Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 26 septembre 2020Vos flux RSS

DeskPi Pro : un châssis pour ajouter un stockage 2.5″ à son Raspberry Pi

Le DeskPi Pro est le dernier des nombreux boitiers sortis récemment pour accueillir les Raspberry Pi 4 et uniquement ces dernières. On a vu toute une ribambelle de solutions débarquer ces derniers temps avec l’Argon One, Les Akasa Gem et Akasa Pi-4 Pro mais également le SilverStone PI02. Cette émergence de nouveautés est liée à l’évolution des cartes Raspberry Pi 4. De plus en plus capables et performantes, elles ont également apporté des fonctionnalités nouvelles comme le démarrage du système sur des stockages externes.

Le DeskPi Pro propose donc un espace pour intégrer un Raspberry Pi 4 mais également un emplacement pour un stockage 2.5″ ce qui sera évidemment bien plus pertinent pour certains usages que le recours à une carte MicroSDXC. Ces dernières étant souvent plus lentes et surtout de plus faibles capacité. Evidemment il existe des cartes MicroSDXC de haute capacité, on trouve des solution de 512 Go et 1 To mais elles sont alors souvent plus chères et surtout beaucoup moins endurantes qu’un SSD. Si vous regardez les tarifs des cartes MicroSDXC affichant à la fois vitesse, endurance et capacité, vous comprendrez vite l’intérêt du recours à un SSD 2.5″ classique.

DeskPi Pro

Le DeskPi Pro propose donc une protection de l’ensemble des composants et un moyen d’ajouter facilement un stockage à son système Pi4. Une carte fille qui se connecte aux ports HDMI et USB de la carte et qui permet de les déployer autrement.

DeskPi Pro

On retrouve donc les deux ports MicroHDMI remplacés par des ports HDMI pleine taille. Des connecteurs plus standards pour connecter des écrans classiques. Au passage ces ports sont déplacés sur l’arrière du châssis de manière a retrouver une configuration classique. La disposition générale gagne en connectique avec deux ports USB 3.0 en façade et un en plus au dos de l’appareil. Le lecteur de cartes mémoire MicroSDXC, qui ne sert donc plus forcément pour stocker le système, est déplacé vers la partie avant du boitier de manière a pouvoir l’utiliser comme stockage amovible.

DeskPi Pro

Enfin, un adaptateur USB 3.0 vers SATA permet de connecter votre stockage 2.5″. Vous pouvez choisir un disque mécanique ou un SSD. Il est évident que la seconde option sera bien plus pertinente et réactive pour la majorité des utilisateurs mais l’usage d’un stockage mécanique peut également avoir du sens si vous comptez utiliser la carte pour stocker de grandes quantités de données. 

DeskPi Pro

Le DeskPi Pro est refroidi activement par un ventilateur, on connait la propension du Raspberry Pi 4 a dégager beaucoup de chaleur. Un petit dispositif est donc intégré à l’ensemble pour l’évacuer plus facilement.

DeskPi Pro

Cela n’interviendra qu’en cas de besoin et la plupart du temps la solution restera passive puisque c’est une solution ICE Tower qui est positionnée sur le SoC de la carte pour la dissiper silencieusement. Le bouton de façade permettra d’éteindre votre système de manière simple et efficace mais également de faire un reset de votre machine après avoir installé un pilote. Enfin, l’alimentation est assurée par un dispositif à la norme Quick Charge 3.0 fourni.

DeskPi Pro

L’ensemble est proposé en précommande à 54.99$ pour le moment, un prix qui ne compte pas les frais de port : on ajoutera 10$ supplémentaires pour le faire venir  en France. Un tarif d’ensemble de 56€ environ. L’engin passera à terme à 59.99$ pièce ce qui reste raisonnable au vu du materiel fourni. Reste un détail qui me chiffonne, le boitier en aluminium enferme totalement la carte et ses brochages ne sont donc plus accessibles. Bien entendu on pourra jouer de la miniperceuse pour usiner le châssis afin de glisser une nappe sur les broches mais ce ne sera pas aussi pratique qu’une solution comme le boitier Argon One qui a trouvé une parade à ce problème.

Ce qui me chagrine le plus dans cette idée c’est le côté décalé de la chose. On se retrouve au final avec un MiniPC classique qui coute 56€ auquel on ajoutera une carte Raspberry Pi 4 qui coutera entre 40 et 80€ suivant la mémoire embarquée mais qui ne fera plus ce pourquoi ces cartes de développement ont été inventées. Si vous considérez le tarif de cette solution en 8 Go et que vous additionnez les 80 et les 56€ vous arrivez à 136€ pour un engin qui se positionne alors face à la concurrence des MiniPC. Si on gomme les interfaces particulières du dispositif, l’intérêt des Raspberry Pi 4 devient vite relatif.

DeskPi Pro : un châssis pour ajouter un stockage 2.5″ à son Raspberry Pi © MiniMachines.net. 2020.

Amazon Fire TV Cube disponible en France après 2 ans d’attente

Ce Fire TV Cube était donc lancé en 2018 aux US, il combine en un seul engin deux fonctions assez éloignées. D’un côté, on retrouve une TV Box assez classique et de l’autre un énième assistant virtuel de la marque. Une double fonction qui se ressent dans le prix de vente de l’engin puisque celui-ci est proposé à 119.99€.


Fire TV Cube
Livré avec une télécommande et parfaitement capable de répondre également à votre voix, ce petit objet est pensé pour les mêmes usages que les Fire TV Stick. On pourra lire des contenus en streaming en UltraHD avec une gestion en prime des formats Dolby Vision, HDR et HDR10+. Certifié Netflix et Prime vidéo, il permettra également de profiter d’un son Dolby Atmos. 

Fire TV Cube

Le boitier dispose évidemment d’une plus large connectique, il est également plus imposant que les solutions stick de la marque. On retrouve donc un port MicroUSB, un port infrarouge de contrôle et une sortie HDMI. Un adaptateur USB vers Ethernet est livré avec la machine en plus de la télécommande vocale. L’engin mesure 8.61 cm de large comme de profondeur pour 7.69 cm de haut. 

A l’intérieur, on retrouve un SoC six coeurs cadencé associé à un circuit graphique Mali G52-MP2. Sa mémoire vive grimpe à 2 Go et son stockage interne à 16 Go. Il est Bluetooth 5.0 + LE et évidemment Wifi6. Un câble infrarouge permet de connecter la solution avec un appareil ayant une entrée infrarouge pour que la Box puisse le piloter même si il ne dispose d’aucune entrée “numérique”.

Fire TV Cube

Mais c’est également un assistant personnel au même titre que les produits Echo de la marque. On pourra donc communiquer au travers de la Fire TV Cube pour poser des questions à la machine, déclencher des appareils compatibles – de la télévision à l’éclairage – créer des scénarios et même demander le programme. Les 8 micros intégrés à l’engin sont pensés pour capturer le son à 360° et vous  autoriser une prise de contrôle loin de votre télécommande.

Fire TV Cube

Et… c’est problématique. 

Sur la fiche produit d’Amazon, on peut lire : “Fire TV Cube est conçu pour protéger votre vie privée.” La marque expliquant qu’un bouton permet de désactiver logiciellement les micros pour qu’ils n’enregistrent plus ce qu’il se passe dans la pièce en permanence. En réalité, l’engin est conçu pour l’inverse, écouter vos paroles et les analyser en permanence. Le fait qu’ils proposent une fonction pour l’empêcher est juste une rustine technique. Si un loup distribuait des laisser-passers à des moutons pour se balader toute la journée tranquille tout en les prévenant qu’en l’absence du petit papier il les boufferait, on ne considérerait pas que le loup “protègerait” les moutons. Amazon fait exactement cela avec son dispositif. Il offre un moyen de ne pas être écouté mais ne protège en rien votre vie privée.

Parce que le scénario le plus probable est évident. Le petit boitier sera positionné à portée de câble HDMI de votre téléviseur, dans le salon et il n’y aura rien de moins pénible que d’aller désactiver sa fonction d’écoute. On pourra toujours utiliser la télécommande vocale pour donner des ordres mais je suppose que le pli d’un usage distant sera vite pris et que l’engin sera allumé et à votre écoute en permanence. Un point à bien prendre en compte si l’objet vous intéresse.

Amazon Fire TV Cube disponible en France après 2 ans d’attente © MiniMachines.net. 2020.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Amazon lance la Fire TV Stick Lite et renouvelle la Fire TV Stick

La nouvelle Amazon Fire TV Stick est vendue 39.99€ et propose un support FullHD compatible HDR avec prise en charge Dolby Atmos des contenus en streaming. Plus performante que l’ancienne génération avec un nouveau materiel elle est également équipée d’une nouvelle télécommande.

Fire TV Stick 2020

La marque indique que cette nouvelle Fire TV Stick 2020 est 50% plus rapide que la génération précédente mais  reste cantonnée au FullHD. Avec un fonctionnement ultra simple, il suffit de la connecter en HDMI et de l’alimenter en USB, elle est désormais pilotée par une télécommande vocale connectée en Bluetooth. 

Fire TV Stick 2020

Avec une interface Fire TV remaniée, elle permettra de piloter les contenus à la voix pour une utilisation plus aisée. Ce dispositif conserve les boutons classiques du type avec évidemment une navigation habituelle mais aussi les boutons de contrôle de volume et de sourdine.

Fire TV Stick Lite

Ce dernier point me permet une transition subtile avec la nouveauté du catalogue d’Amazon, la Fire TV Lite. Une version “allégée” de la même solution vendue 29.99€. Pourquoi 10€ de moins ? Pour deux raisons. La première est marketing, cela permet de placer le produit en première ligne face aux solutions concurrentes comme la Xiaomi Mi TV Stick ou les Chromecast et futures solutions de Google. Avec ce produit entrée de gamme, Amazon à une clé accessible pour ouvrir la porte à ses contenus Prime Video en ligne. Contenus qui incitent a prendre un abonnement Prime. Abonnement qui offre les frais de port sur le site d’Amazon. Conséquence directe de ce produit d’appel, plus de commandes matérielles toute l’année dans le magasin en ligne. 

