Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Samsung confirme le Galaxy Book S sous Intel Lakefield

Ce Galaxy Book S Intel n’a pas de prix ni de date de sortie, il est apparu subitement sur le site canadien de Samsung. Ce n’est, à vrai dire, pas une surprise puisque Intel avait vendu la mèche lors de la présentation de ses solutions Lakefield. Mais cela ne fait que confirmer le faible appétit du marché pour les version ARM des solutions Windows.


Galaxy Book S
Le Galaxy Book S est sorti sous Snapdragon 8cx en début d’année après un petit retard à l’allumage puisqu’il était prévu pour Septembre. La machine n’a pas eu droit à une énorme distribution et n’a, par exemple, pas atteint la France. Lorsque cette nouvelle d’une commercialisation outre atlantique est arrivée jusqu’à mes oreilles, j’ai interrogé plusieurs contacts chez les revendeurs français comme dans la grande distribution. La réponse à ma question a alors été unanime. Que Samsung le propose ou non en France, de toutes façons, personne  ne voulait le stocker et le vendre.

Galaxy Book S

Le chat n’est plus seulement échaudé par les désastreuses aventures précédentes de Windows sous ARM, il souffre le martyr et panse encore des brûlures graves. Les revendeurs ne veulent plus entendre parler de ces solutions “avant tout décevantes” des constructeurs m’a dit un de ces acteurs. Le problème étant que dans la VPC, le taux de retour de ces machines est catastrophique. Tellement que cela en fait un une ligne de pertes dans le bilan des ventes au lieu d’être une ligne de bénéfices.

Bref, le Galaxy Book S Qualcomm est sorti en Amérique du Nord. Où il n’a pas connu grande gloire commerciale apparemment malgré des tests vantant ses deux principales qualités : Une autonomie de chameau et une connectivité 4G. 

Galaxy Book S

Et voilà donc que le Galaxy Book S Intel apparaît sur le site de Samsung. On le découvre équipé d’une puce Intel Lakefield Corei5-L16G7, une solution très particulière construite avec la technologie Foveros du fondeur. Cette solution associe quatre cœurs Intel Atom Tremont et un cinquième coeur Sunny Cove de même architecture que les Ice Lake de dixième génération.
Loin d’être bancale, cette idée de mixer les puces est en réalité très proche de ce que propose ARM avec ses solutions big.LITTLE. On utilise les “petits” coeurs peu gourmands pour les tâches légères, en solo ou en groupe et en variant fortement leurs fréquences. Le “gros” coeur n’est, quant à lui, activé que pour les tâches les plus lourdes pour éviter de plomber l’autonomie de l’engin. En cas de demande très forte, les cinq coeurs peuvent être mis à contribution en même temps. C’est donc une technologie intéressante pour un engin ultramobile comme ce Galaxy Book S. Il ne proposera peut être pas la même autonomie que son grand frère en Qualcomm mais pourra lancer tous les programmes Windows rapidement et sans émulation. Une différence notable qui rendra la machine beaucoup plus efficaces pour les programmes les plus complexes.

Samsung

Le jeu des pas beaucoup d’erreurs

Les éléments communs aux deux engins sont nombreux. On retrouve le même écran de 13.3″ en FullHD tactile avec une dalle IPS. 8 Go de mémoire vive DDR4 et 256 Go de stockage de type eUFS. Des composants équivalents à la machine sous Snapdragon. On retrouve un Wifi6 et du Bluetooth 5.0, le modèle ARM est en Wifi5 et Bluetooth 5.2 avec en prime, donc, un modem 4G LTE.

