Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 5 juin 20203dvf.com - Actualité quotidienne

Un week-end riche en courts animés et 360° avec We Are One

Par : Shadows

Nous vous l’avions annoncé : le festival en ligne We Are One a débuté en ligne le 29 mai, avec de nombreux projets disponibles temporairement sur la chaîne officielle de l’évènement grâce à des partenariats avec une vingtaine de festivals du monde entier.

Si vous ne vous y êtes pas déjà plongés, et comme le festival se termine le 7, nous ne saurions trop vous recommander de profiter de ce week-end pour explorer les contenus proposés : courts-métrages, longs-métrages, interviews, documentaires, … Vous y trouverez forcement de quoi satisfaire vos envies. Des playlists vous aideront à y voir plus clair.

Voici en particulier les contenus animés :

Sélection animée du Festival d’Annecy – public adulte

  • Shannon Amen de Chris DAINTY, produit par l’ONF – Avant-première en ligne (jamais diffusé en ligne)
  • Le Cortège de Pascal BLANCHET, et Rodolphe SAINT-GELAIS, produit par l’ONF – Avant-première en ligne (jamais diffusé en ligne)
  • Black Barbie de Comfort ARTHUR, produit par BLUEMOON PRODUCTIONS – Avant-première en ligne (jamais diffusé en ligne)
  • The Battle of San Romano de Georges SCHWIZGEBEL, produit par STUDIO GDS – Présentation spéciale (normalement sur accès payant, visionnage spécial gratuit dans le cadre de We Are One)
  • Mémoire d’une minute de Joan GRATZ, Christopher HINTON, Paul DRIESSEN, Theodore USHEV, Dennis TUPICOFF, Janet PERLMAN, Marv NEWLAND, Jim BLASHFIELD, Bill PLYMPTON et Diane OBOMSAWIN, produit par GRATZFILM – Avant-première mondiale (inédit)
  • Dew Line de Joanna PRIESTLEY, produit par PRIESTLEY MOTION PICTURES

Sélection animée du Festival d’Annecy – pour toute la famille

  • Bird Karma de William SALAZAR produit par DREAMWORKS ANIMATION
  • Bilby de Liron TOPAZ, Pierre PERIFEL, SANS JP, produit par DREAMWORKS ANIMATION
  • Marooned de Andrew EREKSON, produit par DREAMWORKS ANIMATION

Guadalajara International Film Festival – contenus animés

  • 32-RBIT, par Victor Orozco Ramírez
  • Cerulia, par Sofía Carrillo
  • The Cats, par Alejandro Ríos

We Are One – contenus animés

  • Passenger, par Isobel Knowles et Van Sowerwine
  • Crow : The Legend, par Erin Darnell
  • Minotaur, par Munro Ferguson
  • Extravaganza, par Ethan Shaftel

Tokyo International Film Festival – contenus animés

  • Genius MParty : Happy Machine, par Masaaki Yuasa

Festival de Sundance

  • Nutag – Homeland, par Alisi Telengut

Les Quatre saisons de Léon – Festival d’Annecy

Cette collection rassemble les 4 films suivants : L’Hiver de Léon de Pierre-Luc GRANJON et Pascal LE NÔTRE, Le Printemps de Mélie de Pierre-Luc GRANJON, L’Été de Boniface et L’Automne de Pougne de Pierre-Luc GRANJON et Antoine LANCIAUX, produits par FOLIMAGE, l’ONF, TPS TELETOON DIVERTISSEMENT SUBSÉQUENCE INC. et distribués par Folimage – Avant-première en ligne mondiale (déjà diffusé dans un nombre de territoires restreints)

L’article Un week-end riche en courts animés et 360° avec We Are One est apparu en premier sur 3DVF.

Reverb G2 : le futur de la VR selon HP

Par : Shadows

HP a dévoilé le Reverb G2, nouvelle version de son casque de réalité virtuelle.

Voici ses spécifications :

  • affichage par deux écrans LCD 2160 x 2160 90Hz ;
  • nouvelles lentilles conçues par Valve ;
  • audio intégré avec deux écouteurs Valve ;
  • ajustement de l’écart intra oculaire ;
  • coussin amélioré au niveau du visage : plus épais pour une meilleure distribution du poids, il est attaché par des aimants afin de pouvoir être remplacé ;
  • davantage de caméras (4) afin d’améliorer la zone de tracking des manettes ;
  • manettes revues et présentées comme plus ergonomiques ;
  • câble de 6 mètres inclus.

Par rapport au Reverb de première génération, HP a manifestement voulu proposer une expérience plus complète : câble plus long, amélioration des contrôles, des caméras sur les côtés qui devraient éviter le décrochage du suivi des manettes lors les bras sont en arrière, etc. La définition des écrans est identique, mais ce choix se comprend : HP est d’ores et déjà devant le Vive Pro ou le Rift S sur ce point, et le 2160×2160 apporte déjà un confort de vision de haut niveau, comme nos tests sur le G1 ont pu le montrer.
Enfin, le travail avec Valve et donc la compatibilité directe SteamVR pourra sans doute améliorer sensiblement la facilité d’installation par rapport au G1, même si la compatibilité Windows Mixed Reality reste bien entendu au menu.

Le Reverb G2 devrait être disponible d’ici la fin de l’été à un tarif de l’ordre de 600€ HT/720€TTC. Notre partenaire Progiss étant revendeur du G1, vous retrouverez le G2 dans la boutique 3DVF.fr dès son lancement effectif.

L’article Reverb G2 : le futur de la VR selon HP est apparu en premier sur 3DVF.

Téléchargez des créatures venues du fond des âges

Par : Shadows

Le Museum d’Histoire Naturelle de l’Université d’Oxford organise cet été une exposition intitulée First Animals, centrée sur les premiers animaux connus et en particulier sur ce que l’on appelle l’explosion du Cambrien : il y a environ 540 millions d’années, un foisonnement extraordinaire de créatures sous-marines aux anatomies surprenantes. De nombreuses lignées apparues à cette époque n’ont pas donné de descendants vivant de nos jours.

