Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Du contrôleur à la source lumineuse, Enttec lance 10 nouveaux produits

Par admin

2019 est un grand cru pour ENTTEC qui lance 10 nouveaux produits. Depuis 1999 le fabricant Australien a beaucoup progressé. Après l’interface USB/DMX qui l’a rendu célèbre et il nous propose une gamme complète allant du contrôleur jusqu’à la source lumineuse.

Enttec proposait cette année une innovation importante, le 8PX60-12-B. C’est un ruban de 60 leds RGB par mètre pilotables individuellement, alimenté en 12 V alors que ce type de produit n’existait qu’en 5 V. Le contrôle individuel des leds a beaucoup élargi le champ des utilisations et notamment vers la diffusion d’images fixes ou animées. La première avancée avec ce nouveau ruban est de bénéficier d’une baisse de la puissance consommée par mètre et de pouvoir alimenter jusqu’à 7 m de ruban par ligne sans qu’une chute de tension devienne un problème de rendu.

Le nouveau ruban RGB 12 V avec un contrôle pixel par pixel

Pour ce produit, Enttec a conservé le ruban noir pour une intégration plus discrète. Une autre innovation importante ajoutée à ce ruban 8PX60-12-B concerne la redondance sur chaque led. Une ou plusieurs leds peuvent cesser de fonctionner, ou être retirées, sans que cela n’affecte le reste du ruban ce qui évitera de perdre toute une ligne dans une image. Nous avons également retenu que, « pour le moment », le ruban le 8PX60-12-B n’existe qu’en version RGB…

Le P-DOT-135 pour satisfaire toutes vos installations.

La seconde nouveauté en source lumineuse, le P-DOT-135 est une source led CREE XMLCTX RGBW produisant jusqu’à 1200 lumens, intégrée dans un habitacle de 135 mm de Ø complètement customisable.
Que ce soit le châssis en Aluminium, le dôme ou la connectique, tout peut être adapté aux différentes demandes.

Principalement conçu pour bénéficier d’une très longue durée de vie car résistant à des variations importantes de température (de -15° à 60°) il est principalement destiné aux projets architecturaux pérennes, mais peut tout aussi bien s’intégrer dans un événement éphémère.
Ce nouveau produit a donc aussi été étudié pour être utilisé en grande quantité. En plus de la possibilité de relier jusqu’à 128 sources par alimentation, le P-DOT-135 est équipé d’un système d’adressage automatique et de contrôle via le protocole WS2812B compatible avec les logiciels Pixelator, Plink System, Pixel Octo ou Pixel Triton.

Le Pixel Octo permet de gérer jusqu’à 300 pixels, seul ou via un contrôleur externe .

Pour Contrôler les différentes sources led, Enttec propose le boîtier Pixel Octo. Il se monte sur un Rail Din (Rail 35 mm standard des armoires électriques) et peut contrôler jusqu’à 300 pixels dispatchés sur 8 univers.
Il est compatible ArtNet, sACN, KiNet™ et ESP, ainsi qu’avec les protocoles de contrôle 3-wire et 4-wire (CLK). Il a, via une entrée déportée, la plage d’alimentation la plus large du marché qui va de 4 à 60 volts.

Pourvu de fonctions très pratiques comme le bouton d’identification qui permet de vérifier les connexions sans aucun signal de contrôle externe, il a été spécialement conçu pour simplifier la vie des installateurs. Les états lumineux fixes ou dynamiques peuvent ensuite être créés sur un système externe ou en utilisant le mode autonome à l’aide du générateur d’effets interne.

Le triton propose une solution rackable de contrôle et d’alimentation pouvant gérer jusqu’à 1 360 Pixels RGB. Il se configure très simplement sur n’importe quel ordinateur connecté au réseau.

On a aussi pu découvrir le tout nouveau Triton, le grand frère en version rackable du Pixel Octo avec une alimentation interne. Il est doté de deux sorties DMX contrôlant chacune 2 048 canaux DMX, d’une sortie RJ45 et entrée RJ45 pour les protocoles Art-Net et sACN.
Il peut contrôler jusqu’à 1 360 Pixels RGB ou 1 024 RGBW répartis sur 8 univers ! Si cela ne vous suffit pas il est possible d’étendre la capacité de contrôle en reliant plusieurs Triton via un câble RJ45.
Pour alimenter les sources led il est décliné en 2 versions, 260 W pour les systèmes 12 V et 300 Watts pour les alimentations en 24 V. Tout comme le Pixel Octo il est configurable via une page web mais ne comporte pas de mode autonome. Cet appareil plus destiné aux plateaux de télévision ou pour gérer les décors leds sur des évènements ou des concerts.

La dernière nouveauté est le Logiciel ELM qui permet de mapper les leds. Il est doté d’un visualiseur pour préprogrammer les états lumineux. Il y a également la possibilité de rentrer un signal audio pour une interaction entre le mapping et le son. Il est disponible en plusieurs versions allant de 16 à 2 048 univers.

Le logiciel ELM est une solution simple pour mapper jusqu’à 2 048 univers.

On visualise les effets en temps réel.

Plus d’info sur le site ESL et sur le site Enttec

Freevox recherche un(e) assistant(e) commercial(e) Administration des Ventes

Par admin

Freevox, qui accompagne au quotidien les professionnels de l’éclairage, de l’image et du son à travers la distribution des marques les plus significatives de l’industrie du spectacle, de l’événementiel, de l’intégration et de la musique recherche un(e) assistant(e) commercial(e) Pour travailler en binôme avec un commercial pour la partie back-office des commandes clients.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Magnum illumine la Tour Eiffel avec le Proteus Hybrid d’Elation

Par Patrick Cussigh

Avec 60 projecteurs dans une extraordinaire configuration en double hélice Magnum choisit le Proteus Hybrid d’Elation pour illuminer du 130e anniversaire de la Tour Eiffel.

Le 15 mai dernier, la Tour Eiffel fêtait son 130e anniversaire avec un spectaculaire Son & Lumière. Accrochés sur la dame de fer, 60 projecteurs Elation Proteus Hybrid étaient utilisés dans un extraordinaire agencement en double hélice. Résistantes aux intempéries, les lyres motorisées Proteus ont joué un rôle majeur dans ce spectacle.

C’est Magnum, qui participe depuis 2004 à la quasi-totalité des événements de la Tour Eiffel, qui a eu pour rôle de faire l’interface entre les idées artistiques du célèbre décorateur Bruno Seillier, et le directeur technique de la Tour Eiffel.
Conçu par Bruno Seillier et programmé par Clément Lelevé de Magnum, le spectacle de lumière retraçait une succession d’événements historiques, comme la conception et la construction de la tour par Gustave Eiffel, les transmissions particulières que la France a pu expérimenter grâce à la hauteur de la tour et divers autres événements marquants de l’histoire, jusqu’à l’incendie récent de la cathédrale Notre-Dame.

« Pour cet événement historique de grande ampleur, Bruno Seillier a voulu présenter la tour comme « l’ADN de Paris », traduit par la disposition des 60 Proteus Hybrid sur la partie supérieure de la tour », déclare Jérôme Chupin, responsable de Magnum.
L’arrangement en double hélice des Proteus montés au-dessus du deuxième étage, se prêtait à une belle symétrie et envoyait de puissants faisceaux de lumière à des centaines de mètres dans le ciel de la nuit parisienne, assurant des effets visuels sans précédent. Les Proteus fonctionnaient avec d’autres projecteurs Beam (sous dômes), installés au niveau de l’étage.

Il a fallu trois nuits aux techniciens escaladeurs, qui s’apparentent à des alpinistes, pour installer sur la tour Eiffel les sources IP65 multifonctions à arc. Des techniciens du monde entier ont eux aussi connu ce type d’expérience, quand les Proteus ont été utilisés sur le Burj Khalifa à Dubaï et le Space Needle à Seattle.

« Aujourd’hui, le Proteus Hybrid est le seul appareil qui réunit des qualités d’éclairage exceptionnelles exploitables dans tous les environnements », déclare Jérôme Chupin. «La dernière expérience d’Elation à la tour Burj Khalifa à Dubaï a été déterminante dans la décision de rassurer les services techniques de la tour Eiffel et de donner le feu vert à leur installation.»

Durant 12 minutes, le spectacle lumineux de l’anniversaire a fait ses débuts le 15 mai à la suite du concert gratuit de Jeanne Added et a été reproduit trois fois par nuit les 16 et 17 mai. Patrimoine mondial et symbole de Paris, la Tour Eiffel est une attraction à part entière mais elle est particulièrement remarquable lorsqu’elle est habillée d’un spectacle de lumière personnalisé, s’exclame Jérôme.

« L’impact du spectacle a été « wonderful » ! Pendant trois jours, à raison de trois spectacles par jour, une marée humaine s’est agglutinée de la Place du Trocadéro jusqu’au Pont d’Iéna pour le voir, il était tout simplement magnifique. »

D’autres informations sur :

-le site Elation
-le site Best Audio&Lighting

 

CLF Lighting: un ADN de prestataire

Par admin

La marque CLF Lighting, issue des demandes d’un gros loueur hollandais, Rent-All, est emblématique d’une évolution de la notion même de marque, puisque issue non pas d’un besoin d’affirmer la création de nouveaux concepts mais d’adapter ce qui peut se sourcer le mieux et surtout le plus répétitivement possible, aux besoins d’un loueur/prestataire en particulier, puis d’amortir cette recherche et ces tâtonnements sur un plus grand nombre de clients utilisateurs.

Un light show dominé par l’Electro, avec du matriçage et des murs à leds.

On s’aperçoit que la force de frappe d’un tel mastodonte, qu’on peut traduire prosaïquement par quantités d’achat et épuration des gammes lorsqu’elles sont trop étendues ou illisibles, se traduit par des prix assez serrés, et un intérêt assez poussé pour tout ce qui est accastillage, astuces d’accroches, éventuellement renforcement mécanique ou conception de flight-case. L’aspect pratique et ergonomique est donc mis en avant, ce qui paraît logique vu le pedigree des concepteurs issus d’une maison mère forcément orientée « terrain », voire « tout-terrain ».

Remco Pouwels, responsable marketing chez CLF Lighting.

Du coup, sur le salon Prolight+Sound à Francfort, nous retrouvons Remco Pouwels, de CLF Lighting, sur un stand assez grand, mais surtout situé juste en face de celui de Rent-All, non pas dans un des halls dévolus cette année à la présentation du matériel lumière, mais dans un hall un peu « fourre-tout » avec des stands de (gros) loueurs, et beaucoup de murs d’écrans à leds.

Le côté pratique (montage de deux stands d’un coup) semble avoir primé aussi… D’autant plus que, cerise sur le gâteau batave, un light-show se déroule à intervalles réguliers tout au long de la journée sur un stand situé juste de l’autre côté de l’allée.