Galaxy Book SGalaxy Book S

Pour le reste, c’est équivalent, même connectique minimaliste avec 2 ports USB 3.1 Type-C, un lecteur de cartes MicroSDXC et  un jack audio 3.5 mm combo. La même batterie 42 Wh, la même webcam 1 mégapixel accompagnée d’un micro et de 4 hauts parleurs 1.21 Watts signés AKG compatibles Dolby Audio. Le clavier chiclet rétro éclairé est identique également. Les deux engins font la même taille avec 30.52 cm de large et 20.32 cm de profondeur pour 1.18 cm d’épaisseur. La version Intel est plus légère de 10 grammes à 0.95 Kg, probablement à cause de l’absence de solution 4G embarquée. On ne connait pas le prix ni l’autonomie du nouveau modèle, la version Snapdragon est, quant à elle, proposée à 1000$ aux US.

Source : NotebookCheck

Samsung confirme le Galaxy Book S sous Intel Lakefield © MiniMachines.net. 2020.

L’univers Pokémon en mode sombre et réaliste

Par : Shadows

Pati & Lemo (duo de réalisateurs composé de Clément Martin et Fabrice Léger), le character artist Florian Malchow et l’environment artist Thomas Jerz nous présentent un projet ambitieux qui leur a demandé 2 ans et demi de travail sur leur temps libre : Pokémon – Dark Edition.

Le concept : la bande-annonce d’un film fictif qui se situerait dans une version sombre et plus réaliste de l’univers Pokémon.

Le résultat est impressionnant de qualité. Le quatuor de réalisateurs, comme l’indiquent les crédits finaux, a évidemment été épaulé par d’autres artistes tout aussi talentueux.

Notez enfin que Pati & Lemo ont lancé un projet Kickstarter il y a quelques jours.

L’article L’univers Pokémon en mode sombre et réaliste est apparu en premier sur 3DVF.

Qualcomm Quick Charge 3+ pour charger plus vite en USB Type-A

Le nouveau format Quick Charge 3+ est censément aussi rapide que le Quick Charge 4+, pour autant il s’agit bien d’une nouveauté. La grosse différence entre les deux vient du format de départ de la prise USB.

Quick Charge 3+

Le Quick Charge 3+ peut être intégré à des solutions USB Type-A qui utiliseront ensuite un câble pour se connecter en USB Type-C. Le format Quick Charge 4+, quant à lui, doit obligatoirement fonctionner d’USB Type-C à USB Type-C. Et cela fait une sacrée différence. 

De nouvelles machines vont pouvoir ajouter un port USB 3.0 classique sur leur châssis qui offrira la possibilité de charger un appareil en Quick Charge 3+. Cela coûtera moins cher et aura toute sa place sur un engin classique même si celui-ci ne profite pas de fonctions accessoires comme le Thunderbolt ou autre. Des chargeurs USB pourront également proposer des ports USB Type-A et Type-C tous deux capables de proposer un service de charge rapide. Ce qui signifie que vous n’aurez plus à balader avec vous un câbles USB Type-C aux deux extrémité mais que vous pourrez compter sur un câble plus classique en Type-A et Type-C pour recharger vos appareils.

Gros point positif, le format permet de baisser le nombre de composants à intégrer dans la solution à charger si celle-ci est équipée des puces de Qualcomm. La partie régulation de charge et protection incombant alors au SoC. Un point qui permet de baisser les coûts de production mais également de libérer de l’espace sur un smartphone par exemple.

Quick Charge 3+

Le format Quick Charge 3+ est évidemment rétro compatible avec les précédents formats de Qualcomm. Il promet de remettre d’aplomb une batterie vide à moitié de sa capacité en 15 minutes avec les appareils compatibles. Appareils qui ne sont pas forcément nombreux pour le moment puisque la marque annonce une compatibilité avec les puces Qualcomm Snapdragon 765 et  Snapdragon 765G. Ces puces seront suivies d’autres modèles dans le futur.

Le Quick Charge est une licence et il est possible qu’un constructeur s’appuie sur ce protocole sans avoir forcément un SoC Qualcomm à bord de sa machine. On se souvient par exemple du Asus Transformer T100 qui proposait ce format de charge rapide avec à son bord… un processeur Intel. Evidemment, pour tirer parti de tous ses avantages, il est nécessaire de suivre la recette de Qualcomm avec tous  ses ingrédients…

Source : Qualcomm

Qualcomm Quick Charge 3+ pour charger plus vite en USB Type-A © MiniMachines.net. 2020.