Le Museum a eu l’excellente idée, en complément de son exposition physique, de proposer une version en ligne riche en informations. En outre, les modèles 3D présentés ont été mis à disposition sur Sketchfab, sous licence libre (Creative Commons – Attribution – Non Commercial) : vous pourrez donc les télécharger et les utiliser dans vos projets.

Voici une sélection de ces modèles. Comme vous pourrez le constater, certains sont animés. N’hésitez pas à consulter les pages Sketchfab et l’exposition en ligne évoquée plus haut pour obtenir des informations scientifiques sur ces créatures.

L’article Téléchargez des créatures venues du fond des âges est apparu en premier sur 3DVF.

Utopia : voyage imaginaire dans l’oeuvre de Le Corbusier

Par : Shadows

Découvrez Utopia, projet qui nous vient tout droit du studio créatif Optical Arts basé à Londres. Une visite poétique au coeur d’un mausolée imaginaire de Chandigarh, la ville indienne dont le plan a été pensé par l’architecte Le Corbusier.

Le projet a été rendu en 4K, n’hésitez donc pas à le visionner en pleine résolution et plein écran. Nous vous invitons également à faire un tour sur la page du projet chez Optical Arts ; l’équipe du court y explique son choix d’une vue en coupe pour explorer le bâtiment jusqu’à découvrir la tombe cachée en son coeur. Outre la collaboration avec un architecte afin de proposer un bâtiment crédible et fonctionnel, il a fallu intégrer la lettre « U » au coeur de l’architecture pour la frame finale. Le tout, en conservant un ensemble lisible malgré les détails et la complexité. Créé sous Houdini, le projet a évidemment demandé plusieurs itérations ; une approche procédurale a facilité le travail sur la géométrie très changeante du projet.

Creative Direction & Production: Optical Arts
Art Direction & Design: Fabrice Le Nezet
Architect: Gabriel Hill at Waugh Thistleton Architects
Audio: Sonjay Prabhakar
3D Team: Valentine Arles, Luke Howell, Ollie Harris
Animation: Pascale Bories
Style Frames: Liam Waters

L’article Utopia : voyage imaginaire dans l’oeuvre de Le Corbusier est apparu en premier sur 3DVF.

Infiniment petit : les fascinantes créatures de l’Arilab

Par : Shadows

L’Unité de biodiversité et biocomplexité de l’nstitut des Sciences et Technologies d’Okinawa, ou Arilab, se focalise entre autres sur la recherche scientifique autour de la biodiversité chez les insectes. L’équipe a mis en ligne une impressionnante collection de modèles détaillés de fourmis, obtenus par des techniques d’imagerie de pointe à partir de vrais sujets. Vous en trouverez une sélection ci-dessous.

L’occasion de constater que ces animaux, loin de se limiter aux formes qu’on leur connaît en France, font preuve d’un foisonnement anatomique extraordinaire.
Outre l’aspect scientifique, vous trouverez sans nul doute dans la collection de quoi vous inspirer pour de prochaines créatures. Notez également que l’Arilab n’est pas opposé à un usage de ses modèles : certains sont directement téléchargeables, et l’équipe invite les entités intéressées à les contacter directement pour un accès à ses ressources.

L’article Infiniment petit : les fascinantes créatures de l’Arilab est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hier3dvf.com - Actualité quotidienne

L’appel des 50 : l’édition vidéo physique lance un cri d’alarme

Par : Shadows

On le sait, le secteur du cinéma a été durement touché par la crise économique liée au COVID-19. Eurozoom, distributeur indépendant qui a porté en salles des films tels que Your Name, Silent Voice, Okko et les Fantômes, avait par exemple lancé un appel chez Le Film Français, soulignant la nécessité d’une entraide au sein de l’industrie.

Ce sont aujourd’hui 50 entreprises liées à l’édition physique qui s’expriment. Ces sociétés impliquées dans la création et distribution de DVDs, Blu-Ray, de tailles variées, partent du constat du fait que le confinement a évidemment profité au streaming et la la vidéo à la demande. Les 50 soulignent néanmoins ce qui, à leur yeux, rend le support physique essentiel et complémentaire au dématérialisé, et lancent un véritable cri d’alarme face à l’effondrement des ventes ces derniers mois.

Conséquence de cette catastrophe économique : les 50 réclament un plan de sauvegarde de la part du gouvernement, qui se focaliserait sur la distribution vidéo physique mais aussi exploitants, distributeurs, producteurs.

Nous avons reproduit ci-dessous l’appel, dans son intégralité.



l’édition vidéo DVD, Blu-ray et Ultra HD, chaînon précieux de la vie et de la diffusion des films, est en pleine tourmente.
 

Paris, le 3 juin 2020.

Un collectif réunissant un très large panel d’éditeurs vidéo exprime l’inquiétude d’une filière importante, créative et dynamique, garante de la diversité culturelle des œuvres et de la qualité de leur restitution, et qui participe à renforcer les liens entre tous les publics et le cinéma.

Hier, aujourd’hui et demain, la vidéo physique est capitale dans la galaxie du cinéma et dans la diffusion de la culture en général.

En complément des autres médiums, la vidéo physique fait vivre le patrimoine cinématographique et audiovisuel assurant sa préservation, sa diffusion et sa transmission. Elle contribue aussi à l’économie de toute une filière cinéma : des ayant-droits aux laboratoires techniques et artistiques, des agences de création aux attachés de presse.

Après la salle de cinéma, la sortie vidéo apporte une nouvelle visibilité aux œuvres (retombées presse, communications, réseaux sociaux), qui rayonne sur les autres médiums à venir comme la TV ou la VOD/SVOD, qui bénéficient de cette exposition préalable.

En cette période de confinement que nous venons de vivre où la TV et la VOD/SVOD ont fidélisé ou conquis de nouveaux publics, il est important de rappeler que l’ensemble des moyens de diffusion fonctionne les uns avec les autres, et pas les uns contre les autres. La salle de cinéma annonce la vidéo, qui participe à son tour au rayonnement des films en TV/VOD/SVOD.

Aucun support n’a vocation à se substituer aux autres, tous ont vocation à exister en complémentarité les uns des autres.

