience vaudou en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les Escape Room d’Ubisoft en réalité virtuelle font fureur

Par Pierrick LABBE
Escape Room en réalité virtuelle Ubisoft

C’est un développement intensif et surtout mondial qui avait quelque peu échappé aux radars. Ubisoft continue d’ouvrir des nouveaux sites d’Escape Room en réalité virtuelleet ne perd pas de temps pour ça.

Ubisoft est plutôt une entreprise qui se consacre habituellement aux divertissements à la maison. Cependant la réalité virtuelle localisée fait aussi partie des domaines qui fonctionnent à merveille comme le prouve ce chiffre.

Ubisoft décroche la palme avec ses Escape Room en réalité virtuelle

Ubisoft s’est lancé sur le créneau de la réalité virtuelle depuis 2016. Parmi ses créations majeures, on trouve notamment Eagle Flight, Star Trek : Bridge Crew, Space Junkies… Bref, plusieurs opus qui sont rapidement devenus de véritables références. Cependant, quand on parle de la réalité virtuelle localisée, l’entreprise travaille un peu plus dans l’ombre. En s’association avec le studio Blue Byte Dusseldorf, Ubisoft propose pourtant deux expériences sur le créneau des Escape Room en réalité virtuelle. On trouve tout d’abord Beyond Medusa’s Gate lancé en 2018 et Escape the Lost Pyramid sorti cette année. A chaque fois, Ubisoft mise sur une franchise qui marche déjà très bien, Assassin’s Creed.

A l’heure actuelle, on peut en profiter dans 240 sites, principalement situés aux Etats-Unis et en Europe. Un chiffre qui fournit tout simplement à Ubisoft le rôle de leader de ce marché hautement concurrentiel. L’idée du concept d’Ubisoft est simple. Mélanger la réalité virtuelle et la tendance des Escape Room. On trouve donc des expériences de 60 minutes maximales, qui peuvent être appréciées par des joueurs de différents âges. De 2 à 4 personnes peuvent en profiter en même temps.

Cet article Les Escape Room d’Ubisoft en réalité virtuelle font fureur a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Kingspray, une application en réalité virtuelle qui vous transforme en roi du graffiti

Par Pierrick LABBE
Kingspray

Dans le monde réel, les amateurs de graffiti peuvent rapidement être frustrés, notamment par la dimension légale. Cependant, en réalité virtuelle, tout est possible avec Kingspray, même pour ceux qui n’ont pas de talent.

Vous avez sans doute déjà pu tester cette application VR du studio Infectious Ape, lancée en 2016. Il va désormais désormais bientôt débarquer sur l’Oculus Quest.

Kingspray, toujours plus de liberté avec ce simulateur de graffitis

A la base, Kingspray avait été lancé en PC VR, notamment à destination de l’Oculus Rift (via l’Oculus Store), mais aussi sur Steam, touchant ainsi les propriétaires d’un Vive ou de l’Index. Désormais il est temps d’étendre un peu le terrain de chasse aux meilleurs spots pour faire des graffitis. Qu’est-ce que c’est que cette application ? C’est avant tout une expérience qui mise sur le réalisme avec des couleurs belles mais réelles, de la peinture qui coule, des aspects métalliques et surtout une multitude d’environnements et de surfaces sur lesquels laisser libre cours à votre inventivité.

Vous pourrez ainsi vous amuser à peindre des murs, des bus, des camions, la rue, dans tout ce qu’elle a de plus sauvage et de plus surprenante, sans pour autant risquer de finir en prison ou écoper d’une amende. Après son lancement, Kingspray s’était rapidement doté d’un espace collaboratif pour le multi-joueurs qui fait partie intégrante de son succès. On ignore encore quand ce sera disponible sur l’Oculus Quest, mais le trailer ci-dessus laisse déjà voir un autre jour. Autant dire que dans tous les cas, cela ne devrait pas tarder.

Cet article Kingspray, une application en réalité virtuelle qui vous transforme en roi du graffiti a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une américaine met au point un casque VR pour les maisons de retraite

Par Pierrick LABBE
Personnes âgées réalité virtuelle

Beaucoup de personnes âgées souffrent de solitude, d’anxiété et de dépression dans les maisons de retraite. Ce casque de réalité virtuelle leur permet de voyager et de s’évader.

C’est un fait connu, de nombreuses personnes âgées souffrent d’anxiété, de dépression et d’un sentiment de solitude. Cette partie du vieillissement est généralement acceptée par la famille et le personnel. Une américaine a pourtant décidé de lutter contre cela et tente d’apporter un peu de dépaysement et de joie à ces séniors grâce à la réalité virtuelle. Le concept est assez simple, permettre à ces personnes de voyager virtuellement sans bouger de leur fauteuil ou de leur chaise roulante. Explications…

Faire voyager les personnes âgées dans les maisons de retraite

Lorsque l’on demande à une personne âgée quels sont ses regrets à l’aube de sa vie, de nombreuses personnes avouent qu’ils auraient aimé avoir parcouru davantage le monde en ayant voyagé plus. C’est justement ce que Carleigh Berrygam souhaite apporter aux résidents de maisons de retraite. L’américaine de 22 ans, alors étudiante, a gagné le concours New Venture pour entrepreneurs de son école et le prix de 5.000 dollars qui l’accompagnait.

Grâce à ce petit capital, l’étudiante a fondé la start-up Vita Vita et créé un casque de réalité virtuelle destiné aux personnes âgées. Après avoir organisé quelques séances dans des maisons de retraite ou elle proposait aux résidents de visualiser des vidéos à 360 degrés de différents endroits remarquables du monde, elle a pu démarrer son activité. L’idée lui est venue après avoir constaté que sa grand-mère de 78 ans souffrait de dépression et d’anxiété.

Cet article Une américaine met au point un casque VR pour les maisons de retraite a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction

Par Pierrick LABBE
Architecture réalité augmentée

La réalité virtuelle mais aussi la réalité augmentée font une entrée remarquée dans les métiers de l’architecture mais aussi ceux de la construction. Explications et avantages de ces technologies.

La réalité virtuelle et, plus récemment la réalité augmentée, ne sont pas que des outils destinés exclusivement qu’aux jeux vidéo. Leurs applications sont multiples depuis la médecine jusqu’à la maintenance complexe dans l’industrie. Ces technologies changent les pratiques de nombreuses professions comme, par exemple, celles du bâtiment. Voici comment ces nouveaux outils bouleversent des pratiques ayant peu évolué ces dernières années.

La réalité virtuelle et augmentée dans l’architecture et la construction

L’arrivée des logiciels de dessin assisté par ordinateur, comme par exemple Autocad ou SketchUp, ont bouleversé, il y a des années de cela, le métier de l’architecture passant de plans 2D dessinés à la main à des plans en 3D représentés en 2 dimensions sur un écran informatique. Cela a rendu le travail des architectes plus simples et le rendu plus spectaculaire, permettant d’observer les plans d’une construction sous toutes les coutures.

La réalité virtuelle et augmentée offre une dimension supplémentaire en permettant de visualiser une idée de design de bâtiment directement en 3 dimensions, tant la partie extérieure que la partie intérieure et même de pouvoir se déplacer librement dans cette représentation numérique.

Les avantages sont majeurs et permettent à un potentiel client de bien visualiser le rendu final. C’est aussi un outil particulièrement efficace dans l’architecture et la construction pour la prévention des risques. Cela permet une meilleure prise de décision sur la structure du site en offrant une visualisation plus précise. L’un des autres avantages majeurs, en plus d’une présentation efficace est un gain de productivité pour les professionnels utilisant ces outils.

