Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierHardware

La nouvelle Shield TV passe sa certification Bluetooth

Par Pierre Lecourt

La nouvelle Shield TV P3430 n’est, à priori, pas attendue avant l’année prochaine. Nvidia est spécialiste des lancements et annonces en grande pompe sur des salons et événements importants. Le CES 2020 devrait donc être le théâtre du lancement de cette troisième version de la TV Box Android sous Tegra de la marque.

2019-10-02 11_51_55-minimachines.net

La certification Bluetooth d’une nouvelle Shield TV par le consortium Bluetooth SIG a été actée. Cette certification est, comme celle de la FCC, un préalable indispensable avant toute commercialisation du produit aux US. C’est également un des nombreux passages de relais témoin de l’avancée du processus de mise en vente de l’objet.

Cela ne signifie pas que cette nouvelle TV-Box sera mise sur le marché directement après sa certification, c’est plutôt la pose du starting-block indispensable avant son entrée en course. Comme toujours, il y a une chance que l’on en apprenne plus sur la nouvelle venue de cette solution très attendue et très appréciée des utilisateurs via des canaux non officiels mais je doute que la véritable annonce ait lieu avant Janvier 2020 pour une commercialisation dans la foulée.

Pour ma part, je reste convaincu d’un nouveau changement de format, plus compact, en longueur, de la TV Box. Une nouvelle Shield TV toujours destinée à être posée sur un support mais débarrassée de son chargeur externe. Je ne pense pas que celle-ci évolue sous la forme d’un dongle comme les Chromecast pour de simples raisons techniques. L’épaisseur de l’objet rendu nécessaire par l’intégration des composants, la connectique et la dissipation du SoC embarqué étant très problématique pour ce type de format. Sans compter la problématique d’une alimentation USB qui serait quasi impossible via les prises USB fournies par les téléviseurs.

2019-07-29 14_01_35-minimachines.net

Je penche donc sur un nouveau design, je vous extrapolais une solution dans le précédent billet, mais qui resterait dans la même philosophie que l’ancien. Un engin en longueur avec un vrai support connectique, à connecter via un câble HDMI classique sur votre téléviseur ou un ampli audio vidéo.

Source : Android Police

 

La nouvelle Shield TV passe sa certification Bluetooth © MiniMachines.net. 2019

Beelink L55 : un MiniPC Core i3-5005U avec 2 ports Ethernet Gigabit

Par Pierre Lecourt

Mise à jour : Le Beelink L55 en version 8 Go / 512 Go est disponible aujourd’hui à moins de 275€. La version 8 Go / 256 Go est ,quant à elle, en vente à moins de 247€.

Billet original du 13/06/2019 : Le Beelink L55 est une solution intéressante qui vient d’apparaître au catalogue de la marque. L’idée est de proposer un engin avec de belles compétences techniques de par ses caractéristiques de base mais surtout de lui adjoindre deux ports Ethernet, ce qui peut lui permettre de devenir une passerelle pour de multiples usages au sein d’un réseau.

2019-05-17 13_30_30-minimachines.net

La base est solide, le processeur Intel Core i3-5005U est certes assez ancien, il s’agit d’une puce de génération Broadwell sortie en 2015 qui propose deux cœurs et quatre threads cadencé à 2 GHz avec 3 Mo de cache et fonctionnant dans un TDP De 15 watts. Ce dernier élément ayant surement guidé, avec la disponibilité et le prix, le choix de la marque pour équiper ce petit PC. La partie graphique est confiée à un circuit HD Graphics 5500 avec 23 EU cadencées de 300 à 850 MHz. Pas un foudre de guerre en 3D mais ce n’est probablement pas le but recherché ici.

2019-05-17 13_35_31-minimachines.net

Vous pourrez afficher vos statistiques de trampoline :D

Avec 8 Go de mémoire vive en DDR3L et 256 Go de SSD au format M.2, l’engin offre de belles possibilités d’usage. D’autant que ce SSD pourra évoluer facilement et qu’il sera possible d’ajouter un second stockage au format SATA 3 en 2.5″. Avec cette combinaison, on peut imaginer de multiples usages étendus par la présence d’un pont Ethernet double. L’engin pourra donc adresser deux réseaux différents en Gigabit ou servir de passerelle pour du trafic de données. La prise en charge d’une fonction de Wake On Lan augmente d’ailleurs les usages de l’engin puisqu’il sera possible de le laisser hors de portée et de le réveiller au besoin.

2019-05-17 13_32_54-minimachines.net

Le reste de la connectique est très complet : en façade on découvre deux ports USB 3.0 dont un au format SuperCharge pour remettre d’aplomb rapidement un smartphone. Un jack audio 3.5 mm avec entrée micro et sortie casque est également présent. A l’arrière, on retrouve donc les deux ports Ethernet, deux autres USB 3.0 et deux USB 2.0, tous au format Type-A. Une sortie vidéo HDMI est disponible ainsi qu’un DisplayPort pour connecter deux écrans. L’alimentation se fait par un bloc secteur classique en 19 volts et 3 Ampères.

2019-05-17 13_29_15-minimachines.net

La ventilation est assurée mécaniquement par un circuit classique avec une aspiration sur les côté avant que l’air chaud soit chassé vers l’arrière de l’engin. L’ensemble mesure 12.8 cm de profondeur pour 12.6 cm de large et 4.6 cm d’épaisseur. Le boitier embarque évidemment une solution Wifi5 et un Bluetooth 4.0 en prime.

Lancé à 270€ dans cette version 8/256 Go évolutive, cette machine montre comment les constructeurs comme Beelink font face intelligemment aux pénuries de processeurs Intel actuel. En se rabattant sur des puces plus anciennes et en proposant des fonctionnalités accessoires pouvant toucher un marché différent. Solution de surveillance de réseau, pseudo NAS, solution PLEX ou autres, j’imagine pas mal d’usages pour ce type d’engin au sein d’un réseau de société ou même chez un particulier.

 

Beelink L55 : un MiniPC Core i3-5005U avec 2 ports Ethernet Gigabit © MiniMachines.net. 2019

Le support des manettes avec iOS 13 : comment connecter une manette Xbox One ou PlayStation 4

Par Pierre Dandumont

Avec les versions 2019 de ses OS (macOS Catalina, pas encore sorti, iOS 13, iPadOS 13 et tvOS 13), Apple a enfin ajouté le support des manettes d’autres marques. Plus besoin de se tourner vers des modèles MFi, pas toujours intéressants, une manette de Xbox One ou une manette de PlayStation 4 peuvent fonctionner.

Le support des manettes Sony existe depuis un moment (iOS 7 bêta prenait en charge celle de la PlayStation 3) mais maintenant, ça passe sans jailbreak. J’ai testé sur iPhone et Apple TV sans soucis, ça marche bien. Attention quand même, il vaut mieux éteindre votre console avant de jumeler, et les manettes ne fonctionnent pas comme des AirPods : c’est un seul appareil à la fois.

Sur Apple TV


Trois manettes


Un petit soft de test (Game Controller Test)

La Dual Shock 4

La manette de la PlayStation 4 vaut ~50 €. Normalement, ça fonctionne avec toutes les versions, sauf visiblement les premières manettes (CUH-ZCT1) avec l’iPhone 11 (oui, c’est précis). Pour jumeler la manette, commencez par éteindre physiquement votre éventuelle PlayStation 4 : ça évitera qu’elle s’allume. Ensuite, pressez le bouton PlayStation et le bouton Share quelques secondes. La LED arrière clignote, la manette peut être jumelée.

Une jolie manette PlayStation 4

Question fonctions, on dispose bien des L2 et R2, et le bouton Option sert de bouton Pause en MFi.

La manette de Xbox One

C’est plus compliqué. Il existe différentes variantes de la manette de Microsoft, et il faut une version Bluetooth. Une manette récente est Bluetooth, c’est certain, et ça se trouve pour 40 à 50 € en fonction des promotions. Un modèle plus ancien… ça dépend. Vous verrez la différence en regardabt le plastique qui entoure le bouton Xbox. Sur les versions Bluetooth, il est entouré par celui de la face avant de la manette. Sur les anciennes, par celui des gachettes. L’image issue de chez Microsoft montre la différence. Attention, ce n’est pas visuellement évident sur les manettes noires.

Bluetooth en bas


Ma manette de Xbox One

Pour la jumeler, il faut allumer la manette (bouton Xbox) et presser le bouton de connexion quelques secondes. Pensez à éteindre la console avant. Le bouton Pause est le bouton qui se trouve à droite du bouton Xbox (le burger). Attention, les manettes Xbox One fonctionnent sur piles, sauf l’onéreuse version Elite 2 (qui sort bientôt).

Et les autres ?

Par acquis de conscience, j’ai essayé ma SteelSeries Stratus XL : elle est évidemment reconnue (comme je suppose la Nimbus). Mes autres manettes Bluetooth (Wii U, Free, PlayStation 3, etc.) ne fonctionnent pas. Par contre, le fabricant de manettes 8BitDo devrait proposer un firmware adapté pour certaines manettes avec une émulation capable de simuler un modèle compatible.

La Stratus XL

En pratique, il existe d’excellentes manettes MFi (la SteelSeries est plutôt sympathique) mais le support des manettes Sony et Microsoft a deux avantages. Premièrement, elles sont facilement accessibles, et vous en avez peut-être même une chez vous. Deuxièmement, surtout, le prix est intéressant. Le prix officiel d’une manette de Xbox One est de 65 €, elle se trouve sans trop de soucis à 40 €. Même chose chez Sony : 65 € prix officiel, souvent 50 € (ou moins) chez Amazon. Alors qu’une Nimbus, c’est 60 € chez Apple… et 60 € chez les autres.

Les HP Spectre X360 13 passent à leur tour à l’Intel Ice Lake

Par Pierre Lecourt

Les puces Intel Ice Lake débarquent sur les Spectre x360 13 et leur apportent plus de performances, plus d’autonomie et un circuit graphique Intel Iris Plus. Les puces, moins gourmandes et moins dissipatrices de chaleur, permettent également à HP de proposer des engins encore plus fins et légers.

2019-10-01 17_34_18-minimachines.net

La machine sera ventilée mais pour éviter tout emballement des ventilateurs, divers éléments ont été mis en place. Le clavier est ainsi percé pour laisser l’air circuler depuis l’intérieur du châssis passivement. Un système de feuille de graphite permet également de mieux disperser la chaleur de l’ensemble.

2019-10-01 17_32_53-minimachines.net

Les bordures d’écran ont été encore amincies avec désormais un ratio d’affichage de 90% de l’espace disponible. Une belle avancée par rapport aux précédents Spectre de cette diagonale qui restaient à une occupation de 78%. Il est également plus fin et plus léger que son prédécesseur avec une épaisseur de 1.7 cm seulement et un poids de 1.3 kilo. Ses dimensions sont également beaucoup plus compactes à dalle égale avec 19.45 cm de profondeur contre 21.79 cm pour la version 2019.

2019-10-01 17_37_00-minimachines.net

L’engin sera proposé dès ce mois d’Octobre en plusieurs versions qui resteront figées dans leurs choix. l’évolutivité est ici limitée au SSD PCIe qui sera difficile d’accès. La mémoire vive sera soudée à la carte mère et il faudra donc décider entre un modèle 8 ou 16 Go de DDR4 avec des composants liés à ce choix de base.

2019-10-01 17_37_20-minimachines.net

Un travail de concentration étonnant : Ces deux engins ont la même diagonale 13.3″.

Le HP Spectre x360 13 de base est annoncé autour des 1100$ pour une solution sous Intel Core i5-1035G1 ave un écran IPS FullHD, 8 Go de DDR4 et 256 Go de stockage PCIe. D’autres versions pourront évoluer jusqu’à 16 Go de DDR4, 1 To de stockage SSD PCIe et 32 Go de mémoire cache Intel Optane sous un Core i7-1065G7. Ces modèles haut de gamme auront droit à des dalles OLED en UltraHD. De manière surprenante, le delta de prix entre la version de base et la plus évoluée sera assez léger.

Le modèle Core i5-1035G1 avec 8 GHo de ram et 256 Go  de stockage à 1100$ en FullHD servira de base de référence. Pour un modèle en Core i7-1065G7 avec la même quantité de RAM mais le double de stockage SSD et 32 Go de cache Optane, il faudra compter 1300$. Enfin, pour un Core i7-1065G7 en 16 Go de DDR4 et 32 Go d’Optane + 512 Go de SSD et un écran UltraHD OLED, il faudra débourser 1500$. Cela fait une différence de 400$ entre l’entrée de gamme FullHD et un modèle mieux équipé en UltraHD. On a connu pire.

2019-10-01 17_31_22-minimachines.net

Pas mal de fioritures intéressantes ont été intégrées par la marque, à commencer par un interrupteur destiné à couper l’alimentation de la webcam. La réduction des bordures d’écran rendant impossible l’intégration d’un cache physique, il faudra recourir à ce dispositif pour être sûr de ne pas se faire épier par le petit objectif. L’engin propose également une charnière à 360° pour l’utiliser en tablette avec une dalle capacitive et compatible avec les stylets actifs de la marque.