Trop souvent oubliée des analyses sur la filière audiovisuelle, l’exploitation des droits vidéo physique pesait près de 400 millions d’euros TTC en 2019. Contrairement à ce que voudraient nous faire croire des plaisanteries de cérémonies de prestige, le support existe, vit, respire et se développe même sur certaines cinéphilies !

Car même à l’heure du tout-numérique, la vidéo physique conserve de très forts atouts :

  • Elle propose de beaux objets, durables, transmissibles et qui répondent à une envie unique, à l’opposé de la culture au débit : elle est la seule assurance de posséder, durablement dans le temps, sans dépendre d’inventaires à l’accès variable.
  • L’édition vidéo initie au cinéma avec ses fameux suppléments qui offrent une place unique à des documents rares permettant d’approfondir la découverte d’une œuvre, que l’on soit néophyte ou initié.
  • L’édition vidéo participe de la démocratisation de la culture avec l’accès aux objets en CDI/médiathèques à des conditions très avantageuses.
  • L’édition vidéo innove au service des créateurs. L’Ultra HD 4K est aujourd’hui le meilleur support – et de loin – de restitution des films cinéma. L’Ultra HD 4K propose sur certaines éditions un « préréglage réalisateur » qui permet de voir le film en respectant l’étalonnage exact voulu par son créateur. Christopher Nolan et Martin Scorsese ont notamment parrainé cette innovation exclusive au support qui permet de respecter l’étalonnage (le rendu des couleurs) voulu par le réalisateur.

Ce précieux outil de diversité et de création que 10 millions de Français
déclaraient encore acheter en 2018, pourrait perdre entre 30 et 40%
de sa valeur commerciale, du fait de la grave crise que nous traversons.

Les effets du COVID-19 sur la profession sont déjà alarmants, le marché ayant perdu près de 75% de ventes potentielles sur les ventes habituelles depuis le confinement, ce qui concerne l’ensemble de sa filière :

  • Sur la chaîne de conception et fabrication, des laboratoires aux agences, des chargés de projets aux presseurs.
  • Sur la chaîne logistique, les prestataires ayant logiquement réduit leurs activités, de nombreux postes ont été fermés et les sociétés d’expédition n’ont fonctionné que de façon très réduite.
  • Sur les circuits de distribution, les magasins traditionnels réouvrant au fur et à mesure, la vente à distance ne compensant pas la perte des ventes en magasins.
  • Sur les réseaux dits institutionnels, les commandes sont quasiment au point mort, les clients de ces réseaux (médiathèques, bibliothèques) ayant été fermés, et la reprise s’annonçant très lente.

Le déconfinement vient de se produire : mais on s’aperçoit qu’il va y avoir un très long chemin à parcourir pour redonner l’envie habituellement suscitée par les lieux de vie et de culture, l’expérience étant désormais entravée par les contraintes sanitaires indispensables telles que les quotas de clients ou les files d’attente.

Bref, une situation préoccupante menace actuellement l’équilibre de l’ensemble de la filière, des laboratoires aux agences de création, des distributeurs indépendants aux éditeurs.

Nous demandons aux pouvoirs publics un plan de sauvegarde avec la création d’un budget spécifique de sauvegarde pour la culture, incluant notamment l’univers de la vidéo physique, en plus des exploitants, des distributeurs ou des producteurs. Le CNL l’a fait pour une autre filière liée au support physique, le livre, avec la création d’un plan d’urgence de 5 millions d’euros, en plus des aides sélectives.

En plus d’un plan de sauvegarde, un plan de relance doit parallèlement être mis en route, avec des actions nationales à mener sur la vidéo par tous ses acteurs (éditeurs, prestataires, points de vente, festivals), pour faire exister encore plus pleinement le support physique.

Nous, éditeurs vidéo indépendants, sommes prêts à nous réinventer comme nous le faisons déjà depuis des années, pour faire exister le cinéma d’hier, d’aujourd’hui et de demain en éditions vidéo physique. Cela, nous le répétons, en complément des mille et une autres manières de voir des films.

Parce que les cinéphiles français aiment et chérissent l’édition physique, et y voient un objet de collection qui se possède, qui se garde et qui se transmet, nous concluons avec le beau texte que nous a envoyé le cinéaste Bertrand Tavernier :

« Durant ce moment de confinement, je dois dire que les DVD ont été une aide inappréciable. Se frotter aux grands films, les revoir dans de bonnes conditions, dans des transferts excellents, des copies magnifiquement restaurées produits par de nombreuses sociétés françaises ces dernières années de Gaumont à Carlotta, de Pathé à Doriane Films, Rimini, Coin de Mire, Wild Side, Tamasa, m’a valu des soirées passionnées.
Revoir en Blu-ray des westerns superbes, dans des copies superbes comme L’Attaque de la malle posteLe Jardin du diable (Sidonis où l’on trouve aussi des policiers rares comme Midi gare centrale), des classiques sous-estimés comme Freud, passions secrètes de John Huston ou Promenade avec l’amour et la mort, faire le point sur l’œuvre essentielle de Pabst (qui connaît Le Procès qu’il tourna en Autriche pour se racheter après avoir rejoint le parti nazi ? C’est un film exceptionnel sur l’antisémitisme
qui fleurit partout durant cette épidémie), redécouvrir les films d’André Cayatte, de Henri Decoin, de Christian-Jaque, furent des moments de bonheur au milieu de cette effroyable crise.
D’autant que dans nombre de ces DVD, on trouve des bonus inappréciables (et souvent absents sur le net) comme ces explications d’une psychanalyste décryptant à sa juste valeur le travail de Huston ou toute cette série d’interviews autour du dernier et admirable film de Robert Altman, The Last Show. C’est aussi découvrir les deux fins de Non coupable, des Grandes manœuvres, réapprécier à sa juste valeur Une femme mariée de Godard avec une décapante intervention de Macha Méril. Bref, ces DVD rendent encore plus vivants et nécessaires des films pourtant si vivants. Les personnages coincés du Décaméron de Boccace en profitaient pour faire assaut d’imagination, imitons-les et faisons assaut de culture. Découvrons ou redécouvrons. Le territoire est vaste, l’offre variée, de Bergman à Kurosawa, de Michael Powell (le cinéma anglais est une mine de films de résistance contre une autre forme d’épidémie qu’on appelait le totalitarisme) ou de Comencini à Ozu et à Christian-Jaque. »

L’article L’appel des 50 : l’édition vidéo physique lance un cri d’alarme est apparu en premier sur 3DVF.