SLU : Commençons par un modèle de projecteur décoratif que nous avions découvert en France sur le stand Eclalux lors du salon JTSE l’an dernier, l’Apollo.

En première ligne, la famille des trois modèles Apollo, désormais au complet. En arrière-plan au fond du stand, le grand assemblage Apollo 7, non, ce n’est pas une capsule spatiale…

Remco Pouwels : Cette fois, il a deux petits frères. Les trois modèles reprennent le principe du « 3 en 1 », il y a un « bulbe » central et un effet de réflexion à l’intérieur du projecteur.
On a toujours une couronne de leds apparentes sur le bord du « chaudron », pilotable par segments ou d’un bloc. Selon les trois modèles, seules les puissances diffèrent, et bien sûr, en fonction des modes de pilotage choisis, le nombre de canaux DMX. Et bien sûr, on peut fournir toutes sortes d’attaches, Oméga, etc.

Le nouveau Par à leds Conan, pas si barbare et plutôt sophistiqué !

SLU : CLF Lighting a commencé sa carrière, pas si vieille, par tout un choix de Pars à leds, dont le plus connu maintenant qui s’appelle le Yara. Cette année est-ce que cette gamme s’étoffe ?

Remco Pouwels : Absolument, on propose le Conan, qui comporte douze leds Osram RGBW 10 W de dernière génération et un zoom bien linéaire de 11° à 58°.
Sa forme est biseautée à l’arrière et le panneau de raccordement des câbles est incliné, ce qui permet de totalement masquer les embases et donc les arrivées de câbles lorsqu’on l’utilise en Wall Wash vertical (en « pot à lumière », NDLR), par exemple le long d’un mur ou d’un pilier, c’est d’autant plus facile avec sa double lyre.

SLU : D’autres astuces qui le distingueraient de nombreux concurrents ?

Remco Pouwels : A part un nez optionnel anti éblouissement, comme tous les produits CLF Lighting désormais, il est compatible, non seulement avec des crochets standards, mais aussi avec un clamp « Quicklock » qu’on a développé, avec un principe de quart de tour très proche d’un Oméga, mais sur un seul insert.
Et dans le même encombrement, on peut lui insérer un récepteur DMX sans fil, au standard suédois W-DMX® de Wireless Solution. On a de plus en plus de projecteurs équipés en natif avec cette fonction, par exemple les gros changeurs de couleurs Ares IP65.

Un Ares avec ses accessoires rangés avec soin.

SLU : Ca tombe bien, parlons des Ares, la famille s’agrandit aussi on dirait ?

Remco Pouwels : Oui, on avait déjà le Ares d’origine avec ses 36 grosses leds calibrées pilotables au besoin en quatre secteurs indépendants. Voici son petit frère le Ares XS, avec 18 leds et 3 secteurs indépendants si besoin.
Dans les deux cas, on a bien musclé l’offre des accessoires avec des volets 4 faces fournis d’origine, et des filtres diffuseurs rapides Smart Filter System 36,6°, 54,2°, 82,7° et ovalisant 63,6° x 21° sur système à glissière. Et bien entendu, vu notre parcours, on a bien soigné les rangements dans le flight-case…

Pour éclairer des parois en hauteur, le LedWash XL, présente l’originalité d’avoir deux rangées de leds avec des optiques différentes, une en 50° pour le bas du mur, l’autre en 30° pour monter en haut de la paroi, et les deux barres sont rotatives manuellement à volonté. On l’a un peu remanié, maintenant on peut utiliser des Quicklock si on veut aussi s’en servir en accroche pour du Blinder à double faisceau. Mais la vraie nouveauté cette année c’est la LedBar Pro, avec le pilotage individuel des 10 grosses leds RGBW en IP65.

Poseidon : Mister Beam.

SLU : Terminons par des machines qui bougent

Remco Pouwels : Comme notre modèle précédent (mais plus petit), la lyre Beam Aorun était devenue un standard des festivals techno, électro, et autres, on a poussé un cran plus haut avec la Poseidon Beam.
Elle est équipée d’une lampe à décharge HRI de 330 W, d’une trichromie et d’un double prisme pour multiplier ses effets. Et comme un nombre croissant de ces festivals sont en plein air, elle est IP65.

SLU : Durant le light-show j’ai remarqué des effets de matriçage assez sympas, c’est l’autre nouveauté « à roulettes » ?

Remco Pouwels : Oui, c’est le Stinger, une matrice de 6 x 6 points, montée sur lyre à rotation infinie. Evidemment on l’utilise pour matricer, mais quand on envoie d’un coup les 36 leds RGBW en 6°, ça fait un beau faisceau !

Le Stinger vu de ¾ face…

Et l’originalité réside à l’arrière, avec une face réfléchissante, un peu bombée, et découpée en 36 petits miroirs.
Les effets sont très intéressants quand on commence à « renvoyer » la balle entre un Stinger et le dos d’un autre Stinger ! Et cette face arrière est détachable, si on veut rester discret…

… et l’arrière avec la face réfléchissante (détachable).

On a ajouté des petites leds en blanc froid entre les optiques (et sur les côtés) ce qui permet d’envoyer 49 petits éclairs. On appelle ça l’effet « Twinkle » (scintillement, NLDR).
Bien entendu, il y a des macros aussi bien pour les 36 sources RGBW que pour les 49 petites diodes blanches. Toutes les sources sont aussi pilotables indépendamment en Art-Net, pixel par pixel, sur deux couches, donc.

Plus d’infos sur le site La BS et sur le site CLF Lighting

 

Electro-Voice lance les retours multi usage MFX12 & 15

Par admin

Présentés au PLS et lancés à l’InfoComm 2019, deux retours de scène / enceintes multi usages Electro-Voice ont fait leur appartition. Appelés MFX-12MC et MFX-15MC il sont équipés de transducturs coaxiaux de 12” et 15”, une configuration très appréciée en France.

Le MFX12 en mode 35°. Remarquez la sobriété et la taille basse de ce retour.

Conçus afin d’accompagner le système X-Line Advance d’Electro-Voice, les MFX-12MC et MFX-15MC, respectivement en 12 et 15’’ pour le registre grave comme leurs références le suggèrent, sont compacts, passifs ou bi amplifiables et peuvent aussi bien être utilisés en renforcement sonore de courte portée grâce aux nombreux accessoires de fixation proposés ou bien en tant que wedges.
A cet effet l’ébénisterie très plate comporte deux angles, un à 55° pour tirer loin et un à 35° pour se placer en face de son retour. Deux couleurs sont disponibles, le blanc et le noir et cette épaisse et résistante peinture est secondée par une grille d’une épaisseur d’un millimètre et demi traitée contre la corrosion en face avant.

Le même mais cette fois-ci posé sur le petit côté afin de porter plus loin grâce à un angle de 55°

Les deux modèles embarquent des transducteurs coaxiaux à haut rendement dont le moteur est chargé par un guide à directivité constante ouvrant à 40°H x 60°V en mode wedge et l’inverse en mode renfort.
Le nouveau design du filtre passif et la forme du guide améliorent le contrôle de la couverture dans le médium offrant une image précise même en sortant de l’axe préférentiel.

La platine arrière avec l’inverseur encastré et rouge basculant la MFX12 en mode actif.

Les deux MFX ont été optimisés pour fonctionner avec les contrôleurs amplifiés TGX10 de touring et la version d’installation IPX10:4 de la société sœur Dynacord. Développant tous deux 4 x 2500 W, grâce à des presets optimisés pour les différents modes possibles.

Le TGX10, 4 x 2,5 kW et des performances audio de tout premier plan.

Les puissances admissibles des deux wedges sont de 450 W en régime continu pour le 12” et 500 W pour le MFX-15MC, les puissances crête atteignant quant à elles 3000 et 3500 W. Electro-Voice annonce des SPL Max de 135 dB pour le 12” et de 136 dB pour le 15” sans spécifier si cette valeur est atteinte en passif ou en actif.

Le facteur de crête de 4, soit 12 dB rend ces valeurs peut être un peu optimistes, surtout avec des amplis de 2500 W. Conçus pour délivrer d’excellentes performances à un prix étudié, ces deux retours multi fonction ont de toute évidence les cartes en règle pour séduire largement les prestataires, les intégrateurs et tous les utilisateurs attirés par leur polyvalence et leur performances.

Nous complèterons cette info au fur et à mesure de la publication des informations manquantes et ne manquerons pas d’écouter les deux modèles dès qu’ils seront disponibles chez EVI Audio.

Pour tout savoir sur les amplis Dynacord TGX et pour les IPX 

D’autres infos sur le site du distributeur EVI Audio France

 

dBTechnologies recherche un(e) spécialiste produits audio pour la France

Par admin

dBTechnologies est un fabricant italien de produits et de systèmes pour l’audio professionnel et la sonorisation publique, distribués à l’international.
Suite aux développement de l’entreprise et au succès de la famille VIO de produits touring, dBTechnologies recherche un(e) spécialiste produits audio pour la France.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Miguel Gonzalez, pilote le VL10 Vari-Lite pour Enrique Bunbury

Par admin

Concepteur lumière de Colorcode Studio, basé à Madrid, Miguel González a choisi le nouveau BeamWash VL10 Vari-Lite pour le parcours mexicain de la tournée mondiale Expectativas de la superstar espagnole Enrique Bunbury.

Miguel González, Lighting Designer de la tournée mondiale Expectativas.

