Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 11 décembre 2019Hardware

Le Xiaomi RedmiBook 13 passe sous Intel Comet Lake

Par Pierre Lecourt

Le fabricant Chinois met à jour son portable 13.3″ Xiaomi RedmiBook 13 avec un passage vers les nouvelles puces Intel Comet Lake-U. On retrouve trois nouveaux modèles déclinés autour de ce châssis de la taille d’une feuille de papier A4.

2019-12-11 12_19_02-minimachines.net

Les engins seront mis en vente dès le 12 Décembre en Chine avec 3 déclinaisons annoncées :

Le premier embarquera un Core i5-10210U, un quadruple coeur et octuple Threads avec 6 Mo de mémoire cache et des fréquences oscillant entre 1.6 et 4.2 GHz. Avec un TDP de 15 watts il propose un circuit graphique Intel UHD. Il sera associé à 8 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage SSD. Il emploiera son chipset graphique interne et sera commercialisé à 4199 Yuans soit environ 540 €.

Le second modèle proposera le même Core i5-10210U et les mêmes stockages et mémoire vive mais proposera un circuit graphique Nvidia GeForce MX250 externe  associé à 2Go de mémoire vive GDDR5 dédiée. Il sera proposé à 4499 Yuans soit 580€environ.

Le dernier modèle passera au Core i7-10510U qui est une évolution plus musclée du Core i5 avec des fréquences allant de 1.8 à 4.9 Ghz et 8 Mo de mémoire cache toujours pour 15 watts  de TDP. Il emploiera toujours 8 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage SSD et un circuit Nvidia GeForce MX250 pour 5199 Yuans soit environ 666€.

2019-12-11 12_13_27-minimachines.net

Afin de gérer au mieux la température dégagée par ces puces Comet Lake-U, la marque embarque un nouveau système de dissipation active. Un ventilateur souffle vers un système d’ailettes qui transfère la chaleur véhiculée par un double caloduc de 6 mm d’épaisseur. Xiaomi indique que le dispositif améliorer de 70% le transfert de chaleur par rapport à la précédente solution.

2019-12-11 12_13_08-minimachines.net

Ces Xiaomi RedmiBook 13 poursuivent le travail de la marque sur ce segment avec un travail esthétique assez abouti en particulier sur le châssis haut puisque la dalle est désormais tenue par un cadre mince et aérien sur la totalité des quatre bordures. L’écran est un 13.3″ FullHD IPS qui s’étale donc sur 89% de l’espace disponible. Cela donne un portable offrant un excellent ratio d’affichage au vu de son encombrement puisque le châssis complet occupe 96% d’une feuille de papier A4 (30.73 x 19.55 x 1.77 cm). Le poids de l’engin reste très contenu pour une telle diagonale avec 1.23 Kg sur la balance.

2019-12-11 12_18_48-minimachines.net

Le clavier semble classique, de type chiclet et évidemment QWERTY. Il n’est pas fait mention d’un rétro éclairage. Le pavé tactile est large et profond et semble bien adapté au gabarit de l’engin.

2019-12-11 12_13_17-minimachines.net

La connectique comprend deux ports USB 3.1 Type-A, un port HDMI plein format, un port de charge et un jack audio 3.5 mm stéréo pour casque et micro. Un modem Wifi5 calssique associé à un module Bluetooth 5.0 sera évidemment de la partie. La batterie est censée offrir 11 heures d’autonomie d’après le constructeur et profitera d’un système de chargement rapide. L’engin sera livré avec une version Chinoise de Windows 10 et proposera une application dédiée au transfert de données rapides depuis un smartphone de la marque.

J’ai déjà interrogé mes contacts en Chine. Le portable devrait être intégré rapidement au catalogue de plusieurs marchands. Comme d’habitude avec la marque, les particuliers ayant pré-commandé le jour de l’annonce seront servis les premiers avant que les acheteurs en gros ne soient servis. Il faudra donc attendre un peu avant de voir fleurir les Xiaomi RedmiBook 13 sur les pages de vos marchands préférés.

Le Xiaomi RedmiBook 13 passe sous Intel Comet Lake © MiniMachines.net. 2019

Prise en main du Beats Solo Pro et son adaptateur Lightning

Par Pierre Dandumont

J’utilise des AirPods (1re génération) depuis un moment, mais dans les transports, c’est franchement peu pratique : ça n’isole pas du tout. Du coup, quand Apple a sorti les AirPods Pro et le casque Beats Solo Pro, j’ai hésité.. et j’ai finalement craqué pour le Beats.

Je ne vais pas vous tester le casque lui-même, il y a des tests de gens spécialisés dans le son un peu partout. Disons que pour résumer, le casque serre un peu, le son est bon, avec moins de basse que d’habitude (enfin, c’est plus équilibré) et la réduction de bruit est vraiment efficace.

Le casque

Le point intéressant du casque, c’est évidemment l’intégration à iOS : on peut paramétrer facilement la réduction : avec, sans ou un mode transparence, qui amplifie les sons extérieurs pour entendre des annonces sonores (par exemple). Comme d’habitude avec la réduction de bruit, je suis un peu déçu du comportement quand il y a du vent : ça amplifie ce bruit précis. Mais bon, dans l’ensemble ça fonctionne plutôt bien.

Comme j’utilise souvent le casque pour de la vidéo, et même si iOS compense assez bien la latence, j’ai acheté l’adaptateur Lightning vers jack. Pour résumer, le casque est uniquement Bluetooth, sans prise jack, mais Apple vend un adaptateur qui a d’un côté une prise Lightning mâle et de l’autre une prise jack mâle. Question qualité (surtout pour les 40 € demandés), c’est un peu limite : le câble est super fin, sans tressage, ni rien. Comme ça, à vue de nez, il ne va pas tenir des années en usage intensif, c’est assez évident.

Le câble, très fin

Il se branche sur le casque, sur sa prise Lightning, et j’avais espéré – un peu naïvement – qu’un adaptateur Lightning vers jack (femelle) Apple fonctionnerait. Malheureusement, non : impossible de réutiliser l’adaptateur que vous avez peut-être eu avec un iPhone sans prise jack. Qui plus est, l’adaptateur ne fonctionne que si le casque est chargé : il est impossible de passer en filaire passif si la batterie du casque est vide. Bon, le problème n’est pas réellement important : le Beats Solo Pro a une bonne autonomie (et j’ai eu un peu de mal à le vider pour tester). Au passage, d’ailleurs : le câble Lightning vers jack du casque est réversible : on peut l’utiliser pour brancher un iPhone en Lightning à un appareil qui a une entrée jack.

Dans les autres choses à savoir, Beats fournit une housse et un câble Lightning noir, mais avec une prise USB-A. C’est un peu dommage en ces temps d’USB-C. Au passage, personnellement, le Lightning ne me dérange pas pour la charge, vu que j’ai un câble à demeure pour les accessoires Apple (clavier, iPhone, etc.) mais je peux comprendre que ça fasse bizarre. Et la puce H1 du casque fonctionne bien, que ce soir pour le jumelage ou pour « Dis Siri ».

le câble Lightning noir

Le seul défaut réel, assez classique avec les casques à réduction de bruit, c’est le prix. 300 € ça pique pas mal.

Hier — 10 décembre 2019Hardware

macOS 10.15.2 Update

Today Apple released macOS 10.15.2 Update, a major software update to macOS Catalina. Update any supported system using the built-in Software Update functionality through the System Preferences pane or by using the standalone installer available from Apple.com.

  • 10 décembre 2019 à 14:49

2019 Mac Pro is Now Available at Apple.com

432552 After many long years of waiting, you'll now have the chance to spend over $6,000 on a new 2019 Mac Pro https://www.apple.com/mac-pro Apple is now taking pre-orders and it will ship in the second half of December...

  • 10 décembre 2019 à 13:27

Ortur Laser Master : une graveuse laser 15 watts à petit prix

Par Pierre Lecourt

Mise à jour : Suite au message de Dadoo en commentaire, j’apprend que ce type de laser est interdit à l’importation et à l’usage pour un particulier en France. Si vous avez commandé le laser et que cela vous pose un soucis (cela devrait vous en poser un), n’hésitez pas a signaler le problème au vendeur et annulez votre commande. Je vous encourage vivement a lire le lien posté par Dadoo dans son commentaire.


Billet original : La Ortur Laser Master est une graveuse laser assez classique. On en trouve des clones en tous genres sur le web. Il s’agit d’un modèle fonctionnant sur un bras qui promène un laser sur l’axe des X tandis que ce bras est lui même transporté sur l’axe des Y via un autre rail de guidage. Comme une imprimante 3D mais avec l’axe des Y, en hauteur, en moins.

 

2019-12-10 12_58_59-minimachines.net

Elle est présentée en promotion aujourd’hui sur Gearbest à 153€ grâce à un code promo

Ce qui caractérise ce modèle précis, c’est sa vitesse de travail et la puissance de son laser. Pas moins de 15 watts. Pour vous donner une idée, ma graveuse laser actuelle est une Alfawise C30 en 2.5 watts. Et je trouve déjà cela parfois très puissant pour graver. Mais clairement pas assez pour découper.

2019-12-10 12_59_40-minimachines.net

La Ortur Laser Master est donc beaucoup, beaucoup plus puissante avec un laser capable de graver différentes matières mais également de les découper. En une ou plusieurs passes ou en limitant sa vitesse, ce genre de machine peut s’attaquer à du bois, du carton, du cuir, du tissu, etc. En poussant la vitesse avec un laser bien réglé on peut découper finement du carton par exemple sans le brûler ni le marquer. En augmentant la puissance et en baissant la vitesse on pourra s’attaquer à du bois peu épais.

Mais c’est également un engin très dangereux ! Si la Ortur Laser Master propose un système de protection qui stoppera le laser dès que la graveuse s’arrêtera ou si le logiciel stoppe son contrôle, regarder un tel faisceau de lumière sans protection peut néanmoins être très dangereux pour vos yeux.

Il faut donc s’équiper en conséquence et acheter une paire de lunettes adaptée. Le laser employé a une longueur d’onde de 445 nanomètres et il faut donc s’équiper d’un modèle de protection contre cette forme d’onde particulière comme des lunettes spécialisées du type OD5+. La machine est livrée avec le même genre de lunettes que celles proposées dans les boites de graveuses 1.5 et 2.5 watts… ce qui me semble fort peu. On ne rigole pas avec les yeux.

Alfawise C30

Les lunettes de base livrées avec la Alfawise C30

Ce n’est pas la petite paire de lunettes basiques qui suffit au laser de 2.5 watts qui va permettre de travailler sereinement avec cette puissance. Amazon vend ce type de lunettes à différents tarifs : d’une quarantaine d’euros à plus de 300€ ! Il faut évidemment éviter tout contact physique avec le laser lui même…

Pour finir sur le côté sécurité, veillez à aspirer correctement les fumées dégagées par la brûlure du laser et gardez de quoi éteindre tout départ de feu à portée de main. Ce qui sous entend de ne pas laisser la gravure sans surveillance.  Il est indispensable de protéger votre support avec un matériau ininflammable et de surveiller du coin de l’oeil votre opération. Cela peut se faire en construisant une protection opaque autour de la Ortur Laser Master et en extrayant les fumées vers l’extérieur. Attention aux fumées d’ailleurs, n’hésitez pas à vérifier les matériaux que vous employez et leur réaction face au feu ou au laser. Certains plastiques peuvent s’enflammer et d’autres dégageront des fumées potentiellement très dangereuses ! Dans votre boite où vous confinerez l’appareil, vous pourrez braquer une petite webcam ou une camera IP sur l’engin pour surveiller les opérations.