Fire TV Stick Lite

Deuxième raison, plus technique, qui explique pour quoi cet appareil est moins cher. Il est moins bien. Enfin, moins bien, en vrai il est identique au modèle à 39.99€. La clé embarque le même SoC quadruple coeur MediaTek MT8695D épaulé par un circuit graphique PowerVR Ge8300. Il est donc stout aussi capable de piloter des contenus FullHD à la même vitesse que sa grande sœur. Elle propose le même gigaoctet de mémoire vive et la même capacité de 8 Go de stockage. Elle se connecte en Wifi5 MiMO, embarque un Bluetooth 5.0 et peut même se connecter en Ethernet avec un adaptateur. Elle fait également tourner Fire OS 7.0 c’est à dire une surcouche d’Android 9.0. Malgré tout elle ne possède pas le Dolby Atmos, probablement pour que le constructeur ne paye pas les frais de licence… Mais ce qui change véritablement c’est sa télécommande.

Cette dernière embarque bien une gestion de la voix et on pourra réclamer à son poste de diffuser tel film ou telle série. Mais elle ne propose pas les boutons de base que l’on demande à une télécommande. A savoir la gestion du volume, de la sourdine ou de mise en marche. Il faudra donc vous encombrer de 2 télécommandes pour piloter votre programme. Celle de la Fire TV Stick Lite et celle de votre ampli ou de votre télé. 

Fire TV Stick Lite

Le petit texte sur la page de la Fire TV Stick Lite

Je mettrais le fil de ma télécommande a couper qu’à l’intérieur, sous le plastique, l’engin est identique et qu’on pourrait sans doute rajouter quelque boutons contre un peu de soudure. Rien en tout cas qui justifie cette baisse de 10€. Amazon n’a pas créé des gammes techniquement très différentes à mon avis, il a créé un produit d’appel et un prix psychologique. Le prix d’appel sert à court circuiter la concurrence et, finalement une fois sur la page, donne envie d’acheter le produit plus pratique sans plus regarder la note.

Certains seront ravis d’avoir une ristourne de 10€ sur l’objet, d’autant que ces Fire TV Stick marchent plutôt bien même si leurs usages sont limités. On peut tout de même regarder de nombreux contenus en streaming, de Youtube  à Netflix en passant par Prime vidéo évidemment. Des tonnes de “skills” sont disponibles1 et de futures fonctions sont en développement. Dans l’ensemble c’est un produit qui tient la route parce qu’il est simple et fonctionnel. Avec l’ajout de Luna, le service de streaming de jeu de la marque, c’est probablement un bon moyen de proposer une solution accessible pour jouer  dans son salon.

Amazon lance la Fire TV Stick Lite et renouvelle la Fire TV Stick © MiniMachines.net. 2020.

Amazon lance Luna, son propre service de streaming de jeux

Dire qu’Amazon est en retard sur son projet de streaming de jeu vidéo est un euphémisme. Luna arrive tard, très tard, et avec un concept assez bancal au demeurant. L’idée n’est ni plus ni moins qu’un copié collé des autres services pour la majorité de ses services. Avec quelques éléments différenciants et surtout de grosses lacunes.

Luna

Avec Luna on pourra donc streamer des jeux qui seront exécutés à distance sur les serveurs d’Amazon. Leur affichage sera donc indépendant du materiel déployé chez soi et on pourra aussi bien jouer sur une tablette, un téléphone, un PC ou sur une Amazon Fire TV. C’est probablement cela que Luna vise le plus au moment où la sortie de la solution Google Sabrina se dessine comme le parfait réceptacle de la Stadia.

Luna

Avec Luna, un utilisateur équipé d’une Fire TV pourra donc se connecter et se mettre à jouer dans la foulée sans avoir a télécharger quoique ce soit, le jeu tout entier est exécuté à distance et comme un film ou une série, on ne fait que l’afficher sur son appareil. Pour Amazon c’est évidemment un gros plus car cela permet de vendre ses appareils comme des consoles de jeu performantes et rapides. Il suffira juste d’ajouter un élément dans l’équation, en plus du paiement de son abonnement au service : une manette de jeu baptisée Luna Controller.

Luna

Cette manette a, comme pour Stadia, un double emploi. C’est évidemment d’abord une manière de créer une interface entre un dispositif qui recevra les jeu pour les afficher comme la FireTV et le joueur. Mais c’est surtout une figure de proue, une solution pour créer quelque chose de tangible, de photogénique. Ce type de service est difficile a appréhender pour le néophyte, le concept de streaming de jeu ne passe forcément facilement. Avec un Luna Controller dans l’équation on a tout de même un objet sur lequel on peut accrocher le service et mieux comprendre comment il fonctionne.

Luna

La manette est conçue pour une connexion instantanée au net, une solution pour éviter au maximum la latence entre les ordres donnés et leur action, ainsi l’objet va se connecter directement en wifi sans passer au préalable par votre périphérique de streaming. Il n’y aura pas un fonctionnement manette, Fire TV puis serveurs Luna d’Amazon avant de revenir à la Fire TV. La manette se débrouillera toute seule pour piloter votre jeu à distance via le Wifi. Cela au contraire de nombreuses solutions concurrentes qui fonctionnent en Bluetooth au travers de leur récepteur. Amazon parle d’une latence de 20 ms ce qui est très peu. Evidemment cela ne vous force pas a acheter une manette Luna Controller, vous pourrez piloter la solution avec une manette de console comme celle d’une Xbox ou un paddle DualShock 4 de Sony. Les claviers et souris de PC seront également compatibles. A 50$ la manette, il valait mieux que la marque conserve ces solutions.

Luna

D’un point de vue technique, Luna déploiera un signal 1080P à 60 images par seconde en jeu et une offre baptisée Luna+ permettra de piloter 2 périphériques de streaming en même temps… Si votre connexion suit évidemment. Il faut compter sur un débit de 10 Mbps pour atteindre le 1080P, le double pour deux périphériques. La bande passante consommée est également assez importante avec 10 Go de consommés par heure d’utilisation en FullHD.

Le service Luna est pour le moment uniquement prévu aux US et l’abonnement est annoncé à 6$ par mois. Cet abonnement vous donnera accès à une – courte – liste de jeux plus ou moins récents : Brothers: A Tale of Two Sons, Control, GRID, Resident Evil 7 et Yooka-Laylee.

Luna

Luna propose d’autres jeux payants et accueillera bientôt d’autres éditeurs et Ubisoft lancera sa propre boutique très rapidement. Amazon indique que les licences “Assassin’s Creed” et “Far Cry” seront accessibles. C’est probablement là que l’offre d’Amazon coince le plus face à une solution GeForce Now de Nvidia. Il faut acheter ses jeux, voir les racheter si on les possède déjà. Au contraire de la solution de Nvidia qui propose de retrouver ses titres Steam ou Epic par exemple, directement sur sa box, si vous les avez déjà payé. 

C’est tout le problème d’Amazon et de Luna, arriver si tard sur le marché pose soucis. Si vous avez déjà acheté les jeux, vous pourrez y jouer sur les serveurs GeForce Now de Nvidia. Si vous ne les avez pas encore achetés. Préférez vous les acheter sur un store fermé comme Luna ou directement sur Steam ou Epic et les retrouver ensuite sur votre machine habituelle et sur un service comme GeForce Now ou uniquement dans le petit univers pour le moment assez étriqué d’Amazon ? Et si Luna fait un flop ? Qu’adviendra t-il de vos jeux payés en ligne ? Quand vous commandez sur un store comme Steam ou Epic vous avez un peu plus de chance de voir votre investissement durer que si vous faites confiance à Amazon et qu’il se plante…

Amazon lance Luna, son propre service de streaming de jeux © MiniMachines.net. 2020.

Les MiniPC Intel NUC Tiger Canyon en détail

La génération de NUC Tiger Canyon d’Intel va proposer une panoplie de services assez étonnante. Avec des performances en hausse du fait de la présence de circuit graphiques Intel Iris X mais également parce que les avancées des solutions du fondeur vues dans les portables vont se retrouver pour beaucoup dans ces nouveaux engins.

NUC Tiger Canyon
Si l’on en croit le document apparu sur le compte Twitter @9550Pro hier, les NUC 11 Pro Tiger Canyon seront déclinés en 3 modèles. Le premier mesurera 11.7 cm de large pour 11.2 cm de profondeur et  5.4 cm d’épaisseur. Il proposera plusieurs solutions de stockage avec la présence d’un emplacement 2.5″.  Le seconde sera moins épais avec 3.7 cm de haut et se contentera de stockage en format M.2. La troisième solution enfin sera vendue sous la forme de cartes mères de 10.4 cm de large pour 10.2 cm de profondeur. Un format “hors norme” qui pourrait permettre des intégrations très abouties et développer le marché des châssis construits sur mesures par des marques tierces.

NUC Tiger Canyon

Quatre processeurs proposant un circuit graphique Iris X semblent prévus pour ces engins, tous issus de la nouvelle génération Tiger Lake d’Intel. Du Core i5-1135G7 au Core i7-1185G7 en passant par une puce de onzième génération également mais en Intel UHD seulement, le Core i3-1115G4.

Un processeur comme le Core i7-1185G7 est une puce assez impressionnante. Avec une enveloppe de 28 watts seulement, elle propose 4 coeurs et 8 threads, 12 Mo de cache, un fonctionnement oscillant de 3 à 4.8 GHz et pas moins de 96 EU graphiques. Elle prendra en charge le vPro ainsi que toutes les fonctions inhérente à sa génération. Celles mise en avant par la gamme EVO comme le Thunderbolt 4 ou le Wifi6 et l’Ethernet 2.5 Gb.