LDLC greffe TopAchat à son activité

C’est donc au tour de TopAchat. En Mars 2016, LDLC rachetait son concurrent de toujours qu’est Materiel.net. Depuis 4 ans, les deux enseignes ont continué à exister avec deux sites différents et des approches alternatives même si une bonne partie du catalogue et des moyens techniques est devenue commune. La raison économique l’emportant évidemment sur l’image des magasins.

Surprise !

Il y a peu encore, un ami s’étonnait de voir une commande Materiel.net être estampillée LDLC pour sa livraison via Chronopost, les deux sites ont gardé leurs façades mais derrière celles-ci, le stock, les achats et les expéditions ont été unifiés.

Ce dragon à deux têtes va donc en avoir une troisième puisque l’autorité de la concurrence a validé fin Mars la reprise de TopAchat qui quittait le groupe Carrefour où il avait été repris avec RueDuCommerce. TopAchat, c’est le Highlander du marché PC Français, le “petit” distributeur navigue en poisson pilote avec différentes marques depuis des années. Alapage, Clust, RueDuCommerce et Altarea, Carrefour et dorénavant LDLC.

Distribution de produits informatiques et électroniques

LDLC fait ici une bonne affaire en ajoutant gentiment 90 millions de chiffre d’affaire à son propre bilan. La réussite de TopAchat est indéniable au vu de ses maigres moyens marketing. Sa présence sur les réseaux sociaux, son nouveau site et sa visibilité sur son secteur de prédilection sont assez impressionnants. Un secteur très différent de celui de LDLC ou de Materiel.net. TopAchat, c’est un public jeune, pas forcément aussi aisé que celui qui achète chez LDLC ou Materiel.net. Ce sont des joueurs pour beaucoup et également des personnes à la recherche de bonnes affaires. 

Configomatic

TopAchat, c’est également un configurateur, le Configomatic, une solution pour choisir efficacement, et pièce par pièce, un PC sur mesure. Une solution bien huilée qui a sorti des dizaines de milliers de PC de ses ateliers en jouant sur un ratio de performances, de qualité de montage et de prix tout à fait convaincants. Ces éléments sont des plus pour LDLC qui a déjà ce type d’offre mais ne séduit pas les mêmes personnes. C’est d’ailleurs un élément qui a pesé lourdement dans la décision de l’autorité de la concurrence. La différenciation entre la spécialisation de TopAchat en tant qu’assembleur sur mesure et LDLC comme fournisseur de produits informatiques au sens plus large. 

ConfigoMatic

Un fragment des PC assemblés par les équipes de TopAchat pour le mois de Mars 2020

Reste qu’il faut espérer que LDLC laisse les coudées franches à TopAchat et à sa petite équipe. Si on a clairement ressenti une évolution de l’offre de Materiel.net pour devenir de plus en plus un clone de LDLC, il est nécessaire que le nouveau venu garde ses différences. Au niveau de ses tarifs bien sûr mais également de son catalogue. La marque a pu s’appuyer sur des composants moins grand public. Des marques de cartes graphiques plus exotiques, des SSDs moins connus et autres produits qui ont participé à la réussite du marchand en baissant le prix de revient des stations qu’il montait et garantissait. Cet exotisme doit perdurer et devrait même, à mon avis, être amplifié. Avec ce trio de boutiques connues, LDLC a désormais les moyens de proposer ses propres marques sur des secteurs concurrentiels de pièces détachées. Avec son volume énorme de vente, jouer cette carte en d’adressant à plusieurs canaux en parallèle peut être très bénéfique pour le groupe comme pour sa clientèle. 

