Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierHardware

Zalman annonce les boitiers Mini-ITX Z-MACHINE 300

300€, c’est le tarif du nouveau Zalman Z-Machine 300. Pas donné pour ce joli bébé de 33 cm de profondeur pour 31 cm de haut et 16 cm de large. La compacité à un prix et il est malheureusement un peu élevé pour ce modèle haut de gamme livré avec RGB mais sans alimentation.

Zalman Z-Machine 300

Sur la façade avant de l’engin, on retrouvera donc un bandeau RGB programmable, un bouton de démarrage mais zéro connectique. L’objet est destiné à une utilisation désaxée sur un coin de bureau où on pourra déporter un hub USB, par exemple.

Zalman Z-Machine 300

Sur les côtés, des baies transparentes en acrylique permettant un bon découpage pour une circulation d’air optimisée et sur l’arrière, de quoi accueillir une carte mère Mini-ITX mais également une carte graphique double slot maximum pouvant aller jusqu’à  310 mm de long.

Zalman Z-Machine 300

L’alimentation n’est pas fournie et il faudra piocher dans des catalogues de modèles SFX ou SFX-L pour équiper l’ensemble. Le Z-Machine 300 prévoit également l’espace disponible à l’intégration de deux dissipateurs de 240 mm en haut et en bas du châssis. Un Riser fournit permet de séparer les deux composants dans deux chambres séparées pour éviter un emballement thermique.  De quoi intégrer un système de watercooling efficace pour le processeur et la partie graphique d’une configuration musclée. 

Zalman Z-Machine 300

Il sera également possible d’utiliser le boitier en ventilation à air standard même si ce n’est clairement pas sa vocation grâce à ses nombreuses ouvertures et un support pour ventilateur. 

Disponibilité attendue rapidement en Europe et en France même si il est difficile de faire le moindre pronostic en ce moment. Reste un détail d’importance, le tarif de l’objet. A 300€ et sans alimentation, le Zalman Z-Machine 300 se place face à des productions plus artisanales et souvent plus abouties encore sur ce marché particulier du Mini-ITX.

Zalman annonce les boitiers Mini-ITX Z-MACHINE 300 © MiniMachines.net. 2020.

AOSIMAN ASM-156UC : Un écran portable UltraHD pour tous vos appareils

L’écran AOSIMAN ASM-156UC est une solution assez haut de gamme construite dans un châssis en métal permettant une intégration relativement compacte. L’objet mesure 36.3 cm de large pour 22.3 cm de haut avec une épaisseur de 6 à 10 mm. Des dimensions qui correspondent à un portable 15.6″ classique et qui enferment un écran plutôt haut de gamme.

AOSIMAN ASM-156UC

L’affichage proposé est fait via un écran IPS aux larges angles de vision, 176° annoncés, ce qui permettra de regarder l’écran à plusieurs sans soucis. Mais c’est surtout la définition qui change nos habitudes puisque l’écran est un vrai UltraHD en 3840 x 2160 pixels. Un affichage haut de gamme qui gère le HDR et offre un rafraîchissement de 60 Hz avec une colorimétrie NTSC de 72%. Les bordures supérieures et latérales sont de 5 mm et le tout est livré avec une pochette de protection servant aussi de béquille pour porter l’écran debout.

AOSIMAN ASM-156UC

Ces caractéristiques techniques donnent une large gamme d’usages à l’objet. Le AOSIMAN ASM-156UC servira aussi bien comme écran principal d’un MiniPC dans un poste le plus discret possible qu’en accompagnement d’un ordinateur portable pour du double écran. Mais il permettra également de brancher une console de jeu ou une TV-Box quelconque proposant du HDMI pour une solution multimédia. Il pourra devenir un allié précieux pour une Switch ou autre console de jeu Next-Gen. Associé à un appareil photo ou une caméra, il pourra permettre de regarder vos clichés en mobilité ou de vous aider à faire vos mises au point. Enfin, il offre la possibilité de connecter un smartphone pour retrouver sur grand écran et en ultra haute définition vos contenus préférés.