Adieu licences : SketchUp adopte pleinement les souscriptions

Par : Shadows

L’éditeur Trimble annonce un changement majeur du modèle économique de SketchUp : la fin des licences classiques, et le passage à un modèle reposant uniquement sur les souscriptions.

Ce changement prendra place le 4 novembre : à compter de cette date, les licences perpétuelles et la renouvellement de la maintenance ne seront plus disponibles.
Trimble justifie son choix par la volonté de proposer des améliorations plus rapidement et avec plus de régularité. Bien entendu, il s’agit aussi pour l’éditeur d’assurer des revenus stables et prévisibles d’année en année, via des abonnements renouvelés.

Bien évidemment, si vous disposez d’une licence perpétuelle, elle restera valable. Vous pouvez également en acquérir d’autres d’ici le 4 novembre. En revanche, soyez conscients que les mises à jour et le support ne seront pas disponibles dans le futur.

Notez que SketchUp Free, la version gratuite destinée aux non-professionnels, reste évidemment disponible.

Rappelons enfin que Progiss, partenaire de 3DVF, est revendeur des solutions SketchUp. Pour toute question sur cette évolution, pour demander des licences d’ici le 4 novembre ou souscrire à un abonnement, n’hésitez pas à les contacter par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com.

L’article Adieu licences : SketchUp adopte pleinement les souscriptions est apparu en premier sur 3DVF.

Production virtuelle, IA, XR, storytelling : La Realtime Conference de retour !

Par : Shadows

La Realtime Conference annonce une nouvelle session de conférences en ligne, les 8 et 9 juin. Au menu, des interventions ambitieuses sur des sujets variés :

• Virtual Production Region by Region: Europe
• Digital Humans | Artificial Intelligence | Machine Learning | GANs
• Tools of Tomorrow: Real Time Live Demos
• Real-Time @ SIGGRAPH
• XR | 5G – How XR will be enabled in the Next Era of Computing
• The Ever Evolving Real-Time Cinematic
• Immersive Storytelling
• Future of Real-Time in Experimental Art & Education
• Location Based AR Visualization | Enhanced Location
• Vehicles and VR: The In-Car Entertainment Revolution Is Coming
• The New Storytelling Craft – Nonlinear, Dynamic, and RealTime

Comme nous vous l’avions expliqué, avec la dématérialisation de l’édition physique en raison du COVID-19, les précédentes conférences en ligne avaient été proposées gratuitement. Ce choix est ici reconduit, mais avec une variante : l’équipe organisatrice vous invite, lors de l’inscription et si vous le pouvez, à participer financièrement.

La page de l’évènement et son formulaire d’inscription (en bas) vous permettent donc de choisir vous-même le tarif : gratuit si vous ne pouvez pas vous permettre de dépenser, et un montant à choisir dans la liste sinon. Notez qu’un rabais de 30% sur le tarif « théorique » est proposé pour les personnes lisant certains médias ou affiliées à certaines organisations (SIGGRAPH, VES, 3DVF, FXGuide sont notamment listés).
En clair : vous pouvez donc choisir le montant qui vous semble convenable, mais gardez en tête que l’organisation d’une telle conférence demande évidemment du temps et des ressources à l’équipe qui la met en place.

Enfin, vous trouverez ci-dessous un aperçu des conférences majeures, le programme complet étant disponible sur le site officiel. On remerciera d’ailleurs la RTC Conference d’avoir pensé à indiquer les horaires selon plusieurs fuseaux : une excellente idée qui permettra d’éviter les conversions.

L’article Production virtuelle, IA, XR, storytelling : La Realtime Conference de retour ! est apparu en premier sur 3DVF.

Un moteur de jeu dans votre navigateur : gadget ou révolution ?

Par : Shadows

L’équipe du moteur de jeu libre et gratuit Godot vient d’annoncer une belle surprise : grâce au sponsoring de la fondation Mozilla (également responsable de Firefox), l’éditeur de Godot 4.0 va être accessible directement dans un navigateur web, sous forme d’application HTML.

L’annonce explique que la version web a été rendue possible grâce aux dernières avancées des standards du web, et a plusieurs avantages théoriques :

  • une barrière d’entrée plus faible pour les nouvelles personnes utilisant le moteur, puisqu’il deviendra possible de tester l’éditeur sans rien installer ;
  • l’éditeur web étant lui-même conçu comme un jeu Godot, ses améliorations se retrouveront aussi dans le support de l’export HTML5 pour les projets créés avec Godot ;
  • enfin, la fin de l’installation rend possible un usage dans des cas où l’installation d’un logiciel est exclu, comme sur des tablettes ou ordinateurs appartenant à une école : de quoi s’implanter plus facilement dans le secteur de l’éducation.

Attention, il s’agit bien ici d’une option : l’équipe Godot est très claire sur ce point, l’éditeur natif reste à l’ordre du jour et restera le coeur du produit.

Enfin, une démonstration est d’ores et déjà accessible en ligne. Il vous faudra disposer d’un navigateur reposant sur Chromium ou de Firefox Nightly pour accéder à ce prototype. L’annonce donne quelques conseils d’usage et liste les limitations actuelles, ainsi que les améliorations à venir.

Dans l’ensemble, cette nouvelle nous semble positive pour Godot. N’ayant pas vocation à être un compétiteur frontal de Unity ou Unreal, il doit trouver des atouts alternatifs pour se faire une place. Cette version web pourrait bien en être un, et facilitera faciliter les ateliers de découverte ou game jams autour du produit.

L’article Un moteur de jeu dans votre navigateur : gadget ou révolution ? est apparu en premier sur 3DVF.

Substance, Akeytsu et PopcornFX se présentent en vidéo

Par : Shadows

Game Only, association destinée à fédérer l’industrie du jeu vidéo dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, a récemment organisé une vidéoconférence autour de trois solutions françaises utiles pour les studios de développement.