González avait pour tâche de faire passer, dans un design visuel novateur et original, les thèmes de l’album Expectativas. « Pour ce type de tournée avec de grandes exigences visuelles et techniques, explique-t-il, nous devons avoir une garantie de qualité. Les projecteurs doivent toujours fonctionner comme au premier jour. »

González recherche aussi la polyvalence de ses projecteurs. « Plus ils ont de fonctions, plus ils peuvent offrir au spectacle les solutions les plus originales et les plus percutantes au niveau visuel. »

Le projecteur hybride VL 10 Vari-Lite BeamWash

Avec le nouveau VL10 BeamWash, González a trouvé la réponse à tous ses besoins. Depuis ses gobos rotatifs jusqu’à ses possibilités de réduction de faisceau, en passant par le double prisme à superposition et la roue d’animation exclusive VL*FX, sa gamme d’outils offre une infinité de choix pour une création variée. »

« La puissance du VL10 est supérieure à celle de bien des projecteurs similaires, dit-il, et je trouve son zoom extraordinaire. La luminosité uniforme à l’intérieur du faisceau et le mélange de couleurs restent parfaits, même avec une telle amplitude de zoom. J’aime aussi beaucoup les gobos disponibles. »

« J’avais besoin d’un appareil très polyvalent, ajoute-t-il, car dans le spectacle, il y a des moments où j’ai besoin de« dessiner »une scène avec un faisceau ou un gobo très défini, et d’autres occasions où je dois inonder une grande surface de lumière, tout en jouant avec le contre et des changements de scène très rapides. Il me fallait tout cela dans un seul appareil, et, à cet égard, le VL10 a répondu à mes attentes. »

Plus d’infos sur le site Freevox et sur le site Vari-Lite

Yamaha Music Europe Commercial Audio recherche un(e) Chargé(e) d’Affaires Paris/Ile de France

Par admin

Pour développer son réseau de prestataires de services et d’installateurs en Ile de France, Yamaha Music Europe Commercial Audio recrute en CDI un(e) chargé(e) d’affaires justifiant d’une formation supérieure et d’une expérience réussie de développement et de gestion de clientèle en B2B.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Le groupe B Live recherche un Technicien Préparateur projecteurs traditionnels H/F

Par admin

B Live, le groupe de sociétés de prestations techniques spécialisées en son, lumière et vidéo pour le live, l’événementiel, le cinéma et la télévision recherche un technicien préparateur pour son parc de projecteurs traditionnels. Les débutants Bac+2 sont les bienvenus mais une expérience sera un plus.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Le groupe B Live recherche un Technicien Préparateur Automatiques H/F

Par admin

B Live, le groupe de sociétés de prestation techniques spécialisées en son, lumière et vidéo pour le live, l’événementiel, le cinéma et la télévision recherche un technicien préparateur pour son parc de projecteurs automatiques. Les débutants Bac+2 sont les bienvenus mais une expérience sera un plus.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

 

B-Live recherche un Technicien Préparateur Vidéo H/F

Par admin

Le Groupe de prestations techniques B-Live recherche un technicien préparateur pour assurer l’entretien, les tests et le paramétrage du matériel vidéo (VP, murs d’écrans led) avant expédition chez les clients (tournées, festivals, événements, TV). Expérience et/ou débutants Bac+2.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Les Spiider contre-attaquent sans se dé-Rober

Par admin

Avec un succès retentissant, « The Empire Strips Back » (« l’Empire se dessape »), parodie burlesque australienne de la saga “La Guerre des Etoiles”, vient de terminer sa plus importante tournée en Amérique du Nord, incluant aussi le Canada.
Elle s’accompagne d’un jeu de lumières mouvementé à souhait, conçu par Peter Rubie, avec 30 Spiider, WashBeam à leds de Robe en éclairage de base.

Photo Peter Rubie

Depuis son lancement en 2011 au Vanguard Theatre de Sydney, le spectacle a fait beaucoup de bruit dans la critique intergalactique et a enchanté le public. La représentation haute en couleurs, très visuelle et débordante d’actions offre une gamme de costumes élaborés avec des créatures extraterrestres, un R2-D2 entièrement télécommandé et un Jabba le Hutt grandeur nature animé par quatre marionnettistes.

Cela fait déjà quatre ans que Peter Rubie participe au spectacle, depuis qu’il a pris la relève du concepteur d’éclairage d’origine Ross Graham. Depuis lors, le show a évolué avec des actions et des chansons nouvelles, et un rafraîchissement complet du kit lumière en 2018. C’est à ce stade que Peter a décidé de remplacer les anciens Wash à leds par le Spiider Robe réputé pour sa puissance, la précision de son mélange de couleurs et sa fantastique gamme de teintes.

Photo Peter Rubie

Peter désirait que les Spiider contribuent à ajouter certains détails théâtraux nécessaires, en plus de la couleur et des passages de gros mouvement de faisceaux colorés dans le style rock’n’roll. Ils sont placés au-dessus de la scène sur un gril en quinconce de 5 m en hauteur sur 6 en largeur, ce qui, vu de face, donne un effet de mur.

« Le Spiider a une belle qualité de lumière et la luminosité qui convient », a-t-il commenté, ajoutant que bien qu’ils puissent produire toutes les grosses saturations violentes qui sont à la base du style et de l’ambiance du spectacle d’origine, ils peuvent également créer toutes les nuances pastel et autres subtilités nécessaires.

Le passage aux Spiider a ouvert de nombreuses possibilités, tout en permettant de reproduire l’aspect original sans les « artifices » en éteignant la couronne externe de leds et en zoomant à fond jusqu’à obtenir un faisceau étroit de 4 degrés. C’est génial pour les numéros rock et pop.
Il y a plein de moments kitsch, trash ou comiques, explique Peter. Entre autres, un concours de danse hétéroclite entre Han Solo et Chewbacca. Dans cette scène les Spiider se surpassent et Peter utilise à fond les macros de pixels pour créer une multitude de choses drôles. Parlant de l’effet fleur du Spiider, il pense que c’est exactement comme si on avait un projecteur de plus dans le kit.

Photo Peter Rubie

Dans sa console GrandMA2, il a créé un profil personnalisé pour le Spiider ce qui lui permet de traiter l’effet fleur de la source centrale comme s’il s’agissait d’un projecteur distinct. « En gros, c’est comme si on avait ajouté un projecteur classique à effet chatoyant dans la diode centrale, en la dopant aux hormones, avec le mélange de couleurs et le contrôle du sens de rotation, de la vitesse et de la focalisation ! »

Associé à d’autres leds du kit, on peut l’utiliser pour faire une transition en douceur venue d’en haut tout en immergeant la scène de couleur. C’est particulièrement beau avec du brouillard. Chaque soir, l’instant où le public aperçoit C-3PO pour la première fois et où les effets fleur passent et scintillent sur l’ensemble du costume doré et très réfléchissant du danseur provoque des « Ooooh » sonores dans la foule. Ce genre de moment est toujours une joie pour tous les concepteurs lumière !

« Chacune des sources led est aussi bien focalisée avec des bords bien nets », explique-t-il, « On peut utiliser la led centrale en mode standard avec une focalisation serrée pour obtenir un bord de style découpe ».
Il ajoute que, à plusieurs reprises, les professionnels de l’éclairage ont juré qu’ils avaient vu des Spots dans le kit, ce qui interpelle vraiment Peter, qui prend plaisir à essayer d’être différent et sortir des sentiers battus pour créer l’ambiance parfaite pour la scène. Dans le kit lumière, il a ajouté quelques barres de leds mobiles dans le prolongement des Spiider au-dessus de la scène.

Photo Peter Rubie

Le plus gros défi pour l’éclairage de ce spectacle, c’était d’accompagner la dynamique de l’action avec un grand nombre d’ambiances lumineuses, et les différents personnages et scènes qui se succèdent rapidement dans un spectacle très mouvementé passant « du sublime au ridicule » dans un déferlement énergique de chant, de danse et de comique. Certains actes ont des décors minimalistes et reposent entièrement sur l’atmosphère créée par l’éclairage pour transmettre l’ambiance, alors que d’autres sont bourrés de décors et d’accessoires.

Aux États-Unis, l’équipement lumière a été fourni par Felix Lighting. « Travailler avec eux, c’était le rêve », a déclaré Peter, « depuis l’aide pour le choix des systèmes d’alimentation et de câblage appropriés dans des territoires inconnus, ils ont volé à notre secours chaque fois que nous avions un problème, et la cohérence et le soutien dont nous avons bénéficié tout au long de notre tournée dans tous les États a été très réconfortant ».
Pour la suite de la tournée en Australie, le fournisseur d’éclairage était Chameleon, qui a balayé tous les obstacles pour avoir en temps utile les Spiider livrés par Jands, le distributeur de Robe.

Plus d’infos sur le site Robe Lighting France

Martin BlacklineX Powered, Ca rugit sous le capot

Par admin

On connaissait la gamme passive BlacklineX du britannique Martin, portable, abordable et rapide à déployer, découvrons la série BlacklineX Powered, deux têtes en 12”, 15” et un sub en 18” disposant d’une amplification embarquée pour encore plus de commodité.

La XP12 reconnaissable à son unique et très large évent placée en mode wedge.

Conçues pour être employées comme enceintes de renfort ou en bains de pieds, les XP12 et XP15 ont des pans coupés, une solide ébénisterie en bouleau et peuplier, une peinture epoxy et une grille métallique pour protéger les transducteurs de grave de 12 et 15” et les deux guides d’onde rotatifs à directivité constante offrant une couverture de 80 x 50°.

Le 15” dispose d’une bobine de 3” là où le 12 se contente d’une de 2,5”. Les aimants sont dans les deux cas céramiques. Les moteurs de 1,75” identiques sur les deux modèles, disposent d’un dôme en polyamide et d’un passage d’un pouce.

Une vue avant et arrière de la XP15 avec ses deux évents et son imposant 15”.

Les amplificateurs classe D, alimentation gavée par un PFC et refroidissement par convection, délivrent un total crête de 1300 W, 1000 pour le grave et 300 pour l’aigu.
La fréquence de coupure est placée à 2 kHz pour la XP15, à 2,3 kHz pour la XP12 avec une pente de 24 dB/octave.

Avantage de l’amplification active deux voies, chaque transducteur dispose d’une protection DSP crête et RMS séparée, gage de sérénité dans le temps.
Ce même DSP donne accès via un codeur rotatif à un mini mélangeur trois voies, un égaliseut trois voies par voie plus un coupe bas sur les deux entrées Combo XLR acceptant des signaux ligne ou micro.

Les deux combos d’entrée et la sortie. L’afficheur couleur indique ici les niveaux. Il suffit de cliquer sur la case EQ de chaque voie pour la corriger. Les voies 1 et 2 disposent en plus d’un coupe bas, l’idéal pour brancher en direct un micro dynamique.

Trois presets basculent chacune des deux têtes en large bande, en fonctionnement avec sub et enfin en mode wedge. Une sortie ligne par enceinte facilite le chaînage des têtes et subs.
En mode large bande la XP12 délivre 122 dB SPL en continu et 128 dB en Pmax. Sa bande passante s’étende entre ± 3 dB de 62 Hz 20 kHz, la limite basse à -10 dB étant placée à 50 Hz.
La XP15 en donne un peu plus avec 125 dB SPL en continu et 131 en crête. Le grand gagnant est naturellement le grave avec une bande passant tenant entre ± 3 dB de 55 Hz 20 kHz et les -10 dB étant atteints à 45 dB.
La XP12 pèse 18 kg et peut être manipulée sans difficulté. La XP15 et ses 26 kg nécessitera un peu plus de muscles. Des poignées sur les côtés facilitent leur manutention. De nombreux accessoires rendent leur intégration aisée.

Histoire de pimenter ces performances alléchantes, Martin a choisi d’ajouter une fonction optionnelle d’alimentation en signal et surtout de prise de contrôle via Bluetooth pour la fin 2019 (implémentation en cours) grâce à une application Android et iOS.