2019-12-10 13_00_23-minimachines.net

Ce qui est intéressant avec ce modèle, c’est sa puissance, sa totale compatibilité avec LaserGRBL et son tarif. LaserGRBL, c’est le logiciel que vous utiliserez pour graver ou découper avec la machine, il s’agit d’une excellente solution qui propose de grandes possibilités de travail et une très bonne interface. Il est même traduisible en Français assez facilement. Il s’agit d’un logiciel gratuit et OpenSource.

2019-12-10 13_18_29-minimachines.net

Il est possible et assez facile de profiter de sa compatibilité LaserGRBL pour améliorer sa surface de travail de base de 16 x 15 cm. En achetant des rails plus grands par exemple et en adaptant le logiciel, on pourra profiter d’une surface plus importante. Il est également possible de se passer du laser pour en faire une traceuse en adaptant assez facilement un stylo ou un feutre sur le support.

2019-12-10 13_00_57-minimachines.net

La graveuse est livrée pré-montée.

Cette Ortur Laser Master ouvre une foule de possibilités techniques avec des capacités de travail très larges : gravure, découpe et éventuellement traceuse. L’engin est abordable avec son prix en promo et quand on compare l’ensemble au tarif d’un laser 15 watts seul, c’est évidemment une bonne affaire. Reste que ce n’est pas sans danger et que proposer le bon plan sans ce petit billet de mise en garde m’aurait paru trop dangereux.

Pour ma part, j’ai craqué.

Découvrir le meilleur prix de la Ortur Laser Master

 

Ortur Laser Master : une graveuse laser 15 watts à petit prix © MiniMachines.net. 2019

Huawei D920S10 : la marque pousse ses SoC ARM vers le marché PC

Par Pierre Lecourt

Si Huawei est présent sur le marché ARM, c’est au travers de ses SoC Kirin qui équipent ses smartphones. Mais la marque, “titillée” par le gouvernement US avec les interdictions successives d’Intel, AMD, ARM, Google et Microsoft de travailler avec elle et même si ces interdictions ont largement été levées aujourd’hui, a compris que son sort était entre les mains de beaucoup d’acteurs du Pays de l’Oncle Sam.

2019-12-10 11_53_54-minimachines.net

La solution serait peut être de limiter ces acteurs et de proposer des produits développés en interne. Ce serait le cas de cette carte mère Huawei D920S10 équipée d’un SoC ARM baptisé Kunpeng 920 créé par HiSilicon. Il s’agit de la branche de Huawei qui conçoit  les puces pour serveurs au même titre que les SoC Kirin dédiés à l’équipement des machines mobiles. 

La grosse différence entre les puces habituelles pour serveurs et les Kunpeng 920 vient de la destination des produits : la carte mère Huawei D920S10 vise le marché des machines de bureau. 

2019-12-10 11_56_54-minimachines.net

Le Kunpeng 920 est un SoC ARM gravé en 7 nanomètres fonctionnant au maximum à 2.6 GHz décliné en quadruple ou en octuple coeurs. Il s’agit d’une variante des puces serveurs qui peuvent, quant à elles, embarquer jusqu’à 64 coeurs. Ils sont intégrés sur une carte mère baptisée Huawei D920S10 qui peut accueillir jusqu’à 64 Go de DDR4 grâce à 4 slots de mémoire vive. Elle peut également gérer six ports SATA 3.0 et deux ports de stockage M.2. Elle propose en outre trois slots PCI. Un PCIe 3.0 x16, un PCIe 3.0 x4 et un PCIe 3.0 x1. Sa connectique comporte, entre autres, quatre ports USB 3.0 et quatre ports USB 2.0 ainsi qu’un port Ethernet Gigabit et un support de fibre optique. 

Bref, une première carte dans un nouveau monde pour lequel Huawei déploie de multiples efforts. On sait que la marque développe un nouveau système d’exploitation pour avoir une alternative à Windows, qu’elle cherche de plus en plus d’indépendance vis à vis de ses fournisseurs US. Elle pourrait donc travailler sur cette puce Kunpeng 920 très activement et proposer un développement de son système maison optimisé pour celle-ci. 

Il va sans dire que le gouvernement Chinois verrait ce genre de développement d’un très bon oeil et que l’arrivée d’une carte de ce type serait encouragée. Par la force de son marché intérieur, la marque aurait de toutes façons un débouché immédiat pour son Kunpeng 920. Reste à savoir si Huawei aura l’audace de pousser hors de ses frontière un pareil produit.

Sources : Tom’s Hardware et ITHome via Liliputing

Huawei D920S10 : la marque pousse ses SoC ARM vers le marché PC © MiniMachines.net. 2019

Des disques durs moins chers (mais sans garantie) avec cette astuce

Par Pierre Dandumont

Chez moi, je suis un peu paranoïaque des sauvegardes. Et mes Time Capsule contenaient des disques durs de 3 To qui commençaient à se faire vieux (3 ans) et limitaient un peu mes sauvegardes. Et j’ai donc cherché à mettre plus gros.

Pour information, avant de commencer, même les vieux modèles de Time Capsule supportent les gros disques durs, en tout cas mes boîtiers de la 3e génération (2009). Je ne suis pas certain à 100 % que les modèles de 2008 le font, mais ça devrait.

Time Capsule 6 To

Mon astuce, donc : acheter un disque dur externe. En fait, même si c’est un peu bizarre, un disque dur nu vaut plus qu’un disque dur externe avec un boîtier et un adaptateur USB. Dans le cas de Seagate, c’est même assez flagrant. Si vous prenez un ST6000DM003 (3,5 pouces de 6 To, 5 400 tpm, raisonnablement rapide), la version nue vaut environ 150 € chez Amazon (~190 € chez les gros revendeurs). Il est garanti deux ans, n’a rien de vraiment spécial. Et un boîtier externe STEB6000403 (Expansion Desktop), qui contient le même ST6000DM003, se trouve pour 130 € en temps normal, et 100 € lors du Black Friday.

Un disque dur classique


Du SATA


Un PCB avec un adaptateur

Oui, un disque dur entouré d’une coque, livré avec un adaptateur USB 3.0, et après l’ajout de la taxe sur la copie privée (de l’ordre de 10 à 15 €, je n’ai pas trouvé le barème exact) vaut moins (et très nettement) que le modèle nu.

Bon, vous vous en doutez, vous allez perdre la garantie – c’est assez explicite sur l’étiquette du disque dur – et il va falloir démonter le boîtier. Sur le Seagate en question, il faut aller enlever des clips en plastique qui bloquent le tout. Mais vu la différence de prix, ça reste intéressant, avec en bonus un boîtier externe USB 3.0. Et il faut que je recommence mes sauvegardes de zéro.

C’est assez explicite

Certains se posent la question de la qualité des disques. Je ne suis pas paranoïaque et je ne pense pas que Seagate met des disques moins bons dans les externes, surtout que dans la pratique, ils subissent plus de chocs. Et la garantie est la même dans les deux cas, du reste : deux ans. Par contre, c’est évident que Seagate vend sûrement beaucoup plus de disques durs externes que de modèle nu pour le grand public, et qu’Amazon – qui vend aussi en masse – a de bonnes réductions au départ pour le Black Friday.

Ça prend un peu de temps…

Attention quand même à une chose : ça marche uniquement avec les disques durs 3,5 pouces et donc avec les externes “desktop” qui possèdent une alimentation externe (dans la majorité des cas). Avec les disques durs externes portables, il y a trois choses à savoir. Premièrement, ils sont plus épais que les modèles classiques (souvent 15 mm) et ils ne rentrent donc pas facilement dans un PC portable ou un boîtier prévu pour les épaisseurs classiques (9,5 et 12,5 mm). Deuxièmement, il s’agit rarement de modèles SATA avec un adaptateur. Dans pas mal de cas, l’USB est directement sur le disque dur lui-même. Troisièmement, les grosses capacités en 2,5 pouces (4 To et plus) sont en SMR, une technique qui ralentit les écritures quand le disque dur est rempli, ce qui peut poser des soucis.

Snapdragon 7c et 8c pour des portables Windows 10 plus accessibles

Par Pierre Lecourt

Cela fait un moment que Microsoft cherche à trouver la meilleure équation possible pour proposer une version de Windows pour ARM. Les Snapdragon 7c et 8c pourraient être une nouvelle combinaison efficace pour venir à bout du problème posé. Plus accessibles, ils permettraient de construire des machines compétitives face  à la concurrence du duo Microsoft/x86.

2019-12-09 15_38_24-minimachines.net

Snapdragon pour tout le monde.

Si les premiers essais de Windows sur ce terrain n’ont pas été couronnés de succès avec un Windows RT moribond dès son lancement et depuis des machines pas franchement folichonnes en terme de performances par rapport à leur prix. Microsoft se bat avec… Microsoft en proposant un système d’exploitation qui se met en concurrence entre deux plateformes matérielles.

Avec le Snapdragon 8cx, Microsoft propose des solutions entrant en compétition avec les puces Intel de séries U. Gros avantage pour la solution ARM de Qualcomm, elle ne consomme que 7 watts contre 15 pour les puces d’Intel. Gros désavantage pour la solution de Qualcomm, la puce ne propose pas une performance au niveau des x86 concurrents… sa faible consommation ne compense pas le temps passé à attendre qu’une opération quasi instantanée sur un Core-U se déroule. 

Le problème est tel que de toutes les annonces de sorties de portables employant la plateforme Microsoft/Qualcomm ont été soit repoussées à une date inconnue, soit… laissées sans nouvelles. Les constructeurs semblent en avoir un peu assez d’essuyer les plâtres et de se retrouver avec énormément de machines invendues. Le seul produit commercialisé pour le moment est le Surface Pro X à 1670€ et qui propose un Microsoft SQ1, une version optimisée du Snapdragon 8cx. 

La solution est donc peut être d’utiliser une autre voie, de s’orienter vers des machines plus abordables pour rentabiliser le développement de ces puces et viabiliser le concept. Avec des machines moins chères, le parc pourrait s’agrandir et donc attirer des développeurs qui créeraient des applications. De quoi se distancer du catalogue classique de Windows et de la problématique de l’émulation du x86.

2019-12-09 15_35_01-minimachines.net

Le Snapdragon 8c

Le Qualcomm Snapdragon 8c est un SoC 8 coeurs Kryo 490 associé à un circuit graphique Adreno 675 et un modem Snapdragon X24 LTE pouvant fonctionner avec un modem Snapdragon X55 pour apporter une connexion Wifi, 4G et 5G aux machines.

2019-12-09 15_40_31-minimachines.net

La puce proposera la prise en charge de vidéo UltraHD en HDR à 120 images par seconde et pourra également enregistrer au même format à 30 images par seconde. Qualcomm le positionne entre le Snapdragon 850 et le 8cx. 30% plus rapide que le premier mais en dessous du second, une solution qui sera donc parfaite pour équiper une machine ultramobile.

2019-12-09 15_33_25-minimachines.net

Un design de référence sous Snapdragon 7c

Le Snapdragon 7c est situé un cran en dessous, il visera des machines plus entrée de gamme avec huit cœurs Kryo 468 et un circuit graphique Adreno 618 ainsi qu’un Snapdragon X15 pour la 4G. La puce pourra, par exemple, prendre en charge l’UltraHD HDR à 30 images par seconde.

