Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Le FX77, l’appareil photo Bluetooth (partie 2) : avec un Sony Clié

Par Pierre Dandumont

Dans la suite de mes aventures avec le Sony DSC-FX77, un appareil photo Bluetooth, j’ai cherché un appareil capable de communiquer avec lui. Et j’ai trouvé un Sony Clié, le TG50.

Attention, premièrement il faut un Sony Clié avec du Bluetooth, ce qui limite un peu le choix de l’appareil. J’ai trouvé un TG50, un modèle à clavier sous Palm OS 5. Deuxièmement, le plus important, il faut le programme nécessaire. Avec le TG50, il se trouve sur le CD d’installation, si vous ne l’avez pas, il est disponible sur ce site. Le DSC-FX77 dépend en effet du profile Bluetooth BiP (Basic Imaging Profile) et ce n’est pas installé par défaut. Il faut donc installer deux choses sur le Clié : Remote Camera (RemoteCamFR.prc) mais aussi la bibliothèque BiP (BipLibraryFR.prc). Sans cette dernière, ça ne fonctionnera pas. Une fois les fichiers installés, il faut faire un soft reset.

Petite astuce si vous avez un Clié mais pas de quoi installer HotSync : il suffit de copier les programmes dans /Palm/Launcher sur la carte mémoire et de les déplacer vers la mémoire interne. Au passage, pour les captures, j’utilise la méthode que j’avais expliqué il y a quelques années.

C’est un peu compliqué de photographier des écrans de 2003


C’est un peu plus visible ici

Remote Camera

Première étape, Remote Camera. Cette application Sony permet de déporter l’écran de l’appareil vers le Clié, avec un affichage assez correct. Il faut mettre l’appareil photo en mode prise de vue et presser le bouton Bluetooth pour lancer la connexion. Sur le Clié, le programme propose une recherche ou une recherche rapide (il va garder les appareils connectés précédemment en mémoire). La latence varie un peu avec la distance, mais reste assez correcte, et l’image est petite mais pas plus que sur l’écran de l’appareil photo lui-même. Il est impossible de couper le son de la prise de vue (je crois que c’est une obligation légale au Japon), et l’application propose assez peu de fonctions. On peut juste prendre une photo… et c’est tout. Les images restent enregistrées sur la Memory Stick de l’appareil photo, le Clié ne reçoit qu’une vignette minuscule.

La sélection Bluetooth


L’écran de l’appareil répliqué



Les vignettes à droite sont des vignettes : pas de copie vers le Clié

A noter que l’écran de l’appareil photo indique bien qu’il est sous contrôle, avec le nom de l’appareil et son adresse MAC.

L’appareil affiche qu’il est connecté et à qui

Le transfert

Si vous avez installé la bibliothèque BiP (et uniquement dans ce cas), il est possible de transférer des photos de et vers l’appareil. Quand le FX77 envoie, il redimensionne en VGA, comme avec le T610. Avec un Clié, il ne semble donc pas possible de recevoir des images dans la définition d’origine. Dans l’autre sens, bizarrement, pas de soucis. Clié Viewer envoie bien dans la définition d’origine, ce qui prend du coup pas mal de temps avec les images qui viennent de l’appareil photo.

De l’appareil au Clié


En VGA


Vers l’appareil


Ca prend du temps

Donc cette fois, vous avez un aperçu du futur de 2003 : un appareil photo qui envoie ses images vers un PDA en Bluetooth. Ce qui préfigure un peu notre présent, mais pas réellement, vu que les PDA n’existent plus et les appareils photo tendent à disparaître (tout du moins sous la forme appareil photo). Mais le Bluetooth est toujours là.

Si je trouve le matériel, je tenterais la partie 3, avec un Vaio. A noter que j’utilise le DSC-FX77 mais que la caméra DCR-TRV80 (un caméscope DV) propose les mêmes fonctions et peut même se connecter à Internet par modem.

Le FX77, l’appareil photo Bluetooth (partie 1)

Par Pierre Dandumont

En 2002, Sony a sorti un appareil photo intéressant, plutôt innovant pour l’époque, le DSC-FX77. Cette variante du DSC-F77 proposait en effet la prise en charge du Bluetooth. Mais avec une limite intéressante d’un point de vue historique.