Ces solutions pourront toutes embarquer jusqu’à 64 Go de DDR4-3200 en double canal. Le stockage sera assuré par un port M.2 2280 PCIe NVMe x4, un second slot en M.2 2242 sera quand à lui exploitable en SATA 3.0. On retrouvera évidemment du Wifi6 et du Bluetooth 5.0 et, suivant les versions, des fonctions vPro ou non sur ces postes.

NUC Tiger Canyon

La connectique sera également déclinée de plusieurs manières puisque suivant les modèles les NUC Tiger Canyon proposeront 1 ou 2 ports Ethernet en Intel 225-LM. On retrouvera systématiquement trois ports USB 3.2 Gen2 Type-A et un port USB 2.0 et deux brochages USB 2.0 internes. Pour les versions double réseau Ethernet deux ports USB 2.0 supplémentaires seront également ajoutées. Un port Série RS232 sera également présents sous la forme d’un brochage sur la carte mère. Comme les autres séries et ce depuis quelques générations maintenant, ces NUC pourront changer de capot supérieur pour adapter des versions tirant parti de ces broches internes.

L’affichage sera géré par deux sorties vidéo HDMI, le premier en HDMI 2.1 capable d’afficher une définition 8K à 60 images par seconde. Le seconde en 2.0b en 4K au même rythme. Chacun de ces port disposera de son propre circuit CEC pour piloter facilement des écrans compatibles. Mais les NUC Tiger Canyon seront également capables de piloter deux écrans supplémentaires (pour un total de 4 donc) grâce à deux ports Thunderbolt 4.0  proposant à la fois du DisplayPoort et d l’USB 3.2 Gen2. La partie son sera prise en charge en 7.1 ou canaux via les ports HDMI ou le DisplayPort des port Thunderbolt.

NUC Tiger Canyon

Parmi les autres fonctionnalités intéressantes on peut noter plusieurs éléments qui montrent une vocation industrielle de ces machines. A commencer par la possibilité de les laisser tourner 24H/24 et 7 Jours sur 7 annoncée par Intel. On retrouve également d’autres fonction comme le fonctionnement sans écran le reset CMOS programmable ou différents moyens d’alimentation.

NUC Tiger Canyon

Ces engins sont prévus pour tourner au choix sous un Windows 10 classiques ou dans ses versions IoT et Server. Intel indique également une compatibilité  avec divers distributions Linux. La marque devrait distribuer ces machines en version Barebones mais également en systèmes complet. Difficile de voir sdi la carte mère nous sera accessible, si ASRock prépare de son côté également une carte sous Tiger Lake, ces solutions Intel ont de sérieux atouts dans leur fonctionnalités et leur connectique. Sans même parler de leur garantie 3 ans…

Les MiniPC Intel NUC Tiger Canyon en détail © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo intègre Ubuntu 20.04 LTS dans ses Thinkpad et ses Thinkstation

Lenovo commence ce déploiement d’Ubuntu 20.04 LTS dès maintenant pour certaines machines, d’autres seront certifiées et livrées avec le système dès l’année prochaine. Toutes auront donc droit à un support complet de cinq ans garanti par Canonical. Une mesure rassurante pour les professionnels comme pour les particuliers.

Ubuntu 20.04 LTS

Cette dernière version “Long Terme Support” d’Ubuntu permettra d’assurer l’amortissement des machines et le très probable déploiement de versions supérieures compatibles. Le support d’Ubuntu restant exemplaire ces dernières années. A noter que certaines machines seront livrées avec une version 18.04 LTS ce qui ne veut pas dire qu’elles seront incompatibles avec les suivantes, simplement que Lenovo estime que cette version est plus adaptée.

La marque veut en effet que ses Thinkpad et Thinkstation proposent une expérience parfaite au déballage, sans avoir à trouver un pilote supplémentaire ou le moindre souci à l’usage, même si on est loin d’une connexion Internet. Cela passe donc probablement par des choix techniques précis qui peuvent ensuite évoluer grâce à une simple connexion réseau.

Dans la liste des machines annoncées sous Ubuntu 20.04 LTS on retrouve donc :

ThinkPad T14 sous Intel et AMD
ThinkPad T14s sous Intel et AMD
ThinkPad T15p
ThinkPad T15
ThinkPad X13 sous Intel et AMD
ThinkPad X13 Yoga
ThinkPad X1 Extreme Gen 3
ThinkPad X1 Carbon Gen 8
ThinkPad X1 Yoga Gen 5
ThinkPad P15s
ThinkPad P15v
ThinkPad P15
ThinkPad P17
ThinkPad P14s
ThinkPad P1 Gen 3

Sous Ubuntu 18.04 LTS
ThinkPad L14 
ThinkPad L15 

Les stations sont moins nombreuses et seront toutes sous Ubuntu 20.04 LTS

ThinkStation P340
ThinkStation P340 Tiny
ThinkStation P520c
ThinkStation P520
ThinkStation P720
ThinkStation P920
ThinkStation P620

Toutes ces machines seront donc distribuées directement par Lenovo sous Ubuntu au même titre que sous Windows. Cela ne veut pas dire que votre crémerie habituelle vous les proposera mais vous pourrez les demander ou les commander directement à Lenovo. Les machines seront prêtes à l’emploi, sans avoir de bidouillage particulier à exécuter au déballage. Pas d’installation sur mesure ou autre tour de passe passe technique. Les webcams, capteurs d’empreintes, cartes wifi et autres services particuliers de ces gammes, toutes les fonctions des machines seront exploitées et les services particuliers de la marque seront pris en charge.

Source : Ubuntu

 

Lenovo intègre Ubuntu 20.04 LTS dans ses Thinkpad et ses Thinkstation © MiniMachines.net. 2020.

Intel débute la commercialisation des processeurs Elkhart Lake

Si tous les yeux sont braqués sur les nouveaux processeurs Tiger Lake de la marque et l’arrivée des circuits graphiques Intel Xe, les efforts d’Intel ne concernent pas uniquement le marché des mobiles haut de gamme. Avec Elkhart Lake, Intel s’intéresse également à des gammes plus discrètes. Les machines embarquées, celles qui construisent les outils du quotidien et l’Internet des Objets.

Elkhart Lake

Les puces Intel Elkhart Lake devraient être commercialisées en 2021 et seront déployées en Atom, Celeron et Pentium. Pas moins de douze processeurs sont ainsi annoncés. Principalement des solutions Atom à basse consommation avec huit références différentes dans cette gamme. On retrouvera également deux puces Celeron et deux Pentium. Les performances resteront évidemment modestes puisque l’entrée de gamme se contentera de deux coeurs et le haut de gamme en proposera quatre. Les TDP tourneront entre 4.5 et 12 watts et toutes ces puces seront gravées en 10 nanomètres avec la technologie SuperFin du fondeur.

Elkhart Lake

Grosse nuance technique cependant, les circuit graphiques proposés seront issus de la onzième génération HD. Cela suppose une excellente prise en charge des vidéos en UltraHD, un boost en 3D et une parfaite gestion en 2D. Les puces pourront également piloter jusqu’à trois écrans en simultané. Cela ne veut pas dire qu’un engin sous Atom Elkhart Lake sera capable de faire tourner un jeu moderne bien sûr, mais cela fera du bien dans la gestion des interfaces et ouvrira sans doute plus de portes techniques pour les Celeron et les Pentium.

Elkhart Lake

Les puces seront également plus habiles techniquement parlant. La prise en charge de mémoire vive plus large avec 32 Go de DDR4-3200 ou 16 Go de LPDDR4 sera possible, tout comme la gestion du HDMI 2.0b et du DisplayPort 1.4 pour les minimachines standard. Mais le contrôleur d’Elkhart Lake pourra également prendre en charge nativement les sorties vidéo eDP et MIPI DSI pour de intégrations plus faciles. Les puces pourront prendre en charge les SSD PCIe NVMe x6 Gen 3 ainsi que deux canaux SATA 3.2 et pas moins de trois réseaux Ethernet 2.5 Gb. De quoi rattraper le rendez vous manqué de Gemini Lake Refresh ?

Atom X6000E

Parmi les points les plus intéressants de ces nouvelles solutions, on découvre un réel travail autour de l’IoT. Les modèles actuels de puces Intel sur ce segment, que ce soit en Atom, en Celeron ou en Pentium, ne proposent pas vraiment de fonctions vraiment adaptées à cet usage. Gemini Lake comme son Refresh n’ont pas été pensés pour cela à leur création. Ce  n’est plus le cas avec Elkhart Lake qui rajoute un Programmable Services Engine qui  décharge les processus liés à l’IoT. Des tâches simples, souvent répétitives, ne nécessitant pas forcément le réveil des coeurs x86 du processeur. On retrouve donc un coeur ARM Cortex M7 intégré à la puce. Ce dernier prendra en charge des fonctions en temps réel en particulier au niveau des réseaux. Ils seront programmables et accessibles pour supporter divers scénarios de programmation. Sous Windows bien sûr mais également sous Linux, Android mais aussi directement en UEFI.

Difficile de voir exactement comment le marché des MiniPC va s’emparer de ces puces, l’arrivée des Ryzen l’a clairement fait basculer du côté d’AMD avec un écart bien faible de prix entre des puces Celeron et Pentium et des solutions beaucoup plus capables chez AMD. Suivant les performances et les prix d’Elkhart Lake, l’intérêt pour les MiniPC sera plus ou moins grand. Il est possible que certains constructeurs se penchent vraiment sur le sujet et tirent parti de l’ensemble des fonctionnalités de ces processeurs. Avec une exploitation intelligente du coeur ARM intégré. Sinon, le marché risque de se tourner vers des solutions plus performante, chez Intel comme chez AMD.

Intel débute la commercialisation des processeurs Elkhart Lake © MiniMachines.net. 2020.