Avec ces deux solutions, Microsoft pourra proposer des machines sous Windows 10 très intéressantes : Elles seront légères, autonomes et probablement dénuées de toute ventilation. Elles pourraient surtout être vendues moins cher et s’adresser à différents formats de machines. Tablettes et autres solutions hybrides évidemment mais aussi, pourquoi pas, des portables et des MiniPC. Le format de ces puces Snapdragon 7c et 8c est parfait pour de nombreuses machines et je pense en particulier aux solutions de petit gabarit comme la nouvelle génération de netbooks en 7″.

2019-12-09 15_33_39-minimachines.net

Un design de référence sous Snapdragon 8c

Reste que ces solutions moins rapides que le Microsoft SQ1 devront forcément être vendues à des prix plus abordables, largement moins chères que la machine de Microsoft. Les marques doivent viser les solutions concurrentes sur une base de Celeron/Pentium chez Intel et Ryzen entrée de gamme chez AMD pour avoir une chance d’exister sur le marché. Sans une coupe drastique du prix des engins sur ces nouveaux Snapdragon 7c et 8c, la mayonnaise ne prendra toujours pas…

A moins que, et c’est le plus paradoxal, Qualcomm s’associe à un autre éditeur de système d’exploitation. Le principal souci de cette offre étant qu’une fois unifiées par Windows, les utilisateurs aspirent à un service d’applications et de fonctionnalités universel. Ce qui entraîne le recours à une émulation x86. En s’éloignant de Windows, les puces de Qualcomm auraient la possibilité d’exister de manière naturelle, sans se soucier de faire tourner un autre format d’architecture. Et donner tout leur potentiel.

Snapdragon 7c et 8c pour des portables Windows 10 plus accessibles © MiniMachines.net. 2019

Snapdragon XR2 : Un SoC pour la VR sous 5G

Par Pierre Lecourt

Le Qualcomm Snapdragon XR2 est un SoC créé sur-mesure pour piloter un casque de réalité virtuelle moderne. A la différence des modèles précédent, ce dernier ne se satisfait pas uniquement d’assurer un affichage performant des donnés, il permet également une connexion aux réseaux 5G. De quoi proposer des solutions sans fil et exploitables n’importe où à l’avenir.

Le précédent SoC XR1 de la marque est sorti l’année dernière, ce nouveau Snapdragon XR2 reprend le flambeau même si sa commercialisation au sein de casques VR ne devrait pas débuter avant quelques très longs trimestres. On imagine mal un constructeur s’orienter vers une coûteuse solution 5G alors que les infrastructures ne sont toujours pas installées.

Avec cette nouvelle puce Qualcomm annonce viser des engins assez variés autour de la VR. a commencer par des casques totalement autonomes, débarrassés de fils reliés à un PC comme l’Oculus Quest par exemple. La solution permettant soit de piloter des contenus stockés en interne sur de la mémoire embarqués, soit de les streamer via sa fonction 5G.

2019-12-09 13_44_39-minimachines.net

La marque pense également à des lunettes de consultation permettant de lire des contenus pilotés par un appareil décentralisé. Une manière de rendre sa technologie plus abordable et “ouverte” à la concurrence. On connecte des lunettes VR externe de différentes marques respectant un même protocole et une connectique standardisée à un boitier que l’on fixe à sa ceinture ou dans sa poche de veste par exemple.

2019-12-09 13_45_50-minimachines.net

Et si je me faisais un petit jeu de Zombies au milieu de l’aéroport, quelle bonne idée.

Le boitier propose le contenu et les lunettes affichent celui-ci. L’assurance de pouvoir faire évoluer son affichage et d’éviter de devoir payer à nouveau l’ensemble en cas de casse.

Des solutions compatibles PC se connectant à une unité centrale sans fil, Qualcomm fournissant alors la partie émission et le casque de réception du signal pour profiter de la puissance des contenus PC avec une meilleure liberté de mouvement. Dans le même esprit, des casques connectés en 5G profitant de solutions dans les nuages pour afficher des jeux ou autres. La marque ouvrirait la possibilité de piloter des applications de streaming ouvertes à la VR. Un appel du pied aux solutions récemment annoncée dans ce domaine comme Google Stadia pour le futur.

2019-12-09 13_42_38-minimachines.net

Le SoC se présente comme une large évolution du précédent sur d’autres points. Qualcomm indique une augmentation assez impressionnante des performances avec deux fois la vitesse de calcul et de capacité 3D que le XR1. Le SoC présente également de meilleures capacités pour gérer les hautes définitions et ajoute un peu d’Intelligence Artificielle à ses capacités.

2019-12-09 13_43_59-minimachines.net

Le Snapdragon XR2 peut désormais piloter des doubles affichages en 3K sur 3K avec un rafraîchissement de 90 images par seconde. Il peut également prendre en charge 7 capteurs vidéo et afficher des vidéos en 8K sur 360° à 60 images par seconde. La partie audio prend en charge un son spatialisé en 3D pour un rendu global plus immersif.

Snapdragon XR2 : Un SoC pour la VR sous 5G © MiniMachines.net. 2019

Test des interrupteurs Friends of Hue de NodOn

Par Pierre Dandumont

C’est un problème que j’avais déjà évoqué : quand on s’équipe avec des ampoules connectées (Hue, mais pas que), le problème des interrupteurs se pose vite. J’avais expliqué mon problème il y a quelques mois, en montrant une solution : les modèles Friends of Hue, plus spécifiquement les Vimar, assez onéreux (comptez 65 à 70 €). Depuis, NodOn a sorti un modèle vendu moins cher.

Le NodOn vaut seulement 35 €, ce qui semble un peu plus abordable. La conception de base est la même que tous les autres interrupteurs Friends of Hue un mécanisme EnOcean à énergie cinétique, avec quatre boutons. En gros, il faut pousser de façon assez forte, ce qui va générer l’énergie nécessaire à la communication. J’ai le Vimar dans mon bureau, ça fonctionne dans 95 % des cas, et de temps je dois poussez plus fort/une seconde fois. Truc à savoir aussi, les boutons s’enfoncent mais reprennent la position initiale : la programmation s’effectue donc en double : une action pour le haut, une action pour le bas.

L’interrupteur

Le NodON fonctionne comme le Vimar : ça se configure dans l’application Hue, puis il suffit de l’ajouter à HomeKit (si on veut). Maison donne accès aux boutons, on peut programmer ce qu’on veut, c’est efficace.




En fait, le problème de l’interrupteur NodOn, c’est un peu la qualité. Il arrive dans une pauvre enveloppe matelassée, sans accessoires, avec un flyer mal imprimé. Et si la partie externe de l’interrupteur (sa structure) est dans un plastique correct (vaguement brillant), les boutons sont dans un plastique plus granuleux, qui fait un peu bas de gamme. Par rapport au Vimar, qui vaut le double, la différence de qualité reste notable. Ce n’est pas horrible, je ne parle pas de chinoisium qui va casser en cas de forte pression, mais tant visuellement qu’au toucher, le NodOn est un cran en-dessous. Au passage, aussi, il y a du double-face 3M sous les interrupteurs, mais dans une zone un peu enfoncée : donc impossible de les coller au mur directement.

L’emballage cheap


On voit (un peu) la différence de qualité

Reste que pour 35 €, c’est assez honnête : ça remplace bien les télécommandes Philips Hue.

À partir d’avant-hierHardware

Une Pippin dans un animé de 2019

Par Pierre Dandumont

C’est assez rare pour le noter, une Pippin est illustrée dans un animé de 2019 (l’OAV sorti récemment de Moi, quand je me réincarne en Slime, Tensei shitara slime datta ken).

C’est assez fugace, mais c’est assez évident quand on connaît la console. Et merci à @cgioia qui a trouvé l’image. Je vous mets l’image et le GIF animé.

La Pippin

La caméra Memory Stick des Sony Clié

Par Pierre Dandumont

Quand j’ai testé le TG50 pour mon appareil photo Bluetooth, j’ai eu envie de tester un truc qui m’avais intéressé il y a longtemps, quand j’utilisais encore des Palm : l’appareil photo des Clié.

Sony avait lancé ça en 2001 pour certains de ses PDA Clié, un appareil photo en interface Memory Stick avec une tête rotative, le PEGA-MSC1. J’en ai trouvé un sur eBay et j’ai donc testé. Il arrive avec une boîte en plastique, un CD de pilotes, et il se connecte en MSIO (Memory Stick I/O, un protocole série). Il ne contient pas de mémoire, et dépasse pas mal du haut du Clié.

Sur un Clié


L’appareil


Le connecteur Memory Stick

L’installation sans logiciel de synchronisation est un peu compliquée, il faut copier pas mal de fichiers sur la carte Memory Stick puis sur le Clié. J’ai d’abord testé sur un SL10, un modèle sous Palm OS 4, avec un écran monochrome en 320 x 320. Le CPU (un Dragon Ball à 33 MHz) peine franchement et l’écran affiche vaguement ce que la caméra voit. C’est lent, à la limite de l’inutilisable. Mais il est possible de prendre des photos et de les transférer ensuite vers une Memory Stick. Attention, le Clié n’a que 8 Mo de RAM, donc la place est assez restreinte.

Sur le TG50, c’est encore pire : impossible de lancer le programme. Il indique qu’une bibliothèque n’est pas présente, sans indiquer laquelle. J’ai essayé trois logiciels sans résultats. Et je n’ai pas trouvé de solution sur le net : je suppose que ça vient de Palm OS 5.

Du coup, je vous met des captures en noir et blanc sur le SL10. L’interface est assez lente et s’éloigne de ce qu’on a l’habitude de voir avec les appareils photo. Et l’exportation du Clié vers une carte mémoire (en JPEG) prend un bon 30 secondes par image.

L’interface


Quelques effets


L’exportation (DCF, c’est JPEG)

Question qualité, une fois les images exportées, c’est quand même très mauvais. L’appareil a un capteur de 100 000 pixels et les images sont en 320 x 240 en sortie, ce n’est pas génial. Le côté rotatif est pratique, mais c’est tout. Avec un prix de 150 $ en 2001, c’était déjà franchement mauvais même pour l’époque. Et sans même prendre en compte le fait que l’appareil ne contenait pas de carte mémoire : il fallait stocker dans le Clié, puis transférer vers une carte mémoire après avoir enlevé la caméra.

Mon bureau


Un affreux selfie


Mon Aurora

En gros, un produit affreux, sans réel intérêt, même en 2001.

Test des ampoules LIFX HomeKit

Par Pierre Dandumont

Vous trouverez plkus de détails dans le prochain Canard PC Hardware (bientôt en kiosque), mais je vous propose ici un petit test de deux ampoules HomeKit, les LIFX Mini White et Mini Color.

Après l’OSRAM Smart+ en HomeKit (et Bluetooth), je vous propose un test de deux ampoules HomeKit, mais qui travaillent en Wi-Fi. La Mini White (blanc chaud) vaut 25 € (parfois un peu moins). La couleur a un prix officiel de 55 €, mais elle se trouve aussi assez régulièrement pour un peu moins (40 € au moment d’écrire ces lignes).

Les deux ampoules


La jolie boîte

L’emballage est en forme de tube, et les ampoules sont assez classiques : un globe blanc transparent, une base blanche. La construction est bonne et – surtout – elles sont HomeKit nativement. Petit truc important : ne jetez pas le petit papier avec les instructions, il contient le QR Code qui permet de jumeler les ampoules en HomeKit. Question technique, la blanche est fort lumineuse (j’ai mesuré un peu plus que les 800 lumens annoncés), atteint un blanc chaud parfait, mais avec un indice de couleur un peu faible. En clair, elle va dénaturer certaines couleurs. La couleur est moins efficace, elle est moins lumineuse, démarre sur un blanc trop froid par défaut (3 350 K) et une fois réglée dans l’application sur 2 700 K, la valeur est trop faible (2 560 K) avec un rendu des couleurs désastreux. La consommation est correcte dans les deux cas : ~9 W.