Des outils très efficaces pour la vente sur plan

Pour l’architecture et la construction, ces outils présentent aussi un avantage certain au niveau de la vente sur plan. Les constructeurs ont tout de suite vu le potentiel majeur apportés par la réalité virtuelle et la réalité augmentée auprès de leurs clients potentiels lors de la vente sur plan. En effet, lorsqu’un constructeur décide par exemple de construire un immeuble d’appartements ou un lotissement de maisons, il doit vendre, sur plans, les premiers départements ou maisons afin d’obtenir le financement du projet auprès d’une banque.

Il est souvent difficile pour un client potentiel de visualiser correctement comment sera sa future demeure à partir de plans fussent-ils en 3 dimensions sur ordinateur. La réalité virtuelle permet justement aux clients de s’immerger virtuellement dans ce qui pourra être l’acquisition la plus majeure de sa vie. Il pourra se déplacer dans son futur appartement ou maison, ouvrir les portes, tiroirs et se rendre compte de l’illumination de son séjour. C’est nettement plus convaincant que des plans papiers ou sur ordinateur…

 Certains constructeurs n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel à des drones pour réaliser des prises de vue aérienne de ce que sera la vue depuis les futures fenêtres du bâtiment si celui-ci compte de nombreux étages surtout si la vue est agréable et fait partie d’un des critères de vente d’un édifice. La vue sur un paysage ou la ville n’est évidemment pas la même depuis le rez-de-chaussée qu’au vingtième étage d’un immeuble.

Cet article La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Battlescar, une plongée dans le New York punk des années 70

Par Pierrick LABBE
Battlescar film VR

Le film BattleScar propose à ses utilisateurs une expérience en réalité virtuelle, à la fois entraînante et déroutante. En un mot, elle est tout simplement immanquable.

On a parfois du mal à imaginer ce à quoi pouvaient ressembler les grandes villes du monde il y a 50 ans. Ce film en réalité virtuelle, vous offre une plongée à très haute vitesse dans Big Apple des années 70.

Battlescar, ne clignez pas des yeux

Trop rapide ou trop lent ? Dans le domaine de la réalité virtuelle, c’est parfois un difficile équilibre à trouver pour les créateurs de contenus. Ceux de Battlescar ne font pas exception. Après le premier épisode, les producteurs leur ont dit que cela allait un peu trop vite, qu’il était impossible de tout voir. C’est cependant justement ce qu’il cherchait à faire, trouvant que la majorité des expériences en réalité virtuelle étaient trop lente.

Au programme, Battlescar propose donc une expérience de 30 minutes, qui se déroule sur un rythme très soutenu, avec des modes de narration différents. On y suit Lupe, un jeune Portoricain, qui fait la rencontre de Debbie, qui va l’emporter dans de nombreuses aventures et mésaventures un peu folles. C’est un ensemble qui se déguste, en lui accordant toute son attention. Cette vidéo en réalité virtuelle est surtout un maelstrom d’idées, un ensemble de concepts qui ressemble parfois à un bac à sable, comme si les créateurs avaient voulu voir ce qu’ils pouvaient imaginer. Une tentative sans aucun doute réussie, dont on se surprend à redemander très vite.

Cet article Battlescar, une plongée dans le New York punk des années 70 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’Université du Colorado mise sur la réalité virtuelle dans le domaine biomédical

Par Pierrick LABBE
Université Colorado réalité virtuelle biomédical

Dans le monde de l’éducation, l’investissement dans la réalité virtuelle reste encore un peu trop limité. Cependant, la « Colorado State University », vient de déployer tout un nouveau laboratoire dédié à l’enseignement en biomédical.

Le laboratoire, conçu pour accueillir 100 étudiants en même temps, permet de faire fonctionner des logiciels conçus sur mesure pour travailler sur des corps humains en réalité virtuelle.

Colorado State University, la réalité virtuelle au service du biomédical

Le lieu, nommé « Laboratoire d’entraînement en réalité immersive » fait partie d’une nouvelle unité dédiée à l’éducation dans le domaine de la santé et de l’enseignement biomédfical. On y trouve au total 100 casques de réalité virtuelle, regroupés par blocs de quatre qui permettent à un enseignant et plusieurs élèves de travailler en groupe. Ensemble, ils peuvent visualiser des images anatomiques 3D complexes dans un espace virtuel partagé. Le laboratoire s’inscrit dans un projet plus large d’éducation à l’anatomie qui permet d’explorer des modèles classique et ensuite de réaliser un diagnostic dans le laboratoire en réalité virtuelle.

Les étudiants travaillent ensuite aussi sur des cadavres bien réels. Ils pourront donc s’entraîner sur une dissection en réalité virtuelle avant de passer aux travaux pratiques. Le travail se révèle alors plus intuitif et peut aussi permettre une connaissance plus poussées des détails du corps humain. Du côté des équipements pour l’enseignement biomédical, on trouve 100 ordinateurs HP avec leurs casques Samsung Odyssey + et des systèmes de câbles rétractables pour une question de gestion de l’espace. La réalité virtuelle est un outil de plus en plus utilisé pour la formation et les résultats sont souvent meilleurs qu’un apprentissage classique.

Cet article L’Université du Colorado mise sur la réalité virtuelle dans le domaine biomédical a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Holoride : le casque VR à porter dans la voiture en test à Los Angeles

Par Bastien L
holoride frankenstein universal hollywood

Holoride développe un casque VR à porter dans la voiture, dont le contenu s’adapte en temps réel aux mouvements du véhicule. Une première démonstration publique a lieu au Universal CityWalk d’Hollywood, à Los Angles, avec une expérience ” La Fiancée de Frankenstein VR ” conçue en partenariat avec Ford et Universal.

Lors du CES 2019, la startup Holoride créée par Audi dévoilait sa technologie de réalité virtuelle pour la voiture. Le concept ? Des expériences VR qui s’adaptent en temps réel au mouvement du véhicule et à la durée du trajet en se basant sur les données collectées par ses capteurs.

Ainsi, le contenu présenté dans la réalité virtuelle est parfaitement synchronisé avec les déplacements de la voiture dans le monde réel. Ceci permet aux passagers de tuer l’ennui pendant les trajets, sans pour autant être victimes de Motion Sickness et autres problèmes d’inconfort. De plus, les sensations procurées par les accélérations ou les freinages de la voiture pourront ici être exploitées par les expériences VR.

Sur le salon de Las Vegas, les visiteurs avaient pu essayer une expérience conçue en partenariat avec Audi et Disney basée sur l’univers des Avengers de Marvel. La démonstration prenait place sur un circuit spécialement déployé à cette occasion sur le stand Audi du CES.

A présent, Holoride propose une nouvelle démonstration de sa technologie. Cette fois, la démo prend place autour du Universal CityWalk situé à Hollywood, Los Angeles, Californie. Le trajet aura donc lieu sur des routes publiques et non sur un circuit.

Par ailleurs, il s’agit cette fois d’une expérience conçue en partenariat avec Ford et Universal autour du film ” La Fiancée de Frankenstein “ qui fait partie de la franchise Universal Monsters. Elle sera proposée à bord du nouveau Ford Explorer.

Holoride : une expérience ” la fiancée de Frankenstein VR ” en partenariat avec Ford et Universal

Les utilisateurs seront assis sur la banquette arrière, munis d’un casque VR et d’un contrôleur, et pourront ouvrir le feu sur des fantômes pour aider la fiancée de Frankenstein à apporter un colis pour son cher et tendre pendant un trajet de 5 à 10 minutes.