TopAchat en 1999TopAchat en 1999

Bien sûr, il existe le risque de voir TopAchat se faire phagocyter par LDLC. De voir la petite équipe subir les processus et les problématiques du groupe. Je persiste à croire néanmoins que l’entité peut apporter beaucoup en continuant à travailler en poisson pilote. Laissant le grand LDLC-Materiel.net nager en douceur tout en sautant opportunément sur des marchés qui pourraient lui échapper. Cela semble d’ailleurs être la volonté de la direction de LDLC.

ConfigoMatic

Le fonctionnement de TopAchat jusqu’au mois dernier, quand il était adossé à RueDuCommerce, était très particulier. La marque se servait dans les stocks de son partenaire et assemblait ses machines avec ses propres équipes. Elle pouvait demander à RueDuCommerce et ses acheteurs des composants spécifiques à stocker pour elle. Ses connaissances et son expérience permettant de piocher des composants intéressants pour son catalogue et son fonctionnement. La marque était libre de pratiquer ses propres tarifs et si des promotions pouvaient être communes, TopAchat pouvait être moins cher que RDC sur un même produit. Son mode de fonctionnement étant moins coûteux, il pouvait mieux s’en tirer que son fournisseur. Dans cette nouvelle configuration, TopAchat devrait fonctionner de la même manière. En électron libre. 

Un bon exemple de ce fonctionnement est visible dans la reprise de la totalité de l’équipe de TopAchat mais également dans la volonté de LDLC de laisser cette nouvelle entité aux commandes de son propre service montage. TopAchat a récemment investi dans de nouveaux locaux pour son atelier d’assemblage et la marque va conserver cette structure pour assembler ses machines.

L’époque est à la restructuration et la concentration pour lutter sur un marché compliqué. Le rapprochement entre LDLC et TopAchat peut faire peur pour les  habitués du site. Mais entre RueDuCommerce et son approche multidisciplinaire et LDLC en tant que spécialiste informatique, le fonctionnement de l’enseigne peut largement y gagner.

Il faut également bien comprendre que sans ce rapprochement, l’avenir de TopAchat pouvait être engagé. Carrefour ne veut plus de RueDuCommerce qu’il a racheté en 2015 et qu’il va céder à ShopInvest. Une marque moins connue, pas du tout orientée High-Tech et déjà propriétaire d’une dizaine de sites dont les 3 Suisses. RueDuCommerce n’est toujours pas rentable et grève les lignes comptables de Carrefour qui veut largement se recentrer sur l’alimentaire. Résultat, le groupe est à vendre et TopAchat fait partie du lot.

Shopinvest ne veut pas spécialement de TopAchat même si ce dernier est rentable. L’investisseur s’intéresse surtout à l’outil technique qu’est RueDuCommerce ainsi que sa base client. Le petit poisson pilote qui monte des PC sur mesures n’entre évidemment pas dans la logique technique et financière d’un tel groupe très orienté Lifestyle.

Sans un fonctionnement adossé à une autre marque générant un plus gros chiffre d’affaire, TopAchat ne peut pas exister ou du moins pas du tout de la même manière. L’arrivée de LDLC est donc providentielle même si d’autres offres concurrentes ont pu être faites à Carrefour pour son acquisition. Sans une structure à même de lui servir de nouvelle fondation, TopAchat devrait soit changer ses tarifs, soit changer son organisation, soit… disparaitre.

Il sera toujours temps d’observer le comportement de TopAchat dans quelques trimestres même si la situation risque d’être compliquée à analyser dans un premier temps. Les soubresauts du marché liés à la pandémie vont largement brouiller les pistes pour les trimestres a venir.

LDLC greffe TopAchat à son activité © MiniMachines.net. 2020.

Concours 3DVF / NVIDIA / LDLC : découvrez les projets gagnants !

Par : Shadows

Le 29 février s’achevait notre concours “GPU Hivernal”, organisé en partenariat avec NVIDIA et LDLC.