HP lance de nouveaux portables Pavilion sous Intel Tiger Lake

Les Pavilion 13 2020, comme les modèles de 14 et 15 pouces de la marque sont donc les premiers engins grand public à être constitués d’une partie issue de plastique recyclé. HP estime que la construction de ses machines permettra d’éviter que 92 000 bouteilles en plastique finissent dans l’Océan…

Pavilion 13 2020

C’est louable, mais évidemment, c’est fort peu. Et je lis déjà des critiques envers la marque pour son opportunisme et sa communication à base de “greenwashing”. Et pourtant, je trouve cet effort louable. Du moins pour une société dans la position de HP. Il faut dire qu’il y a de moins en moins de plastique dans les portables de la marque et la pièce qui utilise ce matériau recyclé apparait comme bien secondaire. Il s’agit du châssis qui abrite les haut-parleurs des engins. C’est maigre. Mais est-ce une raison pour leur jeter la pierre ? Il me semble que l’initiative est positive même si elle devrait être largement développée. Dans quelle mesure HP ne pourrait t-il pas utiliser des métaux recyclés pour le châssis ? Quelle part d’autres éléments en plastique pourraient être intégrés ? Comment l’emballage et la gestion de l’ensemble de sa chaine pourrait être améliorés pour réduire la pollution de la marque ?

Et de notre côté ? Qui accepterait de payer un produit plus cher parce que constitué de matériaux recyclés ? Concrètement si le métal employé vous était garanti comme étant récupéré, si les touches de votre portable étaient issues de déchets plastiques, combien accepteriez vous réellement de payer en plus ? Qui accepterait de payer 50 ou 100€ de plus pour un portable plus vert ? Quel serait l’impact concurrentiel pour HP de proposer un engin plus cher face à des concurrents qui ne joueraient pas avec les mêmes règles ? Ce sont des questions difficiles qu’il faut véritablement se poser avant de se dire que l’effort de la marque est minimal. En 2019, HP assurait avoir recyclé presque 500 tonnes de bouteilles plastique, la majorité pour fabriquer des emballages de cartouches d’encre. Ce n’est vraiment pas si mal par rapport à d’autres sociétés qui n’envisagent même pas le moindre effort dans ce sens.

Pavilion 13 2020

Pour en revenir à un aspect plus technique, ce Pavilion 13 2020 embarquera un processeur Intel Tiger Lake de onzième génération équipé de circuits graphiques Intel Xe. En solo sur ce modèle 13″, accompagné de circuits Nvidia GeForce MX450 sur les modèles 14 et 15″. Une version du Pavilion 15 2020 sera également disponible dans la gamme de processeurs AMD Ryzen 4000.

Pavilion 13 2020

Pavilion 13 2019 vs Pavilion 13 2020

Pour le reste, on retrouvera un équipement classique pour 2020 : un SSD pouvant grimper à 1 To et probablement en PCIe NVMe x41. On retrouvera également un Wifi6, un lecteur de cartes SDXC et un port USB Type-C avec affichage et charge Power Delivery. Le communiqué de presse de HP ne mentionne pas de certification EVO d’Intel, les engins ne seront donc pas forcément équipés de Thunderbolt 4. L’autonomie annoncée est de 8H30 avec une recharge de moitié en 45 minutes. 

Pavilion 14 2020Pavilion 14 2020

Le Pavilion 13 2020 débutera à 680$ HT outre Atlantique en version FullHD. Des modèles UltraHD sont également prévus par la marque. Les Pavilion 14 et 15 pouces sont étonnamment moins bien gâtés puisqu’il existera des versions en HD seulement.

Pavilion 15 2020

Oui, HP fait rimer 2020 et 1080 x 720 pixels, ce qui est assez bizarre mais qui doit correspondre à une demande, j’imagine. Ces modèles débuteront  à 580$ HT pour le 13″ et 600$ HT pour le 15″. La disponibilité est prévue pour Octobre.

HP lance de nouveaux portables Pavilion sous Intel Tiger Lake © MiniMachines.net. 2020.

La Balise de Saint-Hilaire-de-Riez avec Nexo : L’union fait la force

En collaboration avec le prestataire intégrateur B-Live, le support technique de NEXO a terminé l’installation d’un système line array GEO M12 pour La Balise, la toute nouvelle salle de spectacle de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Lire la suite

L’article La Balise de Saint-Hilaire-de-Riez avec Nexo : L’union fait la force est apparu en premier sur SoundLightUp..

EQUIPHOTEL 2020 reporté en 2022

Par : admin

Reed Expositions France annonce que l’édition 2020 d’EQUIPHOTEL, initialement prévue du 15 au 19 novembre 2020, est reportée en 2022. Lire la suite

L’article EQUIPHOTEL 2020 reporté en 2022 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le monde de Paulo

Par : admin

Alain Rouver, alias Paulo, restera à jamais gravé dans l’histoire du Théâtre Sébastopol de Lille. Lire la suite

L’article Le monde de Paulo est apparu en premier sur SoundLightUp..

Ayrton Ghibli et Diablo au Southbank center de Londres

Par : admin

Dans le cadre de leur démarche de s’équiper en LED, l'équipe du South-bank Center intégré dans son parc les projecteurs Ayrton Ghibli et Diablo. Lire la suite

L’article Ayrton Ghibli et Diablo au Southbank center de Londres est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le module de relamping Source 4WRD arrive en version Color

Le module led de relamping ETC Source 4WRD, disponible en blanc chaud et blanc froid arrive en version Color RGBA. Lire la suite

L’article Le module de relamping Source 4WRD arrive en version Color est apparu en premier sur SoundLightUp..

Essay Video et sa nouvelle narration immersive grâce à Brompton

Par : admin

Animé d’une passion pour la création d'histoires et la production de vidéos percutantes, Essay Video a équipé son tout nouveau studio virtuel en technologie LED avec Brompton Technology. Lire la suite

L’article Essay Video et sa nouvelle narration immersive grâce à Brompton est apparu en premier sur SoundLightUp..

12 Esprite Robe éclairent le Palais des Papes d’Avignon

Par : admin

12 Esprite Robe ont animé le Palais des Papes d’Avignon en le baignant d'un collage vibrant des couleurs, des formes et des textures imaginées par l’éclairagiste Fabien Chamakoff pour le Festival Helios 2020. Lire la suite

L’article 12 Esprite Robe éclairent le Palais des Papes d’Avignon est apparu en premier sur SoundLightUp..

Les sensations Adamson aux Brett Kissel Drive-In Shows

Par : admin

Adamson a permis à la star canadienne de country Brett Kissel d'offrir à son public huit spectacles en drive-in dans leurs autoradios, tout en profitant des sensations propres aux gros systèmes de diffusion. Lire la suite

L’article Les sensations Adamson aux Brett Kissel Drive-In Shows est apparu en premier sur SoundLightUp..

Mise à niveau du parc du Puy du Fou avec un réseau fibre Optocore

Par : admin

Le Puy du fou a récemment procédé à une mise à niveau des communications numériques à l'échelle du site. Samuel Briand, responsable technique de l'installation a clairement indiqué qu'une solution étendue en anneau de fibre Optocore répondrait au mieux aux besoins du parc. Lire la suite

L’article Mise à niveau du parc du Puy du Fou avec un réseau fibre Optocore est apparu en premier sur SoundLightUp..

Minisforum H31G, un MiniPC sous Socket LGA1151 et GTX 1050Ti

Décidément Minisforum est sur tous les fronts. Après les solution AMD Ryzen comme les modèles UM300, le DMAF5 et l’annonce d’un futur modèle X35G sous Intel Core de dixième génération, voici le Minisforum H31G. Une machine assez compacte qui permet une très bonne évolutivité materielle.

Minisforum H31G

Chose très rare dans le monde des MiniPC, le Minisforum H31G sera livré non pas avec un processeur soudé à sa carte mère mais avec un véritable Socket LGA 1151 ce qui permettra de faire évoluer son processeur facilement. La carte est donnée comme compatible avec toute la gamme Intel de neuvième génération. Des Celeron et Pentium jusqu’aux Core i7. Quatre puces seront proposés par le fabricant : Les Core i3-9100F, Core i5-9400F, Core i5-9500F et Core i7-9700F. Des puces Coffee Lake au TDP de 65 watts lancées par Intel au second trimestre 2019 et qui proposent de belles performances globales.

Le Core i7-9700F par exemple est un octuple coeur et octuple threads cadencé de 3 à 4.70 GHz avec 12 Mo de cache et capable d’encaisser jusqu’à 128 Go de mémoire vive. Cette gamme de puce a une particularité, elles n’embarquent pas de circuit graphique.

Minisforum H31G

Le Minisforum H31G propose donc une solution annexe pour compléter la donne. A l’intérieur du châssis on retrouve donc un chipset graphique Nvidia GeForce GTX 1050 Ti associé à 4 Go de mémoire vive GDDR5. De quoi compléter efficacement le dispositif et proposer de bonnes performances graphiques. La partie graphique est elle-même montée en MXM et pourra donc évoluer même si je doute de la pertinence de ce choix sur ce type de machine. Sans compter la difficulté a trouver ce type de module, le MiniPC a probablement été dimensionné pour dissiper un TDP précis et modifier ses composants ne semble donc pas une bonne idée.

Minisforum H31G

La dissipation est d’ailleurs un poste intéressant sur ce modèle, l’engin fait appel sans surprises à une solutions composée de caloducs qui transportent l chaleur vers l’extérieur au travers de fines ailettes refroidies par de l’air extérieur projeté par un double ventilateur.

Minisforum H31G

Ce dernier aura beaucoup a faire avec un processeur assez chaud et un circuit graphique Nvidia également gourmand en watts. Mais la solution est originale avec le circuit graphique qui est pris en sandwich entre le dissipateur et la ventilation.

Minisforum H31G

De larges aérations sont disponibles autour de l’engin, l’appel d’air frais est fait par au dessus.