En changeant ainsi de partenaires, Holoride veut insister sur le fait que sa technologie sera compatible avec tout type de contenu et de véhicule. La firme exprime sa volonté de transformer l’expérience des passagers à l’échelle mondiale, dans le plus grand nombre de véhicules possible.

Que l’on ressente ou non le besoin de se plonger dans la VR pendant un trajet en voiture, il faut reconnaître que le concept proposé par Holoride est très intéressant. La génération procédurale de contenu VR en se basant sur des données du monde réel collectées en temps réel pourrait être appliquée de multiples façons, et il ne fait aucun doute que ce concept inspirera d’autres entreprises dans un futur proche…

On peut par exemple imaginer des jeux VR dont le contenu s’adapterait au rythme cardiaque du joueur pour l’effrayer, ou encore des expériences de VR fitness dont le contenu s’adapterait aux efforts fournis par l’utilisateur. Quels que soient les cas d’usage, le fait que les expériences VR s’adaptent en fonction du contexte renforcera considérablement la sensation d’immersion procurée.

Pour l’heure, les visiteurs du Universal CityWalk d’Hollywood pourront tester la nouvelle expérience Bride of Frankenstein VR. Elle sera proposée gratuitement entre midi et 20h, du 14 au 16 octobre 2019, puis du 21 au 23 octobre 2019, du 28 au 30 octobre, et enfin du 4 au 9 novembre 2019.

Cet article Holoride : le casque VR à porter dans la voiture en test à Los Angeles a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques

Par Pierrick LABBE
Toyota réalité virtuelle formation robots domestiques

Le constructeur japonais, Toyota, forme ses robots domestiques avec la réalité virtuelle. Un concept simple mais très efficace. Explications sur cet usage peu banal de la VR.

Au Japon, comme dans de nombreux pays modernes, la population est de plus en plus âgée et la proportion de personnes dépendantes, du fait de leur grand âge, ne cesse de croître. Un robot domestique, propre à effectuer différentes tâches ménagères, est une bonne solution pour prolonger l’autonomie des séniors et que ceux-ci puissent rester dans leur domicile plus longtemps. L’apprentissage de ces robots est toutefois problématique du fait que chaque maison est différente. Aussi, Toyota a eu l’idée d’utiliser la réalité virtuelle afin de former ces robots à des environnements variés. Explications…

Des robots domestiques formés avec la réalité virtuelle

Du fait de la taille des pièces, de leur aménagement, du mobilier présent et d’éventuelles différences de hauteur, chaque maison a une configuration différente et unique. Il est donc techniquement impossible de créer une programmation unique pour des robots ménagers. Toyota a donc eu l’idée d’utiliser des opérateurs dotés d’un casque de réalité virtuelle et dont les images projetées sont celles des caméras du robot.

Ceux-ci sont alors à même de mapper la pièce, les meubles et la disposition des éléments comme, par exemple, de la vaisselle. A partir de ces informations le robot peut s’adapter en créant un algorithme spécifique à un nouvel environnement et offre ainsi une grande flexibilité d’adaptation. Notez toutefois que ces robots ne sont encore que des prototypes et aucune commercialisation n’est prévue pour le moment.

Cet article Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Fundamental VR fait passer sa simulation chirurgicale à la prochaine étape

Par Pierrick LABBE
Fundamental VR chirurgie en réalité virtuelle

La simulation de chirurgie en réalité virtuelle permet désormais de réaliser un nombre croissant de procédures. De nouvelles opportunités pour entraîner des médecins un peu partout dans le monde s’offrent avec Fundamental VR.

Et si les chirurgiens pouvaient s’entraîner dans des conditions proches du réelles grâce à la réalité virtuelle ? C’est l’idée de cette plateforme qui a notamment retour aux gants haptiques.

Fundamental VR, une nouvelle étape

L’idée de la plateforme Fundamental VR est simple. Combiner des expériences de chirurgie en réalité virtuelle de très bonne qualité avec retour haptique intégral, grâce à un périphérique sous forme de crayon, capable de simuler le toucher, la pression, comme si vous touchiez la peau, des os, ou n’importe quelle autre partie du corps humain. Cet outil qui est peu à peu considéré comme l’une des meilleures solutions pour entraîner les chirurgiens va désormais proposer à ses utilisateurs la facettectomie, qui se concentre sur les vertèbres et le nerf spinal.

« Les stagiaires de l’ETS et les chirurgiens pratiquent la procédure chirurgicale selon une expérience immersive et autonome, où ils peuvent prélever un volume de matériau osseux pièce par pièce, n’importe où sur l’articulation », assurent les responsables de Fundamental VR pour expliquer ce que leur nouvel outil va désormais rendre possible. A noter que la plateforme propose aussi l’eye tracking afin d’assurer une expérience la plus immersive possible. Les visuels sont plutôt sanglants mais aussi réalistes, afin de permettre une véritable immersion en conditions réelles. Avec la dernière mise à jour, les utilisateurs sont aussi notés quant à leurs performances.

Cet article Fundamental VR fait passer sa simulation chirurgicale à la prochaine étape a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment

Par Pierrick LABBE
Microsoft FLight Simulator VR

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se voyaient déjà commander un avion en réalité virtuelle avec le nouvel opus de Microsoft Flight Simulator. Il faudra à minima s’armer de patience et croiser les doigts.

Nombreux sont sans doute ceux qui en rêvaient mais, pour le lancement de la nouvelle version du simulateur de vol de Microsoft, pas compatibilité avec la réalité virtuelle n’est prévue. De quoi ramener les pieds sur terre.

Un très haut niveau de précision pour Microsoft Flight Simulator

Microsoft Flight Simulator est un jeu que les gamers ont pu découvrir à l’occasion de l’E3 2019. Annoncé sur Windows 10 et Xbox One, il a très vite fait rêver grâce à son usage d’image en très haute définition, issues de Bing Maps. Grâce à Microsoft Azur, les images sont ensuite utilisées pour générer l’expérience dans le jeu. S’il est accessible offline, le niveau de précision ne sera bien entendu pas le même. Cependant, sur Internet, le rendu est tout simplement bluffant. Certains ont pu reconnaître leur propre immeuble sans aucune difficulté. Les données météorologiques sont aussi issues du monde réel.

Bref, ce jeu est la prochaine génération de simulateurs aériens. Le problème est que pour son lancement, il ne sera tout simplement pas possible de l’utiliser en réalité virtuelle. Toutefois, Microsoft n’écarte pas non plus la possibilité, expliquant que ce sera « peut-être » le cas à terme avec Flight Simulator. De quoi décevoir les amateurs du genre qui devront se contenter de DCS ou Areofly FS2 disponible sur Steam. En attendant mieux, le plus vite possible on l’espère.

Cet article Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Google a recréé le château de Versailles en réalité virtuelle

Par Bastien L
versailles vr google

L’application Versailles VR, créée par Google, est une reproduction du château de Versailles en réalité virtuelle réalisée grâce à la photogrammétrie. Elle est disponible gratuitement dès à présent sur Oculus Rift et HTC Vive.

Le château de Versailles est l’une attractions touristiques françaises les plus prestigieuses et les plus renommées. Arpenter les allées de cet immense palais, explorer ses différentes chambres est une expérience fascinante qui permet de remonter dans le temps. Cependant, visiter le château du roi Louis XIV est un luxe que de nombreuses personnes dans le monde ne pourront s’offrir au cours de leur vie.