Le jury, composé de l’équipe 3DVF, d’un employé de NVIDIA France, d’un employé de l’équipe Progiss (partenaire de 3DVF) et enfin de Mathieu Maurel, infographiste et co-administrateur du groupe Facebook 3D / CGI News, a donc passé en revue les quelques dizaines de participations.
Une tâche difficile : talent, créativité et énergie étaient au rendez-vous. Nous tenons d’ailleurs à féliciter l’ensemble des personnes ayant participé, y compris celles n’ayant pas pu finaliser leurs projets dans les temps : vous nous avez positivement surpris par la diversité et la qualité de vos idées.

Nous avons tout de même pu déterminer les vainqueurs, que voici.
Nous les recontacterons individuellement pour la remise des lots et la création des making-of.

1ère place : Rhinoceros, par enduercha

Maya, Zbrush, Substance Painter et Redshift ont été les outils adoptés par enduercha pour cette scène macro avec un scarabée rhinocéros affrontant le froid. Nous avons notamment apprécié le concept original, la qualité des détails, la composition simple mais efficace et le travail sur la lumière/la profondeur de champ. (n’hésitez pas à consulter le sujet de forum associé au projet)

enduercha remporte donc un ordinateur portable Gigabyte Aero 17 HDR XA-7FR4130SQ, doté d’un GPU NVIDIA GeForce RTX 2070 (Max-Q) et d’une valeur de 3000€ environ.

2ème place : La Cabane du Confiseur, par NCProduction

NCProduction nous propose ici un projet chaleureux malgré l’hiver, réalisé sous Blender et Cycles (en mode GPU) avec quelques ajustements colorimétriques sous Photoshop.
Belle composition, maîtrise de la lumière, un rendu presque cartoon : là encore, un très beau projet ! (Vous pouvez ici aussi voir le sujet de forum associé).

NCProduction remporte une carte graphique ASUS GeForce RTX 2080 Ti DUAL-RTX2080TI-O11G d’une valeur de 1380€ environ.

3ème place : Village perdu – el_julian

C’est un projet glacial que nous propose ici Julien Lesinge. Sous 3ds Max, Fstorm Render et World Machine, il a rendu à merveille l’ambiance d’un petit village isolé au coeur de l’hiver. (voir le sujet de forum)

Comme prévu, cette participation permet à el_julian de gagner une carte graphique Gigabyte GeForce RTX 2080 SUPER GAMING OC 8G (rev. 2.0) d’une valeur de 835€ environ.

Prix spécial du jury : La Locomotive, par 11mirko

11mirko a utilisé Maya, Houdini, Substance Painter, Arnold, Nuke pour créer cette surprenante scène d’une locomotive presque assiégée visuellement. Le soin apporté à la lumière et la persévérance dont 11mirko a fait preuve lui permettent de décrocher ce prix.

De quoi remporter une carte graphique Gigabyte GeForce RTX 2060 OC 6G d’une valeur de 380€ environ.

Un grand bravo à toutes et tous !

Comme indiqué en début d’article, déterminer les participations gagnantes n’a pas été chose facile, étant donné la qualité de nombreux projets. Nous tenons donc à saluer encore une fois votre travail, que vous soyez ou non sur le podium.
Nous allons d’ailleurs profiter de la fin de la semaine pour mettre en avant l’ensemble des participations, avec un article dédié.

Saluons également encore une fois nos partenaires pour ce concours, NVIDIA et LDLC, qui nous ont permis de vous proposer plus de 5000€ de lots.

Notez enfin que vous aurez d’autres occasions de montrer votre talent : nous comptons évidemment organiser d’autres concours similaires le plus rapidement possible !

L’article Concours 3DVF / NVIDIA / LDLC : découvrez les projets gagnants ! est apparu en premier sur 3DVF.

Simulation de foules : Atoms débarque sur Unreal Engine

Par : Shadows

Toolchefs annonce le lancement en beta ouverte d’Atoms Unreal, intégration sous Unreal Engine de son simulateur de foules.