Minisforum H31G

Minisforum H31GMinisforum H31GMinisforum H31GMinisforum H31G

Pour compléter cette base technique , deux slots de mémoire vive DDR4 2666 MHz en double canal pour monter facilement à 32 ou 64 Go de RAM. Le stockage sera confié à trois dispositifs : un port M.2 2280 PCIe NVMe x4 pour commencer, mais également un M.2 2242 au format SATA 3.0 et enfin un emplacement 2.5″ SATA 3.0. De quoi construire une solution assez complète. Le Wifi sera piloté par  une carte M.2 2230 Intel AX200 qui proposera du Wifi6 et un Bluetooth 5.1. 

Minisforum H31G

La connectique propose une sortie vidéo HDMI, un Mini DisplayPort pour la partie vidéo, un port jack audio 3.5 mm à l’avant, et des prises jack sortie audio et prise micro sur le côté , quatre ports USB 3.0 Type-A, un lecteur de carte MicroSDXC et un Ethernet Gigabit. A noter d’ailleurs que ce port réseau permettra de piloter la machine à distance avec une fonction Wake On Lan et un démarrage réseau configurable dans le BIOS. La carte mère permet aussi un réveil automatique à heure fixe et le redémarrage automatique en cas de coupure de courant. Un microphone sera disponible à l’avant.

Minisforum H31G

Le boitier mesure 15.4 cm de large pour 15.3 cm de profondeur et 6.2 cm d’épaisseur tout de même. Cela représente 1.4 litre de volume, c’est assez imposant pour un MiniPC mais le Minisforum H31G reste compact et discret face à une tour classique. Le boitier proposant un support VESA il sera également possible de le dissimuler sur un support ou derrière un écran facilement.

Le Minisforum H31G sera proposé dès le 29 Septembre dans plusieurs versions équipées de GeForce GTX 1050 ti : un modèle sous Core i5-9500GF avec 16 Go de DDR4 et 256 Go de SSD sera lancé à 659$. Un modèle en Core i7-9700F avec le même équipement sera lancé à 799$. Mais la marque prévoit également de lancer une version 100% barebone, sans processeur, mémoire et stockage, uniquement livré avec le module Nvidia et la carte Wifi Intel AX200 un peu plus tard. Pas de prix pour cette version mais probablement un modèle a surveiller pour ceux voulant recycler leur materiel.

Minisforum H31G, un MiniPC sous Socket LGA1151 et GTX 1050Ti © MiniMachines.net. 2020.

AMD lance des processeurs Zen à destination des Chromebooks

Grosse nuance par rapport aux précédentes puces AMD employées dans les machines sous ChromeOS, ces nouveaux Ryzen 7 3700C et dérivés emploient une architecture Zen ou Zen+. On s’éloigne donc des solutions AMD A4 et AMD A6 Stoney Ridge qui, si elles existent toujours, font figure d’antiquité tant la marque a su évoluer ces dernières années. 

Pas moins de 7 puces seront ainsi proposées par AMD sur le marché des chromebooks désormais, même si certaines comme les Ryzen 7 3700C et Ryzen 5 3500C ont un air prononcé de déjà-vu. Voilà le détail.

ProcesseurCoeurs/ThreadsFreq/TurboCacheGPU / FreQgravureArchitectureTDP
Ryzen 7 3700C4/82.3/4 GHz6 MoRadeon10 / 1.4 GHz12 NmZen+
15W
Ryzen 5 3500C4/82.1/3.7 GHz6 MoRadeon 8 / 1.2 GHz12 NmZen+
15W
Ryzen 3 3250C2/42.6/3.5 GHz5 MoRadeon 3 / 1.2 GHz14 NmZen15W
Athlon Gold 3150C2/42.4/3.3 GHz5 MoRadeon 3 / 1.2 GHz14 NmZen15W
Athlon Silver 3050C2/22.3/3.2 GHz5 MoRadeon 2 / 1.2 GHz14 NmZen15W

Cela ne vous rappelle rien ? Ces cinq puces AMD Ryzen sont des versions de séries Ryzen Pro U déjà sorties par le passé et juste rebaptisées avec un C. Une manière de faire durer les puces et de les guider vers un nouveau marché.

2019-04-09 00_27_20-minimachines.net

AMD ne s’en cache pas, son objectif n’est pas de proposer de “vieilles” puces en les faisant passer pour des nouvelles mais plutôt de créer un marché plus lisible pour ses partenaires et ses clients. Pour un futur acheteur par exemple, il sera plus simple de trouver des ressources claires sur internet sur les Chromebooks  AMD en pianotant “Ryzen 7 3700C” plutôt que “Ryzen 7 PRO 3700U” qui ne lui retournerait que des éléments concernant des machines sous Windows. Je ne vais pas leur jeter la pierre, il est parfois littéralement impossible de trouver une information viable sur un vieux modèle d’ordinateur portable qui a, pour la sixième ou septième année consécutive, le même nom que le précédent.

AMD Ryzen 3000C

Ces nouvelles puces devraient apporter des performances supérieures aux Chromebooks AMD par rapport aux générations précédentes. On ne peut cependant pas dire que le marché a été envahi par les solutions AMD sous ChromeOS. On n’en a pas vraiment vu la couleur. Peut être que cette nouvelle gamme, performante et probablement assez abordable, devrait donner plus d’idées aux constructeurs. La marque indiquant lors de sa présentation de presse que les constructeurs s’intéressaient à ces solutions pour toute leur gamme de machines. Les solutions les plus accessibles comme des 15.6″ mieux équipés.

AMD Ryzen 3000C  AMD Ryzen 3000C 

Les processeurs de type Ryzen 7 3700C permettront, au passage, aux constructeurs une intégration plus simple de fonctionnalités annexes : du Wifi6 et du Bluetooth 5 pour commencer mais aussi plus d’USB 3.x performants et des autonomies très correctes. Les 6 et 15 watts de TDP étant au niveau des solutions d’Intel d’un point de vue consommation. 

Les solutions les plus entrée de gamme, comme les A6-9220C et A4-9120C que l’on a déjà vu sur certains Chromebooks, existent toujours mais seront à réserver aux engins les plus entrée de gamme et devront probablement être évitées. Mais les Ryzen 5 et 7 en Zen+ ainsi que les puces sous architecture Zen pourront proposer un bon rapport performances prix sur ce type de machine.

AMD Annonce 14 machines ainsi équipées pour 2020, pas sur qu’elles parviennent jusqu’à nous cependant.

AMD lance des processeurs Zen à destination des Chromebooks © MiniMachines.net. 2020.

GeForce Now maintenant totalement compatible Linux avec Chromium

Quand Nvidia lance GeForce Now pour les Chromebooks en Août, il ouvre la malle aux trésors pour de nombreux joueurs. Les catalogues de jeux Steam, EA / Origins, Epic Games et autres sont désormais accessibles sur ces machines.

GeForce Now

Evidemment, cela n’a pas traîné, les utilisateurs Linux ont tôt fait de contourner la limitation faite à leurs machines toujours incompatibles en faisant croire aux serveurs de Nvidia qu’ils utilisaient un Chromebook… Cela ne semble plus nécessaire, pour accéder au jeu en streaming GeForce Now depuis une machine sous Linux, il suffit d’utiliser le navigateur Chrome ou Chromium. Ce dernier sera dûment authentifié par le système et vous pourrez vous plonger dans les catalogues de vos jeux préférés.

On ne sait pas encore si il s’agit d’une volonté de Nvidia ou d’une erreur de leur part. Toujours est-il que cela ouvre de belles perspectives. Même un vieux coucou avec une bonne connexion sous Linux pourrait se transformer en machine de streaming de jeu efficace. Un nouvel eldorado pour le service avec un terrain de jeu encore plus vaste face à ses concurrents.

On attend plus que la distribution aux petits oignons qui pourra assurer un service de streaming sur des machines minimalistes et qu’on associera à des MiniPC abordables et discrets pour les intégrer dans son salon. Ce type de solution, clairement orientée pour démarrer sur le service play.geforcenow.com et optimisée, pourrait avoir un certain succès !

Source : gamingonlinux.com

GeForce Now maintenant totalement compatible Linux avec Chromium © MiniMachines.net. 2020.

Onyx Boox Air et Onyx Boox Max Lumi, deux nouvelles “liseuses” sous Android

Pour se démarquer sur un marché compliqué où deux grosses sociétés occupent fortement le terrain de la liseuse grand public, de plus petites structures se spécialisent sur des modèles haut de gamme. Onyx fait partie de celles-ci et annonce deux solutions en 10.3 et 13.3 pouces.

On est loin des diagonales des Kindle et autres Kobo, la Onyx Boox Note Air affiche une diagonale de 10.3 pouces pour un prix de base de 480$, la Onyx Boox Max Lumi grimpe quand à elle à 880$ pour 13.3 pouces de diagonale d’encre numérique. Des tarifs… compliqués pour des engins destinés à la lecture de documents mais évidemment un confort qui correspond aux diagonales indiquées et des fonctions plus avancées qu’une simple liseuse classique.

Onyx Boox Max Lumi

La Onyx Boox Max Lumi est un assez beau bébé de 31 cm de haut pour 22.8 cm de large 7.9 mm d’épaisseur. Elle pèse 570 grams et affiche en 2200 x 1650 pixels au travers d’une solution d’écran flexible Mobius. Cette encre numérique proposera donc 207 points par pouce, une densité de pixels assez haute pour proposer une lisibilité et une finesse de détails appréciable pour ce type d’affichage. Elle offrira, en outre, une interface tactile Wacom avec 4096 niveaux de pression permettant la saisie au stylet pour prendre des notes et dessiner directement sur sa  surface.

Onyx Boox Max Lumi

Elle embarque un SoC non identifié proposant 8 coeurs, 4 Go de mémoire vive DDR4 et 64 Go de stockage UFS 2.1. Petit détail important, ce modèle est piloté par un système Android 10. Il sera donc possible d’installer des applications via le magasin de la marque mais également celles de votre choix, ce qui ouvre des perspectives intéressantes avec ce modèle. D’autant que l’engin est sans doute compatible avec divers accessoires Bluetooth comme un clavier, une souris ou autre ce qui peut laisser imaginer des usages alternatifs à l’ensemble.