Afin de permettre à tout un chacun de s’aventurer dans ce lieu chargé d’Histoire sans avoir à voyager jusqu’en France, Google l’a tout bonnement reconstitué dans la réalité virtuelle. Grâce à la technique de la photogrammétrie, le géant californien a recréé 21 pièces du château pour une surface totale de près de 36 000 mètres carrés en se basant sur 4TB de données. La reconstitution représente 15 milliards de pixels.

Google reconstitue 36 000 mètres carrés en VR grâce à la photogrammétrie

Cette application VR créée en partenariat direct avec le Château de Versailles permet de visiter la résidence royale sans avoir à se frayer un chemin dans la foule de touristes compacte. Vous pourrez même contempler au plus près plus d’une centaine de sculptures.

Parmi les pièces recréées, on compte les Grands Appartements du Roi et de la Reine, l’Opéra Royal, la Chapelle Royale, ou encore la fameuse galerie des Glaces. Un mode nuit permettra de se promener dans le château à la lueur des feux de cheminée

L’application ” VersaillesVR : le château est à vous “, le plus grand projet de photogrammétrie jamais entrepris au château de Versailles, confirme le potentiel de la réalité virtuelle pour le tourisme. Elle est disponible gratuitement sur Oculus Rift et HTC Vive. Vous pouvez la télécharger sur Steam dès à présent à cette adresse.

Cet article Google a recréé le château de Versailles en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Date Night : un jeu de case-brique coquin gratuit proposé par VRBangers

Par Pierrick LABBE
Date Night

Date Night est un jeu de casse brique pas comme les autres. En récompense des niveaux passés, le jeu propose des scènes très coquines voir franchement hot en réalité virtuelle.

Les jeux et le porno sont les deux moteurs de la réalité virtuelle. Aussi, c’est sans surprise que VRBangers, l’un des meilleurs sites de porno VR propose de mélanger les deux. Un concept simple mais efficace pour capter les joueurs. Cette approche permet au géant du porno en réalité virtuelle de faire découvrir, de manière ludique, le potentiel du sexe 3D et à 360 degrés. Petite démonstration en vidéo dans le trailer ci-dessous !

Date Night est un jeu gratuit très hot

Concrètement dans Date Night, vous êtes assis sur votre sofa dans une magnifique demeure. Vous découvrez un nouveau jeu sur smartphone et la promesse d’une nuit torride avec une femme aux courbes très généreuse (Bridgette B) si vous gagnez. Votre petite amie (Gianna Dior) arrive à la maison après avoir fait du shopping. Le jeu en question est un casse-briques assez classique. Vous devez atteindre les objectifs donnés soit avec un nombre de mouvements limité soit encore avec un temps limité. Le jeu est très facile à prendre en main surtout si vous connaissez les casse-briques.

D’un côté vous pouvez voir le salon et de l’autre vous pouvez ouvrir votre smartphone pour jouer. Lorsque vous passez certains niveaux, votre petite amie apparaitra dans la pièce soit seulement pour passer prendre quelque chose soit encore pour interagir avec vous. Plus vous avancez dans Date Night plus votre petite amie se fait entreprenante. En passant des niveaux clé, vous aurez accès à des scènes véritablement classées X. Date Night est disponible gratuitement ici et fonctionne avec les casque Oculus Rift, HTC Vive, Windows Mixed Reality mais aussi sur PC sans la VR.

Cet article Date Night : un jeu de case-brique coquin gratuit proposé par VRBangers a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Facebook Horizon : une nouvelle plateforme sociale pour la réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Facebook Horizon

Lors de l’Oculus Connect 6, Mark Zuckerberg a annoncé le lancement prochain de Facebook Horizon, une nouvelle plateforme sociale pour interagir avec des amis en réalité virtuelle.

Facebook, même après le rachat d’Oculus, reste avant tout un réseau social. Ses dirigeants d’ailleurs ne cessent de répéter que la réalité virtuelle devrait être sociale en permettant à des personnes éloignées géographiquement de pouvoir interagir. Aussi, c’est sans surprise que le géant américain se tourne vers les applications sociales en réalité virtuelle avec des avatars. C’est d’ailleurs déjà le cas avec Facebook Spaces et Oculus Rooms. Cependant, cette fois, le géant de la Silicon Valley entend encore plus loin avec cette nouvelle plateforme.

Facebook Horizon : un monde social pour la réalité virtuelle

C’est Mark Zuckerberg qui a lui-même présenté Facebook Horizon qu’il a décrit comme étant « un monde social en réalité virtuelle à venir pour Oculus Quest et la plate-forme Rift ». Ce nouveau monde remplacera, le 25 octobre prochain, Facebook Spaces et Oculus Rooms. Dans ce monde virtuel et social, vous pourrez créer un avatar qui, de façon curieuse, n’ont pas de jambes mais se déplacent comme s’ils en avaient.

Facebook Horizon proposera des portails pour se rendre dans des espaces publics à découvrir. Evidemment, des jeux à faire entre amis seront aussi disponibles ainsi que la possibilité de créer des communautés par le biais de groupes et d’événements. Parmi les jeux proposés, notez une expérience aérienne multi-joueurs avec de petits avions. Il sera aussi possible de créer ses propres expériences. Des outils World Builder seront mis à disposition et ne nécessiteront pas de connaissances en programmation.

Cet article Facebook Horizon : une nouvelle plateforme sociale pour la réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris

Par Pierrick LABBE
Nouvelle-Zélande maoris formation VR

En Nouvelle-Zélande, les entreprises de construction optent pour la réalité virtuelle afin de former de nouveaux employés maoris face aux réalités du travail.

En France, Pôle Emploi propose aussi de faire des formations. L’idée néo-zélandaise est la même mais avec une sérieuse touche de technologie. Des entreprises avec le ministère du Développement social misent sur la réalité virtuelle comme l’outil de demain.

Nouvelle-Zélande : la réalité virtuelle pour acquérir des compétences

C’est un programme pilote qui s’avère particulièrement prometteur pour lutter face à un taux de chômage de 7,7 % dans le pays. Si c’est le plus faible depuis des années, c’est l’intégration des plus jeunes qui pose désormais problème. Dans le même temps, il y a un véritable problème de personnel dans le domaine de la construction. L’idée est donc de leur permettre d’acquérir ces compétences en ayant recours à la formation en réalité virtuelle.

Ils apprendront à conduire une pelleteuse, mais aussi à conduire un camion et comprendre que deux personnes doivent travailler ensemble dans un esprit de collaboration pour pouvoir résoudre leur problème”, explique James Coddington, un des responsables de la formation.

En temps normal, il faut 5 à 7 jours pour former quelqu’un dans l’industrie de la construction. La Nouvelle-Zélande avec ce programme estime pouvoir réduire ce temps à simplement 45 minutes. L’idée est désormais de proposer cette technologie dans le secteur rural. A terme, cette initiative sera aussi étendue à d’autres secteurs qui recherchent aussi du personnel. Un projet amené à croître au pays des kiwis et qui pourrait inciter d’autres pays à se tourner aussi vers la réalité virtuelle.

Cet article En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les activités VR insolites qu’on peut effectuer à Paris

Par Gwendal Pérétié
visiter paris en réalité virtuelle

On peut visiter virtuellement Paris, mais la capitale propose également de nombreuses activités VR pour ceux qui aiment les aventures insolites. Destinées tant aux Parisiens qu’aux touristes de passage, elles vont de l’Escape Game désormais classique aux expériences immersives les plus poussées. Sans plus attendre, découvrez notre sélection.