2019-10-01 17_32_41-minimachines.net

Le clavier propose un rétroéclairage complet et un lecteur d’empreintes digitales pour s’authentifier sous Windows Hello en plus de la webcam Infrarouge. Un joli exploit de la part d’HP de réussir à glisser un capteur vidéo et un capteur IR dans un si petit espace. La marque indique que sa solution mesure 2.2 mm ce qui est assez incroyable.  D’un autre côté c’est assez drôle de se dire que les constructeurs proposent des capteurs de reconnaissance faciale qui coûtent assez cher à implanter mais qu’il ne faut pas toujours les utiliser de peur de se faire espionner. Du coup, on doit encore ajouter un interrupteur ayant également un coût pour permettre à l’utilisateur de se protéger. Au final, on paye deux éléments qu’on n’utilisera peut être jamais dans sa machine. A quand l’apparition de webcam rétractables copiant la technologie employée sur certains modèles de smartphones ? Ou plus simplement d’un espace dédié où brancher un modèle optionnel que l’on pourrait débrancher ?

2019-10-01 17_34_46-minimachines.net

Les fioritures ne s’arrêtent pas là avec la présence d’un système de microphones permettant de discuter en ligne ou de donner des ordre à un éventuel assistant vocal. Là encore, la paranoïa est de mise – à raison – avec un bouton pour couper tout enregistrement de la part des micros directement intégrés sur le clavier avec une petite LED témoin pour être sûr d’un coup d’oeil que vous ne pouvez pas être entendu.

2019-10-01 17_39_08-minimachines.net

La partie sonore est, quant à elle, confiée à Bang & Olufsen. Le reste des fonctionnalités est assez complet avec un Wifi6 et du Bluetooth 5.0 ainsi qu’à une option pour un modem 4G intégré. La connectique est juste avec deux ports Thunderbolt 3, un port USB 3.1 Gen 1 Type-A port, un lecteur de cartes MicroSDXC et un port jack audio 3.5 mm stéréo pour casque et micro.

L’autonomie annoncée du HP Spectre x360 13 n’est pas dévoilée et doit évoluer suivant le type d’affichage retenu. La batterie annoncée est une 60 Watts associée à un chargeur 65 Watts. HP met l’accent sur la capacité de l’engin à se recharger précisant que sa batterie peut retrouver 50% de sa capacité après 30 minutes de connexion au secteur.

Les HP Spectre X360 13 passent à leur tour à l’Intel Ice Lake © MiniMachines.net. 2019

L’Atari VCS va proposer du streaming de jeux avec Antstream (moi aussi)

Par Pierre Lecourt

Nouvel épisode dans la saga Atari VCS, la machine profitera de son processeur AMD Ryzen Embedded V1000 pour piloter un service de streaming de jeux. Non pas un partenariat avec Google et son offre Stadia mais avec Antstream. Une société qui propose des jeux rétro / arcade en streaming accessible via  n’importe quelle plateforme. PC, tablette ou smartphone, il suffit de se connecter sur leur site, de payer leur abonnement1 pour voir les portes s’ouvrir sur un catalogue de titres anciens issus de plusieurs machines.

2019-10-01 14_05_58-minimachines.net

Le partenariat avec Atari ne signifiera pas que vous pourrez acceder gratuitement à ces jeux, il vous faudra débourser votre abonnement (on parle de 9.99$ par mois) pour pouvoir en profiter. On retrouvera ensuite pèle mêle des jeux Amiga, Arcade, Spectrum, Commodore 64 ou Megadrive  sur sa console. Atari annonce dans son communiqué de presse que cette offre apporte 2000 jeux supplémentaires à son offre. La marque confond habilement les licences des jeux acquises par AntStream et le catalogue réellement déployé. Si la marque a bien les droits d’exploiter environ 2000 jeux, elle ne propose que 500 titres environ dans son listing. Le déploiement de certaines licences n’ayant pas encore été opéré.  

2019-10-01 14_12_19-minimachines.net

Inutile de préciser que ce partenariat n’a rien d’exclusif ou d’original2. Il ne fait que compléter l’offre d’environ 100 jeux Atari classiques disponibles avec la console lors de son lancement. Jeux qui n’ont rien non plus de très original puisqu’ils sont disponibles sur diverses plateformes depuis des années : XBox One, Sony PS4, la Nintendo Switch ou les store d’Apple et et d’Android, les Flashbacks Classics sont partout. Atari évoque également l’accès à des jeux Nintendo 64, PC, Intellivision ou Sega Master System via Antstream alors qu’aucun titre de ces machines n’est encore disponible sur la liste du service.

En fait, Atari inverse les rôles dans un très savant habillage marketing. Ce qu’il se passe ici c’est que Atari a proposé les droits de 50 de ses propres titres développés pour Atari ST et Atari 5200 à la plateforme AntStream afin qu’elle puisse les diffuser ensuite vers les Atari VCS en “exclusivité”. Autrement dit, un client lambda du service AntStream ne verra pas les jeux Atari mais un client VCS pourra y accéder si il s’abonne via la console. Une manière de ne pas rajouter de services à la console sans toucher quelques dollars au passage. Une manière également de préserver de l’espace de stockage puisque toutes les solutions Atari VCS sont livrée avec 32 Go de stockage eMMC… Combien de temps va durer cette exclusivité ? Mystère.

2019-10-01 14_19_20-minimachines.net

Le seul gros avantage de AntStream est la possibilité de jouer autour d’une communauté, c’est surtout cela qu’on s’offre finalement. Il sera possible de défier des “amis” via la plateforme et de leur proposer de vous battre dans des jeux : Vitesse pour terminer un niveau, High-Score ou autre. Cette émulation peut avoir son intérêt même si, pour ma part, je préfère la vivre à plusieurs autour d’un écran commun pour ce type de moment de nostalgie.

Je me demande comment les personnes ayant commandé les Atari VCS vont réagir ? C’est un public particulier, souvent des amateurs de jeux rétro et souvent équipés de solutions type Raspberry Pi sous RecalBox ou autres solutions d’émulation. Qui va accepter de payer jusqu’à 389.99$ pour sa VCS pour rajouter ensuite 10$ par mois d’abonnement pour jouer, au final, à des titres exploitables sur n’importe quel montage de Raspberry Pi à 35$. Ceux qui veulent mordicus être dans la légalité par rapport aux licences de ces jeux ? Il y en a quelques uns, j’en connais. Mais, en général, ils ont acheté pour une poignée d’euros des vielles consoles ainsi que les jeux originaux, pour jouer dessus.

Quid des problèmes de streaming ? Du fait de devoir se connecter pour jouer ? Du catalogue vu et revu partout quand pour le même prix on a la possibilité de s’abonner à un pack Stadia Pro à 9.99$ pour jouer en UltraHD à 60 FPS avec des jeux récents inclus  ? 

ATARI VCS

La page Medium de la VCS propose également une première image, non pas d’un prototype fonctionnel, mais d’une carte mère nue de la VCS sous AMD Ryzen Embedded V1000… On découvre donc la première image de ce que va être la solution. Un montage qui ne semble pas particulièrement complexe par rapport à une carte mère classique. On peut y découvrir deux slots au format M.2 en bas de la machine. Serviront t-il à intégrer le eMMC et le Wifi de l’engin ? Possible, ce serait une bonne nouvelle pour l’évolutivité de l’ensemble. Au passage, on apprend que la carte est fabriquée par Askpcb comme indiqué en bas à gauche.

Que conclure ?

Que Atari est bien piloté par des gens très très forts en marketing. Ils réussissent à faire passer une offre d’abonnement payant en un service innovant. Un peu comme si un vendeur de vaisselle vous offrait des bons d’achat MacDo “1 acheté / 1 offert” grattés à la caisse pour mieux vous  vendre un service d’assiettes.

En attendant, on est toujours sans nouvelles ni images d’un prototype fonctionnel de la Atari VCS. 

L’Atari VCS va proposer du streaming de jeux avec Antstream (moi aussi) © MiniMachines.net. 2019

Certains Chromebooks, mais pas les autres…

Par Pierre Lecourt

On en a déjà parlé mais les Chromebooks sont des marchandises périssables, au même titre qu’une boite de conserve alimentaire. Google les vend avec une date de péremption -mal- indiquée dès le départ. Au delà de cette date, après la mise sur le marché d’un Chromebook, Google n’assurera plus les mises à jour logicielles. Cela ne rend pas la machine inutilisable mais c’est à vos risques et périls.

Chromebook Spin 311

C’est vraiment la même chose qu’une boite de conserve. Le fabriquant qui enferme sa soupe vous garantit qu’elle sera comestible jusqu’à la date inscrite sur le couvercle. Au delà de cette date c’est plus risqué car des germes peuvent se développer dans la boite. Votre soupe peut être parfaitement comestible mais elle peut également vous rendre malade. Chez Google, c’est le même scénario, au delà de la date de support votre machine peut tout à fait être utilisable mais elle peut également choper un virus ou être sujette à des attaques…

Avec la même problématique de date de mise en service du Chromebook. Croyant faire une bonne affaire avec un engin en soldes, vous pouvez acheter un Chromebook qui a déjà trois ans de vie et donc plus que trois ans et demi de mises à jour. D’un point de vue économique, cela ne signifie pas que vous avez fait une mauvaise affaire. Si vous achetez un engin 149€ qui a droit à encore trois ans de mises à jour, vous aurez un matériel peut être valide économiquement. Mais d’un point de vue écologique, c’est un véritable cauchemar car tous les matériaux exploités pour créer votre engin seront perdus.

Chromebook S345-14

C’est surtout un problème au niveau des décisions de Google car le matériel embarqué dans ces machines peut très bien fonctionner beaucoup plus longtemps. C’est avant tout une affaire d’investissement parce que payer les développeurs qui vont maintenir les mises à jour de ces engins coûte de l’argent. Google vient de nous donner la preuve que techniquement ce n’est pas du tout impossible.

Une série de Chromebooks signés Lenovo vient en effet de voir son support évoluer. Passer de 6.5 à 8 années de suivi logiciel. La date d’expiration des derniers passant  de Juin 2022 à Juin 2025… D’un petit coup de baguette magique. 

Les Lenovo Flex 11 Chromebook, Lenovo 100e Chromebook 2nd Gen MTK, Lenovo N23 Yoga Chromebook, Lenovo 300e Chromebook, Lenovo 300e Chromebook 2nd Gen MTK, Lenovo Ideapad S330 Chromebook, Lenovo Ideapad C330 Chromebook et un dernier qui n’est pas de chez Lenovo, le Poin2 Chromebook 14 sont tous concernés par ce changement.

Tous ces modèles ont un point commun qui saute aux yeux, ils utilisent un SoC ARM MediaTek MT8173C. Tous vont bénéficier de ce support étendu alors que leurs dates de commercialisation ne sont pas forcément identiques. Certains ont été lancés en 2017 et d’autres cette année, il s’agit donc bien d’un support lié non pas à la politique commerciale de Google ou de Lenovo mais bien d’un support technique assuré pour ce type de puce.

Je suppute une pression – et peut être une participation financière – de Lenovo pour la poursuite de ces mises à jour. Peut être parce que la marque veut assurer un support plus grand que celui de base sur ces machines afin de se conformer à un contrat passé. Par exemple avec des systèmes scolaires aux US. Peut être pour réaliser de nouvelles ventes auprès d’un état qui voudrait investir massivement dans des milliers de machines avec ce SoC. Peut être que pour une fois, on a écouté un membre compétent d’une commission expliquant qu’on ne pouvait pas acheter des milliers d’ordinateurs pour l’éducation alors qu’on connaissait déjà la date de leur fin de vie et qu’elle correspondait à 3 ans après leur achat seulement. Par ricochet, cette évolution de service pour ces machines sous Mediatek MT8173C profite à la totalité des machines ainsi équipées.

Une chose est sûre, ce problème est vraiment lié à une volonté économique de la part de Google. Un engin classique, sous Windows ou Linux, peut avoir une durée de vie largement supérieure. Soit en passant de Windows à Linux, soit en payant pour une mise à jour. Tous les Chromebooks pourraient également avoir une durée de vie plus grande, il “suffit” de payer des ingénieurs pour ça…

Source : Android Police

Certains Chromebooks, mais pas les autres… © MiniMachines.net. 2019

One Netbook annonce le One Mix 3 Pro sous Intel Amber Lake Y

Par Pierre Lecourt

Le One Mix 3 Pro, c’est ce qui aurait pu arriver de mieux au marché du netbook. Le constructeur s’est simplement acharné à porter dans la vraie vie ce que les amateurs de portables de petite diagonale fantasmaient dans leur coin. Des engins contenus, performants, bien équipés et, malgré des concessions logiques de par leur format, parfaitement exploitables autant en productivité que pour une activité quotidienne. 

2019-09-30 17_55_38-minimachines.net

Le nouveau One Mix 3 Pro se permet donc une intégration haut de gamme avec 3 puces de la 10e génération d’Intel. Les Core m3-8100Y qui commencent à être un peu déployés sur ce type de diagonale avec un TDP de 5 watts facilement dissipable. Mais aussi les Core i5-10210Y et Core i7-8500Y qui partagent le même TDP. Ces puces seront accompagnées de mémoire vive en quantité impressionnante puisque ces modèles pourront accueillir jusqu’à 16 Go de DDR3L et un stockage sur SSD NVMe pouvant atteindre 512 Go.

Le tout dans un format très compact avec 20.4 cm de large pour 128.9 cm de profondeur et 1.49 cm d’épaisseur et 659 grammes. L’affichage est confié à une dalle de 8.4 pouces de diagonale IPS qui affiche en 2560 x 1600 pixels tactile capacitive avec 10 points de contact. L’engin propose une charnière rotative permettant de replier l’écran et la clavier dos à dos pour le  transformer en tablette tactile. Mieux encore, il sera compatible avec un stylet optionnel (vendu en général assez peu cher par la marque) pour retrouver des possibilités de prises de notes manuscrites ou de dessin avec Windows Ink. Loin d’être un gadget, cette fonction permettra une saisie de données avec 4096 niveaux de pression.

