Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Un eGPU pour Macintosh… en SCSI

Par Pierre Dandumont

Récemment, j’ai récupéré un boîtier PowerView de chez Radius. Il s’agit d’une carte graphique externe en SCSI. Oui, c’est assez particulier.

Je l’ai reçue sans alimentation externe, donc pour information (et pour mon moi du futur qui cherchera) : il faut un bloc en 5V et 3A, continu, + au centre. La liste de compatibilité officielle comprend Mac Classic II, Powerbook 140, 145, 145b, 160, 165, 170, 180 and 180c. En pratique, j’ai testé sur un Macintosh LC III sans problèmes.

La carte est assez imposante, nécessite une alimentation externe et se branche en SCSI Centronics. Elle propose deux prises pour le chaînage, un sélecteur pour l’ID SCSI et deux sorties vidéo. Une prise DA-15 pour les écrans Apple et une DE-15 (VGA) pour les écrans de PC. En interne, elle contient selon la page Wikipedia une puce TMS34010, un accélérateur vidéo des années 80. Vous trouverez les pilotes sur cette page. Sur les pilotes, justement, j’ai dû ouvrir l’image disque et copier manuellement le Tableaux de bord au bon endroit, l’installeur indiquait que je n’avais pas la bonne disquette en travaillant depuis l’image disque.

La carte


Les prises


Les infos (le 0346 indique le modèle exact)

La carte a ses limites, que cette vieille FAQ détaille. La carte peut afficher du 800 x 600 au maximum en 256 couleurs (version 0346, la mienne) ou du 1 152 x 870 (la version 0366). Visiblement, System 7.1 semble le dernier OS supporté, et il existe une version 2.2 bêta pour certains Mac. Sur les Mac “récents”, ça ne fonctionne pas. Je n’ai trouvé que PowerView 2.1, mais ça fonctionne, donc. Dans les autres trucs à savoir, il dépend de Color QuickDraw (donc de la ROM des Mac) et il existe d’autres versions et d’autres modèles (SuperMac SuperView, Aura ScuzzyGraph, etc.).

Il est bien vu comme second écran

J’ai branché la carte à mon Macintosh LC III, mis une terminaison (pas obligatoire, visiblement) et installé les pilotes, donc. A l’usage, l’OS lui-même est un peu lent. La souris bouge avec un lag visible, comme le déplacement des fenêtres. C’est plus fluide sur la carte vidéo intégrée, c’est évident. Une fois l’écran externe indiqué comme écran principal (comme dans un Mac moderne, en déplaçant la barre de menus sur le bon écran), on peut lancer des logiciels. C’est un peu plus lent que sur l’interne, mais tout à fait jouable dans le cas de Prince of Persia, par exemple. Plus largement, pour un écran externe de présentation (par exemple), c’est amplement suffisant à l’époque. C’est mieux en interne, c’est évident, mais c’était une solution valable pour l’époque.

256 couleurs max


Plusieurs choix possibles


Les options du Tableau de bord

Dans la vidéo, je mets quelques mouvements de souris, le changement d’écran principal, le lancement de quelques jeux, etc. C’est fluide dans les jeux, choppy dans l’interface.

Le SCSI2SD évolue : cartes SD et version externe

Par Pierre Dandumont

Depuis un moment maintenant, j’utilise un adaptateur SCSI2SD dans un de mes Mac : il s’agit d’une carte qui permet de remplacer le disque dur SCSI par une carte microSD. Depuis, deux autres versions sont sorties, dont une externe.

Premièrement, la version 5.1. Elle reprend les fonctions de la version que je possède : connecteur 50 broches, alimentation par le bus, Molex ou USB, débit assez faible (de l’ordre de 1,5 Mo/s quand tout va bien). La carte change plusieurs choses : l’alimentation passe d’une prise Molex (disque dur) à la version floppy, plus compacte, elle passe par des cartes SD au lieu de microSD et elle possède un emplacement pour une prise DB25 femelle, que certains revendeurs peuvent installer. Cette prise permet de chaîner des périphériques sur le bus interne, ce qui peut être intéressant. Enfin, la gestion de la terminaison passe par une option logicielle plutôt que par une véritable bande de résistance.

La v5.1 avec une prise DB25 ajoutée

Cette version 5.1 amène donc des changements pratiques (les résistances, le DB25) et d’autres sans conséquences réelles. Vu les débits, le passage microSD à SD n’apporte rien, même si c’est parfois plus simple de gérer des SD vu la taille. On trouve la carte chez son créateur (en Australie), chez des américains ou chez des anglais (le plus simple pour la France). Les deux derniers proposent l’ajout de la prise DB25 pour une dizaine d’euros.

La seconde, la v5.5, est une version externe de la carte. Elle se branche en DB25 (la prise la plus courante sur les Mac), s’alimente via le bus ou en USB et contient une carte microSD. Les performances sont les mêmes que les deux autres, mais la carte dipose d’une terminaison intégrée qui ne peut pas être désactivée. En clair, elle doit être en fin de chaîne, ce qui semble tout de même logique : elle n’a pas de seconde prise…

v5.5


v5.5

Elle se trouve chez son créateur ou chez les américains. Le seconde vendeur semble un peu plus cher, mais le boîtier semble de meilleur qualité sur les photos.

Pour terminer, le créateur du SCSI2SD indique que le SD2SCSI des Japonais de chez Artmix reprend visiblement le design open source de son produit, mais sans respecter la licence.

En tout cas, les adaptateurs SCSI2SD simplifient les choses pour réinstaller un ancien Mac ou pour en profiter avec un confort presque moderne, même si les performances laissent à désirer et que le prix demeure un rien élevé.

❌