Attention, le code HomeKit est dans le manuel

les deux ampoules se lient facilement avec HomeKit, sans pont et sans devoir être à proximité. Elle se connectent en pratique en Wi-Fi, ce qui simplifie pas mal la gestion : vous n’aurez pas besoin d’être proche des ampoules ni d’installer un concentrateur HomeKit. Dans HomeKit, on a les réglages classiques : luminosité, couleur et température quand l’ampoule supporte le tout. L’installation en HomeKit est simple, le scan du QR Code gère tout, connexion au réseau Wi-Fi comprise. Pour les amateurs, l’application permet aussi de lier les ampoules à Alexa et Google, et reste nécessaire pour la mise à jour du firmware. Bon point, si vous coupez les ampoules physiquement, elles reprennent la valeur précédente à l’allumage. Mauvais point, si vous éteignez la lampe via HomeKit puis que vous coupez le courant, la lampe se rallume au démarrage.

Les réglages HomeKit


Température et couleur sur la Mini Color

Dans l’ensemble, la lampe blanche est pratique si vous ne voulez pas vous embêter avec un pont mais que vous voulez quand même éviter le Bluetooth. La version couleur a de grosses lacunes pour de l’éclairage classique, elle est à réserver à un éclairage d’ambiance.

Une mise à jour pour l’adaptateur infrarouge SmartGUS

Par Pierre Dandumont

La dernière fois que j’avais parlé des adaptateurs SmartGUS, qui permettent d’utiliser les anciennes télécommandes infrarouge Apple sur un Mac récent, j’avais noté un petit défaut : impossible de désactiver l’adaptateur sous macOS depuis High Sierra. Et bien c’est corrigé.

La FAQ donne le lien vers une mise à jour. Il suffit de brancher un adaptateur, lancer le programme (clic droit, ouvrir) et attendre quelques secondes. La mise à jour est automatique.

Une fois que c’est fait, l’adaptateur peut être désactivé dans les options de macOS (Préférences Système, Sécurité et confidentialité, Avancé…). Avant la mise à jour, la case n’avait pas d’effet avec les adaptateurs depuis macOS High Sierra. Maintenant, ça fonctionne (même sous Catalina). C’est intéressant de voir une correction de ce type, elle montre que le développeur effectue un suivi de son produit. Parce qu’en pratique, ce n’est pas un bug bloquant : comme l’adaptateur utilise l’USB, il suffit de le débrancher pour le désactiver…

GUS devices


La case fonctionne

Le choix d’un lecteur de cartes SD a de l’importance

Par Pierre Dandumont

Le monde des cartes mémoire, c’est un peu compliqué, et c’est un sujet que je suis depuis longtemps. Avant même ce site, je testais des cartes mémoire (il y a plus de 10 ans). Donc quand j’ai vu que Sandisk overclockait des cartes SD, je me suis demandé si Apple le faisait aussi.

Attention, un peu de technique. Le format SD, c’est… compliqué.

La première version de la norme fonctionne à 25 ou 50 MHz sur un bus 4 bits, soit 25 Mo/s au maximum. Un mode de compatibilité, notamment pour les cartes MMC, existe aussi, avec un débit très faible et un fonctionnement sur 1 bit (le SPI), qui dépend un peu de la carte.

La seconde version, l’UHS, améliore les débits. Plusieurs modes existent, SDR ou DDR, avec plusieurs fréquences. Le plus courant, qu’on va considérer comme la référence, est le SDR104. Il fonctionne à 208 MHz sur un bus 4 bits, et le 104 indique le débit maximal en Mo/s (104 Mo/s, donc).

Ensuite, il existe l’UHS-II et l’UHS-III. Ces deux modes fonctionnent de façon totalement différente, avec des broches en plus sur les cartes. En simplifiant, on travaille avec des lignes séries, comme en PCI-Express ou en DisplayPort. L’UHS-II permet 312 Mo/s, l’UHS-III monte à 624 Mo/s. Les lecteurs compatibles UHS-II sont rares, mais les cartes fonctionnent évidemment en UHS-I en cas de besoin.

Une carte UHS-II avec ses connecteurs supplémentaires

Le dernier mode, récent, est le SD Express. Au lieu d’utiliser les lignes de l’UHS-II ou -III, il utilise une ligne PCI-Express 3.0, pour un débit maximal de ~1 Go/s.

Vous avez suivi ? Tant mieux. N’oubliez pas qu’il s’agit du débit maximal, les cartes sont évidemment souvent en dessous.

Les lecteur

Les lecteurs classiques modernes prennent en charge au moins l’UHS-I en mode SDR104 et les cartes récentes atteignent ces débits sans trop de soucis. Avec un lecteur correct, on peut obtenir 80 à 85 % des performances théoriques. Certains, comme le modèle Apple (vendu 45 € officiellement, un peu moins chez Amazon) prennent aussi en charge l’UHS-II. J’ai testé avec une carte Transcend et on obtient 245 Mo/s (le fabricant indique 285 Mo/s). En comparaison, j’ai aussi testé un lecteur Transcend (un lecteur multicartes assez courant, pas très cher) et il ne dépasse pas ~75 Mo/s.

la microSD Sandisk, plus rapide


La carte UHS-II avec le lecteur Transcend


La carte UHS-II avec le lecteur Apple

Le lecteur Apple offre de bonnes performances, mais dans certains cas, il se fait dépasser par un modèle USB de chez Sandisk, vendu 3 à 4 fois moins. Et pour une bonne raison : Sandisk overclocke ses cartes SD. Je l’ai expliqué avant, il y a différents modes en UHS-I, et Sandisk en implémente un de plus, propriétaire, avec certaines cartes SD et microSD. J’ai découvert ça récemment, et j’ai donc cherché un peu. Visiblement, Sandisk implémente un mode DDR200 (DDR208, en réalité) qui permet de doubler les débits. On passe en DDR (donc 8 bits par cycle) avec une fréquence de 208 MHz, donc 208 Mo/s. Dans la pratique, avec une microSD, le lecteur Sandisk atteint ~160 Mo/s en lecture et ~95 Mo/s en écriture quand le lecteur Apple se limite à ~85 et ~80 Mo/s dans les mêmes conditions. Visiblement, le mode DDR200 est intégré dans certains contrôleurs de Genesys Logic, mais je ne sais pas si d’autres lecteurs que les Sandisk l’implémentent correctement. Le lecteur Transcend, dans les mêmes conditions, se limite là aussi à 75 Mo/s, visiblement sa limite.

Trois lecteurs, trois ambiances


La microSD avec le lecteur Transcend


La mlcroSD avec le lecteur Apple, plus rapide


La microSD avec le lecteur Sandisk, encore plus rapide

Dans la pratique, je préfère le lecteur Apple parce qu’il est directement USB-C (forcément, c’est plus simple sur un Mac) et qu’il lit les cartes SD classiques (et en mode UHS-II) et pas uniquement les cartes microSD. Mais le lecteur de Sandisk a plusieurs avantages : il est plus compact, plus rapide dans certains cas et évidemment moins onéreux.

Le boitier Flirc promet à la fois protection et dissipation aux Rapsberry Pi 4

Par Pierre Lecourt

Le nouveau boitier Flirc pour Raspberry Pi 4 reprend les travaux de la marque pour la précédente carte de développement de la fondation. Boitier que l’on a découvert avec l’engagement de la marque auprès de la communauté Kodi. Le principe est simple : un châssis en métal vient couvrir la carte en totalité avec une protubérance au niveau du SoC pour venir le couvrir et encaisser la chaleur qu’il dégage.

2019-12-06 16_23_12-minimachines.net

Réalisé dans un bloc d’aluminium, le châssis Flirc est donc totalement passif et joue le rôle de dissipateur pour le carte qui a tendance à chauffer rapidement. Il est recouvert d’une surface de finition noire et son assemblage ne nécessite aucune compétence particulière. Des pads thermiques de la marque ARCTIC 1 serviront à protéger les composants contre tout écrasement et assurera un bon transfert de chaleur. 4 vis permettent d’assembler le bas du châssis au couvercle, prenant en sandwich la carte Raspberry Pi.

2019-12-06 16_20_48-minimachines.net

Quatre patins anti-dérapants sont également fournis pour s’assurer que le boitier ne bougera pas si il est posé sur un support, par contre il ne semble pas qu’il ait été prévu de proposer un système d’accroche VESA. Les broches de la carte sont toujours accessibles par le dessous du châssis en utilisant une nappe adaptée ou en connectant les broches nécessaire à votre montage une par une. La marque ne détaille pas si le boitier empêche le bon fonctionnement du Wifi et du Bluetooth embarqué. Je suppose que c’est le cas vu l’écran du boitier en aluminium.

Vendu à moins de 16$ – un tarif abordable au vu du produit proposé – le boitier n’est malheureusement pas disponible pour le moment en Europe mais uniquement aux US et le faire venir coûte très cher. 14.71$ via Fedex, de quoi passer de 16 à 30$ pour le boitier. Un tarif un peu dissuasif qui pourrait être évité si la marque décidait de stocker une palette de ses boîtiers chez un revendeur en France.

Reste que le test de ExplainingComputers qui a eu la version Kodi de l’appareil laisse un peu sur sa faim. En effet, le boitier ne propose pas de performances révolutionnaires mais ne propose pas beaucoup mieux que le boitier noname dont je vous rebats les oreilles depuis un certain temps.

2019-12-06 16_09_17-minimachines.net

Son tableau récapitulatif montre que le petit boitier noname en forme de dissipateur propose des performances à peu près équivalentes à ce Flirc en gardant un accès à tous les connecteurs de la Raspi 4. La grosse différence entre les deux solutions étant l’écart de prix proposé. Le boitier noname se commercialise aux alentours des 8€ tout compris contre 30$ pour le boitier Flirc… soit environ 27€.

Le boitier Flirc promet à la fois protection et dissipation aux Rapsberry Pi 4 © MiniMachines.net. 2019

Qualcomm SnapDragon 865 : un SoC aux multiples promesses

Par Pierre Lecourt

Le Qualcomm Tech Summit est la grand messe de la marque, un moyen de communiquer largement sur ses nouveaux produits avec l’avantage d’avoir les yeux de la planète tech braqués et attentifs à ses annonces. Le meilleur endroit pour parler de son nouveau SoC haut de gamme, le Snapdragon 865.

Snapdragon 865 : un condensé d’innovations techniques

Ce nouveau SoC continue d’assumer un double rôle sur le marché de la téléphonie. Il sert de phare aux utilisateurs qui vont se fixer sur cette référence pour s’assurer d’un niveau de performances et de technique. Un point capital pour Qualcomm qui s’assure ainsi de diriger le marché dans le sens qu’il veut. Avec ce rôle, la marque crée et conserve une position de leader sur le marché dans tous les sens du terme. Le déroulé des prestations assurées par la puce permet donc de savoir comment et vers où le reste de la concurrence va se diriger. Et, mécaniquement, vers quoi va aller l’ensemble du marché mobile et tablette dans le futur.