Survol de Paris, reine des activités VR de la ville

Une des attractions phares de la capitale pour les amoureux de VR, elle permet de survoler la ville en jetpack. On peut donc voir défiler sous ses pieds les monuments parisiens les plus célèbres (Arc de triomphe, Tour Eiffel ou encore Notre-Dame). Sur plus de 1 000 mètres carrés près de l’Opéra, une cinquantaine de simulateurs sont prêts à recevoir les visiteurs. Pour tromper les sens de l’utilisateur, la machine produit des vibrations ainsi qu’un souffle d’air projeté sur son visage. Si bien évidemment le vol est virtuel, les émotions sont quant à elles bien réelles.

Sauter d’un avion en toute sécurité

Proposée au Parc de la Villette à Paris, cette simulation d’une chute libre constitue une des activités VR les plus grisantes. Pour cela, l’utilisateur prend place dans une soufflerie et met un casque de réalité virtuelle sur la tête. Comme la machine vous projette littéralement dans les airs, l’effet est garanti. De plus, on peut choisir l’endroit où l’on va « atterrir ». On peut donc opter pour des lieux aussi exotiques qu’Hawaii. Il faut noter que l’attraction existe également à Lyon et Marseille.

Visiter le plus grand parc dédié au VR en Europe

Situé Porte de la Villette sur le parvis de la Cité des Sciences, le parc a été inauguré en décembre dernier. Sur plus de 1 000 m2, les visiteurs sont invités à se perdre dans l’illusion. Pour cela, ils peuvent choisir entre 3 types d’activités : jeux vidéos, films et escape games. S’ajoute à cela une attraction à part entière baptisée « Hyper Reality ». Celle-ci se déroule sur une surface de 100 m2 et offre une immersion complète dans un monde multisensoriel.

Plus d’activités VR à Paris avec Toot Sweet

Si vous comptez sortir à Paris ce soir pour faire des activités VR, mais que vous avez déjà essayé celles qu’on a trouvées, jetez un coup d’œil sur Toot Sweet. Cette application propose à ses utilisateurs une sélection sans cesse renouvelée de sorties à faire dans la capitale.

Comme les suggestions se basent sur les préférences de chacun, les fans de VR pourront y retrouver les informations pertinentes sur leurs endroits favoris. De plus, l’appli collabore avec certains gérants pour rembourser l’addition de certains chanceux. Certains demanderont ce qu’il peut y avoir de plus jouissif qu’une expérience de réalité virtuelle. Ils n’ont pas encore goûté à de telles expériences quand on n’a pas besoin de payer la facture.

Bonus pour le petit adepte de VR solitaire, Toot Sweet peut lui organiser une rencontre à Paris ce soir avec d’autres fans du VR (et plus si affinité).

Ainsi, les sorties ne manquent pas si l’on veut s’adonner à la réalité virtuelle dans la capitale. Aux quatre coins de la ville, les attractions apparaissent. Et cela ne s’arrêtera pas de si tôt. Tant mieux.

Cet article Les activités VR insolites qu’on peut effectuer à Paris a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

VR psychédélique : quand la réalité virtuelle simule les effets des drogues

Par Bastien L
vr psychédélique

Et si la réalité virtuelle pouvait remplacer les drogues en provoquant des effets similaires sur l’esprit humain ? Est-il possible de mieux comprendre le réel en s’immergeant dans le virtuel ? Découvrez les meilleures expériences psychédéliques en VR, cherchant à simuler les effets des hallucinogènes…

Depuis des millénaires, l’homme cherche à explorer les mystères de la conscience en consommant diverses substances psychédéliques : LSD, Ayahuasca, psilocybes, mescaline…

Ces drogues diverses et variées peuvent permettre d’altérer l’état de conscience de l’être humain, et ainsi lui permettre de mieux se connaître et de comprendre le monde qui l’entoure. Cependant, ces substances toxiques peuvent aussi avoir un impact néfaste, voire mortel, sur l’organisme.

Afin de permettre à tout un chacun de profiter des bienfaits d’un voyage psychédélique sans mettre en péril sa santé, plusieurs développeurs cherchent à retranscrire les effets d’un ” trip ” sous forme d’expériences en réalité virtuelle. Voici les exemples les plus réussis.

Visionarium

Visionarium est une expérience VR créée avec Google Tilt Brush qui propose de vivre un trip à l’Ayahuasca, cette plante consommée par les chamans dans la forêt amazonienne. L’artiste Sander Bos, créateur de l’expérience, est persuadé que la réalité virtuelle peut permettre de générer des effets physiques en laissant les utilisateurs s’immerger dans le virtuel.

Même si un casque VR n’influence pas directement la chimie du cerveau comme le fait la drogue, et malgré les limites actuelles de la technologie, l’artiste est certain qu’elle permet de simuler une expérience psychédélique.

Pour ce faire, Bos estime qu’il est nécessaire de tromper l’esprit pour le convaincre qu’il est réellement transporté dans un autre endroit. Selon ses dires, l’expérience a fonctionné sur certains de ses amis qui ont commencé à suer des paumes et à ne plus sentir leur corps comme après avoir réellement consommé de l’Ayahuasca. Cependant, l’artiste admet que la technologie actuelle ne permet pas de prendre en compte l’ego, les rêves, les peurs, les espoirs et les fantasmes de l’utilisateur comme le fait la drogue…

Soundself

Créée par Robin Arnott, l’expérience Soundself vise à reproduire l’effet procuré par un trip au LSD aussi connu sous le nom d’acide. Plus précisément, elle a pour but de placer le spectateur dans le même état d’esprit que l’artiste lorsqu’il a consommé cette drogue il y a plusieurs années et l’ayant conduit à ” la révélation qu’il ne fait qu’un avec l’univers tout entier “…

Une sensation que l’on appelle parfois la ” mort de l’ego “, car elle s’apparente à cette qui survient au moment de mourir. Les souvenirs ressurgissent brusquement et la personne les visualise au ralenti. En prenant de l’acide, Robin Arnott a réalisé qu’il n’y avait besoin ni de drogue ni de mourir pour éprouver cette expérience.

Tout comme la méditation et d’autres pratiques transcendantes, la réalité virtuelle peut permettre d’atteindre cet état étape par étape. Du moins, c’est ce dont est persuadé le créateur de Soundself…

Une fois plongé dans la VR, l’utilisateur visualise des motifs, des lumières, des sons et des formes. Chaque son qu’il émet modifie ces éléments, lui donnant l’impression de fusionner avec le monde qui l’entoure. Au fur et à mesure, les motifs se déploient et s’agrandissent… cette expérience en VR pour Oculus Rift fut présentée lors de la PAX East 2016 de Boston.

Ayahuasca Kosmik Journey

L’expérience Ayahuasca (Kosmik Journey) est créée par le réalisateur français Jan Kounen. Depuis de nombreuses années, le cinéaste est fasciné par cette fameuse plante chamanique hallucinogène. En 2004, dans son western Renegade (aka Blueberry), il abordait déjà cette thématique au cinéma. Il a également écrit plusieurs livres sur le sujet et réalisé un documentaire complet sur le chamanisme.

Dans ce projet en VR, Jan Kounen tente de reproduire l’expérience induite par l’Ayahuasca au travers d’une succession d’effets visuels. L’objectif ? Permettre à tout un chacun de découvrir ” comment fonctionne ” la plante, alors que la véritable expérience risque d’être ” trop forte ” pour un grand nombre de personnes. Dans la VR, il est toujours possible de retirer le casque pour mettre un terme au voyage…

The Acid Eye

The Acid Eye est une expérience VR psychédélique créée par l’artiste allemand Schizo, qui cumule plus de 25 ans d’expérience dans le domaine de l’art numérique. Avec l’émergence de la réalité virtuelle, cet artiste s’est spécialisé dans les animations fractales à l’aide du logiciel Mandelbulb 3D.