L’enregistrement vidéo de la présentation est désormais en ligne. Au menu :

  • 2:19 : lmes outils Substance d’Adobe, pour le texturing, avec une démo par le technical artist Guillaume Meyer ;
  • 51:28 : côté rigging et animation, le logiciel Akeytsu avec une démo par le technical artist Etienne Beschet ;
  • 1:42:18 : enfin, place aux particules avec Maxime Dumas, chief technology officer de l’outil PopcornFX.

L’article Substance, Akeytsu et PopcornFX se présentent en vidéo est apparu en premier sur 3DVF.

Un nouveau chapitre s’ouvre pour Youtube

Par : Shadows

De nombreuses personnes du secteur de l’infographie ont lancé leur propre chaîne Youtube, générant ainsi un foisonnement de tutoriels, notamment francophones, qui ont révolutionné l’apprentissage autodidacte des logiciels. De même, les interviews et enregistrements de conférences ont permis un accès bien plus large à des contenus de qualité.

Néanmoins, le format vidéo façon Youtube n’est pas sans inconvénients : l’absence de chapitres (contrairement à un DVD) peut obliger à couper les vidéos en sections, ou (pour la personne qui visionne la vidéo) à cliquer plusieurs fois pour trouver la bonne partie. Nous-mêmes, lorsque nous publions des conférences ou interviews, devons bien souvent indiquer les timings dans l’article pour vous aider à vous y retrouver.

Tout ceci change enfin avec l’arrivée des chapitres sur Youtube. Une fonction qui permet d’afficher des sections directement dans la timeline de lecture de vidéo.

Concrètement, si vous êtes un créateur, voici la marche à suivre pour les obtenir :

  • dans la description, ajoutez des timings sous la forme 12:23 – description (pour un chapitre débutant à 12 minutes 23 secondes) ;
  • le premier chapitre doit débuter à 0:00 ;
  • il faut au moins trois timings pour que les chapitres soient créés ;
  • enfin, les chapitres doivent dépasser 10 secondes : le système est donc inadapté pour des bandes démo.

Nous utiliserons évidemment ce système dans la mesure du possible pour nos propres vidéos.

Un regret à ce stade : le système ne semble pas fonctionner lors de l’intégration de la vidéo sur un site tiers, au moins dans certains cas. Espérons que ce souci soit rapidement corrigé.

0:00 We heard you and added Video Chapters.
0:30 You liked it.
1:00 Now it's official: Video Chapters are here to stay.
1:30 Creators, try Chapters by adding timestamps starting at 0:00 to your video description. Viewers, scrub to find exactly what you’re looking for.
2:00 Enjoy! pic.twitter.com/bIHGsGVmyW

— YouTube (@YouTube) May 28, 2020

L’article Un nouveau chapitre s’ouvre pour Youtube est apparu en premier sur 3DVF.

Crowdfunding : à quelques heures de la date limite, franc succès pour la Creality CR-6 SE

Par : Shadows

La société Creality est assez connue des adeptes de l’impression 3D à filament : ses produits abordables en kit, tels la Ender 3, ont permis à toute une génération de se lancer à moindre coût dans l’aventure. Si le prix réduit a parfois des inconvénients (bruit, choix des composants, conception), la communauté a mis en place de nombreux éléments (souvent eux-mêmes en impression 3D) pour améliorer ces produits : meilleur guidage du filament, changement du ventilateur de refroidissement, de la plaque d’impression, etc.
Bref : les imprimantes Creality sont souvent la décision par défaut pour les personnes cherchant un produit éprouvé, sous les 500€ et pouvant être amélioré moyennant un peu de bricolage.

Récemment, Creality a lancé une campagne Kickstarter autour de la Creality CR-6 SE : une nouvelle imprimante 3D dans la lignée de la Ender 3 mais avec des améliorations notables.
On notera en particulier l’arrivée d’un second moteur sur l’axe Z, d’un écran LCD tactile pour le contrôle, des composants censés minimiser le bruit, ou encore un système pour niveler automatiquement le plateau.

Le tout cause une inflation tarifaire par rapport à la Ender 3 : le prix de vente final devrait se situer autour de 430 dollars, mais participer au financement participatif permet d’économiser une centaine de dollars (soit environ 300€ au total auxquels viennent se rajouter les frais de port, mais pas la TVA, Creality ayant indiqué que les envois pour l’Europe se feront depuis l’Europe).

A noter également, la campagne permet aussi de jeter votre dévolu sur la CR-6 Max, une imprimante très semblable à la CR-6 SE mais avec un volume d’impression massif de 40cm de côté. Le prix est en revanche largement plus élevé.

A l’heure où nous publions cet article, la campagne dépasse les 3,5 millions d’euros de soutiens. Il faut dire que même si les règles de prudence d’une campagne Kickstarter s’appliquent (en particulier, sur l’absence de garantie de finalisation du produit), l’expérience de Creality et le fait que des prototypes quasi finaux ont été envoyés à plusieurs vidéastes spécialistes de l’impression 3D font de cette campagne une précommande plus qu’un soutien au développement.

Vous trouverez ci-dessous les spécifications du produit et des tests vidéo des prototypes. Si vous souhaitez soutenir le projet, il vous reste un peu plus de 24h pour le faire. Notez que des addons ont été débloqués (composants de rechange ou additionnels) : n’hésitez pas à y jeter un oeil, de même qu’à la section FAQ.

L’article Crowdfunding : à quelques heures de la date limite, franc succès pour la Creality CR-6 SE est apparu en premier sur 3DVF.

Raytracing temps réel : un concours chez NVIDIA

Par : Shadows

NVIDIA a lancé la seconde édition de son NVIDIA DXR Spotlight, un concours destiné aux développeurs indépendants afin de les encourager à expérimenter avec le DirectX Raytracing (DXR) de Microsoft.

Votre mission : d’ici le 26 juin, créer une démo technique s’appuyant sur DXR et Unreal Engine (4.24 ou supérieur). Reflets, occlusion ambiante, illumination globale ou ombres : le choix de l’usage de DXR est libre.

Le podium sera décidé par des experts issus de NVIDIA, Microsoft et Epic Games, et les vainqueurs remporteront ordinateurs portables, cartes graphiques.