One Mix 3 Pro

Un bémol dans l’ergonomie de l’ensemble vient de l’absence de pavé tactile qui est remplacé par un trackpad optique. Une solution pas forcément intéressante en mobilité qui permettra de déplacer son curseur efficacement quand on tiendra son One Mix 3 Pro en main. Le clavier est quand à lui complet, sur un layout QWERTY évidemment et dispose d’un rétroéclairage actif. Un capteur d’empreintes digitale est également intégré.

L’alimentation de l’engin se fera via différentes méthodes. La batterie  de 8600 mAh pourra être rechargée en 5, 9 ou 12 volts ce qui devrait offrir la possibilité d’augmenter considérablement l’autonomie de l’engin grâce à une recharge mobile sur batterie externe. La connectique reprend l’offre du Mix 3 classique avec un lecteur de cartes MicroSDXC, un USB Tpe-C avec toutes les fonctions du format déployées, un USB 3.0 Type-A, une sortie vidéo MicroHDMI et un port jack 3.5 mm stéréo pour casque et micro. 

Le One Mix 3 Pro sera livré sous Windows 10 édition familiale. On ne connait pour le moment ni son prix de départ ni sa date de sortie effective. Ne vous attendez pas à quelque chose de très abordable. Les modèles actuels démarrent à partir de 670.80€ pour un Core M3-8100Y en 8/256 Go. C’est peut être là le plus grand paradoxe de cette offre. La marque vend très bien ses machines à des prix équivalents aux ultraportables traditionnels. Elle n’a donc aucune raison de tirer les prix trop vers le bas. Amusant quand un des principaux arguments des constructeurs internationaux pour arrêter ce type de diagonale consistait à dire que personne ne s’intéressait plus à ces engins…

One Netbook annonce le One Mix 3 Pro sous Intel Amber Lake Y © MiniMachines.net. 2019

Le Shuttle NC10U embarque des puces Intel de 8e gen

Par Pierre Lecourt

Le nouveau Shuttle NC10U évolue vers les puces Intel Whiskey Lake ULV et vise à la fois le grand public et les besoins professionnels. Si le boitier n’est pas des plus décoratifs, il a au moins pour lui d’être très discret dans un format 0.85 litre.

2019-09-30 14_01_37-minimachines.net

Avec 14.2 cm de côté pour 4.2 cm de haut, le petit boitier Shuttle NC10U embarque désormais toute la panoplie de puces Intel ULV de huitième génération. Du Celeron 4205U, au Core i7-8565U en passant par les version Core i3-8145U et Core i5-8265U. Des puces fonctionnant toutes dans une enveloppe thermique de 15 watts avec, évidemment, des niveaux de performances différents.

Shuttle a choisi de proposer 2 slots de mémoire SoDIMM DDR4 pour un maximum de 32 Go de RAM à l’ensemble. Le stockage est, pour sa part, confié à deux unités : Un SSD M.2 PCIe NVMe pour un système rapide et performant et un emplacement secondaire 2.5″ SATA 6 de 15 mm pour embarquer au choix un disque mécanique ou un second SSD. Rien de révolutionnaire là dedans mais une solution pratique qui mixe les stockages pour plus de flexibilité.

2019-09-30 14_02_04-minimachines.net

La connectique est assez complète avec une double sortie vidéo HDMI 2.0a et DisplayPort. De quoi gérer un double affichage dans un usage classique mais également piloter des solutions UltraHD HDR en mode salon. Le Shuttle propose également un Ethernet Gigabit, un Wifi41 deux ports USB 2.0, un USB 3.0 Type-A et un USB 3.0 Type-C, un lecteur de cartes SDXC, un port jack combinant casque et micro et un port série RS232. La machine n’oublie pas en effet les usages plus pro et en particulier l’affichage dynamique ou un éventuel rôle dans un distributeur quelconque.

2019-09-30 14_01_52-minimachines.net

C’est surtout là que le Shuttle NC10U se démarque avec des compétences garanties par le constructeur. Le MiniPC est en effet capable de fonctionner 24H/24 et 7J/7 sans discontinuer. Un système de dissipation par caloduc assure un fonctionnement optimal de 0 à 50°C sans soucis. L’engin peut également se réveiller automatiquement après une panne de courant et son BIOS est programmable pour allumer et éteindre l’ensemble à des heures programmées. 

Livré avec une interface VESA, il pourra être positionné derrière un écran ou fixé facilement à tout type de support et propose un emplacement antivol Kensington Lock pour éviter de le voir disparaitre.

Pas encore de tarif ni de disponibilité. La fiche produit vient d’apparaitre chez Shuttle.

Le Shuttle NC10U embarque des puces Intel de 8e gen © MiniMachines.net. 2019

La fin de Flixster, un service UltraViolet

Par Pierre Dandumont

FlixsterVideo, le service de vidéo lié à UltraViolet (qui est mort cet été) va fermer le 18 décembre 2019. Et – bonne nouvelle – il est possible de garder ses films. Enfin, plus exactement, on passe des DRM de Flixster à ceux de Google, mais c’est tout de même une bonne nouvelle.

Flixster, c’est assez nul. Le site propose la lecture en ligne, mais avec le plug-in Flash (bienvenue en 2019), une application qui ne fonctionne pas chez moi (impossible de télécharger les films) et une application iOS perfectible, avec des erreurs d’encodage (vous connaissez le Français comme langue ?). Google Play, c’est mieux. C’est accessible facilement avec un compte Google à peu près partout, avec pas mal de navigateurs ou d’applications (si vous ne connaissez pas, ça passe généralement par l’application YouTube de vos appareils).

Flixster


La migration


Google Play

Flixster propose donc la migration de vos films vers un compte Google, avec trois petits défauts. Premièrement, c’est laborieux : il faut le faire pour chaque film, en cliquant sur un lien qui va ouvrir Google, propose le film gratuitement et l’ajouter. Puis recommencer. Avec une quinzaine de films, ça a pris un certain temps. Deuxio, Flixster indique que ça ne fonctionne que si Google propose le film. Bon, dans mon cas, pas de soucis : tout est passé. Troisièmement, peut-être le point le plus frustrant, Google ne propose que de la VF. Pas de VO avec des sous-titres, et encore moins d’autres langues. Flixster sous iOS (le seul moyen de lire mes films) propose des tas de langues et de sous-titres, Google… rien.

Flixster (sous iOS) propisait pas mal de langues, dont le Français

Mais bon, dans la pratique, je peux accéder à mes films UltraViolet facilement et avec une qualité correcte, même si c’est en VF.

La Pippin et le MIDI (bis)

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé les fonctions MIDI de la Pippin, j’avais eu un problème : mon adaptateur MacMan ne fonctionnait pas (il fait planter les jeux) et j’avais dû me tourner vers un rack (Opcode Studio 4) pour que ça marche. Mais depuis, j’ai trouvé un adaptateur plus compact.

L’Opcode Studio 4 est assez gros, nécessite une alimentation externe et offre trop de fonctions pour un usage avec la Pippin. Le problème, c’est que le MacMan – qui marche sur un Mac – plante irrémédiablement la console. Il possède deux prises série (1 entrée, 1 sortie) et quatre prises MIDI (1 entrée, trois sorties) et ça ne fonctionne pas. Il s’allume mais tout se bloque ensuite.

Le MacMan : ça ne marche pas


Depuis, j’ai trouvé un Mini MacMan. Il ne possède qu’une entrée série, une entrée MIDI et une sortie MIDI, mais ça marche directement. Le moyen le plus simple de tester si vous n’avez pas de synthétiseur MIDI est un appareil iOS. Avec un adaptateur MIDI vers USB et un Lightning (ou USB-C, ou dock 30 broches) vers USB, il suffit ensuite de lancer GarageBand sur l’appareil pour obtenir de l’audio. C’est simple et efficace avec les Music Island (j’ai testé la version 1 et la version 4).

Le Mini MacMan : ça marche


Petit message pour mon moi du futur qui cherchera : le câble série noir vers la prise B du boîtier. La prise MIDI Out 8 vers l’adaptateur USB. Tous les boutons rouges enfoncés.

Dessiner sur un CD : DiscT@2 (bis)

Par Pierre Dandumont

Il y a de nombreuses années, j’avais parlé de la technologie DiscT@2 de Yamaha, qui permet de graver littéralement des images sur un CD-R. Et j’ai enfin trouvé le bon graveur, un Yamaha CRW-F1.

Pour résumer : j’avais testé DiscT@2 avec un graveur LabelFlash. La technologie LabelFlash permet de graver des images sur la face inutilisée de disques, et tous les graveurs LabelFlash (un Pioneer DVR-111D) supportent aussi DiscT@2 sur les DVD-R et DVD+R. Mais sur les CD-R, il faut un graveur précis, le Yamaha CRW-F1. le problème, c’est que ce graveur mythique (il date de 2002) reste assez cher et recherché. Jusqu’à maintenant, j’avais donc abandonner : payer parfois plus de 100 ou 200 € pour un graveur que je n’utiliserais que pour un test me semblait exagéré. Mais j’ai trouvé un modèle externe USB 2.0 à bon prix récemment.

Le graveur externe (massif)

Premier truc, Disc Cover 3 (qui n’existe plus, d’ailleurs, et reste 32 bits sous macOS) ne supporte pas le DiscT@2 sur les CD-R. Il demande obligatoirement un DVD, donc un graveur LabelFlash. J’ai donc tenté dans une machine virtuelle sous Windows XP, avec une vieille version de Nero Burning ROM. En effet, le célèbre programme supporte DiscT@2 depuis le lancement du graveur (ou presque). Par rapport à la version DVD, il y a un point intéressant : on peut écrire sur un disque sans données. Le logiciel de gravure a la bonne idée de prévenir qu’il sera impossible d’ajouter des données ensuite, mais ça passe. Pour le premier essai, j’ai écrit un petit mot. Le programme indiqué ~12 minutes, une estimation assez bonne. Et en sortant le disque… rien. Nada. J’ai donc ensuite essayé avec une image, avec le même résultat. Second essai, je grave quelques données sur un disque pour vérifier le fonctionnement du graveur, avec succès. Idem, pas d’image. J’ai ensuite tenté sur quelques vieux disques déjà gravés, avec d’autres substrats, sans résultats. Ou presque. Je me suis rendu compte que ça fonctionnait, mais mal. En fait, le processus ne fonctionne pas réellement sur les CD-R avec un substrat clair (phthalocyanine ou cyanine). Sous certains angles, on peut voir vaguement la gravure… et c’est tout. Je n’ai même pas réussi vraiment à le mettre en avant en photo.

Disc Cover n’aime pas le graveur


Nero grave (mais rien n’apparaît)


Le système prévient si vous lancez la copie sur un disque vide


Sur un CD phthalocyanine ou cyanine (jaune/doré), on ne voit rien

La première partie de mes essais s’arrête là. J’ai commandé des CD-R en azo (plus sombres, plus adaptés), mais je vous passe le délai pour vous donner le résultat. Parce qu’évidemment, tous les CD-R présents chez moi sont des phthalocyanine ou cyanine.

Avec des « azo »

C’est la magie des pots préparés en avance : j’ai eu le temps de commander des CD-R azo pour tester. Ca se trouve assez facilement, notamment chez Verbatim. Pour rappel, les CD-R phthalocyanine ou cyanine sont jaune/clair/doré, alors que les azo sont bleu/vert, avec une couche plus foncée. Après quelques essais, ça reste une déception : c’est à peine lisible. Sous certains angles, on peut voir le texte écrit avec un remplissage foncé (comme sur les photos) mais en face, on ne voit rien. C’est franchement mauvais, on voit à peine la gravure (qui prend 12 minutes) et uniquement sur des disques « azo », donc (pas les plus courants). Et la technique possède aussi un défaut logique mais rédhibitoire : ça ne fonctionne évidemment que sur la partie qui n’est pas gravée. Donc si vous remplissez vos CD-R, vous ne pourrez rien dessiner.

C’est un peu mieux (moins pire) sur un CD-R azo


C’est presque bien (en réalité; il y a du texte dans la partie basse, invisible)

Et sur Mac ?

Bonne question. Alors, la version Mac du graveur était fournie avec Toast 5.2 dans une version spécifique, avec un plugin compatible. Quelques versions suivantes intègrent le support, mais sans le plugin. Il fallait soit récupérer celui du CD d’origine, soit l’acheter (Discus EE, 12 $). Les versions plus récentes de Toast (enfin, après la 8 ou la 9, on est à la version 18) intègrent Disc Cover, mais ce logiciel ne prend pas en charge DiscT@2 sur le Yamaha CRW-F1. J’ai contacté la société qui faisait le plugin (et ne le vend plus), donc j’attends de voir, il y aura peut-être un sujet (ter).

Recalbox 6.1, le concentré d’émulation

Par Pierre Lecourt

Parmi la quinzaine de nouvelles machines que RecalBox 6.1 embarque de plus que la version 6.0 sortie au printemps, on retrouve des engins franchement exotiques que beaucoup d’entre nous n’ont que peu côtoyé comme le système d’arcade Naomi qui porta pourtant des merveilles comme les Virtua Tennis ou encore Crazy Taxi. Un système que l’on reconnaissait entre tous avec son design si particulier et sa jouabilité exemplaire.