Fasciné par la nature, l’artiste aime à s’attarder sur le microcosme qui nous entoure. Dans son animation en réalité virtuelle, il intègre ces éléments afin de partager sa fascination avec les spectateurs.

En plus de Mandelbulb 3D, Schizo a utilisé le réseau neuronal Google Deep Dream pour créer des structures psychédéliques à partir des images initiales. Une bande-son psychédélique vient quant à elle compléter l’expérience pour en faire un véritable ” trip “dans le monde de mère Nature…

Feedback Delicates

Avec Feedback Delicates, l’artiste multimédia Vinyl Williams, basé à Los Angeles, nous entraîne dans un voyage psychédélique au travers de symboles issus de civilisations antiques tels que les Égyptiens, les Babyloniens, les Assyriens, les Mésopotamiens et les Païens. L’objectif de ce pèlerinage mystique, selon son créateur, est parvenir à s’extraire de l’existence biologique pour atteindre un stade incorporel…

Pour réaliser ses vidéos en VR, Vinyl Williams alias Lionel Williams utilise After Effects CS5 et CC17 pour le montage. Il se sert notamment beaucoup des effets ” The Red Giant Universal ” qu’il qualifie de fantastiques. L’artiste utilise aussi le plugin Mettle 360°.

Rainbow Smokers

Réalisateur, designer interactif, artiste graphique, compositeur, pionnier de la VR, J Walt est connu depuis 25 ans pour ses performances et ses oeuvres d’art numériques. Il a beaucoup contribué à l’évolution de l’animation par ordinateur.

Son expérience en réalité virtuelle Rainbow Smokers est une vision surréaliste d’un monde dans lequel tout ce dont nous avons besoin émergerait sous forme de bulles en provenance du sous-sol. Il a ensuite inventé les détails, créé les images et la musique pour donner vie à cette vision hallucinée…

Cet article VR psychédélique : quand la réalité virtuelle simule les effets des drogues a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

RoboCo est une expérience en réalité virtuelle pour apprendre la robotique

Par Pierrick LABBE
RoboCo

RoboCo es une expérience amusante et didactique. Elle permet d’apprendre aux petits et aux grands à construire des robots destinés à nous faciliter la vie quotidienne. Explications…

Nous pensons tous que la robotique fait partie de l’avenir de l’humanité. Les progrès sont fulgurants tout comme la recherche. Malheureusement, les applications pratiques dans nos maisons se font toujours attendre. Nul robot qui nous prépare nos repas, fait la vaisselle, le repassage, etc. pendant que nous sommes plongé dans la réalité virtuelle. Tant que les robots ne sont pas autonomes et capables de se créer eux-mêmes, il faudra un humain derrière. C’est que ce propose cette expérience amusante, apprendre à créer des robots fonctionnels.

RoboCo : un apprentissage ludique de la robotique

Développé par Filament Games, un studio indépendant basé au Wisconsin, RoboCo vous laisse perdre dans un entrepôt avec une boîte à outils de gadgets et de pièces mécaniques que vous pouvez utiliser pour construire le robot de vos rêves. Le jeu en réalité virtuelle propose deux modes différents. Un monde ouvert où vous pouvez créer ce que vous souhaitez ainsi qu’un mode campagne. Dans ce second mode, des défis vous seront donnés comme, par exemple créer un robot serveur pour un restaurant (comme vous pouvez le voir dans le trailer ci-dessus).

L’aspect didactique est évidemment présent dans RoboCo mais la partie ludique n’a pas non plus été oubliée. Voir votre robot commettre des erreurs est assez hilarant et vous forcera à améliorer celui-ci pour qu’il devienne totalement fonctionnel. L’expérience n’est pas encore commercialisée mais des démonstrations ont été faites. Il faudra patienter l’an prochain pour voir le jeu apparaitre sur Steam.

Cet article RoboCo est une expérience en réalité virtuelle pour apprendre la robotique a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

« The Angry Birds Movie 2 VR: Under Pressure » : une expérience VR

Par Pierrick LABBE
Angry Birds réalité virtuelle

La dernière expérience en réalité virtuelle imaginée par les créateurs de Angry Birds ne fait pas partie des incontournables. Cependant, l’expérience proposée pour la co-op mérite tout de même que l’on s’y attarde.

Qu’il est loin le temps ou la franchise des oiseaux enragés faisait un tabac sur mobile. Désormais ce fantasque univers se décline sur de nombreuses plateformes, mais aussi plus loin des stars comme Pokemon Go ou Fortnite.

Angry Birds, jouable en coopération mais on demande plus

« The Angry Birds Movie 2 VR: Under Pressure » propose donc un jeu en réalité virtuelle qui clairement a ses attraits mais aussi ses défauts. Au rang de ceux-ci on rangera notamment la courte durée de l’expérience et les quelques petits défauts qui s’accumulent. En revanche, c’est drôle à jouer pour le temps que l’on y passera et surtout c’est un jeu qui est parfait pour que l’on en profite en famille. Le jeu propose en effet un mode coopération qui ravira.

Dans ce jeu en réalité virtuelle Angry Birds, les cochons et les oiseaux sont alliés au lieu de travailler les uns contre les autres, pour participer à ce qui est un jeu multi-joueurs asynchrone plutôt bien réussi de ce point de vue là. Un joueur porte le casque et joue un cochon qui contrôle un aimant géant. Les autres, de 2 à 4 joueurs (on peut aussi en profiter seul) sont les oiseaux qui en dessous réparent les machines, convertissent les trésors ou encore rechargent les armes. C’est stressant, mais c’est divertissant, et on en redemande dans ce genre.

Cet article « The Angry Birds Movie 2 VR: Under Pressure » : une expérience VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Une expérience VR prépare à l’attaque d’un tireur sur son lieu travail

Par Jason Filankembo
tireur

Les sociétés Pixvana et Alexo ont développé une expérience VR pour apprendre à réagir en cas d’attaque d’un tireur sur son lieu de travail.

361. C’est le nombre de tueries de masse qu’ont connu les Etats-Unis depuis le début de l’année selon Mass Shooting Tracker. Celles-ci ont causé la mort de 430 personnes (chiffres au 18 septembre 2019). Un bilan dramatique qui a poussé Pixvana et Alexo a commercialisé une expérience en réalité virtuelle très particulière. “The Active Shooter Training Experience” préparera les utilisateurs à réagir si leur lieu de travail se fait attaquer par un tireur.

Le fondateur d’Alexo Drew Hancock comme instructeur

Pixvana est une boîte spécialisée dans les formations d’employés en réalité virtuelle. Toutefois, l’expérience annoncée hier est clairement d’un tout autre calibre. La vidéo de formation en VR met en avant le fondateur d’Alexo, Drew Hancock. L’homme est policier à Seattle et superviseur du SWAT. Il a plus de 25 ans d’expérience. Sa société Alexo est experte dans l’entraînement tactique en cas de violence au travail.

Fort de son expérience, Hancock est en mesure d’enseigner efficacement des stratégies de prise de décision et de simuler des tactiques de sauvetage des employés. Des questionnaires interactifs pendant et après le programme permettent de s’assurer que les employés sont préparés en cas de rencontre avec un tireur.