Onyx Boox Max Lumi

On retrouve d’ailleurs une connectique plus proche de la tablette que de la liseuse avec un port USB Type-C OG mais aussi une sortie MicroHDMI pour dériver le signal sur un écran externe. La Onyx Boox Max Lumi embarquera un module Wifi et du Bluetooth. Cerise sur le gâteau, elle vous proposera un son stéréo si vous désirez lire en musique.

Onyx Boox Max Lumi

Avec une batterie 4300 mAh, la liseuse proposera 6 semaines d’autonomie en veille, ce qui ne veut évidemment pas dire grand chose. Si la partie affichage est plus économe qu’un écran IPS classique, l’objet aura sans doute une plus grosse consommation sous Android qu’une liseuse ordinaire. Il n’est évidemment pas question des mêmes usages puisqu’on ne pourra pas jouer ou regarder un film dans de bonnes conditions avec un écran e Ink. Mais les usages peuvent varier et la consommation également avec l’usage de réseaux sans fil. L’impact sur la batterie du SoC est également à prendre en compte. A noter que la liseuse est compatible QuickCharge 4.0 et proposera une recharge de 65% en 2 heures.

Sa petite sœur baptisée Onyx Boox Note Air mesure 10.3″, est plus raisonnable et propose tout de même un assez joli assortiment de fonctions. Elle affiche en 1872 x 1404 pixels soit une densité de pixels supérieur de 227 ppp. Toujours équipée d’une encre numérique E Ink Carta mais cette fois-ci avec 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage de type eMMC et le même SoC non identifié 8 coeurs pour piloter le même Android 10.

Onyx Boox Note Air

Pas de fonction de saisie Wacom mais un capteur de stylet plus basique. Cette version est plus accessible niveau prix mais largement moins bien équipée également. Si Onyx a gardé la prise USB Type-C, elle a par exemple oublié la prise MicroHDMI.

Onyx Boox Note Air

La batterie est constituée de deux éléments de 3000 mAh et offre 4 semaines d’autonomie en veille. Même la partie audio est revue à la baisse puisque le son passe en mono. L’engin mesure tout de même 22.94 cm sur 19.54 et 5.8 mm d’épaisseur.

Onyx Boox Note Air

La Onyx Boox Note Air doit probablement gagner son nom de son poids plume et de cette finesse, elle pèse 420 grammes, ce qui est assez peu pour une solution aussi fine et de ce gabarit de 10.3 pouces. Plus que le poids lui même, ce genre de rapport encombrement/poids est toujours assez bluffant une fois en main. Ce modèle est donné comme compatible avec un clavier Bluetooth adapté pour de la saisie en mobilité. 

Source : Notebook Italia

Onyx Boox Air et Onyx Boox Max Lumi, deux nouvelles “liseuses” sous Android © MiniMachines.net. 2020.

MaaXBoard Mini : une raspi like sous CoC NXP i.MX 8M Mini

La MaaXBoard Mini de Embest propose un SoC NXP i.MX 8M Mini, une solution quadruple coeurs Cortex-A53 à 1.8 GHz associée à Cortex-M4F à 400 MHz et un chipset graphique Vivante pour la partie 3D et un GC320 pour la 2D. Elle embarque également un circuit orienté vidéo capable de décoder les flux FullHD H.264 et H.265. La carte est livrée avec 2 Go de DDR4 et un support pour du stockage eMMC de 64 Go maximum en plus d’un lecteur de cartes MicroSD.

MaaXBoard Mini

Cette MaaXBoard Mini n’est pas la carte la plus performante du marché et cela se sent dès le premier regard à la connectique embarquée. On ne retrouve, par exemple, aucun port USB 3.0 mais uniquement 4 ports USB 2.0. La solution ne propose pas non plus de sortie vidéo HDMI mais uniquement un port MIPI DSI pour piloter un écran LCD embarqué. Un autre port MIPI CSI permettra de prendre en charge un capteur vidéo. On découvre également un module Wifi5 et Bluetooth 4.2 avec la possibilité de monter une antenne externe. Un port Ethernet Gigabit est également présent.

MaaXBoard Mini

Les dimensions sont habituelles avec du 8.5 x 5.6 cm et la carte proposera les 40 broches du monde Raspberry Pi. Le reste de la connectique propose un port USB Type-C pour une alimentation 5V. Des broches 7 et 8 bits pour une gestion audio sont également présents. On retrouve également deux boutons et deux LEDs programmables.

MaaXBoard Mini

La MaaxBoard Mini est annoncée comme compatible avec Android 9.0, et Debian 10. Elle est annoncée comme compatible avec le noyau Linux 4.14.98 ainsi qu’avec la version IoT de Windows 10. Proposée à plus de 72$, cette carte n’est pas vraiment la solution rêvée pour un particulier. Une Raspberry Pi 4 offrira plus de souplesse et de possibilités pour moins cher. Elle vise sans doute des marchés plus professionnels et une distribution plus confidentielle.

Sources : Avnet, CNX et LinuxGizmos

 

MaaXBoard Mini : une raspi like sous CoC NXP i.MX 8M Mini © MiniMachines.net. 2020.

MX Anywhere 3 : la nouvelle souris nomade de Logitech

Pas donnée la gamme de souris MX Anywhere 3 de Logitech, ce n’est clairement pas la souris à destiner aux plus distraits, ceux qui perdent facilement un petit accessoire du genre pendant leurs déplacements. A 89€, c’est un investissement assez lourd qui n’aura de sens que si vous êtes particulièrement soigneux avec vos affaires. Car de son côté, vous pourrez compter sur la souris pour vous suivre et vous suivre pendant longtemps. 

La MX Anywhere 3 est avant tout une souris compacte à destination des plus nomades même si on peut tout à fait l’exploiter en mode sédentaire. Certains apprécieront son gabarit ramassé qui tient dans la paume de la main. La marque a, en tout cas, prévu un bel ensemble de fonctionnalités pour accompagner l’utilisateur, à commencer par l’emploi de sa molette de défilement maison : la MagSpeed. Lancée avec la MX Master 3 de la marque, cette version rapetissée du dispositif  permettra d’effectuer des défilements très rapides avec un mode “libre” qui permet d’atteindre 1000 lignes par seconde. On pourra également retrouver un mode cranté classique pour un contrôle plus précis sur certains logiciels. On peut également lancer le défilement en mode horizontal avec l’appui sur un bouton supplémentaire. Tout cela pouvant être modifié ou affiné logiciellement grâce au pilote de la marque.

MX Anywhere 3

Livrée avec un adaptateur USB Unifying, la souris garde son gros avantage de permettre une navigation entre plusieurs machines de telle sorte que l’on pourra piloter 3 éléments distincts via une simple pression sur un bouton. Compatible avec Windows, Linux, ChromeOS, MacOS et iPadOS, elle est . Pratique pour une solution qui accompagne un engin mobile et qui retrouvera le plancher des souris sur un bureau où et positionné une machine sédentaire. On pourra piloter les deux engins avec la même souris très facilement. La suite logicielle de Logitech propose toujours son lot de paramètres optimisés pour les logiciels standards du marché (Chez Microsoft et Adobe notamment) mais vous permettra également de créer vos propres réglages pour vos applications préférées. 

MX Anywhere 3

D’un point de vue technique, on reste sur un capteur “léger” culminant à 4000 points par pouce. C’est peu face aux modèles haut de gamme orientés jeu, mais cela correspond à un usage mobile et donc pas forcément à des terrains de jeu optimisés pour les gros capteurs. On n’emporte que rarement son tapis de souris en balade. L’avantage du capteur choisi par la marque est sa robustesse, il s’agit d’un modèle Darkfield, un nom de code pour une solution prévue pour fonctionner sur beaucoup de surfaces, du tissu au verre transparent. La portée de l’ensemble est annoncée pour 10 mètres et Logitech promet jusqu’à 70 jours d’autonomie. La recharge sera assurée par une prise USB Type C.

MX Anywhere 3

Disponible dès le 25 Septembre, le petit défaut de cette solution est donc son tarif. A 89€, c’est vraiment un joujou haut de gamme efficace qui devrait vous accompagner longtemps. A condition de ne pas le perdre… 

MX Anywhere 3 : la nouvelle souris nomade de Logitech © MiniMachines.net. 2020.

La Google TV Sabrina et sa télécommande en images

C’est Winfuture qui a récupéré ces clichés de l’objet. cela ressemble à des images de commercialisation à destination des magasins en ligne. On retrouve ainsi ce dongle HDMI qui devrait logiquement remplacer les Google Chromecast en apportant les mêmes fonctionnalités en plus d’un fonctionnement sous Android TV.

Google TV
Cette future “Google TV” a déjà été entraperçue par le passé mais ce sont les premières images de sa télécommande, un accessoire indispensable pour gérer les fonctions avancées de l’engin qui dépassent le simple fonctionnement de récepteur des Chromecast. On retrouvera donc les fonctionnalités habituelles d’une solution sous Android TV avec des applications la rendant autonome à la manière d’une solution FireTV d’Amazon.

Le fonctionnement est classique avec un petit câble permettant de positionner le dongle derrière une prise HDMI même si votre téléviseur est monté sur un mur. Le petit appareil ne nécessitera qu’une liaison à un adaptateur secteur pour être alimenté via USB. Certains téléviseurs proposent des sorties USB suffisamment puissantes pour cette tâche mais ils restent relativement rares.