Assez compact, l’appareil prend des photos de 4 mégapixels. Il n’a pas de zoom, ouvre à 2.8, le tout avec un capteur CCD. La forme est assez particulière : il possède un objectif qui peut pivoter vers l’utilisateur pour faire des selfie, même si le mot n’existait sûrement pas à l’époque. Un vague viseur optique prend place sur le bloc, mais l’essentiel se fait sur l’écran. A noter qu’il tourne correctement l’image pour faire les portraits. Comme toujours avec Sony au début des années 2000, il enregistre les photos sur des cartes Memory Stick. Enfin, il filme, mais au mieux en 320 x 240 en MPEG-1, donc c’est totalement anecdotique. Dans l’ensemble c’est agréable à utiliser, mais le moindre smartphone moderne donne évidemment un résultat bien meilleur.

L’appareil photo


En mode normal


En mode selfie

La gestion du Bluetooth

Le Bluetooth, surtout à l’époque, c’est quelque chose de compliqué. La norme sert de technologie pour le transfert avec – au-dessus – ce qu’on appelle des profils. Et les profils sont gérés par la stack, en gros le programme qui sert aussi de pilotes Bluetooth. Il en existe pour le transfert de fichiers, pour l’utilisation avec des souris et des claviers, pour la gestion des contacts, de l’audio, etc. Et donc Sony a choisi le BiP (Basic Imaging Profile) pour son appareil. Ce profil permet pas mal de choses : le transfert d’images (dans les deux sens) avec redimensionnement automatique, l’impression, l’archivage automatique et l’affichage déporté. Pour ce dernier, il est possible d’afficher une image directement ou déporter le viseur, avec la prise de photos à distance. Sur le papier, c’est magique. En pratique, il faut que l’appareil supporte le BiP, mais aussi le client. Et ça se complique. Côté ordinateurs, ni macOS ni Windows ne supporte le BiP. Il y a bien quelques stacks alternatives (dont BlueSoleil) qui prennent le profil en charge, mais c’est assez rare. Même chose côté téléphones et smartphones. En gros, il faut un PC portable Vaio (Sony livrait une stack compatible), un PDA Sony Clié avec Bluetooth ou un téléphone Sony Ericsson. C’est pour ça que l’article est noté (partie 1), j’ai d’abord testé avec un appareil basique, le fameux Sony Ericsson T610.

Le bouton Bluetooth


Le T610

Sans compatibilité BiP, l’appareil de Sony ne transfert tout simplement pas les fichiers. J’ai trouvé un logiciel pour Mac OS X (une vieille version) qui prend en théorie en charge le BiP, mais ça ne marche pas avec le FX77. Pour transférer une image en Bluetooth, je n’ai réussi qu’avec le Sony Ericsson T610. Ça doit aussi fonctionner avec le T630 et sûrement quelques modèles de téléphones de la même génération.

En réception


Ce ne fonctionne pas

Avec le T610, une seule chose passe : l’envoi d’une image de l’appareil photo au T610. Le FX77 redimensionne ses images en 640 x 480 (ça semble dépendre de l’appareil en face) et peut envoyer le tout au téléphone. Dans le sens contraire (du téléphone à l’appareil photo), le T610 n’accepte pas l’envoi des photos, j’obtiens automatiquement une erreur. Et le mode remote ne fonctionne pas non plus avec le T610.

Un selfie


Un morceau de bureau


Le même, redimensionné en VGA après transfert


Un exemple de ce que l’affreux capteur du T610 sort

Dans la seconde partie, je vais essayer de montrer comment fonctionne la prise de photos à distance, si je trouve le bon matériel.

Added VFX property/event binder classes for the new Input System...



Added VFX property/event binder classes for the new Input System to the VfxExtra repository. https://github.com/keijiro/VfxExtra

Minis: MIDI Input for Unity New Input System. Now I’m...





Minis: MIDI Input for Unity New Input System. Now I’m testing it with VFX graphs. https://github.com/keijiro/Minis

Minis: MIDI Input for Unity New Input System. Now I’m...



Minis: MIDI Input for Unity New Input System. Now I’m testing it with VFX graphs. https://github.com/keijiro/Minis

❌