2019-09-30 11_06_31-minimachines.net

La fameuse NAOMI n’est émulée que sur la version PC de RecalBox pour l’instant

Mais cette nouvelle version du système abrite également des choses plus grand public comme la Sega Saturn (PC uniquement), l’Apple IIGS, PalmOS, l’Othello Multivision, les Amiga 600 et 1200 et quelques autres comme l’Amstrad GX4000 ou le Thomson MO6. 

2019-09-30 11_08_49-minimachines.net

De quoi retrouver des sensations passées et se faire de petites Madeleines Proustiennes en se revoyant soit même plongé devant un écran cathodique. Attention toutefois à ne pas trop gâcher vos souvenirs. Certains titres mythiques de votre enfance peuvent se révéler extrêmement décevants  avec du recul. Ne gâchez pas votre passé en lui faisant découvrir aujourd’hui la bouille de pixels clignotants que votre imaginaire avait réussi à transformer sous vos yeux d’enfants.

Recalbox 6.1 - Nouveau Menu RetroArch OZONE InGame 02

Parmi les autres points mis en avant par cette version Recalbox 6.1, on découvre le support inattendu des formats optiques originaux pour les versions PC du système. RetroArch, qui sert de moteur d’émulation, a lancé le RetroArch Disc Project  qui permet de lire directement les CD, les DVD et les CD-i qui alimentaient les vieilles consoles. Ainsi, en mettant la main sur une vielle collection de jeux à ces formats dans votre grenier, vous pourrez immédiatement en profiter au travers d’un lecteur optique classique. C’est également une aubaine pour les collectionneurs qui vont pouvoir profiter de leur collection et jouer à leurs titres les plus rares… légalement.

Le souci rencontré par beaucoup de ces joueurs nostalgiques n’est plus dans la possibilité de jouer à ces titres puisque le système émule très bien énormément de solutions mais bien de se procurer les titres eux mêmes. La loi est stricte, si il est possible de réaliser une sauvegarde d’un de ses jeux, celle-ci doit être faite par soi-même. Il est illégal de télécharger une image d’un jeu et cela même si on possède un original du jeu. Le fait de pouvoir jouer légalement avec ce type de console sur un jeu original a donc un gros avantage légal.

Recalbox 6.1 - Nouveau Mode Démo

Dans la pratique, personne ne vous cherchera d’ennuis si vous jouez dans votre salon à de vieux jeux émulés sur votre système. Mais si vous comptez exposer un engin sous Recalbox au public, dans le cadre d’une exposition ou pour un événement particulier, ce ne sera pas la même histoire. Avec la prise en charge des originaux, vous pouvez donc facilement contourner tous ces soucis. A noter également que le mode Démo, permettant de faire tourner une console sans joueurs pour présenter ses fonctions, a été entièrement repensé.

Evidemment, RecalBox embarque toujours une version de Kodi, ici la 17.6, pour permettra d’utiliser sa solution “jeu vidéo” comme un lecteur multimédia complet et performant. Évitant au passage d’encombrer une prise HDMI supplémentaire sur votre téléviseur. Avec un Raspberry Pi dans un petit boitier et RecalBox, vous avez de quoi jouer et lire vos médias sans soucis.

Les Snaps vidéo, une fonction très éclairante.

Un des soucis liés aux systèmes d’émulation vient de la foule de jeux gérés par ces solutions. On a déjà du mal à choisir entre plusieurs titres mais il faut parfois en plus faire le tri entre des dizaines de versions d’un jeu quasiment identiques. Une fonction Snaps vient aider dans cette décision en proposant un petit extrait du jeu sous la forme d’un film du jeu lui même. On peut donc savoir exactement si le titre sélectionné est le bon mais également fouiller dans des jeux exotiques en sachant à peu près où on va mettre les pieds avant de lancer le chargement.

La nouvelle version signe également le retour de son Scraper, un système qui va générer tout seul les couvertures de vos jeux pour les illustrer mais également des données supplémentaires comme le nombre de joueurs, le résumé du jeu, son développeur et son éditeur.

C’est également là que vous pourrez connaitre quelles touches sont utilisée dans chaque jeu. Indispensable et facile à mettre en oeuvre.

Recalbox 6.1 - Traduction instantannée RetroArch

RecalBox 6.1 va vous servir de traducteur.

Les jeux vidéo n’ont pas toujours eu la distribution qu’ils méritaient, ils ne l’ont toujours pas du reste mais la mondialisation du média a largement changé les choses. Pendant longtemps certains titres ne quittaient pas leur pays d’origine et n’étaient donc pas traduits. Recalbox va utiliser une des nouvelles fonctionnalités de RetroArch pour traduire en temps réel les textes à l’écran de manière à rendre intelligible un jeu dont vous ne maîtrisez pas la langue. Encore au stade expérimental, cette traduction est impressionnante car elle permet à la fois de traduire les textes des dialogues entre personnages mais proposera également de traduire les images à l’écran. 

Cela aura un impact pour la jouabilité globale du titre. Le travail de traduction ne se fait pas de manière instantanée mais passe par un serveur distant. Chaque page à traduire est donc envoyée au serveur, analysée et retournée vers le système traduite. De quoi enfin comprendre les obscurs dialogues d’un titre Japonais très bavard.

Recalbox 6.1 - RaspberryPi3A+ COMPATIBLE FR

D’un point de vue matériel, RecalBox 6.1 évolue un peu avec la prise en charge de la Raspberry Pi 3A+ en plus des autres cartes de la fondation, des PC et des cartes Odroid XU4 et Odroid C2. Il faudra veiller à télécharger l’image adaptée à son système pour installer la distribution. Par contre, il est toujours impossible de profiter de la solution sur Raspberry Pi4 pour le moment. Le travail à fournir pour porter Recalbox vers la dernière née des cartes Raspberry Pi est considérable puisque la solution ne se contente pas d’émuler des solutions au travers du moteur RetroArch mais propose beaucoup beaucoup d’autres fonctionnalités d’ergonomie en parallèle. Il faudra donc patienter pour voir la dernière née des Pi exploiter la distribution. Et peut être lui apporter plus de fluidité pour certains systèmes encore hésitants sous Pi 3.

Recalbox 6.1 - GPi Case 6.1

La nouvelle mouture propose une seconde évolution matérielle avec la prise en charge du boitier GPi Case de RetroFlag. Un boitier au format GameBoy qui permet de glisser une carte Raspberry Pi Zero W dans une cartouche de support avant de la glisser dans la boite. Le boitier propose un affichage LCD en 320 x 240 pixels et permettra de retrouver un format portable classique. Quatre boutons sous le pouce droit et une croix directionnelle à gauche avec en prime l’ajout de gâchettes. Si le format minimaliste et la Pi Zero W ne permettront pas de profiter de tous les systèmes, ce boitier offre en tout cas une sympathique portabilité à l’ensemble.

Mockups Design

Le travail bénévole et conduit par une équipe de passionnés autour de RecalBox 6.1 est toujours aussi impressionnant. La distribution est efficace et complète, son intégration comme son installation sont un vrai jeu d’enfant et le service rendu est impressionnant. Et ne croyez pas que les vieux jeux qu’émule la distribution n’ont plus de pouvoir de séduction sur les plus jeunes. La jouabilité de certains titres est toujours intacte. Proposant une intelligence de jeu et une difficulté passionnant même des enfants d’aujourd’hui.

Recalbox 6.1, le concentré d’émulation © MiniMachines.net. 2019

Les Bons Plans du Week End : 28-29/09/19

Par Pierre Lecourt

L’ensemble des produits a été vérifié et corrigé, ce qui n’a pas été une mince affaire au vu de la déplorable connexion que je subit ces derniers jours et du nombre de promos et bons plans a traiter. Et oui, toujours pas de fibre au labo…

La machine en illustration est un Smaky 6 de 1977, un ordinateur développé en… Suisse.

Les Bons Plans du Week End : 28-29/09/19 © MiniMachines.net. 2019

PICO-PI-IMX8M : une carte de développement sous SoC NXP I.MX8M

Par Pierre Lecourt

Je ne m’intéresse pas trop aux smartphones mais certains travaux sont à surveiller.  C’est le cas de ce que propose Purism avec ses Librem. Des téléphones modernes qui emploient des puces particulières et des systèmes d’exploitation différents de ce que l’on trouve habituellement dans le commerce. Purism emploie PureOS, un système sans rapport avec Google et qui respecte totalement  votre vie privée et vos données.

2019-09-27 12_44_52-minimachines.net

Au coeur de ce smartphone particulier, un SoC particulier. Le NXP I.MX8M, un quadruple coeurs ARM Cortex-A53 cadencé à 1.5 Ghz associé à un circuit graphique Vivante GC7000 que l’on va retrouver sur cette carte de développement PICO-PI-IMX8M. De là à dire que la carte pourra faire tourner PureOS, ce n’est pas garanti, mais le potentiel est là et pour qui veut créer une solution sans rapport avec Android et Google, la carte est une bonne base de travail.

2019-09-27 12_37_19-minimachines.net

Elle est proposée en de nombreuses versions à des tarifs pas forcément donnés. La première et probablement la moins chère du lot, n’est apparemment pas encore en vente. 

2019-09-27 12_41_38-minimachines.net

La PICO-PI-IMX8M Lite embarque ainsi 1 Go de DDR4 et 8 Go de stockage eMMC sans Wifi ni Bluetooth.

La PICO-PI-IMX8M Basic garde les mêmes caractéristiques mais ajoute un module Wifi5 et du Bluetooth 4.1 pour 158.75$. 

La PICO-PI-IMX8M Pro passe à 2 Go de RAM pour 20$ de plus soit 178.75$.

La PICO-PI-IMX8M Dev grimpe à 3 Go de DDR4 et 16 Go de eMMC avec toujours Wifi5 et Bluetooth pour… 278.75$ ! Cela fait cher les 1Go de mémoire et 8 Go de stockage même si un écran 5″ LCD est fourni avec un module camera.

Enfin la PICO-PI-IMX8M Dev Extreme passe à 4 Go et 16 Go pour 298.75$ toujours accompagnée d’une caméra et d’un écran.

2019-09-27 12_43_45-minimachines.net

Toutes proposent la même interface de base avec une connectique complète : Un port HDMI 2.0, un Ethernet Gigabit, un lecteur de cartes MicroSDXC, un port jack audio 3.5 mm, deux connecteurs camera MIPI et un connecteur écran, un USB 2.0 Type-A, un port USB Type-C, un Micro USB et une interface de debug.

2019-09-27 12_44_22-minimachines.net

La carte mesure la même taille qu’une Raspberry Pi Model B classique ( 85 x 56 mm) et propose également les fameuses 40 broches classiques pour accueillir les extensions HAT de l’écosystème Raspberry. 

2019-09-27 12_44_31-minimachines.net

Il sera possible d’installer diverses distributions sur cette carte. Android, bien sûr, mais aussi Ubuntu et Yocto. L’idéal serait de pouvoir profiter de PureOS évidemment même si ce n’est pas garanti. Les pilotes pour les différents composants ne sont pas forcément disponibles ni même développés. 

Source : CNX-Software

PICO-PI-IMX8M : une carte de développement sous SoC NXP I.MX8M © MiniMachines.net. 2019

Mettre à jour un adaptateur ADB vers USB « tmk_keyboard »

Par Pierre Dandumont

Il y a de nombreuses années, j’avais acheté un adaptateur ADB vers USB maison, qui supportait les claviers ADB (et c’est tout). Récemment, pour un essai, j’avais besoin d’utiliser tmk_keyboard et je me suis souvenu qu’il était basé sur ce firmware libre. J’ai donc décidé de le mettre à jour.

Mon adaptateur avait un vieux firmware, et les versions récentes supportent les souris et pas mal de périphériques ADB en plus des claviers, donc c’est plus pratique.

Première chose, un programmeur pour l’AVR. Ca vaut 6 €, donc ça va. Ensuite, j’ai suivi le guide de l’époque, qui a finalement peu changé. J’ai dû câbler correctement de la clé USB à l’adaptateur (10 broches vers 6 broches) et modifier quelques lignes.

Le programmeur


L’adaptateur ADB vers USB

Pour ceux que ça intéresse, il faut utiliser ces deux lignes pour installer la toolchain.

brew tap osx-cross/avr
brew install avr-gcc

Pour la compilation de tmk_keyboard, ça n’a pas fonctionné du premier coup, ou plus exactement le firmware installé ne fonctionnait pas. Mais en lisant la documentation, je me suis rendu compte qu’avec un vieux modèle, il fallait compiler avec la commande suivante.

make -f Makefile.rev1 [KEYMAP=iso]

Ensuite, le flash s’effectue comme dans le fichier d’origine, mais en utilisant adb_usb_rev1.hex.

Une fois compilé et mis à jour, l’adaptateur supporte les souris et même les modèles avec plusieurs boutons. Il faut que je teste avec certains vieux appareils, visiblement tmk_keyboard prend en charge certains protocoles spécifiques. Dans l’absolu, c’est la solution la moins onéreuse pour utiliser une souris ou un clavier ADB sur un appareil moderne, même si ça demande évidemment de mettre la main dans le cambouis.

macOS 10.14.6 Supplemental Update 2

Today Apple released macOS 10.14.6 Supplemental Update 2, a major software update to macOS Mojave. Update any supported system using the built-in Software Update functionality through the System Preferences pane or by using the standalone installer available from Apple.com.