Le site du concours vous donnera tous les détails. Pour vous donner une idée du niveau, voici les participations de l’an passé :

Christian Hecht – première place de l’édition 2019
Alden Filion – 2ème place
Opus Visual – 3ème place

L’article Raytracing temps réel : un concours chez NVIDIA est apparu en premier sur 3DVF.

Dylan Luyckfassel, graphiste 3D indépendant

Par : Shadows

Découvrez les travaux de Dylan Luyckfassel, qui nous présente sa bande démo et son portfolio. Avec une orientation généraliste, il est en recherche de clients potentiels ou d’une place au sein d’un studio.

L’article Dylan Luyckfassel, graphiste 3D indépendant est apparu en premier sur 3DVF.

Yohan Roy, artiste 3D junior

Par : Shadows

Yohan Roy nous présente une partie de ses travaux. Issu d’Aries Toulouse, il se destine à une spécialisation en tant que prop artist ou environement artist et cherche actuellement un stage ou emploi à partir de septembre. Il finit actuellement une alternance au sein de Telespazio France.
Outre son portfolio, il dispose d’un profil LinkedIn.

L’article Yohan Roy, artiste 3D junior est apparu en premier sur 3DVF.

Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts

Par : Shadows

Si son cas est moins polémique que celui de la prélogie Star Wars, le film Blade Runner a lui aussi subi quelques retouches par rapport à sa version d’origine. Outre de multiples déclinaisons du long-métrage (avec ou sans voix-off, avec ou sans licorne et même avec ou sans violence), le Final Cut sorti en 2007 a fait l’objet de changements délibérés allant au-delà de la simple restauration.
Au menu, entre autres : une retouche de la bouche d’Harrison Ford afin que les mouvements des lèvres collent avec l’enregistrement audio fait ensuite en studio, mais aussi le remplacement de la tête d’une cascadeuse.

Thomas Martin, qui avait pu se rendre à la View Conference 2019 en partenariat avec 3DVF, en avait ramené une interview de Trent Claus du studio Lola VFX, qui a travaillé sur la restauration 4K du film : il nous présente aujourd’hui une vidéo dédiée sur le sujet.

Bien évidemment, ces changements pourraient soulever des critiques chez les fans, sur le modèle des modifications imposées par George Lucas sur Star Wars. Il n’en est rien, sans doute pour deux raisons : tout d’abord, la version d’origine (version cinéma US de 1982) est généralement considérée comme inférieure à la Final Cut, avec sa voix off et sa fin. Ensuite, et surtout, contrairement au cas Star Wars, les rééditions vidéo successives de Blade Runner n’ont jamais été avares de bonus, et la norme des éditions collector a toujours été de proposer de multiples versions du film. L’édition 35ème anniversaire contient ainsi les versions cinéma US et internationale, la Director’s Cut, une version de travail et enfin la Final Cut.
De quoi contenter tous les fans, mais aussi d’éviter de faire disparaître les anciennes versions. Un choix que l’on souhaiterait voir plus souvent.

L’article Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts est apparu en premier sur 3DVF.

Inspiration : Minitel, colibris, océans et jeux de lumière

Par : Shadows

La rubrique inspiration est de retour, avec son lot de trouvailles pas forcément liées à la 3D mais qui pourront vous donner quelques idées.

  • le duo Ausstellung, qui mêle musique électronique et arts visuels, nous présente son nouveau clip : La fille du minitel, réalisé par Antoine Vienne.
    Composé de deux infographistes de formation (issus de Supinfocom), le duo nous donne quelques détails sur ce projet :

Ce morceau est un ode aux liaisons épistolaires à l’ère du numérique. Plusieurs références nous ont particulièrement marquées pour ce projet : Elli et Jacno, Mylène Farmer et Isabelle Adjani pour ne citer qu’eux. Profondément rétro-futuriste, nous restons fascinés par l’objet minitel ainsi que sa symbolique, à sa forme géométrique simple soulignant notre intérêt pour le courant artistique du Bauhaus. Nous considérons ce morceau comme un hymne aux nouvelles technologies d’hier, à l’high-tech antique, aux piles de VHS entassées dans le grenier.

  • Le photographe Steve Benjamin est un habitué de la photo animalière, mais ses sujets sont généralement sous-marins. En raisons des contraintes liées au confinement en Afrique du Sud, il ne pouvait plus exercer son activité classique et a décidé de jeter son dévolu sur d’autres animaux : des colibris.
    Avec un peu d’imagination, du bricolage et de la pratique, il a pu obtenir une magnifique série de clichés visibles sur son site ; vous en trouverez un aperçu ci-dessous, ainsi qu’une vidéo des coulisses. Comme il l’explique, un des défis a été de progressivement habituer les oiseaux à une lumière continue, le flash les faisant fuir.
  • Le Schmidt Ocean Institute nous présente de très belles vues sous-marines capturées près de la côte Ouest de l’Australie. Au menu, de surprenantes créatures dont l’anatomie parfois improbable pourra vous inviter, pour vos prochains concepts de créatures extraterrestres ou venues du fond des âges, à sortir des sentiers battus.
  • Le sculpteur Felipe Pantone dévoile sa nouvelle sculpture, composée de trois panneaux translucides pouvant être manipulés, créant ainsi des motifs hypnotiques…

L’article Inspiration : Minitel, colibris, océans et jeux de lumière est apparu en premier sur 3DVF.

Des couvertures de romans aux jeux vidéo : Stéphane Degeilh, illustrateur

Par : Shadows

Stéphane Degeilh alias Oldgrunt nous présente ses travaux. Illustrateur freelance, il exerce notamment pour le secteur du jeu de rôle, de l’édition (couvertures de romans) ou encore des jeux vidéo (artworks). Une spécificité qui explique évidemment la composition assez particulière de certains projets, les couvertures devant évidemment souligner le titre du roman mais aussi les éléments présents au dos.

Outre son site web, il est présent sur Instagram.

L’article Des couvertures de romans aux jeux vidéo : Stéphane Degeilh, illustrateur est apparu en premier sur 3DVF.

Jules Gaillard, spécialiste du rendu architectural

Par : Shadows

Jules Gaillard nous invite à découvrir son portfolio. Il est le fondateur d’Imagineer, structure spécialisée dans le rendu architectural.