AOSIMAN ASM-156UC

Cette large gamme d’emplois s’explique par la présence de deux entrées vidéo différentes avec un port USB Type-C pour un smartphone, un portable ou une Switch par exemple. Ainsi qu’une entrée MiniHDMI pour les autres appareils. A noter que le choix du MiniHDMI est excellent puisque cette connectique est beaucoup plus robuste que le MicroHDMI. L’alimentation de l’engin étant, quant à elle, assurée par le second port USB Type-C avec le chargeur fourni. Je n’ai aucune idée de la possibilité d’alimenter l’écran avec une batterie portable.

AOSIMAN ASM-156UC

Le AOSIMAN ASM-156UC propose également une sortie casque au format jack 3.5 mm ainsi qu’une paire d’enceintes stéréo. Un support VESA 75 x 75 permet de le fixer sur un support ad-hoc ou sur un bras articulé, par exemple. La possibilité de fixer au mur l’écran est également un gros plus pour certains usages professionels.

AOSIMAN ASM-156UC
Avec un poids 987 grammes, auquel il faudra ajouter les câbles et l’alimentation nécessaires à son usage, cet écran est une très bonne solution mobile. aussi bien pour une séance de jeu ou de vidéo dans une pièce de la maison que pour travailler en mobilité. Associé à un ultraportable, la fonction double écran peut s’avérer également intéressante. 

La cerise sur le gâteau vient du tarif de l’engin, le 15.6″ AOSIMAN ASM-156UC est proposé à 192.26€ avec le code promo NNNASM chez Geekbuying. Un tarif assez doux pour cet engin face à une concurrence en FullHD souvent au même niveau de prix. A noter que d’autres références existence chez le constructeur, en tactile comme en non tactile, en 2K comme en FullHD également mais ces autres références n’ont pas forcément les mêmes caractéristiques de dalle et de connectique.

AOSIMAN ASM-156UC : Un écran portable UltraHD pour tous vos appareils © MiniMachines.net. 2020.

Utiliser une manette 8BitDo sous iOS 13

Avec iOS 13, Apple a ajouté le support des manettes Xbox One et PlayStation 4 dans son OS. Mais uniquement celle des deux grands constructeurs : celles des autres fabricants sont exclues de façon articifielle. Vraiment ? Il existe une astuce pour utiliser une manette 8BitDo (et sûrement d’autres) sous iOS 13. Testé et approuvé.

Je parle des manettes 8BitDo parce qu’elles sont de bonne qualité en général et qu’elles se trouvent assez facilement. La SF30, qui reprend le feeling général d’une manette de Super NES mais avec des ajouts modernes, vaut une quarantaine d’euros. Ce n’est pas tellement moins qu’une manette de Xbox One ou de PlayStation 4, mais on peut préférer la prise en main (ou en avoir une). J’ai testé avec une vieille N30 Pro, qui n’est plus supportée par le fabricant, mais ça passe de la même façon avec d’autres.

Ma vieille manette et un iPad

La première chose à faire va être d’aller lire le manuel de la manette 8BitDo et de mettre à jour le firmware. Il va en effet falloir vérifier comment démarrer la manette dans différents modes. 8BitDo, pour une compatibilité maximale, triche en effet un peu : en mode Mac, la manette envoie des commandes HID, en mode iCade (j’en reparlerais), elle propose une émulation clavier, en mode Xbox, des commandes Xinput, etc. Selon les cas, il faudra passer en mode Xbox (sur ma manette, je dois presser X et le bouton power en l’allumant) ou en mode Mac. Le problème vient de la façon dont iOS filtre artificiellement les manettes sur le nom du périphérique… Avec ma manette, ça marche en mode Xbox.

Au lieu de jumeler la manette dans le menu Bluetooth, il faut se rendre dans Accessibilité -> Contrôle de sélection (pas besoin de l’activer) -> Boutons -> Appareils Bluetooth…. Ensuite, il suffit de choisir la manette, qui devrait apparaître. La compatibilité varie un peu : les versions récentes de chez 8BitDo s’affichent comme des manettes de PlayStation 4 (donc sous le nom Wireless Controller) en mode Mac, ce qui fonctionne. La mienne pas, mais en mode Xbox, elle a le nom 8Bitdo NES30 Pro(x) et ça marche. Je vous conseille de tester d’abord le mode Mac, ensuite le XBox si ça ne passe pas.