Une page de la future app disponible fin 2019

En plus des classiques fonctions de stream stéréo avec deux enceintes linkées, l’application permettra de prendre la main sur le DSP et gérer les niveaux du mélangeur de bord, l’égaliseur, les mutes et enfin de changer de preset.

Pour accompagner ces deux enceintes et compléter le rendu dans le bas du spectre, Martin n’a pas installé un ampli dans un des deux subs de la gamme BlacklineX mais a préféré en concevoir un nouveau, plus compact et équipé d’un transducteur plus efficace, le XP118, P signifiant Powered.

Le 18” à longue excursion qui l’anime avec une bobine de 4” et une charge bass reflex débouchant aux quatre coins de l’ébénisterie en bois, est mû par un aimant céramique et surtout un module ampli classe D délivrant une puissance crête de 2 kW.
Comme les XP, ce sub dispose d’une alimentation à PFC et surtout d’un DSP assurant à la fois la protection du transducteur, le filtrage, le retard et l’égalisation. Un preset cardioïde est prévu. Il sera aussi possible de le piloter via Bluetooth.

Capable de délivrer 131 dB SPL continus et 6 de plus en crête, le XP118 couvre la bande 42 à 150 Hz et reproduit le 38 Hz à -10 dB. Son poids raisonnable de 44 kg, son embase pour porter une tête à sa verticale, mais aussi ses deux poignées latérales rendent son exploitation aisée.

Pour plus de renseignements sur le site Algam Entreprises

Les DALIS de Robert Juliat, dans le studio RTL TVI

Par admin

Les Dalis de Robert Juliat, une solution verte pour le studio virtuel de RLT-TVI

Appartenant au groupe RTL, RTL-TVI est la chaîne de télévision la plus populaire de la communauté Belge francophone. Parmi ses temps forts, on peut citer la couverture de la Ligue des Champions de football, diffusée depuis un séduisant studio virtuel polyvalent situé à Bruxelles créé par Zero Density (www.zerodensity.tv), qui exploite un écran de fond vert.

Filipe dos Santos, directeur de la photographie chez RTL Belgique, s’est mis en quête d’une solution d’éclairage de haute qualité et peu gourmande en énergie lui permettant de créer un environnement sur fond vert répondant aux normes de diffusion élevées et satisfaisant les exigences d’un système de réalité augmentée de haute technicité.

Après maintes recherches, Dos Santos a choisi une combinaison de projecteurs cycliodes Dalis 860, de Washs Dalis 861 et de bains de pieds Dalis 862 Robert Juliat, pour leur qualité de lumière et leurs possibilités de contrôle, leur fonctionnement silencieux et coût de fonctionnement réduit. C’est AED Distribution, distributeur exclusif de Robert Juliat pour le Benelux, qui les a fournis.
Dix-sept projecteurs de cyclorama Dalis 860 sont accrochés au gril et permettent d’éclairer l’écran de fond vert et les animateurs placés de 1 à 1,50 m devant. Les Dalis 860 fournissent un mur de lumière parfaitement homogène sans aucun débordement disgracieux.

Le Wash 861 comme toute la gamme Dalis bénéficie de sources à 6 couleurs de leds et 2 blancs (2200K et 6500K).

Dans les coins, quatre Washs Dalis 861 sont utilisés pour couvrir cette zone critique et maintenir l’uniformité avec une lumière identique. Enfin, sept rampes Dalis 862 sont posées au niveau du sol à l’avant du studio pour éclairer le présentateur en partie avant de la zone à fond vert lorsqu’il se déplace librement dans l’environnement de réalité augmentée.
C’est une solution de Zero Density, très exigeante en ce qui concerne la qualité de l’écran vert, qui est mise en œuvre pour intégrer les images. Il fallait donc que le système d’éclairage permette de régler avec précision la balance des blancs et resaturer le vert en cas de nécessité.

Les Dalis se sont avérés parfaits pour ajuster l’équilibre entre les blancs froids et les blancs chauds. Ils permettent à Dos Santos d’harmoniser avec précision l’arrière-plan et l’éclairage de face. « Il y a beaucoup de gens qui visitent ce studio, et tous ont été inspirés par la manière dont le Dalis 862 nous aide à effacer les reflets verts sous le menton », dit-il. « L’IRC des Dalis est déjà à 97, et je peux obtenir un meilleur blanc en mélangeant les couleurs plutôt qu’en utilisant une source de lumière blanche pure. »

La rampe bain de pieds Dalis 862

Le contrôle était également un facteur essentiel pour obtenir une cohérence et une uniformité parfaites de la lumière sur tout l’arrière-plan. « Avec le Dalis 860, le mode de contrôle de 4 sections de sources indépendantes est un réel avantage car il offre une meilleure précision pour compléter les éclairages de face, explique-t-il, et pour améliorer ce fond vert qui est d’une importance capitale. »

Ce n’est pas seulement pour des préoccupations environnementales qu’on a préféré une solution LED, mais aussi pour le caractère quasiment silencieux des Dalis :
« Le système de climatisation ne permettait qu’un dégagement de chaleur limité. Il était donc préférable d’opter pour une solution à LED émettant moins de chaleur plutôt que pour un éclairage de cyclorama classique au tungstène », déclare Dos Santos.
« Mais comparés à d’autres solutions équivalentes sur le marché, les Dalis sont également silencieux. Nous n’avons donc pas eu besoin d’ajouter de dispositif d’absorption acoustique au studio. »

Plus d’infos sur le site Robert Juliat

Le Théâtre Cravey équipé en Chauvet Professional par Concept Group

Par admin

© Mairie de La Teste-de-Buch

Plus d’un million de visiteurs se rendent chaque année à la Dune du Pilat, cette dune de sable de 110 mètres (la plus haute d’Europe) du haut de laquelle on contemple l’Atlantique ou le majestueux bassin d’Arcachon.
Il n’y a pas si longtemps, Jean-Jacques Eroles, maire de Teste-de-Buch, une petite commune bordant le site, a souhaité doter sa ville d’un centre culturel à la hauteur de sa position de destination touristique parmi les plus prisées de France.

© Mairie de La Teste-de-Buch

Au début de cette année, l’ancienne salle de bal Pierre Cravey a été rebaptisée « Le Théâtre Cravey » moderne et élégant.
Un nouveau système d’éclairage a été conçu par la société bordelaise Concept Group à l’aide des projecteurs Chauvet Professional Ovation et COLORado.

« Nous avons dû repenser l’ensemble du cœur technologique du bâtiment », a déclaré Stéphane Pouydesseau, de Concept Group qui était également responsable de l’installation du système audio. « Notre équipe a travaillé en étroite collaboration avec le régisseur de l’installation, Frédéric Nadeau, pour définir les produits audio et d’éclairage les mieux adaptés. »

En lumière ils ont sélectionné 10 découpes Ovation E-930VW et 10 wash COLORado 2-Quad Zoom. Une grande variété de spectacles sont présentés au Théâtre Cravey, qui est maintenant plus flexible, grâce à l’expansion de sa scène et à sa jauge modulable. La scène du nouveau théâtre mesure 21 x 10 mètres contre 12 x 8 mètres précédemment. Et alors que l’ancienne salle de bal avait une capacité d’accueil fixe de 700 places, le nouveau théâtre peut être configuré pour accueillir de 480 à 1 000 personnes.

Ovation E-930VW

COLORado 2-Quad Zoom


Compte tenu de la flexibilité de cette nouvelle scène, la polyvalence des projecteurs Chauvet Professional est très appréciée. Par exemple, la découpe Ovation E-930VW, dotée de 91 leds 3 W contrôlables indépendamment (6 red, 15 orange-red, 9 green, 12 blue, 10 royal blue, 39 lime) émet une large plage de températures de blanc de 2800 K à 8000K avec un IRC et un CQS élevés.
La plage de zoom de 14° à 44° du projecteur COLORado lui permet de couvrir de grands espaces de différentes tailles. Pour plus de flexibilité, Concept Group a préconisé 20 optiques différentes pour les découpes Ovation dans les spécifications du Théâtre.

© Mairie de La Teste-de-Buch

« La flexibilité a été l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons choisi les projecteurs Chauvet, déclare Stéphane. « En ce qui concerne les projecteurs découpes Ovation, le blanc variable et la facilité d’utilisation sont d’une importance capitale. Pour le COLORado 2-Quad Zoom, l’ouverture du Zoom et la qualité des couleurs ont fait la différence. »
Pour Concept Group, aider Le Théâtre Cravey à passer à l’ère de la technologie led a été extrêmement gratifiant. « Nous étions heureux d’amener le bâtiment à une nouvelle étape écoresponsable », a déclaré Stéphane Pouydesseau.

Plus d’infos sur le site Chauvet France

ChamSys QuickQ Rack, la version rackable des consoles QuickQ

Par admin

L’engagement du géant américain Chauvet qui a racheté ChamSys en 2017 était évident à Prolight+Sound 2019. C’est sur un stand, beaucoup plus grand que par le passé, centré sur les produits mais réservant aussi un large espace à l’accueil des clients et des utilisateurs que nous avons découvert la nouvelle console QuickQ Rack, la version rackable des consoles QuickQ. Elle est principalement destinée aux installations fixes et au contrôle déporté.

C’est une console complètement autonome, qui permet de programmer et restituer des états lumineux sans autre node ou contrôleur. Elle dispose de 4 univers DMX à distribuer via les protocoles réseau Art-Net et sACN ou deux sorties XLR 5 broches DMX/RDM. Elle a un port HDMI pour connecter un écran externe tactile et une carte wifi pour la programmation et le contrôle en utilisant l’application QuickQ Remote Control.

Le QuickQ Rack, la version rackable des consoles QuickQ.

L’application QuickQ Remote Control pour tablette et smartphone, IOS et Android, permet de contrôler et programmer le QuickQ Rack en Wifi.

Le rack propose 4 connecteurs Phoenix pour relier jusqu’à 40 contacteurs muraux 10 scènes. C’est une possibilité très intéressante, notamment pour la muséographie. L’entrée et la sortie audio sont également un atout pour ce domaine. La présence de connecteurs Midi In et Out indique qu’il est possible de piloter ses mémoires avec un contrôleur midi.

Sorties, réseau, DMX, Vidéo ou téléco tout y est !

Sur la face avant du rack se trouvent 10 boutons ou l’on peut enregistrer pour restituer des scènes, des Cues, des effets… Coté programmation, trois possibilités : soit en on utilise l’interface de programmation du rack accessible sur l’écran externe. Le Logiciel est le même que celui des consoles QuickQ. On peut également utiliser le logiciel gratuit QuickQ Designer qui comprend une interface de programmation et un visualiseur. Il est téléchargeable en suivant ce lien Chamsysquickq.com

La dernière solution consiste à programmer sur une console QuickQ puis charger le show dans le Quick Rack qui est également équipé d’un système “Hot take-over” permettant de connecter une console au réseau pour le contrôle des projecteurs de la salle. Dès que la console est déconnectée le Quick Rack reprend automatiquement la main sur le kit.