Google TV

Le détail des composants internes semble désormais finalisé avec l’emploi d’un SoC AMLogic S905X2 associé à 2 Go de mémoire vive. La mémoire interne devrait être minimaliste, l’idée de Google est surtout de se servir de cette Google TV comme tremplin vers des contenus en ligne. Philosophie bien traduite par la télécommande livrée. Celle-ci proposant des boutons permettant d’accéder en un seul clic à Youtube et Netflix. Le reste est très classique puisqu’on retrouve les fonctionnalités liées à Android TV : un bouton Home et un bouton retour. Des solutions pour régler le volume ou le mettre en sourdine, le bouton de Google Assistant pour piloter vos contenus à la voix et enfin un système de navigation avec bouton de selection central. Une solution pour éteindre l’objet est également disponible.

Attendu à la fin du mois de Septembre, l’engin devrait débarquer à un tarif pour le moment totalement inconnu.

La Google TV Sabrina et sa télécommande en images © MiniMachines.net. 2020.

Minisforum X35G : une minimachine sous processeur Core i3-1005G1

La sale manie des constructeurs continue. Le Minisforum X35G veut profiter d’un financement participatif pour faire sa campagne de publicité et éviter à la marque tout risque de financement. Ce MiniPC original qui proposera un processeur de dixième génération Core Intel, devrait donc commencer sa carrière au travers d’un financement Participatif sur Indiegogo en Octobre.

Minisforum X35G

Le design du Minisforum X35G est très sobre avec des dimensions contenues : 13.65 cm de large pour 12.15 cm de profondeur et 4.05 cm d’épaisseur. L’engin pèse 500 grammes et son châssis est réalisé en une seule pièce de métal qui vient coiffer une base en ABS.

Minisforum X35G

A l’intérieur, on retrouve donc un processeur Intel Core i3-1005G1, une solution double cœurs et quadruple threads fonctionnant de 1.2 à 3.4 GHz avec 4 Mo de cache. Cette puce de dixième génération développe 15 watts de TDP qui seront refroidis activement par un système de ventilation assez imposant. On retrouve un ventilateur qui souffle de l’air frais puisé sur le côté de la machine vers l’autre côté à travers des ailettes.

Minisforum X35G

Le processeur est coiffé par deux caloducs qui transmettent la chaleur qu’il dégage vers ces ailettes. Une solution habituelle qui devrait s’acquitter de la tâche demandée sans trop de soucis. Minisforum indiquant que la solution choisie est normalement capable de prendre en charge des puces de 28 watts de TDP. La marque insiste donc sur la stabilité de son engin même pendant de longues phases de test ou l’ensemble des composants est poussé à 100% de ses capacités. Le processeur resterait sous les 70°C et le système de ventilation resterait particulièrement silencieux.

Minisforum x35G

Le Minisforum X35G est une minimachine assez classique de conception, plus en tout cas que les versions AMD Ryzen actuellement en vente par la marque. Sur les Minisforum UM300, on retrouve un système pour accéder simplement aux composants amovibles avec une simple pression sur le boitier. Ce modèle ci demandera une intervention poussée pour accéder aux composants. Il faudra d’abord retirer le fond du châssis, puis pas moins de 7 vis supplémentaires pour démonter le système supportant la ventilation de la machine avant d’atteindre les entrailles de l’objet.

Minisforum X35G

Entrailles plus limitées que les versions AMD encore une fois puisque la mémoire vive sera soudée à la carte mère. L’engin prendra en charge 16 Go de DDR4-3200 avec un traitement double canal mais il sera impossible de la faire évoluer à terme.

Minisforum x35G

Pour le stockage par contre, il y aura pas mal de possibilités avec trois emplacements différents. Un port PCIe NVMe M.2 2280 compatible Intel Optane, un second port M.2 2280 mais en SATA 3.0 et enfin un emplacement 2.5″ SATA 3.0. La carte wifi sera également accessible au travers d’un port M.2 2230 classique, l’engin sera cependant livré avec un module Intel AX200 en Wifi6 et Bluetooth 5.1 qui ne demandera pas forcément d’être modifié à terme.

Minisforum X35G

Ce châssis offre une très bonne connectique avec en façade deux ports USB 3.1 Gen 2 Type-A et un port Thunderbolt 3.0, un microphone est également intégré ainsi qu’un bouton reset et le bouton de démarrage de l’engin.

Minisforum X35G

Sur la partie arrière, on retrouve un double port USB 2.0 Type-A, un HDMI 2.0, un DisplayPort et deux ports Ethernet gigabits indépendants pilotés par des chipsets Realtek RTL8111 proposant des fonctionnalités avancées : Wake On Lan et démarrage réseau par exemple. A noter que le BIOS permettra également de démarrer le Minisforum X35G à heures fixes. Une solution qui peut donc être intéressante pour des usages d’affichage vidéo ou de kiosque par exemple. L’engin proposera également un lecteur de cartes MicroSD et un port jack combo casque et micro sur le côté.

Minisforum X35G

L’alimentation sera assurée par un bloc secteur 19 volts ou via le Thunderbolt qui pourra également piloter un affichage supplémentaire. Permettant ainsi à la machine de gérer jusqu’à 3 écrans en UltraHD. On remarque également la présence d’un support antivol de type Kensington Lock. Là encore, on entrevoit une volonté de s’adresser à des usages pros.

L’ensemble devrait être proposé à 399$ pour son lancement sur Indiegogo sans que l’on sache encore combien de stockage sera livré avec l’engin ni si il s’agira d’un SSD SATA ou NVMe. Comme d’habitude, avec l’usage d’un système de financement participatif sur Indiegogo, je ne vous encourage clairement pas à investir dans ce type de scénario. D’abord parce que cela n’a probablement aucun intérêt pratique et ensuite parce que cela ne vous donne que des désavantages dans la durée.

En pratique, vous allez payer le prix auquel sera très rapidement commercialisé l’objet dans les mois qui suivront, c’est une règle qui s’est toujours vérifiée dans le temps. Ce type de projet sur Indiegogo n’a aucune vocation de financement participatif, ils sont là que pour assurer de la visibilité aux machines tout en évitant de prendre trop de risques aux vendeurs. Dans tous les cas, on retrouve ensuite les machines sur des plateformes de ventes classiques de type AliExpress, Banggood, Gearbest et autres. Souvent, ces plateformes permettent de bénéficier de codes promos rendant les offres en financement participatif moins intéressantes au final.

Il arrive souvent que les produits soient livrées aux vendeurs en même temps qu’elles arrivent dans les entrepôts chargés de la distribution internationale des produits en financement participatif. Ce qui ne vous laisse pas d’avantage non plus d’avoir réservé votre commande d’un point de vue vitesse de livraison. Enfin, ce système ne vous donne aucun droit en tant que client, vous êtes un investisseur. Outre les problèmes liés au risque d’un financement participatif sur une plateforme comme Indiegogo, vous n’avez droit à aucune garantie légale. Un investisseur ne fait pas de commande, ce n’est pas de la VPC. Vous n’avez pas droit à un minimum de garantie mais juste à recevoir le produit pour lequel vous avez misé votre argent. Cela n’enlève rien aux possibles qualités du produit en lui même, c’est juste un énième rappel des problématiques de ce type de financement dévoyé par de nombreuses marques n’ayant absolument pas besoin d’une plateforme de ce type mais trouvant très pratique de renverser la charge du risque auprès de milliers de clients anonymes.

 

Minisforum X35G : une minimachine sous processeur Core i3-1005G1 © MiniMachines.net. 2020.

Trottinettes 2020 : Niubility N1

La Niubility N1 est une nouveauté proposée en importation, elle est positionnée comme un engin milieu de gamme accessible avec un prix autour des 300€ et un stock en Europe. Un bon prix pour ce type de produit ?

NIUBILITY N1

La Niubility N1 sort techniquement du même moule que les modèles classiques de ce milieu de gamme. La législation Européenne ayant délimité les frontières de ce qu’il était possible de proposer sur le marché. On retrouve donc les classiques du genre en terme de vitesse, d’autonomie et de fonctionnalités. Là où ce modèle dénote, surtout pour un fabricant Chinois, c’est en proposant une garantie de 24 mois et un stock Européen.

NIUBILITY N1

Performances

La trottinette Niubility N1 offre seulement deux modes de conduite contrairement aux trois habituels. Il faut bien reconnaitre qu’en général, on n’en utilise de toutes façons qu’un seul, le plus rapide. Le parti prix de la marque est d’offrir un mode standard qui vous permettra d’atteindre sa vitesse maximale de 25 Km/h. Et un mode “Eco” qui limitera la vitesse à 15 Km/h mais qui augmentera l’autonomie. Le “S” habituel intégré au tableau de bord pour “Speed” passera du rouge au vert suivant que vous basculiez de l’un à l’autre.

Le moteur de 250 watts intégré à la roue avant est un classique du genre. Brushless, il développe assez de performances pour vous propulser jusqu’à 25 Km/H avec, comme d’habitude, des limitations pratiques. Cela veut dire en clair que les performances et la vitesse de votre engin seront dépendantes de votre poids, de vos bagages et de votre parcours. C’est vrai pour toutes les trottinettes évidemment, si il est plus facile de grimper à 25 Km/h quand on pèse 50 kilos sur du plat et qu’il fait beau, il peut être beaucoup plus délicat d’y parvenir en grimpant à 85Kg avec un sac à dos sur le dos, en montée et par temps froid. La grosse différence entre le Niubility N1 est dans son poids maximum : le constructeur indique qu’elle est capable de supporter 120 Kilos et non pas 100 comme la majorité de ses concurrentes. Ne comptez pas trop parvenir à des pointes de vitesse folle avec un moteur de 250 watts et 120 Kilos à transporter. En pratique, ce type de moteur plafonne souvent quelques kilomètres heure de moins sur du plat avec une charge de 80-90 Kilos.