Une fois que c’est réglé là-bas et que la manette est connectée, elle devrait être utilisable comme une manette compatible MFi dans les jeux. Sur mon iPad, un logiciel de test voit la manette, et je peux jouer à Crossy Road Castle (j’aime beaucoup). Et Castlevania : Symphony of the Night, qui ne marche pas avec ma manette MFi filaire, accepte la manette avec cette astuce sur mon iPhone.

La manette est bien vue


Et je peux jouer !

Je ne garantis pas que ça fonctionne avec toutes les manettes Bluetooth, mais si vous n’avez pas de manettes compatibles officiellement, l’astuce fonctionne encore sous iOS 13.3. A noter que tout ça vient des limitations arbitraires d’Apple : d’un point de vue technique, iOS 13 bride juste sur le nom de l’appareil (et peut-être l’adresse MAC) dans la recherche. Mais en théorie, n’importe quelle manette HID ou Xinput fonctionne. Business is business.

Le port micro USB caché de la SteelSeries Stratus XL

En changeant les piles de ma manette SteelSeries (une Stratus XL iOS), je me suis rendu compte qu’elle possédait un port micro USB « caché ».

Il n’est pas caché comme sur les caméras Arlo, vu qu’il sert pour les mises à jour de firmware, mais il n’est pas accessible directement tout de même. Je me suis donc posé une question : est-il possible de jouer en filaire ? La réponse est malheureusement non. Une fois connecté en micro USB, la manette est vue comme un périphérique HID mais pas comme une manette. Bizarre ? Oui et non. L’interface sert uniquement à la mise à jour de firmware. En clair, impossible de jouer sans Bluetooth, que ce soit sous macOS (ou Windows) ou iOS.

Le compartiment des piles (évidemment des Apple)


Le port USB caché

Mais le micro USB n’est pas totalement inutile : il permet d’alimenter la manette. Une fois reliée à une source d’énergie, elle fonctionne en Bluetooth comme si vous aviez installé des piles. Petite bizarrerie, d’ailleurs, il n’y a pas besoin d’allumer la manette dans ce cas là : elle fonctionne directement. Ce n’est pas très pratique, vu qu’il faut enlever le capot du compartiment des piles et que la prise n’est pas très accessible, mais si vous manquez de piles, c’est une solution acceptable.

La manette est à jour


C’est le moment de jouer

A noter, enfin, que depuis mon premier test, le comportement a été modifié (sûrement via une mise à jour de firmware). Elle ne fonctionne plus en HID, mais – au moins – macOS supporte correctement les manettes iOS. Si vous êtes abonnés à Apple Arcade, vous pouvez donc profiter des jeux avec la manette.

Let’s Play Apple Pippin : Tetsuman Gaiden

Comme je suis confiné, j’en profite pour tester quelques jeux Pippin en vidéo, ce que j’avais fait il y a un moment. Cette semaine, Tetsuman Gaiden.

Je sais que c’est assez artisanal, le montage vidéo (et le stream), ce n’est pas mon truc. Mais je pense que c’est intéressant d’avoir des images des jeux Pippin. Pour info, j’utilise OBS avec une carte d’acquisition (un Elgato Cam Link) avec un adaptateur VGA vers HDMI. J’ai monté ça rapidement, et a qualité est quand même meilleure que dans les vieux tests ou je faisais l’acquisition en S-Video.

Tetsuman Gaiden, donc, est un titre hybride qui fonctionne sur Pippin et Macintosh. Il utilise correctement la manette de la console, ce qui est plutôt rare. Le jeu est en japonais, avec pas mal de voix. J’ai joué pendant une dizaine de minutes sans trop savoir ce que je faisais. Il y a pas mal de petites épreuves, mais je ne sais pas à quoi elles correspondent. Je ne peux pas vraiment juger le jeu, je n’ai pas compris réellement le but.