Voici certains de ses projets, qu’il s’agisse de commandes ou de créations personnelles :

L’article Jules Gaillard, spécialiste du rendu architectural est apparu en premier sur 3DVF.

Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous !

Par : Shadows

La coopérative de production audiovisuelle Rainbox Productions a lancé une campagne de financement participatif afin de poursuivre le développement de ses outils libres et gratuits.

Vous connaissez sans doute Duik, outil pour After Effects facilitant l’animation (de personnages en particulier). Très populaire, Duik génère de l’ordre de 1000 téléchargements par jour.
Derrière cette solution, on retrouve Rainbox Productions, qui travaille également sur d’autres outils tels que Dume (encodeur se voulant rapide et polyvalent) ou Ramses (gestionnaire d’assets).

Tous ces outils ont vocation à rester libres et gratuits, mais demandent évidemment du temps et des ressources pour se développer. Rainbox cherche par exemple à ajouter des fonctionnalités à Duik, mais aussi à le proposer pour Blender. En outre, l’équipe a de nombreuses idées d’utilitaires pouvant faciliter la vie des studios.

D’où une campagne de financement participatif. Celle-ci a d’ores et déjà dépassé son objectif de base, mais tout financement supplémentaire est bon à prendre, d’autant qu’au-delà de certains montants, des outils supplémentaires pourront être lancés.

Pour plus d’informations :
Outre la page de la campagne, n’hésitez pas à faire un tour sur le site Rainbox et son lab dédié aux logiciels.

L’article Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous ! est apparu en premier sur 3DVF.

Andrea Olovcic, 3D character & creature artist junior

Par : Shadows

Actuellement en fin de cursus au sein d’Isart Digital, Andrea Olovcic nous invite à découvrir son portfolio et sa bande démo.
Utilisant Maya, Substance, ZBrush ou encore Mari, son objectif est de se specialiser dans la création de personnages et créatures. Une tendance qui se ressent dans ses projets, au sein desquels on retrouvera King-Kong, un dinosaure, une tête humaine ou encore une lionne.

L’article Andrea Olovcic, 3D character & creature artist junior est apparu en premier sur 3DVF.

Les élèves d’ATI se déchaînent

Par : Shadows

Les élèves de premières année d’Arts et Technologie de l’Image (Paris 8) présentent une animation chaînée réalisée en petits groupes.
Chacun de ces groupes devait répondre à des contraintes précises : colorimétrie, nombre d’images, adaptation à la musique.

La situation actuelle a quelque peu compliqué le travail de la promotion (contraintes matérielles et de communication diverses) et l’exercice a été facultatif en raison du confinement, mais 13 élèves ont néanmoins pu se prêter au jeu. Voici donc le résultat :

Blender, Maya, Cycles, Eevee, Arnold ont été utilisés selon les plans.

Voici également la liste des élèves :
– Groupe 1 : Lucas Fournier & Lucile Le Boullec
– Groupe 2 : Jim Burgot & Victor Rosay
– Groupe 3 : Thomas Houdayer & Peter Lecomte
– Groupe 4 : Gaia Asseum, Stéphane Lebrasseur, Ludovic Moal & Kevin Ozbabani
– Groupe 5 : Ophélie Abbonato, Soumaya Allani & Haifa Gastli

Encadrement : Rémy Sohier, Maître de conférences et membre de l’équipe Inrev de Paris 8.

Musique : Retro 80s Cyberpunk Trailer, par Red-Cactus

L’article Les élèves d’ATI se déchaînent est apparu en premier sur 3DVF.

SkinGen : Reallusion dévoile un produit à fleur de peau

Par : Shadows

L’éditeur Reallusion présente un aperçu vidéo de SkinGen, future extension pour son outil de création de personnages Character Creator prévue pour le mois de juillet.

L’outil étendra les fonctions de Character Creator pour plus de réalisme et créativité en ce qui concerne la peau de vos personnages. Le plugin sera compatible avec Substance Engine et s’appuie notamment sur du contenu issu de Texturing.xyz.
Outre une compatibilité avec iClone, les textures, shaders et paramètres pourront être exportés vers Unreal Engine.

La vidéo donne un aperçu encore incomplet des possibilités, avec notamment une gestion des poils, pores ou encore capillaires (vaisseaux sanguins situés sous la peau).

L’article SkinGen : Reallusion dévoile un produit à fleur de peau est apparu en premier sur 3DVF.

Suppressions d’emplois, réorientation et démission chez Magic Leap

Par : Shadows

Lancée en 2010, la société Magic Leap promettait de révolutionner le secteur de la réalité virtuelle/augmentée/mixte. Sa promesse : un système permettant de mêler images virtuelles et réel de façon particulièrement réaliste.
Avec une campagne de communication efficace, elle a su créer des attentes énormes et multiplier les levées de fonds : plus de deux milliards de dollars auprès d’investisseurs variés, dont Alphabet (maison mère de Google).

10 ans plus tard, la révolution annoncée n’a pas eu lieu. Le Magic Leap One dévoilé en 2017 et au prix élevé, n’a pas eu l’impact commercial espéré.

Magic Leap annonce désormais se recentrer sur le secteur professionnel : la fin d’ambitions grand public sonne comme un échec cuisant. Pour expliquer ce revirement, le communiqué évoque notamment la crise actuelle qui a rendu les investisseurs frileux : moins de capitaux, moins d’investissements à long terme. Magic Leap, qui affirme garder toute sa confiance dans son propre potentiel à long terme, choisit une approche focalisée sur « les opportunités de chiffre d’affaire à court terme », et donc les entreprises.

Ce revirement s’accompagne de licenciements. Si Magic Leap préfère pudiquement ne pas en révéler le nombre, Bloomberg indique qu’il s’agit de 1000 personnes environ, soit la moitié des effectifs. A noter, la suppression d’une centaine de postes liés à l’animation : rappelons en effet que Magic Leap produisait du contenu de type divertissement pour ses propres produits, et avait un partenariat avec Weta Workshop. Les studios dédiés, chez Weta comme chez Magic Leap, sont donc supprimés.