NIUBILITY N1

Autonomie

La Niubility N1 est, comme beaucoup de ses petites camarades de jeu, une solution qui offre une autonomie estimée à 25 Km par recharge complète. Sa batterie est assez imposante avec 7800 mAh contre les 5000-5500 mAh habituels. On reste bien sûr dans cette approche toute théorique de ces engins de nouvelles mobilités milieu de gamme. Si on rentre dans le moule d’un protocole théorique parfait, on doit pouvoir approcher de ces 25 Km. Mais, dans la réalité, il ne faudra probablement pas compter sur plus de 15 ou 20. Ne comptez donc pas sur un modèle capable de vous emmener 25 Km plus loin si vous pesez 100 Kilo et habitez en haut d’une colline. Plutôt fait pour la ville et le plat et les gabarits moyens, ce type de trottinette électrique est d’abord conçu pour se combiner à d’autres moyens de transport. Si votre projet est de parcourir les quelques derniers kilomètres qui vous séparent du train de votre lieu de travail, ce sera parfait.

A noter que, comme toujours, ce type d’engin n’a pas le même comportement au moment où la batterie est gonflée à bloc et quand elle commence à s’épuiser. Le panneau de contrôle propose 5 LEDs pour vous indiquer où vous en êtes point de vue autonomie. Mais, en général, la nervosité de la machine est un indicateur suffisant de son état. L’engin n’accélèrera plus de la même façon à 50 ou 25% d’autonomie restante.

NIUBILITY N1

Confort, conduite et ergonomie

Deux pneus gonflables de 8.5″ assurent à la Niubility N1 un confort relatif. Ils absorberont les chocs et les reliefs les plus légers. Ce type de roue offre également une bonne adhérence sur la majorité des supports. Leur point faible étant qu’elles peuvent être victimes d’une crevaison… L’engin pesant 12.5 kilos, se retrouver à pousser un tel véhicule ayant une roue crevée n’est franchement pas des plus agréables. Heureusement, le format de ces roues est de plus en plus courant et de nombreux réparateurs de cycles et de scooters savent prendre en charge ce type de changement.

Le plateau où l’on pose les pieds est assez large et les poignées de prise en main semblent confortables. On retrouve un système de potence pliable assez classique avec une goupille pour la casser en deux et une accroche sur le garde boue arrière. Plié, l’engin mesure 115 cm de long pour 46 cm de large et 49 cm de haut, ce qui permet de le rentrer assez facilement dans un coffre de voiture ou de vous accompagner dans le train ou le bus. Dépliée, elle passe à 120 cm de hauteur. Dans cette position, la machine est facilement transportable et assez pratique à glisser dans un coffre de voiture. La goupille de sécurité est classique avec un anneau qui vient la coincer pour éviter toute fausse manoeuvre pendant que vous roulez.

On retrouve les bandes réfléchissantes habituelles et obligatoires sur les côtés de l’engin ainsi que des phares à LED à l’avant et à l’arrière. Je trouve les éléments réfléchissants assez mesquins comme souvent sur les trottinettes électriques, l’ajout de bandes réfléchissantes supplémentaires peut être une bonne solution pour augmenter votre visibilité à peu de frais. La lumière blanche avant éclairera devant vous avec 2 watts de puissance. La lumière de signalisation arrière est assez particulière : si son fonctionnement est classique avec une illumination permanente lorsque vous activez les phares, elle monte en surbrillance lors de chaque freinage. Mais surtout, ce phare arrière est bien plus haut et large que les modèles classiques et offrira donc plus de visibilité.

La trottinette propose deux freins, d’abord le frein moteur sur la roue avant qui s’enclenche dès que vous relâchez la gâchette de propulsion. Ensuite et surtout le frein à disque arrière. Un classique toujours efficace qui permet de freiner rapidement en cas de besoin. 

NIUBILITY N1

Fonctionnalités annexes

Cette trottinette se distingue en ne proposant pas de connectivité Bluetooth pour la piloter. Pas besoin de smartphone, pas de réglage précis des vitesses ou de retour sur l’autonomie, la vitesse mesurée ou l’état de la batterie. On ne pourra connaitre le chemin réellement parcouru ou sa vitesse moyenne. Il faudra se contenter de la vitesse affichée sur les LEDs du panneau avant. Pour certains, ce manque sera problématique, pour d’autres ce sera au contraire une bonne nouvelle. C’est peut être en tout cas ce qui permet à la Niubility N1 d’être régulièrement proposée en promo.

A noter également que la machine ne propose pas de mode croisière et qu’il faudra donc toujours garder le doigt sur la gâchettes même sur de longues distances pour continuer à avancer. Cette gâchette nécessite, comme souvent, une vitesse minimale pour entrer en action. On ne pourra pas démarrer l’engin par mégarde sans avoir au préalable donné une première impulsion pour lancer la trot’. Un avertisseur sonore est présent, en pratique il est souvent plus utile de se faire entendre à la voix pour mieux interagir avec les autres usagers. Mais ce type de dispositif est obligatoire sur les trottinettes électriques. La recharge se fait en 5 heures pour une batterie totalement vide avec le chargeur fourni. 

Disponibilité et tarif de la Niubility N1

La Niubility N1 est disponible en importation depuis un entrepôt Européen au prix de  301€. Un tarif trop élevé à mon goût pour un modèle qui ne présente comme gros avantage que sa capacité à porter jusqu’à 120 Kilos. Sans Bluetooth, sans capacités particulières et malgré une garantie de 24 mois, cela ne semble pas être le meilleur choix face aux modèles concurrents actuels. Mais il arrive souvent que la trottinette bénéficie de codes promos la faisant tomber à moins de 250€, ce qui la rend beaucoup plus attractive.

Même si elle est capable de supporter 20 Kilos de plus que ses concurrentes, je reste néanmoins sur ma faim en terme de caractéristiques. C’est probablement un modèle plus adapté aux poids légers qui feront quelques petits trajets par jour plutôt qu’une solution pour les longues balades le Week End. Les personnes cherchant un modèle plus performant devront se tourner vers des solutions bien plus chères comme la Xiaomi M365 Pro ou la Ninebot Max G30.

Trottinettes 2020 : Niubility N1 © MiniMachines.net. 2020.

ASRock NUC-TGL : une carte mère de NUC sous Tiker Lake en approche

La carte ASRock NUC-TGL est une nouveauté de la branche industrielle du fabricant. Une carte mère au format hyper compact compatible NUC qui embarque un processeur pouvant aller jusqu’au Core i7-1165G7. Une puce équipée du nouveau circuit graphique Intel Xe avec 96 EU et proposant 4 coeurs et 8 threads tournant de 2.8 à 4.7 GHz dans un TDP s’établissant de 12 à 28 watts. 

ASROC

Des modèles en Celeron, Pentium et Core i3, i5 et i7 inférieurs seront également proposés par ASRock. Avec  deux slots de mémoire vive DDR4-3200, ces nouvelles cartes ASRock NUC-TGL annoncent d’emblée la couleur de nouvelles gammes de machines compactes et aux performances remarquables. Elles pourront piloter jusqu’à 64 Go de ram, proposeront un slot M.2 PCIe NVMe et un port SATA pour monter un stockage 2.5″ facilement.

ASRock NUC-TGLASRock NUC-TGL

Leur connectique comporte tout ce qu’il faut pour une solution complète. On retrouve deux sorties vidéo avec un HDMI 2.0a et un Displayport 1.4, un port réseau Gigabit, et un autre en 2.5 Gigabit. Un port Thunderbolt 3, un port USB 3.2 Gen2 en USB Type-C et quatre ports USB 3.2 Gen2 Type-A et, bien sur, un port jack audio 3.5 mm combo. Un port M.2 2230 permettra en outre d’ajouter un module Wifi6 et Bluetooth 5 facilement à la solution. Des brochages internes à la carte proposeront également des connecteurs supplémentaires : USB, COM et un SPI pour TPM Infineon.

ASRock NUC-TGL

Capable de piloter jusqu’à quatre affichages en simultané en mixant les deux sorties vidéo, le Thunderbolt et l’option Displayport portée par l’USB Type-C, ces engins profiteront des efforts menés par Intel en matière de développements graphiques. Les nouveaux circuits Xe sont, en effet, très prometteurs et le résultat de ce condensé de compétences proposé par la ASRock NUC-TGL pourrait être une excellente surprise.

ASRock NUC-TGL

Mais ce que je retiens surtout, c’est que Intel semble avoir ouvert les vannes – ou peut être n’étaient-elles pas fermées mais que personne n’avait voulu tenter l’aventure – de développements NUC en dehors de sa production. ASrock ne cache pas son jeu ici et annonce clairement la couleur. En proposant une carte mère au format des NUC et qui s’appelle “ASRock NUC-TGL” c’est à dire exactement la recette employée. Une carte développée au format NUC, équipée d’un processeur Tiger-Lake. C’est également une excellente nouvelle pour tout l’écosystème de ces minimachines. Akasa par exemple, qui fabrique des boitiers pour NUC, n’aura pas à compter que sur Intel pour sa production. La marque pourra parfaitement s’accorder avec ASRock pour développer ses solutions.

Intel NUC Hades Canyon

Hades Canyon

La carte ASRock NUC-TGL n’est pas la seule solution prévue sous le format NUC pour le futur. Les Hades Canyon actuels, les MiniPC NUC haut de gamme montés dans un format en largeur, devraient être remplacés d’ici la fin de l’année par une nouvelle version qui abandonnerait les processeurs Kaby Lake-G qui ne sont désormais plus produits.

NUC Extreme

Une nouvelle version au nom de code encore inconnu et équipée de processeurs Intel Core de onzième génération Tiger Lake-U et donc probablement la même gamme que celui de cette carte ASRock.

Tiger Lake

On pourrait donc y croiser l’ensemble de la production d’Intel et cela jusqu’au Core i7-1185G7, le plus performant de tous. Un gros changement entre la huitièeme génération Kaby Lage-G qui a clairement servi de roue de secours à Intel pendant quelques temps, à cette nouvelle solution de onzième génération au comportement très prometteur et aux fonctions annexes avancées.

Sources : Toms Hardware et momomo_us

ASRock NUC-TGL : une carte mère de NUC sous Tiker Lake en approche © MiniMachines.net. 2020.

❌