2019-12-06 14_18_53-minimachines.net

Le Snapdragon 865 se compose d’une somme impressionnante d’éléments qui offrent chacun un service distinct au sein de la puce. Le premier est évidemment dédié au calcul des tâches habituelles demandé par le système d’exploitation et les applications. Qualcomm promet un bonus de 25% de performances pour ce nouveau modèle par rapport au 855 actuel. Un chiffre donné par Qualcomm et qu’il faudra évidemment passer à la moulinette de tests pratiques.

La marque emploie son propre coeur Qualcomm Kryo 585 pouvant atteindre une fréquence de 2,84 GHz. La partie graphique est également un développement sur mesure de la marque avec un circuit graphique Adreno 650. La puce se compose ainsi :

1 coeur Qualcomm Kryo 585 sous ARM Cortex-A77 cadencé au maximum à 2.85 GHz.
3 coeurs Qualcomm Kryo 585 cadencés au maximum à 2.42 GHz.
4 coeurs classiques ARM Cortex-A55 à 1.8 GHz

L’ensemble fonctionne de manière classique chez ARM en combinant leurs performances pour trouver en permanence le juste équilibre entre puissance et économie d’énergie. Relever vos mails réveillera d’une seule oreille un Cortex-A55 à une fréquence peu élevée. Lancer un jeu gourmand mettra au contraire en branle la totalité des capacités de calcul de la puce. Les activités situées entre les deux jongleront en temps réel avec les multiples compétences du SoC.

La mémoire vive prise en charge pourra aller jusqu’à la LPDDR5  à 2750 MHz et le chipset graphique Adreno 650 devrait ouvrir la voie vers de très hautes fréquences de rafraîchissement puisqu’il sera à même de piloter des affichages en 144 Hz.

2019-12-06 14_19_35-minimachines.net

Petit, costaud et intelligent.

Le SoC comporte également des éléments annexes intéressants avec en particulier un nouveau NPU Ai Engine dédié à l’Intelligence Artificielle. Qualcomm propose ici sa cinquième génération de puce. Cet élément est important dans l’usage de nombreux services indépendamment des solutions en ligne. La biométrie par exemple, ce qui permettra de reconnaître votre empreinte digitale ou votre visage pour débloquer votre smartphone. Mais également la reconnaissance de votre voix, de sons ou de visages à l’intérieur de vos photos. Le Sensing Hub évolue également, il est spécialisé dans l’analyse et la compréhension de contextes. Séparer votre voix d’un bruit de fond ambiant ou déterminer rapidement le sujet pour la mise au point d’une image. Là encore, la promesse de la marque est impressionnante puisque ces nouveaux outils seraient simplement deux fois plus rapides que ce que propose le Snapdragon 855 aujourd’hui.

2019-12-06 14_21_54-minimachines.net

La partie photo/vidéo n’est évidemment pas en reste puisque les performances des capteurs actuels sont de véritables moteurs dans les intentions d’achat de smartphones. Quaclomm promet donc des captures de vidéos en 8K à 30 images par seconde ainsi que la gestion de pas moins de 200 mégapixels. 

Evidemment, il faut prendre un certain recul sur ces annonces car filmer en 8K à 30 images par seconde n’a absolument aucun intérêt pour ce genre d’appareil. Non seulement l’utilisateur n’aura probablement aucun moyen de profiter de son film 8K mais tenir une seule minute de capture dans ses conditions aura un impact probablement monstrueux sur la totalité du smartphone. En terme de stockage et d’autonomie notamment.

Cette possibilité haute est néanmoins un marqueur rassurant pour les capacités plus classiques des machines équipées. Le Qualcomm Spectra 480 promet des débits très élevés et la prise en charge de capteurs de plusieurs dizaines de mégapixels sans broncher. La solution sera également à même de piloter des ralentis plus fluides et décomposés. Qualcomm promet également l’arrivée du Dolby Vision en plus du HDR classique et des fonctions avancées de pilotage de capteur. La séparation du premier plan par rapport au fond avec une gestion de Bokeh plus aboutie en mode portrait.

Ce nouvel ISP pourra également gérer 4 capteurs arrière et prendre en charge jusqu’à 200 mégapixels, assurera une stabilisation d’image avancée en FullHD et UltraHD. Certains constructeurs pourraient proposer des services originaux comme la capture de films sur plusieurs angles en même temps pour assurer un montage orignal ensuite mixant grand angle et capture plus serrée d’un sujet.

Wifi6, Bluetooth SWB et 5G de gré ou de force

Autre point cardinal de la proposition Snapdragon 865, les modems. Le Wifi6 aka 802.11AC devient la norme sur la puce. Ce qui devrait pousser le reste de la concurrence à basculer vers ce nouveau protocole plus rapide. Qualcomm promet un service d’excellence avec non seulement les débits élevés du protocole mais également une latence plus basse. Le fait que la solution soit désormais intégrée au SoC et ne nécessite plus de puce externe devrait permettre de pousser plus avant cette norme.

La partie Bluetooth est également améliorée. On retrouve un aptX Adaptive et le True Wireless de la marque mais également le SWB qui permet en théorie la transmission très rapide de données en Bluetooth. En théorie parce que mis a part le Snapdragon 865, il n’existe pas vraiment de périphériques compatibles. A moins de vouloir transmettre d’un smartphone haut de gamme à un autre, le format risque d’être peu utile pendant ses premières années d’exploitation.

Dernier point de communication de cette puce, la 5G qui est désormais obligatoire même si elle est livrée en kit… Qualcomm veut associer sa puce au Snapdragon X55, son modem 5G maison au Snapdragon 865. Ce dernier ne propose pas de modem 5G interne mais force la main de ses clients pour basculer vers la 5G. Pas d’autre choix qu’un duo Qualcomm. A noter que le coût des matériels embarquant ce type de modem sera plus élevé que les versions 4G classiques et cela alors que vous ne pourrez pas profiter de la 5G en France avant un bon moment. Cette politique d’association ne sera probablement pas du goût de tout le monde mais les marques voulant proposer le SoC n’auront pas d’autres choix.

Le moins que l’on puisse dire dans cette proposition est que Qualcomm ne fait pas preuve de beaucoup d’empathie technologique sur la communication de sa puce. Que ce soit en Wifi, en Bluetooth ou en 5G, les clients paieront probablement fort cher des composants qu’ils ne pourront pour autant pas employer à plein. Qui va changer son modem pour un Wifi6 pour un unique appareil ? Qui va remplacer ses périphériques Bluetooth pour profiter du SWB ? Qui va profiter réellement d’une zone de couverture 5G en France l’année prochaine ?

Le Snapdragon 865 risque de se positionner sur le haut de gamme d’une toute nouvelle génération de smartphones en 2020. Il aura probablement les honneurs des gammes de nombreux constructeurs qui suivent la voie tracée par Qualcomm depuis quelques années déjà. La concurrence devra mener un travail de mise à niveau pour proposer, au moins en partie, le même niveau de performances sur certains postes pour tenter d’exister sur le segment. L’actuel 855 sera sans doute quelque peu déclassé au niveau prix et atteindra ainsi des gammes plus accessibles.

Qualcomm SnapDragon 865 : un SoC aux multiples promesses © MiniMachines.net. 2019

Plex se transforme en service de streaming gratuit (mais avec de la pub)

Par Pierre Lecourt

Plex est depuis longtemps un outil performant de streaming local. On télécharge un film sur un stockage compatible sur son réseau qui devient le serveur puis on installe le lecteur Plex sur un outil de lecture comme une TV-Box. Une liaison réseau permet ensuite de lire – et d’adapter – la vidéo à sa cible. Le moteur Plex permet par exemple de transcoder une vidéo pour qu’elle puisse passer par un système au débit limité ou s’afficher convenablement sur un écran à la définition précise…

2019-12-06 11_49_31-minimachines.net

Si ce service va évidemment perdurer, Plex change radicalement de stratégie en basculant du côté du streaming. Au même titre que Netflix, Hulu ou Amazon Prime, Plex va proposer un accès à des milliers de films  et de séries en ligne en utilisant ses technologies. Grosse nuance entre Plex et les autres, il n’y aura pas besoin d’abonnement pour en profiter, pas de paiement à la carte, rien. Non tout sera gratuit sur Plex… Ce qui veut dire qu’il y aura une contrepartie…

2019-12-06 11_51_56-minimachines.net

Plex va injecter de la pub, façon télé.

Plex va injecter au début et au milieu de votre film un – ou des – spot de publicité afin de rémunérer son offre, gagner de l’argent et payer ses serveurs. Vous voulez voir Apocalypse Now, Terminator, Ghost in the Shell ou Le Seigneur des Anneaux sans débourser un centime ? Un petit tour sur Plex vous donnera entière satisfaction. Plusieurs studios ont ouvert leur catalogue au service : Warner Bros, United Artists, MGM, Lionsgate libèrent ainsi une foule de films pour débuter. Déployée dans plus de 200 pays au lancement, les contenus seront lisibles en FullHD vers l’ensemble des plateformes déjà équipées de solutions de lecture Plex. En clair, si votre PC, votre TV Box, votre Shield, ou votre Chromecast utilisent déjà Plex vous pourrez surfer sur le catalogue de contenus proposés. Si vous n’utilisez pas le service aujourd’hui, vous pourrez probablement installer le client sur de nombreux appareils.

Difficile de savoir ce que les catalogues contiendront en réalité. Si il s’agira d’œuvres récentes ou non et dans quelles proportions on n’aura pas droit à une foule de films déjà vus et revus sur d’autres plateformes. Il est compliqué d’imaginer la rentabilité d’un tel dispositif, est-ce que la publicité peut assumer les coûts d’infrastructure de ce service ? Dégager des bénéfices ? Une chose est sûre, Plex a bonne presse et son logiciel est déjà installé sur de nombreuses plateformes.

2019-12-06 11_49_10-minimachines.net

Je  suppose que pour certains usagers, l’accès à des contenus gratuits en échange de spots de pub sera un service intéressant. Pas besoin de s’abonner, pas de paiement mensuel ou à chaque téléchargement… La marque indique que ses spots de pubs seront moins invasifs que ceux de la télé… Il pourraient également être plus efficaces… On imagine que le service utilisera tout ce qui est en son pouvoir pour cibler les utilisateurs et leur proposer des publicités parfaitement adaptées. Rien à regarder ? Pas d’abonnement en cours ? Plex peut être une solution de dépannage très pratique.

Evidemment, Plex n’injectera pas de publicité sur son service classique, vos films de vacances ne seront pas perturbés par des spots de pub pour des couches, de la lessive ou des bagnoles. Cette partie là du service ne changera pas.

2019-12-06 11_49_42-minimachines.net

Un concurrent à suivre

Le nerf de la guerre sera le catalogue proposé. Les titres aperçus sur les vignettes ou mis  en avant ne sont pas mauvais mais déjà présents partout ailleurs : Rain Man, Lord of War ou Raging Bull. Pas certain que les nouveautés soient au rendez-vous. Plex promet un accès aux contenus récents ainsi que les Lauréats des Oscars. Très bien, mais dans quelle chronologie ? Les productions Européennes et indépendantes devraient également être au rendez-vous tout comme les documentaires et la musique. On ne demande qu’a suivre le tempo… à condition que le contenu vaille la peine d’être vu… et compris. On se souvient des premiers pas des concurrents dans le domaine du sous-titrage. Aujourd’hui encore, certains contenus en VOD proposent des sous titres catastrophiques. Quid des versions localisées ? Ces adaptations techniques, doublages et sous-titres coûtent souvent assez cher. Plex se contera sûrement, pour débuter, de films ayant déjà eu droit à un sous-titrage ou une bande son doublée amortie… Ce qui signifie un catalogue assez ancien.