  • 26 septembre 2019 à 17:57

Les Bons Plans du Jour : 26/09/2019

Par Pierre Lecourt

La nouvelle trottinette Kugoo S2 est également disponible dans le stock Européen de la marque, la manette XBox One sans fil + adaptateur Windows, le stabilisateur Xiaomi Mijia à tout petit prix, la montre Xiaomi Stratos 2, le Redmi Note 8 fait son apparition dans les bons plans, l’excellent Mi Band 4 est à nouveau dispo à moins de 25€ et il y a également comme d’habitude plein d’autres trucs.

L’illustration nous montre une petite fille jouant à Certain Impact (un jeu de simulation de vol de 1995) sur une Silicon Graphics Octane2 trouvée ici. Pour une fois je n’ai pas eu besoin de retoucher l’image.

Les Bons Plans du Jour : 26/09/2019 © MiniMachines.net. 2019

L’Echosystème Amazon s’étend avec 8 “nouveautés”

Par Pierre Lecourt

L’Echos Studio sera surement le produit qui attirera le plus l’attention des clients même si les médias tourneront leurs yeux vers des annonces plus High-Tech comme les lunettes Echo Frame ou la bague Echo Loop. Il me semble que ces produits sont du divertissement technologique mais pas un mouvement de fond. Le véritable raz de marée de ces annonce viendra des valeurs sûtes comme les enceintes et les assistants personnels.

2019-09-26 13_10_08-minimachines.net

L’Echo studio sera, selon moi, l’objet qui aura le plus d’impact sur le public car c’est celui qui pourra creuser sa place dans le plus de maisons. Il pourra surtout venir rejoindre les foyers déjà équipés d’un assistant plus classique. Une manière pour Amazon de doubler son parc chez les gens déjà équipés. Mais  attirera sans aucun doute une nouvelle génération d’utilisateurs qui n’avaient, pour le moment, pas craqué pour les produits de la gamme.

Echo studio c’est un assistant personnel déguisé en grosse enceinte connectée. Compatible avec la norme Dolby Atmos, l’objet embarque un système de 5 haut parleurs pour couvrir une large gamme de sons sur 360°. Amazon vise évidemment le Homepod d’Apple et autres enceintes de type Sonos dans un usage “Hi-Fi1” de son système. But du jeu, venir équiper les chambres, les salons et autres pièces à vivre avec un engin plus complet et performant en terme de rendu sonore. 

2019-09-26 13_09_55-minimachines.net

Les possesseurs de solutions Echo classiques y verront un bon complément pour l’écoute de musique, de podcast et autres contenus audio. Une manière de passer son écoute habituelle de musique sur Amazon Music, Deezer ou Spotify vers un objet plus performant. Les autres, ce qui ne sont pas équipés d’une solution de ce type et ne jugeaient par le service rendu par un assistant personnel suffisant, pourront se laisser tenter par un engin plus performant et au son plus musclé.

2019-09-26 13_09_20-minimachines.net

Le système n’a rien de révolutionnaire mais devrait faire craquer ceux qui jugent la solution de base de la marque un peu trop fluette pour encaisser un bon rendu sonore. Avec un Woofer de 13.3 cm, trois medium de 5.1 cm et un tweeter de 2.5 cm, ce ne sera pas un monstre de performance mais la disposition et la qualité de l’ensemble sera surement au dessus des rendus classiques des enceintes Bluetooth habituelle. La Amazon Echo Studio mesure en tout 20.6 cm de haut et 17.5 cm de large pour 2.5 Kg. Pas bien grosse donc mais probablement suffisamment pour proposer un son ample pour tout type d’usages. Avec une connexion Wifi5, du Bluetooth pour une écoute directe depuis un smartphone ainsi qu’une entrée auxiliaire et optique pour brancher une source classique dessus. L’Echo Studio se positionne comme une alternative  à la solution Bluetooth classique. A noter également qu’il sera possible d’associer la solution à une clé HDMI Fire Stick 4K et Fire Stick classique de troisième génération. Histoire de se transformer en barre de son pour un téléviseur.

Le côté enceinte connectée joue ici à plein le rôle d’un cheval de Troie. L’acheteur réticent à faire entrer un assistant personnel à votre écoute en permanence pourra se laisser tenter par un engin qui propose avant tout un service audio. La partie assistance restant en arrière plan… dans un premier temps. A 199.99€, beaucoup pourraient se laisser tenter.

2019-09-26 13_20_24-minimachines.net

L’Echo classique passe à la troisième génération. 99.99€ pour ce nouveau modèle qui ne bouge pas beaucoup niveau design. On reste sur une couverture en tissu et un format classique pour ce genre d’appareil. Ce qui change se trouve à l’intérieur avec de nouveaux haut-parleurs compatibles Dolby Stéréo. On notera la bonne idée d’une prise jack auxiliaire configurable pour accueillir du son en provenance d’un engin externe ou pour diffuser vers une solution amplifiée. Sinon rien de neuf, si ce n’est que Amazon ment effrontément.

2019-09-26 13_21_21-minimachines.net

L’appareil n’est pas conçu pour protéger votre vie privée, il est conçu pour espionner votre vie privée et aménagé pour vous laisser la possibilité de vous prémunir de cette intrusion. Amazon a donc prévu des solutions pour empêcher l’appareil de vous écouter en permanence  et vous permettre de savoir  ce qui est remonté jusqu’à ses oreilles. C’est très différent.

2019-09-26 14_19_35-minimachines.net

L’Echo Dot se pare désormais d’une horloge frontale pour.. afficher l’heure. Le Dot, c’est le bébé de la famille Echo. Le plus petit et le plus discret. Le moins performant également. A 69.99€, il se présente souvent comme un accompagnateur de système Hifi ou comme un accessoire secondaire. Avec ce modèle Amazon cherche à glisser son système dans toutes les pièces. Comme une solution audio “sans les mains” dans la cuisine, dans les chambres, connecté à une chaîne Hifi via sa sortie jack audio mais il servira également désormais de réveil matin avec cette horloge affichée en façade.

2019-09-26 14_19_21-minimachines.net

Il suffira de lui glisser à quelle heure on doit se lever avant de tomber dans les bras de Morphée. Grand projet à développer, un détecteur de ronflements qui chuchoterait “Alexa” à l’oreille de l’appareil après chaque bruit émis par le dormeur. Histoire de remonter à Amazon vos borborygmes nasaux nuit après nuit plutôt que vos secrets.

Ces trois appareils constituent le gros de l’armada d’Amazon, le reste des annonces est plus original mais aussi bien plus ciblé. Des produits qui sont là pour tester de nouveaux marchés et probablement également pour faire parler de ces trois premières nouveautés.

2019-09-26 14_34_52-minimachines.net

Le Echo Glow est une lumière d’ambiance RGB qui vise les chambres d’enfant. Histoire d’habituer les bambins à cette merveilleuse nounou qu’est Alexa. L’objet n’est pas un assistant personnel, c’est une boule de plastique dépolie qui cache un système de LED RGB programmable que l’on pourra manipuler à la voix – L’Echo Glow est dépourvu d’interfaces – avec un assistant personnel ou un smartphone.

2019-09-26 14_36_29-minimachines.net

Du marketing déculpabilisant

On dira “Alexa, met une lumière douce pendant 30 minutes dans la chambre de Gwendolin” et l’appareil affichera la lumière 30 minutes avant de s’éteindre. comme ça, pas besoin de se lever du canapé pour aller coucher le petit. Si, en plus, on lui colle un Echo Dot dans sa chambre, il pourra tout seul demander une histoire à sa machine et donc on n’aura pas non plus à lire un truc nul tous les soirs. Alors, évidemment, l’enfant n’aura pas le même développement ni le même imaginaire, il ne créera pas les mêmes relations avec vous et le monde mais au moins, on aura du temps pour regarder Jack Ryan sur Amazon Prime. Et ça, ça n’a pas de prix.

L’Echo Glow n’est pas encore dispo en France, aux US il est tout de même vendu 29.99$. Ça fait cher l’ESP32, le plastique et la LED RGB mais passons.

2019-09-26 14_41_13-minimachines.net

Echo Flex est plus intéressant, il s’agit d’une prise électrique qui  fait enceinte connectée. En gros, au lieu d’occuper une prise avec un adaptateur secteur qui se branche à une enceinte Alexa avec au moins un son correct que l’on peut poser partout au bout de son fil, on choisit d’occuper une prise avec un appareil qui sera au raz du sol. Chacun son délire, je ne juge personne mais je vois pas trop trop l’intérêt. Il sera possible de connecter une sortie audio sur  jack pour alimenter une chaîne Hifi… tout comme avec un Dot. Amazon met en avant un tarif attractif et une fonction d’interphone qui permet de communiquer d’un Echo Flex à un autre appareil Echo. On est bien dans une stratégie de déploiement massif avec une enceinte connectée par chambre et l’exemple ci dessus est assez édifiant. Prévenir ses bambins par l’intermédiaire d’une machine que le goûter est prêt, c’est conditionner ses enfants à tout demander à la machine, même quelque chose que l’on devrait demander directement à ses parents.

2019-09-26 14_40_43-minimachines.net

En annonçant fluidifier les échanges dans la maison, le dispositif cloisonne en réalité. Il rend étanche chaque lieu, chaque pièce. Déshumanise les échanges et passe tout au travers d’un service externe à la cellule familiale. Je trouve cela très aliénant.

2019-09-26 14_46_52-minimachines.net

C’est vendu en France à 29.99€, tarif de base que l’on pourra combler avec des accessoires que l’on branchera en USB comme un détecteur de mouvements ou une veilleuse.

2019-09-26 15_02_04-minimachines.net

Viennent ensuite les délires du Turfu uniquement là pour faire parler d’Amazon dans les médias. Annoncer une énième génération d’assistant personnel n’a plus assez de brillant. Pour faire mousser la marque, il faut frapper les esprits. L’Echo Frame est donc une paire de lunettes connectées à la sauce Amazon. 

2019-09-26 15_03_11-minimachines.net

Outre le design sauce béton soviétique, les Echo Frame n’ont rien d’innovant. L’objet se relie sans fil à votre smartphone et peut également piloter un appareil Alexa. Il n’apporte rien de plus qu’une bête oreillette à 15 euros. On pourra en effet lui dicter des informations qui transiteront ensuit vers votre téléphone ou recevoir des messages depuis votre téléphone. Par contre, comme le son est issu de minuscules haut-parleurs situés dans ses grosses branches, le son sera bien plus mauvais qu’une bête oreillette à 15 euros.

On dirait qu’Amazon cherche a créer une race d’humains avec la capacité d’attention d’un enfant de 3 ans, la mémoire d’un poisson rouge et pas foutu de se souvenir de pourquoi ils ont acheté des fruits exotiques une heure avant en ouvrant leur sac de course.

Vendu 179.99$ mais uniquement sur invitation, l’objet n’a donc pas beaucoup d’intérêt. Ceux qui préfèrent une paire de lunettes plutôt qu’une oreillette ou simplement sortir son smartphone de sa poche seront conquis. Tous les 7.

2019-09-26 14_53_14-minimachines.net

Award Léonid Brejnev 1982 du meilleur design d’étui à lunettes 

On comprend qu’Amazon ne cherche pas spécialement à en vendre. Le système est déjà verrouillé à l’achat. Il s’agit surtout ici de tester un nouveau marché plus que de faire des profits.

2019-09-26 15_11_49-minimachines.net

Enfin, l’Echo Loop est un anneau. Un gros anneau pas très joli, vendu 129.99$ qui dispose d’un micro et d’une minuscule enceinte. Vous lui causez, il cause à votre smartphone, votre smartphone lui répond et il vous diffuse la réponse. Amazon est honnête en précisant qu’il faudra porter l’Echo Loop à votre oreille pour entendre quelque chose.

2019-09-26 15_14_28-minimachines.net

Un petit bouton situé à l’intérieur de la main sert à activer l’Echo Loop. Personne ne le pressera par mégarde en portant quelque chose histoire de vider la batterie pour rien au long de la journée. L’objet se recharge via une base dédiée sans fil et Amazon annonce une autonomie d’une journée d’usages courts. Autrement dit, quelques heures d’usage réel. 

2019-09-26 15_12_10-minimachines.net

Ah ah ah ah, ça y’est je peux mourir.

Est-ce que cela à du sens ? Non. C’est ni utile, ni joli, ni pratique. Ça ne sert absolument à rien. Et ça coûte le prix d’une montre connectée plus performante capable de tenir des semaines entre deux recharge, qui affiche l’heure et suit votre forme physique. Qui va acheter ça ? Personne. Là encore c’est sur invitation uniquement et sans date de commercialisation précise.

2019-09-26 15_15_46-minimachines.net

Je vois mal l’intérêt de ce produit dans un scénario réel. On ne l’entendra pas dans la rue, il faudra trimbaler un accessoire de recharge dédié en cas de départ sur 2 jours et même si tout fonctionne bien, l’objet n’apporte pas plus à l’utilisateur qu’une oreillette, une montre, un bracelet connecté ou un smartphone. Un Mi Band 4 de Xiaomi se négocie à moins de 25€ et apportera plus de services et d’autonomie que ce truc. 

Bref, Amazon annonce trois produits dans la directe ligne de ses modèles précédents. Deux mises à jour avec les Dot et Echo classiques et une évolution avec l’Echo Studio. Le reste est la pour épater la galerie.