Un avant-goût de la prochaine fenêtre Timeline de la MagicQ.C3-1 : Avec l’intégration et la visualisation du son, la fait un bond en avant pour les shows Time Codés.

Nous avons pu avoir un aperçu de la future fenêtre Timeline de la gamme MagicQ. Elle est basée sur l’intégration du logiciel Open Source Audacity grâce auquel il sera possible d’intégrer une piste audio et surtout de visualiser son spectre sonore pour y placer plus facilement les effets lumières.

On verra ainsi très simplement l’emplacement exact d’un « bump », on placera avec précision le déclenchement d’une Cue et son arrivée ou le départ d’un effet et sa durée. Pour le moment l’intégralité des fonctionnalités n’est pas encore révélée tout comme la date de sortie.

Pour la Timeline il faudra attendre mais vous pouvez dès maintenant poser toutes vos questions ou demander une démonstration du QuickQ Rack à Ugo Knaff chez Sonoss le distributeur de ChamSys en France.

Plus d’infos sur le site Sonoss et sur le site ChamSys

Robe Lighting France recherche un(e) Technicien(ne) SAV

Par admin

Vos missions principales seront d’assurer la réparation des produits, les différents tests constructeur ainsi que l’élaboration de devis. De formation Bac Pro, électronique et/ou électrotechnique, vous possédez une première expérience de la maintenance dans ce secteur d’activité.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Powersoft Mezzo, l’amplification d’installation redéfinie

Par admin

Powersoft a présenté une nouvelle gamme d’amplificateurs classe D faible puissance au format demi-rack 19 » 1U lors d’Infocomm, Mezzo, qui répond à la grande majorité des besoins en installations fixes. Simples à installer et contrôlables à distance, ces amplificateurs sont adaptés aux exigences des intégrateurs cherchant des temps d’installation réduits et un déploiement aisé.

MezzoStack

«Jusqu’à présent, les intégrateurs AV et les utilisateurs finaux disposaient d’une flexibilité limitée avec les solutions basse consommation existantes pour piloter l’audio dans les environnements d’entreprise, d’accueil, de formation, …», selon Klas Dalbjörn, responsable produit chez Powersoft. « Notre nouvelle plateforme Mezzo offre la qualité et la fiabilité pour lesquelles Powersoft est déjà connu, mais avec des alimentations plus petites et adaptables aux différents environnements d’installation fixes.
Nous savons que de nombreux concepteurs et intégrateurs ont rarement besoin de plus de 250 W par canal et peuvent souvent se contenter d’aussi peu que 15 W et la gamme Mezzo répond parfaitement à ces besoins. » Pour le reste, les nombreuses autres gammes Powersoft font l’affaire.

En coffret 1U demi-19 », les amplis Mezzo peuvent être montés en rack avec des accessoires de montage fournis ou …

Les huit modèles disponibles dans la gamme se répartissent en quatre niveaux de puissance en 2 ou 4 canaux, avec l’option «A» (analogique) ou «AD» (analogique-numérique), qui ajoute la connectivité Dante / AES67. La puissance totale de 320 W en variantes 4 x 80 W et 2 x 160 W, ou bien de 600 W en 4 x 150 W ou 2 x 300 W. Les huit modèles sont entièrement configurables par réseau, ce qui réduit considérablement le temps de déploiement lors de l’installation.
En outre, tous offrent un contrôle de la charge afin que les utilisateurs puissent surveiller les paramètres du système (température, consommation électrique, performances, …). Ces paramètres peuvent être contrôlés via le gestionnaire système Armonía de Powersoft (dont une mise à jour vient de sortir), ou via un système de contrôle externe.

Les modèles AD incluent une carte Dante/AES67 mais ajoutent également un commutateur Ethernet Gigabit et un second port, ce qui signifie que plusieurs produits peuvent partager le même câble réseau. Cette fonctionnalité peut s’avérer pratique lors d’une mise à niveau de l’installation ou si l’utilisateur doit partager une connexion réseau entre un projecteur et un amplificateur, par exemple.

… couplés par deux avec d’autres accessoires pour réaliser une unité 19 » 1U qui peut offrir jusqu’à 8 canaux d’amplification.

Les modèles 320 W ( 322A/AD et 324A/AD) peuvent fournir 80 / 160W par canal sous 2, 4, 8 ou 16 ohms ou attaquer des lignes 100, 70 ou 25 V. Les modèles 600 W (602A/AD et 604A/AD) peuvent délivrer 4 x 150 W ou 2 x 300 W dans les mêmes conditions. Chaque canal dispose d’une marge suffisante pour supporter le partage de la puissance totale en fonction des besoins spécifiques de l’installation.
Cela signifie qu’on peut gérer des zones de différentes tailles et que les modifications de conception peuvent être prises en charge « à la volée » sans avoir à modifier le choix de l’équipement. Mezzo reconnait automatiquement les charges à haute impédance et à basse impédance et configure le système pour prendre en compte ces variations. Cela signifie une plus grande efficacité énergétique et un temps de configuration considérablement réduit.

Face arrière du modèle 4 x 150 W avec carte réseau Dante/AES67 (604 AD). Toutes les connexions s’opère par connecteur EuroBlock, standard en installation. Les entrées analogiques peuvent être symétriques (4 dBu, max 18 dBu) ou asymétrique (- 10 dBV, 100 mV).

La gamme offre également différentes options d’installation

Chaque appareil est livré avec des accessoires de montage en rack permettant de loger deux unités dans un rack standard de 19” ou 1 unité dans un rack compact de 11”. Alternativement, un ampli peut rester seul sur des pieds en caoutchouc dans une crédence ou être fixé au mur, par exemple derrière un écran vidéo.
L’appareil est ultra-silencieux et ne nécessite aucune ventilation. Il peut donc être utilisé dans des environnements poussiéreux, sous un bureau ou dans des endroits où il est impossible de loger une armoire audio. Mezzo fournit également assez de puissance pour piloter de nombreux subwoofers d’où d’importantes économies d’espace en se passant de baies 19 ».
Enfin chaque ampli peut être configuré comme une unité décentralisée, ce qui lui permet de faire partie d’un système plus vaste avec des flux locaux provenant du réseau Dante. Cela peut entraîner de sérieuses économies de câblage avec des fonctionnalités de surveillance et de contrôle améliorées. L’utilisateur peut conserver un contrôle total des fonctionnalités, comme s’il s’agissait d’une plate-forme centralisée. ”

Quelques caractéristiques :

  • Gain : réglable de 17 à 47 dB (par pas de 0,1 dB)
  • Sensibilité : 4 dBu (entrée symétrique), – 10 dBV (asymétrique)
  • Rapport signal/bruit (20 Hz – 20 kHz) en analogique : > 105 dB(A) pour le 2 x 300 W (602 A-AD), +2 dB en Dante/AES67
  • CMRR (réjection de mode commun) : 60 dB typique
  • Latence (fixe) : 2,5 ms
  • Conversion AD-DA : 24 bits/48 kHz, DSP en 32 bits virgule flottante
  • Contrôle de charge : impedance sweep, pilot tone et Live impedance measurements
  • Consommation : stand-by 2 W à 5 W (versions 320W et 600 W) et 14 à 21 W en veille active
  • Alimentation : 90-264 VAC (50/60 Hz) avec PFC et SRM (Smart Rail Management)
  • Dimensions : 210 275 x 40 mm (LxPxH)
  • Dimensions : Masse : 2,6 kg

D’autres informations sur le site Powersoft et sur le site Sequoia Audio

 

Projecteurs flood, déco et archi chez Starway

Par admin

Le stand Starway lors du dernier Prolight&Sound misait sur les nombreux projecteurs de décoration de la marque.

Adepte des projecteurs vintages revisités à la led couleur, Starway décline son Vega en deux versions. La maousse se nomme Maxi-Vega et la pitchoune Mini-Vega.

Mini-Vega et Maxi-Vega

Le Mini-Vega, présenté en prototype sur le stand, verra sa couronne extérieure intégrée totalement dans sa version finale.

Cette petite luciole d’appoint possède elle aussi une large led blanche chaude au centre, un module RGB derrière le réflecteur pour éclairer la coupole dorée, et deux bandes de stripled RGB à l’intérieur et à l’extérieur de son auréole périphérique pour multiplier les effets multicouleurs.
Pratique, elle est non seulement prévue pour s’accrocher avec un support simple ou être posée avec sa platine de sol, mais peut aussi bénéficier d’un carcan circulaire où s’assembleront sept Mini-Vega.

Le Maxi-Vega, plus grand et plus puissant est une réplique du Vega en taille XL. Comme ce dernier, il permet de matricer les couronnes de leds en 8 quartiers.
Sur ces nouveaux Vega, les connecteurs d’alimentation sont passés en PowerCON True1 in&out, le DMX reste en 5 points et une étiquette sérigraphiée sur le corps du projecteur dévoile un QR-code pour afficher le manuel et la charte DMX directement sur téléphone.

Le Maxi-Vega est accroché sur la gauche, tandis que sur la droite se trouve la matrice de 7 Mini-Vega.

– Le Maxi-Mega est annoncé au prix de 2388€ TTC sur le site de Freevox.
– Le Mini-Vega sera lui bientôt disponible en flight de 4 avec support inclus pour 3468€ TTC.

FloodLite

Deux nouveautés aussi autour du Floodlite 650, ce petit blinder à led de poche tout étanche IP65, connecteurs compris.

La première est une version Floodlite UV, tout aussi minuscule, avec une belle phosphorescence. Développé suite à la demande de Jérémie Bargues pour la dernière tournée de Mathieu Chedid, il s’offre une Led COB 100 W UV avec 60° d’ouverture. Il se pilote en DMX de 1 à 6 canaux, pèse moins de 3 kg et est distribué par Freevox au prix de 468€ TTC.
Le Floodlite HD, de même format, s’orne d’une led COB RGBW de 200 W. La gestion des couleurs a fait l’objet de recherches spécifiques pour offrir à la fois des teintes saturées et un mode tungstène, avec inertie et correction des couleurs pour obtenir un blanc cohérent en recherchant la puissance.

Les différents supports de montage de la gamme Floodlite

Comme le reste de la gamme, il possède des voies spécifiques de dimmer et strobe, et passe sa gestion de 4 à 15 canaux DMX.
Toutes les COB led de la série possèdent un réglage de taux de rafraichissement de 1 à 50 kHz pour éviter le flickering. Son prix un peu plus élevé s’affiche à 540€ TTC.