Enfin, suite à ces multiples annonces, le fondateur Rony Abovitz annonce désormais qu’il quitte son poste. Il assurera la transition le temps de trouver un nouveau CEO. Son rôle futur est incertain : l’annonce évoque un possible rôle de conseiller au sein de l’équipe dirigeante.

L’article Suppressions d’emplois, réorientation et démission chez Magic Leap est apparu en premier sur 3DVF.

Face aux conséquences de la pandémie, Mill Film et Mr. X s’unissent

Par : Shadows

Mill Film, entité du groupe Technicolor, n’est plus. Citant comme raison principale les conséquences de la pandémie avec « un marché du cinéma changeant » et « de nombreux projets suspendus indéfiniment », Technicolor annonce la fusion de Mill Film au sein de son studio d’effets visuels Mr. X.
Mill Film, à ne pas confondre avec The Mill (également un studio VFX du groupe Technicolor), avait été lancée en 2018 en tant qu’unité dédiée au long-métrage.

Les studios de Toronto, Montréal, Adélaïde et Bangalore restent ouverts. L’entité résultant de la fusion s’attaquera sans surprise à la fois au marché du film et de la série.

Cette annonce fait suite, ces dernières semaines, à la destruction de centaines d’emplois au sein de différentes entités du grouper Technicolor (Mill Film, Mr. X mais aussi MPC).

Voici l’annonce complète du côté de Mill FIlm :

Effective today, Mill Film will be merging with MR. X. COVID-19 is changing the entertainment industry, the theatrical market is being re-imagined and many projects are currently on hold indefinitely. The merger is a direct and necessary response to align to the changing needs of the industry and creative partners, as productions begin again, and as the entertainment industry looks to move forward. The merger will bring together expertise and creativity from both brands into a stronger united front as the industry faces unprecedented times.  

The newly combined, expanded studio will service clients across both film and episodic. Laura Fitzpatrick, MD of Mill Film, will move into a Managing Director role at MR. X, based in Montreal, with Dennis Berardi, founder of MR. X, assuming the position of Creative Director for the studio.

The combined legacy of both studios serves as the foundation for MR. X going forward. The expansion of the studio’s talent pool paves the way for the team to share knowledge and best practices for delivering projects of all genres, formats and mediums.

Thanks to each and every one of our crew members who have been a part of the Mill Film journey so far. All studios will remain open in Montreal, Adelaide and Bangalore.

Et la brève annonce chez Mr. X :

L’article Face aux conséquences de la pandémie, Mill Film et Mr. X s’unissent est apparu en premier sur 3DVF.

USD en pratique : le cas Luma Pictures

Par : Shadows

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer à plusieurs reprises USD (Universal Scene Description), qui facilite les échanges de données au sein d’un studio ou d’une production et offre de nombreux avantages théoriques par rapport aux techniques classiques. Notre confrère Ian Failes nous propose un cas concret de l’usage d’USD avec le studio d’effets visuels Luma Pictures. Un article revient sur l’implémentation d’USD au sein de la structure (en particulier avec leur pipeline de lighting et lookdev reposant sur le logiciel Katana), comment et pourquoi cette mise en place s’est faite, mais aussi comment USD a été employé sur des projets récents tels que Spider-Man : Far From Home.

L’article USD en pratique : le cas Luma Pictures est apparu en premier sur 3DVF.

Ludotech’ Art : une chaîne Youtube et des formations pour les game artists débutants

Par : Shadows

Ludovic Chatin nous présente Ludotech’ Art, sa chaîne Youtube autour du jeu vidéo et plus précisément du métier de game artist. Il y alterne tutoriels (sur les bases de Maya principalement) et vidéos plus théoriques qui pourront par exemple aborder le choix des logiciels, l’intérêt du portfolio, la nécessité ou non de savoir programmer pour être artiste ou encore l’état du secteur.

Vous l’aurez compris : ce sont essentiellement les artistes débutants qui sont ciblés ici, comme l’exprime le slogan de la chaîne (« Devenez graphiste pour le jeu vidéo »). D’où une approche mêlant théorie, vulgarisation des bases, explication du vocabulaire et pratique.

Outre le contenu de la chaîne (dont vous découvrirez une sélection ci-dessous), l’auteur propose aussi via son site une formation Maya d’un peu moins de 6h, destinée aux personnes débutantes et proposée pour 20€ environ jusqu’au 7 juin. Il nous précise que d’autres formations sont prévues à termes (outils Allegorithmic/Adobe, ZBrush, moteurs de jeux). De même, la chaîne Youtube va se diversifier, même si elle est pour l’heure très axée sur Maya.

L’article Ludotech’ Art : une chaîne Youtube et des formations pour les game artists débutants est apparu en premier sur 3DVF.

Gnoumagbée Camara, environment artist

Par : Shadows

Découvrez les travaux de Gnoumagbée Camara, jeune artiste 3D en recherche de stage. Issue de la formation ATI à Paris VIII, elle utilise Unreal Engine, Blender ou encore Substance Designer et souhaite s’orienter vers des projets typés environment artist ou généraliste 3D.

Au-delà de ce stage, elle recherche également une entreprise pour une alternance d’un an en tant qu’artiste 3D, à partir d’octobre.

L’article Gnoumagbée Camara, environment artist est apparu en premier sur 3DVF.

Matthieu Robert, réalisateur/DA 3D

Par : Shadows

Découvrez les travaux de Matthieu Robert, qui nous dévoile une bande démo riche en motion design. Ses activités ne se limitent cependant pas à ce domaine, puisque comme vous le découvrirez sur son site, il exerce régulièrement en tant que réalisateur.

L’article Matthieu Robert, réalisateur/DA 3D est apparu en premier sur 3DVF.

Mao Mornity, artiste numérique

Par : Shadows

Fabien Brochard alias Mao Mornity nous présente sa nouvelle bande démo et son portfolio. Utilisant à la fois la 3D, VR et 2D, il est actuellement disponible en freelance ou en studio pour des postes axés concept art, environnements ou VFX, sur Paris puis sur Bordeaux à partir de cet été.

Outre son portfolio, on trouvera sur sa chaîne Youtube des animations et tutoriels.

L’article Mao Mornity, artiste numérique est apparu en premier sur 3DVF.

❌