Mais pour proposer du neuf, il faudra passer à la caisse et donc baisser la maigre rentabilité de l’ensemble. Autrement dit, ne vous attendez pas à une avalanche de nouveaux films en sous titré Français sur Plex, ils passeront d’abord sur des plateformes payantes.

2019-12-06 11_48_57-minimachines.net

Un accès aux grands classiques, au films indémodables, un système de recommandations pour des filmographies ou des catalogues à voir absolument serait tout à fait pertinent et on peut très bien imaginer des améliorations et des partenariats très bien ficelés autour de ce service dû à sa gratuité. Des forums ou des sites dédiés au cinéma pourraient sans problème monter des interfaces tenant compte de l’offre Plex.

Les concurrents de Plex vont devoir prendre en compte son arrivée, surtout si certains décident de limiter leurs abonnements pour basculer sur ce modèle du gratuit-c’est-moi-le-produit. Si la mayonnaise prend pour Plex, Netflix et consorts devront sûrement adapter leurs offres… enfin en théorie, parce qu’en pratique, ils sont assis sur un trésor de guerre avec lequel Plex ne peut rivaliser. Il faudrait que le public se tourne massivement vers Plex, abandonne ses autres abonnements et conserve cette position longtemps pour écorner les comptes des rivaux du nouveau service. Un scénario qu’il est difficile d’envisager aujourd’hui.

Plex se transforme en service de streaming gratuit (mais avec de la pub) © MiniMachines.net. 2019

Imagination annonce les chipset graphiques IMG A-Series

Par Pierre Lecourt

Les IMG A-Series comme bouée de sauvetage ? Tant que les iPhones d’Apple employaient des puces PowerVR d’Imagination technologies, la vie était belle pour le concepteur de circuits graphiques. Les rentrées d’argents allaient en s’accroissant d’année en année, Apple faisait un excellent boulot d’optimisation des puces et jouait le rôle de VRP pour la marque auprès des autres solutions ARM.

Et puis, patatras. Apple a annoncé ne plus vouloir employer les produits de la marque et s’intéresser à un développement interne. A la fin du contrat qui liait les deux entités, le ciel s’est écroulé sur la tête d’Imagination. La marque a été mise en vente et la partie graphique s’est remise à travailler d’arrache pied pour se sortir de cette tempête.  Le résultat de ce travail est désormais annoncé, il s’agit d’une nouvelle gamme de chipsets graphiques baptisés IMG A-Series que la marque décrit comme la plus importante avancée faite dans ce domaine depuis… 15 ans.

2019-12-04 14_57_44-minimachines.net

Les IMG A-Series se destinent à une large gamme de produits allant du marché mobile aux tablettes mais également à l’IoT, aux voitures et même aux serveurs. Un large rang d’applications qui s’explique par la promesse de la marque. Proposer 2.5 fois les performances de sa précédente génération de processeurs graphiques tout en consommant 60% de moins d’énergie !

2019-12-04 14_59_50-minimachines.net

La liste des solutions est longue mais IT ne donne pas vraiment de détails sur ces puces, oubliant par exemple de préciser la consommation de chacune :

  • IMG AXT-64-2048 est le plus impressionnant des circuits annoncés avec 2.0 TFLOPS, 64 Gpixels et un circuit AI atteignant 8 TOPS
  • IMG AXT-48-1536 suit dans la gamme mobile avec 1.5 TFLOPS, 48 Gpixels et 6 TOPS
  • IMG AXT-32-1024 pour le marché mobile et l’auto en proposant 1 TFLOPs, 32 Gpixels et 4 TOPS
  • IMG AXT-16-512 se situe sur le même marché et annonce 0.5 TFLOPS, 16 Gpixels et 2 TOPS
  • IMG AXM-8-256 pour des mobiles moyenne gamme avec 0.25 TFLOPS, 8 Gpixels et 1 TOPS
  • IMG AXE-2-16 plus spécialisé dans les TV-Box et autres dérivés d’affichage annonce 16 GFLOPS et 2 Gpixels
  • IMG AXE-1-16 est l’entrée de gamme mobile et dédié au marché IoT avec 16 GFLOPS et 1 Gpixels

La totalité de l’annonce est intéressante avec des produits premium probablement destinés aux serveurs mais des solutions mobiles impressionnantes sur le papier et de l’entrée de gamme pour le marché IoT, très capables et compatibles avec des solutions comme Vulkan.

2019-12-04 14_55_40-minimachines.net

Bon, évidemment il faut regarder en détail ces chiffres car ils sont nés au fond des cerveaux d’une équipe de commerciaux en quête de materiel marketing pour faire revivre la marque. Les résultats des IMG A-Series sont, en réalité, comparés avec les derniers GPU commercialisés et non pas la génération précédemment annoncée qui n’a pas encore été mise en vente. Cela permet un discours plus spectaculaire mais en réalité le gain est moins important. Il n’empêche que ces nouveaux circuits graphiques sont suffisamment importants pour que la marque repense sa stratégie et décide de changer d’appellation en arrêtant sa gamme historique de circuits PowerVR.

2019-12-04 15_02_54-minimachines.net

Au passage, elle indique que les IMG A-Series seront suivies des B-Series en 2020 qui proposeront jusqu’à 3 TFLOPs de performance. Puis viendront les C et D-Series en 2021 et 2022. Un plan de travail bien avancé qui montre que la marque ne compte plus vivre tranquillement de ses royalties comme au temps de la manne d’Apple.

Reste que le marché s’est considérablement réduit pour ces IMG A-Series : Apple, Qualcomm développent leurs propres circuits. Beaucoup de plus petits concepteurs de SoC ainsi que des géants comme Huawei emploient désormais des solutions signées ARM avec des chipsets Mali devenus également très performants. La liste des acteurs potentiellement intéressés par ces puces devient vraiment très courte : Rockchip ? Mediatek ? AllWinner ? D’autres qui pourraient venir piocher dans le catalogue de la marque si ses prix sont concurrentiels face à ARM ?

2019-12-04 15_03_05-minimachines.net

Cela n’empêche pas l’optimisme de briller chez Imagination qui assure que plusieurs puces ont déjà signé l’intégration de ces circuits IMG A-Series et que les premiers appareils sont prévus pour 2020. De quoi amorcer la pompe d’un renouveau pour la marque ? On peut l’espérer car la concurrence a toujours fait du bien sur ce segment.

Source : Imagination Technologies

Imagination annonce les chipset graphiques IMG A-Series © MiniMachines.net. 2019

CyberNUC : Un boitier de NUC en forme de CyberTruck

Par Pierre Lecourt

Le CyberNUC est un châssis en acier inoxydable qui reprend, grossièrement, la forme du CyberTruck de Tesla pour abriter un ordinateur NUC d’Intel. Rien de plus à dire en vérité, si ce n’est que  la rapidité d’exécution de ce nouveau châssis nous renseigne assez bien sur l’effort de design effectué par Tesla pour son Pick-Up monstrueux.

2019-12-04 12_34_05-minimachines.net

Le CyberNUC est compatible avec une vaste gamme de Next Unit of Computing : Les modèles de génération 5 à 10 sont annoncés comme pouvant être intégrés au châssis sans difficultés.

2019-12-04 12_34_32-minimachines.net

Le poids total du boitier est de 1 Kg et le NUC s’intègre simplement avec 2 vis.

2019-12-04 12_33_55-minimachines.net

L’objet mesure 26.6 cm de long sur 14.9 cm de large et 8.8 cm de haut. Autrement dit, il gâche à peu près tout l’intérêt de recourir à une solution minimaliste comme un MiniPC. 

2019-12-04 12_32_46-minimachines.net

Ah, pour couronner le tout, le CyberNUC coûte tout de même 121€ et ne propose aucune sophistication particulière. Pas de fonctionnement passif, pas d’aération optimisée ou de connectique avantageuse. C’est juste un bête gros boitier sur lequel on visse la machine…

A côté de ça, une marque comme Akasa propose des boîtiers de NUC en aluminium qui permettent de se passer de toute ventilation à bord. Un investissement autrement plus malin que ce gadget.

CyberNUC : Un boitier de NUC en forme de CyberTruck © MiniMachines.net. 2019

Leez LP710 : Une première carte de développement pour Lenovo

Par Pierre Lecourt

Après Nvidia, Intel et Asus, Lenovo est donc un nouvel acteur de poids à s’intéresser au marché de ces cartes de développement avec cette Leez LP710. Un marché de niche qui s’étend tout de même à quelques dizaines de millions de cartes vendues et que la marque aurait tort de bouder.

La Leez LP710 n’a pas vraiment bénéficié d’une communication de la part du constructeur Chinois. A vrai dire, si on ne pouvait compter sur la sagacité et le dévouement de CNX-Software, on n’aurait probablement pas entendu parler de cette carte. Jean-Luc Aufranc a en effet débusqué la carte après avoir lu des commentaires sur cette étrange référence. Après une petite enquête, il a découvert qu’il s’agissait bien d’une carte et que Leez, en tant qu’entité de Lenovo, l’avait exposée au Mobile World Congress en février dernier.

2019-12-04 12_06_56-minimachines.net

Le format de la carte est particulier, elle mesure 8.5 cm sur 8.5 cm, elle est donc différente du format “carte de crédit” des solutions type Raspberry Pi habituelle. A bord, on découvre un SoC Rockchip RK3399 six coeurs : 2 Cortex-A72 à 2.0 GHz et 4 Cortex-A53 associés à un chipset graphique Mali-T860MP4. Un SoC très performant autant en 2D qqu’en 3D et en vidéo qui sait piloter diverses distributions Linux et, bien entendu, Android.

2019-12-04 12_06_44-minimachines.net

La mémoire vive évoluera de 2 à 4 Go de DDR4 et le stockage sera constitué d’une puce eMMC de 16Go d’une part et d’une extension via un lecteur de cartes MicroSDXC d’autre part.

La Leez LP710 propose une connectique assez classique avec une sortie vidéo HDMI 2.0a et une sortie DisplayPort sur sa prise USB Type-C. Un connecteur MIPI DSI est également présent. La partie audio sera gérée par un port jack 3.5 mm classique en plus de la sortie numérique portée par le HDMI. On retrouve une sortie Ethernet Gigabit en plus de la puce Wifi5 et Bluetooth 5.0 Ampak AP6256 et une option modem 4G est également possible via un port M.2 et un lecteur de cartes SIM.

2019-12-04 12_06_26-minimachines.net

On retrouve un port USB 3, deux USB 2.0, un USB 3.0 Type-C exploitable et un second qui ne servira qu’à alimenter la carte en 5V/3A. Une ribambelle de ports et de broches sont également annoncés : Un MIPI-CSI de 2 x 4 lignes est présent ainsi que les 40 broches habituelles du format d’extension Raspberry. On retrouve donc les GPIO classiques avec deux 3V/1.8V I2C, un 3V UART, un 3V SPI, un SPDIF_TX, jusqu’à huit 3V GPIOs, un I2S 1.8V 8-canaux. Huit broches proposent des éléments à dériver de la carte avec deux USB 2.0 supplémentaires, un bouton de démarrage, un reset et  une LED. Une sortie audio est également disponible.

Debian semble avoir été porté sur la carte Leez LP710 en plus de deux versions d’Android (7.1 et 9.0) ce qui peut en faire une solution d’intégration intéressante. Reste que la carte ne semble pas du tout destinée au marché international mais uniquement proposée en Asie. On la trouve cependant en importation à un tarif assez dissuasif de 128.95€ sur AliExpress. Loin des 55€ de la Orange Pi 4 qui embarque la même puce RockChip RK3399.