 

 

 

 

 

L’Echosystème Amazon s’étend avec 8 “nouveautés” © MiniMachines.net. 2019

L’ADB qui n’en est pas un de l’Apple Scanner

Par Pierre Dandumont

En faisant une recherche sur du vieux matériel, je suis tombé sur la page Wikipedia de l’Apple Scanner, le premier scanner d’Apple. Elle indique qu’il se connecte en SCSI ou avec de l’ADB, ce qui m’a étonné.

L’ADB a servi essentiellement pour les claviers et les souris, et de temps en temps pour des accessoires différents (comme un modem) mais le débit très faible dans ce cas limite franchement. Pour un scanner, qui transmet forcément beaucoup de données, l’ADB semble peu adapté. Du coup, j’ai effectué quelques recherches. Premièrement, on trouve l’information sur Wikipedia (dans plusieurs langues), mais sans sources. La seule référence ne parle pas de l’interface. Ensuite, j’ai cherché la fiche technique, qui n’indique pas la présence de l’ADB, uniquement du SCSI.

Sur cette page, on trouve bien une prise mini DIN, avec une légende qui indique “ADB & SCSI port. Security connector“. Mais l’image ne montre pas un port ADB. Le nombre de broches (8) implique plutôt un connecteur série. Dans le monde Apple, la confusion est courante : l’ADB (4 broches), le série (8 broches), le Geoport (9 broches) et le LocalTalk (3 broches) utilisent la même forme de prise, le mini DIN.

Ce n’est pas de l’ADB

Sur le même site, on trouve le manuel technique de l’Apple Scanner, qui montre bien la présence de la prise mini DIN, mais avec un énigmatique “Not Used“. Je suppose qu’Apple avait prévu soit la possibilité de partager le scanner en LocalTalk, soit la possibilité de le relier en série sur les anciens Mac, mais que cette option a été abandonnée. Pour rappel, le bus SCSI (première génération) permet des débits de l’ordre de 40 Mb/s (bon, en pratique nettement moins sur un Mac de l’époque, mais ça donne un ordre de grandeur) et le bus série atteint dans le meilleur des cas 230 kb/s sans horloge externe (et souvent pas plus de 56 kb/s dans les vieux Mac).

Not Used

La conclusion de tout ça ? Wikipedia peut se tromper et la vérification n’est pas une option, même s’il faut être franc : c’est globalement fiable. Et le premier scanner Apple n’a pas d’ADB. Par ailleurs, les suivants ne possèdent évidemment pas non plus d’ADB, mais n’ont pas non plus de connecteur série inutilisé.

Trucs à vendre

Par Pierre Dandumont

Vu que je déménage et que j’ai vraiment trop de trucs chez moi, je vends quelques objets. La page sera peut-être modifié au fil du temps (et des ventes), certains trucs sont sur des forums, sur eBay, LeBonCoin, etc.

Si ça vous intéresse : contactez-moi.

Note : la page est un peu différente de la précédente, je visais les gens qui me suivent sur Twitter.

Dans l’idéal, je préfère une remise en direct (Paris 19e ou chez moi, contactez-moi). Pour un envoi, on peut essayer au cas par cas.

———– D-VHS ———–

Trois cassettes D-VHS japonaises enregistrables. Une 360 et deux 300. Elles contiennent des trucs japonais. 15 € les trois (ou une offre valable).




———– D-VHS Independence Day ———–

Cassette vidéo numérique D-Theater (D-VHS), Independence Day. 1080i. 40 €.



———– Lot de CD-ROM japonais ———–

Un tas de CD-ROM japonais. En lot : 24 €. 48 disques, un peu de tout (voir photos).










———– Clavier japonais PS/2———–

Un clavier japonais PS/2, de marque Fujitsu, avec touches multimédias. 5 €.

———– Scanner à main Omniscan ———–

Un scanner à main Omniscan, avec son boitier SCSI et son alimentation. Pas de pilotes ni de disques ou disquettes. 20 €.


———– Rack MIDI Opcode Studio 4 ———–

Un rack MIDI pour les vieux Mac, avec des entrées et sorties MIDI et des prises séries. Avec les manuels et l’alimentation. 50 €.



———– Pioneer PD-707V ———–

Un lecteur de CD Video (les LaserDisc de 12 cm) et de CD Audio. Version japonaise (NTSC, nécessite du 110 V), sans télécommande.


Le mystère résolu du MouseStick de chez Gravis

Par Pierre Dandumont

J’en parlais il y a un an, j’ai un MouseStick de chez Gravis qui ne fonctionnait pas, comme la majorité de ceux que j’ai pu voir sur le Net, en réalité. Mais Mu0n a décidé de chercher le problème et il a trouvé.

Vous trouverez ses commentaires et explications sur les commentaires du premier sujet, et sur un forum. Mais en résumé, le joystick fournit des données avec une photodiodes et le temps réduit l’efficacité du système. Il faut donc jouer avec des potentiomètres qui se trouvent sur le PCB pour obtenir un signal suffisant (je résume). J’ai testé sur le mien, et de fait : en réduisant la résistance, à un moment, on obtient un mouvement.

Le joystick


Les potars

Après, la mauvaise nouvelle, c’est que ça reste un peu limite. Dans mon cas, le mouvement fonctionne… tant qu’on ne va pas trop loin sur le joystick. Si je vais à fond dans une direction, c’est la direction inverse qui s’active, sûrement en partie parce que j’ai réglé les potentiomètres sans mesurer exactement les tensions. L’autre problème, lié au fonctionnement du joystick, c’est qu’il faut installer les pilotes sous Mac OS. J’avait un peu expliqué le fonctionnement, mais en gros l’ADB ne propose pas véritablement de prise en charge des joystick et ce modèle émule une souris. Et le pilote dispose d’un auto-centrage qui va permettre de simuler vaguement un joystick qui revient à sa place. C’est franchement loin d’être parfait sur un écran avec une définition élevée pour l’époque, mais ça fonctionne correctement sur un moniteur en 640 x 480. Sur un Mac moderne sans les pilotes, c’est forcément bizarre : la souris bouge de façon erratique et ne s’arrête pas dans certains cas. Mais bon, pour les jeux compatibles de l’époque, c’était visiblement assez efficace. Mais je préfère tout de même mon SideWinder.

En tout cas, merci Mu0n d’avoir réglé ce mystère.

Test des ampoules Hue Filament

Par Pierre Dandumont

Récemment, Signify (Philips) a lancé des ampoules Hue « filament ». Il ne s’agit pas de vraies lampes à incandescence, mais d’ampoules à LED qui essayent de singer les anciennes lampes. Le résultat est plutôt sympathique si on aime le vintage, avec quelques limites tout de même.

Il en existe trois différentes : la ST64 « Edison » (25 €), la A60 « Filament » (20 €) et la G93 « Globe » (30 €). Pour le moment, elles sont plus onéreuses que ça, sauf chez le fabricant, mais ce sont les prix publics. J’ai testé une G93 (une sombre histoire d’erreur de commande m’a empêche d’avoir une Edison).

Techniquement, ce sont des Hue blanche (donc sans réglage de la couleur) en E27, avec ZigBee et Bluetooth. Bon, le Bluetooth n’a pas tellement d’intérêt, mais il est présent, c’est toujours ça. Parlons d’abord chiffres : la consommation est de 7 W (9 W sur une blanche classique), avec une luminosité assez faible dans l’absolu, 550 lumens (806 sur une blanche). La température de couleur annoncée est de 2 100 K (flamme, contre 2 700 K sur les classiques) et la durée de vie plus faibles que les versions standards : 15 000 h vs. 25 000 heures. En pratique, l’ampoule « Globe » est surtout (beaucoup) plus grosses que la Hue classique.

Hue vs. Hue

Visuellement, c’est convaincant une fois allumé avec une luminosité à 75 % ou plus. En-dessous, on voir directement l’astuce : la lampe contient une sorte de bandeau de LED qui prend la forme du filament d’antan. En faible luminosité, si on est proche, l’effet est super visible, on voit la structure du bandeau. Une fois éteinte, c’est pire : le bandeau est orange. A noter que l’ampoule scintille pas mal une fois à fond, aussi, c’est très visible quand on filme. Le verre est aussi un peu teinté, ce qui donne un effet vintage intéressant.

Eteinte, on voit bien la bande orange


5 % : on voit la structure


75 % et plus : ça fait illusion

A l’usage, pas grand chose à dire. Une fois que vous avez un support qui accepte le globe (ça peut bloquer, vu sa taille), elle fonctionne comme n’importe quelle Hue. On a accès à HomeKit (avec un pont), et on peut régler la luminosité (et c’est tout). C’est joli, un peu cher, et moins lumineux qu’une ampoule classique. Et si vous aimez le support vintage, c’est ce modèle. Les ampoule Hue supportent normalement le dimmer, même si le mien a été modifié pour l’enlever (je l’utilisais avec une ampoule qui ne prenait pas ça en charge).

Pas de réglage de la température de couleur


Elle scintille à fond

Une nouvelle Pippin découverte : la PA-82001-S

Par Pierre Dandumont

La Pippin, vu sa rareté et son flop (quelques dizaines de milliers de consolles vendues), amène parfois des découvertes intéressantes. Récemment, une nouvelle variante a été découverte.

Il existe plusieurs versions de la Pippin. Au Etats-Unis, c’est la PW-10001 qui a été distribuée (Pippin @World). Au Japon, on trouve la PA-82001, en beige ou en noir. Et la KMP 2000 (Katz Media) en Europe. Et la nouvelle porte le nom de PA-82001-S.

Cette version ressemble à une console du commerce visuellement, avec les marquages standards, mais on trouve visiblement un peu d’adhésif cuivré sur certains composants. En fait, la principale différence entre cette version -S et la classique vient de la ROM. La version -S contient visiblement une ROM de développement, la même que celle de ma console Power Player. un des points intéressants de cette ROM est bien évidemment la possibilité de démarrer sur un disque dur SCSI.

Les images qui suivent viennent de chez RetroStuff.




Visiblement, une console de ce type a été vendue cette année au Japon, aussi.


Je n’ai plus qu’à en trouver une pour le Full Set…

Piper Computer Kit 2 : Un PC en kit autour d’une Raspberry Pi3

Par Pierre Lecourt

Le Piper Computer Kit 2 est un engin original à destination des néophytes en informatique et en électronique. L’idée de base est de construire un PC avec une carte de développement Raspberry Pi mais d’aller au delà des usages classiques de ce type de machine.

Le format du Piper Computer Kit 2 est original même si il reprend largement les codes de la première version et fait immédiatement penser à l’univers des bornes d’arcade maison.

2019-09-25 16_17_22-minimachines.net

Le Kit tel que livré

L’engin est livré à monter avec des panneaux en bois, découpés au laser, pour être assemblés afin de devenir un châssis. On y intégrera l’écran de 9 pouces livré qui est un 1024 x 1600 pixels très classique.

piper-v2_13

Le plan de montage 

On y fixera la carte Raspberry Pi de son choix et on alimentera le tout avec une batterie 9000 mAh assez impressionnante. Tout se branche via des câbles livrés, le travail d’assemblage est à la portée d’un enfant avec la supervision d’un adulte et le risque de faire une erreur ou de rater la construction est quasi nul.

2019-09-25 16_16_59-minimachines.net
Une fois terminée, la boite du Piper Computer Kit 2 peut se refermer pour protéger les éléments embarqués. Elle présente également quelques particularités.  Si un jeu Minecraft Rapsberry Pi édition est mis en avant par les concepteurs, c’est probablement plus comme une récompense immédiate à la réussite de l’assemblage de l’engin. On pourra connecter un clavier et une souris à la machine et lancer une partie pour voir que tout fonctionne.

2019-09-25 16_47_56-minimachines.net

Mais l’objectif à moyen et long terme est différent pour le constructeur du projet. Le Piper Computer Kit 2 présente en effet des petites particularités. Sa carte Raspberry Pi n’est pas cachée dans les entrailles de l’engin mais reste au contraire très mise en avant par la solution. La volonté des créateurs du projet est de faire passer l’apprentissage du code et de l’électronique au premier plan des activités possibles avec cet engin.

2019-09-25 16_47_32-minimachines.net

Un logiciel baptisé PiperCode est livré avec l’engin pour débuter cet enseignement en douceur. Des LEDs, buzzers, boutons et autres composants sont également livrés pour débuter des projets. Bien entendu, il sera possible de faire évoluer sa solution avec des solutions logicielles plus classiques comme Scratch ou Python par la suite.

Proposé à 299$ aux US le Piper Computer Kit 2 vient remplacer le Piper Computer Kit premier du nom encore disponible en France chez Amazon à un prix malheureusement bien trop élevé

Source : Liliputing

Piper Computer Kit 2 : Un PC en kit autour d’une Raspberry Pi3 © MiniMachines.net. 2019

La 2DC : une Dreamcast portable impressionnante

Par Pierre Lecourt

Rendre une Dreamcast portable c’est avant tout un exercice d’auto apprentissage. Cette 2DC est un bon exemple de hack pour le plaisir de transformer un engin un peu désuet en une solution modernisée. Il existe désormais des logiciels d’émulation de Dreamcast très compétents sur tout type de machines dont beaucoup de solutions mobiles mais l’intérêt est ici dans le chemin pour parvenir au but plus que dans le résultat lui même.

La console Dreamcast Portable 2DC est construite autour d’un écran 3.5″ basse définition en 320 x 240 pixels et d’une véritable carte mère de Dreamcast adaptée pour tenir dans une boite imprimée en 3D. On retrouve également tous les ingrédients nécessaires à son alimentation dont un système de recharge basé sur un port USB Type-C et une alimentation de 5000 mAh. Des enceintes ont également été intégrées et les éléments de contrôles ajoutées sur le haut du châssis.