Particularité de la gamme, un panel d’accessoires d’accroche permet de les regrouper par paires ou en quatuor, en ligne ou en carré. Comme pour le Mini-Vega, un support en cercle permet de regrouper sept Floodlite dont 1 central.

Kepler 350

Dans la ligné de la Newton, découpe fixe à couteaux équipée d’une led RGBAL dévoilé l’année dernière, le Kepler 350 montre la facette architecturale de Starway.

Étanches à l’eau et à la poussière, ces produits IP66 minimisent d’autant plus les besoins de maintenance grâce à leur source led. Celle du Kepler 350 est une led blanc froid 7000K de 350 W.

Projecteur à effets, il propose une trichromie CMY mécanique avec zoom motorisé de 8-40°, capable de propulser 16 000 lux à 5 mètres au plus serré et 642 lux au plus large.
Il dispose aussi d’un prisme 3-facettes, d’une roue de 7 couleurs, d’un disque d’animation, d’un frost et de 7 gobos rotatifs personnalisables. Une trappe d’accès étanche permettant de les changer facilement.

De couleur grise, un standard dans l’éclairage urbain, il dialogue en DMX compatible RDM In&Out ou via un récepteur Wireless Solution, pour deux modes au choix, 17 ou 20 canaux DMX.
Ce beau bébé de 23 kg est proposé au prix de 4200 € HT chez Freevox.

Plus d’infos sur le site Freevox et sur le site Starway

Innled recherche un(e) Technico Commercial(e)

Par admin

Innled, fabricant français de luminaires à led pour l’événementiel, recrute un(e) Technico-commercial(e) pour développer sa clientèle de prestataires, loueurs et lieux d’événements en France. Formation technique ou commerciale ou expérience de deux ans minimum à un poste similaire sont requis pour ce poste.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Klotz RC6A-SB1X: les liaisons mobiles 10GBase-T facilitées

Par admin

Le nouveau câble RamCAT6A sur enrouleur 100 m.

Le nouveau câble RamCAT6A RC6A-SB1X de Klotz est conçu pour la transmission de données en mode itinérant pour des fréquences de 500 MHz par paire et convient donc pour des débits de transmission de données allant jusqu’à 10 Gbit/s sur une longueur de 100 m (CAT6A). Il sera utilisé de préférence pour la transmission Ethernet 1000Base-T et 10GBase-T sur tambour.

Ce câble robuste d’impédance caractéristique de 100 ohms comporte quatre paires de conducteurs rigides en jauge AWG 23/1 et est donc le « grand frère » du câble Klotz universel RC5-SB1X.
Les longueurs de câblage appariées des différentes paires et l’arrangement global ingénieux à l’aide d’un élément de toronnage en croix hélicoïdal PE (polyéthylène) garantissent des valeurs NEXT (near-end crosstalk) et FEXT (far-end crosstalk) extrêmement faibles.

Structure interne du câble RC6A-SB1X. A remarquer le stabilisateur de toronnage en croix central en Polyéthylène.

Sa gaine intermédiaire stabilisatrice et sa gaine extérieure en PUR (polyuréthane) lui confèrent une grande résistance à l’abrasion. Ce câble est donc adapté à une utilisation mobile (qualité tourisme). Le double blindage général (SF/UTP) est le gage d’une très bonne immunité aux interférences électromagnétiques.

Les cordons préfabriqués avec le RC6A-SB1X mettent en œuvre des connecteurs RJ45 Telegärtner MFP8 IE métalliques.

Klotz recommande l’utilisation de connecteurs RJ45 de la série MFP8 IE Telegärtner en métal, disponible chez Klotz sous la référence RJ45SAT-FS. Le câble RamCAT6A est disponible sous forme de câble brut (RC6A-SB1X), en version préfabriquée (RC6ARR) avec connecteurs et avec (RC6ARRW_GT380) ou sans enrouleur de câble.

D’autres informations sur le site Klotz

Arrivage massif de projecteurs performants chez Elation en 2019!

Par admin

Stand Elation 2019.

Un, deux, trois, quatre, cin… au final ce seront sept nouveautés sur le stand de l’américain à Prolight+Sound qui retiendront notre intérêt pour ce millésime 2019. Nous rejoignons Frederik Afif, l’un des responsables commerciaux de la marque.

Commençons par la tête d’affiche nommée Proteus Maximus, un projecteur hybride Wash/Beam, mais aussi Profile (avec 4 couteaux motorisés), affichant un indice de protection (IP) de 65. La source led de ce beau bébé de près 80 cm de hauteur frôle le kilowatt (950 W pour être exact) et promet jusqu’à 50 000 lumens en sortie de sa magnifique lentille de 180 mm de diamètre.

Un imposant échangeur thermique équipe le Proteus Maximus pour dissiper la chaleur générée par les 950 de la source leds.

Frederik Afif aux côtés du nouveau Proteus Maximus.

Le système optique a été étudié pour générer un léger point chaud qui accroît l’efficacité du projecteur en mode Beam nous dit Frederik. L’amplitude de zoom est large, 5,5 – 55°. Avec une trichromie CMY + CTO linéaire, une roue de 6 couleurs, un filtre High CRI et un filtre UV, une roue d’animation, deux roues de gobos verre, deux prismes (circulaire et linéaire), iris, 2 frosts progressifs, il est particulièrement bien équipé et forcément un peu lourd en IP65 : 52 kg !

Quelques pas plus loin, découverte des nouveaux arrivants Da Vinci, Monet et Van Gogh de la série « Artiste ».

Le Da Vinci qui correspond à la plus petite puissance de la série avec son moteur led de 270 W annonce toutefois un flux de 12 000 lm. Ce spot dispose de toutes les fonctions attendues sur un projecteur asservi pro : CMY+CTO linéaire, roue de 7 couleurs dont un filtre CTB et un UV, deux roues de gobos, roue d’animation, deux prismes (circulaire et linéaire), frost, iris et zoom 6-48°.

En plus d’une trichromie CMY, Monet embarque 3 filtres RGB et un CTO linéaire.

Le Monet utilise la même source leds de 950 W que le Proteus Maximus, et la quasi-totalité des fonctions, mais son optique de Spot/Profile génère un flux un peu en deçà avec 45 000 lumens annoncés. Il est aussi plus léger : 42 kg.

Le Monet embarque avec lui deux innovations notables, la première concerne les couleurs avec le « SpectraColor Flag System ».
Explications : Les couleurs sont généralement obtenues via un système de trichromie soustractive, utilisant 3 teintes primaires, le cyan, le magenta et le jaune (que nous retrouvons évidemment ici aussi).
Pour avoir du rouge par exemple, nous devons pousser les paramètres du jaune et du magenta à 100 %. Cette configuration nécessite l’utilisation d’au moins deux filtres que la lumière doit traverser occasionnant une perte supplémentaire de puissance.

Le système SpectraColor dispose de 3 filtres additionnels (+ un CTO) dédiés au rouge, au vert et au bleu, variables en saturation. Ainsi la lumière ne traverse qu’un filtre pour générer une couleur avec en conséquence, un gain de luminosité. Autre point notable, les couteaux mobiles sont montés sur une cassette rotative pouvant tourner en continu !

Le Van Gogh ici équipé avec sa lentille claire de type PC.

Dernier appareil de la gamme « Artiste », le Wash Van Gogh, est compact (669 mm de hauteur) et intégrant une source blanche de 380 W à 6200K pour un IRC de 92, génère un flux de 16 000 lumens.
Cette machine qui dispose aussi de couteaux motorisés, d’une CMY + CTO linéaire, d’une roue de 7 couleurs dont un UV, un frost, se voit livrée avec deux lentilles différentes, une PC, et une Fresnel.
Le Zoom a une amplitude de 7-55° avec lentille PC et 11-66° avec lentille Fresnel. Son poids est de 28,5 kg

La deuxième partie de cette chasse aux nouveautés est consacrée aux appareils de la gamme « Fuze », série de machines très complète et destinée aux budgets plus réduits.
Le Fuze Profile CW est la version la plus « simpliste » de la gamme, délaissant la trichromie au profit de deux roues de couleurs. Elle utilise un moteur de leds blanches de 380 W et dispose d’un module de couteaux motorisés pour un poids de 23 kg.

Issu d’une série destinée aux budgets plus restreints, le nouveau Fuze Profile arbore un look sobre qui n’en reste pas moins professionnel.

Deuxième variante de la série, le Fuze Profile se pare d’une source à leds RGB +Mint (vert pâle)+Amber.
Ses paramètres disposent d’un correcteur virtuel permettant d’élever l’indice de rendu des couleurs à 92. Toujours équipé de couteaux motorisés, son flux atteint 9 000 lumens.
Enfin pour terminer, le Fuze Spot reprend au détail près les caractéristiques du Profile en faisant l’impasse sur le module de couteaux, s’ensuit une perte de 4 kg sur la balance (21 kg pour cet asservi).

Plus d’informations sur :

Martin WPS, la gamme Wavefront Precision est désormais complète

Par admin

La WPS avec son guide avant. Remarquez les orifices triangulaires de sortie de l’onde arrière des graves, les ouvertures annulaires des médiums et les 4 sorties des aigus.

Présentée à l’INFOCOMM 2019, la WPS Martin complète une gamme de 4 enceintes à courbure variable de la série Wavefront Precision.
Passive et trois voies, elle offre deux 8”, quatre 4” et quatre moteurs 1”, autant dire que c’est une fausse petite avec un gros cerveau!

Il est loin le temps des immenses tas de bois de Dave Martin qu’on tant aimés et si mal maitrisés (mais l’étaient-ils..) des RS1200, des CX2 et du F2. Le line array est arrivé à Londres et a connu différentes générations, d’abord le W8L qu’on appellera classique, puis le MLA multicellulaire qu’on définira très en avance et désormais les Waveform Precision qui reviennent à un design acoustique éprouvé, mais disposent de la puissance de calcul et des algorithmes développés pour les MLA pour lisser leur rendu. To put it simply : best of both worlds ! On sent que ça bouge à nouveau chez Martin et ça fait plaisir.

Dom Harter devant le SXC118, un sub cardioïde présenté à l’ISE 2019 et allant comme un gant aux WPS

Nous avons eu la chance de discuter avec Dom Harter, le DG de Martin et l’instigateur du retour à la liberté d’agir de sa marque lors de l’ISE 2019 et ce dernier nous a longuement expliqué le positionnement de cette série WP, plus évidente, compréhensible et attirante que le MLA, tout en gardant l’essence de la marque à savoir :
– la compression, même si raisonnée,
– la charge pavillonnaire ou hybride,
– et enfin un médium sur membrane pour permettre une reproduction exempte de distorsion et des moteurs d’aigu de petit diamètre pour les deux dernières octaves.
La WPS reprend une partie de ces concepts même si sa petite taille et son poids très raisonnable de 27 kg empêchent la mise en œuvre de charges trop complexes.