Leez LP710 : Une première carte de développement pour Lenovo © MiniMachines.net. 2019

La carte Orange Pi 4 passe au RK3399 avec 4 Go de ram

Par Pierre Lecourt

La dernière carte de développement Orange Pi 4 se négocie à 55€, pour ce tarif on découvre une solution très complète dans un encombrement réduit. La carte mesure 9.1 cm de large pur 5.6 cm de profondeur et emploie un SoC Rockchip RK3399.

2019-12-03 16_08_31-minimachines.net

Cette solution ARM est un six coeurs classique dans sa conception composé de deux coeurs ARM Cortex-A72 pouvant atteindre le 2.0 GHz associé à quatre coeurs ARM Cortex-A53. La partie graphique est confiée à une solution ARM Mali-T860mp4.

2019-12-03 16_13_26-minimachines.net

La Orange Pi 4 Pro avec le NPU

La carte Orange Pi 4 embarque également 4 Go de mémoire DDR4L et propose un stockage pouvant monter jusqu’à 16 Go de eMMC. Un lecteur de cartes MicroSDXC permettra de compléter cette capacité pour stocker plus de données facilement. Une option baptisée Orange Pi 4B embarque en outre un circuit dédié à l’Intelligence Artificielle Gyrfalcon Lightspeeur 2801A.

2019-12-03 16_10_08-minimachines.net

La solution propose dans tous les cas un modem Wifi5 MiMo 2×2 et du Bluetooth 5.0. Pour se faire, la solution s’appuie sur un chipset AMPAK AP6256 intégré. La connectique est assez classique avec un port réseau Ethernet Gigabit, une sortie HDMI 2.0, un port USB 3.0 et deux ports USB 2.0, un port USB 3.0 Type-C, un jack pour l’alimentation, un microphone, une prise jack audio 3,5 mm stéréo et les habituels ports camera ainsi que des connecteurs 40 broches classiques. A noter que 24 broches PCIE sont également notées dans la description sans plus d’informations sur la nature exacte de leur rôle.

2019-12-03 16_12_01-minimachines.net

La carte propose pour le moment de télécharger des images de distributions Debian et Ubuntu mais pas encore de solution Android. La carte est disponible sur AliExpress.

Source : CNX-Software

La carte Orange Pi 4 passe au RK3399 avec 4 Go de ram © MiniMachines.net. 2019

Burp : Apple finalise le rachat des modems smartphones d’Intel

Par Pierre Lecourt

Quand Intel tentait encore de lutter contre ARM dans la micro mobilité, la marque dépensait des fortunes sur divers segments. En subventionnant à perte ses processeurs Atom d’un côté et en accélérant la recherche et le développement de ses puces de l’autre. C’est ainsi que la branche modems pour smartphones Intel est née.

2019-12-03 15_39_20-minimachines.net

Lorsque le fondeur a décidé de lâcher prise et d’abandonner le marché, il se retrouvait en possession d’une division modems pour mobiles et aucun moyen rapide de la faire fructifier. L’idée de la vendre est alors née rapidement pour pallier au plus pressé même si certains auraient préféré qu’Intel continue de la faire évoluer pour la proposer à divers constructeurs ARM comme une alternative aux solutions Qualcomm, Mediatek ou Huawei. 

Intel a préféré vendre, un bon gros milliard de dollars quand même, cette branche à Apple. Le contrat est désormais validé et la vente effective. Cette branche Intel passe sous le pavillon Apple. Le constructeur à la pomme aura bien évidemment bien plus de facilités à faire fructifier cette nouvelle acquisition en profitant de ce développement pour concevoir ensuite ses propres modems.

Une opération qui permettra à la marque de se distancer encore un peu plus de la concurrence et de ne plus faire appel à un constructeur tiers pour développer ses puces. La certitude également pour le constructeur des iPhones et des iPads de bénéficier d’un support logiciel et matériel parfait.

Intel de son côté s’est bien gardé d’abandonner la totalité de ses options et le constructeur conserve la possibilité de travailler d’autres branches de ce marché. La 5G que la marque travaille déjà avec Mediatek, mais également tout développement pour PC, pour IoT ou pour le marché automobile. Intel se réserve le droit de tout développement différent du marché de la micro mobilité et devrait donc bien proposer un jour ses propres puces pour portables et ultraportables. Même si, pour le moment, la marque collabore avec un fabricant tiers.

Burp : Apple finalise le rachat des modems smartphones d’Intel © MiniMachines.net. 2019

iCarta : le dock iPod pour les toilettes

Par Pierre Dandumont

Au milieu des années 2000, les constructeurs proposaient tout et n’importe quoi pour l’iPod. Comme l’iCarta : un dévideur de papier toilette capable de jouer de la musique.

En fait, j’ai ce dévideur depuis un moment, mais il n’a jamais été installé (ni testé) pour une bonne raison : je n’avais pas de prise de courant dans mes toilettes. Une situation assez courante qui empêche d’utiliser l’iCarta. Il existe bien une variante avec une batterie et même une Bluetooth, mais le mien a besoin d’une prise de courant. Mais après mon déménagement, je l’ai installé et j’ai trouvé une alimentation compatible (12 V et 1,5 A, du classique). Bon, en réalité, je ne l’ai pas installé parce qu’un fil qui court le long du mur, c’est moche. Mais je l’ai essayé quand même.


La qualité de fabrication est moyenne, et la méthode pour installer le rouleau assez tordue. Il faut déployer les enceintes, ouvrir le support en trois, insérer le tube, placer les encoches dans le bon sens et insérer le tout. Sur le dessus, on trouve trois prises : une entrée audio classique (prise jack 3,5 mm), une prise dock (le connecteur 30 broches) et une prise USB pour un iPod Shuffle. Le connecteur dock gère l’audio de façon classique, en analogique, et ne charge pas les appareils modernes. Si la documentation ne le précise pas, l’alimentation 12 V donne une réponse implicite : il charge avec le mode FireWire. La prise USB est un peu particulière : elle ne fournit pas d’énergie (elle ne charge pas l’iPod Shuffle) et utilise une prise cachée qui permet de récupérer de l’audio analogique. On peut donc utiliser les commandes de l’iPod Shuffle (et son contrôle du volume) comme s’il était relié à des enceintes avec une prise jack.

Avec un iPod Shuffle (et la LED très brillante)


iOS voit juste un connecteur Dock (et pas de charge)


Les commandes

Le son est assez moyen avec les quatre enceintes, mais ça sonorise évidemment sans soucis des toilettes. Quand l’appareil est allumé, il y a du souffle s’il n’y a pas de source connectée. Il y a peu de boutons : un pour allumer, deux pour régler le volume, un pour passer d’une source à une autre. Dans l’absolu, c’est vraiment un gadget sans intérêt, mais si vous voulez de la musique jusque dans vos toilettes, c’est amusant.

Un firmware tiède pour le Raspberry Pi4

Par Pierre Lecourt

Le Raspberry Pi4 apporte beaucoup de nouveautés et d’avancées par rapport à son prédécesseur. La solution est plus rapide, propose une très belle connectique et ouvre la porte à de nouveaux usages. Le problème est que la chauffe que la puce embarquée génère pose un souci à l’usage. Les performances retenues en test sont très bonnes mais quand on veut vraiment utiliser la carte au quotidien, on s’aperçoit vite que la chaleur dégrade rapidement ses capacités. La carte Throttle et se met en protection en baissant largement sa fréquence.

2019-12-03 11_08_24-minimachines.net

Le Pi4 commence a faire des aller-retour de fréquence très rapidement à l’usage

2019-12-03 11_13_04-minimachines.net

Le Pi3 est beaucoup plus robuste

Cette baisse de fréquence du SoC permet à la carte d’éviter toute surchauffe et donc tout danger pour ses composants, c’est une pratique classique que connaissent tous les processeurs modernes. Le problème chez Rasperry, c’est que la solution se met très – trop – vite en chantier et que les performances de la première minute d’usage ne se retrouvent finalement jamais dans la durée.

2019-12-03 11_08_06-minimachines.net2019-12-03 11_07_40-minimachines.net

A gauche le Pi4 en veille, à droite le Pi4 en charge

La décision de sortir une nouvelle version si rapidement explique sans doute le pourquoi de ce phénomène, les équipes sont inévitablement au courant de ce problème puisqu’il affecte toute la production de Pi4 actuelle. C’est d’autant plus visible qu’une mise à jour du firmware de la carte vient d’être proposée afin de réduire sa chauffe. Cela, plusieurs mois après son annonce et sa commercialisation puisque la carte a été annoncée et lancée dans la foulée en Juin dernier. Il a donc fallu 5 mois à la fondation pour proposer un firmware corrigeant ce problème. 

On comprend bien que pour le projet lui même, ajouter un dissipateur sur le SoC afin d’améliorer sa dissipation thermique est quelque chose de compliqué. Les quelques euros nécessaires pour son acquisition et sa mise en place en usine sont problématiques pour la fondation. Mais cette mise à jour aurait sans doute mérité d’être autre chose qu’un patch sortant presque une demie année après la commercialisation de la carte. Ce firmware aurait sans doute dû être celui d’origine de l’engin.

2019-12-03 11_15_03-minimachines.net

2019-12-03 11_09_26-minimachines.net2019-12-03 11_10_03-minimachines.net

Le dernier firmware Beta de la fondation changement clairement la donne

La fondation publie le résultat de ses propres tests avec ce nouveau firmware pour Pi4. On y découvre une carte bien mieux gérée même si tout n’est pas encore parfait. La consommation de la solution est en baisse, la chauffe est mieux maîtrisée et l’usage correspondra un peu plus à la promesse du changement de SoC opéré.

2019-12-03 11_20_20-minimachines.net

Amusant tout de même de voir la fondation publier une astuce concernant l’utilisation de sa carte consistant à la positionner debout pour améliorer sa dissipation naturelle… En effet, à plat, elle a tendance à emmagasiner la chaleur sous la carte ce qui n’aide pas à son refroidissement. Debout, elle profite de la convection et fait beaucoup mieux circuler l’air. Une astuce amusante mais qui ne correspond pas vraiment à l’idée que l’on se fait de ce type de carte et ne colle absolument pas à l’usage d’un boitier officiel…

Pi4 dissipateur alu

La solution à toute cette problématique de chauffe reste néanmoins le montage ou le bricolage plus ou moins honteux pour pallier aux excès de la puce Broadcom. L’ajout d’un dissipateur issu d’un autre appareil donne des résultats assez significatifs comme nous avons pu le voir par le passé. L’utilisation d’un ventilateur sous volté donne également de très bons résultats. Pour ma part, j’utilise pour le moment le fameux boitier “alu” qui englobe la totalité de la carte. Les résultats sont très bons même si je comprends parfaitement que dépenser presque 10€ pour dissiper une carte qui en coûte 38 en version de base parait bien cher payé… 

Pour mettre à jour votre Pi4 vers ce nouveau firmware, la méthode est assez simple :

Ouvrez un terminal sur la carte et pianotez 

sudo apt update
sudo apt full-upgrade

Redémarrez ensuite le système avec la commande

sudo shutdown - r now

Vous bénéficiez maintenant de ce nouveau firmware pour le Raspberry Pi4.