2019-09-25 10_49_07-minimachines.net

La 2DC n’émule donc rien, il ne s’agit pas d’une énième solution basé sur une Raspberry Pi émulant le système de Sega. Solution qui a beaucoup d’avantages en terme de consommation, de possibilités et de compacité évidemment. Mais ici le choix de proposer une véritable carte mère de Dreamcast fait que le système est celui d’origine et qu’il tournera de la même manière.

Seule concession logique au fonctionnement “naturel” de la Dreamcast, l’alimentation en jeux de l’ensemble. La 2DC emploie évidemment une solution de ROMs pour fournir du contenu à son engin, il était difficile de confier la tâche à des solutions optiques et de glisser un disque dans l’objet. Trop gourmand et fragile, le format n’était pas adapté à une solution portable. Les images de jeux sont donc stockées sur une carte MicroSD. L’auteur du mod a également dessiné et programmé une carte permettant à la Dreamcast Portable de recevoir les données de cette carte externe au système. Un travail assez impressionnant.

2019-09-25 10_49_48-minimachines.net

L’autonomie n’est de toutes façons pas merveilleuse, c’était à prévoir puisque la carte mère a été pensée comme un engin sédentaire relié au secteur. La console 2DC offre 2 heures d’autonomie selon son créateur et reste assez épaisse et encombrante. Encore une fois, l’important ce n’est pas la réalisation de l’objet mais le parcours et ce que l’on en retire pour parvenir à ses fins.

2019-09-25 10_50_03-minimachines.net

3 cm d’épaisseur tout de même

 

La 2DC : une Dreamcast portable impressionnante © MiniMachines.net. 2019

Les bons Plans du Jour : 24/09/2019

Par Pierre Lecourt

La machine d’illustration est un Compaq 286 de 1983 qui fait tourner Astroneer.

Les bons Plans du Jour : 24/09/2019 © MiniMachines.net. 2019

L’Etat veut mieux taxer la TVA dans le e-commerce

Par Pierre Lecourt

Après une visite chez Amazon, le Ministre a déclaré vouloir mettre en place une mesure visant à mieux percevoir la TVA issue des places de marché permettant à des sociétés étrangères de vendre sur le territoire français. Une mesure qui pourrait permettre de mieux percevoir cette taxe obligatoire de 20% qui fait vivre en grande partie le pays.

Nous allons mettre en place de nouvelles mesures de lutte contre la fraude à la TVA en matière de e-commerce.

👉 Des actions fortes pour mettre fin à la concurrence déloyale et valoriser les entreprises qui respectent les règles.#19hRuthElkrief pic.twitter.com/oDExqhifmy

— Gérald DARMANIN (@GDarmanin) September 23, 2019

L’idée du ministère est simple, obliger les plateformes de e-commerce à vérifier le bon paiement de la TVA de tous les produits vendus par des entreprises au travers de leurs pages quand elles sont situées en dehors de l’union européenne. Un site marchand Ouzbèke qui proposerait des produits sur une marketplace Française pour un client français devrait donc payer de la TVA sur chaque produit afin que les Marketplace acceptent leurs produits. Proposer un produit sans aucune trace de TVA serait donc une rupture de contrat. Toutes les plateformes Françaises seraient concernées.

La France veut s’inspirer de ce qu’on fait nos amis du Royaume Uni qui vivent sur une île ne faisant pas partie de l’espace Schengen de libre circulation des biens en Europe. Une idée géographico-politique des plus pertinentes donc. 

Chez nos voisins Anglais, les entreprises plateformes de e-commerce comme les centre logistiques ont pour obligation de vérifier la bonne perception de la TVA de tous ceux qui transitent par leurs services. Pas de TVA, pas de possibilité de vendre sur Amazon.uk ou de stocker dans un entrepôt local pour une entreprise basée ailleurs. 

2019-09-24 15_50_15-minimachines.net

La photo de profil de Gérald sur Twitter

Gérald Darmanin, ayant appris que cette idée permettait à nos voisins d’engranger 200 millions par an, s’est dit que ce serait une bonne idée de faire la même chose chez nous. Il va donc proposer une “mesure” pour mettre en place un système équivalent dans notre pays qui n’est pas une île et qui fait partie de l’espace Schengen.

Cette “mesure” devrait être mise en place en 2021 même si le flou artistique autour de ce terme laisse envisager des milliers de possibilités techniques et légales. Comment le gouvernement veut t-il faire passer cette mesure ? Comment fonctionnera t-elle ? On n’en sait rien. Le Ministre annonce intégrer cette idée dans son projet de Loi de finance 2020 pour une perception dès le premier janvier 2021.

pompierHT

La TVA c’est nul

Pour commencer, faisons le point sur la TVA. C’est une taxe importante dans le fonctionnement de notre pays. Sans cette taxe on peut dire adieu à tout notre système actuel : écoles, hôpitaux, système de soins, justice, routes, recherche, etc. Sans TVA, l’état s’effondre. Il est donc important que l’état continue de percevoir cette taxe.

Que le système de TVA ne soit pas parfait parce qu’il impacte plus les ménages les plus pauvres est un autre débat, le fonctionnement de notre système ne peut se passer de cette taxe. Faire sauter la TVA ce serait la fin du public. Il faudrait donc payer directement tous les services à des entités privées quand on en aurait besoin : Coller un péage sur chaque route, payer sa chambre d’hôpital au vrai prix d’une chambre d’hôpital et assumer le fonctionnement et les salaires en direct de l’école, des pompiers… etc. Quand on voit le fonctionnement des US, par exemple, où un traitement anti cancer se rapproche du million de dollars de facture ou les emprunts nécessaires au passage à l’université, je ne suis pas sûr de vouloir de ce modèle.

Pas de débat pour ma part donc, payer la TVA c’est important et nécessaire.

2019-09-24 16_06_24-minimachines.net

Le stock Amazon de Lauwin-Planque et une partie de ses 90000 m²

Taxer la TVA via les Marketplace est-ce une bonne idée ?

Soyons très clair, c’est une très mauvaise idée. En fait ce n’est pas une bonne ou une mauvaise idée, disons qu’elle sera tout simplement négative pour tous et inefficace pour l’état.

Il faut bien comprendre ce qui est proposé ici. Pourquoi la TVA n’est t-elle pas perçue sur ces produits en marketplace aujourd’hui ? Parce que l’état ne se donne pas les moyens de contrôler les produits qui entrent sur le territoire.

Comme l’état ne compte pas dépenser plus d’argent pour mieux contrôler les importations dans le pays en payant plus d’agents des douanes ou en développant des services de contrôle plus modernes, il cherche à faire basculer cette tâche à des acteurs privés. Qui d’autres de mieux que les marketplace pour le faire ?

En déléguant à ces acteurs privés ce travail public de collecte de la TVA, l’état espère gagner sur les deux tableaux : Récolter plus d’argent sans assumer de salaires supplémentaires ni investir dans de nouveaux équipements.

2019-09-24 16_08_48-minimachines.net

Un entrepôt Cdiscount

Tout cela ne peut pas fonctionner sans impacts lourds sur le système actuel. Les Marketplaces vont devoir développer des outils et payer des salariés pour assumer à la place de l’état ce rôle de percepteur. Or ces coûts vont devoir  être épongés d’une manière ou d’une autre par ces entités. Ne pouvant pas ponctionner autre chose que les clients, ce sont donc les particuliers qui vont payer le fonctionnement de la mise en place de ce système.

Prenons le cas d’Amazon par exemple. Le site propose une place de marché qui accueille des centaines de revendeurs situés en dehors de l’union européenne. Pour que cette place de marché continue d’exister après le passage d’une telle mesure, il faudrait donc des gens qui s’assurent que des milliers de revendeurs se sont bien acquittés de la TVA. Développer des outils logiciels et les maintenir. Tout cela aura un impact sur toute la plateforme et donc sur les prix des produits.

Un particulier qui achètera un produit fabriqué en France et payant la TVA sera donc ponctionné comme les autres pour faire fonctionner un système de contrôle de la TVA qui ne le concerne pas. Il faudra également des agents de l’état pour surveiller que les plateformes exécutent bien la mesure techniquement. Ces agents là auront également un coût pour l’état.

2019-09-24 16_10_32-minimachines.net

Que va t-il se passer en pratique ?

Les prix de certains produits expédiés depuis des pays en dehors de l’Union européenne sur ces marketplaces vont augmenter. C’est simple et logique. Mais les prix globaux de tous les produits vont être impactés également par la mesure. Ne comptez pas sur les plateformes pour encaisser les coûts inhérents à la mise en place de la mesure sur leurs bénéfices.

On peut également se demander dans quelle mesure les plateformes joueront le jeu de la surveillance généralisée de leurs revendeurs. On se souvient des mesures d’auto déclaration des boutiques en ligne concernant la taxe sur les médias et les nombreux procès intentés par l’état pour le non paiement des sommes dues sur les DVD vierges par exemple. La tentation de ne pas tout contrôler pour continuer à maintenir leur chiffre d’affaires sera grande pour certains.

Pour certains marchands, le jeu n’en vaudra plus chandelle et ils déserteront donc ces plateformes. D’autres augmenteront leurs tarifs tout simplement.

2019-09-24 16_13_19-minimachines.net

L’ouverture du AliExpress Plaza à Madrid a connu un certain succès

L’effet pervers de cette mesure

Il y a 5 ans encore, la mesure aurait eu du sens. Le grand public ne connaissait que les plateformes de e-commerce françaises traditionnelles : Amazon, CDiscount, RueduCommerce… Aujourd’hui la donne a changé. 

AliExpress et autres magasins en ligne en direct d’Asie ou d’ailleurs qui abritent d’autres commerçants ont pignon sur rue. Beaucoup d’acheteurs qui avaient des craintes à commander chez des commerçants en ligne situés à l’autre bout de la planète n’ont plus les mêmes craintes. Les achats se font donc sur de grandes distances.

La mesure envisagée par Gérald Darmanin ne les concerne pas. L’état français ne peut pas exiger qu’une plateforme à Hong-Kong ou à Sydney s’assure que les ventes en France soient bien taxées. Du coup les revendeurs qui passaient avant par Amazon ou CDiscount vont aller grossir les rangs des vendeurs présents sur AliExpress. Pour être franc, ils sont déjà présents sur les deux plateformes. Beaucoup de ces “revendeurs” sur Amazon par exemple, profitaient juste de l’opportunité de l’image de l’enseigne en France en déposant des palettes de produits dans ses entrepôts. Ils ne fabriquaient rien, se contenant de demander à une usine en Chine de livrer un entrepôt en France. Et de laisser au logisticien Amazon de s’assurer de toute la partie pratique. Ils empochaient simplement la marge qu’ils avaient décidé sur leurs ventes. On avait expliqué tout ça dans le billet sur le gaspillage pratiqué par Amazon en Janvier dernier.

Les clients qui vont acheter sur un magasin en ligne en dehors des frontières européennes, que ce soit Alibaba, Gearbest, Geekbuying ou d’autres… ne seront donc pas impactés par cette mesure. Leurs colis sont soumis à la TVA mais le fait de “privatiser” le contrôle de celle-ci assure qu’à l’avenir les agents de contrôle public n’auront pas plus de moyens de vérification.

Si votre colis transite par un pays frontalier de l’espace Schengen, il y a très peu de chances qu’il soit contrôlé en France. Comme les principaux entrepôts de stockage des routes de commerce en provenance d’Asie transitent par des pays Européens avant d’être injectés dans les systèmes de livraisons locaux, la quasi totalité des colis échappent à toute TVA.

Si votre colis vient en train jusqu’en Pologne où les contrôles sont très flous, puis qu’ils se dirige via un container vers un centre postal pour être intégré à la masse de colis du pays, les chances de voir une TVA acquittée sont de l’ordre du zéro. Il faut que vous passiez par un transporteur privé, qui a tout intérêt à déclarer de la TVA forfaitaire afin de générer des frais de gestion qui lui serviront de marge, pour avoir une chance de payer une taxe.

Il peut bien sur arriver qu’un colis passant par le système postal soit taxé en arrivant en France mais c’est très rare dans le circuit logistique actuel.

2019-09-24 16_14_39-minimachines.net

Les marchands devraient pourtant tous facturer la TVA !

Oui et non. Quand vous achetez un produit en France, le marchand à l’obligation de vous faire payer la TVA et c’est tout à fait normal comme expliqué plus haut. Mais quand vous importez un produit via un marchand situé hors de France, c’est à vous de la payer et de faire sa déclaration. Ce n’est pas le rôle du marchand de connaitre toutes les règles de taxes de tous les pays du monde. Lui exporte le produit et c’est vous en tant qu’importateur de vous conformer à la loi. Vous pouvez d’ailleurs souvent choisir un transporteur qui jouera ce rôle de dédouanement et s’acquittera en amont de la TVA que vous lui rembourserez après. Avec un petit bonus de frais de gestion au passage.

Le marchand a, par contre, une obligation de déclaration des produits emballés : La nature de ces produit et leur valeur réelle. Pendant longtemps certains marchands jouaient sur ce tableau en indiquant des prix fantaisistes correspondant à une fraction du coût réel de l’objet. Un ordinateur à 500€ devenait un “gadget” à 35€ et passait donc sous les radars des contrôles de Douane. Certains produits commercialisés étaient indiqués comme étant des cadeaux ou des produits non facturés. En cas d’enquête sur le colis et à la découverte d’une fraude manifeste, cela pouvait coûter cher mais la plupart du temps cela passait sans soucis. 