Une fois déshabillée, la WPS dévoile ses trouvailles et le nombre très important de transducteurs. 10 !

Les deux graves à forte élongation et refroidissement de 8” à bobine 2” et aimant néodyme, sont placés derrière une pièce de charge et de mise en phase prolongeant le guide d’onde, une pièce où se déversent aussi les 4 médiums.

Ces derniers de 4” à bobine 1” et aimant néodyme, sont chargés individuellement et sortent de façon annulaire dans le guide afin de raccorder le mieux possible avec les 4 moteurs d’un pouce et sortie 1,4”, membrane polymère et aimant ici encore au néodyme.

Les fréquences de coupure sont placées à 520 Hz et 1,6 kHz ce qui permet de reproduire une bonne partie des voix sur de la membrane. La bande passante de chaque tête tient entre 70 et 18 kHz ± 3 dB pour un SPL Max de 133 dB avec un facteur de crête de 2, soit 6 dB. La directivité verticale unitaire est de 10° et horizontale de 100° à -6 dB et 120° à -10 dB.

On ne s’en lasse pas de voir ainsi la WPS même si, bien entendu, c’est une hérésie puisque sans guide d’onde et de pièce de mise en phase des graves, le résultat risque d’être plus que douteux !

Il y a un total de 10 transducteurs pour une impédance résultante de 6 ohms. Il est donc possible de connecter une, deux ou trois boîtes par patte de iKON iK42, l’ampli Martin sur base Linea Research, une solide bête pouvant délivrer un total de 20 kW en crête sur 4 canaux. Disposant d’entrées analogiques AES3 et Dante, il embarque assez de puissance DSP pour permettre l’optimisation du rendu propre à la gamme WP via le logiciel maison Display grâce à 1000 cellules FIR en 48 kHz par canal.

Le iKON-ik42, un ampli délivrant la puissance désormais typique des machines modernes, 20 kW à laquelle s’ajoute du calcul en pagaille et une connectivité sans faille.

Display

C’est là qu’intervient la magie du processing extrapolé de celui conçu pour le MLA. Chaque enceinte WP est certes pleinement capable d’être mise en œuvre telle quelle, mais fonctionnera forcément beaucoup mieux en enclenchant le procédé d’optimisation incorporé à Display. Martin propose 4 graphiques assez explicites basés sur le plut petit modèle, la WPM, pour en démontrer les capacités.

Tout d’abord huit WPM, sans aucun processing et avec quatre points de mesure : premier rang en rouge, console FOH en jaune, fond de salle en vert et réjection arrière d’une boîte en bleu. C’est un peu tourmenté…

Premier cran, la résolution la plus basse de l’optimisation à savoir le maximum de boîtes par patte (4 avec le WPM) mais un effet pourtant déjà visible. Les creux se comblent et la réjection arrière se creuse dans le bon sens.

Deuxième cran, on ne place plus que deux boîtes par patte d’ampli. On augmente donc la résolution du processing mais on consomme plus d’ampli. L’amélioration est très importante et devrait remporter une pleine adhésion.

Troisième et dernier cran, chaque tête dispose de sa patte d’ampli et donc du maximum de résolution de processing. Le lissage est parfait, la différence entre les trois points de mesure minimisée et la réjection arrière sensiblement creusée, surtout dans le bas médium. Inconvénient, c’est ampliphage (néologisme SLU!)


Martin donne donc le choix de la résolution de traitement qu’il est possible d’obtenir avec le même bois en jouant sur la puissance de processing par l’ajout de iK42 vers lesquels le preset spécifique de Display est poussé grâce à VU-NET™ le soft de pilotage et de contrôle de Martin. L’évolutivité est donc garantie dans le temps ou bien par projet.

Le complément en bas et rien qu’en avant !

Pour compléter la réponse dans le grave de la WPS, le sub conseillé est le tout nouveau SXC118, cardioïde, disponible en version sol ou flyable et logiquement appelé dans ce cas SCXF118.

Le SXC118, un sacré client. Un 18” devant et un 14” derrière pour 27 dB de réjection à 75 Hz et 140 dB SPL Max…

Pour plus d’infos sur ce sub très intéressant, cliquez ici et lisez le descriptif complet de mon excellent et moustachu confrère Claude Ducros

Enfin pour plus de renseignements sur les WPS, sur le site Martin Audio

La BS recherche un(e) Conseiller(ère) comptoir de Vente boutique

Par admin

Pour gérer les ventes comptoir, accompagner les mesures de soutien aux ventes (animation boutique, choix produits, création de supports de communication…), La BS recherche un(e) conseiller(ère) technique dans le domaine de l’éclairage, de l’audio et de la vidéo.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

 

Chroma-Q Brute Force 6, le générateur de lumens hyper-protéiné à leds

Par admin

Voilà une appellation sans équivoque ! Quand on retrouve les termes « force » et « brute » pour définir un seul et même projecteur, on devine sans moindre mal que cette machine dispose de caractéristiques hors-norme.

Le surpuissant Brute Force 6, un mastodonte aux 144 000 lumens.

Qu’avons-nous devant nous ? Sans doute l’une des plus imposantes sources présentées lors de ce millésime 2019 du Prolight+Sound, une machine de 1,5 m par 1,65 m pour 30 cm de profondeur, un énorme panneau divisé en 6 colonnes, contenant chacune 16 sources led RGBW. En farfouillant dans la documentation technique, nous remarquons qu’il s’agit d’une version assemblée de 6 Studio Force II déjà au catalogue de Chroma-Q.

Profitant d’une accalmie de puissance lors de la démo, quelques détails du projecteur et des sources indépendantes en gros plan.

Majoritairement dédié aux plateaux TV et cinéma, le Brute Force 6 dispose de plusieurs modes de contrôle, outre le classique RGBW, il peut être paramétré en Ciné-Q, 8 ou 16 bits, ou en HSi (teinte, saturation, gradation) sur plusieurs types de plages de teintes.

La température du blanc est ajustable entre 2800 et 6500K, et sans surprise, l’indice de rendu des couleurs est élevé, annoncé au mieux à 94. Les sources led peuvent si nécessaire être pilotées de manière indépendante, moyennant 96 canaux de contrôle, quant au contrôle lui-même, il peut évidemment s’opérer en DMX compatible RDM ou sans-fil (en option).

Parlons puissance, car c’est là que se démarque ce mastodonte asservi ! À full, cette machine est modestement censée délivrer 144 000 lumens via un faisceau de 22 degrés d’ouverture ! Idéal pour recréer des effets atmosphériques ou assommer de lumière les plateaux et scènes qui pourraient le recevoir.
Vous n’avez besoin que (!) de 96 000 lumens ? Optez pour le Brute Force 4, une version « light » du Brute Force 6 qui se retrouve tronqué de deux colonnes de leds. Côté consommation électrique, celle-ci reste raisonnable puisque au maximum de sa puissance, le Brute Force 6 n’aura besoin que de 15 ampères à 230 V.
Comme dit le proverbe « on n’a rien sans rien », cet appareil affiche 175 kg sur la balance. Avec tant de puissance et une envergure si développée, nous nous y attendions un peu, néanmoins la performance reste notable !

Plus d’infos sur le site ESL et sur le site Chroma-Q

d&b présente à Infocomm 2019 la série A

Par admin

Avec la série A présentée à l’Infocomm 2019, d&b succombe aussi aux enceintes line-array à courbure fixe, mais y ajoute une trouvaille pratique avec des angles variables et deux approches électroniques différentes pour optimiser le tout. Wilkommen, « Augmented Array » !

Dévoilée à l’Infocomm 2019, la nouvelle série A de d&b apporte une réponse simple et rapide à la fois aux marchés Touring / Evénementiel, comme à celui de l’Intégration avec deux enceintes, quatre si on ajoute les deux versions installation, et surtout une nouvelle philosophie, celle de l’array à courbure variable sur une enceinte point source.
Cette flexibilité inédite dans le couplage des enceintes, ouvre la porte à un gros marché auquel le simple point source, le petit line array ou l’enceinte à courbure fixe ne répondent pas complètement.

Un couplage de deux têtes ouvrant verticalement à 30°, diminué de 10° …

… et le même augmenté de 10°.

L’idée de l’Augmented Array consiste à exploiter à la fois la qualité des guides d’ondes et les outils offerts dans la mise en œuvre des line-array d&b pour faire à peu près tout avec deux nouvelles boîtes à courbure fixe : la AL60 et la AL90 et un certain nombre d’accessoires d’accroche. Ces deux enceintes sont par ailleurs bien nées puisque leurs géniteurs allemands leur ont greffé les deux 10” et le moteur du KSL, autant dire que le raccord tonal entre le line-array standard de d&b et cette nouvelle venue, devrait n’être qu’une formalité.

Un T-Frame classique avec 4 boîtes, la plus simple façon d’obtenir 120 à 150° de couverture verticale.

L’accroche horizontale où la latitude de réglage inter boîtes est préservée. Verticalement on ne dispose que du choix de 60° ou 90°.

Avec le frame correspondant, il est possible d’accrocher jusqu’à quatre AL60/AL90 en mode vertical ou horizontal afin de couvrir parfaitement la zone ciblée et pour cela, il est possible de faire varier les angles entre des boîtes adjacentes par crans de 5° entre -10° et +10°. La « somme » entre deux boîtes ouvrant verticalement en mode natif à 30° peut donner 60°, mais varier aussi entre 50° et 70°.

Le couplage de 4 boîtes pour disposer de 120° occasionne quelques accidents dans le bas médium …

… et c’est là que les DSP des amplis interviennent et lissent la couverture.

Afin de lisser le couplage dans la zone délicate où travaillent à la fois des 10” et des moteurs, et quelque soit l’angle choisi, la plage 200 Hz à 2 kHz bénéficie sur demande d’un algorithme embarqué dans les amplis appelé Midrange Directivity Control (MDC) Il suffit pour cela de spécifier quelles sont les boîtes externes et celles internes, appelons cela un mini-Array Processing.

La méthode indiquant quelles sont les boîtes externes et internes.

Si l’envie vous en prend, l’Array Processing, le vrai, peut être appelé à la rescousse pour parfaitement linéariser la réponse et le couplage dans le champ proche, comme au lointain, mais dans ce cas, vous ne pourrez pas raccorder deux boîtes par patte d’ampli contrairement au MDC où cela est possible.

La versionArray Processing du même array de 4 boîtes, du coup parfaitement optimisé avec une résolution de 20 cm.