Vous pouvez donc d’ores et déjà télécharger l’outil et l’utiliser à l’aide d’une licence d’évaluation gratuite. Cette dernière, valide durant toute la beta, ne vous imposera aucune restriction du moment que vous respectez les conditions d’utilisation générales du simulateur.

La page de l’annonce vous fournira documentation, tutoriels et aide pour bien débuter.

L’article Simulation de foules : Atoms débarque sur Unreal Engine est apparu en premier sur 3DVF.

Codec vidéo gratuit NotchLC

NotchLC

Les créateurs de Notch nous propose un nouveau codec vidéo NotchLC alimenté par GPU, dédié lecture live et supporte la couche alpha, encapsulage en .MOV ou .AVI. Le NotchLC apporte l’équivalent du 10 bits, rapide à décoder ou encoder avec un taux de compression d’environ 5: 1, donc beaucoup plus léger qu’un fichier HAP, ProRes 422 ou DXV.

Avec du matériel approprié et sur la papier NotchLC annonce jusqu’à 96 flux en simultanés au format 1080p30, 5 fois plus rapide avec l’accélération du processus d’encodage grâce à la puissance de la carte graphique, le codec propose 5 niveaux de compression, résolution max 16 384 x 16 384 pixels. Le codec NotchLC est propriétaire, gratuit à l’utilisation, il existe un SDK pour que les développeurs l’intègre à leurs logiciels. Pour l’instant le codec NotchLC est nativement pris en charge sur Ventuze, Disguise, Picturall et TouchDesigner.

NotchLC

En test dans les prochains jours avec les plugs pour la Creative Cloud.

Codec vidéo gratuit NotchLC est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

The future is video: IPV secures £4m investment to accelerate global growth

CAMBRIDGE, UK, 5 DECEMBER 2019: Media asset management software provider IPV has confirmed details of new growth capital that will enable it to further expand the global reach of its acclaimed MAM product, Curator. The £4m Series A round was led by SME-focused venture capital firm Mobeus Equity Partners, with additional ongoing finance secured from ...

The post The future is video: IPV secures £4m investment to accelerate global growth appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Artificial Arcadia – Measured and adjustable landscapes

Artificial Arcadia – Measured and adjustable landscapes
Created by Fragmentin in collaboration with KOSMOS architects, 'Artificial Arcadia' is an interactive installation that creates a performative scenographic landscape for visitors to explore and calls them to consider how contemporary landscape entangles natural, artificial and digital realms.

LE PÈRE DU JEU VIDÉO JAPONAIS — NISHIKADO

Par : greg

Connaissez-vous l’histoire du papa de Space Invader et tout le bordel que cela a créé au Japon ? La chaîne de P.A.U.L a réalisé dernièrement un petit documentaire (22 min) très intéressant sur le sujet. Je vous l’introduis et j’espère que cela vous donnera envie de le regarder. De 1968 à 1973, Nishikado perd son … Continuer la lecture de LE PÈRE DU JEU VIDÉO JAPONAIS — NISHIKADO

LE PÈRE DU JEU VIDÉO JAPONAIS — NISHIKADO

Par : greg

Connaissez-vous l’histoire du papa de Space Invader et tout le bordel que cela a créé au Japon ? La chaîne de P.A.U.L a réalisé dernièrement un petit documentaire (22 min) très intéressant sur le sujet. Je vous l’introduis et j’espère que cela vous donnera envie de le regarder. De 1968 à 1973, Nishikado perd son … Continuer la lecture de LE PÈRE DU JEU VIDÉO JAPONAIS — NISHIKADO

#AV-HLC100, le nouveau mélangeur compatible NDI présenté en vidéo

Julien Dulaurent nous présente toutes les fonctionnalités du nouveau mélangeur vidéo AV-HLC100. Ce mélangeur permet, entre autres, de piloter directement les caméras PTZ, mais aussi de récupérer l’audio et même de streamer directement la réalisation vers les plateformes en ligne (Facebook…). La norme NDI apporte l’interopérabilité des équipements.

❌