Mais une fois que vous commandez sur un site étranger un produit, vous êtes responsable de l’acquittement de la TVA de ce produit à réception. Soit par vous même, soit via le transporteur que vous choisissez. C’est donc à vous de payer et ce devrait être à vous de contacter les services des douanes pour indiquer que votre colis n’a pas été dûment taxé…

Evidemment, rares sont les personnes à pratiquer ce genre de démarches. Comme rares sont celles qui contactent la police pour signaler qu’elles ont fait une petite pointe de vitesse, grillé un feu ou mordu une ligne blanche…

Le souci vient du manque de moyen de l’état pour vérifier la perception de cette TVA à l’importation dans le système actuel. Un manque de personnel et de moyens. Les agences des douanes restent taillées pour gérer un système traditionnel. C’est à dire un monde ou une usine quelque part dans le monde livre des palettes à un grossiste en France qui va livrer des revendeurs pour fournir des clients. Un schéma simple où l’on contrôle un unique container de 1500 produits identiques dûment répertoriés et facilement traçables. Un schéma où l’administration n’a que peu d’interlocuteurs.

Mais aujourd’hui le système est direct. Il n’y a plus un container avec 1500 produits pour 1 acheteur à surveiller. Mais 1500 acheteurs qui commandent 1500 produits emballés individuellement à l’autre bout de la planète. Sans de nouveaux moyens de surveillance et de taxation de ces colis, il n’y a aucune chance qu’ils soient taxés.

Et ce qu’annonce le ministre indique une chose assez claire, le gouvernement ne compte pas injecter de fonds pour mieux surveiller ce trafic. Préférant déléguer une partie de ce travail d’état à des acteurs privés comme Amazon, Rakuten ou Cdiscount…

2019-09-24 15_30_36-minimachines.net

Le magasin AliEpress de Madrid

Il va donc y avoir une dérive des places de marché. Les sites Français vont se faire déserter par les revendeurs en ligne étrangers qui iront se réfugier dans les bras accueillants d’AliExpress. La marque commence à ouvrir des structures en Europe… Des entrepôts et même un centre de SAV en France. Des boutiques également avec un premier centre commercial en Espagne… De quoi draguer lourdement tous les revendeurs attristés par la mesure gouvernementale.

2019-09-24 15_42_21-minimachines.net

Y a t-il une solution pour mieux percevoir la TVA à l’importation ?

La solution ? Embaucher des agents des douanes.1 Développer des outils techniques et surtout demander à tous les transporteurs de vérifier la présence d’un bordereau de taxes sur les colis entrant dans le pays. Dans le cas où la TVA ne serait pas perçue, appliquer soit une TVA à la valeur du produit, soit une TVA forfaitaire. Ce que pratiquent déjà certains transporteurs aujourd’hui.

C’est ce qu’il se passe dans certains pays comme la Suède. Mais il s’agit d’un modèle différent du notre avec un espace géographique et une population sans aucun rapport. C’est donc un modèle viable mais compliqué à mettre en place, onéreux et demandant une surveillance de fourmi de la part des autorités. La France n’est pas le pays le mieux placé pour mettre cela en route puisqu’elle est entourée de nombreuses frontières sans contrôle. Comment faire quand la route de l’Asie s’arrête en Pologne avant de voir les colis être injectés dans nos systèmes postaux au travers des Postes de pays voisins comme la Belgique, les Pays-bas, l’Angleterre ou l’Allemagne ?

Alibaba Group prépare depuis 2018 la construction d’un stockage de 220 000 M² dans l’aéroport de Liège en Belgique. 220 000 M² de stock qui seront injectés directement dans le flux postal Français en 2021. 

J’ai bien peur qu’à terme il n’y ait pas de solution, la libre circulation des bien entre les postes Polonaise ou Belge et la notre n’entend pas de contrôle de TVA systématique. Cette problématique ne va donc toucher que les produits importés vendus par les plateformes Françaises sans déranger le moins du monde les sites d’exportation…

L’Etat veut mieux taxer la TVA dans le e-commerce © MiniMachines.net. 2019

Beelink GT-King Pro : une TV Box sous Amlogic S922X-H

Par Pierre Lecourt

Cela faisait longtemps que je n’avais pas croisé une TV Box proposée à un tarif aussi élevé. La Beelink GT-King Pro est un dérivé du modèle classique – c’est à dire pas “pro” – qui vient, quant à elle, de passer juste sous les 100€.

2019-09-24 12_14_51-minimachines.net

Un boitier en métal mais une déco en carton

L’Amlogic S922X-H de cette nouvelle Beelink GT-King Pro est un SoC dans la lignée du S905 de la marque qui a équipé toute une génération de TV-Box. Parce que rapide et performant en décodage vidéo, bien supporté et capable de lire tout type de formats, le S905 a permis à la marque de se faire une place au panthéon des fabricants de puces les plus connus du grand public.

Le S922X-H aimerait bien prendre le relais avec plus de performances mais également de nouvelles fonctionnalités de décodage. Il s’agit d’un SoC composé de 6 coeurs et gravé en 12 nanomètres. Quatre coeurs Cortex-A73 cadencés à 1.8 GHz et deux Cortex-A53 à 1.9 GHz. Ce sont des créations ARM assemblées par Amlogic sans altérations du design originel de la marque. Associé à cette base, on retrouve un circuit ARM Mali-G52 MP6 qui offre de belles possibilité en terme de 3D. Il est compatible OpenGL ES 3.2 et Vulkan 1.0 avec une excellente prise en charge sous Android.

La partie vidéo est évidemment très soignée et c’est là que tout le travail d’Amlogic est concentré. Le VPU est un Amlogic Video Engine (AVE-10) qui offre un large éventail de compatibilités et de formats. La puce sait décoder des vidéos UltraHD en H.264/H.265 avec des compatibilités HDR, HDR10 et HDR10+ mais aussi en Dolby Vision et divers autres formats.

2019-09-24 12_01_28-minimachines.net

La puce sait parfaitement gérer des formats 4K à 60 images par seconde et seconde cette compétence avec une bonne prise en charge des fonctions audio : Gestion du DTS et du Dolby Audio par exemple. La solution propose deux DAC ESS 9108 pour gérer la stéréo ce qui rend la box compatible avec le format DTS Listen.

Pour piloter ce SoC, la Beelink GT-King Pro embarque un Android 9.0 épaulé par 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage eMMC. Un lecteur de cartes SDXC est également présent pour ajouter du stockage au coeur de la machine. Dommage que Beelink  n’ait pas proposé une prise en charge PCIe pour étendre le stockage de la solution, la puce Amlogic est pourtant compatible. Probablement une histoire de coût.

2019-09-24 12_00_42-minimachines.net

On retrouve un Wifi5, du Bluetooth 4.2 et une connectique assez complète : trois ports USB 3.0, un port USB 2.0 OTG, un Ethernet Gigabit, un port série, une sortie HDMI 2.0 avec gestion HDCP, et une sortie Jack audio. Difficile de comprendre ce choix d’un port série sur cette machine grand public d’autant que la marque a fait disparaitre la sortie audio numérique S/PDIF optique du modèle précédent qui aurait été bien plus utile ici. Pour profiter du son 7.1 de l’engin, il faudra donc compter sur la sortie HDMI.

2019-09-24 12_00_19-minimachines.net

La Beelink GT-King Pro est livrée avec une télécommande compatible avec les ordres vocaux pour piloter l’Android 9 fourni. On pourra donc piloter la TV Box de manière classique mais également lui dicter des ordres ou des recherches notamment avec des outils comme Kodi. A noter la présence d’un capteur infrarouge en façade pour piloter la TV-Box avec une télécommande externe.

A 127-130€, la TV-Box ne joue pas dans la même cour que les solutions entrée de gamme à 40€ habituelles, reste à savoir si ces composants, ce châssis en métal et autres fonctionnalités sont viables. Le soucis de ces box est souvent lié à leur qualité de mise à jour et à des détails importants comme la gestion des DRM qui les autorise – ou non – à exploiter des applications de streaming comme Netflix, Molotov ou autres. 

En attendant d’avoir cette info, et à moins que votre objectif ne soit pas la vidéo en streaming, la Beelink GT-King Pro est à observer avec plus de curiosité que d’intérêt véritable.

 

Beelink GT-King Pro : une TV Box sous Amlogic S922X-H © MiniMachines.net. 2019

PicoBox Z2-ATX-200 : Une alim 12V de 200W ultracompacte

Par Pierre Lecourt

Avec la Z2-ATX-200, PicoBox propose une solution ultra compacte capable de fournir assez d’énergie pour alimenter un système ATX peu gourmand et sans ventilation. Une solution particulièrement utile pour construire un PC de salon discret.

2019-09-23 12_49_35-minimachines.net

Dénuées de ventilation et occupant très peu de place, les alimentations Pico-ITX sont des broches ATX classiques se branchant directement sur une carte mère pour l’alimenter depuis un bloc secteur de type portable. La Z2-ATX-200 de PicoBox propose 200 watts pour une entrée en 12 volts seulement.

2019-09-23 12_46_09-minimachines.net

Un excellent rendement donc pour toutes les solutions ultra-compactes et surtout les châssis très fins et plats en low-profile. Pas besoin d’intégrer une alimentation interne ventilée, ce type de système DC/DC est bien plus pertinent au sein de ce type de minimachines qu’une soufflerie AC/DC classique.

2019-09-23 12_49_35-minimachines.net

La PicoBox Z2-ATX-200 mesure 56 mm de large sur 27 mm de haut pour des caractéristiques sobres mais suffisantes. Le port jack est un classique 5.5 mm x 2.5 mm et la solution permet d’alimenter deux ports SATA. 

2019-09-23 12_49_44-minimachines.net

A noter la très grande facilité d’intégration de ce type de solution. On peut aisément couper le câble d’alimentation qui déporte le jack de la prise ATX pour l’agrandir ou le raccourcir suivant ses besoins.

Cela rend le format parfait pour les montages exotiques, les minuscules boîtiers comme le SilverStone VT01 ( désormais disponible à 32€) mais aussi les solutions en longueur ou en profondeur comme les formats HiFi. En raccourcissant le câble, on pourra également déporter l’alimentation électrique en façade, par exemple, ce qui peut être très utile pour certains montages professionnels ou industriels.

Annoncé à 23$ pièce, l’objet n’est pas encore en vente mais ne devrait plus tarder. A noter que les frais de port sont offerts par la marque si vous  commandez pour plus de 100$ de matériel sur leur site.

PicoBox Z2-ATX-200 : Une alim 12V de 200W ultracompacte © MiniMachines.net. 2019

Le Lenovo Chromebook S345-14 tourne sous AMD A6

Par Pierre Lecourt

Sans tambour ni trompettes encore une fois, un engin sous ChromeOS sous processeur AMD fait son chemin sur le marché. Le Chromebook S345-14 de Lenovo est un 14″ très classique qui se différencie surtout par son processeur.

Chromebook S345-14

Le Acer Chromebook 315 annoncé en Janvier dernier  proposait déjà deux puces AMD pour le marché US. Lenovo reprend la recette, un poil plus cher mais avec des finitions plus haut de gamme. La machine d’Acer visait un segment très entrée de gamme avec des bordures d’écran assez épaisses. Son 15.6″ tourne sous processeurs AMD A4-9120C et A6-9220C. But du jeu pour la marque, avoir un engin sous les 280$ pour toucher le marché éducatif aux US.

2019-09-23 12_17_14-minimachines.net

L’engin à 329$ chez BestBuy

Lenovo relève le niveau avec son Chromebook S345-14 plus calibré pour une offre grand public. Vendu un plus cher, 329$, ce 14″ tactile IPS FullHD propose des bordures fines et un encombrement plus contenu.

Chromebook S345-14

Le châssis de l’engin est en aluminium et il peut s’ouvrir à plat grâce à une charnière à 180°. Si son processeur AMD A6-9220 n’est franchement pas le plus performant du marché, il sera cependant suffisant pour les tâches classiques demandées à un engin sous ChromeOS.

Chromebook S345-14

Avec 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, soit l’équivalent de ce que propose n’importe quel smartphone entrée de gamme aujourd’hui, l’engin est dans la logique des Chromebooks qui cherchent à déporter le maximum de leurs données en ligne.

Chromebook S345-14

A noter tout de même la présence d’un lecteur de cartes MicroSDXC sur la tranche de l’engin. Pour se connecter, le Chromebook S345-14 proposera un Wifi5 mais pas de port Ethernet, il faudra se contenter d’un adaptateur pour profiter d’un réseau filaire.

Chromebook S345-14

L’engin propose une connectique standard avec deux port USB 3.1 Type-C Gen1, deux ports USB 3.1 Type-A et un port jack 3.5 mm casque et micro.

Chromebook S345-14

L’engin semble être une version AMD du Chromebook S340-14 présenté à l’IFA et qui tourne sous Intel Celeron N4000. La différence entre les deux modèles est évidemment technique mais également marketing. Si le modèle Intel a eu droit à une présentation et un communiqué de presse pendant le salon de Berlin, la version AMD appairait plutôt en catimini…

Source Aboutchromebooks

Le Lenovo Chromebook S345-14 tourne sous AMD A6 © MiniMachines.net. 2019

❌