Avec son ouverture horizontale de 60° et le contrôle de sa directivité allant jusqu’à 550 Hz, la AL60/ALi60 peut couvrir des distances allant jusqu’à 30 mètres. La AL90/ALi90 et ses 90° horizontaux, permet un contrôle à partir de 370 Hz et est totalement compatible avec la 60 avec, sans doute, une portée pratique légèrement moindre. Le SPL Max des deux modèles (sur D80, bruit rose et facteur de crête de 4) est de 138 dB.

Non, c’est bien du d&b ;0) La AL60 et au dessous la AL90.

Les AL60/AL90 partagent le même design compact et ouvrant mécaniquement à 30° sur le plan vertical. Deux 10” à aimant néodyme se partagent la vedette avec un moteur 3” à embouchure 1,4”. La combinaison du guide de nouvelle génération et l’arrangement symétrique des deux 10” permet un bon recouvrement des bandes de fréquences par le filtre passif de l’enceinte. Les sources sonores de chaque enceinte s’additionnent sans interférences. Le poids des deux modèles, identique, est de 23 kg et la réponse en fréquence s’étend de 60 Hz à 18 kHz à -5 dB.

La réponse en fréquence de l’AL60 en mode CUT ou standard. On peut faire moins droit, mais c’est plus cher !

La série A, enfin, est compatible avec un large panel d’électroniques et de subs du catalogue d&b afin de constituer des systèmes complets, notamment les amplis 30D, D20 et D80 (ce dernier offrant un dB de plus de SPL Max) avec lesquels il est possible d’accéder à un égalisation de 2 fois 16 bandes avec des filtres paramétriques, notch, shelving et asymétriques en plus d’un délai pouvant atteindre 10 secondes.
Le sub recommandé est le V-GSUB et son proche cousin le Vi-GSUB, mais d’autres choix sont possibles dans l’univers de l’intégration.

Une vue arrière de la AL60 avec son accroche très « line-array », si ce n’est qu’il n’y a que trois choix, d’un côté 30°, 25° et 20° et de l’autre 30°, 35° et 40°

Les premières livraisons de ce ce nouveau système sont attendues pour le dernier trimestre 2019.

Plus amples renseignements sur cette nouvelle Série A d&b. .

 

Palans Gis et pesons BroadWeigh contribuent au festival We Love Green

Par admin

La scène principale, baptisée « la Prairie », installée par Magnum.

Pour le levage du toit, chacune des 10 tours était équipée d’un palan GIS LCH et d’un peson BroadWeigh

A l’occasion du festival We Love Green, organisé les 1er et 2 juin dans le bois de Vincennes, 10 palans GIS LCH peu gourmands en énergie ont levé le toit de la scène principale sous le contrôle de BroadWeigh, un système de lecture de charge sans fil.
Festival de musique électropop, We Love Green est né en 2011 avec la volonté de sensibiliser son public au respect de l’environnement. La programmation de l’édition 2019 se voulait très éclectique avec en tête d’affiche Tame Impala, Christine and the Queens ou encore Booba.
À Paris, au cœur du bois de Vincennes, 4 scènes musicales ont été déployées pour accueillir plus de 100 lives et dj-sets. C’est Magnum qui a été choisi pour installer la scène principale.

L’installation de cette scène nécessitait de lever un toit de 33 tonnes à vide qui passait à 35,5 tonnes après la mise en place du pont. Magnum a choisi de mettre en place 10 moteurs GIS LCH de 2,5 tonnes, mouflés en 5 tonnes, à l’intérieur des tours à cour et à jardin.
L’un des principaux avantages de l’utilisation des palans GIS était de pouvoir déployer un seul groupe électrogène de 125 A, contre 2 groupes de 250 A l’année précédente, pour le levage du même toit avec l’ancien système.

Réduction des contraintes au montage

Sur le terrain, l’équipe technique était ravie de cette nouvelle facilité d’installation et du temps gagné grâce à la vitesse des palans : 1,6 m/mn. Leurs dimensions compactes ont permis aux LCH2500 de s’intégrer sans difficulté à l’intérieur des tours. En plus du gain de temps, la stabilité de la charge et la fluidité du levage ont été appréciées par l’équipe.

Grâce à ses engrenages à dentures hélicoïdales, la boîte de vitesse des palans GIS produit très peu de bruit en fonctionnement, un bonheur pour les oreilles des riggers !
Classés IP65, ces moteurs de levage sont protégés des infiltrations d’eau et de poussières. L’équipe de Magnum économisait donc une housse de protection supplémentaire par moteur et gagnait en sérénité car le risque d’averses est toujours possible en cette saison.

Surveillance continue des points d’accroches

Un peson sans fil BroadWeigh intégré à une manille 4,75 tonnes, accroché à chacun des 10 palans GIS LCH2500 mesurait en temps réel la charge supportée par les points d’accroche. Chaque peson envoie ses données au Récepteur USB, pour une surveillance permanente.

En reliant le récepteur USB BroadWeigh à son ordinateur portable, le responsable du chantier a accès en temps réel aux informations envoyées par les pesons sur le logiciel Log100.

Aucun câblage n’est nécessaire, le responsable du chantier peut surveiller la sécurité de son installation tout en se déplaçant avec son ordinateur portable jusqu’à une distance de 800 mètres. Les pesons BroadWeigh sont eux aussi complètement protégés en cas de pluie avec un indice de protection IP67.
Cette opération a permis à l’installation de We Love Green de démarrer sur une bonne note. Le 2 juin, le festival s’est clôturé par un franc succès, avec un record d’affluence de plus de 80 000 festivaliers.

Plus d’infos sur le site Sonoss

La BS recherche 3 Technico-commerciaux itinérants IDF et Province, H/F

Par admin

La BS, société spécialisée en vente de produits techniques (éclairage, sonorisation, textile, machinerie scénique, photo et vidéo), recrute pour promouvoir les produits de son catalogue auprès des clients BS sur le secteur Ile de France (Nord), et auprès de tous clients en province secteur Est, et province secteur Ouest.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

RCF présente deux nouveaux subs, le HDL 38-AS et le 36-AS

Par admin

RCF propose deux nouveaux subs en 18” et 15” conçus pour être accrochés quand la place au sol, la projection du grave ou la maitrise du niveau dBC sont nécessaires. Compatibles en taille, ils apportent aux têtes 30-A et 28-A le renfort utile dans le bas du spectre.

Le HDL 38-AS

Le HDL 38-AS

Le HDL 38-AS est le complément de grave idéal des têtes HDL 30-A et peut être accroché avec ces dernières dans une ligne.
Pesant 48,7 kg, il dispose d’un unique 18” a grande excursion, mû par une bobine de 4” et un aimant au néodyme de dernière génération bénéficiant de progrès constants dans la ventilation de la bobine et dans l’assemblage de cette dernière avec le cône.

Une vue du 38-AS ouvert. Remarquez les 4 évents et le traitement de la membrane.

Le SPL Max atteint est de 136 dB avec une réponse en fréquence allant de 30 à 140 Hz, une grande linéarité et une distorsion particulièrement contenue.

La puissance de l’ampli en classe D avec son alimentation à PFC atteint des crêtes de 3200W et grâce à son DSP et à sa connexion réseau, le HDL 38-AS peut être commandé et suivi via RDNet comme le reste de la gamme pro HDL. Une parfaite gestion thermique, évite l’emploi de ventilateurs bruyants.

La partie arrière du 38-AS avec le module ampli et les ferrures d’accroche.

Le HDL 36-AS

Le compagnon des têtes HDL 28-A est le sub HDL 36-AS. Sa plus petite taille fait qu’il n’embarque qu’un 15”, mais survitaminé avec une bobine de 4” et acceptant la même puissance de 1600W RMS et le double en crête.

Le HDL 36-AS. Plus compact et léger avec son 15”.

Il délivre juste un décibel de moins que son compagnon à 135 dB SPL Max avec une réponse en fréquence qui tient entre 40 et 140 Hz.
Disposant d’un port RDNet, il est aussi gérable en réseau et il ainsi possible de rappeler des presets, de gérer les fréquences de coupure, l’égalisation ou le delai. Le poids n’est que de 37 kg.

Pour plus d’infos, visitez le site RCF

Wireless Solution ProBox F-2500 en G5

Par admin

Le ProBox F2500 présenté au salon Prolight+Sound après deux ans de développement.

Le ProBox F-2500 représente la cinquième génération de boîtier DMX sans fil créé par les suédois de Wireless Solution, qui signent ici leur forme la plus aboutie.

ProBox F-2500 Génération 5

Sous l’apparence d’une unité de traitement 19’’ au format 1U, il peut être utilisé aussi bien en émetteur, récepteur ou en mode répéteur. Seul produit de cette gamme à pouvoir gérer quatre univers DMX distincts en mode Double-Up, il possède deux antennes en diversité spatiale, offrant une portée allant jusqu’à 700 m.

Le ProBox F-2500 peut s’utiliser à la fois en transmetteur et en récepteur grâce à son double menu de contrôle « One-Button », dont l’utilisation reste identique aux anciennes versions.

La nouvelle technologie à l’œuvre, la fameuse G5, permet d’utiliser les fréquences radio en tri bande, 2,4 GHz, 5,2 GHz et 5,8 GHz, pour transmettre des signaux DMX, incluant un support complet du RDM.
Autre innovation, la reconnaissance native des protocoles Art-Net II et III, du sACN et, en option, une carte Wifi pour communiquer directement avec les applications de télécommande lumière sur tablettes ou smartphone.

L’utilisation de l’AFHSS, adaptation par sauts de fréquence, couplé au système Data-Safe permet de protéger les signaux DMX des interférences et, le cas échéant, de corriger les erreurs de transmission.

Equipé d’une alimentation 90/260 V 50-60 Hz au format PowerCon secondé d’un connecteur 12 volts, le ProBox peux être utilisé dans n’importe quel pays du monde.

Cette véritable autoroute DMX sans-fil s’utilise directement en utilisant les connecteurs DMX 5 broches placés en face avant ou arrière, ou en injectant un signal ArtNet ou sACN par la broche RJ45 EtherCon.

Compatible avec les technologies G3 et G4S, il peut s’utiliser avec la majorité des marques partenaires de Wireless Solution, telles ADB, Claypaky, Portman, Chauvet, Elation, Robert Juliat, Cameo, Starway, etc. Livré avec deux antennes tri-bandes en gain de 3dBi, le ProBox F-2500 est équipé de connecteurs d’antenne type N permettant l’utilisation de tout type d’antenne de la gamme Wireless Solution, pour des portées jusqu’à plusieurs kilomètres.

Distribué par Freevox, il est proposé au tarif public de 1 668 € HT.

Plus d’infos sur le site Freevox et sur le site Wireless Solution

❌