Le jeu n’utilise pas de fonctions spécifiques de la Pippin en dehors de la manette, donc pas besoin de RAM, pas d’impression, etc.

La pochette


Compatible Macintosh (68K)

Mac ou Pippin ? Tetsuman Gaiden


Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Tetsuman Gaiden.

Tetsuman Gaiden fonctionne sur Mac et demande une configuration assez faible (un 68030 avec 8 Mo de RAM) et la variante Mac diffère assez peu de la version Pippin. Elle s’affiche de la même façon, en 640 x 480, avec en plus la prise en charge de l’overscan, donc avec une fenêtre réelle plus petite. C’est assez courant dans les jeux Pippin, et prévu par Apple et Bandai : pour prendre en compte le fait que certains téléviseurs mangent une partie de l’image, les jeux s’affichent dans une fne^tre un peu plus petites que le 640 x 480 pour éviter ça, avec des bandes noires.

L’icône porte un petit .Mac


L’intro


L’intro

Les textes japonais s’affichent correctement sur ce titre, même avec un OS en anglais, mais l’interface est vraiment la même que sur Pippin. Les indications à l’écran pour montrer quel bouton de la manette Pippin il faut presser restent présente… mais ne fonctionnent pas. J’ai branché une manette en ADB mais même avec les pilotes, ça ne marche pas. Il faut donc déplacer la souris sur l’image du bouton pour activer les options, ce qui est un peu fastidieux. C’est un portage Mac assez basique, sans aucune modifications, donc.

On voit bien les barres noires




En bas, les indications qui ne servent pas


Gameboard EGB-10 : la manette pour les téléphones Sony Ericsson

Dans les produits un peu particuliers du début des années 2000, il y a les accessoires de jeu pour les téléphones. Comme cette manette pour certains téléphones Sony Ericsson.

L’EGB-10 utilise le connecteur standard de l’époque (disparu avec le K750i en 2005) mais n’est pas compatible avec tous les appareils. La manette se présente sous la forme d’un pad assez basique, avec une croix directionnelle ronde et peu précise, et quatre boutons. L’ordre et les couleurs ne sont évidemment pas standards. La manette se place derrière un téléphone, avec une pince amovible prévue pour fixer le téléphone. Dans mon cas, j’ai la fixation pour un Z600 (un modèle à clapet) mais il en existe visiblement pour des modèles moins larges, comme le T610. Le connecteur mâle est sur un câble assez rigide, pour gérer les téléphones un peu grand, et l’accessoire possède aussi une prise femelle pour la charge.

La manette


Un guide à l’arrière pour le câble


Avec un T610

Sur un T610, le menu de l’accessoire passe bizarrement en anglais. On peut faire plusieurs choses pour adapter le pad aux jeux. Un système de profil permet de changer l’assignement des boutons, ce qui est pratique pour les jeux qui utlisent le pavé numérique, comme Q*bert. On peut aussi définir le fonctionnement au branchement, entre le profil par défaut et le choix d’un profil.

Menus en anglais

Avec mon T68i, c’est encore plus simple : ça ne fonctionne pas. Un « Not Supported » apparaît au branchement. En pratique, le menu fonctionne, mais c’est tout.

Pas de T68i

J’ai essayé avec quelques jeux sur le T610, et ça marche assez bien. En fait, le pad remplace directement le joystick en général (dans les menus aussi) et on peut assigner les boutons et la croix à n’importe quelle fonction. Le plus compliqué, surtout en 2020, c’est de trouver des jeux qui passent sur les vieux téléphones en Java, en fait. J’avais quelques jeux dans l’appateil, et j’ai installé OutRoad, qui marche assez bien avec la manette.

Q*bert


OutRoad


Un jeu de golf en allemand

Ce n’est pas vraiment l’accessoire du siècle, les boutons sont un peu cheap, mais pour les jeux mobiles de l’époque, c’est tout de même mieux que les touches du clavier et le joystick.

❌