Les tactiques enseignées dans The Active Shooter Training Experience sont des protocoles créés par Alexo. Ils se nomment “OODA” (Observer, Orienter, Décider, Agir) et ABC (Eviter, Barricader, Combattre). Drew Hancock regrette que de telles formations soient nécessaires. Il estime qu’elles le sont pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. 

Rachel Lanham, directrice des opérations chez Pixvana, estime que la réalité virtuelle “est l’avenir de l’apprentissage et du développement en milieu professionnel, y compris concernant la sécurité au quotidien”.

L’expérience est disponible pour les entreprises partout dans le monde à cette adresse. Un investissement supplémentaire permet aux entreprises de compléter le programme avec un contenu sur mesure. Celui-ci correspondra à l’emplacement spécifique de l’organisation, ainsi qu’à la disposition du lieu et son secteur d’activité.

Cet article Une expérience VR prépare à l’attaque d’un tireur sur son lieu travail a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

PTC veut prouver que la réalité augmentée arrive à maturité

Par Gaetan R
ptc realite augmentee

Le 10 septembre, PTC, l’éditeur propriétaire de Vuforia, présentait quelques cas d’usage de la réalité augmentée. Les entreprises présentes ont détaillé leur utilisation de l’AR auprès des professionnels et du grand public.

La réalité augmentée est une technologie grand public que nous nous évertuons à adapter au monde industriel”, a rappelé Olivier Helterlin, PDG de PTC France. L’éditeur de l’outil de création d’applications AR Vuforia organisait au Parc des princes un événement pour séduire les groupes et prendre la température auprès des responsables. Afin de prouver les bénéfices de cette technologie, la société basée à Boston a fait intervenir trois entreprises et une agglomération.

Bertrandt prépare l’installation des lignes d’assemblage automatisées en réalité augmentée

Deux d’entre elles venaient du monde du BtoB. Bertrandt est un spécialiste de l’ingénierie automobile depuis 45 ans. Il emploie 13 000 personnes au sein de 55 sites à l’international. Ce groupe allemand s’occupe de la conception d’outils dédiés à la fabrication de véhicules. Avec la réalité augmentée, il propose des solutions pour visualiser les lignes d’assemblage automatisées avant leur installation dans l’usine. La précision des modèles 3D permet de les placer là où elles seront à l’avenir grâce à une tablette, un smartphone ou un casque HoloLens. De plus, les ingénieurs effectuent des simulations avancées en vue de définir la cadence des outillages.

Avec les applications développées à partir de Vuforia, les spécialistes vérifient si les éléments 3D correspondent au réel et inversement. Ils n’ont plus forcément besoin de se déplacer, ce qui entraîne des diminutions de coûts. De même, l’on peut rapidement modifier une configuration depuis un site et fluidifier l’étape de décision.

Cela réduit de 20 % le temps entre chaque itération d’un projet, une performance saluée par les clients. Après ce premier succès, Bertrandt compte généraliser l’usage de la réalité augmentée dans le développement de solutions de maintenance, de formation, ou encore de contrôle.

Volvo Trucks veut diminuer les erreurs d’assemblage des moteurs de camions

C’est justement pour améliorer le contrôle qualité que Volvo Trucks a fait appel à PTC. Le fabricant de camions doit gérer 4500 variantes de moteurs et pas moins de 10 puissances 80 versions de ces véhicules. Seulement 1,2 modèle sortant d’usine est identique à un autre. Ajoutons que le remplissage du carnet de commandes oscille énormément. Cela provoque des erreurs humaines qui ralentissent la production. Pour éviter ce phénomène, le fabricant équipe ses opérateurs du site de Vénissieux de smartphones dotés d’une application AR.

Celle-ci permet d’identifier aisément les pièces et le moteur associés à un camion en particulier en le visant à l’aide du capteur photo. Ainsi, le technicien peut poursuivre les opérations sans risquer de se tromper. Par ailleurs, la documentation relative s’avère plus facile d’accès. Cette solution sera généralisée dans toutes les usines Volvo entre 2019 et 2020.

Si PTC considère que la réalité augmentée a un grand avenir dans le monde industriel, la société dirigée par Jim Heppelmann ne jette en aucun cas la pierre aux solutions développées pour le grand public.

Pau célèbre le tour de France en AR grâce à PTC

L’agglomération de Pau a notamment présenté son partenariat avec l’entreprise américaine. Elle a créé une exposition consacrée aux 109 victoires du Tour de France. Ce sont 109 totems qui retracent l’histoire de la célèbre compétition. Chacun d’entre eux est équipé d’un marqueur, qui, une fois ciblé avec un smartphone ou une tablette, fait apparaître des informations supplémentaires et la vidéo d’archive correspondante. Les visiteurs peuvent ainsi contextualiser les illustrations lors de cette exposition à ciel ouvert et revivre les grandes étapes.

De même, les responsables du pôle numérique de la ville utilisent la réalité virtuelle afin de donner un aperçu des changements qui interviendront dans le quartier Saragosse après le plan de rénovation engagé avec l’État. Enfin, ils imaginent confier une solution AR pour aider les agents municipaux à gérer les espaces forestiers.

Cette vision grand public de la réalité augmentée, le célèbre fabricant de jouets Lego l’a rapidement embrassée. Il a commencé par la digital box en magasin. En passant une boîte devant une caméra, l’on peut voir son contenu monté et animé.

De plus, Vuforia est devenu un outil de création pour les designers. Fraser Lovatt, producteur pour la marque danoise, explique que ces équipes utilisent cette technologie pour modéliser plus facilement des personnages ou des animaux, comme des poissons.

Lego mise sur la réalité augmentée pour diversifier les expériences de enfants

Surtout, cela augmente les possibilités de storytelling. Les gammes Nexo Knights et Hidden Side en sont la preuve. Pour les chevaliers futuristes, une application mobile leur confère de nouveaux pouvoirs. À cet effet, Lego a crée de nombreux boucliers à collectionner. Dans la face avant de ces items se cache un layout développé par PTC. Celui-ci indique quels pixels présents sur l’image vont déclencher les fonctionnalités de réalité augmentée. Depuis l’application, chaque composant est matérialisé par une animation.

Lego a été plus loin avec la série Hidden Side. Cette fois-ci, plusieurs éléments de chaque montage disposent d’une action spécifique associée à un jeu mobile. Les enfants construisent et explorent une ville fantôme dans laquelle les esprits frappeurs peuvent apparaître à tout moment sur l’écran de leur smartphone. Il leur suffit de pointer le téléphone vers les points d’intérêts.

Le fabricant danois a dû adapter ses manuels pour rappeler les bonnes conditions d’utilisation de la réalité augmentée. Le principal problème réside dans le besoin constant de lumière. En ce sens, il a mené des tests dans 1000 foyers dans plusieurs pays. Durant cette phase, 768 scans ont été effectués dont 762 effectifs. Le taux de réussite atteint 99,2 %. Mais avant cela, les utilisateurs signalaient des problèmes suivant les types de sols sur lesquels les enfants jouaient. Les équipes ont donc appliqué des ajustements pour 24 surfaces différentes pour chacun des huit modèles.

Ces quelques cas d’usage prouvent que la réalité augmentée répond à de nombreux besoins. Selon une étude menée par IDC, 77 % des entreprises ont testé la technologie et le cabinet prévoit qu’elles dépenseront 19 milliards de dollars en 2019 pour s’équiper. Elles attendent notamment une hausse de 40 % de la productivité. Pas de doute, l’AR touche du doigt un niveau de maturité qui fera d’elle un atout indispensable des entreprises dans quelques années.