2019-12-03 11_46_16-minimachines.net

Ceci est un boitier de Pi4 qui permet de lui adjoindre un ventilateur 40 mm

Si vous avez une imprimante 3D, vous pouvez aller faire un tour sur Thingiverse où de nombreuses solutions de refroidissement sont présentées comme celle ci-dessus

Un firmware tiède pour le Raspberry Pi4 © MiniMachines.net. 2019

Maxtang VHFP30 : un MiniPC passif sous Ryzen 5 2500U

Par Pierre Lecourt

Le Maxtang VHFP30 est un engin au design très sobre, tout entier tourné vers la dissipation de son processeur intégré qui affiche un TDP de 15 watts. On retrouve donc un châssis en métal anodisé noir, parcouru d’ailettes de dissipation afin de maximiser l’échange thermique entre le métal et l’air ambiant.

2019-12-02 17_27_05-minimachines.net

L’engin est pour autant accessible puisqu’il peut s’acquérir aussi bien en barebone sans mémoire ni stockage à partir de 314.17€ ou en version pré-équipées de 8 Go de DDR4 et de 128 à 512 Go de SSD au format M.2 2250 PCIe NVMe. Un emplacement 2.5″ est également disponible pour ajouter au besoin un second SSD SATA 3.0 ou un disque mécanique. 

Le Ryzen 5 2500U offre évidemment des performances intéressantes avec ses 4 coeurs et ses 8 threads sur des fréquences de base de 2 GHz et 3.5 Ghz en Boost. Il embarque surtout un circuit graphique AMD Radeon Vega 8 avec 8 coeurs cadencés à 1.1 GHz.

2019-12-02 17_25_45-minimachines.net

La connectique du Maxtang VHFP30 est complète avec, sur la partie arrière, 4 ports USB 3.0, un DisplayPort et un port HDMI 2.0 pour des affichages UltraHD, deux ports Ethernet Gigabit, deux prises d’antennes amovibles pour piloter la solution Wifi5 intégrée ainsi qu’un module Bluetooth 4.0. On retrouve également un port Kensington lock pour assurer la sécurité du boitier.

2019-12-02 17_27_51-minimachines.net

Sur le côté droit, on retrouve deux ports USB 3.0, un lecteur de cartes MicroSDXC, deux jacks audio 3.5 mm pour casque et miro et un port USB Type-C. A gauche enfin, un port Série RS-232 est également présent. 

2019-12-02 17_14_03-minimachines.net

Difficile de cerner ce produit, la construction a l’air très propre, les photos sont soignées et les descriptions presque parfaites pour leurs produits. Pour autant, la page web de Maxtang VHFP30 sur AliExpress n’a que quelques semaines avec une création au 10 Septembre dernier. Avec aucun retour sur les précédentes commandes pour le moment, il est difficile d’avoir la certitude que ces engins aient un bon suivi ou de bonnes finitions. Je vais tenter de rentrer en contact avec le vendeur pour avoir plus d’informations.

A noter que ce Maxtang VHFP30 existe également sous le nom VHKL-30 avec un processeur Intel Core i5-7200U à partir de 478.05€ en version barebone dans un boitier absolument identique. 

A suivre.

Source : FanlessTech

Maxtang VHFP30 : un MiniPC passif sous Ryzen 5 2500U © MiniMachines.net. 2019

Austin Beach : un NUC fanless et renforcé pour l’industrie

Par Pierre Lecourt

L’intérêt d’Intel pour des NUC industriels n’est pas nouveau mais cette gamme Austin Beach change clairement de cap avec une vision nouvelle et autrement plus ambitieuse que les précédentes. Cette minimachine est une sorte de condensé de toutes les bonnes pratiques quand un industriel veut installer un PC et… l’oublier.

NUC DE3815TYKHE

La coque en plastique du NUC DE3815TYKHE

Si Intel a déjà construit des NUC fanless par le passé, ce n’était pas tout à fait les mêmes modèles que cet Austin Beach. On se souvient par exemple du très poétique NUC DE3815TYKHE lancé en 2014 et qui était dépourvu de ventilation. Lui aussi à destination des pros, il se présente comme le premier engin de la gamme NUC dénué de ventilation. Mais cet engin à la coque en plastique visait surtout des installations de kiosques ou autres, son processeur Atom E3815 n’était pas un foudre de guerre et la conception globale de la machine ne reflétait probablement pas le fruit des capacités réelles des ingénieurs de la marque.

2019-09-10 11_43_36-minimachines.net

Le large dissipateur en cuivre du NUC Chaco Canyon

En Septembre dernier, nous découvrions les NUC NUC8CHK Chaco Canyon, toujours à destination des pros, toujours sans ventilation. Cet engin vise le même public que son ancêtre de 2014 mais étend largement ses capacités et donc le public touché. A bord, on découvre un Celeron N3350, 4Go de mémoire et 64 Go de stockage. Pas énorme par rapport à des machines classiques mais l’emballage est solide, l’engin est passif et il est prévu pour tourner 365 jours par an sans discontinuer. Il peut également s’allumer et s’étendre à heures fixes. C’est le genre de bidule que l’on cache dans un faux plafond pour alimenter un écran d’information dans une mairie ou dans un hall d’hôtel.

2019-12-02 14_32_15-minimachines.net

Mais le nouveau NUC Austin Beach change clairement de catégorie avec une conception et une intégration autrement plus intéressantes que les machines précédentes. Pour le coup, l’objet ne vise pas uniquement ces rôles de kiosque ou d’affichage numérique mais se destine plus largement à toute l’industrie ayant besoin d’un ordinateur embarqué. L’objet mesure 25.4 cm de large sur 15.2 cm de profondeur pour une épaisseur totale de 3.6 cm.

2019-12-02 14_31_01-minimachines.net

Le design est autrement plus robuste que les précédentes propositions de la marque. L’engin est enchâssé dans un boitier en aluminium large mais peu épais qui le protégera des éléments extérieurs tout en assurant la dissipation de son processeur. Je devrais écrire de ses processeurs car la solution est très intéressante à ce point de vue. Ce nouveau modèle de NUC est en effet une base qui pourra accepter plusieurs processeurs au travers de la plateforme NUC Compute Element d’Intel. 

2019-12-02 14_39_06-minimachines.net

Intel Compute ElementIntel Compute Element

Intel Compute Element

Intel Compute Element, c’est un système Compute Card dérivé dans une nouvelle formule. Un minuscule module au format carte de crédit qui contient toutes les entrailles nécessaires à un PC hormis sa connectique. On retrouve donc un processeur bien sûr mais également de la mémoire et du stockage. Ce module se glisse dans un port semblable à un slot de mémoire vive et la carte mère qui l’accueille distribue ensuite différents connecteurs et services : USB, sortie vidéo, port SATA etc.

Grâce à ce système, Intel peut adapter beaucoup plus largement sa proposition au sein d’un unique corps de machine. Le boitier ne change pas mais à l’intérieur les  cartes mères peuvent évoluer pour répondre à différents besoins : Augmenter le nombre de sorties vidéos, adapter des ports série, privilégier des gestionnaires de réseau, doubler des lignes USB ou, pourquoi pas, répondre à un cahier des charges sur mesures pour une commande importante. Le boitier sera le même et le client pourra choisir dans la totalité du catalogue de solutions Compute Element en terme de performances.

2019-12-02 14_37_56-minimachines.net

Les cartes annoncées offrent des capacités assez larges, on retrouve 7 combinaisons de processeurs, mémoire et stockage pour le moment. Toutes intégrées dans ce minuscule format dépourvu de ventilation.

2019-12-02 14_56_43-minimachines.net

Un ensemble de puces aux performances très variées qui présentent le même TDP de 15 watts avec des possibilités variées de baisser celui-ci – et leurs performances- entre 10 et 12.5 watts. La mémoire vive oscille également suivant les puces pour coller avec leur besoins quand au stockage, si il est fourni par défaut avec les solutions les plus entrée de gamme, il sera a discrétion du client pour les modèles haut de gamme grâce à des éléments externes classiques.

2019-12-02 14_29_11-minimachines.net

Les cartes mères accueillant les Compute Element proposent en effet deux slots M.2 2280 pouvant gérer à la fois des SSD PCIe x4 NVMe ou des modèle SATA. De quoi trouver les composants adaptés à son usage. Les solutions proposent par défaut deux sorties HDMI 2.0a, un port Ethernet Gigabit, 3 ports USB 3.1 Gen 2, un port USB 2.0. Une partie du design est prévue pour accueillir des éléments optionnels comme  un second port Ethernet, des ports HDMI supplémentaires ou des USB.

2019-12-02 14_31_59-minimachines.net

2019-12-02 14_31_40-minimachines.net

Ici le boitier propose une extension de ports USB 2.0 et un Ethernet supplémentaire

L’ensemble a beaucoup de sens pour l’industrie, moins pour un PC de particulier évidemment. La pérennité du concept explique sans doute le soin apporté au châssis. Un installateur de solutions de type distributeur qui investira dans ces engins pourra, en se basant sur la même structure, s’adapter aux besoins de tous ses clients. Un distributeur de base qui n’aura besoin que de piloter une imprimante et de signaler la prise d’une commande pourra se contenter d’une Compute Card basique. Mais si l’industriel venait à vouloir recycler sa machine, il pourrait facilement changer sa carte et lui ajouter des ports HDMI pour le transformer en quadruple affichage d’écrans UltraHD pour piloter des extraits vidéo de films dans un hall d’accueil d’un cinéma.

2019-12-02 14_31_20-minimachines.net

Les caches ports pour lutter contre la poussière, deux extensions au format port série à droite par défaut

La possibilité de pouvoir modifier les composants internes tout en gardant le même châssis de base est une excellente proposition pour cet Austin Beach, c’est l’assurance d’une grande liberté pour les utilisateurs de ce type de machine. D’autres châssis sont déjà en cours de conception pour Intel, on imagine assez facilement des solutions plus industrielles pour diriger des robots par exemple.

2019-12-02 14_32_38-minimachines.net

Ce type de design pourrait évoluer à terme vers des solutions plus grand public. On pourrait alors acheter un système simple à mettre à jour puisqu’il suffirait de changer ce coeur de machine pour faire évoluer l’ensemble de son PC. Un rêve pour de nombreux utilisateurs de minimachines ou de solutions portables pour lequel l’ensemble des composants restera figé jusqu’à la fin de vie de l’engin… ou de sa batterie au nombre de cycles limité.

Sources : Intel et FanlessTech

Austin Beach : un NUC fanless et renforcé pour l’industrie © MiniMachines.net. 2019

Un prototype de Mac du 20e anniversaire sur eBay

Par Pierre Dandumont

Récemment, sur eBay, une personne a essayé de vendre un prototype de Mac du 20e anniversaire. Ce modèle a un truc particulier : des accessoires transparents.

La personne essayait de le vendre 2 000 $, mais la vente a été supprimée. Alors, premièrement, le lecteur de CD ne fonctionne pas. Sur ce genre de machine, ce n’est pas évident à réparer vu le format, même si la mécanique est assez classique. La machine a un sticker qui indique qu’il s’agit d’un prototype sous le caisson de basse Bose, mais le point visible est surtout le clavier et le trackpad transparents. C’est un truc assez habituel dans les prototypes Apple, mais c’est pluttôt sympathique ici. Pour rappel, le clavier et le trackpad peuvent être séparés, et Apple fournissait un cache pour remplacer le trackpad sur le repose-poignet. On peut voir ce dernier sur la première photo.

Le Mac complet


Le sticker qui indique que c’est un prototype


Le clavier transparent


Les guides sous le clavier pour le trackpad

❌