Cet article PTC veut prouver que la réalité augmentée arrive à maturité a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Magic Leap met sa réalité augmentée au service de la santé

Par Bastien L
magic leap one santé

Magic Leap annonce plusieurs partenariats avec des entreprises du secteur de la santé. L’objectif est de permettre aux professionnels du monde médical de profiter des possibilités offertes par son casque de réalité augmentée ML1…

Malgré sa volonté de démocratiser la réalité augmentée, Magic Leap peine à l’heure actuelle à séduire le grand public. Pour cause, son casque ML1 tarifé à 2300 dollars est bien trop cher pour la plupart des consommateurs.

C’est la raison pour laquelle l’entreprise américaine a décidé d’opter pour une stratégie similaire à celle de Microsoft avec son HoloLens, en partant à la conquête d’une clientèle d’entreprise. La firme annonce aujourd’hui une série de partenariats avec au moins cinq entreprises du secteur de la santé. L’objectif est d’équiper les laboratoires, cliniques et salles d’opération de casques Magic Leap One.

Magic Leap annonce des partenariats avec 5 entreprises du secteur de la santé

Tout d’abord, Magic Leap s’est associé à l’entreprise allemande Brainlab afin de développer un outil de visualisation spatiale en 3D pour l’imagerie médicale. Les cliniciens pourront ainsi analyser les images médicales ensemble dans la réalité augmentée. Par exemple, un médecin et un radiologue pourront étudier différents scans avant de procéder à une opération. De même, un chirurgien pourra s’appuyer sur les imageries affichées sur sa visière pendant une opération.

L’entreprise SyncThink, de son côté, utilise le eye-tracking du Magic Leap One pour diagnostiquer plus facilement les concussions et autres problèmes d’équilibre. Alors qu’elle utiliser le Magic Leap One depuis l’an dernier, la firme estime que les différents capteurs du casque peuvent s’avérer très utiles pour la santé du cerveau en permettant de déterminer facilement ce que voient et expérimentent les porteurs.

XRHealth, anciennement VRHealth, développe quant à elle une plateforme thérapeutique intitulée ARHealth pour le ML1. Cette plateforme délivre des outils de rééducation, de distraction de la douleur, d’entraînement cognitif et de soins psychologiques pour les patients. Ces derniers sont ainsi en mesure d’analyser leurs propres résultats pour ensuite les transmettre à leurs médecins.

Enfin, Magic Leap travaille avec la Dan Marino Foundation sur un outil permettant aux jeunes adultes atteints d’autisme à s’entraîner à passer un entretien en face à face. La firme développe aussi une application de formation pour les médecins, destinée au Lucile Packard Children’s Hospital Stanford.

Enfin, grâce à son partenariat avec AT&T, Magic Leap compte incorporer la 5G, l’IA et le Edge Computing à ses futures solutions médicales. Ces technologies pourraient par exemple faciliter la collaboration dans la réalité augmentée en réduisant la latence.

Cet article Magic Leap met sa réalité augmentée au service de la santé a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Hypergiant crée un casque AR digne d’Iron Man pour les miltaires

Par Bastien L
hypergiant casque iron man

Hypergiant a créé un casque de réalité augmentée conçu pour assister les militaires et les secouristes pendant leurs interventions. Un concept qui n’est pas sans rappeler le casque du super-héros Iron Man de Marvel…

Fondée en 2018, Hypergiant Industries est une entreprise américaine dont les bureaux sont situés à Austin, Dallas, Houston, Seattle et Washington DC. L’objectif de son CEO, Ben Lamn, est d’améliorer la sécurité des militaires, des policiers, des pompiers et des secouristes.

Pour ce faire, la firme a créé le Project Orion : un casque de réalité augmentée conçu pour fournir aux soldats et autres intervenants d’urgence les outils nécessaires pour rester en sécurité lors d’interventions en environnement dangereux.

Ce casque utilise la réalité augmentée pour superposer des informations virtuelles par dessus les images du monde réel. Il permet notamment de détecter et de classer automatiquement les formes et les objets, ou encore à mettre en lumière ou à masquer certains éléments.

Hypergiant veut offrir tous les outils dont ont besoin les militaires et les secouristes

L’appareil propose également des fonctionnalités de vision nocturne, infrarouge, thermique et bien plus encore. Son écran peut aussi afficher des informations pertinentes pour les utilisateurs dans toutes les situations d’urgence. En bref, ce casque n’est pas sans rappeler l’armure du super-héros Iron Man de Marvel

L’écran de définition 5K offre un champ de vision à 200 degrés. Il est possible d’opter pour différentes modes d’affichage, et le hand-tracking est assuré au même titre que les contrôles gestuels. Grâce à différents capteurs embarqués et à une connexion à différentes sources de données, il peut aussi collecter des informations. Enfin, il est possible de connecter le casque à différentes sources de données telles que le GPS ou les briefings de mission.

Encore au stade de prototype, le Project Orion pourrait toutefois être commercialisé dès 2020. Cet appareil pourrait être d’un grand secours pour les militaires, les forces de l’ordre et les secouristes, et on peut espérer que les services français s’en équipent à leur tour assez rapidement…

Cet article Hypergiant crée un casque AR digne d’Iron Man pour les miltaires a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Interstella VR : un remake en réalité virtuelle du film culte de Daft Punk

Par Bastien L
interstella vr

Interstella VR est un remake en réalité virtuelle du film d’animation Interstella 5555 du groupe Daft Punk, réalisé par un fan. Pour la première fois, vous pouvez vous immerger dans l’univers envoûtant de cette oeuvre cultissime…

En 2003, le groupe de musique électronique français Daft Punk s’associait au studio d’animation japonais Toei Animation pour donner naissance au film d’animation ” Interstella 5555 “. Ce long-métrage d’une heure marie la musique de l’album Discovery du célèbre duo avec une histoire captivante dessinée par Leiji Matsumoto, à qui l’on doit notamment Albator.

Au fil des années, cette oeuvre à la croisée des mondes est véritablement entrée dans la légende et jouit aujourd’hui d’un statut de film culte. Plus de quinze plus tard, le développeur VR australien Jake Donaldson a décidé de rendre hommage à ce bijou artistique à travers un remake en réalité virtuelle intitulé Interstella VR.

Interstella VR : revivez le clip de One More Time comme si vous y étiez

Il ne s’agit pas d’une reproduction complète, mais cette expérience vous propose pour la première fois de vous immerger dans l’univers envoûtant d’Interstella 5555. Pendant la fameuse chanson ” One More Time, vous pourrez par exemple assister au concert du groupe d’extraterrestres imaginaire depuis la fosse et sauter en rythme avec les autres spectateurs en délire. Vous pourrez non seulement vous déplacer dans le public en marchant ou en vous téléportant, mais aussi interagir en lançant par exemple des feux d’artifice avec vos mains.

Malheureusement, la scène durant laquelle les forces militaires interviennent pour capturer les musiciens n’a pas été reproduite dans ce bref remake en VR de 5 minutes. Il s’agit toutefois d’une occasion unique de plonger dans cet univers imaginaire.

Interstella VR est disponible au téléchargement à cette adresse, et compatible avec tous les casques compatibles Steam VR. Si le succès est au rendez-vous, peut-être Jake Donaldson envisagera-t-il de reproduire l’intégralité du film en réalité virtuelle

Cet article Interstella VR : un remake en réalité virtuelle du film culte de Daft Punk a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